Carnet de voyage

A la découverte de la Nouvelle-Zélande

27 étapes
33 commentaires
53 abonnés
Dernière étape postée il y a 841 jours
Allez viiiiiens, on part visiter la Nouvelle-Zélande pendant 3 mois !
Du 22 janvier au 17 avril 2020
86 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 20 janvier 2020

Allez c’est parti, le jour J tant attendu est arrivé !! Décollage imminent pour Auckland en passant par Doha !! 25h de vol à venir 😅 !

Comme d’habitude pas le moindre stress, je suis impatient de récupérer mon Van (jeudi 23/01) et partir à l’aventuuuuuure !

2

Vendredi 24 janvier, après une bonne nuit de sommeil dans le van je fonce avec Poulpo (vous comprendrez un peu plus tard pour quoi je l'ai baptisé de la sorte, d'ailleurs merci Juju pour l'inspiration), l'objectif est donc de rejoindre l'ile du Sud le plus rapidement possible pour profiter de la chaleur pour randonner.

Je décide donc de prendre la direction d'Huka Falls proche du lac Taupo, j'ai repéré un free camp le long d'une rivière. Je quitte donc Auckland, non sans mal, je peux vous dire que la conduite à gauche ce n'est pas inné chez moi (tout est inversé, même les commandes... = je dois mettre les essuie-glaces 20 fois par jour au lieu des clignotants).

Bref j'arrive en un seul morceau pour ce premier long trajet, au bord d'une rivière, les chutes sont à 500 mètres! Première claque, c'est magnifique bordel! Les gens autour de moi sont très accueillants et d'une gentillesse !! Je passe ma première nuit de Robinson, sans eau, sans électricité, en pleine nature!! L'aventure commence et j'ai le sourire jusqu'aux oreilles! (La soirée se prolongera avec des Allemands et des Hollandais, guitare, bière, vin rouge... je ne suis pas malheureux)

3
3
Publié le 28 janvier 2020

Après une nuit "étape" sans intérêt sur un parking, je prends le ferry avec Poulpo dès 8h le 25 janvier, comme d'hab je ne suis pas en retard, je suis même le deuxième à embarquer dans le ferry! il y a donc 4h de traversée qui m'attende et j'ai même un visuel sur le van depuis le pont du bateau (bon il y a 300 moutons dans un semi remorque à côté de Poulpo mais tout va bien, j'espère juste que les 300 ne vont pas avoir le mal de mer car ils vont me repeindre le van sinon).

La traversée se déroulera à merveille, je suis resté sur le pont 3h sur les 4 tellement le paysage était fantastique! Et il fallait bien que ça arrive, je tombe sur 2 français des..... Sables d'Olonne! Le père et le fils portait un sweat "Vendée Evasion" (l'asso de l'aérodrome des sables), je ne pouvais pas les louper, ils étaient super sympa!

ps: Les 300 moutons sont dans le camion jaune 

12h, me voilà sur l'ile du sud, je me dirige vers un autre free camp (Kina beach reserve), j'arrive au Paradis et ça fait à peine 1 semaine que je suis ici! Je n'ai pas de mot j'ai un emplacement de rêve, je suis à 10 mètres de la mer... J'en profite pour me faire un petit footing le long de la plage! Je ne passerais qu'une nuit ici, après avoir fait connaissance avec Neil et Christine, deux Irlandais fantastiques d'une soixantaine d'année! Pour la petite anecdote, ils ont tenu un pub à Mervent en Vendée et connaissaient bien les Sables!!! Il n'y a qu'à mois que ça arrive ce genre de truc c'est pas possible!

J'en profite pour remercier mes collègues d'amour pour le trépied ,sans lequel je n'aurai jamais pu faire ces photos! 

Je vous joins qques clichés de Poulpo sur la route! Les paysages sont fantastiques, je me résonne sinon je m'arrêterai tous les km pour faire des photos, je ne veux pas en louper une miette !

Mi amor de Poulpo!
4

Lundi 27 je rejoins un camping au pied du Parc National Abel Tasman (d'ou je vous écris actuellement d'ailleurs). C'est le départ de multiple randos et du célèbre sentier Abel Tasman. J'y arrive à 15h, je ne tiens plus j'enfile mes baskets, mon sac d'hydratation et je pars découvrir les sentiers. Le tracée que j'avais prévu mentionnait 6h30, j'entends déjà Steph Labarthe, mon compère de course à pied (le patron) me dire "ça c'est moitié moins de temps"... Et bien comme je ne suis pas compèt' du tout je me suis challengé tout seul et au final je vais courir pendant 3h et faire les 24km, oui je sais j'ai du mal à me résonner mais c'était complètement dingue! Je vous laisse admirer les photos ci-dessous. Je suis même tombé sur mon premier Kiwi, l'oiseau national!

La soirée se terminera au Ricard (c'est le plus rentable, j'ai fais mes calculs) avec mon voisin, un Bordelais avec une situation proche de la mienne et fort sympathique aussi! Auj c'est jour de repos je vais trier mes photos, me reposer et profiter de la plage!!

Bonne semaine à tous et RDV au prochain épisode !

5

Bon allez, c’est parti je prends le temps de rédiger quelques articles, ça fera taire les mauvaises langues... Mais bon, entre nager avec les dauphins, gravir des montagnes, me baigner dans une eau turquoise (je vous fais un peu de teasing là) OU rester derrière mon ordi le choix est vite fait...

