Carnet de voyage

Les chevaliers de la pédale

7 étapes
19 commentaires
14 abonnés
Dernière étape postée il y a 7 jours
3 vaillants chevaliers de la pédale sillonnent l'Alsace et siphonnent leur nectar local.
Août 2022
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Samedi 30 juillet, nous partimes dès l'aube de Triel sur Seine pour l'Alsace. Nous arrivames sans problème quand soudain un provincial nous proposa un banquet alsacien. Nous liquidames ces vivres car il partait en vacances.

Afin de dépenser un maximum de sous, nous metâmes la voiture dans un parking très payant. Le loueur de vélo nous suggera un parking gratuit. La belle aubaine.

Une fois repus et les vélos récupérés, nous vîmes la braderie sans interet de Strasbourg.

En bon bobo, nous decidames d'aller boire du Riesling en bord de Rhin avec coucher de soleil et tartes flambées.


Le repos du chevalier
2
2
Publié le 31 juillet 2022

Dimanche 31 juillet, 1er jour de vélo pour les chevaliers de la pédale. La première difficulté de la journée fut le TER Strasbourg-Mulhouse où rentrer 3 vélos dans un TER blindé a été une bataille que nous n'osons pas détailler ici.

Nous nous sommes découvert une passion pour l'histoire de Mulhouse, capitale du vide, et son héros Sylvain Tell dit Le vaillant. Ce sacré Sylvain batit de ses mains la ville de Mulhouse en 2 jours top chrono en 322 av Céline. Son histoire nous inspira un tag que nous laissâmes en souvenir à la ville de Mulhouse.

Nous avions 45km selon les autorités publiques, 120km selon Erwan. Nous prîmes nos bicycles et nous nous en allâmes vers d'autres horizons.

Sans le savoir, nous dépassâmes des coureurs du Tour d'Alsace en toute modestie. Nous traversâmes Enshishisheim, où la foule nous acclama pour notre sacré coup de pédale. Bref, on a fait du vélo de vitesse.

Nous passâmes par Cernay, capitale du siège médiéval car ils étaient Cernay.

Une fois arrivés à Thann, capitale des tanneurs, au vin tannique, nous cherchâmes de la bière désaltérante. Nous tombîmes nez à nez avec un salon de thé qui remplit tous les objectifs escomptés.

Encore une belle journée accomplie pour les chevaliers de la pédale.

Spéciale dédicace à Sonia pour le support IT et moral.

Perf ici : https://strava.app.link/WBZIVc0x7rb

3
3
Publié le 1er août 2022

Lundi 1er août, après avoir vaillamment grimpé jusqu'à Thann hier soir. Nous descendîmes en direction de Cernay. Entre la montée d'hier et la descente d'aujourd'hui nous preferâmes étonnamment la descente.

Toujours alerte vis à vis de la faune locale, nous fûmes surpris par la taille et l'apparence des pigeons de Cernay du parc naturel des cigognes. Un autochtone nous aborda pour nous partager sa théorie comme quoi c'était des cigognes. Nous restâmes sans voix.

La prochaine étape fût ( comme un fut ) la cave du vieil Armand. Pour atteindre cet objectif et déguster ses doux nectars, il nous fallait gravir la montagne aka "La falaise" d'un dénivelé de 102m.

Même sans être de grands nageurs nous arrivâmes en nage sans avoir pris une ride. Cela valu le coup. Corinne ( tite goutte ) nous fit une dégustation digne des plus grands. Nous bûmes 9 vins différents mais à la caractéristique commune d'ėtre tous liquides. Cette dégustation commença par un cours de géométrie. En effet, Corinne nous apprit l'art géométrique du débouchonnage de Crémant. Pile poil entre l'horizontale et la verticale. C'est beau. La suite de 6 comprenant notamment Riesling Pinot Gris et Gewurztraminer profita d'une faiblesse psychologique qui nous contraigna à accueillir 2 de leurs soeurs pour la suite de notre périple.

Après des adieux chaleureux, nous partâmes pour Soultz sous un soleil de plomb. La chaleur accablante nous força à prendre une pause déjeuner bien méritée. Au détour du bourg de la bourgade, une boulangerie s'erigea devant nous. La boulangère s'excusa de la taille colossale des sandwichs. Nous lui pardonâmes rapidement, ne laissant même pas de note négative sur Google. Le banc de la place de l'église, également banc de la place de la Mairie, également banc de la place de la ville, nous permit de déguster sandwich et Grand Crus à l'ombre. Cinquante kilomètres plus tard, soit environ 10 minutes plus tard, nous nous désalterâmes chez le premier vigneron croisé.

Les 5 verres de la dégustation furent le carburant nécessaire pour rejoindre Guewershwirh. Etant sobre et ayant soif nous nous dirigeâmes vers une nouvelle expérience viticole. Après un grand debat sur la place des jeunes ( ces grossses fainéasses ) dans le monde du travail et 5 verres de vin, nous repartîmes déguster un pinot gris sur notre terrasse.

