Le tour du Costa Rica en Campervan !

Trois semaines idylliques au pays de la Pura Vida en campervan, entre volcans, jungles et océans... Maj 27/02/18 : Informations pratiques en bas de carnet
Septembre 2017
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Après avoir décollé de Marseille, direction Bruxelles pour une nuit puis pour repartir le lendemain vers San José avec comme escales : Amsterdam et Los Angeles, nous arrivons au Costa Rica à 7h30 du mat' et avec de sacrées têtes enfarinées !

Escale à Los Angeles 
et balade à Venice Beach ! 

À peine sortis de l'aéroport, nous retrouvons Franck, notre loueur français de van chez Costa Rider Campervan pour récupérer notre maison de trois semaines ! Notre van, que nous avons baptisé Gringo (héhé) a été un élément très important dans notre périple. Il nous a offert liberté, autonomie, aventure et beaucoup d'autres points positifs pour ce voyage. C'est un compromis parfait qui permet d'éviter les réservations de voiture + celles des hôtels puisqu'en réalité, tout pouvait se décider sur place et nous étions complètement libre d'aller où l'on veut ! Au Costa Rica, il n'y a pas de réglementation concernant le stationnement de véhicule habitable, autant dire que vous avez le choix entre... vous réveiller face à un volcan ou alors les pieds dans l'eau turquoise ! Enfin, en tous cas, je recommande fortement Costa Rider Campervan qui en plus d'être français sont vraiment très pros et on peut leur faire entièrement confiance !

Tarifs van pour trois semaines au mois de septembre : 1600€ en ayant pris toutes les assurances pour être tranquilles !

Après quelques heures de piste, nous arrivons au Coffee Center de Monteverde. On a du mal à réaliser que nous sommes enfin en Amérique Centrale ! Pour tous les deux, c'est une première sur le continent américain, alors on est tout de joie et d'excitation ! 😀 Tout est vert ici, le paysage est sublime et nous somme déjà bien dépaysés ! On déguste notre premier café costaricien, vous avez le choix dans la vallée centrale en ce qui concerne les visites de plantations de café !

Quelques mètres plus loin, une petite boutique propose des produits locaux, trop trop bien ! Arriver dans un nouveau pays, goûter les spécialités et en plus, tomber sur une épicerie locale, je suis aux anges ! Une fois notre panier rempli, on range tout ça dans notre van avec lequel on se familiarise petit à petit ! Rien à voir avec les gros Hilux du Botswana où l'on dormait sur la roof-tent ! Cette fois, notre voiture est notre petit cocon et on adore l'idée ... Il est 16h et il fait déjà presque nuit. Pour la première nuit, nous décidons de rester proches de nos activités du lendemain et de ne pas stationner n'importe où. On demande alors à un hôtel si on peut stationner sur leur parking, ils acceptent et en y repensant je me dis que c'est bien la seule fois où l'on nous a pas demandé de payer pour rester la nuit ! Je vous raconterai plus tard les moyens de campement/stationnement présents au CR ainsi que de bonnes adresses !

Nous sommes bien k.o. de nos vols et ces 9 heures de décalage horaire, alors pendant que bébé inaugure la cuisine équipée, je m'endors pour une première nuit dans la vallée centrale du Costa Rica ...

Il faut savoir que nous étions au Costa Rica en septembre et que c'est en plein dans la saison verte/saison des pluies (de mai à novembre) haha et c'est pour ça que nous avions eu nos billets à seulement 380€ a/r mais honnêtement.. nous n'avons eu aucun inconvénient à être partis à cette époque là ! Grand soleil, pas beaucoup de touristes, parcs et lieux d'intérêt tranquilles... Tout était aussi parfait qu'en haute saison et nous n'avons eu des averses que la nuit, quasiment toutes les nuit d'ailleurs mais ce n'était pas bien gênant !

