Carnet de voyage

Malaysia

G
Par
Par GnR
We are setting off for the country of Tan Twan Eng, Gaelle's favorite author and the expectations are big. Follow us as we discover the truth behind his words.
4
oct

We left Lombok the 3nd of October, around midday and arrived at Kuala Lumpur (KL) airport around 4pm. The first thing striking you when you arrive in Malaysia is how organised and modern things seem to be. To reach the city center you have two options:

  • the fast (and quite expensive) train KLIA, doing the trip in 20min
  • the bus, slower (1h) but very confortable and cheap (12MR/person = £2.3)

They both arrive at the station called KL Sentral and from there we took a metro to get to Central Market (Pasar Seni), where we had booked our hotel. The location was great, next to china town, a lot of shops and the metro. The room on the other hand was quite claustrophobic, especially after the big space we've got used to in Bali. There were no windows and only the space for one double bed. But KL was calling to be lived and explored from the outside so we just crashed in the room at the end of each day to get some, much needed, rest.

KL is a big city, with a lot to do and see, and this time we are not really helped to organise all that by our paper guide. We bought the Lonely Planet and we must admit we are quite disappointed... They highlight only few places and don’t give a lot of info appart from that. For big places like KL they organised the book in themes sections : food, museums, where to sleep, ... and not by areas. It’s clever but we don’t find it practical.

Our first exploration brought us to a massive Chinese temple (Thean Hou Temple) set on the top of a hill. Wait a minute... A Chinese temple? Isn’t Malaysia suppose to be a muslim country?... And why is there so many Chinese people? If there is one thing you need to understand when you visit Malaysia is the impact of history in terms of immigration. It’s the key for a lot of things here. I won’t go back to the old colonial history - Portugueses then Dutch - but to the English one. Under the British Strait Settlement, at the beginning of the XX century, the economy was for a big part supported by the tin mining and rubber plantations. These two industries were very needy in terms of men and ill paid. The British “invited” Indians and poor Chineses coolies to work were nobody else wanted. The multicultural aspect of Malaysia, roughly, comes from that period. Malaysia is now composed by 70% Malay, 23% Chinese and 7% Indians, and around 10% of the population is a foreigner (legal or illegal). Easy to say, it’s a massive melting pot and it’s very simple to go from one church to one mosque, from one curry house to one noodles shop.

And Oh My God, we love it!

Thean Hou Temple 

When I said churches, I wasn’t kidding ! Richard looked up on internet about organs in Malaysia. Safe to say there is not that many BUT there are some! KL counts 2, Penang 2 and probably one in Singapore. Full of curiosity (and hope for Richard), we went to St Mary’s cathedral, built in 1887 as an anglican church. It now hosts 10 congregations and a beautiful Henry Willis organ (St Paul cathedral in London). The organ was installed around 1900 and suffered badly from floods and bombing. It has been sent to UK last year for a complet renovation as it became impossible to play. Richard used his usual technique - charm and smile - to convince the care taker to let him play. After almost 2 months without playing, you should have seen the smile on his face...

St Mary’s Cathedral in KL and it’s Willis organ 

A lot can be said about colonialisation, but it’s hard to deny the beauty it brought in the streets... Most of the buildings built under the British are in the Mughal style (Indian Muslim). Light colors, domes, thin pillars, minarets, arches, ... It looks very aerian, light, delicate. The whole is surrounded by modern sky scrapers but even there, architects made a big effort and some are very pretty.

For those who know Brighton and its pavillion, it’s exaclty this architectural style. The old train station looks very similar with its tours and thin pillars.

KL old train station (still in use)

Useful infos:

  • KL metro are regular and very practical. You don’t pay for a ticket for tokens which prices depends of your destination
  • Example: Pasar Seni to KLSentral = 1,30MR (£0,3)
  • Our hotel: Leo Leisure, 75MR/night
  • You need to go for diner quite early, at 9pm everything closes!
5
oct

Pour cette deuxième journée nous sommes sortis de Kuala Lumpur même pour nous rendre jusqu’aux Batu Caves. La magie de la ville fait qu’on peut s’y rendre en seulement 40min depuis le centre en train, le tout ne coutant que 5MR aller-retour, soit 1euro!

Ces grottes sont spéciales pour 3 raisons:

  • C’est un lieu religieux, la grotte principale abritant plusieurs temples hinddous
  • Une IMMENSE statue dorée d’une divinité hinddue est érigée à son entrée
  • La “dark cave” est l’habitat d’une vaste faune; notamment d’une des araignées les plus rares au monde

Le trajet jusqu’aux grottes se fait dans le confort climatisé d’un wagon de métro mais une fois sur l’esplanade, une looooongue ascension nous attend, tout en sueur et hannanements. D’autant qu’ils sont en train de construire un nouveau temple là haut et demandent gentiment aux visiteurs de porter jusqu’au sommet une ou deux briques. Voulant faire les fiers et bonnes âmes, nous nous sommes tous les deux chargés de 2 briques. On faisait moins les malins après la première centaine de marches mais on a tenu le coup, pas comme ces racontards qui une fois à l’abris des regards ont laissé leur brique au milieu des marches. Si si, on a vu!

L’intérieur n’est pas incroyable et nous avons été un peu déçus par les autels. Nous n’y connaissons vraiment pas grand chose en hindouisme et ça nous parait assez éparpillé et brut... Par contre la vue plongeante sur la statue depuis là haut, c’est assez impressionnant!

Il y a des singes de partout et même s’ils sont parfois mignons à prendre des cacahouètes directement dans notre main, nous ne nous sentions pas très à l’aise. Le moment un peu stressant est arrivé quand j’ai dit que j’avais vraiment faim et que je voulais manger mon samoussa précieusement gardé depuis le petit-déjeuner. C’était bien stupide de ma part puisque les singes, même sans voir sentent à des km à la ronde de la nourriture. Un petit téméraire s’est jeté sur Richard et a essayé de lui voler le précieux samoussa. Hop on remballe tout et on sprint dans les escaliers pour se mettre à l’abris. Tant pis pour mon ventre qui grogne...

The Dark Cave et son puit de lumière tout au bout. Sinon c’est le noir complet 

En fin d’après-midi, après s’être perdu pendant 20 minutes dans le centre commercial de KL Sentral, nous avons abdiqué et nous sommes directement rendu au niveau des fameuses Petronas Towers, dans le quartier de KLCC. Je vous jure que j’avais l’impression de rejouer la scène des 12 travaux d’Astérix quand ils sont coincés dans l’asile de fous! La station KL Sentral est un gros noeud de communication, avec des lignes de trains, de métro, de monorail et de bus s’entremelant. Et pour rendre tout ça très compliqué d’accès, ils ont construit un gigantissime centre commercial AU MILIEU. Il faut donc traverser le centre commercial (mais pas sur le même étage bien évidemment), pour se rendre sur d’autres lignes de métro.

  • “Excusez-moi monsieur, nous sommes un peu perdus... Nous cherchons la ligne verte”
  • “Alors vous prenez l’escalator, vous remontez deux étages, vous prenez à droite, vous prenez l’autre escalator pour redescendre d’un étage et vous passez la grande porte d’entrée”
  • (5 minutes plus tard, n’ayant toujours pas trouvé, avec un autre agent)
  • “Excusez-moi monsieur, nous sommes un peu perdus... Nous cherchons la ligne verte” (y’a comme un echo dans l’air...)
  • “Heu... je ne sais pas, demandez aux vendeurs du magasin là-bas”

Je pourrais continuer longtemps mais je pense que vous avez saisi l’idée...

Eclairage progressif des Petronas Towers 

Petronas est une compagnie pétrolière malaisienne (oui il y a du pétrole en Malaisie) qui a voulu afficher sa prospérité et fortune dans la construction de deux immenses tours jumelles reliées par une passerelle : les Petronas Towers. Elles forment un excellent point de repère dans le paysage urbain et ne manquent pas d’une certaine élégance. Ce qui est vraiment chouette, c’est le parc derrière avec de grands espaces herbeux et un lac artificiel qui prend vie la nuit avec un envoutant spectacle d’eau et lumières. Nous sommes restés là presque 2 heures, admirant le soleil déclinant et les millions de lumières électriques prenant le relais. Je vous laisse admirer le résultat.

