Carnet de voyage

Indonésie 2019

10 étapes
7 commentaires
Janvier 2019
30 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
1

Mardi 8 janvier 2019


La tempête Pabuk qui a balayé, ces derniers jours, le sud de la Thaïlande a laissé derrière elle une traînée de pluie qui arrose le Myanmar.

Il a plu toute la nuit à Yangon et la température a chuté de près de 10°


C'est le jour où je vole vers Singapour où cette fois ci, il ne pleut pas.


A 19h, une température très agréable pour boire un petit verre de vin espagnol. (ben oui, c'était chilien ou espagnol) sur une terrasse près de l'hôtel.


Singapour,

Ici, tout est calme, la circulation de l'aéroport à l'hôtel , les gens qui marchent calmement sur les trottoirs de East Cost road ....

On ne serait pas un peu fou, nous les français qui n'avons jamais le temps. On ne voit à peine celui que l'on croise, quant à le regarder, et lui sourire !

Vous allez me dire que j'exagère .... Venez faire un tour en Asie du Sud-Est et on en reparle 😜


On sourit moins ici c'est vrai qu'à Yangon mais les Singapouriens sont quand même très sympathiques, enfin celles et ceux que j'ai côtoyés. Le monsieur qui m'a fait signe d'aller vers la porte libre de queue pour prendre un taxi, le chauffeur de taxi avec qui j'ai plaisanté, la serveuse du "bistro" qui m'a demandé mon nom, et maintenant me dit "Annick, do you want a dessert " ... et le patron avec son "bon appétit" en français...

Pourtant nous ne sommes pas dans un village, même si le monde est un grand village ! .

Singapour : 8039 habitants au km2

Yangon : 7271 h/km2

Lyon métropole : 2588h/km2

La densité de Paris est, c'est vrai, beaucoup plus élevée, mais la coolitude parisienne est bien connue !




Singapour est une cité-État au sud de la Malaisie. Comptoir commercial britannique fondé en 1819, elle est devenue depuis son indépendance l'un des pays les plus prospères au monde et abrite l'un des ports les plus actifs qui soit, tout en étant très orienté vers le tourisme et la bio-diversité


Singapour est une ville immense, Combinant les gratte-ciels et le métro d'une ville riche et moderne, aux quartiers de petites maisons tranquilles, avec un mélange d'influences culturelles chinoises, malaises et indiennes ; elle comprend aussi une multitude de travailleurs et d'expatriés originaires des quatre coins du globe.


Singapour est aussi affublée d'une image peu glorieuse mais partiellement méritée de superficialité ce qui lui a valu d'être qualifiée de "Disneyland avec la peine de mort" ou de "Seul grand magasin au monde à disposer d'un siège aux Nations-Unies" .



Singapour, promis la prochaine fois, il y aura des photos car j'ai prévu d'y rester 2 jours.



Mercredi 9 janvier


Ou alors c'est moi qui suis bien différente ici ..... Un occidental businessman vient de me proposer de partager son taxi (mais pas le prix !! ) pour aller à l'aéroport.....

Pourtant j'ai plus de 50 ans 🤣.

Il rentre à Kuala Lumpur (Malaisie) où il habite désormais, la vie y étant moins chère qu'à Singapour.


Et je m'achète un rouge à lèvres au "dutyfree Shop" : Plus belle la vie !


Bon il y a quand même quelque chose qui cloche en Asie.... la climatisation.... C'est dingue ! on passe du chaud au froid sans arrêt et moi je ne desenrhume pas.



Le vol pour Bali est annoncé avec 2h (et 1h de plus) de retard.... il se passe toujours quelque chose en Indonésie : ça tremble, ça vente, ça fume.... Est ce Pabuk qui est descendue dans le coin, où plutôt le Kakratoa qui s'énerve ?


Volvic aussi est dans le coin !

Embarquement à 15h30 au lieu de 12h15....

Bien arrivée, le choc est rude !

Demain il fera jour......

2


Heure française +7h


Jeudi 10 janvier

Ouh la la...., d'abord il fait très chaud (31° à 13h, ressenti 38°).... et très humide... normalement au mois de janvier, il pleut, même si ici* çe n'est plus vraiment la mousson..... Mais la pluie se fait attendre !


* nous sommes dans l'hémisphère sud et dit-on l'eau devrait tourner dans l'autre sens dans les lavabos....une légende qui a la vie dure, car malgré la force de Coriolis, le sens de rotation de l'eau dépend surtout............. du lavabo 😅


Sur les conseils d'Olivier, un copain ardechois qui vit ici depuis 2 ans, je me suis posée à Seminyak, qui se révélera être en fait Legian.

Lors de ma première visite à Bali en 1981, on ne parlait pas de Seminyak, seulement de Legian : le village des routards, où j'avais logé dans un bungalow sur la plage, je me souviens que la dame avait chassé les poules du lit de la première chambre où nous avions débarqué en pleine nuit.

et de Kuta, le village des hôtels... et des australiens qui faisaient du surf derrière la barrière de corail.

Aujourd'hui, Seminyak-Legian-Kuta..... tout se touche et tout le monde fait du surf partout. Le moins que l'on puisse dire c'est que le tourisme s'est développé, la nature est loin derrière les hôtels, les boutiques et autres restaurants.... Et encore des immeubles en construction..... et ça s'étend encore au nord

Pourtant les coqs chantent encore...... dès 6h30 le matin.


