Jeune ingénieur social et dynamique aimant tout particulièrement la finance, l'escalade et les voyages

Carnet de voyage

Pélerinage en Terre Sainte

13 étapes
1 commentaire
4
Un voyage aux sources du christianisme. Un itinéraire savamment dosé entre visites culturelles, temps spirituels et rencontres avec les habitants.
Juillet 2008
10 jours
Partager ce carnet de voyage
J1

En sortant de l'aéroport de Tel Aviv, nous sommes écrasés par la chaleur. Nous prenons la route vers le sud pour dormir à Arad.

Le lendemain, nous visitons le Tell de Beersheva avec son puit et ses vestiges. Notre guide, le frère Marcel capte toute notre attention avec cet autel à cornes pour les sacrifices. Ces pratiques idolâtres seront abolies par Josias.

Le puit d'Abraham et l'autel à cornes

Le saviez-vous?

La technologie moderne d'irrigation par goutte à goutte a été inventée en Israël.


Nous marchons dans les gorges d'Ein Avdat.

Randonnée sous le cagnard, mais quelle vue! Attention à ne pas tomber tout de même.

Nous finissons la journée avec la visite des ruines d'Avdat. Les nabatéens récupéraient l'eau des oueds et la gardaient précieusement dans d'immenses citernes enterrées. Leurs maisons tout en pierre ont de beaux arcs en plein ceintre. Cela permettait de soutenir les dalles de pierre des terrasses au dessus.

Des vestiges de plus de 2 000 ans! Visite amusante avec les nombreuses sculptures métalliques au détour des ruines.

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons admirer le cratère naturel du Makhtesh Ramon. Un effondrement de terrain en serait à l'origine. Ceux qui ont la tête dans les étoiles diront que c'est une météorite. Aujourd'hui, ce site est une réserve naturelle avec vautours et hyènes.

Makhtesh Ramon
Makhtesh Ramon
J2

Après une messe méditative seuls dans le désert, nous arrivons au pied de la forteresse naturelle de Massada qui domine la mer Morte. Nous attaquons à pied par la rampe romaine, cet amoncellement de cailloux formé par les romains pour atteindre la forteresse. La veille de l'assaut, on décomptera pas moins de 900 suicides. Nous visitons des vestiges byzantins ainsi que les trois palais d'Hérode le Grand. Sa paranoïa de se faire tuer l'avait amené à faire construire des tunnels dans la roche pour pouvoir passer d'un palais à l'autre en cas d'obligation de repli.

La forteresse de Massada et ses palais d'Hérode

Après une descente par le sentier du serpent, vient la baignade tant attendue dans la mer Morte. Dommage, ce n'est pas rafraîchissant. Personnellement, je qualifierai cette sensation de "huileuse". Mais cette expérience de flottaison absolue vaut le détour.

Bain en mer Morte

À Qumrân, nous visitons les ruines de l'ancien monastère des Esséniens et nous apercevons une des onze grottes dans lesquelles ont été trouvés les fameux manuscrits de la mer Morte. Le rouleau d'Isaïe A est devenu mondialement célèbre. En effet, ce manuscrit, écrit en hébreu, retranscrit complètement un livre biblique (Livre d'Isaïe). C'est le plus vieux connu à l'heure actuelle.

Qumrân
Qumrân
J3

Nous visitons la basilique et sa grotte de l'Annonciation. Cette église a été construite et agrandie plusieurs fois. Les archéologues ont ainsi trouvé devant la grotte les restes d'un petit sanctuaire byzantin dont les mosaïques témoignent de la présence chrétienne en ce lieu de vénération. La basilique supérieure est quant à elle moderne avec ses représentations de Marie.

Basilique de l'annonciation et sa grotte sacrée

Le saviez-vous?

Jésus a sans doute grandi dans une grotte!

Dans le musée attenant, à côté du baptistère, on peut observer les ruines de silos à grain et de maisons semi-troglodytiques contemporaines du Christ. Cet habitat type se compose d'une grotte à l'arrière -sans les piliers- pour garder ce qu'il y a de plus précieux et d'une extension avec une maison en torchis devant.

Nous étions hébergés par la congrégation des sœurs de Nazareth et leur sous-sol regorge de vestiges. Le plus marquant est cette tombe juive du 1er siècle avec sa pierre roulée qui donne un réel écho aux écrits bibliques de la résurrection.