Infos Utiles:

  • La grotte principale des Batu Caves n’est pas payante mais l’entrée pour the Dark Cave coute 30MR/personne
  • Train de KL SEntral aux Batu Caves = 2.6MR aller
  • le spectacle d’eau et lumière commence vers 19h30
6
oct

You might not be museum lovers but if you ever come to Malaysia, you MUST visit the Islamic Art Museum!! The building in itself is beautiful with an inverted dome, a very nice courtyard with fountains, a gorgeous view of the National Mosque and a delicious (yet a bit expensive) restaurant offering middle eastern style food.

As someone who is passionate about Islam, I have visited quite a few islamic art museum: Paris, Istanbul, Beirut,... and they were all very interesting and displaying fine pieces of art. However, the one in KL is unique due to it's asian twist. We rarely associate Islam with Asia, even though the majority of the world's Muslims live in Asia. Asia counts for 62% of the international muslim community, where as the Middle East and North Africa count for only 20%. Indonesia on its own hosts 12.7% of all Muslims with Saudia Arabia only hosting just 1.2%! Just to put things in perspective.

Art at the junction between Islam and China 

When we bought the tickets we asked how long it usually takes people to visit the place. The guy said "around 2 hours"; and so we spent the whole day, from 11am to 6pm reading and digesting both our food and the information we were reading. And no, I wasn't dragging Richard behind me! We both loved it and learned a lot. The first exhibition was about Islam in China, showing some beautiful traditional blue and white (or pink and white) china dishes with arabic inscriptions along with some very delicate calligraphies. On the same floor we learnt about the Mughal empire in India where they developed a refined art in miniatures and portraits (close to the persian style), and also about the Malay archipelago (which is not just Malaysia, but also the south of Thailand, West Indonesia and the Southern Philippines as well).

Mughal art (top pictures) and kris blades from the Malay gallery (bottom pictures) 

I always dreamt to put my hands on a book showing the different architectural styles in mosques. Just alone between Morocco and Lebanon, the differences, architecturally, are striking, and Istanbul's been a real revelation. So I could just imagine how interesting it would be to show a mosque from Damas, built in the VIII century next to an Afghan mosque from the XV's. The IAMM made it true by putting on display around 20 scale models of mosques from around the world.

A few of the model mosques on display 

We were running out of time (and energy despite the amazing Lebanese meal at the museum's restaurant) so we skipped the second floor and went straight to the temporary exhibit about bookbinding. In Islam culture, nothing is more important than your Koran and no material is too expensive to enclose the holy book. From very fine leather, to embossing, to gold leaf, the work is stunning.

Temporary Bookbinding exhibition 

We then finished with a photographes exhibition, showing the 50 selected pictures for a competition, with the following theme: "A spiritual Journey - Islamic Culture and Heritage in Southeast Asia". Very colourful, deep in their meaning and visually beautiful. Our favourite was the builder praying in the pool of light, his safety helmet next to him.

Photograph competition around the theme " A spiritual Journey" 

We took our time in the museum but we then had to run a little to be on time to Titiwangsa garden, which was only 5 metro stops away but it was without counting the 20min walk to find the entrance of the park. No show or appointment waiting for us, just the sun setting on the city of Kuala Lumpur and reflecting in the big lake within the park. We missed the red sky but witnessed this instead:

KL reflecting in Titiwangsa lake 

Useful Info:

  • Ticket entrance for IAMM : 14MR/person (£3)
  • Don't do this museum in a rush, it would be a shame to miss the amazingly interesting artifacts on view
  • You can visit the National Mosque facing the museum. They will provide you a cloak covering you from head to toe, and some of the volunteers and guides are more than happy to explain to you their faith and customs
10
oct

Après 4 jours dans KL, il est temps de mettre les voiles et d’aller se perdre dans une nature un peu plus sauvage. Nous voici donc en route pour l’immense parc national (Taman Negara) qui abrite une fantastique faune comprenant elephants, tigres et rhinocéros pour les plus impressionnants. La flore quant à elle est une forêt primaire vieille de plus de 130 millions d’années (la foret amazonienne a 55 millions d’années - juste pour vous donner un point de comparaison).

La route pour rallier Kuala Tahan, la ville “frontière” marquant le début de la jungle et du parc, est complexe et doit se faire en deux étapes:

  • en mini van jusqu’à la ville de Kuala Tembling, 2h30
  • Par bateau “pirogue” remontant la rivière pendant 3h

On est bien comptant d’arriver vers 17h, nos fesses n’en pouvant plus. Parce que oui, c’est super exotique et excitant de monter dans un bateau à ras de l’eau, remonter “paisiblement” (si on fait abstraction du bruit du moteur) le cours d’eau, mais il faut bien avouer qu’après les 30 premières minutes, c’est toujours la même chose et on commence à se rendre compte que la planche en bois sur laquelle on est assis, n’est pas si confortable que ça.

Trajet en bateau pour atteindre le village de Kuala Tahan 

On se retrouve dans une guest house toute mignonne, propre et offrant thés et cafés en libre service. Il y a même des étendoires à linge dans le jardin, parfait pour faire sécher en 2h notre lessive accumulée (ce n’est pas dans nos 5m2 de Kuala Lumpur qu’on allait laver quoi que ce soit).

Le village est construit sur la rive Est de la rivière et la plupart des restaurants sont montés sur des barges flottantes. Ca tangue à chaque bateau qui passe, et alors qu’on mange mon estomac n’est pas vraiment sûr d’aimer ça.

Depuis que nous sommes arrivés dans Taman Negara il pleut tous les soirs, les nuages s’accumulant dès la fin d’après midi et des éclairs déchirent le ciel et déversent des trombes d’eau (on a assisté impuissant au naufrage d’une colonie de fourmis qui migrait d’un arbre à un autre). Un peu trop confiants dans notre timing, nous sommes sortis un soir pour aller dîner, sans prendre nos K-way (“Mais non, pas la peine de les prendre, on va avoir l’air de touristes qui craignent de se prendre 3 gouttes d’eau sur le nez”).

Autant pour mes 3 gouttes d’eau, ce sont les chutes du Niagara qui nous sont tombées dessus! On a bien essayé d’attendre que ça passe, à l’abris chez Mama Chop, mais après 30min il a fallu se faire une raison. La patronne du restau a eu pitié de nous et a voulu nous dépanner. Seul problème: elle n’avait qu’un seul poncho... Pas de souci, on se serre dessous, Richard sortant la tête et moi me laissant guider par sa voie. Ca marche moyennement, surtout quand la route se transforme en torrent et essaye d’emporter ma tongue! Quelques fous rires plus tard, on arrive sur notre balcon, complètement trempés et on se dit qu’on aurait surement été dans le même état sans le poncho. Mais quelle rigolade!

Un autre soir en revenant de dîner, nous trouvions la route un peu sombre et avons décidé d’utiliser la torche de nos téléphone pour voir où nous mettions les pieds. Brillante idée puisqu’une minute plus tard nous manquions de peu un scorpion, se promenant tranquillement sur la route Oo

Si nous sommes venus à Taman Negara c’est pour une bonne raison: aller faire un trek de plusieurs jours dans la jungle. Les volcans, on commence à bien connaître et on a envie de se frotter à quelque chose de plus... inconfortable et légèrement effrayant. Après deux jours à lézarder sur notre terrasse et dans la piscine de l’hotel voisin, nous partons enfin pour notre 2 jours/1 nuit trek!

Nous partons de l’hotel (dont la gérante a accepté qu’on laisse tout notre bazar dans la chambre) le coeur plein d’entrain et les sacs à dos léger. Jusqu’à ce qu’on arrive au point de rendez-vous et qu’on se rende compte qu’on doit porter notre propre équipement: duvet, mousse, nourriture, eau. Bêtement, revenant de Rinjani et de ses hordes de porteurs, on n’avait pas pensé à ça... Le sac si léger devient un énorme poids de 8kg qui, après plusieurs heures de marche se fait vraiment sentir sur les épaules et dans les jambes. Enfin au moins nous, nous avons de bons sacs. Parce que les 5 autres personnes que nous rejoignons (2 Italiennes, 2 Espagnols et 1 Hollandaise) ne peuvent pas en dire autant ...