Fût un temps où il était peu probable, lors d’un séjour à Bali, de ne pas avoir l’opportunité d’assister à un combat de coqs. Ils étaient fréquents et chaque village en organisait. Depuis 2005 ils ne peuvent de par la loi qu’avoir lieu lors de certaines importantes festivités religieuses, et cela encore que de manière très contrôlée.




Après une heure sur la plage, je me dis qu'il me faut aller voir plus loin.



Et un petit programme concocté avec Olivier au dîner......à suivre.




Avant, un petit topo sur l'Indonésie,

Une photo envoyée à ThiiThi

L'Indonésie, pays d'Asie du Sud-est est composé de milliers d'îles volcaniques, et abrite des centaines de groupes ethniques parlant leurs propres langues. Il est connu pour ses plages, ses volcans, ses dragons de Komodo et ses jungles où vivent des éléphants, des orangs-outans et des tigres. Jakarta, capitale dynamique et tentaculaire, se trouve sur l'île de Java, de même que la ville de Yogyakarta connue pour la musique de gamelan et les marionnettes traditionnelles.


L'Indonésie est aussi le plus grand archipel du monde avec plus 13 000 îles (dont moins de la moitié sont habitées), le quatrième pays le plus peuplé , le 16ème par sa superficie et le premier pays à majorité musulmane.

Selon l'endroit où l'on se trouve, le climat varie entre un climat tropical qui alterne entre saisons humides et saisons sèches et un climat équatorial dépourvu de saison et assez humide en permanence.

La température moyenne quotidienne à Jakarta varie entre 26 et 30 °C


L'Indonésie est aussi le centre sismique de la ceinture de feu du Pacifique. Les tremblements de terre observés en 2018 sont ainsi le fruit d’une histoire de la tectonique des plaques qui a commencé il y a quatre-vingt-cinq millions d’années.et qui par cycle fait parler d'elle.

Le volcan Agung à Bali a fait une violente éruption en 1963, la dernière à l'automne 2017, il est en alerte depuis plus de 6 mois.

Le Krakatoa à Java ou plus exactement le Anak Krakatau (son "fils") est actif depuis juin 2018, c'est lui qui mardi dernier a retardé le départ de Singapour... et non la tempête Pabuk.



Bali, île hindouiste à 93%, fait partie des petites îles de la Sonde ; elle est connue pour ses plages de sable qui va du gris clair au noir, ses montagnes volcaniques boisées, ses rizières en étage, ses temples, ses cérémonies et ses retraites spirituelles..

Et ses touristes 😎 heureusement janvier est une période creuse. .

Bali : 80kms de largeur et 145kms de longueur. 5633 km2





Vendredi 11 janvier


Un premier tour qui me fera visiter le temple Taman Ayan, un temple d'Etat dédié au royaume de Mengwi (1627- 1891)

Un lieu d'une grande sérénité qui fait partie des sites du subak (voir plus loin les rizières) reconnus par l'UNESCO en 2012.



Ensuite les rizières en terrasse de Jatiluwih et le subak : un système d'irrigation qui part le biais d'une organisation collaborative (250 familles) fait que l'eau qui part du haut de la montagne s'écoule du champ d'un agriculteur à un autre jusqu'à la dernière parcelle de terre.

Au loin le mont Batukaru, 2276m, est dans la brume.


Il s'agit d'une culture de riz biologique Basmati (considéré comme du haut de gamme) qui est pour une part vendue au Japon, ici dans les rizières de Jatiluwih, classée par l'UNESCO en 2012.


La encore, un lieu beau et serein, malgré le temps gris : chaud et humide avec un petit air agréable






Traditionnellement, à Bali chaque famille cultive suffisamment de riz pour subvenir à ses besoins, faire des offrandes aux dieux, et parfois en vendre un peu sur le marché.

Le climat permet de faire 4 récoltes par an.





Et une des mille et une cascades de Bali, une bouffée d'air frais. Curieusement l'eau est plutôt froide et c'est très agréable.

La journée s'est terminée à Tanah Lot......

3


Heure française +7h


Jeudi 10 janvier

Ouh la la...., d'abord il fait très chaud (31° à 13h, ressenti 38°).... et très humide... normalement au mois de janvier, il pleut, même si ici* çe n'est plus vraiment la mousson..... Mais la pluie se fait attendre !


* nous sommes dans l'hémisphère sud et dit-on l'eau devrait tourner dans l'autre sens dans les lavabos....une légende qui a la vie dure, car malgré la force de Coriolis, le sens de rotation de l'eau dépend surtout............. du lavabo 😅


Sur les conseils d'Olivier, un copain ardechois qui vit ici depuis 2 ans, je me suis posée à Seminyak, qui se révélera être en fait Legian.

Lors de ma première visite à Bali en 1981, on ne parlait pas de Seminyak, seulement de Legian : le village des routards, où j'avais dormi dans un bungalow sur la plage, je me souviens que la dame avait chassé les poules du lit de la première chambre où nous avions débarqué en pleine nuit.

et de Kuta, le village des hôtels... et des australiens qui faisaient du surf derrière la barrière de corail.