Après cette mise en bouche, nous nous mîmes en direction de la taverne médiévale. Ce restaurant fut l'opportunité pour nous de découvrir la cuisine Alsacienne. Nous avons bien mangé, nous avons bien bu, merci petit Jesus.

Une belle journée de grand crus pour les chevaliers de la pédale,

Perf ici : https://strava.app.link/qzBLP8298rb

4
4
Publié le 2 août 2022

Mardi 2 août, partis de Gueberswirh pour Saint-Hippolyte, nous parcourûmes 10km avant d'avoir une subite soif qui nous poussa à déguster des vins d'Eguisheim. Malheureusement, la visite tourna court, la gente dame n'étant pas entièrement disposée à nous servir et le vin n'étant pas à la hauteur de nos attentes. Nous visitâmes ensuite Eguisheim, ville préférée des Français en 2013, petit hameau fortifié médiéval, capitale de la drague comme son nom l'indique.

Nous fûmes aguichés par un traiteur de fromages et nous décidâmes d'acquérir quelques doux morceaux de fromages et saucissons. La note fût salée mais le mets délicieux. Nous nous regalâmes sur la place du village.

Nous partîmes en direction de Colmar, capitale des cols, la route fût bonne. Une fois la satiété arrivée, nous décidâme de rompre le jeûne de 45 min pour manger, avec un Crémant rosé d'Alsace déniché tout droit du petit producteur locale : le Monoprix. Le repas remis le chevalier sur le vélo en direction de Saint-Hippolyte, capitale de la .

Nous posâmes bagages à Saint-Hippolyte pour deux jours avant de faire une dernière dégustation.

Nous decidâmes de manger chez notre hôte ce soir, qui commenca les hostilités vers 20h. Il nous servit successivement 5 amuses bouches accompagnés d'un Crémant Rosé. Déjà repus de ces 5 merveilles culinaires, nous déchantâmes lorsque nous comprîmes la suite du menu qui nous attendait. Paté lorrain avec sa salade de tomates en entrée, côte de porc médiéval avec ses potes de terre grenailles et sa purée de potimarron en plat principal, tarte aux abricots accompagnée de sa glace. Le repas fût excellent mais quelque peu surdimensionné pour la faim que nous avions. Une fois terminé, une balade dans les vignes alentours s'imposa pour digérer notre très copieux repas.


Nous tenons à signaler que contrairement aux années précédentes le chevalier Dulac n'a pas posé pied à terre dans les montées rencontrées à ce jour. La performance est à saluer.


Perf ici : https://strava.app.link/oUd0Nyxzbsb

5
5
Publié le 4 août 2022

Mercredi 3 août, nous dormimes très tard, il fut au moins 9h lorsque le premier des chevaliers se leva. Encore sonnés par le repas de la veille, nos premiers gestes furent d'ouvrir les ouvertures fenestrales et d'allumer le ventilateur. La connexion entre tous nous amena rapidement à prendre une douche dans l'optique de deguster le terroir environnant au plus tôt. Suite au conseil du chevalier Alsacien (chevalier Le Bail) nous partames vers le viticulteur Thirion, grand producteur de Saint Hippolyte (capitale de la ). Le petit fils nous accueilla et nous proposa rapidement un verre. La discussion autour du metier de noble vigneron enchaîna sur 3 verres de ses plus beaux cépages. Cette discussion fut enivrante, le jeune homme fut un poil critique des methodes ancestrales qui n'étaient pas forcément toujours pertinentes, leur préférant les nouvelles pratiques vu à l'école d'agriculture.

Sans objectifs precis par rapport à cette journée, nous fûrent tentés par l'ascension du Haut Koenigsbourg culminant à 7570m.

Nous trocâmes nos plus belles pédales pour des semelles afin de diversifier nos compétences chevaleresques. Nous gravîmes donc à pied ce haut lieu de la culture alsacienne entre vignes et forêts. Pour la beauté du sport nous decidâmes de partir au meilleur moment entre midi et 2.

Perf ici : https://strava.app.link/dfrc4T6Gdsb

Une fois là-haut, la vue nous subjuga par sa splendeur.

Nous visitâmes et apprîmes beaucoup de choses :

à cause des prix de l'huile en supermarché trop élevés, les locataires jetaient de la résine et du caca plutôt que de l'huile bouillante. Ils n'utilisaient pas de catapultes au Moyen-âge mais bien des trébuchets plus précise et efficace pour faire trébucher l'ennemi.

Nous fûrent ému de faire partie du demi million de personnes visitant le château chaque année.

Nous retournâmes vite à Saint Hyppolite pour ne rater aucune miette de la fête des vignerons. Cette fête justifie le retard dans la publication de nos aventures.

Cette fête rassemblait environ 200 personnes avec un stand de dégustation de vins d'Alsace, une scène pour danser, un stand de tartes flambées et un animateur bien de son temps. Nous nous prîmes au jeu de la tombola où chaque bouteille achetée permettait d'obtenir un ticket. Malgré nos efforts et nos tickets, la chance ne sourit pas. Nous nous consolâmes sur la piste de danse avec d'autres vignerons. Tout se passait pour le mieux, quand soudain, l'ivresse frappa un chevalier qui prit la fuite. A sa recherche entre les vignes à 2h du matin les deux autres chevaliers le retrouvèrent finalement devant la maison de l'hôte.