Premier réveil au CR, le soleil se lève très tôt, toute l'année, à 5h30 du matin et se couche aux alentours de 17h. Petit déj', mini séance de yoga et on part en direction de la fameuse Fôret de nuages de Monteverde, où l'on découvre la faune et la flore de la jungle tropicale ainsi que les ponts suspendus, assez symboliques du CR. Nous y marchons deux heures où, notre premier sentier nous mène à une cascade et le second... au fameux quetzal ! Il faut dire qu'on a eu pas mal de coups de bol durant ce voyage et le quetzal en est une perle ! Le quetzal, c'est l'oiseau ultra-coloré dont les apparitions sont si peu fréquentes qu'elles font de lui un oiseau rare. Sur le sentier, nous croisons un guide en train de montrer à ses clients ce qui se passe dans sa lunette. Il nous demande de nous approcher en nous disant qu'il s'agit du quetzal, incroyable ! On voit aussi une multitude de colibris magnifiques qui font un bruit impressionnant !

2

Trois heures de route pour contourner le Lac Arenal et arriver au pied du Volcan, alors qu'à vol d'oiseau, de Monteverde au Volcan Arenal il y a 30km ! C'est très spécifique aux routes du CR, on pense ne pas en avoir pour longtemps mais les routes étant surtout des pistes et chemins de terre, le 10km/h est souvent de mise. Notre van est passé partout et même si ce n'est pas un 4x4 nous n'avons jamais été embêtés.

Le volcan est comme posé sur ce lac, la vue est juste magnifique. Lorsqu'il apparaît pour la première fois, ce mastodonte, ce volcan a la forme conique parfaite, on est juste époustouflés ! On dormira d'ailleurs face à ce géant le soir-même.

Nous avons trouvé un restau dans le village El Castillo, le Howlers Bar & Grill. Viandes, burgers, frites maison, ce restau perché dans les arbres était excellent !

Dans les hauteurs du village El Castillo 

Il y a un EcoZoo à El Castillo, où Enrique est notre guide, alors que nous n'en avions pas pris et nous explique avec passion tout ce qui concerne les serpents, grenouilles (à yeux rouges), geckos, lézardos...

3

Le parc Tenorio est à 3h de route du Volcan Arenal, il est connu pour abriter le Rio Celeste, rivière dans laquelle la légende raconte que Dieu aurait rincé ses pinceaux après avoir dessiné le ciel, c'est joli hein ? Haha en tout cas le lieu est paradisiaque même si la randonnée est un peu ardue à certains endroits ! Il y a un bon paquet de marches à descendre pour aller voir la cascade du Rio Celeste, et à remonter du coup !

À côté de l'entrée du parc, on mange notre premier casado, un des plats typiques costaricien (il signifie le "repas du mari", en d'autres termes, t'as tout ce qu'il faut pour être en forme pendant un bon moment!) il est composé de gallo pinto (le fameux rice & beans), de légumes cuits, de salade, de bananes plantains puis de viande ou poisson au choix. C'est super bon, à la fin on en faisait une overdose !


On reprend la route vers Liberia pour rejoindre la Côte Pacifique. Sur le chemin on croise de nombreux singes puis on se fera aussi contrôler pour la première fois par la Police qui nous saluera du premier "Pura Vida" entendu ici ! Petite pression quant à avoir à faire à un agent d'Amérique centrale mais tout va bien, il se contente de contrôler seulement nos passeports (photocopies, qui plus est) et nous laisse continuer notre chemin.

On arrive à Liberia et là on réalise que la ville ne nous avait pas manqué ! J'aurai pu ne même pas vous préciser ce passage mais c'est pour dire comme la nature, tellement riche et présente, nous manquait déjà ! On y reste deux minutes, le temps de faire demi-tour et on repart direction la Playa Panama.

4

On arrive à la Playa Panama pile à l'heure du coucher de soleil.. pour une première impression du Pacifique, on est plutôt bien servis ! Ne pouvant pas stationner à proximité de la plage (des aménagements bloquent l'accès aux voitures), on continue notre chemin jusqu'à trouver un grand espace sur une petite colline qui surplombe l'océan.. Réveil magnifique dans ce contexte de carte postale et on file à la Playa Brasilito pour la matinée. Il fait beau, il fait chaud, ça devient même intenable ! 15 minutes sur la plage et je suis déjà couverte de coups de soleil !