Grotte d'habitation et tombe juive chez les sœurs de Nazareth

Nous avons rencontré les sœurs Clarisses et évoqué la vie de Charles de Foucauld qui vécut là entre 1897 et 1900. Je garderai toujours en mémoire cette sœur qui se pinçait les avant-bras en déclarant avec une foi inébranlable au sujet de l'eucharistie: "Je porte celui qui me porte".

Le beau témoignage d'une sœur Clarisse et les traverses en bois de la cahutte de Charles de Foucauld

Nous faisons un tour à Kafr Cana tout comme ses 200 000 visiteurs par an. C'est ici que Jésus changea l'eau en vin lors des noces de Cana. Cet événement miraculeux inspirera Veronèse pour son célèbre tableau qui est exposé au musée du Louvre.

Maintenant, il est traditionnel de venir s'y marier ou tout du moins d'y réaffirmer ses vœux d'union maritale. Je laisse une intention de prière pour mes proches et moi-même (et oui, à l'époque, j'étais célibataire ^^). Avant de partir, n'oublions pas de ramener une bouteille de vin.

Église de Cana et chef d’œuvre de Véronèse "Les noces de Cana" (1563, Musée du Louvre)
J4

Nous suivons la messe dans la communauté chrétienne Melkite de Maghar. Leur rite est vraiment différent de celui des occidentaux. Ils prient à la façon grecque-orthodoxe mais sont catholiques. Comme le disait Jean-Paul II, "l’Église doit respirer de ses deux poumons" (l'église romaine pour l'esprit et l'église orientale pour le cœur).

Messe Melkite

Nous traversons les plateaux du Golan d'où jaillissent les multiples sources du Jourdain. Nous continuons vers Dan, la limite septentrionale de la Terre Promise. Nous rénovons nos vœux de baptême dans une végétation luxuriante.

Aux sources du Jourdain

Nous traversons en bateau le lac de Tibériade direction le mont des Béatitudes. Là-haut se trouve une église de forme octogonale, symbole des huit béatitudes de l'Évangile.

Église octogonale du mont des Béatitudes
J5

Nous célébrons la messe à Dalmanutha avec une vue à en convertir plus d'un sur le lac de Tibériade.

Dalmanutha et le lac de Tibériade

Nous marchons ensuite vers Tabgha, lieu de la multiplication des pains et de l'apparition du Christ ressuscité à Pierre et six autres disciples. La basilique est pavée de magnifiques mosaïques datant du Ve siècle. Celle des pains et des poissons date du tout premier sanctuaire byzantin dans ce lieu. Nous visitons également l'église de la primauté de Pierre dont la principale curiosité est le vaste rocher de granit connu comme la « Mensa Christi », autrement dit, la table du repas préparé par le Christ pour ses apôtres.

Basilique de la multiplication des pains et église de la primauté de Pierre

Nous partons visiter les ruines de Capharnaüm, dont la maison de Pierre où Jésus logeait pendant son ministère en Galilée ainsi que la synagogue où il prononça le discours sur le pain de vie. Dans les années 60, les franciscains achètent du terrain et organisent des fouilles. Ils découvrent ainsi cette maison vénérée en continu pendant plus de quatre siècles. Près de 130 graffitis, qui évoquent les paroles de Pierre et de Jésus, y sont retrouvés gravés dans l'enduit dans de nombreuses langues (grec, latin ou encore syriaque). Un église a été construite juste au dessus de ces ruines et protège ainsi ce site. La synagogue de calcaire blanc du IVe siècle repose sur la synagogue en basalte du temps de Jésus. Pour préciser davantage, elles sont même un peu décalées car il y a eu un perfectionnement des méthodes pour trouver la direction de Jérusalem.

Capharnaüm : son village, la maison de Pierre et sa synagogue

Nous rentrons au bord du lac pour admirer le soleil.

Photos le soir et le matin. Autant dire, on n'a pas beaucoup dormi!
J6

Nous faisons route vers le mont Thabor (588m), lieu adopté par l'Église depuis l'époque byzantine pour commémorer le miracle de la Transfiguration du Christ aux côtés de Moïse et d'Élie devant Pierre, Jacques et Jean. Nous montons à pied avec une magnifique vue sur la vallée de Jezreel et le massif de Galilée. La basilique de la Transfiguration possède deux chapelles dédiées à Moïse et Elie.

Le saviez-vous?

Dans cette vallée de Jezreel se trouve le mont Megiddo (Har Megiddo). En 609 av. JC, il y a eu une terrible bataille racontée dans la Bible (2Ch 35,22-24). C'est de là que vient le terme "Armageddon".

