Carnet de voyage

GO world tour 1718

57 étapes
72 commentaires
75 abonnés
Dernière étape postée il y a 13 jours
De la Réunion au Brésil, récit en paroles et images de 200 jours autour du monde .... Giannis&Olivier
1

XL airways, la bétaillère low-cost

2
2
Publié le 27 septembre 2017

Le vrai commencement...

3

Entre ciel et terre, une première petite marche sur la crête abrupte qui sépare le cirque de Mafate et le plateau de Dos d’Ane. Retrouvailles avec la Réunion , ses paysages uniques , une nature époustouflante et cette chère Anne ( qui n’a rien avoir avec le dos ...😀 )

4

Beauté dense et tropicale de la forêt de Bélouve pour accéder au trou de fer après 3 heures de marche depuis Salazie . Randonnée en compagnie d’anciens lyonnais devenus « Zoréoles


5

Un petit melting pot des derniers jours: Le volcan en mode fainéant en ne descendant que dans l’enclos, et les 2 jours dans Mafate semi-fainéants cette fois: dépose minute en hélico à La Nouvelle, Marla par 3 roches pour une nuit en gîte, puis redescendre le lendemain à Cilaos par le col du Taibit

6

Après le choc mutisensoriel de l’arrivée en Inde dans une région en proie à la mousson de novembre de surcroît , une belle journée en visite des temples Hindous et du site de Mamallapuram: chef d’oeuvre minéral ( le plus vaste bas relief du monde ) et le Shore Temple datant du 7eme siècle classé au patrimoine mondial.

7
7

Hampi, région de Karnataka , en remontant doucement le pays par l’ouest. Immersion dans cette cité du XV eme , une des plus opulentes du monde médiéval . De sublimes vestiges classés au patrimoine mondial, éparpillés dans un paysage irréel semé de gros blocs de granit.

8

3 jours au royaume des ex-babas cool. Ses plages de sable fin ont toujours ce petit air « peace and love » . Quand à Panaji , capitale de Goa, on se retrouve plongé dans une petite ville aux accents fortement portugais qui ne veut pas oublier son passé de ville colonisée : azulejos, maisons colorées , arcades, multiples églises catholiques d’un blanc éclatant . Un endroit qui tranche avec ce qu’on a vu de ce pays sous-continent jusqu’a maintenant . Un véritable coup de cœur pour ce lieu qui se dénote aussi par son côté « moins » sale. ❤️❤️


9

L’auteur du Meilleur des mondes évoquait « l’une des villes les plus horribles des deux hémisphères », un autre une « sodome architecturale » , tout est dit! Deuxième choc du voyage : démesure ( 18 millions d’habitants avec la banlieue ) 5 eme plus grande ville du monde , air irrespirable de pollution, visite du plus grand bidonville du monde accompagné d’un guide ou vivraient de façon non officielle plus de 2 millions de gens .... et à côté , une mégalopole où cohabitent de splendides monuments de l’ancienne colonie britannique, des grattes ciels de verre et d’acier , des immeubles délabrés à l’infini et où l’on croise de riches indiens fréquentant bars et restaurants branchés aux prix exhorbitants, boutiques de luxe devant lesquelles dorment à même le sol des nuées de miséreux pieds nus...

10
10
Publié le 18 novembre 2017

Après l’enfer de Bombay, plongée dans la maison royale du Mewar à Udaipur, au sud du Rahjastan en remontant notre périple vers le nord . Succession de temples surplombant le lac , avec en point d’orgue, au centre de celui ci , le Taj Lake Palace où l’on va poser nos sacs pour une journée de coupure avec le brouhaha de la vie quotidienne indienne . Une halte 5* sur le lieu de tournage d’ “Octopussy”

11
11

Après Udaipur , seconde étape du Rājasthān, la ville de Jodhpur, en plein cœur d’un désert aride . Le Mehrangard fort se dresse suspendu au dessus des toits de la ville et des murs dont les nuances de bleu sont le fruit d’un enduit destiné à éloigner les nuisibles ...