Premier coucher de soleil au Pacifique 

Nous sommes le 10 septembre et c'est l'anniversaire de Bébé. Pour ses 26 ans, je lui fais la surprise de réserver une nuit dans un hôtel typique à Tamarindo : le Ocho Artisan Bungalows. Pas facile de préparer la surprise sur place lorsqu'on est H24 ensemble ! Alors je lui fais croire à une réservation de camping disponible à partir de 14h... Du temps, on squatte pas mal "El Chiringuito" qui signifie "le bar de la plage" et pour vous planter le décor : palmiers + mojitos ou Imperial (la bière locale) + singes hurleurs dans les arbres et tout ça les pieds dans le sable. Le top !

le Ocho Artisan Bungalows 

Les premiers temps, on peut avoir de mauvaises surprises sur l'addition dans les bars ou restaus ! Les commerçants rajoutent un pourcentage de taxe de vente ainsi qu'un pourcentage pour le service, qui n'apparaissent parfois seulement qu'au moment de la note ! Et 10 % vente + 20 % de pourboires sur une note de 30€ admettons, ça fait presque 10€ de plus...

Il est 14h et Bébé est enfin au courant de sa surprise ! L'hôtel est magnifique ! Dans la jungle, au milieu des geckos, écureuils, singes, et même d'un croco-mascotte gentil (il s'agit d'un caïman en fait) ! Après un bain dans la piscine en front d'océan, on profite de notre bungalow où tout est en bois, c'est vraiment magnifique.

Le soir nous mangeons au restaurant mexicain topissime l'Oveja Negra, où un tatoueur passe une fois par semaine faire des flashes gratuits ...

Le lendemain, breakfast au réputé Café Tico car notre hôtel ne propose pas de restauration.

On reprend la route vers la Playa Avellana, spot de surf où l'on se garera sur le parking du Lola's pendant une bonne grosse tempête !

5

Certainement le plus beaux des endroits costaricien ! (+++ pour Cahuita aussi...)

On trouve un camping avec l'application (indispensable) iOverLander, c'est le Camping Los Cocos et il porte bien son nom ! C'est un espace criblé de palmitos et face à l'océan, c'est sublime. Un tico nous a même ouvert et offert des cocos, là on y est là !!! héhé c'est à ce moment là, où tu tiens ta coco/paille sur la plage que tu te dis : là on est bien !

Plus d'infos sur l'appli iOverLander, indispensable lors d'un roadtrip --> ici.

Au Costa Rica, nombreux sont les locaux qui louent leur parcelle/jardin aux touristes, ils ont bien compris que c'était un bon filon ! Nous réglons la proprio pour une nuit seulement (3500 colones la nuit soit 6$/personne), on nous prévient que c'est un endroit duquel on a du mal à partir.. Et c'est bien vrai car ce sont trois nuits que l'on passera dans ce lieu paradisiaque ! La proprio est drôle d'ailleurs, elle a une petite tête de mamie toute gentille mais ne respire pas non plus toute la sympathie haha *paradoxe*. Il y a un restau/lounge juste à côté où l'on peut voir des aras et siroter une piña colada. Le centre ville est à seulement 5 minutes à pieds, où le Tigre Verde sert des plats délicieux (burger banane plantain au lieu du pain, surprenant!) , il y a toutes sortes de restaus et aussi un grand complexe de beauté/esthétique !

On aura rencontré un groupe de belges de 19 ans (de vrais petits aventuriers ceux-là!) et un couple allemande/uruguayen (oui oui) dans ce camping. Et tous partageaient le même avis sur le lieu... un Paradis.

Direction Mal Pais !

6

On arrive à Playa Naranjo où nous rencontrons un belge gérant d'un hôtel et qui après quelques Imperial, nous invite dans son établissement. On restera toutefois dans notre van Gringo pour passer la nuit et se réveiller face à cette baie magnifique..