Aujourd'hui, Seminyak-Legian-Kuta..... tout se touche et tout le monde fait du surf partout. Le moins que l'on puisse dire c'est que le tourisme s'est développé, la nature est loin derrière les hôtels, les boutiques et autres restaurants.... Et encore des immeubles en construction..... et ça s'étend encore au nord

Pourtant les coqs chantent encore...... dès 6h30 le matin.


Fût un temps où il était peu probable, lors d’un séjour à Bali, de ne pas avoir l’opportunité d’assister à un combat de coqs. Ils étaient fréquents et chaque village en organisait. Depuis 2005 ils ne peuvent de par la loi qu’avoir lieu lors de certaines importantes festivités religieuses, et cela encore que de manière très contrôlée.




Après une heure sur la plage, je me dis qu'il me faut aller voir plus loin.



Et un petit programme concocté avec Olivier au dîner......à suivre.




Avant, un petit topo sur l'Indonésie,

Une photo envoyée à ThiiThi

L'Indonésie, pays d'Asie du Sud-est est composé de milliers d'îles volcaniques, et abrite des centaines de groupes ethniques parlant leurs propres langues. Il est connu pour ses plages, ses volcans, ses dragons de Komodo et ses jungles où vivent des éléphants, des orangs-outans et des tigres. Jakarta, capitale dynamique et tentaculaire, se trouve sur l'île de Java, de même que la ville de Yogyakarta connue pour la musique de gamelan et les marionnettes traditionnelles.


L'Indonésie est aussi le plus grand archipel du monde avec plus 13 000 îles (dont moins de la moitié sont habitées), le quatrième pays le plus peuplé du monde, le 16ème par sa superficie et le premier pays à majorité musulmane.

Selon l'endroit où l'on se trouve, le climat varie entre un climat tropical qui alterne entre saisons humides et saisons sèches et un climat équatorial dépourvu de saisons et assez humide en permanence.

La température moyenne quotidienne à Jakarta varie entre 26 et 30 °C


L'Indonésie est aussi le centre sismique de la ceinture de feu du Pacifique. Les tremblements de terre observés en 2018 sont ainsi le fruit d’une histoire de la tectonique des plaques qui a commencé il y a quatre-vingt-cinq millions d’années.et qui par cycle fait parler d'elle.

Le volcan Agung à Bali a fait une violente éruption en 1963, la dernière à l'automne 2017, il est en alerte depuis plus de 6 mois.

Le Krakatoa à Java ou plus exactement le Anak Krakatau (son "fils") est actif depuis juin 2018, c'est lui qui mardi dernier a retardé le départ de Singapour... et non la tempête Pabuk.



Bali, île hindouiste à 93%, fait partie des petites îles de la Sonde ; elle est connue pour ses plages de sable qui va du gris clair au noir, ses montagnes volcaniques boisées, ses rizières en étage, ses temples, ses cérémonies et ses retraites spirituelles..

Et ses touristes 😎 heureusement janvier est une période creuse. .

Bali : 80kms de largeur et 145kms de longueur 5633 km2





Vendredi 11 janvier


Un premier tour qui me fera visiter le temple Taman Ayan, un temple d'Etat dédié au royaume de Mengwi (1627- 1891)

Un lieu d'une grande sérénité qui fait partie des sites du subak (voir plus loin les rizières) reconnus par l'UNESCO en 2012.



Ensuite les rizières en terrasse et le subak : un système d'irrigation qui part le biais d'une organisation collaborative (250 familles) fait que l'eau qui part du haut de la montagne s'écoule du champ d'un agriculteur à un autre jusqu'à la dernière parcelle de terre.


Il s'agit d'une culture de riz biologique basmasti, qui pour la plupart est vendu au Japon.


La encore, un lieu beau et serein, malgré le temps gris : chaud et humide avec un petit air agréable



Désherbage de la rizières. Les mauvaises herbes arrachées sont enfouies avec le pied au fond de la rizière



Traditionnellement, à Bali chaque famille cultive suffisamment de riz pour subvenir à ses besoins, faire des offrandes aux dieux, et parfois en vendre un peu sur le marché.

Le climat permet de faire 4 récoltes par an.





Et une des mille et une cascades de Bali, une bouffée d'air frais. Curieusement l'eau est plutôt froide et c'est très agréable.

La journée s'est terminée à Tanah Lot......

4

AS : petit souci technique avec MyAtlas... J'ai ouvert un 2eme carnet en vue d'une future impression et je ne vois plus la liste de mes chers abonnés, lecteurs assidus et suiveurs enthousiastes, néanmoins discrets..... ...... Ceci explique cela 🤔



Les Balinais s’identifient à l’hindouisme. Cependant l’hindouisme balinais, très marqué par des survivances animistes, est à différencier de l’hindouisme indien.

Si les balinais vénèrent la même trinité divine –Brahma, Shiva et Vishnou– ils ont, en plus un dieu suprême, Sang Hyang Widi.

Il est le gardien de l’ordre cosmique et moral. Puissance impersonnelle, il domine les autres Dieux et les ancêtres divinisés. Il est ce qui, dans la religion balinaise, se rapproche le plus du Dieu des monothéistes.

