Carnet de voyage

SAME SAME BUT DIFFERENT

6 étapes
18 commentaires
52 abonnés
Dernière étape postée il y a 7 heures
La thailande, royaume du Siam
Décembre 2021
6 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 21 novembre 2021

Après une bonne dose de stress le temps de savoir si les résultats du test PCR réalisé à Athènes nous parviendraient à temps et biensûr si les résultats seraient tous négatifs, nous embarquons, non sans avoir montré patte blanche à l'aéroport (six documents pour chacun d'entre nous) pour notre vol vers Singapour.

Il s'agissait de la première expérience des enfants sur un vol long courrier. On leur avait bien vendu le trajet (un peu long mais avec TV perso, sodas, plateaux repas...), mais une fois dans l'avion, grosse déception ... il n'y a pas de TV inscrutée dans le dossier du siège en face d'eux ! Il faut dire que nous voyageons avec la compagnie "Scoot" le low cost de Singapore Airlines. Cela dit il n y a personne dans notre A780 (on doit être une quinzaine), et du coup on doit être aussi nombreux que la cabine crew !

Nous arrivons à Singapour au petit matin en ayant très peu dormi (2 heures maximum pour les adultes, 3h ou 4h pour les enfants) et ce malgré le fait que nous ayons pu nous allonger. L'aéroport de Singapour est gigantesque (super propre) et il nous paraît surdimensionné pour le nombre de personne que nous croisons... Il faut dire que la cité Etat n'a pas encore réouvert aux touristes, et accepte tout juste les transit de moins de 24 h.

Notre attente va être longue avant notre prochain vol qui nous mènera à Phuket, mais finalement entre les petites siestes dans la "snooze lounge area", les légos, les devoirs, et les dejeuners, le temps file.


Une dernière heure de vol avec la "vraie" Singapour Airlines (service au top) et nous voici à Phuket. Au sortir de l'avion, on sait qu'on est en Asie : 27 ° à 18h, taux d'humidité de 88%, atmosphère lourde, odeurs, moiteur... On adore !

L'armada de petite main déployée pour vous faire passer les contrôle est impresionnante et son organisation impeccable ! 1er guichet : classement des pièces administratives, deuxième guichet : vérifications des pièces covid, troisème guichet : immigration, puis récupération des bagages, quatrième guichet : test PCR et nous voilà littéralement estampillés (on vous colle un sticker jaune fluo avant de sortir de l'aéroport), non sans quelques recommandations (application à télécharger, tests à refaire dans 6 jours , QR code à valider etc....). Tout ça avec un personnel très poli et prévenant (sans doute souriant mais avec les masques...).

Ca y est on est sorti de l'aéroport ! Mais là, un monsieur au micro appelle notre taxi (obligatoire et réservé à l'avance avec l'hotel) qui nous conduit directement à notre guesthouse. A la guesthouse rebelotte, le chek in prend au moins 45 min. On rescanne tout nos documents, on signe un papier comme quoi nous nous engageons à ne pas sortir de notre chambre avant le résultat du test PCR de l'aéroport ! C'est bien qu'on arrive le soir , comme ça on va pouvoir dormir en attendant ce fichu résultat. La réceptionniste nous propose gentiment de nous commander quelquechose pour le diner (bein oui on peut pas sortir et y'a pas de cuisine dans la chambre). Notre premier Pad Thai, à même le sol de la chambre est quand même divin !

Allez une bonne nuit de sommeil et demain si tout va bien on pourra sortir...

2
2
Publié le 24 novembre 2021

Nous voici donc à Patong pour une petite semaine. Les premières 24h c’est un peu la douche froide (enfin chaude) car il pleut non-stop. Une pluie de mousson dense, sonore, et qui ruisselle dans les rues. C’est ainsi depuis plusieurs jours et à priori la même chose est prévue les jours suivants ! Ça compromet un peu notre programme.

En plus d’après ce qu’on nous dit c’est plutôt rare qu’il pleuve autant fin novembre car normalement c’est la fin de la saison des pluies. Cela reste une expérience, surtout pour les garçons qui sont très étonnés que la pluie puisse être si chaude ! Résultat, premier achat en Thaïlande : deux parapluies !!

Nous prenons donc tranquillement nos marques (même si le décalage horaire est un peu dur à rattraper) en enchainant les expériences culinaires. Entre le pad-thai de la première soirée, le muesli aux fruits frais (mangue, ananas), « Noodle soup », Phuket yellow noodle, le BBQ thaïlandais… on se régale !!

