Carnet de voyage

Faune et flore luxuriante 🇨🇷

Dernière étape postée il y a 1303 jours
Après des mois de réflexion et de préparation voici enfin venu le temps de mettre le plan à exécution ! 8 mois pour rallier le Mexique au Chili à travers 9 pays d'Amérique Latine 🤠🤯 Chapitre 3 🇨🇷
Du 10 décembre 2018 au 6 janvier 2019
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
11
déc
11
déc
Publié le 28 décembre 2018

11/12/18


Fraichement arrivé au Costa Rica, je décide de directement quitter la capitale pour me rendre à la Fortuna, petite ville plus au nord.


Le temps est gris et très humide, mais je garde espoir pour que ça change d'ici demain!

J'ai payé 50e pour une visite de 7h à 19h, avec au programme un observatoire avec vue sur le volcan Arenal, trek en forêt sur les flancs du volcan, et visite de bain thermal. Transport et repas inclus tout de même, mais à 50e l'activité j'ai de grandes attentes ..

Levé à 7h le lendemain, le temps n'a pas bougé, il s'est même empiré, puisque dès le début de journée il crachouille.

30min d'attente du collectivo ont suffit pour passer d'un crachouillage à une giga averse ..

On commence la journée par l'observatoire, 10min à pied sous la pluie pour l'atteindre, les nuages et la pluie empêche toute vue sur le volcan.

Apparemment ils se sont tous fait passer le mot pour avoir un poncho protecteur, moi je me suis juste retrouvé avec un pantalon éponge en 10min.



Il a plu à torrent les deux premières heures de visite, mais on à quand même eu la chance d'apercevoir de petites grenouilles cachées et camouflées sous les feuilles.

On est également passé près d'une chute d'eau au moment même où la pluie s'est calmée.



En route pour la suite on rencontre la maison d'une mygale cachée dans le tronc d'un arbre !



On aura aussi aperçut de sublimes araignées. Leur fil de toile est si épais qu'il semblable à une corde de guitare collante, c'est assez étrange à toucher. Jetez des petits morceaux de feuilles sur la toile, et vous la voyez bondir en une seconde pour attraper sa proie, impressionant !



Le temps s'est un peu dégagé sur l'après midi mais est resté globalement assez gris, avec quelques averses ..... à 50e l'activité c'est un peu agaçant.


On rejoint après le repas le départ du trek du volcan Arenal, sous un ciel qui présente quelques touches de bleus qui font du bien ! Qui resteront dix minutes malheureusement.



Ce trek nous permet d'atteindre le quart du Volcan Arenal, impossible d'aller plus loin en raison des fortes chances d'éruptions. Mais depuis ce spot on peux déjà apercevoir les énormes dégâts des massives éruptions précédentes, malgré les nuages qui encore une fois saturent le paysage ..

L'ascension à été pleine de couleurs dans une forêt très humide et très dense.



Cette journée s'est terminée par des bains thermales naturels, une eau minimum à 30°, un pur régal.



Le pur régal a prit fin au moment même où je récupère mes chaussures à la main, 3sec plus tard, je ressent une vive douleur dans le doigt, je lache mes chaussures et je vois une fourmis géante entrain de me le dévorer, je l'enlève alors d'un grand revers. Puis quelques minutes passent avant que la douleur ne survienne accompagnée par un point blanc à l'endroit de la morsure. Mais le guide me fait comprendre que si ce n'était pas un serpent, je devrai y survivre !


Un bilan de journée plutôt grisâtre, c'était tout de même super, mais ça ne vaut absolument pas les 50e d'investissement.

J'espère juste que cette météo n'e sera pas significative du reste de mon temps au Costa Rica.

12
déc
12
déc
Publié le 28 décembre 2018

12/12/18


Houuuuurra la météo s'est dégagé, fin du temps apocalyptique, place au soleil brulant du Costa Rica. Aujourd'hui nous allons avec une Suisse rencontré à l'auberge, visiter la chute d'eau proche de la Fortuna.

