Carnet de voyage

AMERIQUE DU NORD

Dernière étape postée il y a 57 jours
Ne pas attendre pour voyager, découvrir le monde avec ma famille, créer des moments inoubliables.
1
1
Publié le 24 novembre 2020

Après un mois en France (et aussi un petit voyage en amoureux d'une semaine à l'Ile Maurice), nous reprenons nos bagages pour continuer l'aventure en Amérique du Nord.

Départ le 2 juillet de Paris-Orly direction Montréal. Arrivés avec 3/4 d'heure de retard puisque départ retardé à cause de manque de papiers de sécurité, nous avons inauguré le premier vol Paris-Montréal de la compagnie. Accueil des pompiers canadiens qui ont aspergé d'eau l'avion à l'arrivée à l'aéroport.

Le lendemain après avoir pris un rendez-vous pour visiter un camping-car, on visite Montréal sous la canicule. L'hôtel est situé prés de la vieille ville, nous sommes passés par le quartier chinois.

Visite d'un camping-car le soir, en dehors de la ville. L'intérieur correspond à ce qu'on recherche mais est assez vieillot et l'extérieur n'est pas en très bon état. Nous partons sans donner de réponse positive; nous avons aperçu un autre véhicule similaire plus haut dans la rue. Celui-ci est en bien meilleur état, les propriétaires très sympathiques. Après en avoir fait le tour et un petit essai, nous le réservons pour achat. Nous ferons les papiers jeudi 5.

Nous prenons une nuit supplémentaire à l'hôtel et mercredi nous continuons la visite de la ville et entrons dans la basilique Notre Dame de Montréal.

Jeudi 5 juillet contrariant. On quitte l'hôtel puisqu'on pense récupérer le camping-car le soir, mais le propriétaire ne nous le laissera que quand il aura reçu l'argent que je vire sur son compte par internet. Après avoir fait les papiers et payé les taxes directement au bureau des immatriculations, je réalise le virement et le délai est de 4 jours. Nous sommes donc à la rue jusqu'au 10. On trouve en urgence une autre chambre dans un hôtel plus haut sur la rue du premier. Nous y restons deux nuits avant de quitter le centre ville pour trois autres nuits.

On continue alors la visite de la ville, le vieux port, la tour de l'horloge, le stade olympique.

Mardi 10 juillet au matin, le propriétaire a reçu l'argent sur son compte; nous récupérons normalement le véhicule ce soir. On va enfin pouvoir commencer l'aventure!

2
2
Publié le 24 novembre 2020

Mardi 10 juillet, on emménage dans notre camping-car. Après l'achat de linge de lit, nous dormons sur le parking du supermarché car il est déjà tard. Il y a une petite fuite d'eau, le réservoir de gaz est vide et la batterie est morte, nous sommes donc sans eau, sans frigo et dans le noir!

Le lendemain Rémi répare la fuite et nous faisons le plein de gaz. Après avoir changé la batterie, nous pouvons faire fonctionner le réfrigérateur. Encore quelques achats pour ce qui nous manque et nous voilà prêts!

On vous présente notre nouvelle maison: c'est un Holidaire de 1989 sur un Ford E-350 V8 7,3l diesel de 180ch. Il mesure 27 pieds de long (8,23m), 3,15m de haut et 2,77m de large. Première consommation: 21l/100, heureusement que le gasoil coûte 0,85 € le litre (1,32 $)!

Il faut aussi faire le plein d'eau, alors on se dirige vers St-Jean-sur Richelieu sur le parking d'un parc qui propose une piscine de plein air gratuite. Nous en profitons 2 jours car c'est toujours la canicule. Nous voyons nos premiers écureuils

Nous prenons la route vers Québec et nous arrêtons à Shawinigan le dimanche 15. C'est un lieu où il y a plusieurs cascades et nous faisons une ballade au parc de Grand-Mère.

Le lendemain on stoppe à Wendake afin de visiter le village traditionnel amérindien Huron-Wendat. C'était un peuple sédentaire qui vivait à plusieurs familles dans des maisons longues en bois.

On passe Québec que nous visiterons plus tard, et arrêtons voir la chute Montmorency de 83 m de hauteur.

La route continue plus au nord et traverse des forêts de sapins jusqu'à Baie-Sainte-Catherine.

Nous nous arrêtons au Centre d'interprétation de la Pointe-Noire où nous apprenons beaucoup de choses sur le fleuve Saint-Laurent par où passe 25% de l'eau douce de la planète. Beaucoup de mammifères marins vivent à la jonction du fleuve avec la rivière Saguenay ( baleines, rorquals, bélugas,...). Malheureusement nous n'aurons pas l'occasion d'en voir!

Pour franchir la rivière Saguenay c'est un traversier qui nous emmène sur l'autre rive à Tadoussac. On continue notre route jusqu'à Les Escoumins pour assister au Pow-Wow à la réserve Innu d'Essipit.