Notre petite auberge de jeunesse est dans une impasse , relativement calme, et très typique : les fils électriques sortent de partout, on y trouve un loueur de moto qui fait aussi resto, un salon de massage (un peu olé-olé), un coiffeur, une "laundry" ... et on a une indication pour trouver la route d'évacuation en cas de Tsunami !!

Gaspard adore les tuk-tuk de toute les couleurs alignés le long des trottoirs et trouve cela très pratique lorsqu'on en prend un (on a choisi le tuk-tuk Louis Vitton) !

Patong, et plus particulièrement la « Bangla Road » est connue pour ses soirées endiablées et rassemble un peu tous les clichés de la Thaïlande version « party time » : salons de massages, tuk-tuk insistants, bars exagérément sonores, filles peu vêtues (il fait très chaud), spectacles de tout poil (et bien souvent à poil…), tout ça dans une ambiance tout sourire et bon enfant. Bon, avec les croës on ne nous alpague pas trop (par contre si Jacques sort seul, il se fait vite pincer) et on est toujours rentré avant que les hostilités ne démarrent vraiment, nous ne sommes pas des couche-tards.

En fin de compte les prévisions météorologiques s’avèrent (comme souvent) erronées, et nous bénéficions de belles journées (bon, il y a bien toujours un petit grain par-ci par-là) qui nous permettent de nous éloigner un peu de la ville pour aller voir quelques sites de l’île et profiter des plages.

On admire ainsi le grand Bouddha de Phuket : immense et tout de marbre vêtu, il se dresse au sommet d’une colline et domine de baie de Chalong. Les enfants y font leurs premières rencontres avec les différents bouddhas, les moines en robe orange, les Nagas, les Garudas et (ce qu’ils ont sans doute le plus aimé) les singes.

Tout au sud de l'ile se trouve de Cap de Promthep. La balade, bien que courte, est un peu laborieuse sous cette chaleur de plomb, et les garcons préfèrent se cacher au milieu des éléphants du temple d'à coté !

Et bien-sur, on profite des plages.

La plage de Han Hui : toute petite, elle est pourtant pleine de Thaïs ce dimanche après midi, qui viennent profiter de l’eau et de l’ombre des palmiers .

Non loin de la Guesthouse on a la grande plage de Patong, généralement (avant covid) bondée et pas mal encombrées par les va-et-vients des jet-skis, long-boats et speed-boats de tout type. Elle est plutôt calme en ce début de période touristique et a l'avantage d'être proche, ce qui est bien pratique quand l'orage arrive. Que se soit en journée ou pour le sunset c'est toujours bien. Et quand il fait trop chaud ... humm ! une petite noix de coco bien fraiche...

On a la chance de pouvoir observer un très beau spectacle, celui du Loy Krathong, le festival préféré des Thailandais et on comprend vite pourquoi. Une fois la nuit tombée tout le monde se rassemble (locaux et touristes mélés) pour déposer dans l'eau un petit radeau flottant de bambou et de fleurs tressé sur lequel est posé une bougie. Instant magique...

Avec notre opération PADI, cela nous fait une semaine bien remplie.

3
3
Publié le 24 novembre 2021

Cet été Jules avait adoré son stage de plongée en Espagne. Au vu de la météo des premiers jours, on s’est dit que, quitte à être mouillé, autant aller sous l’eau. Puisque nous avions déjà dans l’idée de passer le PADI Open Water (le premier niveau de plongée américain très utilisé à l’international), c’était l’occasion. Bon, seule restriction l’âge : Gaspard ne pourra pas le passer avec nous (il faut avoir 10 ans). Alors on s’organise un programme aux petits oignons :

- une grosse demi-journée théorique à la guesthouse (qu’on fait tous ensemble sur vidéo),

- une journée piscine et quizz théorique pendant laquelle Gaspard effectue avec nous son baptême «Bubble Maker » avec l’équipement complet et des petit exercices communs aux nôtres (il apprend à mettre de l’eau dans son masque et à la vider). Il s’en sort comme un chef et obtient son diplôme.

- deux journées plongées en extérieur (pendant lesquelles Gaspard nous accompagne en snorkeling).