Même si c'est un lieux entièrement naturel, ils ont trouvé le moyen de se l'approprier et font payer 15$ l'entrée.. Pura Vida, pura vida, ils devraient changer leur réplique en Pura Caro Vida !

Finalement le hourra à été lancé un peu tôt, les nuages me font déjà regretter mes mots..


Mais on décide quand même d'y aller puisque le lieux a l'air splendide. À peine passé l'entrée, la vue du Mirador est saisissante !



On commence donc la descente en direction de la chute d'eau à travers une forêt dense et tellement verte !!!!



On arrive finalement bien plus vite que prévu devant la colossale chute d'eau de 75 mètres de haut ! La sensation devant cette force de la nature est indescriptible, c'est à la fois majestueux et dévastateur quand on s'imagine la puissance de l'eau en la voyant s'écraser de cette manière. Tout y est, le bruit, le visuel, on est resté de longue minute devant, completement aspiré, envoûté par ce monstre !



L'eau s'écrase avec tellement de puissance que ça génère un courant qui empêche totalement de nager jusqu'au point de chute. La solution serait peut-être d'y aller en nageant sous l'eau, mais vu la puissance, relever la tête sur un débit aussi violent, risque de littéralement vous briser les os.


On descend ensuite à hauteur d'eau et on suit tranquillement le chemin du courant.



On s'est quand même dit que 15e l'entrée, c'est un peu abusé .. mais en traversant ce ruisseau pantalon et chaussures à la main, on découvre un chemin de trek qui s'étale sur plusieurs kilomètres, c'est partit !!!!



C'est tellement bon de s'enfoncer dans une forêt aussi verdoyante ! Et tellement humide aussi..



On est tombé sur un pont suspendu qui n'aspire aucune confiance, mais c'est d'autant plus cool à traverser !



Entre points de vues, forêt dense, végétations verdoyantes, ce trek inatendu aura été une belle surprise.



Après plusieurs heures d'expédition, on quitte cette réserve, avec un magnifique souvenir en tête !



Demain, je me dirige vers Monteverde, région entouré de jungles et de reserves naturelles (payantes évidement).

13
déc
13
déc
Publié le 28 décembre 2018

13/12/18 - 16/12/18


Les options pour rejoindre le très reculé village de Santa Elena, dans la région de Monteverde, sont maigres.

Soit par bus, très peu chère mais ultra long, une journée de transport.

Soit en Jeep Boat Jeep, 4h de transport mais à 25$. En revanche c'est comme son nom l'indique un triple transport qui de plus permet de naviguer sur le lac Arenal, et avoir en prime une vue de luxe sur le volcan. Je choisi cette option puisque c'est un peu un mélange entre activité et transport d'un point A à un point B, tout en m'offrant une vue que j'ai manqué le premier jour..


Après près d'une heure de Jeep on rejoint de justesse le dernier départ de la matinée pour traverser le lac, la vue est incroyable, cette fois on je peux lancer un HOUUUURRA, la météo est enfin de mon côté !



1h30 de traversé à la cool, ambiance parfaite !



La troisième partie de voyage va se révéler mouvementé. Le chemin pour rejoindre Santa Elena est chaotique, tellement bosselé que toute les trois ou quatre minutes, mon corps est projeté en hauteur, je décolle littéralement du siège ! Mais c'est plutôt plaisant, un tour de jeep à sensation !



Je me fais débarquer deux heures plus tard dans mon auberge Hakuna Matata !

L'auberge est au top, proche des commodités (à l'échelle de la ville, tout est proche des commodités) chambre privée pour le prix d'un dortoir dans la région, petit dej inclus, café illimité, de quoi bien savourer mes trois jours sur place.


Le coin regorge d'activité, de réserve, ect..

Mais chacune d'elle coute au minimum 50e, je préfère garder mon argent pour l'Amérique du sud, où le coût de vie sera nettement plus favorable à mon compte bancaire.