Le trek commence de l’autre côté de la rivière, qu’on atteint à bord d’un bateau/taxi. Il faut s’enregistrer au quartier général du parc, payer un permis pour entrer dans le parc national et pour le port d’un appareil photo et ensuite déclarer TOUT ce qu’on emmène avec nous: nombre de vêtements, chaussettes, batteries, emballages plastiques (oui il faut compter chaque paquet, les noddles, les biscuits, les bonbons, ...), bouteilles d’eau, ... L’idée de cet état des lieux est - en théorie - de contrôler les trekeurs au retour et de vérifier qu’ils reviennent avec autant qu’ils sont partis, donc pas de pollution dans la jungle. Ca prend des plombes et il n’y a pas de contrôle retour, mais j’aime beaucoup l’idée et clairement, les touristes ET les locaux font vraiment attention. Comparé aux allées de détritus sur le Mt Rinjani, ça fait vraiment plaisir de voir un environnement propre et respecté.

Il est difficile d’expliquer les sensations vécues dans la jungle à ceux qui n’y sont jamais allés. Tout le monde sait que c’est vert, dense, chaud et humide; mais ce ne sont que des mots, pas des sensations. Marcher dans la jungle, avec un sac de 8kg sur le dos, c’est comme vouloir faire du sport dans la salle tiède du hammam. Dans un hammam, la chaleur et l’humidité sont tels que même assis sur un banc, notre corps se met à transpirer à grosses gouttes. Alors dès qu’on se met en mouvement c’est comme si on venait de sortir de la douche: l’intégralité de notre corps est couvert de sueur qui coule en petits ruisseaux. Impossible de s’éponger le front parce nos mains, bras, épaules, sont dans le même état. Toute cette sudation demande un effort cardiaque assez important, sans compter que la jungle, ce n’est pas tout plat. Ca monte, ca descend, il y a des troncs d’arbres géants à escalader parce qu’ils sont tombés au milieu du chemin, ... Bref, après 6h de marche je suis aussi épuisée qu’après 9 sur un volcan.

Pour ajouter au fun, nous avons dû faire la (très) personnelle et désagréable rencontre avec des sangsues. Comme il a plu pendant les 4 précédents jours, ces êtres immondes ressemblant à des petits vers de terre noirs qui gigotent dans tous les sens, sont en pleine extase. Il y en a de partout et toutes les 2 minutes vous pouvez être sûr qu’une est en train de grimper sur votre chaussure et essaye d’atteindre votre peau. Les sangsues ne sont pas dangereuses et ne font pas mal. Elles s’accrochent à un point de votre peau, injectent un anticoagulant dans votre sang et se nourrissent. Quand elles sont rassasiées (après quelques minutes) elles se détachent d’elles mêmes et se laissent tomber. Le problème vient de la plaie qu’elles laissent sur le corps. Elle continue de saigner pendant longtemps à cause de l’anticoagulant, et c’est une porte ouverte pour des microbes/bactéries et présente donc un risque d’infection (et puis ça laisse une vilaine cicatrice pendant plusieurs semaines). Mais le vrai problème avec les sangsues est avant tout psychologique. Ces bestioles sont vraiment répugnantes et savoir qu’elles sont peut être en ce moment même en train de ramper sous votre jambe de pantalon pour trouver un morceau de peau, ça donne des frissons dégueux! Richard a retrouvé des plaies aussi haut que son nombril et son dos!!!! Du coup le 2ème jour j’ai décidé (après une nuit sans sommeil à peser le pour et le contre), de faire comme notre guide et de rester en short plutôt qu’en pantalon. De cette manière les sangsues n’essayent pas de remonter puisqu’elles ont la chair des mollets à disposition. Et puis ça permet de les voir beaucoup plus vite et de s’en débarrasser (une fois dépasser le dégout de les prendre avec ses doigts...) avant qu’elles ne percent la peau. Les sangsues ont fortement contribué à notre épuisement, nous demandant une attention constante sur nos pas et nous empêchant de faire des pauses, sous peine de se faire envahir en 2 minutes. Alors déjà qu’on sue comme des fontaines, mais en plus sans break, ça devient vraiment dur de suivre le rythme.

A part ces immondes créatures, nous n’avons pas vu beaucoup d’animaux. Des fourmis géantes, des thermites, des mille pattes. Ah si! Une bouse d’elephant et un serpent en train de tuer et manger une chauve-souris. Mais à cause de la pluie et de notre grand nombre, ce n’est pas vraiment étonnant.

Notre campement dans la grotte. Notre groupe prêt à repartir le 2ème jour 

Quand nous avons enfin atteint le campement (une immense grotte), le soleil était en train de se coucher et nous avons dû nous dépêcher malgré la fatigue pour aller chercher de l’eau au torrent (pour la cuisine), ramasser du bois pour le feu et faire notre toilette dans le même cours d’eau. A bas la pudeur! Je me suis retrouvée en culotte à m’asperger d’une eau fraiche et claire, lavant toute la sueur accumulée. Le tout à la lampe frontale parce que sous les arbres, il fait déjà nuit noire.

Le campement est rudimentaire: une bache plastique au sol et nos mousses serrées en rang d’onions pour qu’on tienne tous dessus. De toute manière c’est tellement intimidant de dormir dans une grotte qu’on n’a pas vraiment envie d’intimité, plutôt du contact rassurant de son voisin. Notre guide a placé des bougies à des points stratégiques - notamment pour qu’on retrouve le coin pipi dans la nuit- mais aussi pour tenir les animaux éloignés. Enfin ça c’était la théorie parce qu’une fois le repas terminé et tout le monde “confortablement” installé dans son duvet, on a pu voir des porc épics venir finir nos restes et ... voler nos bougies (allumées) placées juste autour des couchages Oo Apparemment ils aiment manger la paraphine...

Autre petite créature qui a tenu Richard éveillé une bonne partie de la nuit: les éléphants. Parce qu’il a plu des trombes d’eau pendant toute la soirée notre guide nous a dit qu’il fallait absolument qu’on ait un feu ou au moins de la fumée active parce que les grands pachidermes allaient chercher refuge et que cette grotte était assez vaste pour eux... Gloups! Je vous assure qu’on ne fait pas les malins quand on doit se relever au milieu de la nuit pour aller faire pipi et qu’on se dit qu’au détour de la roche on va tomber nez à nez avec quelque chose.

Après une petite nuit, réveillés par des choses bizarres qui nous tombaient dessus (“Oh des crottes de chauve-souris!”), on avale un rapide petit-déjeuner et on plie le campement. Notre guide nous met en garde : “Ca fait 5 jours qu’il pleut chaque soir alors le niveau d’eau a beaucoup cru. En temps normal nous n’aurions que des petits courts d’eau à franchir, mais je crains qu’aujourd’hui il ne faille nager dans certains...” Ok.... Quand il dit nager, il veut dire se mouiller jusqu’où? Aux cuisses non?

Ah ba non, quand il dit nager, il veut dire mettre son sac sur sa tête et avoir de l’eau jusqu’aux seins.

Ce qui est drôle c’est que le 1er jour on avait eu une rivière un peu profonde à passer (mi mollets) et qu’on avait tous décidé d’enlever nos chaussures pour ne pas avoir des poids morts à transporter à chaque pas. Mais comme le 2ème jour on en avait une dizaine comme ça, on savait qu’on n’avait pas le temps de déchausser/rechausser et on y est tous allés franco. Il fallait juste bien s’inspecter après chaque passage, les sangsues se trouvant aussi dans l’eau... Sans elles le passage dans l’eau aurait en fait été agréable, nous rafraichissant gentiment.

Quelques rivières qu’on a dû traverser (je suis tombée en entier dans celle de gauche en glissant du tronc d’arbre...) 

Cette deuxième journée était moins épuisante que la 1ère bien qu’on ait dû marcher de 9h à 14h sans pause, l’endroit habituel pour le déjeuner étant, bien évidemment, boueux et infesté de sangsues. Une fois arrivés au camp, sec donc sans monstre, on prend tous une bonne dizaine de minutes pour se déshabiller, se faire inspecter par les autres sur les parties qu’on ne voit pas, et retirer une à une toutes les intruses.