3
3
Publié le 24 novembre 2020

Samedi 21 juillet, direction le lac Saint-Jean. On se baigne le lendemain dans ses eaux chaudes et couleur rouille. Bizarre mais agréable sous la chaleur caniculaire!

Lundi 23 nous passons la nuit à Mashteuiatsh dans la réserve ilnu (Montagnais).

On passe nos journées à se ballader dans des parcs où nous croisons la faune locale: grenouilles, marmottes et beaucoup d'écureuils.

On rejoint la rive nord du St-Laurent jusqu'à Québec que nous visitons le 26 juillet. Nous passons dans la vieille ville et montons l'escalier casse-cou qui nous emmène vers le Château Frontenac. Sur les plaines d'Abraham (lieu où la France a perdu le Québec face aux Anglais.) , rencontre avec une marmotte noire (rare, paraît-il)!

Nous continuons jusqu'à Montréal pour retrouver Jean-Marc un vieil ami de lycée de Rémi. Suite à ces retrouvailles, on prend la direction de la Gaspésie.

Sur le trajet, halte au Parc National du Bic où on a enfin la chance de voir des phoques. 70 sont regroupés au Cap Caribou.

Nous voyons sur les rochers beaucoup d'Inukshuks qui sont à l'origine des symboles inuits de l'être humain. Thomas en a érigé deux:

4
4
Publié le 24 novembre 2020

Samedi 4 août nous avons assisté à un pow-wow traditionnel dans la réserve Mi'gmaq de Listuguj. Chants et danses amérindiennes dans des tenues très colorées (régalias).

Le lendemain nous traversons une autre réserve amérindienne à Gesgapegiag. Ici les cultures se mélangent avec une église catholique en forme de wigwam (tipi).

Ensuite nous passons 3 jours à New Richmond pour tenter de régler un problème de démarrage du camping-car. Le troisième garage visité nous change une pièce en espérant que ce soit bien la solution car le problème n'intervient qu'au premier démarrage du matin.

On poursuit vers la pointe de la Gaspésie jusqu'au très célèbre Rocher Percé. Baignade rafraîchissante à la plage de Percé.

La route se poursuit en longeant la côte. On s'arrête photographier le rocher à Tête d'Indien à Saint-Georges-de-Malbaie. La légende raconte que des hommes blancs venus d’Europe sur un grand voilier aperçurent une jeune princesse indienne occupée dans la forêt à divertir de jeunes enfants. Les hommes venus d’ailleurs la capturèrent et l’amenèrent dans leur lointain pays. Ce triste visage, dont le regard est rivé à la falaise, est celui de son amoureux qui attend inlassablement son retour, résolu dans son chagrin à tourner le dos à la mer tant que celle-ci ne lui ramènera pas sa bien-aimée.

Le lendemain, randonnée de 8 km au Parc Forillon entre l'Anse aux Amérindiens et Cap Gaspé. Ce cap est considéré comme le bout du monde. Belle ballade dans la nature en longeant la mer où nous avons pu apercevoir des phoques.

Lundi 13, autre randonnée de 4 km au Parc National de la Gaspésie. Nous allons jusqu'au mont Ernest Laforce qui propose une vue panoramique de tout le parc.

On quitte la Gaspésie et le Québec pour entrer au Nouveau-Brunswick le mardi 14 août.

5
5
Publié le 24 novembre 2020

Mardi 14 août on change de province pour entrer au Nouveau-Brunswick. C'est une province avec deux langues officielles; l'anglais et le français parlé en Acadie qui se trouve au nord et à l'est de ce territoire.

Rien de notable ici; cela ressemble beaucoup au Québec. Nous voyons beaucoup de drapeaux acadiens qui sont la quasi réplique de celui de la France.

Nous avons toujours le problème de démarrage du camping-car. Cela empire et nous consultons un garagiste à Bathurst. Le changement de filtre à gasoil ne suffit pas, on doit changer la ligne de retour du carburant. Nous sommes vendredi et les pièces ne seront là que lundi. Nous allons donc passer le week-end sur les îles de l'Acadie plus à l'ouest. Barbecue sur l’île Pokesudie, visite de l'aquarium de Shippagan et des tourbières à Miscou.

Retour à Bathurst le lundi 20 pour le changement des pièces. Le démarrage du lendemain est satisfaisant. Mais après 500m, le voyant de frein reste allumé. Niveau du liquide bas. Retour au garage: freins arrières à remplacer. Heureusement qu'ils ont le temps et se procurent aussitôt les pièces nécessaires.

Nous pouvons reprendre la route vers le sud. Nous sommes toujours en Acadie et on s'arrête à Grande-Digue visiter un village pionnier qui retrace la vie de 1800 à 1945. C'est ici que nous passons la nuit et tout prêt on assiste à l'envol d'un groupe d'oies bernaches.

Petit détour pour voir le Pont de la Confédération. Long de 12,9 km, il relie le continent à l'Ile-du-Prince-Edouard.

Samedi 25, direction Moncton pour assister au Mascaret. C'est un phénomène naturel qui a lieu 2 fois par jour: la marée montante de la baie de Fundy force la paisible rivière Petitcodiac à refouler en amont en une vague déferlante.