Je me laisse tout de même tenter par une réserve naturelle, il y en a trois autour de Santa Elena, qui se ressemble forcément un peu, donc en visiter une suffit.


On m'a chaudement conseillé la Santa Elena Cloud Forest, c'est donc elle que je vais parcourir aujourd'hui !


En négociant un peu j'ai pu obtenir le tarif étudiant étranger, à deux fois moins chère que le tarif normal qui est à 18$. 18 c'est un poil chère autant 9, ça me semble correct (pour le Costa Rica). La vie étudiante a ses bons côtés.



Je suis tout de suite amoureux de cette réserve, tellement pure, vert, apaisant, on ne peux que se sentir bien ici. Les arbres sont massifs, puissants, d'une beauté sans pareille !



J'aurais effectué tous les chemins possibles de la réserve cumulant 12 kilomètres, durant la matinée. Transport retour à 13h, pile à temps afin de se préparer une bonne omelette pour reprendre des forces.

16
déc
16
déc
Publié le 29 décembre 2018

16/12/18 - 19/12/18


Je quitte tôt le matin Santa Elena pour rejoindre Quepos (ville à proximité du parc Manuel Antonio).

7h de trajet pour seulement quelques kilomètres, les joies des routes costaricaines !

Une portion de route s'est même fait dans la poussière histoire de. Le bus en était remplit, partout, aucune possibilité de ventiler puisqu'en ouvrant les fenêtres, davantage s'infiltrait.


Mais après tout ce chemin je découvre une auberge magnifique, piscine, petit dej, grands espaces, chambre propre avec vue sur mer, la vie est belle ! Un repos bien mérité pour finir cette belle journée poussiéreuse.



Baz et Oce me rejoigne mardi pour visiter le parc Manuel Antonio, j'ai donc une journée devant moi pour fouiller les lieux et trouver un petit endroit sympa pour passer l'aprem après le parc.

Idée n°1: chute d'eau à quelques kilomètres de l'auberge.

Après des indications hasardeuses je me dirige sur un chemin, je finis par trouver le début du ruisseau qui mène à la chute. On commence par un petit pont bien sécure comme il faut.



J'ai ensuite dû faire preuve d'agilité et de concentration pour avancer le long du ruisseau. Le sentier était complètement effacé, et le seul moyen d'avancer était de sauter de pierre en pierre, esquiver des branches qui sortaient de nul part, escalader des troncs, bref de vraies singeries.



Au bout de 20min à m'enfoncer je me dis qu'il vaudrait mieux pour moi faire demi-tour, car de une je ne sais même pas si c'est le bon chemin et de deux j'ai zero réseau, si il m'arrive quelque chose je suis dans un sacré pétrin..


Je passe à côté d'un chantier d'une maison plutôt sympa, sur le chemin retour, les types sur place me confirment que c'était bel et bien le bon chemin, il fallait juste le continuer pendant quelques dizaines de minutes.



Idée n°2 : plage "privée" à quelques kilomètres de l'auberge.

En sortant de mon escapade ruisselante, je file tout droit vers cette fameuse plage, qui est selon les dires, magnifique et peu fréquenté.

La trouver est en soit une mission, rien est indiqué, les chemins n'en sont pas vraiment mais accompagné de mon meilleur ami Mapsme, rien ne peux se cacher.

Une fois déniché, les mots me manquent ! Ce qui est plutôt cool, c'est que l'on arrive par le haut. Il y a donc un super point de vue en hauteur avant même d'atteindre le sable.

Oh et fait non négligeable, la plage est accessible qu'à marée basse.



L'endroit est idyllique, on est seulement quatre sur la plage, l'ambiance est parfaite. Je suis comme robinsson sur son île, capilairement parlant.



En repartant je découvre un petit chemin qui longe les falaises, petit chemin sans peser mes mots, large d'à peine un mètre avec une vue bien dégagé sur le précipice, je ne m'avance pas trop et j'attendrai demain que l'on soit plusieurs au cas où.