Pour ses deux journées en mer, on vient nous chercher à l'hotel pour nous emmener à "Chalong Bay" d'où partent les bateaux de plongée. Les sites sont assez éloignés donc il faut compter entre 1h30 et 2h de bateau, bien mises à profit pour les breefings, la révision des acquis théoriques, puis pratiques (ordinateur de plongée, montage du matériel, habillage). Les bateaux sont assez gros, et vite plein car peu ont vraiment repris. Mais l'ambiance à bord est super, la nourriture en quantité, et les fonds... somptueux.

Les sites où nous emmène Alain, notre instructeur francais, sont Racha Noi et Racha Yai.

Aller un pas de géant et plouf ! C'est parti !

Deux plongées par jour dans une eau à 29 ° et des poissons tropicaux à tir larigo : poissons perroquets, balistes, rascasses, sergent major, barracudas, poissons pierre, poissons scorpions, etc..... En snorkelling comme en scaphandre, on en prend plein les yeux !! C'est un peu comme plonger dans un aquarium...

Résultat des courses : tous diplomés ! Merci à Alain et à l'équipe de All 4 Diving, c'était vraiment une super expérience.

Et maintenant, y'a plus qu'à, comme on dit...

4
4
Publié le 1er décembre 2021

Voilà on arrive au terme du programme Phuket Sandbox; un nouveau test (autotest cette fois), on se prend en photo avec le coton tige dans les naseaux, puis avec le résultat du test (négatif biensûr), notre aubergiste envoie tout ça au gouvernement (?) et ça y est sur l'appli on est "full green" : on peut donc quitter l’île de Phuket.

On reprend donc notre tuk-tuk Louis Vitton, direction la Bang Rong Pier, d’où on prend le speedboat pour Kho Yao Noi. On arrive juste à l'heure pour le départ et 30 minutes plus tard on est sur l’île. La météo n'est pas très clémente aujourd’hui, mais le paysage est quand même très beau avec toutes ces petites iles qui émergent de la baie d'Andaman. C'est dans cette baie qu'ont été tournés de nombreux films et notamment "L'homme au pistolet d'or", on ira d'ailleurs peut-être voir l'île de Scaramanga.

Après l'effervescence de Patong, Ko Yao Noi est vraiment paisible. Pour se loger Céline nous a trouvé un "Family Bungalow" sur la côte Est pas loin de la plage : cuisine (sommaire), trois grand lits avec moustiquaire, énorme balcon,... on y est très bien ! Ce serait encore mieux si la pluie pouvait arrêter de tomber mais bon on en profite quand même pour faire une petite ballade, et rencontrer nos premiers calaos (oiseau emblématique de l'île).

Le lendemain, la météo est plus calme, après un bon petit déj (cornflakes, muesli, ananas) on récupère notre moyen de locomotion (ici pas de tuk-tuk et les taxis sont vraiement hors de prix) : un scooter/side-car. Pour les enfants le coup de foudre est total ! Allez hop on enfourche notre bécane et c'est parti pour explorer l'ile et faire chauffer l'asphalte ... à une bonne moyenne de 40km/h.

On commence par une petite ballade à la pointe sud-ouest vers la "secret beach". En passant au milieu de plantations d'hévéas plus ou moins encore exploitées, on voit un énorme varan. Arrivée à la plage en demi teinte car la plage n'est pas très propre et il y a plein de tessons et de verre cassé (l'ile est musulmane, l'alcool y est proscrit et on soupçonne les locaux de se planquer à la "secret beach" pour picoler un coup). Cela dit on est tout seul, il y a pleins de crabes (qui dessinent de jolies constellations de sable), et on trouve même un squelette de limule !

Sur la côte ouest, principalement composée de mangrove, on s'arrête dans un petit village de pécheurs bien tranquille avec quelques restos sur pilotis qui servent des crabes aux pinces bleues. Dans la vase à marée basse, des poissons bizarres sautent sur l'eau ou marchent sur leurs nageoires au lieu de nager (adaptation darwinienne parait-il).

La côte Est est (du moins sur sa partie sud) est une succession de plages avec en arrière plan les chapelets d'iles. Du coup on enchaïne baignade, recherche de coquillage et diverses ballades comme celle qui nous emmène à la petite cascade Namtok Waterfall.

Tout au nord de l'île, non loin de la plage d'Ao Tian, accessible uniquement en bateau, il y a une petite ballade dans la jungle pour aller admirer le "Big Tree", "Tetrameles Nudilflora" (pour les botanistes et paysagistes) de plus de 50 mètres de haut et dont le tronc (ses racines en fait) est gigantesque. Il aurait plus de 400 ans. Sous la canopée : humidité maximum, moustiques omniprésents, termitières, traces et cris d'animaux,... les enfants sont très impressionnés.