Arrêt à Sussex pour y admirer des fresques murales.

A Saint-John, visite du parc Wolastok avec ses statues de bois. Ensuite petit tour dans le centre ville.

C'est la fin de notre épisode canadien, nous nous rapprochons de la frontière; prochaine étape: le Maine aux Etats-Unis.

6
6
Publié le 24 novembre 2020

Le 30 août, on entre aux USA par le petit poste de frontière de Vanceboro. Aucune fouille, quelques questions et un petit formulaire à remplir; 40 minutes suffisent pour nous autoriser à rester sur le territoire jusqu'au 27 novembre.

On prend vers le sud jusqu'à Portland où nous visitons le parc Fort William le 1er septembre, à Cape Elizabeth.

Le Maine nous apparaît assez similaire à l'est du Canada. Par ailleurs, les Etats du nord-est américain formant la Nouvelle Angleterre ressemblent beaucoup à... l'Angleterre; très arborée et en même temps très peuplée.

Après une nuit à Salem (où nous n'avons pas rencontré de sorcière), nous changeons de décor en allant à Cape Cod, Massachusetts.

Cape Cod est une péninsule bordée de longues plages de sable, et de dunes. Lors d'une ballade sur Millway Beach, on trouve une limule morte.

Dimanche 9 septembre, on se ballade sur Cliff Walk . La promenade le long de l'océan permet de voir des manoirs du XIXe siècle. Malheureusement, la grisaille est toujours de la partie.

Puis on traverse le Connecticut sous la pluie pour arriver à New York City le 13 septembre. Le lendemain on visite Manhattan: Times Square, sud de Central Park, l'Empire State Building, Ground Zero, la Statue de la Liberté.

Pour quitter New York, on est forcés de passer dans Manhattan en camping car, ce qui nous permet de voir le pont de Brooklyn, de traverser Chinatown et d'admirer d'autres vues de la ville.

7
7
Publié le 24 novembre 2020

C'est par une belle journée, le 19 septembre, que l'on visite la capitale des Etats-Unis, Washington. Les monuments et musées sont concentrés autour d'une artère verdoyante, le Mall. Ainsi, on a pu admirer le Washington Monument (énorme obélisque d'une hauteur de 170 m), le musée d'histoire et de la culture africaine américaine, la Maison Blanche, les mémorial dédiés à Abraham Lincoln, Thomas Jefferson, Franklin D. Roosevelt, Martin Luther King Jr, le musée de la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que le Capitole.

Le midi, une femelle écureuil nous a tenu compagnie pendant notre pique-nique.

Enfin, on a visité deux musées: le Musée National des Indiens Américains,

et le Musée National de l'Air et de l'Espace.

8
8
Publié le 24 novembre 2020

Nous décidons d'aller vers l'ouest visiter le Kentucky. Pour cela on traverse les états de Virginie et Virginie Occidentale, emplies de montagnes et forêts. Sur la route on tombe par hasard sur le Cooter's Garage Museum dédié à la série télé "The Dukes of Hazzard", appelée en France "Shériff fais-moi peur". Cest surtout centré sur les produits dérivés de la série, mais cela nous a donné l'occasion de voir les véhicules utilisés dont la célébre Dodge Charger 1969 "General Lee".

On continue la route et arrivons au Kentucky, état du bourbon. Le jeudi 27 septembre, Rémi visite la distillerie Four Roses.

Le lendemain on s'arrête au Abraham Lincoln Birthplace, lieu de naissance du 16e président des Etats-Unis. Une maison de la même époque a été reconstruite à l'intérieur du mémorial.

Le samedi c'est randonnée au Mammoth Cave Park.

Dimanche 30, visite du Musée Corvette de Bowling Green.

Lundi 1er octobre nous entrons au Tennessee et visitons Nashville, haut-lieu de la musique country. La rue la plus animée est Broadway Avenue. Magasins de santiags, disques vinyls et cd, restaurants et bars où se produisent des chanteurs country; l'ambiance est garantie.

Nous allons ensuite faire une ballade plus au calme au Centennial Park où on peut voir une réplique à l'échelle du Parthénon.

On s'arrête à Chattanooga pour y passer la nuit du 2 octobre. Le lendemain, Rémi visite un musée de dépanneuses.

Puis nous traversons la Géorgie direction la Floride. On passe Atlanta de nuit pour éviter les embouteillages.

9

On arrive en Floride le 5 octobre sous un grand soleil. On quitte l'autoroute I-75 pour arriver aux marais de Crystal River. On y rencontre grosse sauterelle et raton-laveur.

Plus loin sur la même ville on se baigne en effet dans des eaux cristallines.

L'après-midi du 7, baignade dans les eaux du golfe du Mexique à Pine Island où on a la surprise d'être approchés par des dauphins. On a pu également voir des maisons typiques sur pilotis.