Si on devait faire un bilan de ce trek, je pense qu’on dirait que l’expérience “nuit dans une grotte au milieu de la jungle” était géniale, mais que dans l’ensemble, parce que la saison des pluies a commencé, ce n’était pas plaisant du tout, moralement éprouvant et physiquement assez dur, à cause de la boue qui nous faisait glisser à chaque pas. Donc on le referait sans problème, mais en saison sèche (d’avril à septembre), parce que quand même, s’enfoncer dans la jungle et se sentir tout petit, c’est à vivre.

Enfin arrivés! Il est temps de se débarasser des sangsues 

Infos Utiles:

  • Compagnie de bus pour faire Kuala Lumpur-Kuala Tahan : Han Travel. Coût : 85MR/personnes (£17). Pick up dans KL: China Town
  • Il existe des bus public qui vont jusqu’à Jerantut et ensuite jusqu’à Kuala Tahan, cela coute beaucoup moins cher mais est plus compliqué à organiser
  • Vous n’êtes pas obligés de prendre le bateau pour arriver jusqu’à Kuala Tahan, une route y mène et cela ne prend qu’1h45 en bus
  • Guest House dans Kuala Tahan: Rainbow Guest House, 90MR/nuit (largement négotiable si vous restez plus de deux nuits) (on est descendu jusqu’à 65MR)
  • Barge/restau différent des autres et bon: Mama Chop. Un peu cher mais sert de la bonne cuisine indienne.
  • Xcape Resort dans Kuala Tahan: pour 10MR (£2) le staff vous laissera utiliser la piscine (toute la journée si vous en avez envie)
  • Toutes les agences organisant des treks dans la jungle proposent les mêmes prix, il suffit d’en choisir une qui vous inspire
  • Trek 2 jours/1 nuit = 230MR/personne (£45)
  • Permis pour le parc = 1MR; Permis photo = 5MR
13
oct

The Cameron Highlands

If you are looking to escape from the humid heat of the lowlands, then the Cameron Highlands will certainly provide you with a welcome retreat. Situated in the hills of the Titiwangsa Range the Cameron Highlands sits at about 1500 metres above sea-level. The weather is very interchangeable, so without any warning you can be caught in heavy downpours.

We travelled from Taman Negara taking the local bus to Jerantut, where we quickly realised that there were no further buses to take us closer to the Cameron Highlands. We were approached by a local tout who offered to take a direct minivan for RM50 each (£10). It was saving us a looooot of time and a bit of money so we agreed.

Arriving in Brinchang, the town 5km north of Tanah Rata, we checked in to the Hotel Chua Gin. As always we only reserved one night for RM70, expecting to be able to haggle a little for the next few nights of our stay. But we didn’t pick the right time to do so. The Cameron Highlands are a favorite weekend destination for Malaysians who just want to escape the heat. Bad luck for us, we arrived on a Thursday, and it was the beginning of school holidays. Prices were double if not tripling for the friday and Saturday nights... Not always easy to be a backpacker on a tight budget.

With our clothes and boots still wet from our trek in the jungle, we found that the cooler weather really didn't help us to dry our clothes. Fortunately we managed to obtain some newspaper from one of the local 'we sell everything' shops. The stuffing of our boots and socks continued for the first two days spent in the Cameron Highlands, changing the newspaper twice a day. (I can just imagine the face of the cleaning lady when she discovered the bin full to the brim with soggy newspaper sheets).

After having spent the first day relaxing and recovering, we ventured the 5km down to Tanah Rata, where we booked an excursion with TJ Travel, which would take us to all of the landmarks that we came to the Cameron Highlands to see. Whilst we were booking our trip, we spoke with the lady working for the travel agency who advised us that there were cheaper hotels and hostels that didn't use Booking.com to advertise. With this new information we found a hostel called the Twin Pines, where we booked our third and final night's stay before leaving for Ipoh. The room cost us a fraction of the price, and for only RM50 we had a room. As we'd paid upfront for our current hotel room we incurred a charge, but the lady at TJ Travel also helped us with the language barrier, we would of had, and explained to the receptionist at Hotel Chua Gin, that we had an 'emergency' and were leaving the Cameron Highlands the day we checked out. Of course we weren't going to say we'd found somewhere cheaper!

After lunch we set off, making our way back to Brinchang but this time choosing to take the scenic route back. This was our first little venture, all by ourselves, and so I was constantly checking we were taking the right path by using the application 'maps.me', on my phone. Sometimes 'maps.me' is a little wrong, but thankfully this time we managed to navigate our way from trail to trail, eventually arriving back at Brinchang, after 2hours and 30minutes. We took trails 4, 6, 3, and then 2, and it was trail number 2 where I casually slipped and fell, sliding down the hill and ending up with a rather muddy behind, and a few minor cuts on my hand where I'd tried to stop myself from falling. It could, however, have been a lot worse! We crossed rivers, without getting wet and enjoyed coming across various plants and insects as the below pictures show.

Plants, Insects, and a Buddhist Temple 

The next morning we took our breakfast, as we had done the day before, at an Indian restaurant where we enjoyed a roti and a cup of tea, before we were picked up by Amed, our guide for the day.

The traditional LandRover Defender, along with Amed, our guide

Our first stop on the trip was to the Boh Tea Plantation, where the tea is grown, prior to heading up the narrow track to the Mossy Forest. The Mossy Forest over previous years had to been subjected to mass amounts of tourists, who inadvertently had caused damage to the forest. The decision was taken therefore to construct a walkway, to minimise further damage by those who visit. The views from this forest were amazing, and we weren't short of tropical plants and wildlife either.

The Mossy Forest 

Descending back down from the Mossy Forest, Amed continued to pass on his wealth of knowledge to us and without him, it could have easily been a trip just to look around and not understand exactly what it was that we were looking at. At the Boh Tea Plantation, we were shown into the factory, where they process the leaves that have been picked from the Camellia sinensis bushes, and the pickings at this point generally consist of a bud and two young leaves. As the climate is so consistant in the Cameron Highlands, picking occurs all year round.

Oxidation starts to occur, and the leaves will start to wither, so dependent on the tea this process of oxidation will vary. So for lighter teas, the oxidation process will be much shorter than for black teas.

After the leaves are picked they will go through 4 more phases which are detailed below.

Process of making tea 

So having bore witness to this process, we decided that we should, of course, go and try some tea for ourselves. We did this in the cafe and, oh my, what good tea it was! Plus the scones weren’t bad either. Who knew that there was such a thing as a green tea scone?!

The proof is in the pudding.... 

With our factory tour over and our tasting session complete, we made our way down the hill and back to Tanah Rata, to check in to our RM50 a night hotel. The hotel did look a little dilapidated from the outside, but in fairness, it had all the basic amenities we required, so for the equivalent of £10 a night, we didn’t complain.

We spent the rest of that afternoon, and most of the evening, with 2 of the ladies we had met on our trip. We all met at a restaurant called ‘The Barracks’ where time seem to pass without us noticing, as it was gone 10pm when we left.

We felt the cold a lot more compared with the two nights before, and so by the morning Gaelle was basically dressed having to put on numerous layers during the night. So, after our cold night, we were ready to depart and get back to the warmth of the typical Malaysian weather.

A word of warning for anyone who suffers from travel sickness. The roads leading to and from Tanah Rata are very winding so if you do intend to take a coach, or minivan to the Cameron Highlands it could be worthwhile trying to fix yourself a front seat! Keep your eyes on the road, otherwise you might feel you’re on a rollercoaster.


Useful Information:

  • TJ Travel provide various different tour packages. Our tour cost us RM50 each and Amed was full of great information which really made the experience that more enjoyable
  • Twin Pines provide basic accommodation, for those who are on a budget, it is worthwhile checking this place out
  • The treks around Tanah Rata and Brinchang are navigated with ease, just ensure you keep an eye on the weather, so pack your waterproof!
  • The bus for Ipoh leaves from Tanah Rata Bus Station at 2:30pm and cost RM20/person
  • If you go to “The Barracks”, you MUST try their bread boat (the one with cashew nuts and chick peas is so good that it’s deadly!)
16
oct

Il est l’heure de quitter l’air frais de nos chères montagnes et de redescendre dans la plaine, direction Ipoh. Jusqu’ici mes sea band (bracelets anti nausée) avaient fait des merveilles, mais je pense que c’était trop leur demander ici... Nous avions lu que la route était tortueuse et rendait facilement malade, nous avions donc choisi des sièges au 2ème rang en prévision. La vérité est que la seule place confortable pour ce trajet est le couloir, à côté du chauffeur et les yeux rivés sur la route. 3h de torture plus tard, nous arrivons enfin à la gare routière d’Ipoh, où nous rencontrons un couple d’Anglais et décidons de partager un Uber pour se rendre à nos hotels respectifs. Je n’entrerais pas dans le débat sur les Uber en France (concurrence déloyale, absence de protections pour les conducteurs, ...), mais en Asie c’est pratique, peu cher et fiable (pas besoin de négocier un prix ou de s’assurer que le conducteur est honnête et a mis le compteur en marche). Bon le conducteur ne parle pas anglais et ne sait pas où il doit aller alors Richard se retrouve à le guider avec son GPS, mais ça marche!