Mont Thabor

Nous nous arrêtons à Jéricho surnommée la ville des palmiers. C'est également l'une des villes les plus anciennes du monde. Les archéologues ont découvert un premier établissement de la ville remontant à 9 000 ans av. JC. Nous nous arrêtons au pied d'un grand sycomore qui nous rappelle l'épisode biblique de Jésus avec Zachée. Nous grimpons jusqu'au monastère de la tentation, appelé également monastère de la quarantaine. Nous avons la chance de rencontrer un moine pour nous faire visiter ce monastère atypique accroché à la falaise. Il nous raconte qu'il est le dernier à vivre ici.

Le saviez-vous?

Jéricho est la ville la plus basse du monde avec ses 300m sous le niveau de la mer.

Sycomore et monastère de la tentation
J7
après-midi

Nous continuons notre périple avec Bethléem aussi surnommée "la maison du pain". C'est la ville de naissance du roi David et de Jésus. La basilique a été construite par l'empereur Constantin Ier au IVe siècle et renferme la grotte de la nativité. Une étoile en argent à quatorze branches (une pour chaque station du chemin de croix) représente le lieu exact. Chacun fait la queue pour toucher la roche et un gardien veille à ce que les touristes ne restent pas trop longtemps. C'est en ce lieu que Saint Jérôme traduira la Bible en latin. Une statue et une grotte-chapelle lui sont consacrées.

Basilique de la nativité

Nous nous rendons ensuite à l'orphelinat de Bethléem. À leur installation, dès 1885, les sœurs de Saint Vincent de Paul recueillent les enfants abandonnés dans cette crèche et soignent les malades dans l'hôpital de la Sainte Famille. En 1982, faute de financement, elles ferment l'hôpital en ne gardant qu'uniquement la crèche. En 1986, l'Ordre de Malte rénove une partie de cet hôpital pour en faire une maternité. Sœur Sophie, 75 ans, nous parle du fonctionnement de cette crèche d'une centaine d'enfants de moins de 6 ans. Elle nous raconte la détresse dans laquelle se trouvent ces bébés quand on les retrouve abandonnés par terre. Depuis la construction du mur de la honte, les femmes ont encore plus de difficultés à venir accoucher ici dans de bonnes conditions. Le discours choque par ses exemples de lapidations, d'intifada, etc. Mais la foi est bien présente chez cette sœur et les enfants sont rayonnants et joueurs.

Crèche de Bethléem

Avant de rejoindre Jérusalem, il nous faut traverser la barrière de séparation israélienne appelée aussi mur de la honte par ses détracteurs ou clôture antiterroriste d'Israël par ses partisans. Nous passons rapidement par le désert de Juda et avons juste assez de temps pour prendre le cliché touriste sur un âne ou autre monture.

Mur de séparation et désert de Juda
J7àJ9

Nous arrivons à Jérusalem de nuit et dormons à la maison d'Abraham. Le lendemain, nous avons vue sur la vieille ville.

Vues générales

Nous passons par la vallée du Cédron qui comporte depuis des siècles de nombreuses tombes. C'est dans sa partie située entre le mont du temple et le mont des oliviers, aussi appelée vallée de Josaphat, qu'aura lieu selon les traditions monothéïstes le Jugement dernier.

Tombeaux antiques d'Absalom, des Béni-Hézir et de Zacharie
J7
matin

Nous nous rendons au mont du temple dont le sommet a été aplani par Salomon à la construction du tout premier temple vers -950. En -587, Nabuchodonosor II, roi de Babylone le détruit. L'esplanade du temple, domaine musulman aujourd'hui, est soutenue par de hauts murs de soutènement construits par le roi Hérode à partir de l'an -20 quand il rebâtit et agrandit le temple. L'un d'eux est le célèbre mur des lamentations ou mur occidental. Tout comme les juifs, nous insérons dans les interstices des pierres nos prières. Je me rappelle y avoir parlé avec un rabbin. On peut noter également une séparation entre les hommes et les femmes pour la prière comme dans leurs synagogues, c'est la Mekhitsa. En l'an 70, les armées romaines détruisent définitivement le temple.