En apprenant l'arrivée de l'ouragan Michael sur les côtes où nous nous trouvons, on est contraints de traverser la Floride pour rejoindre la côte est. On admire les plages mais les vagues de l'Atlantique nous empêchent de nous baigner.

Quelques jours plus tard c'est à Palm Beach que nous profitons de la chaleur de l'eau (29°C). Sur la promenade qui longe la plage, de nombreux lézards courent devant nous.

Ne supportant plus la chaleur accablante, on décide de passer la nuit dans le camping d'un parc d'état afin de profiter de la climatisation du camping-car. Le lendemain matin, quel plaisir de pouvoir y admirer quelques animaux sauvages!

Après une nouvelle baignade à Delray Beach, visite du Gumbo Limbo Nature Center, centre de réhabilitation des tortues, comprenant des aquariums.

Samedi 13, nouvelle baignade au Stuart Beach Park ou on a pu admirer des vols de pélicans .

Mardi 16, on passe la journée au Kennedy Space Center, musée consacré à la conquête de l'espace. Film 3D, vraies navette et fusée, visite du site d'assemblage et de lancement (Cap Canaveral).

Le soir même, à 0h15, on assiste au décollage d'une fusée Atlas V. On avait pu l'apercevoir l'après-midi sur son pas de tir.

10
10
Publié le 24 novembre 2020

On arrive le 19 à Miami au musée James Bond.

Juste à côté, se trouve la concession Lamborghini. Thomas et Rémi vont y faire un tour.

On poursuit sur Miami Beach.

Le lendemain on passe par le quartier Little Havana.

Dimanche 21 octobre, notre grand garçon, Thomas fête ses 15 ans dans un restaurant de cuisine floridienne. Puis, direction les Keys, un archipel de 42 îles reliées par 43 ponts. Le plus long mesure 11 kilomètres; Il s'agit du Seven Miles Bridge.

On traverse toutes les îles jusqu'à Key West, le 23 octobre.

Dans les Keys, on a pu voir de nombreux animaux sauvages que ce soit dans la nature, les parcs, les aquariums ou les refuges. Ci-dessous: ibis, poisson-lion (espèce non-indigène et invasive), geai, cerf des Keys, héron blanc, chouette, pélican, libellule.

Jeudi 25, nous sommes dans les Everglades pour une visite du Micosukee Indian Village et un tour en hydroglisseur. Immersion dans la nature où les échassiers et les alligators sont facilement visibles.

11
11
Publié le 24 novembre 2020

Dans le nord-ouest de la Floride, la mousse espagnole recouvre les arbres et les poissons sautent dans la rivière Wakulla.

Nous traversons les lieux où est passé l'ouragan Michael 3 semaines plus tôt. Assez peu de dégâts matériels mais beaucoup d'arbres à terre.

Avant d'entrer en Alabama, on passe par Fort Walton Beach et ses dunes de sable blanc.

L' USS Alabama, navire de la seconde guerre mondiale, est visible dans le port de Mobile.

Nous arrivons en Louisiane le 3 novembre et le lendemain, on visite Nouvelle-Orléans: Quartier Français, joueurs de jazz et bateau à roue à aube sur le Mississippi.

En direction du Texas, nous traversons des cultures de riz et de cannes à sucre. Dans la banlieue de Houston, on s'arrête au temple Hindou Sri Meenakshi.

La ville de Luling, d'un caractère désuet, a habillé ses anciens puits de pétrole. On en recense 200 sur tout le territoire. C'est aussi la ville de la pastèque.

Après plusieurs jours de grisaille, on retrouve le soleil en arrivant à San Antonio. Le 13 novembre, on visite Fort Alamo.

L'après-midi, visite du Witte Museum, musée d'histoire naturelle sur le Texas.

Nous quittons San Antonio pour nous diriger vers le Mexique.

12
12
Publié le 24 novembre 2020


On passe la frontière le 15 novembre à Piedras Negras. Passage sans problème pour le camping-car, visite rapide de l'intérieur. Puis direction l'immigration à 50 km de là. Beaucoup d'attente, peu de questions pour obtenir notre autorisation de séjour sur le territoire et le permis d'importation temporaire du véhicule.

Après avoir traversé une zone désertique pendant deux jours, puis une chaine montagneuse (La Muralla), on arrive dans un autre paysage parsemé de cactus. On dort souvent dans les stations services Pemex qui sont assez bruyantes mais sécurisées; le camping sauvage est très déconseillé. Nous sommes jours et nuits parmi les poids-lourds.

On tente de visiter San Luis Potosi mais pas moyen de se garer, le camping car est trop long. Si la conduite des Mexicains sur les routes principales est assez particulière ( ils roulent sur la bande d'arrêt d'urgence, aucun respect de la signalisation), en ville elle devient infernale.

Le 22 novembre, on passe à Dolores Hidalgo sur la route d'Atotonilco que nous visitons le même jour.

Le soir nous sommes dans un camping proche de San Miguel Allende. Le lendemain on prend le bus pour aller visiter cette charmante ville. Le midi déjeuner local au restaurant. Chouette journée!