Les figures emblématiques sont pour les ancêtres divinisés :

Kama, Dieu de l’amour et de la beauté, patron des poètes,

Sri, Déesse du riz, et Ngurah, Dieu protecteur des terrains et du sol,

et Taksu, messager de Dieux et médiateur entre les Dieux et les hommes,.


Et pour les âmes non encore purifiées :

Ratu Gede Dalem, Dieu du cimetière et du temple des morts, et Yama, Dieu des morts, prince de l’enfer et chef des troupes de Démons.


Les pratiques religieuses varient également sur un grand nombre de points. Elles varient même d’un village balinais à l’autre, en raison des anciennes croyances animistes, qui, basées sur des forces naturelles, ne sont jamais tout à fait les mêmes en différents lieux.


L’hindouisme fut la religion prédominante en Indonésie avant l’arrivée de l’islam, comme le prouvent les nombreux monuments hindous à Java et dans le reste de l’archipel.

Le royaume de Majapahit, empire hindouiste régnant durant le quatorzième siècle sur la quasi totalité des territoires indonésiens d’aujourd’hui, basé à Java-centre, s’est réfugié à Bali au seizième siècle, emportant avec lui les artistes et prêtres les plus réputés, artisans de la culture si riche et complexe du Bali des derniers siècles.



La pratique religieuse au quotidien est aussi vivace de nos jours que par le passé. Les offrandes aux Dieux ont lieu plusieurs fois par jour, devant toute habitation, et dans tout temple; de l’encens embaume l’air aux quatre coins de Bali; des cérémonies, des processions, se déroulent à tout instant quelque part sur l’île. Cette présence incessante du sacré, nuit et jour, sept jours sur sept, constitue pour une bonne part la magie de Bali.




Et justement, le coucher de soleil qu'il était prévu d'admirer à Thana Lot fut agrémenté d'une cérémonie où pendant 5 jours, les Balinais de toute l'île, vont venir faire des offrandes



Tanah Lot


Pour les balinais, le Pura Tanah Lot ou temple de Tanah Lot est l'un des temples de la mer le plus vénérés.

Ce temple fut construit par un Brahmane du royaume Majapahit de Java.


Tanah Lot est un piège à touristes.....grande chanceuse que je suis, en janvier il y a très peu de touristes et aujourd'hui est un des 5 jours d' offrandes au temple, les balinais viennent de toute l'île. Ils ont leurs habits de fêtes, la plupart en blanc; cette unité rend l'endroit très serein malgré la foule, par ailleurs très calme.


Vous n'allez pas me croire..... Et pourtant... Une famille est venue s'installer à côté de moi pour faire connaissance. J'ai cru qu'ils connaissaient Made (prononcer madai) mon chauffeur du jour, mais non c'est seulement pour me rencontrer et partager les friandises qu'ils grignotent après leurs offrandes au temple.

La dame m'a donné son adresse pour que j'aille leur rendre visite dans leur village.



Et voici le temple où plutôt les temples

Un plus au nord, batti sur une arche naturelle du rocher


J'ai montré une photo de la cathédrale de Clermont Ferrand à Madai.... en pierre noire... Il a été "scotché" et m'a demandé si c'était près de la mer.....

Et le grand Pura Tanah Lot, accessible à marée basse, le plus vénéré.


Et le soleil, en ce mois de janvier se couche pile entre les deux

5


Dimanche 13 janvier



Ballade à pied dans la campagne pour aller rendre visite à Nyoman dans son atelier.

Nyoman habite avec son épouse au milieu des rizières ; comme un miracle cette année, le riz a été coupé 2 fois et a repoussé... 3 récoltes avec les mêmes plants....Sri a été généreuse.

Il cultive aussi la vanille, les clous de girofle, une sorte de poivre, de la cannelle... etc

Il va chercher des noix de coco toutes fraîches sur l'arbre en signe en bienvenue

Des gousses de vanille
Des gousses de vanille

Et surtout il peint






Sa femme peint aussi, sans oublier pour autant les offrandes aux dieux

Une belle harmonie et sérénité dans ce lieu... On peut y rester des heures avec bonheur...... l'atmosphère est contagieuse









Différents styles..... Certaines toiles font un peu penser au Douanier Rousseau

.......-#






Je lui montre le site d'un peintre du Myanmar, qui est connu aussi dans d'autres pays d'Asie.... Car certaines de ses œuvres m'y font penser...... Il est séduit... Nyoman est très discret et ne veut pas exposer ses toiles même s'il a eu des sollicitations notamment d'hôtels de luxe. Il veut que les clients viennent dans son atelier par le bouche à oreilles.... Ça semble marcher .

Je lui dit que je vais mettre cette photo sur Facebook, peut être que Khin Maung Zaw la remarquera....






Une belle averse tant attendue pour les rizières va rafraîchir l'air pour notre grand plaisir... Pour un petit moment.







Au retour, le sol est un peu glissant.... mais quelle belle lumière, les canards sont joyeux et le font savoir !





Une fleur d'heliconia (bec de perroquet)





La balade se termine.... Une belle journée




Et j'oubliais,

Des sculptures de la sœur de Nyoman, une famille d'artistes



Merci Olivier pour cette rencontre, rendez-vous est pris je reviendrai

6

HELP IMPORTANT



Toutes celles et ceux qui lisent ce message, voudront bien cliquer sur s'abonner à la fin de la lecture de cette étape.