Après 3 jours dans le parc Abel Tasman je décide donc de rejoindre la côte ouest de l’ile du Sud en commençant par Greymouth. Je profite de la journée pluvieuse pour rouler quasiment toute la journée (je ne m’en lasserais jamais de la beauté des paysages, je vais finir par avoir un torticolis à faire la girouette pendant que je pilote Poulpo)

J’arrive donc vers 17h à Greymouth ou je retrouve Juliette et Pierre (Pierre est un ancien stagiaire du Crédit Agricole et il est en NZ avec sa copine pendant presque 1 an), nous sommes sur un freecamp à 20 mètres de la mer ;)

Pas le temps de niaiser, c’est l’anniversaire de Juliette le jour de mon arrivé… Une première soirée bien arrosé, tellement bien arrosé que l’on a même arrosé les banquettes du Van avec du vin rouge (enfin Juliette, vous allez découvrir par la suite que Ju dispose de deux mains gauches).


Le lendemain matin je vais visiter Pancake Rock (je vous laisse regarder les photos et vous comprendrez pourquoi Pancake rock…), c’est magnifique et en prime je retrouve le soleil.


Le soir même on se fera même le luxe de manger de l’agneau (que ça fait du bien de manger de la viande). Nous resterons 2 jours et direction Hokitika.

6
6
Publié le 5 mars 2020

Premier tournant de ce voyage, LA PÊCHE ! Pierre m’a vanté les eaux poissonneuses de la NZ, mon sang ne fait qu’un tour dès le lendemain matin j’étais au Warehouse (le magasin ou l’on peut TOUT trouver … de l’écran plat aux paires de chaussettes, du parfum aux CANNES à Pêche… bref le genre de magasin ou je ne peux m’empêcher de ressortir avec une connerie).

Me voilà fin prêt avec ma canne et tout l’attirail qui va bien avec…

Première session pêche à Hokitika, un bras de mer qui rentre dans les terres, du courant et une vingtaine de pêcheurs, pas de doute on était au bon endroit mais nous finirons bredouille… Enfin presque… Au moment de lancer mon leurre une mouette passant par là s’emmêle les pattes dans mon fil, la galère commença... Elle criait à la mort, dès que je ramenais le fil elle buvait la tasse, tout le monde me regardait, Pierre était mort de rire à côté… Et là ma chance légendaire me regagna après un énième coup de canne sec et puissant (je tirais comme un dingue pour rien vous cacher) la mouette se détacha par magie! Soulagement!


Direction Woodstock café, un freecamp sur le parking d’un bar old school de chez old school. Nous y resterons deux nuits, première tentative pour les Pancake salés (fromage, oignons rouge, salami, tomate) Ju et Pierre adorent on recommencera c’est sur!


On en profitera pour visiter Hokitika Gorge, c’est réputé pour son eau turquoise, le temps étant légèrement gris c’est moins impressionnant que sur les photos mais ça reste magnifique.

Le soir nous ferons un tour dans une grotte pour admirer des verres luisants, c'était impressionnant mais pas facile à retranscrire avec l'appareil photo.

7

Après 2 nuits à Hokitika, je laisse Juliette et Pierre, je veux faire une autre randonnée (lac matheson) proche des gorges et visiter le glacier avant de descendre plus au Sud.

Et « z’è partiiiii » pour 5 jours de pluie NON STOP! Je comprends mieux pourquoi les paysages sont si vert, je suis obligé d’abandonner la rando car la route est complètement détruite je fonce donc vers le glacier sous des trombes d’eau.

Je vais rester 2 nuits dans un camping proche du glacier et faire son ascension en courant sous la pluie. Tout est trempé, humide… et j’apprends que la route menant à Milford Sound (les fjords au Sud Est de l’ile) est complètement détruite suite aux intempéries! Je ne me laisse pas abattre, c’est la vie, il y a des choses pire que ça, mon optimisme légendaire ne me quittera pas!

Je vais rencontrer des Suisses et un couple d'Allemande complètement barrés, j'ai bien rigolé je leur fais même découvrir le Ricard, elles cracheront pas dessus les Allemandes. On passera la soirée tous les cinq, dans la cuisine commune après que les Suisses aient "feunés" leur tente. ("feuner" = utiliser le sèche cheveux, le mot m'a bien fait rire alors je vous le partage)

le lendemain matin, je range mes affaires et direction Wanaka (5h de route), ça souffle, il pleut... le soleil revient le lendemain je croise les doigts!

Je n'ai pas réussi à faire de photo du glacier avec la pluie, juste qques photos prisent sur la route pendant les 5 jours de pluie...

8
8
Publié le 5 mars 2020

Let the sunshiiiiiiiiiine in!!!! Il est de retour, le soleil est bien à Wanaka. Après 5 jours de pluie, j'avais mis mon reveil dès 6h30 pour profiter de la journée le plus tôt possible! Gros ménage dans le camion, j'essaye de faire sécher un maximum de chose car même mes draps sont humides. J'ai une forme olympique je ne tiens plus en place, de plus il y a l'ascension de Roy's Peak qui m'attend, j'ai hâte d'en découdre, je sens que j'ai besoin de lacher les chevaux et c'est ma première "grosse" ascension avec du dénivelé en NZ.

Allez c'est parti, j'arrive au pied de Roy's Peak je m'équipe et je l'attaque en courant... la rando est prévue en 7h... Comme d'hab' c'est la course avec moi-même.

Plus je grimpe et plus le paysage est idyllique (fallait que je le place), je découvre doucement le lac qui borde Wanaka ainsi que les alentours, c'est immense on se sent tout petit!