Le lendemain, on passe la grande ville de Mexico. Le paysage change encore, on voit des champs de culture; les paysans font des "huttes" avec les branches de maïs. Vers midi, on se fait arrêter par la police sur l'autoroute pour un soi-disant dépassement de la vitesse. Après des propos contradictoires, ils nous demandent les papiers du véhicule. Après leur avoir donné des photocopies, ils insistent pour avoir l'original. Une fois les papiers en main, la corruption commence: ils nous demandent 8000 pesos(pas loin de 500 €) pour les récupérer, sinon on les récupère le lendemain au poste. On négocie 3000 pesos et ils nous laissent partir. Un poste de péage se trouve à quelques kilomètres et on décide de signaler notre déconvenue. Après une longue discussion avec le directeur de péage très gentil et patient, on rencontre plusieurs policiers à qui on répète notre affaire. Ça se termine avec le chef de la police qui vient en personne pour nous rembourser rubis sur l'ongle. A notre question "Que va-t-il se passer pour les policiers corrompus?", il répond "C'est mon problème." . Beaucoup de temps perdu, mais ça se termine bien pour nous.

Ces émotions ne nous empêchent pas de continuer notre périple qui passe par Teotihuacan, site archéologique Maya. Pyramide de la lune, pyramide du soleil, musée; journée bien remplie sous le soleil.

Le lendemain, on traverse toujours des zones agricoles; champs de cactus , "huttes de maïs", troupeaux.

Après une nuit à Cholula face à l'église Virgen de los Remedios, construite sur une pyramide Maya, visite du sanctuaire, du site archéologique et des souterrains de la pyramide.

13
13
Publié le 24 novembre 2020

Samedi 1er décembre, visite de Tlacotalpàn, déjeuner au restaurant où les enfants ont donné à manger aux mouettes.

Sur la route, on aperçoit la faune locale et les mexicains au travail.

Le paysage ici est différent. Nous traversons une zone plus montagneuse et bivouaquons dans l'enceinte d'un hôtel à Catemaco au bord d'un lac.

Chenoa prise de vomissements, on s'est posés dans un RV Park à Isla Aguada. Nous avons fait venir un médecin sur place. Après des analyses, il s'avère que Chenoa a une salmonellose. Un traitement de 5 jours est nécessaire. Mais rapidement tout rentre dans l'ordre. Nous reprenons la route après 4 jours au calme qui nous ont fait du bien. Un grand merci à Thelma, la propriétaire du camping qui nous a bien aidés.

Le 10 décembre, nous sommes à Campeche où nous visitons le centre historique . Garés pour la nuit à deux pas, nous profitons des illuminations de Noël.

Nous continuons pour rejoindre la côte à Celestùn. Nous passons la soirée du 13 décembre avec les "Tous à l'Ouest", une famille de nomades comme nous. Le lendemain nous voyons des flamands roses, des spatules et des pélicans blancs.

Le samedi 15 décembre, visite des sites d'Uxmal et Kabah. Le soir même on fête l'anniversaire de Gwénaëlle.

Le 18, on est à Dzibilchatùn, autre site maya. Sur celui-ci, on voit notre premier cénote.

14
14
Publié le 24 novembre 2020

En fait nous sommes au Yucatan depuis le 11 décembre. Après Celestùn, Uxmal, Kabah et Dzibilchatùn nous sommes à Izamal le 19 après être passés au cimetière d'Hoctùn où les tombes sont décorées par des artistes locaux.

Deux jours plus tard, visite de Chichen Itza, site maya à la pyramide principale très connue. Des habitations traditionnelles avec toits en feuilles de palme ont été reconstituées. Nous avons eu la chance d'assister à une cérémonie maya pour le solstice d'hiver.

Le 21 décembre, on passe la nuit à l'Hacienda San Lorenzo, et profitons du cenote Oxman.

Nous continuons la route vers le bord de mer. On s'installe deux jours à Rio Lagartos au Balneario Chiquila pour Noël. On démarre un tour en bateau à 8 heures du matin le 24 décembre dans la biosphère. On y voit de nombreux pélicans, hérons, aigles,frégates et flamands roses à Las Coloradas (les salines). On n'y voit qu'un seul crocodile.

Puis, on s'offre un déjeuner à midi au restaurant du balneario (poisson, poulet aux oignons roses). Et enfin, petite ballade dans Rio Lagartos, village de pêcheurs dans l'ambiance de Noël. Une belle journée!

Le 27, on passe à Cancun, mais il est très difficile de trouver un endroit où garer le camping-car, d'autant plus aux abords des plages. Du coup, on décide de passer à Puerto Morelos quelques jours avant la fête de réveillon de Jour de l'An entre nomades à laquelle nous assisterons. On se baigne dans une eau chaude très agréable.

On passe le lendemain à La Pausa, l'auberge où aura lieu le réveillon. Après avoir fait connaissance avec Elisa et Sebastian les tenanciers de la Pausa ainsi qu'avec les premiers arrivants, on découvre les charmes du centre-ville.