Une fois le trio réuni, nous nous couchâmes avec un réveil prevu a 7h en prévision de la grosse caniculaire qui nous attendait demain.



6
6
Publié le 5 août 2022

Jeudi 4 août, comme la soirée de la veille le laissait présager, le réveil fut très compliqué, nous ne nous réveillâmes cependant qu’avec 1h45 de retard. Après recalcul des estimations, notre heure de départ passa mystérieusement de 8h à 11h. Soit 3h de fraicheur en moins donc pas de fraîcheur du tout (3-3=0, il faisait 35° à 11h) pour notre plus grosse journée caniculaire à velo.


Après un petit déjeuner plus ou moins léger en fonction de l’appétit des chevaliers, nous partîmes dans des conditions jamais testées, 50km et 350m de D+ par 38°C, avec des doutes certains sur notre capacité de réussite. La solidarité fut de mise pour survivre dans cet environnement hostile.


Comme prévu, le soleil flamboyant nous tapa là où ça faisait mal, nous forçant à une pause déjeuner à Barr, à l’heure du coup de bar. Au choix entre une boulangerie climatisée et une terrasse à l’ombre sous 38°, nous préférâmes éviter le choc thermique et continuer à nous déshydrater péniblement à la meme température, comme prévu.


Un sandwich plus tard, nous décidâmes intelligemment de faire une pause et de ne pas reprendre la route avant 16h. Néanmoins le choix de rester en extérieur (à l’ombre, certes, mais par 38°) montra notre capacité à étaler du beurre sur des tartines (nous ne fûmes pas les plus aiguisés du tiroir).

Une fois bien asséchés comme des petits fruits secs, nous répartîmes braver la chaleur pour les 20 derniers kilomètres.


Nous arrivâmes à Mutzig (capitale de la musique) autour de 18h30 complètement ravagés, et sans avoir bu une goutte de vin, là fut peut-être notre erreur, nous manquâmes clairement de carburant.


Perf ici : https://strava.app.link/Is6ayKLTdsb


Quelle fut notre surprise en découvrant alors une piscine, naturellement chauffée à 25° qui nous attendait. Nous ploufâmes rapidement pour réhydrater les petits fruits secs que nous étions et ainsi retrouver notre silhouette de chevalier viril.


Dernière épreuve de ce jeudi, finir nos assiettes dans l’auberge alsacienne qui nous accueilli. Les plats furent exquis et le tavernier particulièrement jovial. Nous nous enjaillâmes avant de rejoindre notre Hôtel de l’Ours pour y passer une nuit reposante.



7
7
Publié le 6 août 2022

Vendredi 5 août. Au réveil, point de stress, l’épreuve de la journée fut nettement plus accessible (même pour un écuyer), avec une longue descente jusqu’à Strasbourg, capitale de la paillette, pour boucler la boucle.


Cette descente nous permit d’établir un record international de vitesse sur vélo-route des vins d’Alsace européenne à près de 20km/h TTC (perf ici : https://strava.app.link/hsHHoLC5esb).


Quelques gouttes de sueur plus tard, nous retrouvâmes les joies des lieux d’esthète de la ville de Strasbourg, à savoir les péniches fluviales boboïsées du Rhin ainsi que la fameuse chambre Meringue 310 de l’hôtel Kléber qui nous accueillit déjà lors de notre première escale à l’Est.


Afin de visiter autre chose qu'une cave à vin, nous nous rendîmes à la cathédrale de Strasbourg. Nous restâmes bouche bée par la riche beauté des vitraux ainsi que par sa légendaire horloge astronomique. Quelle chance eûmes nous de voir cette dernière s'actionner à 17h30.


Ce spectacle nous laissa la gorge tel un ruisseau de la garrigue : asséché. Nous courûmes vers l'Académie de la Bière étancher notre soif. Tout se passa comme sur des roulettes, quand tout à coup, une habitante des faubourgs alentours tomba devant la terrasse. Ni une ni deux, le chevalier Dulac enfila sa cap et pris le commandement de l'opération "SOS overdose". 15 minutes plus tard, les pompiers embarquèrent la dame. L'opération fût un succès, nous reçurent les clés de la ville pour services rendus à la nation.


Sur cette note héroïque le voyage en terre Alsacienne se termina.


Merci à dame Sonia pour nous avoir montré la voie du récit d'aventures,

Merci à nos abonnés pour leur soutien infaillible, dans lesquels nous avons trouvé les ressources pour finir notre voyage,

Merci aux vignerons pour leurs partages de connaissances et de carburants tout au long du périple,

Merci à nos hôtes pour leur hospitalité sans pareil,

Merci à la canicule pour nous avoir pousser dans nos retranchements et avoir fait de nous de meilleurs chevaliers,

Merci à la gastronomie alsacienne d'avoir fait voyager nos papilles,

Merci à l'Alsace tout simplement.