Maintenant accompagné des deux mochileros, on part direction Manuel Antonio pour visiter un des plus beau parc du Costa Rica.

Sa réputation oblige d'avoir dès l'entrée et dès l'ouverture une petite flopée de touristes. Mais finalement après quelques minutes de marche on se retrouve rapidement tous les trois dans le calme de la réserve, tentant d'apercevoir des animaux. Mon but ultime est évidement de voir des singes étant donné mon admiration pour cet animal. Ça n'aura pas traîné, Basile repère rapidement une petite famille de Capucin, perchée en haut d'un arbre. Je suis content d'avoir rempli l'objectif aussi vite mais je n'ai à ce moment là, aucune idée de ce qui m'attend ensuite !



Entre Mirador avec des vues paradisiaques, course de singes à travers les branches, la balade au sein de Manuel Antonio prend une tournure sympathique.



On se pause sur la plage quelques temps, mais avec beaucoup de précaution car apparemment les Capucins de cette zone sont sans aucunes gènes et ne sont absolument pas apeurés des êtres humains. En réalité ils vont même jusqu'à nous voler, nourriture et bidules en tout genre !



Au moment de partir, juste à côté de nous il y a un couple entrain de dormir. Et sournoisement un Capucin s'approche et paf il vole une espèce de grande trousse, il part et se planque en haut d'un arbre. Il ouvre la trousse, Bingo, le portefeuille du pauvre gars est à l'intérieur. Il ouvre le portefeuille sans aucune difficulté et se met à lancer pièces de monnaie, billets, carte de crédit, sous l'énorme espoir du propriétaire situé juste en dessous, bras tendu, prêt à réceptionner. La vidéo est légendaire.



Quelques Capucins se sont prêtés à une séance photo pour mon plus grand bonheur. J'ai quand même eu quelques frayeurs parcequ'en m'approchant certains me montraient clairement des signes de leur extreme intéressement à mon téléphone. Et il faut dite que de près, avec leurs yeux noirs et leurs sourcils froncés, j'ai beaucoup de mal à leur accorder ma confiance.



Quelques kilomètres de balade nous séparent de la fin de la visite, qui aura été merveilleusement singesque.



De retour à l'auberge, les deux mochileros décident finalement d'être fatigués et me laisse donc voguer en solo. Je choisis alors l'option deux, plage privée ! Une bonne baignade, une petite exploration des sentiers en hauteur et un couché de soleil sur la mer pour clôturer cette journée faune et flore.



Demain, place à Uvita et sa plage éphémère !

20
déc
20
déc
Publié le 29 décembre 2018

20/12/18 - 22/12/18


En avant vers Uvita et sa plage en queue de baleine, accessible uniquement à marée basse !

Mais avant ça, Baz et Oce sont, par faute de choix, encore avec moi pour une journée, on en profite donc pour aller se rafraichir près d'une chute d'eau. La température extérieure est tellement excessive, surtout pour une fin de mois de décembre, la baignade risque d'être appréciée.


Le spot n'est pas trop loin du logement, on peux y aller à pied sans problème, un bon repas typique en chemin et on affronte le soleil jusqu'à l'entrée de la chute d'eau.



Ce n'est pas très grand mais il n'y a pas beaucoup de monde, on peux profiter d'un espace rien qu'à nous pour quelques dizaines de minutes.



Lendemain de cette journée je me dirige vers le parc Marino ballena, dès l'ouverture à 7h pour profiter au maximum de la marée basse et de la plage éphémère !

À 8h il fait déjà 28°c, une fois sortie de la petite forêt de palmiers entourant le parc, la plage se dessine, il n'y a presque personne, le cadre est juste idyllique.



Je ne pensais pas mais finalement la plage était bien plus grande que prévu, entre mon entrée dans le parc et la sortie, j'ai marché plus de 15km, seulement sur la plage.

A mi-parcours se trouve la fameuse queue de baleine (composé de pleins de roches). C'est une sensation très déconcertante, je peux apercevoir la mer en face, à droite et à gauche, avec des courants contraires pour chaques côtés ! Encore un décor à la Inception !