Ipoh m’a immédiatement fait penser à Beyrouth pour ces très nombreux bâtiments abandonnés et son street art en plein boom. Pour ceux qui aiment la photo urbaine, c’est un vrai plaisir. Difficile de dire de quand datent les plus anciennes peintures; à cause du climat ici, tout s’écaille et s’abîme super vite. Mais on voit clairement que certaines sont récentes et que le mouvement est en pleine expansion. Les plus célèbres sont : le colibris, la fillette et la cage aux oiseaux, et les sacs de café de plus en plus vides (les voyez-vous?). Ah oui parce qu’en Malaisie on n’a pas de gobelet pour les boissons à emporter, mais des sachets plastiques avec un ruban et une paille; très fun.

Street Art dans les rues d’Ipoh 

Nous sommes partis à la “chasse” de ces fameuses peintures et quel n’a pas été notre choc quand nous nous sommes rendus compte que la fillette était en train de disparaître sous de l’enduit! Nous venions tout juste d’acheter une carte postale avec elle dessus et vous pouvez vous rendre compte des dégats... Mais le pire était à venir. Alors que nous revenions sur les lieux le lendemain, elle avait complètement disparu! Des ouvriers étaient en train de repeindre toute la façade en beige. Alors bien sûr je comprends que les habitants et la mairie veuillent redonner du lustre à leur ville, mais j'espère vraiment qu’ils vont commissionner le même artiste (ou un autre si vraiment ce n’est pas possible) pour la refaire.

“La fillette et la cage aux oiseaux” , en train de disparaitre

L’histoire d’Ipoh est très liée à celle de l’industrie britannique avec les mines d’étain entourant la ville. C’est donc une ville industrielle, qui a assez mal vécu la chute du métal et est devenue une coquille vide pendant des années. Heureusement une renaissance est en train de s’opérer (n’allant pas sans gentrification et ses habituelles victimes) et de nombreuses friches industrielles retrouvent une nouvelle vie, devenant des cafés branchés, des centres d’arts, des marchés d’artisans, des working space, ...

Tout n’est pas ruine tout de même, et pour découvrir la ville il suffit de suivre le “heritage trail” mis en place par la municipalité, avec des panneaux explicatifs devant les bâtiments clés, la plupart datant de la colonisation britannique.

Une grosse journée est peut-être suffisante pour faire le tour des points clé de la ville, mais nous avons décidé de poser nos sacs pour quelques jours et ainsi prendre le temps de vagabonder et de se poser! Quand on voyage il est facile de se faire embarquer dans le cercle infernal de “je suis là alors je fais le maximum et puis je repars aussi sec pour aller voir les autres merveilles d’à côté”. Ca ne surprendra pas grand monde si je dis que dans notre couple c’est moi qui suis comme ça et Richard qui essaye de nous faire lever le pieds et de (sacrilège) ne rien faire pendant une journée de temps en temps. J’avoue que ça me demande beaucoup d’efforts et que j’ai très vite l’impression de perdre mon temps et de passer à côté de quelque chose.

Ipoh était donc la première ville où nous avons volontairement fait trainer et passé deux après-midis entières dans des cafés, à lire, écrire, boire d’excellents jus frais et (après deux mois sans une touche de féminité) se faire les ongles. Et j’avoue que ça fait du bien.

Un café très sympa dans le vieux Ipoh: Burps & Giggles 

Pendant que nous étions là, un des plus importants festivals hindous avait lieu: Deepavali (ou Diwali) signifiant fête de la lumière. Little India débordait de vie, de musiques, de patisseries alléchantes et de guirlandes de fleurs pour les offrandes aux divinités. Et comme toujours avec l’Inde, c’est super coloré, comme une petite explosion de pots de peinture.

Deepavali (Fête de la lumière), célébration indienne  

Infos Utiles:

  • bus Cameron Highland / Ipoh = 20MR/personne, annoncé 2h mais en a pris 3 pour nous
  • L’arrivée sur Ipoh se fait à la gare d’Amanjaya, tout au Nord. Il faut donc ensuite prendre un taxi/Uber pour rejoindre votre hotel
  • Prix moyen pour une course Uber gare routière/centre ville = 12MR (compter 20-30min et attention aux bouchons!)
  • Notre hotel: Résidence YY —> 50MR/ nuit. Vraiment pas cher, mais un peu excentré. Il faut compter une demi-heure à pied pour arriver dans le vieux Ipoh
19
oct

Penang is an island far north on the West coast of Malaysia, close enough to the mainland to be linked by 2 bridges, the longest being 13km. Because of it strategic position on the Malacca Strait, the British took great interest in Penang, and in 1786 they claimed the land (from the sultanate of Kedah) and opened a merchant port.

In 1826, Penang, Malacca and Singapore became the 3 parts of the British Strait Settlements (it’s not until 1910 that England colonised the whole of what we now call Malaysia) and thanks to the international trade, the tin mining and later on the rubber plantations, these places boomed and grew. Poor labourers from India and China flowed through the streets of George Town, the capital of Penang Island, and with them they brough new cultures and arts.

The Chinese, with their very high sense of family and community, started building clan houses to help and settle their fellow new comers. Temples and mosques were built, shop houses opened, secret organisations set up. A small number of Chinese did incredibly well and rose up, from being just labourers owning only the shirt on their back, to become very rich and powerful men. The 2 mansions below are typical examples where this has happened

What’s incredible in George Town, is the fact that most of the old buildings from the XIX’s century are still there and after years of restauration/renovation (most of the time done by private people with their own funds) the beauty and opulence are back. In 2008, UNESCO listed the whole old city of George Town as a World Heritage Site, which brought thousands of tourists and a lot of money (lighting up the interest of promotors, of course...). To understand a bit more about the black face of this UNESCO recognition, go and read this very good article from The Guardian:

https://www.theguardian.com/cities/2017/aug/30/unescocide-world-heritage-status-hurt-help-tourism


Blue Mansion

Front porch of the Blue Mansion - Cheong Fatt Tze’s house 

This mansion was built by Cheong Fatt Tze at the end of 19th century and was one of his many houses in the country and abroad. Mr Cheong being very rich and powerful (also known as the Rockefeller of Asia) housed his 7th (and favorite) wife there. Yes, we discovered that in the Chinese society it’s normal to have many wives, especially if the first can’t give you a male heir. Yet, he himself wasn’t there very often at all as he was travelling the world for his business.

The story of this successful man in itself is interesting, but what really got us during the visit was the whole work around the restoration of the house.

During our visit we had the chance to be guided by the lady, who actually bought this mansion 28 years ago (along with a small group of conservationists) and did, from A to Z, all of the work in it. Cheong Fatt Tze didn’t want his heritage to be dilapidated and lost from his close family, so he put in his will that nothing from his estate could be sold before the death of his last son. Having 8 wives, you can imagine therefore that the so called ‘last son’ was very young when his father past away and the heirs had to wait until 1989 before selling anything! Needless to say they consequent heirs were quite frustrated by the fact this wealth, laying before them, was completely untouchable.

The house was in a really bad state when the conservationists bought it. Illegal tenants, having made their home withing the Blue Mansion, cooked on open fires in the beautiful lounge, hung laundry on the delicate wood panels, and paid no respect to the house in general... So, it took the new owners 6 years of hard work, all their savings and big loans from the bank to bring the house back to life. The owners were from Penang and they didn’t really have any plan further than as much as to save the architectural beauty of the house, as to what they’d known from their childhood whilst also trying to preserve it as historical heritage for their grandchildren.