La fête est vraiment sympa, on échange avec des personnes de tous horizons et l'ambiance est très joyeuse! Tout le monde s'amuse, enfants et adultes, avec la Piñata, tradition mexicaine.


On ne repart que le 2 janvier 2019 pour s'arrêter à Nuevo Durango, petit village maya de 300 âmes dont la volonté est de développer l'autosuffisance alimentaire dans le respect de la biodiversité environnementale, et qui propose également des activités plutôt attractives. C'est Enrique, le chaman qui sera notre guide, secondé par Samuel, jeune apprenti chaman de 16 ans. Nous décidons de visiter le centre de préservation de la faune endémique (daims, pacas, dindons, abeilles et autres oiseaux).


Après un repas typiquement yucatèque au restaurant familial, nos guides nous emmènent dans la jungle vers une grotte sacrée dans laquelle nous n'entrons qu'après avoir suivi un rituel permettant d'en capter les énergies. Après nous être appliqués une solution huileuse à l'odeur d'herbe aromatique sur le front et la nuque, Enrique prononce quelques paroles en langue maya accompagnées de nos prénoms, puis nous entrons et découvrons une grotte habitée par des chauves-souris et remplie de concrétions calcaires. C'est beau, mais nous n'avons pas pu emmener l'appareil photo de peur de l'abimer pendant notre exploration.

Vers 18h, on assiste à un phénomène quotidien étrange: les hirondelles entrent en piqué dans le puits du village pour se protéger des prédateurs pendant la nuit. Elles n'en ressortiront qu'au lever du soleil.

Le lendemain, Enrique nous emmène dans la communauté voisine, Esmeralda, qui ne compte que 40 habitants. Là, nous avons la chance de pouvoir nous baigner dans le magnifique cenote Aktùnzots qui héberge des tortues, des chauves-souris et des poissons-chats.

Il est temps de repartir et nous remercions chaleureusement Enrique et sa famille pour leur accueil et les connaissances partagées.

Retour en bord de mer des Caraïbes, à Tulum, beau site maya, le 4 janvier. Pendant l'attente à la billetterie, des coatis se promènent au milieu des visiteurs et semblent réclamer à manger !

Comme sur les autres sites, de nombreux iguanes, mais le style nous semble différent. Il n'y a pas de grande pyramide.

Un spectacle de "voladores" est donné à la sortie.

Enfin, on descend à Bacalar dont la lagune est paisible.

15
15
Publié le 24 novembre 2020

On quitte la péninsule du Yucatan et prenons la direction de Palenque dans le Chiapas. Nous visitons le site maya le 8 janvier. Nous sommes au milieu de la jungle et, la veille lors de notre arrivée au camping, nous entendons le cri des singes hurleurs (cela ressemble à des grognements de gorille); ils recommenceront au petit matin.

Nous finissons la visite par le musée où sont exposés des masques de jade et le tombeau du roi Pakal ( plus long règne de Palenque).

Jeudi 10 janvier, arrêt à Villahermosa et visite du Parque Museo de la Venta, zoo et statues olmèques

Nous poursuivons notre route vers le nord . Entre Puebla et Mexico, nous visitons le site de Cacaxtla où subsistent des peintures pré-hispaniques.

La suite du voyage est un peu moins intéressante. Nous utilisons beaucoup les autoroutes et dormons sur les stations services Pemex. Le paysage varie tout de même entre montagnes, vallées et plaines agricoles. Autour de Tequila, on traverse un paysage planté d'agaves, classé Patrimoine Mondial. La plante sert à la fabrication du célèbre alcool. Il existe aussi du miel d'agave.

Nous faisons quelques détours pour profiter de l'océan Pacifique.

Dernière ligne droite: les derniers jours au Mexique consistent à traverser l'état de Sonora et ses paysages désertiques.

Nous passons la frontière le lundi 28 janvier à Lukeville en Arizona.

16
16
Publié le 24 novembre 2020

Nous voilà de retour aux États-Unis, cette fois-ci à l'ouest ! On traverse le sud-ouest de l'Arizona; c'est encore le désert de Sonora. On fait une petite étape à Phoenix au South Mountain Park.

Arrivée en Californie le 31 janvier, nous dormons en plein désert près de Parker. Nous ne sommes pas seuls.

Nous prenons la direction de Los Angeles par la mythique Route 66. En chemin, arrêt à Amboy et visite du Amboy Crater, volcan éteint depuis 10 000 ans.

Sur la "Mother Road", des lieux mythiques ou originaux jalonnent notre route.

Le lundi 4 février, on arrive à Los Angeles. Ballade au Griffith Park; depuis l'observatoire, on a une vue imprenable.

Le lendemain, passage obligé par le Walk of Fame sur Hollywood Boulevard. Ce jour-là, on a manqué de peu la chanteuse Pink qui venait inaugurer son étoile.