J'ai croisé la route de dizaines et de dizaines de maisons de crabes ! Pleins de trous dans le sable qui créés des galleries géantes sous le sol. J'ai même eu la chance de tomber sur Mr Krabs, qui m'a offert une petite séance photo.




Gallerie photo de la plage :


22
déc
22
déc
Publié le 12 janvier 2019

22/12/18 - 04/01/19


Juste avant de quitter Baz et Oce, on s'est dit que fêter le nouvel an sur l'île de Bocas del Toro au Panama comme c'était prévu, relevait de l'impossible. Déjà plus beaucoup de logement était disponible, et en plus à des prix exorbitants. La meilleure solution était donc de s'y rejoindre mais une semaine plus tard.

Restait à savoir où j'allais passer mes fêtes, j'accorde peu d'importance à ça, mais mon porte monnaie oui. Ça aurait été top de pouvoir être sur la côte en face de la mer, mais impossible de financer un tel projet.. et par chance je suis tombé sur une promo en or dans une auberge de San José, j'ai donc décidé d'y poser mon sac pendant une dizaine de jours.



L'auberge a été une excellente surprise, billard, PS4, nintendo 64, lit confort, petit dej ultra complet, un staff trop cool, en bref aucun point négatif !



Je ne vais pas avoir grand chose à raconter dans cette étape, puisque globalement c'était du repos dans des parcs ou à l'auberge.

Quelques promenades dans la ville ou j'y ai laissé un orteil, et le musée du national du Costa Rica.



À mi-parcours de mon voyage c'était vraiment sympa de prendre mon temps pour ne rien faire et se faire un petit quotidien dans un endroit comme ça. Quelques super rencontres, et encore des tonnes d'histoires de voyageur.


Je me suis malencontreusement endormis lors du passage en 2019, réveillé 30min trop tard, ce nouvel an n'étais pas très festif, mais fuck les conventions, j'ai pu profiter d'un 1er janvier en pleine forme dès 7h du mat !


Direction puerto Viejo, petite ville du Costa Rica sur la côte Caraïbe, histoire de passer le weekend avant le passage de frontière pour entrer sur le territoire panaméen.

4
janv

04/01/19 - 06/01/19


De San José je file tout droit à Puerto Viejo, village à la limite du Costa Rica juste avant le Panama. Pas grand chose à faire ici à part se relaxer dans la mer caraïbe.



Après 12jours de relax'atitude à San José, je n'allais pas rester planté la à ne rien faire. Après une fin d'après midi à visiter Puerto Viejo et me rendre compte qu'il n'y a absolument rien à faire à part bronzer, je programme donc mon réveil à 5h le lendemain matin, avec un but bien précis!

Prendre le premier bus pour Cahuita, ville proche de Puerto Viejo, pour se balader dans son parc national. Première grosse surprise, l'entrée est sur don. Je me suis demandé si j'étais toujours au Costa Rica.. habituellement pro de la sur-taxe sur tout, ce genre de surprise fait vraiment du bien.



Le sentier suivait la côte Caraïbes, mêlant passage en forêt et chemin les pieds dans l'eau. Pas aussi fournis en animaux que Manuel Antonio, mais j'ai tout de même croisé la route d'une sublime araignée, et d'un gang de fourmis géantes.



Après quatre heures de marche, retour à Puerto Viejo via un bus publique bondé, qui roule à toute vitesse porte ouverte, que voulez vous il faut bien aéré !



Demain c'est le grand départ du Costa Rica. Ce pays ne m'aura pas autant marqué que les deux précédents, de part des prix plus élevés, et une certaine redondance des activités. En revanche on doit lui accorder sa sublime faune et flore, très riche, très dense et plutôt bien préservées.


Pour suivre le reste de l'aventure, c'est par ici, prochaine étape, le Panama !!

https://www.myatlas.com/FrinkyFast/panama