En 1h45 je suis au sommet, je mitraille dans tous les sens, une banane et j'attaque la descente en courant toujours. J'étais le seul à courir, j'ai vécu mon moment de gloire à moi, les gens m'applaudissaient, me demandaient combien de temps j'allais mettre, m'encourageaient ... C'était complètement dingue... puis vous me connaissez il en faut peu pour m'enflammer... résultat je mets 2h10 au lieu de 7h pour 16km et 1300 de dénivelé positif. Les cuisses en feu, j'aurai du mal à marcher pendant 3 jours, bien fait Borleteau!

Je rencontre même des Français sur le parking, on sympathise et on doit se revoir dans qques mois lors de mon passage en Nouvelle Calédonie.

Rando finito, je fonce dans un freecamp à 30 minutes de Wanaka ou je retrouve Juliette et Pierre 5 jours après les avoir quitté.

9
9
Publié le 10 mars 2020

Je retrouve donc Juliette et Pierre dans un un freecamp de rêve, au bord d’un lac, l’eau est froide mais transparente. J’y installe mon hamac (merci aux collègues au passage) et je termine mon premier livre, « Par accident » d’Harlan Coben, je vous le conseil à 200% (je l’ai lu en 3 jours).


On peut même en ressortir qques passages que j’ai trouvé très juste:

« D’aucuns affirment que l’argent est la source de tout le mal. Peut-être. D’autres disent que l’argent ne fait pas le bonheur. C’est probablement vrai aussi. Mais si on le gère correctement, l’argent vous permet de gagner en temps et en liberté, qui sont des notions beaucoup plus concrètes que le bonheur »


Bref on passera la soirée à fêter nos retrouvailles, si vous vous souvenez Juliette m’avait repeint la banquette avec du vin rouge, cette fois, c’est pierre qui secoua la pâte à Pancake sans le bouchon de la bouteille, il m’a saccagé le jogging mais on a bien rigolé.

La soirée se terminera en test photo avec la lampe frontale.

Le lendemain on trouve une vague de rivière (construite pour les kayakistes à la base) qui est surfable, on y passera qques jours, c’était vraiment chouette.

10
10
Publié le 10 mars 2020

Après avoir vanté la beauté de Roy’s Peak, je motive Juliette et Pierre pour faire l’ascension de nuit afin de voir le lever du soleil au sommet. L’objectif n’est pas la perf pour une fois, je veux vraiment leur faire découvrir et le partager avec eux. Réveil 2h30 du matin pour débuter l’ascension à 3h30, ils m’impressionnent ils grimpent bien, même très bien!

On arrivera au sommet juste avant le lever du soleil, il fait très froid mais le spectacle en vaut la peine, je vous laisse regarder les photos ça se passe de commentaire.

Pendant la descente j’entends « Florent », surpris je me retourne et je tombe sur une Française qui était avec moi dans l’avion! On discute 5 minutes, on devait se recroiser mais finalement les itinéraires seront différents.


Heureux de ce superbe début de journée on cherche à reprendre des forces à Wanaka et on tombe sur 2 Françaises qui font des galettes Bretonnes (ils sont partout ces Bretons), le bonheur total après l’ascension. Une belle tache de fromage sur mon sweat fétiche que je garderais à vie.


Le reste de la journée on flânera dans Wanaka, il y a un skatepark énorme et les gars sont vraiment impressionnants, un régal à regarder. Retour au camp direction Queenstone le lendemain.


Une pensée pour Steph, mon premier patron au CA avec qui je partage la même passion pour le trail (c'est lui qui m'a donné le virus d'ailleurs), je me serais bien vu me tirer la bourre avec lui pour arriver en haut et admirer ce lac de dingue encore une fois!! D'ailleurs si tu lis ces qques lignes Steph, tu sais très bien que l'on aurait fait la course (aussi) dans la descente (souvenirs des Pyrénées héhé)

11
11
Publié le 10 mars 2020

Aaaaaaaah Queenstown, quel bonheur cette ville, elle ressemble un peu à Wanaka mais en plus grand (un peu réducteur comme description je vous l’accorde). On y arrivera vers 12h et de suite on fonce vers l’activité de la journée: la luge d’été! C’est comme un karting mais sans moteur et vous dévalez la montagne sur un circuit bitumé. On prendra 5 descentes, et à chaque fois l’ascension de la piste se fait avec le télésiège, on s’éclate. On descend comme des brutes avec Pierre, il fini même par me retourner dans un virage! On a passé un super moment, maintenant direction un camp à 40 minutes de Queenstown (coup de coeur sur celui ci) ou nous passerons 3 nuits. Le chemin pour s’y rendre est périlleux, c’est 30 minutes de gravel road, pour se retrouver en pleine nature, sans bruit avec des randos dans tous les sens.


On y inventera 2 activités: la course de canard et le tennis claquette.

- Pour la course de canard c’est simple, on choisi chacun un canard (il y en avait une dizaine autour de nous) et on doit le faire courir le plus vite possible entre un point A et un point B en le faisant avancer avec de la mie de pain (j’avais un avion de chasse).

- Pour le tennis c’est simple aussi, le but est de faire un maximum d’échange avec la balle (une boule de mie de pain) et les claquettes de Pierre en guise de raquette (il chausse du 45 il y a plus de surface qu’avec mon petit 41)


Cerise sur le gâteau, le spectacle la nuit est fantastique, il y a des étoiles partout, je vous laisse regarder les photos.

12
12
Publié le 10 mars 2020

Vous avez cru que j’allais repartir de Queenstown sans une « petite » rando ? Et bien non, avec Pierre on se lance dans la fameuse Ben Lomond Track qui surplombe Queenstown, c’est à dire 16km de plaisir avec 1500 mètres de dénivelé pour 3h de course. Pierre m’impressionne il se met à courir comme un lapin, il sera cul de jatte les 3 jours qui suivront ahahaha mais quel mental tchô grand machin!! On fera même connaissance avec un Kéa au sommet de Ben Lomond, le perroquet néo-zélandais (vous pouvez le voir sur une des photos).