Via iOverLander, on trouve le camping Elimar à Mal Pais. Tout le confort est là pour 3000 colones par personne : cuisine, wifi, sanitaires, électricité.. et on assiste une fois de plus à un coucher du soleil sur la plage faite de rochers et petites piscines naturelles. On a un iguane comme voisin, mais ça aussi c'est pas la première fois, c'est un peu comme les chats ou les chiens ici, on en croise tout le temps ! D'ailleurs, il y a énormément de chiens au Costa Rica ! Le soir, on voit une multitude de bernard l'hermites rejoindre leur maison : des trous partout sous nos pieds les abrite.

Ce camping là est trop éloigné du centre pour s'y rendre à pieds, notre escale ici a vraiment été un moyen de déconnecter (encore) et de se détendre.

À 20 km se trouve Montezuma, connue pour être un endroit très zeeeen, cooool, détente et surnommée Montefuma, ...c'est pas pour rien ! On y voit tout un groupe de singes capucins curieux et quelques fois voleurs de nourriture.

Il y a des panneaux "Peace", des smileys souriants dessinés partout.. Pas le temps de se prendre le chou ici ! On y restera une nuit pour reprendre la route le lendemain vers Jacò.

Avant de partir, on fait un tour au Montezuma Gardens, qui est en réalité une serre où l'on peut voir chaque étape de l'évolution des morphos, les fameux papillons "hiboux" appelés ainsi pour leurs ailes ornées de couleurs formant avec beaucoup de ressemblance un oeil de hibou.

7

Sur le chemin de Montezuma à Jacò, on s'arrête observer une trentaine de crocodiles flottant allègrement sur le Rio Tarcolès ! Il y a un pont près duquel on peut stationner et surplomber ce groupe impressionnant de crocos qui sont, d'après notre Lonely Planet, toujours présents et visibles à cet endroit.

La route continue jusqu'à Paquera où nous prenons le ferry pour rejoindre Puntarenas, comptez près de 40€ pour traverser à deux personnes et un véhicule de type van, et pas mal de temps devant vous aussi ! On a attendu quasi 2h avant d'embarquer.

Une fois à Jacò, on arrive au camping El Hiceco, il s'agit en réalité d'une aire assez désolée où le personnel n'avait pas l'air ravi de recevoir des clients.. mais pour une nuit, ce n'est pas bien grave, on tenait simplement à stationner dans un endroit fermé car d'après pas mal de touristes, la ville de Jacò est assez dangerous la nuit et fréquentée par un bon petit pourcentage de criminels... On se contentera de déguster de très bons sushis et boire une bière locale "Selvia" au Ohana, juste de l'autre côté de la route du camping.

Le lendemain, on revient sur nos pas direction le parc national Carara réputé pour ses passages de aras rouges. Pas de bol pour nous, on en verra passer qu'un seul et assez loin pour ne voir qu'une longue et fine silhouette noire.. Ce n'est pas la saison, les arbres fruitiers ne sont pas en fleurs, nos amis les aras n'ont pas de raison de venir faire un tour ici, tant pis ! On verra par contre beaucoup d'iguanes, les premières grenouilles noires et vertes et des colonies entières de fourmi coupe-feuilles. Il faut dire qu'on en menait pas large dans ce parc... C'est le premier parc ici que l'on trouve vraiment sauvage, malgré le sentier balisé, le parc reste impressionnant et l'ambiance y est différente des autres parcs. On ressent toute la force de la nature, la température baisse et augmente d'un coup selon les endroits de la forêt, des animaux nous passent devant à nous surprendre, des arbres tombés bloquent le passage, certaines toiles d'araignées sont plus grandes que moi et les panneaux "attention crocos à proximité" font pas mal flipper aussi ! Tous nos sens étaient en alerte haha

8

Une fois sortis du parc Carara on file vers Quepos, petite ville que nous traversons pour rejoindre le très réputé Parc national Manuel Antonio. Sur le chemin, vous pourrez voir le bar insolite "El avion", où un cargo C-123 Fairchild a été converti en bar restaurant à deux niveaux et offrant une vue panoramique. Il y aussi dans le même principe, le bar "El Wagon".

On passera la nuit devant la plage, entre un coucher de soleil fantastique et quelques singes capucins venus chercher à dîner !