The lady seen in the bottom middle photo if the proud owner of the Blue Mansion 

The work carried out was beautiful. To ensure the authenticity of the conservation works, local Chinese craftmen, those who used old techniques, were brought in thus ensuring that the restoration was as close to the how the house looked as it did when it was first built. It was by scraping the layers and layers of plaster off of the walls that they discovered this amazing indigo blue - which was quite a famous and common colour back in XIX - and so it was decided that they would restore the mansion in it’s original glorious exterior colour.

Only a small part of the house is open for tours, as the rest of it is a very stylish hotel and restaurant. It sounds a bit capitalist and upseting, but it was actually the only option for the owners to pay back the loans. It’s not a cheap place to neither eat nor stay, but Richard and I agreed we would, one day, indulge ourselves and stay there for a night, or two. 😉


Green Mansion (Penang Peranakan Mansion)

 Front door with bright red rickshaws (and a slighlty more modern scooter) 

This is another great example of Chinese success in Penang. This beautiful, light, green house is a kind of museum for the Baba Nyonya community. The Babas are the Chinese who married local woman (Nyonya) and created a unique cultural mixing. The house is full of artefacts and funiture which had been collected, later on, by the actual owner. Most of the pieces were beautifully incrusted with mother of pearl.

In this house we learned that in an official portrait painting, the number of fingers shown is an indication of the rank of the person. Only the emperor was allowed to show 10 fingers, and we can see that the Baba Nyonya of this house was a powerful personality in China as he displayed 7.

We also learned that the Chinese, like most tribes/civilisations, were desperate to have a male heir and so predicting the sex of any future baby was therefore an important occupation. The custom was to place a basket under the bed of the young married couple, with one chick and one cockerel inside. In the morning, along with the traditional blooded handkerchief, the basket was opened and the first animal jumping out would predict the sex of the unborn baby.

Furniture, paintings and one Englishman 

Taking care of the mansion, which actually unites 5 houses and a temple, is not an easy job and work has to be done regularly. The humidity is a never ending problem as it infiltrates everywhere; walls have to be replastered and repainted frequently.

Useful Info:

Blue Mansion:

  • Guided tours for the Blue Mansion are compulsory and only 3 times a day: 11h, 14h and 15h30
  • To visit with the owner: Friday 11:00 and 14:00
  • Entrance fee: 17MR/pers

Green Mansion:

  • Entrance fee: 21MR/pers
  • You can join a guided tour when entering the house, there is no specific timing here
  • You can leave the house and go for lunch and come back later, as long as you keep your entry sticker
20
oct

Une des raisons pourquoi George Town est si attractive et plaisante à visiter est parce que ses murs sont devenus des oeuvres d’art à eux seuls, une invitation au vagabondage, une raison donner d’explorer les petites ruelles et de tomber par hazard sur un nouveau temple, musée, magasin, ...

A l’office du tourisme vous pouvez même vous procurer gratuitement un plan de la ville recensant toutes les oeuvres. Les plus célébres sont celles de l’artiste Lituanien Ernest Zacharevic, commissionné par la municipalité en 2012 pour insuffler une nouvelle vie autour des traditionnelles “shop-houses”. Succès spectaculaire, les rues sont maintenant bourdonnantes de vie, et il faut parfois faire la queue plusieurs minutes avant de pouvoir prendre une photo.

Une des plus célèbres oeuvres de l’artiste Zacharevic: “Children on bicycle” 

Ce qui est absolument génial dans son travail, c’est l’insertion d’éléments réels, comme un vélo, une moto, une chaise, ... donnant une illusion d’optique incroyable (et permettant aux spectateurs de s’insérer dans la “toile” le temps d’une photo). Il a également joué avec la décrépiture des murs plutôt que de travailler sur une surface bien propre, bien lisse. Dans notre première semaine à Penang nous nous sommes promenés sans carte, et c’était un peu comme une chasse aux trésors dans la ville, c’était à celui qui trouverait le plus de peintures.

Certaines oeuvres de Zacharevic dans les ruelles de GeorgeTown 

Une autre initiative artistique commanditée par la ville quelle année après la réussite des peintures murales avait pour but de raconter l’histoires intime des rues et quartiers de Georgetown. Ainsi ont vus le jour de très nombreuses sculptures métalliques réalisées par 4 dessinateurs plasticiens et expliquant avec humour l’origine d’un nom, d’une habitude, d’une coutume. Nous avons ainsi découvert que le célèbre Jimmy Choo avait fait ses débuts comme cordonnier non loin de la Blue Mansion (voir article précédent).

Pour la petite histoire, notre hotel se trouvait rue “Love Lane”, véritable repère des backpackers et qui tient son nom d’une légende selon laquelle un riche commerçant chinois logeait et entretenait plusieurs de ses maitresses là.

Quelques exemples des “sculptures” réalisées pour raconter l’histoire de la ville de manière originale et attractive 

Sans aucun doute les commandes artistiques de la municipalité et le reconnaissance “patrimoine mondial” de l’UNESCO ont eu un fort impact sur les rues de George Town et de nombreuses initiatives privées ont ensuite fleuri sur les façades. Je ne sais pas s’il faut demander une autorisation avant de se mettre à ses peinceaux mais les habitants ne manquent clairement pas de créativité.

Infos utiles:

  • Excellente auberge de jeunesse, un peu bruyante mais très propre, chaleureuse et vous offrant le petit-déjeuner: The Red Inn Heritage; 60MR/nuit pour un chambre double avec douche mais toilettes partagés.
  • Si vous n’avez pas beaucoup de temps vous pouvez louer un trishaw pour une heure et le conducteur vous fera faire le tour des oeuvres principales
22
oct

A tattoo is something, that once completed, you will wear for the rest of your life.

I'd always wanted a tattoo, but was never sure on exactly what I wanted. It took me 27 years and a trip to South East Asia to finally come to the decision about what I would like to see on my body. My moment of realisation came as Gaelle and I were walking around in 'The Penang House of Music', which in itself was very interesting. However, their logo incorporated a bass clef, or clé de fa, (if you're reading this in France) and this gave me the idea of having the bass clef on my left wrist and the treble clef (clé de sol) on my right. My 'logical' thinking behind this came from me playing the piano and, of course, my left hand plays the bass (or lower part), whilst my right hand will nearly always play the tune or melody above. So when we walked back to our hostel we noticed a tattoo shop, I took the number for the owner, and I contacted him later that evening. He replied to my text and invited me into the shop the following day to talk about my design.

The following day, we arrived at the shop and I engaged in conversation with Lee, the gentleman pictured below. It was a tough and limited conversation. Being unable to converse precisely with him about what I wanted made for a long afternoon. We were joined in the shop by an Australian couple, who were tattoo veterans. And they were a great help in getting my points across and finally I had two designs that were ready for tattooing.

The big surprise though came when I was told that I'd be having my tattoo there and then. I was shocked. In England you can wait months to have a tattoo done, and there I was just about be put under the needle.

The first 10 minutes were very strange. It wasn't overly painful, however my body told me that I needed to stop! I sat in the chair feeling extremely hot, with my vision rapidly deteriorating and looking, to those around me, like I'd just seen a ghost - I was truly pale! Thankfully I have an amazing fiancé who ran to the shop to get me a can of coke, which helped enormously and after a little while I was feeling normal again, ready to finish.

It was a uncomfortable experience, but one that was well worth it. My decision, made just the day before, was now a reality and I now wear two symbols that could describe my love for music.


A moi maintenant.

Je n'allais pas laisser tout le plaisir a Richard tout de meme?! Presque 10 ans après mon premier tatouage, et tout autant d'années a me demander quel pourrait bien être le prochain, j'ai enfin franchi le pas. Certains se font tatouer sur une impulsion, pour aider un pote qui débute dans le metier et doit se faire la main; certains réfléchissent pendant des mois avant de trouver un dessin, un texte, une couleur qui ait du sens et leur conviendra toujours dans 20 ans. Je pense que pour moi, je n'arrivais pas a me decider pendant toutes ces années parce que je cerebralisais trop mais quand je suis entree dans le salon de tatouage avec Richard, la réponse s'est imposée. Ca allait a l'encontre d'un principe fondamental que je m'étais fixe : pas sur une zone visible lors d'un entretien d'embauche; mais je crois de moins en moins a la normalité lisse attendue par la société française. Et puis que voulez-vous? Quand on a un coup de coeur, on a un coup de coeur.