Encore une fois on en prend plein les yeux, on dévale pour rejoindre Juliette car ce soir c’est Fergh Burger!! Normalement c’est 1 ou 2h d’attente pour se faire servir mais sans compter sur notre chance légendaire en 15 minutes on avait nos Burgers, je n’ai pas eu le temps de prendre de photo je l’ai englouti trop vite ;)


Enfin juste avant de partir nous irons jusqu’à Glenorchy car les paysages qui bordent la route sont magnifiques, maintenant cap au sud!


Ps: j'en profite pour vous remercier pour vos messages, commentaires... je ne peux répondre à tout le monde mais sachez que je prends le temps de les lire tous sans exception! Et ça me fait énormément plaisir de savoir que vous pensez à moi même si je suis à l'autre bout du monde car moi aussi je pense bien à vous pendant mon périple. C'était la minute sentimentale MAIS sincère!

13
13
Publié le 10 mars 2020

A défaut de pouvoir faire Milford Sound nous nous dirigeons vers Monkey Island à la recherche du beau temps! Je suis toujours avec Pierre et Juliette on s’entend très bien, nous avons les mêmes envies alors pourquoi ne pas partager une partie du voyage ensemble ;)

On a un emplacement de rêve, on surplombe la baie, on a une vue imprenable à 180°! Je n’aurais jamais osé me mettre là tout seul (c’était écrit « no camping » mais seulement pour les tentes d’après Pierre), en tout cas grâce à eux on va passer 3 jours à pêcher comme des fous pour… Être encore bredouille…. (ça commence à me plaire j’ai toujours rien sorti de l’eau vérole). Il y a une petite ile accessible uniquement à marée basse (bon je me suis fait avoir, on pêchait de l’autre côté de l’ile, l’eau est montée, je me suis retrouvé en caleçon pour revenir au bord sans être trempé).

Le dernier soir (encore bredouille, vous devez vous dire mais quand est ce qu'il va en pêcher un bordel) des néo-zélandais qui faisaient un barbecue sur la plage nous on même proposé de la viande, on avait l’air si dépité que ça ? On a pas flanché, après un (énième) bol de noddles, on ira se mettre au coin du feu sur la plage et profiter de la soirée.

Après avoir laissé 6 leurres au fond de l'eau... toujours bredouille... 
14
14
Publié le 10 mars 2020

Pendant quelques jours nous longerons la côte Sud en remontant par l'Est en passant par le point le plus au Sud de la NZ, Bluff. Je n'ai pas pris beaucoup de photo car le temps était très mauvais. On aura 3 jours avec énormément de vent. On décide de remonter plus rapidement toujours à la recherche de beau temps et de coin de pêche (on ne lâche rien!!!)

15

Après 3 jours de vent et de pluie, nous trouvons un petit camping chez un particulier à Taieri Mouth, l'endroit est charmant parmi les poules et les chiens. On aura même le luxe de pouvoir prendre une douche chaude.

Une fois fois bien installé nous allons faire un tour sur la plage via un petit chemin qui nous mène directement au bord d'une jolie plage de sable fin.

Étonnamment la première fois nous n'emmenons pas le materiel de pêche, puis nous rencontrerons un charmant grand père qui vient de pêcher un Kahawai (un poisson d'eau salée que pêche Pierre).

On fait demi tour et on décide de revenir avec les cannes. Après quelques lancers infructueux BAAAAMMMM ça mord au bout de ma canne, j'ai le coeur à 200 battements/minutes, bordel il faut le ramener maintenant sans qu'il se décroche. J'appelle Pierre qui pêche un peu plus loin, on est tout excité sans savoir ce qu'il y au bout.

C'est bon, le poisson est sorti de l'eau mais on ne sait toujours pas ce que c'est (les pêcheurs du dimanche), ça ne ressemble pas trop à un Kahawai, il est costaud en plus! Je vous passe les danses autour du poisson, les cris de joie... On appelle Juliette qui arrive avec 3 bières, on est au paradis!

On décide de le garder C'EST UN SAUMON!!!!!!!!! Je viens de pêcher un Saumon bordel!!!!!!! Je suis encore tout excité le fait d'écrire cet article! 1H après Pierre nous fera des filets magnifiques et on se régalera!! (bon ok avant j'ai joué avec pendant 1h, je lui ai donné un nom, je le faisais parler... bref je ne changerais jamais).

16
16
Publié le 11 mars 2020

Après deux nuits à Taieri Mouth, nous continuons à longer la côte pour remonter vers Dunedin. Nous ferons un arrêt à Tunnel beach, ça ne grimpe pas longtemps mais c’est très raide. La vue est splendide, on peut même descendre sur la plage par un tunnel creusé dans la roche.

Nous dormirons dans un freecamp proche de Dunedin, rien de bien foufou hormis le fait que Pierre vient d’acheter une nouvelle canne à pêche. 😉


Allez c’est parti nous partons visiter Dunedin (sous la pluie) ou je mange un fish and chips DÉ LI CIEUX!! Pierre est à deux doigts de craquer pour une guitare (j’ai enfin trouvé pire que moi pour le shopping). Il y avait bien une petite paire de Vans qui…. stop, je reviens à la raison, je n’ai plus de place dans mon sac à dos! (Maman, pas de panique je tiens bon, pas de nouvelle fringue pour le moment!! C’est surement le « pour le moment » qui ne doit pas te rassurer hé hé).