On profite également de la position assez centrale de l'ile pour se faire deux belles excurions dans les archipels voisins. C'est superbe, un petit air de baie d'Along sans les touristes. Les îles sont généralement de hauts blocs de rochers qui émergent de l'eau avec des grosses concretions qui leur donnent un profil très caractéristique. Les fonds sont assez beau, pas mal de coraux et de poissons (on a même la chance de voir un petit requin, sans doute un pointe noire).

Sur certains ilots il y a des petites plages bien tranquilles sur lesquelles ramasser des coquillages, lézarder un moment et profiter de ce décor de rêve. Une seule ombre au tableau ... les plastiques (bouteilles, sacs) déposées par les vagues ou oubliés par des visiteurs inconvenants....

On effectue également une sortie kayak autour des iles et dans les mangroves cachées à l'intérieur. On y accède par des grottes praticables uniquement à marée basse et c'est vraiment ambiance Indiana Jones, il ne manque que le temple en ruine et la tribu cannibale. En fait ces iles sont de vrais gruyères, percées de cavernes qu'on ne remarque pas avant d'avoir le nez dessus.

Petit coup de coeur pour la plage de Laem Had beach sur Ko Yao Yai, l'île voisine avec sa grande langue de sable d'une finesse incroyable en forme de croissant avec juste quelques cocotiers pour avoir un peu d'ombre.

Après une journée de pluie continue et donc consacrée uniquement aux devoirs (les enfants étaient ravis...) le soleil réapparait pour que nous puissions profiter de notre dernière journée sur Kho Yao Noi : dernier tour en side-car, dernière plage, ... et nous partons.

5
5
Publié le 6 décembre 2021

Cette ville est bien souvent considérée comme un simple lieu de passage où les voyageurs ne s’arrêtent que pour une nuit sur le retour ou le chemin des îles. Bien à tort selon nous puisque nous avons été très agréablement surpris.

Bien que la ville soit assez grande l’atmosphère générale est paisible, les gens détendus et souriants et que ce soit pour les activités, les courses ou les restos nous sommes mêlés à la population locale (faut dire que y’a pas beaucoup de touristes). Par ailleurs, ce qui ne gâte rien, les prix sont redevenus bien plus raisonnables.

Comme d’accoutumée, nous commençons par nous balader dans la ville pour prendre nos marques et organiser les jours à venir. Les quais sont parsemés de différentes sculptures, certaines plutôt kitch d’autres vraiment très artistiques. On peut y admirer les deux rochers (en forme de pinces de crabe) qui sont à l’origine de son nom. On trouve des graffs assez sympas et un truc rigolo, que ce soit les lampadaires ou les feux de signalisation, ils sont tous surmontés d’aigles, de singes ou d’humanoïdes (masqués bien sûr, covid oblige).

En marchant , on découvre un temple tout blanc , le Wat Kaew. Son buddha donne des idées à Gaspard.


L’après-midi, nous nous rendons au temple du tigre (Wat Tham Suea) un peu au nord de la ville et entouré de végétation. Plus monumental que celui du matin, il compte plusieurs temples, des grottes (dont celle ou un tigre aurait apposé son emprunte) et surtout un buddha doré géant qui surplombe la vallée. La vue depuis le sommet est époustouflante mais attention elle se mérite : il faut gravir 1300 marches éprouvantes (certaines sont vraiment très très raides) pour y arriver.

Contre quelques bath, on obtient une petite bénédiction ! (allez 2022 sera une bonne année, c'est la nonne qui l'a dit !!)

Au pied de la montagne il y a également une balade à faire qui nous emmène dans « Wonderland », bon outre le nom, il s’agit d’un lieu sacré, incluant tout un ensemble de cavernes, d’arbres saints honorés par des offrandes où des moines habitent dans des minimaisons à flanc de falaise (encore plus tiny que les tiny house). Nous en croisons deux entrain de faire la causette autour de la machine à laver le linge, assez rigolo comme scène ! On en ressort à la fermeture et juste avant que la pluie ne se mette à tomber.


Pour terminer cette belle journée on emmène les enfants au night market. Ils y sont très vite à leur aise et choisissent dans les dizaines de stands ouverts : brochettes diverses, nouilles et riz variés, crêpes banane lait concentré, galette coco, moules grillées… un vrai régal !