Au réveil, go au Parc Manuel Antonio, le plus cher que l'on est pu visité, à 16$ par personne. Au guichet, les guides attendent leurs clients et vous trouverez sans souci un accompagnateur pour 30€ par personne à l'entrée du parc. Pour notre part, on fera la visite par nous-même. On y voit énormément d'animaux : capucins toujours prêts à subtiliser quelques galettes, des ratons laveurs hyper-habitués à la présence humaine.. et qui du coup se balade entre nos jambes sans même y prêter attention, ils sont tellement beaaaux, j'adore ! Des coatis, crabes multicolores, paresseux (il faut vraiment avoir l'oeil !! Sinon, repérez les cosses où restes de nourriture au sol), on a même vu des queues de baleines au loin ! Les plages y sont sublimes, le sable blanc en contraste à ces eaux turquoise.. tout est digne d'une carte postale !

9

Nous voilà repartis pour Dominical, un petit village typique et hyper serein. L'ambiance est faite de stands de draps mandalas, bijoux en bois et surf partout ! On se renseigne aussi sur les excursions en bateau pour voir des baleines, comptez 65$ par personne pour une journée en bateau avec petit-dej et boissons.

On s'installe devant l'océan sur des emplacements appartenant à l'hôtel Antorchas juste à côté où pour 4000 colones par personne vous pourrez utiliser les sanitaires de l'hôtel (dans une cour, pas dans une chambre) c'est quand même pas donné mais le confort est bienvenu de temps en temps ! Tout est calme et paisible ici, ça sent vraiment les vacances ! Je profite de ce moment de répit pour faire une lessive (a la mano bien sur) et céder également à un petit plaisir de fille que de se faire une coloration, sur une chaise de camping, avec un miroir de poche (of course! hahaha).

Le lendemain à l'aube, on se prépare à une journée de route direction la côte Caraïbes. On trace une petite diagonale à travers les terres du pays, en croisant des rivières partout, des Rio en veux tu en voilà, certaines sont taries, le courant d'autres forment même des vagues.. Tous les paysages s'offrent à nous, toujours dans ces nuances de verts et ce sentiment de liberté.

Arrivés à Manzanillo, on découvre la culture afro-caribéenne ! Rien à voir avec la Côte Pacifique ! On squatte un peu au bar le Maxi's, où l'on commande deux coronas bien méritées. Ici c'est Reggae, Calypso et on a droit à notre premier Yeah Man de la part du serveur héhé

10

À 30km d'ici se trouve Cahuita, un de mes coups de coeur costaricien... Nous avons trouvé le Camping Maria via iOverLander, dont les commentaires étaient irréprochables et précisaient aussi que la propriétaire était du genre... atypique ! C'est le paradis ici, vraiment. C'est aussi beau que la Playa Samara pour laquelle j'avais craqué et ne voulais plus en partir. Il y a un jardin sublime entretenu tous les jours par Maria la fameuse proprio. Elle est géniale, elle nous a accueillis comme des membres de sa propre famille, nous a fait visité les lieux, montré des paresseux dans les arbres et fait un petit cours de botanique sur les arbres et fleurs présents dans son jardin dont deux arbres du voyageur majestueux. Il y a aussi une piscine naturelle et des hamacs partout, on a juste envie de s'y installer à vie. On sympathise avec d'autres voyageurs : deux amies françaises, un couple hollandais, des locaux, le frère de Maria... avec qui nous passons une soirée au Raggae bar, à 5 minutes à pied du camping. Soirée magique... Danser sur du calypso, voir les gens s'amuser et rire simplement, ils ont la danse dans le sang ! Il y avait aussi un groupe de hippies assez âgées qu'on pouvait admirer danser comme dans leur jeunesse haha c'était génial.

Le lendemain, on visite la parque nacional de Cahuita, où le prix d'entrée est un don de la somme que vous souhaitez. Il s'agit d'un sentier qui longe la mer, on y voit les animaux vus jusqu'à présent et un local s'improvise guide et nous accompagne gentiment. On restera un petit peu sur la plage, juste le temps que Bébé se voit traverser un lézard dessus... hahaha le fou rire..