12
12
Publié le 24 novembre 2017

Après Jodhpur la bleue, couleur rose des bâtiments pour cette nouvelle étape dans le Rajasthan. Difficile ici de ne pas souffrir une fois de plus de la pollution de l’air , du brouhaha incessant, des klaksons qui ne s’arretent Jamais , des odeurs pestilentielles... Et pourtant , la ville offre quelques trésors architecturaux, le city palace , le surprenant palais des vents , le fort d’Amber et ses elephants maquillés , les cénotaphes nichés à l’orée de la ville...

13
13
Publié le 28 novembre 2017

Arrivée dans la nuit à Agra pour cette dernière étape indienne, découverte à l’aube de ce monument , le Taj Mahal , saint Graal de ce premier sous continent traversé. Une splendeur , au delà de toutes mes espérances . Un joyau d’architecture , l’harmonie parfaite entre la dimensions, la géométrie , et ce blanc étincelant du marbre . Édifié par l'empereur mogholmusulman Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam décédée en 1631 , il est l’une des 7 merveilles du monde contemporain . Nos pas nous ont ensuite menés dans la forteresse rouge , et au mausolée d'Itimâd-ud-Daulâ surnommé « baby Taj », bien moins impressionnant quand on le découvre ensuite !

14
14
Publié le 1er décembre 2017

Plus de 2 ans après le tremblement de terre qui a ravagé la ville, Katmandou se relève doucement . Plaisir d’autant plus grand de revenir ici et de goûter à nouveau à la zenitude des lieux et des Népalais , malgré ici aussi une pollution sans pareil qui force à porter le masque ...Balades autour du temple de Bodnath, l'un des principaux sanctuaires bouddhistes de la région de Katmandou au Népal. Son stûpa du XIVᵉ siècle qui domine l'horizon est l'un des plus grands au monde. Puis celui de Swayambhunath, le plus ancien et le plus saint des sites bouddhistes de Katmandou, envahi par les singes . Et enfin , visite du temple de Pashupatinath , édifice religieux hindou au bord du fleuve Bagmati, ou les crémations sur les rives des défunts nous laissent dans un état second ...

15
15
Publié le 1er décembre 2017

Au départ de Pokara, à 200 km a l’ouest de Katmandou, nous rejoignons Naja Pul pour un trek de 5 jours dans les montagnes himalayennes , avec comme but Poon Hill, véritable balcon des Annapurnas . Paysages de moyenne montagne rappelant fortement le massif alpin , jusqu’a la découverte au lever du soleil de sommets colossaux formant une barrière à l’horizon qui semble infinie ..

16

L’arrivée au Tibet par la route depuis le Népal se mérite : quelques 10 heures de pistes montagneuses dans un état effroyable , en bordure de précipices abyssaux. Et puis la frontière sino-tibétaine pointe son nez en n’ouvrant que quelques heures par jour. Après 4 fouilles complètes des sacs, examen méticuleux de nos livres, iPhones , photos ..nos pattes semblent blanches pour les policiers chinois, nous pénétrons dans cette contrée sous contrôle absolu par l’empire du milieu. Nous serons contrôlés tout au long de la route, filmés et enregistrés en continu même dans la voiture de la compagnie qui nous est allouée pour tout le parcours guidé.


Le haut plateau tibétain , toujours entre 4000 et 5000m ressemble à un paysage désertique qui mixe steppes, lacs, et haut sommets . Un no man’s land ou l’on ne croise quasiment personne . Avant d’arriver à Shigatse, la deuxième ville du pays , nous longeons les massifs de l’himalaya et appercevons l’Everest du côté chinois, le moins connu.

Shigatse, visite principalement du monastère « Panchen Lama’s Tashilhumpu monastery », datant du 7eme siècle , dans un pur style tibétain .