J'ai un problème technique et je ne vais plus pouvoir publier sauf pour moi


Où éventuellement recommencer l'opération indiquée dans la dernière étape Myanmar

Soit

NOTA BENE

si vous voulez continuer un bout de route avec moi, il vous faudra cliquer sur le lien

https://www.myatlas.com/Framboise5/indonesie-2019


Sans oublier de cliquer ensuite sur "S'ABONNER"




Désolée de prendre de votre temps, mais c'est important pour que je puisse continuer à publier pour d'autres que pour moi 😅


Merci à vous

7


Mercredi 16 janvier


Avant de quitter Ubud, j'ai la chance d'assister à un spectacle au temple Pura Dalem pour lequel les balinais ont fait des offrandes pendant 2 jours.


Alors que je dinais dans un Warung (petit restaurant balinais) avec Laetitia . Nous nous sommes étonnées de toutes ces femmes et hommes qui descendaient la petite rue dans leurs habits de fête.

La dame nous répond qu'il y avait un spectacle dans le temple et que sa fille et son fils dansaient . Elle nous a donc vêtues d'une tenue qui nous permettait d'y entrer et nous voilà parties.

Il n'y avait aucun touriste car de la rue on ne voit pas ce qui se passe en haut des escaliers, et en plus c'était gratuit.... chose assez extraordinaire à Bali pour les touristes, donc pas de racolage.



Il s'agit en fait de théâtre dansé dans lequel s'opposent les forces du bien et mal ; c'est un thème récurent ici et toute la vie tourne autour.

Le public participe -il connaît l'histoire !- les enfants, même très jeunes, suivent avec intérêt, et parfois reculent en courant apeurés. ..

le personnage féminin est venue m'interpeler et voulait que je monte sur la scène !! 😲

Barong (littéralement « géant ») est une créature mythologique balinaise ressemblant à un lion. Il est le Banaspati rajah (seigneur de la forêt), chef des forces du bien et ennemi de Rangda, la reine démon, cheffe d'une armée de sorcières. La bataille entre Barong et Rangda représente la lutte éternelle du bien et du mal et est figurée par la danse du Barong (aussi appelée « le barong »


Vous remarquerez que c'est le personnage féminin qui est le mal......


Le lien vers une vidéo maison

https://youtu.be/CaIwZwsg7hA

8

Vendredi 18 janvier


Keliki est un petit village, au nord d'Ubud, à 30km de la côte . La route qui traverse des rizières est très belle.



Le village de Keliki est traditionnellement un village de peintres.

Il existe même un style" Keliki"


Le style Keliki” est une des variantes de la miniature traditionnelle balinaise et désigne cet art qui remonte à des temps anciens et que la tradition orale a continué de perpétuer jusqu’à nos jours. L'école de Keliki hérite de l'ancienne école miniaturiste de Batuan mais a su quant à elle, conserver les règles de l'authenticité première alors que l'école de Batuan, de par sa situation proche des lieux touristiques, a souvent fini par céder à l'influence de la peinture contemporaine dite abstraite.

L’art à Bali possède une fonction sacrale et pour un peintre-paysan de Keliki, peindre une Sarasvati (déèsse de la Connaissance, de la Parole et des Arts) ou un Rama et Sita (Roméo et Juliette local ) a toujours relevé d’un acte rituel, d'une sorte de méditation artistique : on se doit d'honorer les Dieux en les imitant pour créer de la beauté.



Je loge à Rumah Kelurga chez une famille balinaise.

Nyoman (un prénom très répandu) , Rai sa femme et leur fils Eka ; ils parlent tous les 3 très bien français. Nyoman et Eka sont chauffeur-guide francophone. Rai est une excellente cuisinière .

Et bien sûr ils sont tous les 3 peintres. Ils dessinent et peignent depuis l'enfance Nyoman été enseignant à l'école de peinture du village


Un petit jardin sous la protection des dieux et une chambre... nuptiale 😜 pour 12€.





Un Ganesh repu

j'ai aidé Rai à la préparation de l'huile de noix de coco.

la noix coco est râpée .. à la main... Et pas seulement parce que je suis là

Ensuite on ajoute l'eau de coco (+un peu d'eau du robinet) et on presse à deux reprises pour extraire un lait de coco bien gras. La partie solide sera donnée aux cochons, canards et autres qui sont élevés à l'arrière de la maison

Faire cuire 1 heure à feu moyen... Laisser refroidir et écumer l'huile qui est au dessus.

Cette huile va cuire encore 15 mn pour bien s'homogeneiser. Avec 3 noix de coco, on a pu faire presqu'un demi litre d'huile. Me voilà maintenant avec ce flacon dans mes bagages... Je crains le pire avant l'arrivée en France !

Le reste du liquide sera utilisée pour faire une délicieuse soupe que j'ai mangé ce soir.

Dimanche 20 janvier.

Jour d'excursion avec Nyoman, le moins qu'on puisse dire est que la végétation est luxuriante !