C’est ma dernière soirée avec Juliette et Pierre, il y a une fenêtre météo favorable pour gravir le Mont Cook, depuis le temps que je l’attends celui là. Le lendemain ce sera réveil tôt pour arriver vers 15h au pied du sommet.

Je n’ai pas fait de photo de Dunedin, ça m’éclate pas des masses en fait de visiter les villes.

Après notre super pêche petite photo de la voie lactée 
17

Après 5h30 de route sous la pluie et le vent j’arrive enfin au camp qui est au pied du sommet. Le temps est tout gris, il pleut et il fait très froid… Je me dis que je vais rester au chaud, écrire qques articles pour le blog, préparer mes affaires pour commencer la randonnée tôt le lendemain matin… Puis en sortant mes affaires, ça me démange tellement que je pars faire une des randos (la plus courte). J’arrive au pied d’un glacier, la vue n’est pas terrible mais ça fait du bien de se défouler. Je rencontre des Québécois qui voyage eux aussi pendant 1 an, on passera une partie de la soirée ensemble (arff ça me tente bien leur pays quand même).

Après une nuit glaciale, je m’équipe et c’est parti! Ça commence par 1700 marches (quelle horreur je ne peux pas courir) mais le paysage est à couper le souffle! Je rejoins le fameux refuge ou il a neigé la nuit précédente, je n’ai pas envie de m’arrêter là, surtout que je vois des Allemands escalader derrière le refuge pour aller plus loin.

Allez je mange rapidement mon sandwich et je décide de les suivre, ça en vaut la peine, j’ai une vue à la fois sur le mont Cook et sur la pointe du lac Pukaki qui borde la montagne. Je vais rester assis pendant 20 minutes à admirer le paysage, avec la fonte des neiges, il y a des avalanches monstres qui dévalent la montagne, le bruit est assourdissant et c’est magique à regarder. Je me sens tout petit petit malgré mes 1m71 (on ne rigole pas).

J’attaque la descente comme un fou (je ne vous refais pas le schéma avec les gens qui applaudissent et blablabla ça sera encore le cas), cette fois il y a un autre givré avec moi, on va se tirer la bourre pendant la descente, je glisserais sur les fesses 2, 3 fois mais je ne vais pas lâcher l’affaire comme ça! J’ai les jambes qui chauffent surtout lors de la descente des 1700 marches, finalement il s’arrête (là c’est feux d’artifice dans ma tête, j’ai gagné, j’ai gagné) puis on se retrouvera en bas et ça se terminera par un « good job guy ».


Le soir même Juliette et Pierre me rejoignent, nous sommes inséparables et on s’éclate (En plus Pierre a craqué pour la guitare héhéhé c’est génial)! Durant la nuit j’aurais la visite, sur le toit du camion, de 5 ou 6 Kea (les perroquets néo-zélandais pour ceux qui suivent), ils me démontent le toit du camion, ça fait un bruit d’enfer!! Panique à bord mais je n’ose pas sortir la tête par la fenêtre (fou mais pas téméraire pour le coup), ils ont un bec à la Cyrano de Bergerac et des griffes d’un autre monde. Résultat, ils me percent ma douche solaire, après tout c’est leur terrain de jeu, je n’avais qu’à la rentrer!

Qu'il est beaaaaaaaaaau le mont Cook!! 
A droite le refuge à gauche le lutin 
Encore et encore des étoiles, je ne m'en lasse pas! 
18
18
Publié le 11 mars 2020

Juliette et Pierre m’ont donc rejoint la veille au Mont Cook, ils vont faire l’ascension tandis que moi j’arrive tôt dans le freecamp pour avoir la meilleure place! Au passage merci beaucoup à Thib et Juju (mon cousin et sa copine), ce sont eux qui m’ont donné le tuyau 😉 On est face au Mont Cook, au bord du lac Pukaki, pas un bruit, on profite! La journée je vais courir 45 minutes autour du lac, histoire de faire tourner les jambes après l’ascension de la veille (j’en profite pour faire qques photos bien sur).


Et la nuit tombée, la magie continue, on a le droit à un ciel étoilé…. bah bah bah!!! Je n’ai pas de mots… On assistera, en direct, au lancement des satellites d’Elon Musk (J’ai mis 15 jours pour retenir son nom, Ju et Pierre se sont bien moqués au passage), on en voit déjà tourner dans le ciel. On se dit que plus jamais on ne reverra un ciel étoilé non pollué par les satellites…

Ellon Musk c’est un peu le Tony Stark (référence au film IronMan) des temps modernes, patron de Tesla et à la tête de la société Space X, un génie mais à quel prix ? (je vous laisse vous faire sa bio sur google hein).

J’en profite pour faire qques photos de cette nuit étoilée (les trais lumineux dans le ciel, ce sont les satellites).

Une soirée que je ne suis pas prêt de l’oublier <3


Une pensée pour Patoche (alias Baptiste), la gentillesse incarnée avec qui j'ai fait les 400 coups (et ce n'est pas prêt de s'arrêter, nos parents respectifs tremblent encore lorsque l'on est ensemble d'ailleurs héhé)... Ils nous a fait rêver avec ses photos pendant de nombreuses années et c'est lui qui m'a donné des astuces avant mon voyage!! Pour rien vous cacher, il y a 3 mois je ne savais même pas comment tenir l'appareil.