Le lendemain nous décidons de nous rendre au Emerald Pool, très prisé par les Thaïlandais, et qui a vraiment l’air très joli. Par contre les prix affichés par les rares « tours » ouverts ou les taxis, nous semblent vraiment trop excessif. Qu’à cela ne tienne, en une heure de temps, nous arrivons à nous dégoter une location de voiture pour la journée. Nous voilà donc partis, direction l’est de Krabi : conduite à gauche, boite automatique, clignotants inversés, bref il faut prendre ses marques, mais finalement la conduite est assez simple.

Emmerald Pool est situé dans un parc national. Après avoir payé le fee d’entrée (10 fois plus cher pour les touristes que pour les locaux, bref ...) il y a une petite approche sur des passerelles suspendues au milieu de la forêt tropicale avant d’arriver dans un bassin rempli d’une eau à 27 ° qui est d’une couleur topaze extraordinaire. Allez hop tous à l’eau pour en profiter. Et effectivement, à part deux autres couples d’étrangers, il n’y a que des thais. Les enfants jouent avec des bouées, les vieilles dames trempent seulement les pieds, lesmonsieurs ne sont pas contre une petite photos, et tout le monde rigole et profite du lieu. On a du mal à sortir les enfants de l’eau.

Après un petit arrêt pour manger un morceau , on poursuit cette journée par des sources d’eau chaudes situées à quelques kilomètres. On y retrouve d’ailleurs les mêmes personnes que celles croisées quelques heures plus tôt. Le site est séparé en deux parties : tout d’abord une partie spa en plein air avec des bassins aux pierres d’ardoises et une eau entre 40° et 50 °; et une partie plus nature, où on se baigne directement dans un affluent (provenant des sources d’eau chaude, environ 35°) et qui se jette dans la rivière en cascadant entre différents petits bassins. Trop beau !! On y passe presque deux heures et ressortons tout ramollos, rouges comme des crustacés.

On restitue sans problème la voiture, douche (fraiche après tant d’eau chaude), devoirs, petit tour au Night Market et hop tout le monde au lit, le lendemain on file direction Railey.

6
6
Publié le 6 décembre 2021

On quitte la Guesthouse direction l’embarcadère car pour aller à Railey, pas de route, il faut prendre le bateau. Le tarif est affiché 150Baths par personne … sauf qu’il faut que le bateau soit plein (soit 8 personnes) autrement c’est 1200 Baths. On attend un peu … on tombe à 1000 … on discute … et on se met d’accord à 800.

Railey c’est une petite péninsule avec un côté mangrovee et un côté plages au milieu de falaises magnifiques. Village un peu coupé du monde où se côtoient les résidents des resorts de luxe, les fanas de grimpe (qui viennent du monde entier), les routards de tout type attirés par l’ambiance reggae cool, les thaïlandais en sortie dominicale… bref un joyeux melting pot ! Avec le covid beaucoup de choses sont fermées ou tournent au ralenti, c’est d’autant plus calme.

Notre hôtel s’appelle le « Hilltop » et porte bien son nom vu l’escalier de 133 marches à gravir pour y accéder (Il nous est arrivé de rester « coincé » en bas des escaliers, en attendant que la troupe de singes soit passée !) ; mais la vue de là-haut est top, surtout pour le petit-dej au soleil levant et le vol des chauves-souris géantes à la tombée du soir ! (ok la photo ne rend pas grand chose, mais elles étaient géantes !!)

Pour la plage on est servi : presque personne, eaux splendides (et chaudes), sable fin et clair, décor paradisiaque. Nous jouons dans les vagues, construisons des châteaux de sable, chassons les coquillages et Céline pousse même le vice jusqu'à s'offrir un petit massage à l’ombre ( Euh oui, désolée les filles mais c’était vraiment divin ! ).

Singes et varans nous accompagnent le long des chemins de la presqu’île.

On ne peut décemment pas venir à Railey sans grimper (c’était d’ailleurs un des objectifs) et on se loue donc un équipement complet avec les topos. Nous faisons deux demi-journées très sympas sur trois des quelques quarante sites de grimpe des environs. Le rocher est bien différent de chez nous avec des colonnades et on peut s’amuser à passer d’une concrétion à une autre, les équipements sont en bon état et l’ambiance entre grimpeurs (comme toujours) très sympas. Le panorama en haut des voies n'est pas mal du tout !!

Brefs les trois jours passés ici défilent à toute vitesse et on repart conquis par ce petit coin de paradis.