Ici, les ficus, qu'on s'echinait fut un temps à faire pousser sans parasite dans nos salons ..., peuvent avoir plusieurs siècles, leur tronc 2 à 3 m de circonférence....et leur hauteur......... Impressionnant.

Il en va de même de beaucoup de "plantes grasses " qui enjolivent spontanément le paysage, ma préférée est la cordiline dont les feuilles rouges magnifient les rizières.


Tombes royales de Gunung Kawi à Tampaksiring.

Au bas d'une vallée luxuriante. un des monuments les plus grands et plus anciens de Bali : Gunung Kawi est constitué de 10 sanctuaires creusés dans la roche qui honoreraient chacun un membre de la famille royale balinaise du XIe siècle.

Pour les voir, il faut descendre (et remonter) 270 marches, la balade auprès des tombes, des temples, des offrandes, des cours d'eau est empreinte de majesté


Temple aquatique de Tirta Empul


Un dimanche où beaucoup de balinais sont venus implorer les dieux..... Nyoman me dit qu'il n'est pas venu ici depuis longtemps (sans touriste) car tout va bien pour lui et sa famille 😀


Un des temples les plus vénérés de Bali (j'ai du mal à savoir quel est le plus des plus vénérés) ... du fait d'une source sacrée. .... en effet il y a une source qui, dans ce terrain volcanique, fait danser du sable noir.... Autour l'eau est très claire.


Il y a un monde fou dans le bassin de purification.... et d'autres font la queue pour y rentrer. Alors que d'autres encore se font bénir par les prêtres.

Deux endroits interdits au non-balinais.

Et bien sûr beaucoup d'offrandes, les boîtes contiennent aussi le pique nique qui sera partagé ensuite.

......



Jardin agro-botanique avec dégustation d'un café extra-ordinaire


Et une histoire incroyable... Vraie ???


La richesse de ce café serait dû au fait que les civettes (petit animal nocturne de la famille éloignée du chat) ne consomme que les meilleurs fruits du cafeier... Une fois dans le tube digestif de l'animal, les enzymes et sucs digestifs font subir une transformation aus grains de café qui, une fois libérés dans les excréments, sont récupérés, soigneusement lavés puis torréfiés, produisant ainsi un café de qualité supérieure !!!!!!!


Ce peut-être du robusta aux grandes feuilles

Ou de l'arabica, aux feuilles plus petites

C'est la civette qui choisit 😂




Bien sûr, j'en ai bu un.... hors de prix pour ici : 50 0000 RI soit 3€

J'ai eu droit dans la foulée à une dégustation de café, thé, cacao et autres tisanes de plantes et fruits du coin. J'ai préféré celle au mangoustan, je vous en ferai goûter !

Les Balinais sont buveurs de café beaucoup plus que de thé.

Le café se fait en mettant une poudre très finement moulue dans de l'eau.... un peu comme le café turc.

Ce café civette appelé ici Lawak coffee est devenu aujourd'hui, outre un attrape touriste, un sujet de controverses concernant les conditions de captivité des civettes.

Cf : sur le site de National Géographic, suivre le lien, il y a un article en français.

https://www.nationalgeographic.fr/animaux/le-troublant-secret-de-fabrication-du-cafe-le-plus-cher-du-monde









Vue surplombant la caldeira du volcan Batur




Le mont Batur, 1717 m, est un volcan actif au cratère en forme de pic volcanique classique. Les vulcanologues le décrivent comme une "double caldeira" c'est à dire un cratère à l'intérieur d'un autre.

Les trois éruptions majeures du XXème siècle ont eu lieu en 1917, 1926 et 1963.



Au pied. Il y a un lac entouré de petits villages dont la pisciculture est la principale activité avec la production d'oignons.





Toutefois, le volcan Gunung Agung, 3142 m, est le plus vénéré et le plus actif de l'île.

Il s'agit du centre spirituel de Bali, les maisons traditionnelles sont construites dans son axe.

L'éruption de 1963 fut terriblement meurtrière (2000 victimes) et laissa près de 100 000 personnes sans toit.

On ne peut que l'apercevoir entre les nuages et la fumée qui s'échappe du cratère


Les dernières nouvelles de Gunung Agung

Au 14 janvier 2019, l'activité du volcan Agung reste stable. Les autorités annoncent ce jour que en l'état actuel, une éruption majeure est écartée. Le niveau d'alerte reste à 3 (sur une échelle de 4) et le périmètre de sécurité est de 4 km autour du cratère. L'aéroport fonctionne normalement.

J'espère qu'il fonctionnera normalement le 7 février 😉




Rizières escarpées naturelles de Pujung


Un atelier de sculptures sur bois mythologiques géantes, ces statues sont faites dans des troncs entiers avec leurs racines..... Impressionnant ! (notamment les ficus)

Certaines peuvent demander jusqu'à 5 ans de travail pour plusieurs personnes.


Et qu'est qu'on en fait ???

Pour de riches intérieurs indonésiens, sans doute.

J'ai aussi appris que des italiens avaient commandé une statue et des norvégiens, un cercle sculpté pour faire une table.... Why not !

Les Roméo et Juliette balinais
Désolée je n'ai pas pu éviter les méfaits de l'éclairage

Lundi 21 janvier


Je m'essaye au dessin... Et oui.... Pas mal !! Bon d'accord Irak, le frère de Nyoman, m'a un peu aidée... tout en dessinant de son côté un petit cadeau pour moi.