Le soleil se couchant sur le mont Cook 
La vue au réveil du Mont Cook bordé de nuage 
19
19
Publié le 11 mars 2020

Après cette belle soirée, et un énième rangement de Poulpo… Il faut savoir que j’ai gardé mon rythme de boulot donc le matin à 7h je suis plein phare dans le lit… J’ai donc mon petit rituel de vieux trentenaire (Pierre et Juliette ne se privaient pas d’en rire et moi aussi d’ailleurs), c’est à dire que le matin c’est rangement intégral du Van, petit coup de balais, vaisselle etc etc… Certains ne doivent pas y croire d'ailleurs...


Donc bien dans mon van, bien dans mes baskets maintenant direction le lac Tekapo, nous nous y arrêterons pour admirer la vue depuis l’observatoire. La couleur de l’eau est incroyable encore, il y a un restau qui surplombe le lac et je craque pour une part de carotte cake monstrueuse, un délice!


On n’y restera que quelques heures pour rejoindre un camp proche de Christchurch par la suite.

20
20
Publié le 14 mars 2020

Après une Nuit à Timaru ou nous nous sommes fait une Raclette dans le Van, face à la mer (on était pas malheureux je peux vous le dire), direction le mont Somers ou nous allons rejoindre des amis de Juliette.


Il y a plusieurs randos, on décide de faire la plus grande avec Pierre (14km, 900 mètres de D+, 2h30), les paysages sont fantastiques, on passe d’un pont suspendu à une cascade, d’une grotte à des sentiers très rocailleux, on prend notre temps, on découvre, c’est génial!


On termine la boucle et on retrouve Juliette enfermée dans la voiture, ils se sont fait attaquer par des guêpes. On rêvait d’une petite bière bien fraîche, les jambes dans la rivière mais, en effet, c’est infesté de guêpes!! On prend la route de suite direction un camping ou les amis de Juliette nous attendent.


Le camping est vraiment sympa, c’est l’anniversaire de Clément, un des amis de Juliette, on va fêter ça le soir et on apprendra même à faire des sushis!


Après avoir dit 50 fois « bon, je vais me coucher maintenant », on finira par jouer avec l’appareil photo avec Pierre jusqu’à 2h du mat’… Je vous laisse découvrir jusqu’ou va notre imagination…

21
21
Publié le 14 mars 2020

Une bonne douche chaude et direction Christchurch, Juliette a un gant de boxe a la place de la main gauche à cause de la piqûre de guêpe. Je ne peux pas m’empêcher de rire en la voyant, on dirait que ça main va exploser!! Mais elle est costaud la petite, elle tient bien le choc! J’ai dû lui dire « Juliette tu peux enlever tes moufles » 200 fois et pas une seule fois elle m’a envoyé chier. Elle n’osait peut être pas en même temps on a géré la vaisselle pendant 2 jours avec Pierre!! < L O L > C’est une blague hein, je précise avant qu’une féministe me saute à la gorge.


On flânera donc dans Christchurch, c’est une ville en reconstruction suite au séisme de 2011, street art et compagnie c’est vraiment chouette! On jouera au basket avec Pierre, il me mettra une sacrée fessée au lancer franc!


Les magasins sont vraiment sympas…. très sympa même…. du coup je craque pour une petite chemise Volcom à manche courte hé hé hé Je n’avais pas le choix je faisais une affaire! Maman désolé mais ça fera une de plus à ranger lors de mon prochain déménagement ;) Pour la petite histoire lors de mon dernier déménagement, j’ai laissé mes affaires chez mes parents le temps de mon périple… Et on va dire que Maman a été un peu désemparé quand elle a vu la tonne de fringue que j’avais! Sachant que j’avais fait le tri 3 ans plus tôt…


Le soir direction un freecamp géant au bord d’une rivière, Pierre m’apprendra un morceau de guitare pendant que Juliette tente d'enlever ses moufles (Promis Ju c'est la dernière fois que je la fais)

celle ci c'est cadeau... J'en rigole encore ahahah 
22
22
Publié le 14 mars 2020

Direction la péninsule de Bank, on fera une halte dans un camp super sympa, Pigeon Bay, on pensait pêcher (bah oui on quand on trouvé le bon filon ce serait con de creuser à coter), mais il y a un vent de dingue. On profite de la journée, carte, guitare, je dois même refaire un petit rangement de Poulpo de mémoire, avant de rejoindre Akaroa le lendemain.


Sur la route d’Akaroa on s’arrête pour faire qques photos à partir d’un joli point de vue. Un van est stationné à côté de nous, la fenêtre s’ouvre et là: « Vous êtes Français ? Ça vous tente du saucisson ? », c’est le plus beau jour de ma vie (454ème édition). Un couple de Français, qui réside en NZ, lui est cuisinier, ils ont élevé un cochon (Shakira de son petit nom) et fait du saucisson!! On en achètera 5... que l’on mangera en 2 jours, quand on aime on ne compte pas, c’est bien ce que l’on dit!


On rejoint donc Akaroa qui est un petit village « Français », je mets entre guillemets car hormis le nom des rues et la VRAIE baguette de chez nous à 5$, je n’ai pas forcément trouvé de similitude (il n’y avait même pas de gilets jaunes, JE PLAISANTE, je n’ai pas envie de me faire caillasser mon Van, JE PLAISANTE ENCORE).


On flânera dans les rues avant de rejoindre notre camp sur les hauteurs d’Akaroa.

23
23
Publié le 14 mars 2020

Onuku…. un vrai coup de coeur! Le camp est perchée sur les hauteur d’Akaroa, nous sommes parmi les poules, lapins, vaches, moutons… et en plus la vue est à couper le souffle!!