Le soir, retour au camping Maria où nous sommes restés finalement trois nuits. Le camping avait pris des airs d'auberge de jeunesse, c'était super. La cuisine ouverte était le lieu de rencontre et Maria nous a même appris à cuisiner une noix de coco.. Il faut juste la poser directement sur le feu et attendre quelques minutes, la coco, sans éclater partout je vous rassure, se fissure nette et peut être ouverte ainsi à la main. Le goût est assez similaire des marrons chauds !

Il y a aussi le Sloth Sanctuary pas loin de Cahuita, 30$ par personne l'entrée, ce qui nous paraissait un peu cher donc on s'en est passé.. et le musée du cacao ! Puis le Jaguar Rescue où vous pourrez nourrir des toucans et autres animaux présents au centre au moment de votre visite. Attention, fermé le dimanche !

11

Dernier réveil, avec un petit pincement au cœur, au camping Maria. On doit reprendre la route pour rejoindre Tortuguero, village accessible uniquement par bateau. Et c'est ici que les péripéties commencent 😛

Pensant que ce serait plus rapide et plus économique (selon la carte), on met le cap sur Caño Blanco pour prendre un bateau vers Tortuguero. Après une heure de piste à 20km/h, on arrive à l'embarcadère où (après pas mal de discussion) le taxi nous demande 200$ pour deux pour 1h de bateau. Bien sûr... Il s'agit d'un bateau privé qui divise certainement son prix par nombre de passagers mais pas de chance pour nous, nous sommes les seuls. Impensable de donner 200$ pour rejoindre Tortuguero alors que je m'étais renseigné sur un prix complètement, carrément, nettement plus bas ! Alors tant pis, on rebrousse chemin, on repasse notre heure de piste au milieu de cultures de bananiers impressionnantes.

Nous filons finalement vers La Pavona où les derniers bateaux étaient déjà partis. On passe donc une nuit sur le parking de l'embarcadère pour 10$ la nuit et on prend le premier bateau le lendemain pour... 16$ aller retour pour deux... (ça c'est de la bonne affaire hahaha, les 200$ sont loin derrière nous!)

On arrive après avoir navigué une heure dans entre rivières et jungle luxuriante, au village de Tortuguero. Tout est mignon et coloré ici, les devantures de boutiques, les hôtels, c'est vraiment canon ! On rejoint la Sea Turtle Conservation où on assiste à une projection sur Tortuguero et son rôle dans la protection des tortues. Pour le soir même, on réserve un Turtle tour pour assister discrètement à la pondaison des tortues vertes.

On dort aux Cabinas Tortuguero, notre chambre est un bungalow en bois sur pilotis avec porche et hamac, je ne veux pas partir d'ici !!

À 21h30 on retrouve notre guide et notre groupe composé de deux autres couples pour partir voir les tortues pondre. No photo, no video, no flash. Tout est dit, n'emportez rien à part de bonnes chaussures, une tenue sombre et une lumière rouge si vous avez. Nous assistons à la pondaison d'une tortue de plus d'1m60 (soit ma taille hein), elles peuvent pondre jusqu'à entre 80 et 100 oeufs. C'était un moment magique, nous ne l'avons pas dérangé mais observé en silence et avec émerveillement jusqu'à ce qu'elle rejoigne l'océan. Les tortues reviennent pondre là où elles sont nées et on peut observer au petit matin les bébés tortues rejoindre l'océan à leur tour. Attention, il ne faut surtout pas les prendre dans les mains ou retarder leur arrivée dans l'eau, ils ont un laps de temps précis pour s'y rendre et survivre !

12

L'heure est venue de ramener Gringo, notre van et fidèle compagnon de voyage ! Nous n'avons rencontré aucun soucis avec celui-ci et louer un campervan chez Costa Rider Campervan aura été la meilleure solution pour profiter pleinement de notre voyage.

On s'arrêtera chez un tatoueur pour s'offrir un dernier souvenir de ce voyage au shop Tattoo Blackline puis on rend notre van au point de rendez-vous, l'hôtel La Guaria Inn. Une station de lavage à proximité propose un nettoyage de fond en comble pour seulement 7$ ! C'était un peu émouvant de rassembler nos affaires, étalées dans ce van dans lequel nous vivons depuis trois semaines... cela nous a confirmé notre amour du voyage et on repartira, ce qui nous redonne le sourire !