Misy a été ma tatoueuse et j'ai vraiment senti son professionnalisme. Elle n'a pas hésité a redessiner 3 fois le modele pour coller exactement a ma demande, a effacer le décalque sur ma main parce qu'elle ne le trouvait pas parfaitement aligne et a verifier chaque ligne une fois le tatouage termine. On ne va pas se mentir, ca fait un mal de chien, surtout sur les petits os des articulations, mais j'avais un cheri a qui je pouvais broyer la main en silence alors je m'en suis sortie 😉

Les vernis sont de retour, il faut bien mettre en valeur ce beau travail 
23
oct

Il y a bien sûr les incontournables, ceux qui sont en tête de liste dans le classement “le top 10 des choses à faire à Penang”, et puis il y a les autres, ceux moins renommés, moins faciles d’accès ou simplement trop récents. Ayant passés 10 jours à Penang, nous avons eu le temps de les faire à peu près tous. En voici une sélection.


The Camera Museum:

Le selfie des années 20. Trop drôle pour ne pas le prendre en photo 

Ce petit musée surchauffé présente une très belle collection d’appareils photos de toutes les époques donnant un bel aperçu des évolutions techniques, de la taille de plus en plus petite, du gain de qualité, de précision, ... Saviez-vous qu’avec les premiers appareils, les modèles devaient poser pendant plus de 20 minutes?! Cela explique peut-être en partie pourquoi tout le monde a l’air si solennel sur ces clichés anciens!

Evolution des appareils photos. Et oui, l’appareil Lego fonctionne vraiment!

Le musée n’est pas immense mais il est possible d’y passer du temps en s’amusant à prendre des photos sur de vieux appareils, en regardant le monde à l’envers dans la chambre noire ou encore en se remémorant ces grands clichés qui ont fait date dans l’histoire mondiale (l’alunissage, la jeune fille afghane aux yeux si perçants, un enfant somalien entouré par des vautours lors de la famine des années 90, ...).

Mise en abîme: photo d’une photo dans la lentille 

Penang House of music:

Pas la peine de vous expliquer qui a eu envie de visiter cet endroit 😉 Pour être honnête, c’était un peu par accident puisque Richard cherchait un magasin de musique et que maps avait fait apparaitre ce lieu, en plein milieu d’un centre commercial. Le musée a ouvert il y a seulement un an et est largement méconnu. Il est né de la passion de deux hommes qui se sont rendus compte que les jeunes générations malaisiennes ne connaissaient pas leur patrimoine culturel musical. Ils ont d’abord commencé en rédigeant un livre et ont voulu créer un centre de recherche/d’accès aux oeuvres musicales. Le centre multimédia existe bien et les étudiants sont les bienvenus, mais il n’occupe qu’une partie de l’étage entier occupé par le musée.

Ici on parle des musiques traditionnelles apportées par les 3 communautés Malaisiennes: Chinoises, Indiennes et Malai. On raconte aussi l’evolution de la musique et les détours qu’elle a dû prendre durant des périodes historiques précises: occupation japonaise, Après-guerre, “Emergency” (guérilla communiste), ... La force de ce musée vient de sa volonté de mettre le public au coeur de ses découvertes. On peut donc toucher, écouter, enregistrer (vous voyez Richard dans un faux studio de radio). De nombreuses playlists avec des écouteurs sont à disposition, mettant le blabla explicatif en action, et comble de bonheur, on peut jouer des instruments mis en libre service. Malheureusement le piano sonnait affreusement faux...

Studio d’enregistrement de radio et instruments mis à disposition 

Sun Yat Sen Museum

Ici rien de musical, que du très historique. Il s’agit de la maison d'où la revolution chinoise a en grande partie été fomentée, notamment autour de la personnalité de Mr Sun Yat Sen, visionnaire révolutionnaire qui a parcouru le monde et sa diaspora chinoise pour récolter des fonds et mettre sur pieds pas moins de 11 tentatives de coup d’etat. La dernière était la bonne : elle mit fin à la dynastie des Quing (voir le film Le dernier empereur ) et propulsa Mr Sun à la tête de l'état naissant.

La maison n’est pas très grande et on fait le tour de l’expo en 30min. Cependant le gardien/guide est ravi de passer du temps avec les visiteurs et de leur parler de tout (et d’un peu de rien), ce qui est très interessant si vous voulez en apprendre plus sur la culture chinoise à Penang. Un bon et concis livre rédigé par une historienne est en libre service dans le salon et on peut s’installer confortablement sur la grande table, un thé au jasmin dans une main, le livre dans l’autre sans que personne n’y trouve à y redire. Sauf Richard qui m’a fait comprendre que si je n’accelerais pas un peu ma lecture il allait tomber d’inanition !


Khoo Kongsi (clan's house of the Khoo family)

Temple du clan Khoo, un des plus puissants de Penang, construit vers 1780 

Avec ce musée on est au coeur de l’histoire de l’immigration chinoise du XIXeme. La culture chinoise est très clanique, familiale et hiérarchique. Les premiers immigrés qui ont trouvé le succés se sont ensuite organisés pour accueillir les nouveaux venus de leur région/village/famille en les logeant, les aidant à trouver du travail et en recréant une vie communautaire proche de celle laissée en Chine. Les “clan houses” sont au centre de ce système. Elles regroupent des appartements, des bureaux, et surtout le temple familial. On y prie des divinités protectrices, mais avant tout on y rend hommage aux ancêtres.

Ces clan houses posèrent problème à l’administration britannique du temps de la colonisation, étant le repère de sociétés secrètes, véritables contre pouvoir pouvant faire régner l’ordre ou le chaos.

Détails dans les sculptures de la façade du temple  

Il est difficile de comprendre la signification de toutes ces images, peintures, sculptures présentes sur la façade, le toit et les murs intérieurs. C’est très coloré, le toit scintille avec ses morceaux de poterie laquée, ça fourmille de détails, mais à part des dragons et des bonhommes en robe de mandarins, on ne reconnait pas grand chose. Heureusement, sous le temple se trouve un petit “musée” avec de beaux panneaux explicatifs, zoomant sur les différentes parties du batiment et les différents styles artistiques utilisés. Avec un guide ça aurait été encore mieux, mais la “clan house” n’en propose pas...

Petit musée explicatif sous le temple, refait à neuf l’année dernière 
25
oct

We’ve been talking for quiet a while now about the amazing diversity in Malaysia, and Penang in particular. I wanted to illustrate it by showing you different plates of food, faces and buildings. You would have seen a nasi goreng next to a dhal, next to a sweet and sour pork. Or a lady with a head scarf, a man wearing a sarong and a young girl in a sari. But as I hate doing some “food porn” in restaurants and I’m very uncomfortable taking people in pictures without asking them, well, I ended up doing what I know best: taking urban pictures. So to talk about cultural diversity, I will show you the different type of religious buildings you can see in Penang.

Mosques

Mosques 

I think after the long article about the Islamic Art Museum in KL, you understood my fascination for muslim places of worship. On the first line you can see the Kapitan Keling Mosque with its unusual (from a North African architecture point of view) bassins for the ablutions - instead of simple taps - with plastic pan to scoop up the water. Then you can see the Acheen Street Mosque with its typical egyptian style minaret (the light yellow tower) and the floating mosque - out of GeorgeTown.

Hinddu Temple

Sri Mahamariammam temple

Hinddu temples are always very colourful and usually covered up by a pyramidal shape representing the different divinities. We never walked into it, not knowing how to behave and if it would be allowed for non believers.

Chinese Temples

Chinese temples 

Buddhist Temples

Facing each other in the same street, we discovered two massive buddhist temples, one Burmese and one Thai (which was particularly interesting knowing we were about to travel to Thailand in few days).

Burmese buddhist temple 

The thai Buddhist temple is all glitter and shiny pieces of mirrors and ceramic. As we were peeping through the gates into the courtyard we were quiet confused by the statues of green and red gods that really look more hinddu than buddhist... But the gates closed at 6pm and we didn’t have the time to visit properly the place and ask the reason.

Thai Buddhist temple 

And let’s not forget the churches!