Les propriétaires proposent des sorties en bateau (pas l’usine, un petit zodiac ou nous sommes 9 max) et nous allons nager avec les dauphins Hector, ce sont les plus petits dauphins qui existent, enfin il faut que l’on puisse en voir…C’est comme la pêche on ne maitrise pas!


Le lendemain matin 7h30 on est sur le pont, excité comme jamais! On enfile les combis et Jeff nous emmène dans la benne de sa Jeep pour rejoindre le bateau. Au bout de 15 minutes de mer une dizaine de dauphins viennent jouer autour du bateau (excitation au max), on récupère palme masque tuba et on se jette à l’eau. C’est complètement dingue ils sont là autour de nous, ils jouent, ça va a une vitesse, c’est impressionnant!! On remonte dans le bateau pour naviguer un peu plus loin ou il y a une caverne creusée dans la roche, surprise il y a des pingouins qui barbotent! Un thé à bord du bateau pour se réchauffer et nous rentrons au camp ou finalement nous réservons une nuit supplémentaire. (Je n'arrive pas à charger les videos de la nage avec les dauphins...)


L’après midi je pars courir pour découvrir les hauteurs d’Akaroa et au retour je retrouve Juliette et Pierre pour que l’on puisse pêcher. Pierre va nous sortir un Kahawai et il y a de quoi manger pour 3!! On est fou! Il sera accompagné de frites de Kumara (la pomme de terre de NZ, un goût proche de la patate douce).

Une sacré journée qui se termine, quel bonheur!

24
24
Publié le 14 mars 2020

Direction le Nord de Christchurch dans un camping proche d’un lieu de pêche très convoité. Ce sont mes derniers instants avec Juliette et Pierre car ils restent dans le secteur pour travailler. D’après l’application de pêche de Pierre l’endroit est très poissonneux… Ça c’est sur, tous les mecs autour de nous sortent des poissons plus gros que moi … sauf nous (j’en rigole mais ça fait chier quand même). J’allais même pêcher tout seul, je ne voulais pas lâcher l’affaire mais au moins pas de regret, j’aurais tout tenté! Pour notre défense ils pêchaient avec des appâts vivants alors que nous, nous avons un leurre au bout de la canne. Bref ça n’entachera pas notre bonne humeur et on passera 2 belles journées avant de se séparer.


Petit pincement au coeur quand même au moment de partir, on a passé quasiment 1 mois ensemble, que ça passe vite!! Pas de doute on va se retrouver en France ou ailleurs! Bon vent les amis…

25
25
Publié le 14 mars 2020

On the roaaaaad agaiiiiin!!! La musique à fond dans le van, What’s up de 4 non Blondes je l’ai écouté en boucle pendant une bonne semaine, j’en ai encore des frissons au moment du refrain « whaaaaaaat’s goiiiiiiing on », bref j’imagine que si vous lisez ces quelques lignes vous avez Youtube aussi pour en profiter!

Maintenant que je vous ai planté le décor je peux vous expliquer ou je vais… Et bien je longe toute la côte en remontant vers Kaikoura, un village de pêcheur ou l’on peu admirer les lions de mer se pavaner sur les rochers.


Je vais donc à la pointe et effectivement j’en découvre une bonne cinquantaine, il faut faire attention car on ne les voit pas toujours sur les rochers. Ils ne m’impressionnent pas trop, on dirait des gros nounours! Je fais quelques photos et je m’assois pour admirer la côte.

Cinq minutes plus tard, je ne comprenais pas il y avait un couple qui me faisait des signes, en fait je m’étais assis à 30 cm d’un copain lion de mer. Il a commencé à faire un peu de bruit je n’ai pas trainé à changer de place je peux vous assurer, sachant que ça peut peser jusqu’à une tonne… mais bon je cours plus vite qu’eux héhé.


Je retourne au Van (je me suis encore fait avoir avec la marée, je traverse encore les bras en l’air, les chaussures et l’appareil photo à bout de bras), direction Marfells Beach!

26
26
Publié le 14 mars 2020

Mes deux derniers jours dans l’ile du Sud avant de reprendre le ferry dimanche soir (le 8 mars 2020), et quelle aventure ces deux derniers jours! Mon van borde la plage de sable fin, il n’y a pas un bruit, il fait un temps magnifique je n’ai plus qu’à profiter!

Je me promène tranquillement sur le camp et je croise Bill, 71 ans, on discute 5 minutes puis il m’invite à manger de la langouste qu’il vient juste de pêcher! Bill habite à 45 minutes du camp, mais tous les ans il y entrepose sa caravane et ses affaires pendant 3 mois, il pêche, voit ses amis, il est heureux le Bill! Un peu surpris par sa générosité et sa gentillesse je me laisse tenter quand même!


Un délice, je n’ai jamais mangé qqhchose d’aussi frais, juste la langouste sans artifice et compagnie, avec les mains, en écoutant ses histoires. Gentleman, il propose gentiment à deux Allemandes de se joindre à nous (il ne perd pas le Nord), on rigole bien et Bill nous invite chez un copain à lui le soir pour un barbecue. Toujours un peu surpris, je leur demande s’ils ne vont pas me couper en morceaux pour que je serve d’appât pour la pêche, il rit et me répond « your are so skinny », je suis sauvé je suis trop maigre à ses yeux.


Comme convenu, direction la maison de Phill vers 19h, je laisse les allemandes avec Bill et je monte dans le pick up XXL de Phill! On est reçu comme des princes, barbecue de poisson frais, pêché en mer par Phild, du Blue Cod! Olalalala le délice, on passe une excellente soirée puis retour au Van car le lendemain… BILL M’EMMENE PÊCHER LA LANGOUSTE AVEC LUIIIIIII!!!! Je suis tellement excité que je ne dormirais pas de 4 à 5!!