On profite des derniers instants pour faire un tour au marché central de San José où je trouve LE hamac parfait et on dégote les derniers souvenirs à rapporter à nos proches, tout y est, vous trouverez votre bonheur là-bas en matière d'objets locaux et moins cher qu'ailleurs !

L'hôtel planifie notre transfert à l'aéroport pour le lendemain à 5h du mat, ce qui se fait apprécier en fin de voyage. Nous passerons par Atlanta, Bruxelles puis retour dans notre belle cité phocéenne !


Miss you Costa Rica ♡

13

Retrouvez ici mes réponses à vos messages concernant le Costa Rica, si quelqu'un souhaite modifier, mettre à jour ou donner une information, merci de laisser un commentaire !


CAMPERVAN

- Il y a bien une deuxième batterie qui alimente le frigo 24h/24 mais nous n'avions pas de ventilateur la nuit par exemple. Nous sommes partis en septembre et les nuits, malgré les averses, étaient très chaudes. C'est souvent pour cette raison que nous choisissons de payer un camping, cela permet d'avoir des prises à notre disposition et donc pouvoir avoir un ventilateur la nuit.

- Le rangement était amplement suffisant pour nous, dans la cuisine : l'indispensable y est et dans la "chambre" (l'habitacle) il y a de gros coffres en bois sous le lit où se trouvaient nos affaires et gros sacs de voyage. Il y a aussi un coffre fort à l'intérieur où nous mettions justement passeport et espèces.

- Les parkings publics, de plage ou autres sont généralement payants (pour ne pas dire toujours). Vous trouverez toujours une personne pour "surveiller" votre véhicule et qui demandera 2-4$ pour ce service

SÉCURITÉ

Nous avons fait autant de camping privé que de camping sauvage et il n'y a aucun soucis dans les deux cas. Nous nous sommes jamais sentis en insécurité, il suffit de consulter les guides pour voir les villes à éviter, généralement il s'agit des grandes villes comme Jacò par exemple. Le voyage nous a souvent mené dans de grands espaces et loin des grandes villes donc nous n'avons jamais eu de problème. Sinon, les campings sont vraiment accessibles (comptez 4/5$ la nuit par personne) et permettent des nuits peut-être plus tranquilles ainsi que d'autres conforts tels que wi-fi, électricité, sanitaires..

DOUCHE/WC

Concernant les sanitaires, vous pouvez profiter de ceux d'un camping, d'un restaurant, d'un bar... Il est arrivé très peu de fois de devoir la jouer à la "rudimentaire" ... mais ça fait partie de l'aventure héhé ! Je vous conseille vivement l'application iOverLander qui listent beaucoup de lieux d'intérêt ainsi que les zones de camping. L'app est utilisée par de nombreux voyageurs qui postent des avis et permettent de découvrir de très beaux endroits.

La douche a été utile surtout pour nous "désaler" après la plage, ou prendre une douche de temps en temps mais il faut trouver l'endroit tranquille ! Sinon on utilisait les sanitaires des campings. Vous pourrez vous ravitaillez gratuitement en eau auprès des stations service. Ce n'est pas dur à trouver du tout !

ROUTE

- Le Costa Rica n'est pas très grand c'est super pour faire le tour, seulement les routes sont délabrées et souvent des pistes et 20km de distance peuvent devenir 1h de route !

- Les seuls points d'attention seraient les passages à éviter avec le van. Nous avons juste une fois rebroussé chemin à cause d'une route en piteux état et innondée. Il faut être conscient que ce n'est ps un 4x4 mais sur trois semaines nous n'avons eu aucun autre problème d'itinéraire.

- Une route nous a paru bien dangereuse, celle qui traverse le parc national Braulio Carrillo (route 32). C'est une longue route de "montagne" empruntée par de nombreux poids-lourds et dont des éboulements de falaises sont arrivés quelque fois lors de notre conduite.