L'après-midi, Thomas et Rémi visitent les studios Sony Pictures. Exposition d'objets ayant servi aux tournages de films et séries (Men in Black, Da Vinci Code, Spiderman, Breaking Bad,...), ballade autour des bâtiments de tournage et visite de quelques décors (photos interdites), du studio d'enregistrement audio, du lieu de tournage du jeu télé "Whell of Fortune".

Mercredi 6, ballade à Berverly Hills ...

...et sur Santa Monica Pier.

17
17
Publié le 24 novembre 2020

Prenant la route côtière remontant vers le nord, c'est un plaisir d'admirer le paysage californien sur fond de ciel bleu

La route nous emmène ensuite au cœur de petites montagnes verdoyantes.

Dimanche 10 février, visite de la mission San Luis Obispo pour un retour sur cette période de l'histoire américaine.

Le lendemain, on profite de la présence permanente des éléphants de mer à Piedras Blancas au-dessus de San Simeon.

La côte vers Mc Way Falls se révèle très jolie. Le temps est encore au beau fixe, mais les températures restent fraîches.

Nous nous installons à Moss Landing le soir même pour bivouaquer, mais le vent se met à souffler par brusques rafales, nous obligeant à aller nous mettre à l'abri dans une rue de Castroville.Nous y passons finalement la nuit sous la pluie.

Le mauvais temps s'installe et nous prenons la décision de ne pas remonter sur San Francisco et de redescendre vers le sud-est en direction d'Indio.

Nous nous promenons le 17 février dans le Desert Park d'Indio.

Deux jours plus tard, on découvre Joshua Tree National Park sous un ciel radieux.

Après avoir contourné Salton Sea, nous passons près des dunes de sable le long du fleuve Colorado.

On remonte ensuite en direction de Las Vegas.

18
18
Publié le 24 novembre 2020

Dimanche 24 février, on se gare à Circus Circus, casino qui propose un camping bien situé pour visiter Las Vegas. A la nuit tombée, ballade sur le Strip, boulevard où sont concentrés les principaux casinos.

Le 26, deuxième virée nocturne à Fremont Street, rue célèbre pour sa galerie commerciale recouverte d'une verrière où est projeté un son et lumière.

Le lendemain, on visite le Hollywood Car Museum qui expose des voitures de films et séries télévisées.

Jeudi 28, nous redécouvrons le Grand Canyon sous la neige.

Le soir nous entrons dans la réserve Navajo, la plus grande réserve amérindienne des Etats-Unis où nous resterons plusieurs jours.

A Page il y a le barrage du Glen Canyon qui forme le Lake Powell.

On en profite pour faire un tour au Glen Canyon Park.

On prend ensuite la direction de Monument Valley.

Le 4 mars, visite du parc géré par les Navajo.

Celle-là peut se faire en véhicule mais est interdite aux campings-cars. On opte donc pour une ballade à cheval.

Quelques objets d'art sont exposés au centre des visiteurs.

Le lendemain c'est au Canyon de Chelly que nous nous rendons. Toujours dans la réserve, il est beaucoup moins connu mais s'avère vraiment splendide.

Entre 1100 et 1300 après JC, les indiens Pueblos ont vécu dans des maisons troglodytiques. Celles-ci furent occupées jusqu'au 19ème siècle par les Hopi et les Navajo.

On a pu descendre dans le fond du canyon pour y voir l'une d'elles de plus prés: la White House.

19
19
Publié le 24 novembre 2020

Nous décidons d'aller à Saint George en Utah pour un meilleur climat et se rapprocher de deux parcs à visiter: Zion et Bryce. Sur la route, nous traversons les paysages de Vermillion Cliffs.

Arrivés à destination, on choisit de visiter le Snow Canyon State Park.

Nous passons la nuit à proximité, sur la ville de Santa Clara. Lors d'une promenade, nous discutons avec Billy, un habitant qui nous vante les paysages et la géologie de l'Utah. Il nous offre deux pierres provenant de son terrain: un morceau de bois pétrifié et de la turquoise. Rencontre très sympa et chouettes souvenirs!

La météo n'étant pas favorable pour visiter les parcs nationaux, le 13 mars on descend vers le sud et le Nevada pour aller à la Valley of Fire.

Lundi 18 mars, le temps se réchauffe et nous permet d'aller visiter le Zion National Park.

Le lendemain, direction Bryce Canyon en traversant les montagnes enneigées.

Mardi 19 mars, Bryce Canyon.

Nous continuons notre route vers le nord-est par la route panoramique 12.

Une fois passé le sommet enneigé, on traverse Capitol Reef. Le paysage ne fait que changer, ce coin de l'Utah est magnifique!

20
20
Publié le 24 novembre 2020

On fait la visite de Canyonlands le 24 mars; nous n'avons vu que la zone nommée Island In The Sky, la plus remarquable de ce parc. Elle se situe entre la Green River et la rivière Colorado.

Le lendemain, nous nous rendons à Arches National Park.

En quittant la région des parcs de l'Utah, les paysages restent surprenants.