8H30 je rejoins Bill il me passe une combi de plongée, pile poil à ma taille, tant mieux je ne vais pas finir en hypothermie car l’eau est glaciale! On attend Phill qui doit apporter les appâts pour en remettre dans les casiers! Il faut imaginer que je suis en plein cagnard, j’ai déjà enfilé la combinaison et Bill a dit 10 minutes… Je vais rester comme ça 45 minutes, j’ai cru que j’allais tourner de l’oeil, j’ai perdu 10 kilos sous la combi. Pas plus chaud que ça le copain Bill, il sort la guitare et joue Stand by me et on chante tout les deux! Un court instant j’oublie que mon sang fait des bulles…

Phill arrive, let’s go, on grimpe sur le quad (de l’air frais quel bonheur), on a 20 minutes de trajet pour rejoindre le coin de pêche, je suis derrière Bill qui regarda un peu trop la mer, j’ai cru que j’allais valser du quad, mais ça « zénitude » m’impressionne.


Il faut donc remonter les casier qui sont au fond de l’eau, Bill a la main droite toute gonflée à cause de qqchose qui l’a piqué la veille dans l’eau (rassurant non ?), c’est donc à moi d’y aller ;)

Et là je remarque qu’il y a une vingtaine de lions de mer autour… Juste par précaution je lui demande si je peux me faire attaquer quand je suis dans l’eau (ne vous marrez pas, je commence à légèrement serrer les fesses), car autant je cours plus vite qu’eux sur la terre ferme mais faire la course avec eux dans l’eau j’ai des doutes… Bill me rassure et je me lance!


Je vais donc récupérer 8 langoustes mais seulement 3 feront la taille réglementaire, il ne plaisante pas avec la réglementation! De retour sur le camp, j’ai juste le temps de prendre une douche (froide) et Bill m’a fait cuire une langouste pour que je l’emporte avec moi…


Jamais je n’oublierai ce bon vieux Bill et son ami Phill, il ne me connaissait pas du tout et pourtant on fait comme si j’étais un amis de longue date! Il est 15h, je quitte la jolie plage de Marfell beach, des souvenirs plein la tête, et le coeur un peu lourd…

27
27
Publié le 14 mars 2020

Il est 19h j’embarque avec Poulpo dans le ferry pour 4h de traversée, avec un coucher de soleil magnifique… J’ai le temps de me repasser tous les bons souvenirs de ce premier mois de voyage…


Ce qui me frappe le plus c’est la gentillesse des gens, on parle souvent de l’Asie et compagnie mais là, je suis scotché! Toujours prêt à aider, parfois pour des choses anodines mais c’est le geste qui compte! Par exemple j’étais au super marché (un magasin XXL), une dame me voit un peu perdu, elle me demande ce que je veux cuisiner et ce que je cherche et m’accompagne dans les rayons! De même pour les coins de pêche, en France il ne faut surtout pas dire ou l’on a pêché oulala de peur que le voisin vienne rafler les 400 macros histoire d’en avoir au congélateur pour 10 ans… Et bien les néo zélandais, nous partagent les bonnes pratiques … et j’en passe… bref!

Deuxième point, les règles ce sont les règles pour les néo-zélandais et ça, j’adore! Si c’est marqué que c’est interdit d’aller promener son chien sur la plage et bien il n’y a pas un seul chien, si c’est noté « no camping » et bien personne ne va s’arrêter pour y dormir…

Evidemment je compare forcément avec la France et c’est plus facile de voir tous les bons côtés de ce magnifique pays car je suis en VACANCES, mais tout de même il y a bien des choses à revoir chez nous… Et vice versa surement! Mais bon, l'herbe est toujours plus verte ailleurs! (surtout ici d'ailleurs ahaha)


Enfin les paysages… mon dieu que c’est beau! Je ne vais pas vous faire un monologue vous avez vu les photos ;)


Et sinon je vais bien, je vais très bien même! Je parle tout seul à voix haute, mais ça ne doit pas trop vous étonner! Je m’étais préparé à prendre une claque de solitude mais pas du tout. Hormis le temps passé avec Ju et Pierre, le fait de voyager seul j’ai toujours qqun qui vient me voir! Au début c’est bizarre j’avais tendance à fuir car mon Anglais laisse (laissait?) à désirer, mais maintenant je prends plaisir à discuter avec les locaux ou les étrangers, et les conversations sont plus abouties que « Where do you come from ? ». Maintenant ce sont les Français ici que je fuis!

Ça ne fait qu’un mois que je suis parti et pourtant j’ai l’impression que ça fait 10 ans et à la fois une semaine! Peut être que dans un mois j’aurais hâte de retrouver les Sables d’Olonne, peut être pas, je profite, je m’éclate, j'explore, je rencontre des gens géniaux, je suis libre et heureux!


En tout cas, si je me sens si bien, c’est grâce aussi à vos messages, commentaires, photos... que je prends le temps de lire et relire… C’est pas toujours facile de répondre à tout le monde comme je vous l’ai déjà dit mais vraiment ça fait chaud au coeur!

J’entends déjà les copains « c’est pas facile de répondre ? il n’a que ça à branler, il est mignon lui », vous n’avez pas forcément tord mais je suis comme ça!


Sur ce, place à l’ile du Nord, et j'espère plein de belles surprises encore!

ps: c'est cadeau la petite rime sur la dernière phrase. yepaaaaaaaaa!

Souvenir de Marfells Beach 
A bord du ferry durant la traversée