Mur des lamentations

Le frère Marcel nous parle du judaïsme et des accessoires de prière :

  • Menorah : le chandelier à 7 branches
  • Tsitsit : tresses de fils blancs et bleus Tékhélèt souvent attachées au talit
  • Kippa : calotte couvre-chef
  • Lampe éternelle : une lampe brûlant en continu au bout d'une sorte de lustre
  • Mezouzah rouleau de parchemin dans un boîtier accroché aux linteaux des portes
  • Sefer Torah : des rouleaux de la Torah recopiés à la main
  • Talit : châle de prière à quatre coins qui ont des franges
J7
midi

Sur l'esplanade du temple, fin VIIe siècle sous le calife Abd-el-Malik, les musulmans construisent le dôme du rocher et la mosquée El-Aska. Ce rocher serait celui de l'ascension de Mohammed. Le dôme du rocher est recouvert de feuilles d'or et ses murs sont en magnifiques marbres gris. Les imposantes murailles d'enceinte de la vieille ville datent des années 1530' et ont été construites par Soliman Le Magnifique.

Murs d'enceinte de Soliman Le Magnifique
Esplanade des mosquées : El-Aska et Dôme du rocher

Nous nous familiarisons avec les 5 piliers de l'Islam :

  • la chaada : profession de foi à proclamer publiquement
  • le salat : prière cinq fois par jour en direction de la Mecque
  • le zakat : aumône aux pauvres, sorte d'impôt pour aider les plus démunis et construire des mosquées
  • le saoum : jeûne pendant le mois de Ramadan
  • le hajj : pélerinage à La Mecque
J8àJ9

Nous partons sur les lieux chrétiens du mont des oliviers :

  • L'église russe orthodoxe Sainte-Marie-Madeleine avec ses magnifiques bulbes dorés.
  • L'église de toutes-les-nations de Gethsémani avec son tympan en mosaïques, son jardin d'oliviers et son rocher intérieur sur lequel Jésus a prié pendant la nuit de son agonie, la veille de sa passion.
  • Le carmel du pater avec ses prières du "Notre père" écrits en toutes les langues.
  • L'église Dominus Flevit et sa vue imprenable sur le dôme du rocher.
  • L'église et mosquée de l'ascension avec son rocher, empreinte du pied de Jésus au moment de son ascension.

De retour dans la vieille ville, nous découvrons la basilique Sainte-Anne située en porte-à-faux sur le sol de l'ancienne piscine probatique, lieu de la guérison miraculeuse du paralysé ainsi que le sanctuaire dédié à Esculape, Dieu de la médecine.

Basilique Sainte-Anne sur les ruines de la piscine probatique

Nous suivons ensuite la via dolorosa, chemin de croix, jusqu'au Saint Sépulcre. L'église s'appelle aussi Anastasis (résurrection). Sa coupole est située à l'aplomb du tombeau de Joseph d'Arimathie où Jésus a été enterré. Dans une des chapelles, les chrétiens font la queue pour toucher le rocher du calvaire, lieu de la crucifixion de Jésus en haut de cette colline du Golgotha (le crâne en araméen). En sortant du sanctuaire nous traversons le souk, et en profitons pour acheter quelques souvenirs.

Saint Sépulcre et le souk

Le lendemain, nous nous rendons sur le mont Sion. Nous célébrons la messe au Cénacle et l'eucharistie y prend un sens tout particulier. C'est également en ce lieu que se tenaient les disciples à la pentecôte quand l'Esprit Saint est descendu sur eux. Puis nous visitons l'imposante église de la Dormition de la Vierge.

Église de la Dormition
J10

Nous visitons les ruines d'Emmaüs. Je suis un peu déçu car il n'y a pas grand chose à y voir dans ce lieu pourtant célèbre des évangiles. Il y a une petite boutique de souvenirs.

Ruines d'Emmaüs

Nous nous rendons au village de "Neve Slalom". La singularité et la beauté de cette communauté est que les familles chrétiennes, juives et musulmanes vivent en harmonie. Elles ont un endroit commun où tous viennent prier. C'est un véritable message d'espoir pour démontrer au monde que les différentes religions peuvent cohabiter sans se faire la guerre. À Jérusalem, nous faisons également la rencontre de jeunes palestiniens qui apprennent le français, l'occasion de parler de leurs rêves et de leur vision de ce conflit israélo-palestinien qu'ils ont toujours connu.

Rencontres marquantes à Neve Shalom et à Jérusalem

Ce pèlerinage en Terre Sainte "Repartir du Christ" a été une véritable bouffée d'air pour moi entre mes deux années de prépa. Ça a été l'occasion de me poser, de méditer sur ma vie et de faire des rencontres marquantes dont je me souviens encore aujourd'hui. J'ai beaucoup apprécié la qualité des enseignements tant spirituels que culturels de notre guide le frère Marcel. Un dernier mot, n'hésitez plus et embarquez pour une plongée dans ce pays à l'histoire trimillénaire.