Copenhague : City-trip en solo à la danoise

6 étapes
1 commentaire
4
Entre Christiania, quartier auto-proclamé "ville libre" et Nyhavn, le port/carte postale, sans oublier notre petite sirène, je vous amène à Copenhague, une ville qui réserve bien de surprises !
Mars 2016
4 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Il y a des destinations qui nous attirent, sans réellement savoir pourquoi et pour ma part : Copenhague en fait partie ! Je suis partie au mois de mars 2016, au départ de Nice, pour 160€ aller/retour en vols directs.

Pour l'anecdote, j'avais oublié mon carnet de voyage ce week-end là, c'est pas comme si c'était le premier item que je mets habituellement dans mon sac mais cette fois, il est passé à la trappe ! Donc pour vous partager ce voyage aujourd'hui, je me réfère à des micro notes prises sur mes billets d'avion ainsi qu'un joli sac-à-vomi gentiment fourni par la compagnie Norwegian.

À mon arrivée, je profite du grand soleil nordique pour rejoindre le port de Nyhavn : le fameux port/carte postale connu pour ses maisons colorées. Ma-gni-fi-que. Le soleil, les terrasses animées, les musiciens tous les 50 mètres : l'ambiance est parfaite ! Comme première impression de la ville, je ne pouvais pas rêver mieux et c'est toute emballée que je reprends mon itinéraire de piétonne pour rejoindre mon auberge : le Danhostel Copenhagen City.

Sous les sunlights du port de Nyhavn 

Je suis dans un dortoir de 6 lits, tous encore inoccupés pour le moment. Il y a une grande baie vitrée qui offre une vue sur les rives du Sydhavnen, le fleuve qui traverse la ville.


Vue de la chambre, de jour et by night 
Rives du Sydhavnen 

* Oublier son gel douche revient souvent à une douche fraîche et mentholée à base de popopodentifrice.

2

Avant de me rendre à Copenhague, j'avais entendu parlé du fameux quartier de Christiania. Et pour cause, cet endroit est complètement dingue. Fou. A-ma-zing. (Sans vouloir trop en faire...héhé) En fait, tout ce qui est illégal y est toléré et concentré dans 40 hectares d'ancien camp militaire occupés (voire squattés) par une communauté hippie depuis les années 70. Il est interdit de prendre des photos, j'avais même vu une vidéo avant de partir d'un blogueur qui s'était fait écrasé ses lunettes-caméra. Ça calme un peu mais "tout se qui se passe à Christiania, reste à Christiania"...

Les règles à respecter à Christiania 😀

Les habitants sont à la mode pattes d'eph et t-shirts aux cercles dégradés, on se croirait vraiment dans les années fulgurantes du mouvement hippie. Puis dans le genre no rules, je vous plante le décor : les stands de vente illicite couverts de toiles de camouflage, les dealers cagoulés et les space cakes en vitrine, c'est assez fou à voir...


Devanture d'un café à Christiania, ici tout est bio (bien bien bio) 
Une fois à l'intérieur... 

Plus d'informations sur le quartier de Christiania ici.

Sur le chemin de Christiania, au loin : la tour spirale Rundetaarn 

Après cette visite carrément indescriptible, je serai bien allée aux jardins de Tivoli, autre lieu insolite de Copenhague mais à cette période, ce fameux parc d'attractions en plein centre ville était fermé..

Horaires d'ouverture et tarifs des Jardins de Tivoli

- Ouvert du 1 avril au 20 septembre 2016, tous les jours à partir de 11h et jusqu’à 22h du dimanche au jeudi (jusqu’à 0h30 le vendredi et jusqu’à 0h00 le samedi)

Le parc est également ouvert pour Halloween et les fêtes de fin d’année.

- L’entrée du parc pour une journée, coûte environ 14 € par personne, pour les adultes et les enfants à partir de huit ans. L’entrée est gratuite pour les plus jeunes. Si vous ne possédez pas de pass, il faut payer l’entrée des manèges de votre choix.

3


Après avoir loué un vélo à l'hôtel, histoire de la jouer vraiment à la danoise, je file prendre mon petit-déjà au Café Miao -> même concept qu'à Vienne, tu bois ton caf' avec des petits chatounous autour de toi.

Au programme de la journée : visiter le musée national et le SMK - Statens Museum for Kunst pour y admirer des œuvres de Matisse, Derain, Picasso, Poussin, Bruegel...