Saint George’s church 

The cultural mix wouldn’t be complete without the colonial touch. St George’s church is a beautiful white building, modelled on St Martin in the fields, London. To celebrate the 200th anniversary of the church, a new organ had been made in England by Mander Organs(responsible for the up keep of St Pauls Cathedral, and West Minster Abbey organs, along with other well known organs around the world) and it sounded incredible. With 17 ranks, totalling 1050 pipes the sound from the organ fills the church and it was a great honour to have been invited to play the voluntary after the Sunday morning service that I attended.

27
oct

Passer 1 semaine à arpenter les rues de GeorgeTown c'est chouette, mais l’île de Penang ne se résume pas qu’à ce quartier classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Nous avons donc décidé de louer un scooter pour deux jours et d’aller nous promener un peu plus loin. Première étape: The Snake Temple (le temple aux serpents).

Autant avec les années j’ai réussi à travailler sur ma phobie des araignées, toute seule comme une grande, autant celle des serpents, c’était plus délicat. Faut dire que je n’avais pas de petits spécimens à porter de main sur lesquels travailler. Alors avant de partir pour notre grand voyage j’étais aller faire un tour chez un hypnotiseur en me disant “qui ne tente rien n’a rien”. Ca m’a pris une heure, c’était de l’hypnose ericksonienne (donc consciente) et j’en suis ressortie en me disant “bon ba y’a plus qu’à tomber sur un vrai serpent pour voir si ça a fait effet”. Premier mois à Bali, rien. Pourtant ce n’était pas faute d’entendre des histoires et de temps en temps des bruits suspects dans les feuillages. En Malaisie, malgré un trek de deux jours dans la jungle, toujours rien. Il fallait donc agir.

Le “snake temple”, comme son nom l’indique vraiment, est un temple avec tout plein de serpents et pas n’importe quel type: des “pit viperes” noires et jaunes assez venimeuses et qui ne sont bien sûres pas débarassées de leur venin. La croyance populaire voudrait que les vapeurs des batonnets d’encens brulant à proximité les rendraient somnolentes. En attendant il est bien écrit “DO NOT TOUCH”.

Il faut bien le reconnaitre, ce mélange jaune/vert/noir est fascinant et je me retrouve malgré des frissons de dégout/crainte à rester planter devant elles. Il faut bien garder une distance de sécurité de 2m, mais quand même, j’y arrive!! On fait ensuite un petit tour dans la cours où un mini jardin avec quelques arbres se trouve. Au début on ne voit rien et puis tout à coup on se rend compte que les arbres sont couverts de serpents! Je ne dirais pas que ça grouille parce que les reptiles sont plutôt à l’heure de la sieste, mais une fois qu’on en remarque un, il suffit de remonter de quelques centimètres pour voir la queue d’un autre. On vous laisse chausser vos lunettes et trouver toutes les vipères qui se cachents dans la photo de l’arbre.

Zoomez sur la photo de l’arbre et amusez vous à compter combien de vipères vous trouvez 


Le musée de la guerre:

C’est un peu par hasard que nous avons trouvé ce musée, peu référencé dans les blogs de voyage et assez isolé. Il se trouve à la pointe Sud-Est de l’île et sans véhicule privé, impossible de s’y rendre. Je trouvais le choix de l’emplacement bizarre et contre productif en terme d’appat des visiteurs, jusqu’à ce qu’on m’explique à l’entrée qu’il s’agit d’un site historique unique, redécouvert par un habitant de Penang dans son adolescence, alors que tous les habitants du coin parlait de la colline hantée. Le lieux en question n’est autre que le fort militaire construit par les Anglais dans les années 1930 et ensuite récupéré par les Japonais lors de leur invasion en 1941. Ces derniers se sont servis des lieux comme prison et salles de torture. Si l’endroit a pû être oublié pendant tant d’années c’est parce que les bunkers sont enterrés dans les pentes de la collines et construit dans un camouflage naturel.

On s’est pris des trombes d’eau sur la tête en visitant mais on a en quand même bien profité. On a parcouru des tunnels à 4 pattes, remonté des échelles de survie et prétendu tirer sur des avions ennemis. Et pour les amateurs de tir, un parcours de paintball a été installé, au milieu des anciennes installations militaire: effet garanti!


Sur le chemin du retour:

J’avais repéré ces drôles de maisons flottantes le matin en prenant la route et Richard a gentiment accepté de faire demi-tour et quelques dizaines de mètres en sens interdit pour me laisser descendre du scooter et aller les prendre en photo. Sur la 3ème pour pouvez voir en arrière plan le nouveau pont reliant Penang au “continent” et au premier plan cette jetée branlante dont on se demande si quelqu’un ose vraiment poser le pieds dessus...

Infos utiles:

  • Location de scooter: allez sur Love Lane et trouvez “Happy Ken”. Ce n’est pas un vrai magasin, il n’y a pas de devanture, seulement une 10aine de scooters qui s’alignent dans la rue. Pour 40MR/jour vous aurez un petit bijou tout neuf, qui coupe même automaniquement le moteur aux feux!
  • War Museum: 35MR/personne (£7). Un peu cher mais vaut le coup
  • Snake temple: gratuit
29
oct

Who fancies a trek up Penang Hill?

Before leaving for our travels, Gaelle and I had both read 'The Gift of Rain', which was written by a Penang author called Tan Twan Eng. The book was fictional with snippets of truth and set during the 2nd World War. We were both so excited to visit Penang to discover places that we had read about from the book. Penang Hill was one of them.

Moon Gate - One of the starting points 

During the Japanese invasion of Malay, locals sought refuge away from the Japanese, up high, on Penang Hill. Within the story the main characters hike up through the jungle to the peak of the hill and they start their journey at the bottom by walking through the 'Moon Gate'.

The weather in Penang that day was very humid and hot, (as it was for most of our stay) and so the moment we stepped off of the air conditioned bus we instantly felt the change in pressure of our surrounding environment.

We started the hike through the Moon Gate, as per the book, and we spent a good 2 hours trekking up towards the top. However, as we were using MapsMe, we weren't visibly shown the gradient of the route and so before we knew it we were again descending back down. Fortunately, our path lead us towards the road that led up to the top of the hill and we managed to successfully grab a lift from a passing truck. This lift saved us, at least, another 2 hours trek, plus saved us from getting soaked!

Even though we didn't climb all the way to the top by foot, we felt a sense of accomplishment and felt as though we had earned the view that we enjoyed from the top. Upon our arrival at the summit of the hill, there were groups of tourists taking their typical selfie photos, ensuring that they were looking their best before hand.

Views over Penang 
The Penang Bridges 

We had heard, through the grapevine, that we could indulge in a cream tea. With our benchmark of cream teas having been set from our time in the Cameron Highlands, we had set our hopes high. We weren't disappointed! We enjoyed our cream tea at the highest point of the island, watching the local monkeys jumping through the trees around us.

Cream tea with awesome views 
The Dusky Leaf Monkey 

After enjoying our cream tea we headed for the funicular to take our decent back down the hill. This was a short 5 minute journey, and we were crammed in the the coach like sardines!

Life's a beach 

We made the most of our 2 day scooter rental as we took the road north around to Batu Ferringhi. This little local town was set on one main road, boasting it's very own night market and some nice beaches. We didn't venture into the sea though as we were told that it wasn't necessarily the cleanest.

After eating at a Lebanese restaurant we ventured a little further and came across a cat sanctuary called Cat Beach. This was set up by a expat who had moved to Penang over 5 years earlier where she was originally caring for just stray cats, however, now almost everyday new arrivals turn up on the doorstep. We were told that a lot of locals, who don't want to pay for veterinary care, dump the cats at the centre showing no care for their pets whatsoever.

So many cats, too many names 

As we were guided around this rather small cat refuge, we understood more about how the founder had funded, and was still funding, all of the care for these cats. The local authorities give no support at all, leaving them to fend for themselves, and with ever growing number of cats onsite (over 350), the cost is in excess of £60,000 a year. Also, the local authorities refuse for any external, foreign vets to treat any of the cats, even if they came as volunteers as this would, of course, mean that this would be 'unfair' competition for the local vets, who charge the founder the same rates as they would to one of their normal customers, even though she is a charity!

It was so heartwarming to see that a small group of people were caring for these cats, some of whom were really in bad shape. Many had cat flu, fleas, and other medical issues, but still, they were now in the best place to be looked after.

Shall we go fishing? 

If you'd like to donate anything to this worthwhile cause, you can find their website below.