Ce fut 3 fois 2 heures méditatives très agréables.

Le modèle : un dessin de Rai
Un petit cadeau de Irak
Et voilà : 3 fois 2h plus tard

Mardi 22 janvier


La pluie est arrivée.... Il pleut toutes les nuits et aujourd'hui depuis le début de l'après midi. mais l'eau n'est pas froide !


Je suis retournée aux rizières de Jatiluwih.... la lumière entre pluie et soleil était très belle..... de nouvelles photos à l'étape 4.


Aujourd’hui désherbage, les mauvaises herbes arrachées sont enfouies avec le pied au fond de la rizière



Ici le lac Bratan et son temple

Un petit break au bord de la route pour déjeuner.... Minuscules brochettes de porc plus légumes et riz.

Même s'ils sont de plus en plus nombreux à penser que l'île est à son point de saturation concernant le tourisme, dont les débuts datent des années 1920, les balinais ont su préserver leur culture et leurs traditions.

L'arrivée massive au XVIe de l'élite hindouiste de Java fuyant l'expansion de l'islam a eu un effet considérable et durable sur la vie artistique de Bali.

Les Balinais avaient déjà fait preuve de leur créativité dans la musique, la danse et d'autres formes d'art, mais il y eut un développement sans précédent quand les villages les plus créatifs se virent décerner le statut le plus élevé. Ce fut le cas de Keliki.

Certes le développement touristique a modifié considérablement le paysage (dans le sud notamment) mais la créativité apparaît partout et le pratique harmonieuse de l'hindouisme balinais imprègnent tous les aspects de la société.

Les Balinais sont très tolérants avec les autres cultures, leur sens de l'humour s'accompagne d'un tempérament accomodant.... Ici aussi il n'y a que des solutions.

Toutefois le fait que tout, tout, tout, soit payant (la moindre cascade par exemple et bien sûr chaque temple ) et que le harcèlement du touriste soit un jeu (m'a dit un français vivant ici) est pour le moins agaçant. À l'aéroport je ne me suis même pas rendue compte que quelqu'un me prenait ma valise pour la faire rouler à ma place (dommage pour lui, je n'avais que de gros billets, il n'a donc rien gagné 😜)

Il sera préférable, me semble-t-il, de payer une taxe unique en mettant le pied sur l'île mais Nyoman m'a dit que, étant donnée la corruption, cela ne redescendrait pas jusqu'aux habitants. Alors on garde le porte monnaie à la main ! 😕

Nyoman dans sa tenue de guide

D'autres peintures de Nyoman, Rai, et Irak dans le style Keliki

Et quelques billets d'entrée...

9

Mardi 29 janvier





SETIA DARMA, la Maison de masques et de marionnettes a été créée par M. Hadi Sunyoto, homme d’affaires et passionné de culture, qui collectionne des masques et des marionnettes dans différentes régions de l’Indonésie depuis plusieurs années.

Préoccupé par le manque d’appréciation et de prise de conscience de la disparition de l’art traditionnel des masques et des marionnettes en Indonésie, il a décidé de créer un espace pour recueillir, préserver et diffuser la connaissance de l’art des masques et des marionnettes. La Maison des masques et des marionnettes a donc été construite en 2006.


L'utilisation du mot maison est utilisée pour désigner l'espace en tant que lieu d'activités, tout comme une maison. Bien qu'il s'agisse d'un espace culturel privé, l'accès à cet espace et à sa collection a été mis à la disposition du public, dans le but d'inciter les gens à se familiariser avec la culture du passé et à tirer partie des avantages de la vie présente et future.



Cette maison s' est donnée pour missions

* Conserver l'art des masques et des marionnettes de différentes régions d'Indonésie, ainsi que d'autres pays.

* Diffuser au public les connaissances et les informations relatives à l'art des masques et des marionnettes.

* Promouvoir, nourrir et développer l’art des masques et des marionnettes.

* Fournir un espace de divertissement et de loisirs.

La collection de la Maison des masques et des marionnettes comprend actuellement environ 7 000 pièces, dont 1 300 sont des masques d’Indonésie, d’Afrique et du Japon; Les 5700 autres sont des marionnettes d'Indonésie, de Chine, de Malaisie, de Thaïlande, du Myanmar et du Cambodge. Bien que la Maison renferme plusieurs objets provenant d’autres pays, la collection se compose principalement d’articles provenant de diverses régions d’Indonésie. L’acquisition de divers masques et marionnettes d’autres pays a pour but d’apprendre, d’apprécier et de comprendre d’autres cultures.


La Maison collecte toujours activement en achetant ou en recevant des dons de diverses sources, notamment de visiteurs passionnés, de collectionneurs et d'artistes étrangers vivant en Indonésie.



Et c'est GRATUIT, alors que vraiment pour un si beau lieu, on accepterait volontiers de payer. Le monsieur qui m'a guidé dans la visite n'a pas voulu de don (contrairement à ce qui est écrit dans mon guide). "Le propriétaire préfére les visiteurs qui apprécie" m' a t'il dit. ; il ne veut pas non plus trop de visiteurs pour conserver l'harmonie et la sérénité du lieu.