Copenhague est LA ville du vélo. Plus d'un tiers de la population se rend à leur travail en vélo et ce sont plus de 12 000 kms de pistes cyclables qui s'étendent sur l'ensemble du pays, ça en fait non ?

4

Après m'être baladé en vélo au Kastellet, la citadelle de Copenhague, je suis allée voir la fameuse petite sirène. Très convoitée, puisqu'une foule de touristes, à laquelle j'allais me rajouter, était déjà sur les lieux. Elle est touuuute pitite, je m'attendais à ce qu'elle soit plus importante. (Ça m'a fait le même effet que pour le Menneken Pis à Bruxelles ou la Vénus de Willendorf à Vienne - la meuf qui se la raconte t'sais) Il s'agit d'une représentation du personnage du conte éponyme de Hans Christian Andersen, notre petite Ariel quoi 😉

En parlant de touristes, j'en profite pour vous donner quelques détails sur ce city-trip.

Pour nous français, la vie danoise est chéro-chéro... Ne comptez pas moins de 40€ par personne pour un plat et une boisson, par exemple. En fait, le salaire moyen danois tourne autour de 5 000 $ (oui oui) donc tout est proportionnel, mais je n'y resterais pas deux semaines ! Je pense que ce sont ces pays là, connus pour leur haut niveau de vie et bien-être des habitants qui ne sont pas donnés. Aussi, lors d'un week-end à Oslo, nous avons eu l'occasion de confirmer ce point !

Balade au Kastellet 
5

Il est l'heure de faire un petit tour en Suède, précisemment à Malmø, ville natale de Zlatan (on s'en fout). Malgré les courbatures du vélo #malofesses, je retourne à l'aéroport de Copenhague pour prendre le train qui me fera emprunter le plus grand pont-tunnel du monde : l'Øresundbron qui relie le Danemark à la Suède : 16 kms de voie sur et sous la mer, une véritable prouesse technologique...

Billets de train aller/retour : 24 € pour 40 minutes de trajet entre Copenhague et Malmø.

* Pas mal de contrôle de douane avant d'accéder aux trains, on change de pays donc narmol vous me direz !

Plus d'infos sur le pont d'Øresund ici.

Arrivée à Malmø, l'atmosphère est pesante et la ville dé-ser-te, mis à part quelques jeunes sur skate qui restent très discrets ... Je n'y resterai pas longtemps, par manque d'activité puis même d'envie de faire durer le plaisir du "Je suis une légende" version suédoise. En vrai, je me sentais un peu comme Lisbeth Salander dans Millenium, ambiance bizarre et tendue sans raison. Bon ok, c'est un peu trop dans le cliché mais dans l'idée, y a de ça ! J'ai pu y voir la Turning torso, mais je suis pas trop fan de ce genre de building ou grande tour pareille... (meuf blasée bonjour ?)

Calme plat à Malmø 

Je reprends le train direction Lund, ville que l'on m'avait conseillée plutôt que Malmø et en l'occurence j'ai pu faire les deux. Entre cathédrale, jardin botanique et université, la ville est déjà plus animée malgré la météo un peu capricieuse.

Mignonne Lund - (Oui j'avais échoué capilairement parlant à l'époque) 

Changement de devise entre les deux pays :

1€ = 7,43 DKK (couronne danoise)

1€ = 9,50 SEK (couronne suédoise)


6

La ville : Copenhague est magnifique et je pense que le grand soleil du premier jour a pas mal joué en faveur de la capitale danoise. Les gens sont polis, civilisés et aussi sur la retenue. Il sont respectueux de leur environnement et rien ne traîne par terre, tout est clean !

Budget : la vie y est très chère, avec à peine 2% de chômage et un des salaires les plus élevé du monde.

Coup de ♡ : Christiania sans hésiter. Ce quartier est dingue et démontre que quasi 1000 personnes peuvent "vivre-ensemble" (cette expression est à la mode) sans loi et s'organiser seuls. Ils respectent la nature et vivent en harmonie avec elle, l'électricité est fournie par des éoliennes et aucune voiture n'a droit de circuler à Christiania.

À bicyletteeeee : le moyen de circulation du vélo, hyper répandu, reste très pratique et représente vraiment le quotidien des danois. Il y a beaucoup plus de vélos que de voiture et ce n'est pas seulement pour des raisons pratiques mais pour aussi préserver leur ville de toute pollution. J'ai adoré jouer à la locale !