C'est très réussi..... Un très beau moment qui incite à la curiosité sur le sujet.



Les collections sont hébergées dans quatre différentes maisons antiques traditionnelles javanaises, communément appelées Joglo. Ces Joglos uniques sont pour la plupart originaires de l'est et du centre de Java. Ils sont fabriqués à partir de bois de teck de bonne qualité et ont été conçus pour préserver leur conservation.

La Maison est située dans une zone de plus de dix mille mètres carrés, qui se compose de quatre espaces d'exposition, d'un champ ouvert, d'un jardin tropical balinais et d'une scène.un lieu dans la campagne, entouré de rizières.






Les masques pour la danse du Barong..... l'affrontement du bien et du mal, comme on l'a vu dans le théâtre dansé de Puri Dalem à Ubud

En vraie peau de tigre
Les marionnettes font plus de 2m de haut
Portée par une seule personne qui peut voir par un trou

Quelques personnages de l'histoire du Ramayana


Le RAMAYANA



Un des deux grands poèmes épiques indiens, le Ramayana est une histoire d'amour qui explore également les valeurs humaines et le concept du Dharma. Il est attribué au sage Valmiki, qui aurait écrit le poème en sanscrit entre le Ve-IVe siècle avant notre ère. Écrit en  kāvya - un style littéraire traditionnel sanscrit,  le texte intégral compte près de 50 000 lignes et est divisé en sept livres différents. Comme l'histoire a été traditionnellement transmise oralement au fil des siècles, il en existe de nombreuses versions en Asie du Sud et du Sud-Est. Cela a toujours influencé la vie et la culture hindoues et l'histoire continue de se raconter dans de nombreux pays du monde.

Le deuxième grand poème épique indien est le Mahabharata


Résuméde la version Indonésienne


Le roi Janak organise un concours pour savoir qui épousera sa fille, la princesse Sita. Les candidats sont invités à manier un arc lourd. Alors que d'autres ne peuvent même pas le soulever, Rama réussit à briser l'arc en deux. En tant que gagnant, il se marie avec la princesse. Il est également supposé prendre le trône, mais sa belle-mère perverse veut que son fils Bharata règne. En conséquence, Rama est exilé dans la forêt pendant 14 ans. Sita le rejoint, ainsi que son frère Lakshmana.


Lorsque le roi diabolique Ravana entend parler de la beauté de Sita, il décide de la posséder. Il ordonne à l'un de ses disciples de se transformer en un cerf d'or pour attirer la princesse. Quand elle voit le cerf, elle envoie Rama pour le chasser. Rama poursuit le cerf et le tire, mais il se transforme en une puissante bête contre laquelle il doit se battre. Sita entend les appels de Rama et envoie Lakshmana à sa recherche. Pendant son absence, il dessine un cercle magique autour d'elle pour la protéger - tant qu'elle reste dans le cercle, elle est en sécurité. Réalisant qu'il ne peut pas la kidnapper dans le cercle, Ravana élabore un complot intelligent. Il se change en vieux mendiant et dès qu'elle sort du cercle pour aider le pauvre vieil homme, Sita est enlevée.


Sur le chemin du retour dans son royaume, Ravana se heurte à l'oiseau Jatayu. Ils s'engagent dans la bataille et Ravana laisse l'oiseau grièvement blessé. Finalement, Rama et Lakshmana trouvent l'oiseau, qui l'informe que Sita a été kidnappée par Ravana.


Un oncle blanc, Hanuman, est envoyé par son oncle Sugriva pour tuer Vali, un homme qui a pris sa femme bien-aimée. Avec l'aide de Rama, Sugriva est capable de tuer Vali. En gage de son appréciation, il envoie Hanuman à la recherche de Sinta. Quand il la trouve dans le royaume de Ravana, Hanuman l'assure que Rama viendra à son secours. Malheureusement pour Hanuman, il est enlevé et sur le point d'être brûlé vif. Avec sa queue en feu, le singe sautille de maison en maison et met le feu au royaume. Il revient pour dire à Rama où se trouve sa femme.


Rama et ses troupes de singes construisent un pont pour rejoindre le royaume où Sita est détenu. Ils traversent le pont pour attaquer et une énorme bataille éclate. C'est une guerre brutale qui s'achève finalement lorsque Ravana est abattu par la flèche de Rama.


Il est réuni avec sa femme, mais il ne croit pas qu'elle est pure et refuse de l'accepter. Pour prouver sa pureté, Sita entre dans le feu pour se brûler. Elle est sauvée par le dieu du feu et cette preuve satisfait Rama qui l'accepte. Et ils vivent tous heureux pour toujours…



Masques de Papaousie


Masques entièrement végétal

Marionnettes du Myanmar

Masques de la comedia dell arte

Masques d'ici et d'ailleurs

Marionnettes du théâtre d'ombre

Des marionnettes avec un caractère humain.... À la Guignol, que le monsieur qui m'a accompagné dans la visite, connaissait

La tradition se perpétue.....

Un très beau lieu passionnant

10



Pourquoi n'ais-je plus aucun commentaire depuis près de 3 semaines ?

Comme je ne vois plus les abonnés, je ne sais plus qui consomme.......


😢😢😢