Puis nous remontons vers Salt Lake City au rythme de la montée très progressive des températures. Ce qui ne nous empêche pas de nous retrouver sous 10 cms de neige le matin du 29 mars. L'après-midi, nous nous présentons une demie-heure avant la fermeture du musée des Pionniers de cette grande ville. Ensuite, nous faisons un petit tour dans la ville.

Le 30 mars, on va à Bonneville dans l'espoir d'y admirer le Speedway où se tiennent depuis les années 30 des records de vitesse sur roues. Il s'agit d'une immense étendue de sel (les Salt Flats). Petite déception: en cette saison, elle est presque entièrement recouverte d'eau. Le paysage est néanmoins superbe !

Les deux jours suivants sont consacrés à la visite d'Antelope Island. L'on y croise aisément bisons et antilopes sauvages. C'est avec plaisir que l'on y passe la nuit en pouvant apercevoir par les fenêtres du camping-car ces beaux animaux.

21
21
Publié le 24 novembre 2020

Le 4 avril on quitte la région de Salt Lake City et on entre au Wyoming, ce qui nous donne l'occasion de traverser, encore une fois, des montagnes enneigées et de voir un peu de faune sauvage.

Le lendemain on s'installe au City Park de Lander et, lors d'une promenade on croise un couple de cerfs au milieu des habitations. Le jour d'après on visite la ville et passons au musée de l'Ouest Américain.

La route continue vers le Nord direction Cody, la ville de Buffalo Bill. On croise des oiseaux colorés et des puits de pétrole.

Le lundi 8, on fait un arrêt à Thermopolis pour profiter des sources d'eau chaude. Le lendemain on visite la ville de Cody.

Le but était ensuite de visiter Yellowstone mais la partie geysers n'ouvre au mieux que le 19 avril et la météo s'annonce d'ici là mauvaise avec gelées et chutes de neige. On décide alors d'oublier ce parc et de continuer vers le Dakota du Nord.

Le 13 avril visite du parc national Theodore Roosevelt où on a pu voir de nombreux chiens de prairie et bisons.

22
22
Publié le 24 novembre 2020

Dernière ligne droite durant laquelle nous allons tout à l'est et traversons rapidement la Saskatchewan, sans grand intérêt, pour arriver au Manitoba. Le paysage y est très plat; ce ne sont que cultures parsemées de puits de pétrole

Le 19 avril, nous nous baladons à Winnipeg, la capitale de l'état,au parc The Forks.

Il fait toujours froid à notre arrivée en Ontario le 21 avril. C'est un état où il y a beaucoup de petits lacs encore gelés à cette période; même l'immense Lac Supérieur est encore recouvert de glace.

On fait une petite halte le 25 à White River. C'est là que fut trouvée une oursonne orpheline, puis qui fût emmenée au zoo de Londres par un militaire canadien, et qui inspira les histoires de Winnie l'ourson. On passe la nuit à Wawa, ville de l'oie bernache.

Le lendemain matin, nous apercevons une loutre en pleine séance de pêche.

L'après-midi même, une perturbation avec des vents forts nous pousse à aller vers le sud et à repasser la frontière américaine. Nous bivouaquons à Saint-Ignace, état du Michigan, sur les rives du Lac Huron.

On revient au Canada, à Port-Huron, le 4 mai. Le 8, nous sommes à Niagara Falls pour admirer les célèbres chutes. On y voit le Voile de la Mariée côté américain

et on peut s'approcher du Fer à Cheval côté canadien.

Poursuite de la route vers l'est et arrivée sur Montréal le 16 mai pour renouveler l'immatriculation du camping-car. Ceci étant réglé, on le fait visiter le 21 à Longueuil où nous restons quelques jours. Des cerfs vivent dans le parc de cette ville, ainsi que de nombreuses oies.

L'acheteur du véhicule résidant à Québec, nous convenons d'y passer le reste de notre séjour afin de finaliser la vente. On en profite pour aller voir les Chutes de la Chaudière le 27.

Lors d'une ballade au parc de Sainte-Foy, rencontre sympa avec un tamia rayé.

Le 31 mai, promenade aux Plaines d'Abraham, lieu où la France a perdu le Québec face aux Anglais, jusqu'au Parlement National.

Surprise, en bivouaquant près d'une voie ferrée, nous voyons un raton-laveur escalader des wagons stationnés.

23
23
Publié le 24 novembre 2020

Fin de notre périple en Amérique du Nord, fin aussi de deux années de vie nomade depuis le 5 juin dernier. Fin de deux années riches en expériences de toutes sortes où nous avons rencontré d'autres cultures et d'autres façons de vivre qu'en France.

Cette fois nous sommes partis 338 jours et nous avons parcouru 37893 kms à travers 5 provinces du Canada (Québec, Nouveau Brunswick, Saskatchewan, Manitoba, Ontario),

26 états des États-Unis d'Amérique (Maine, New Hampshire, Massachusetts, Rhode Island, Connecticut, Pennsylvanie, New Jersey, Maryland, Virginie, Virginie Occidentale, Kentucky, Tennessee, Géorgie, Floride, Alabama, Mississippi, Louisiane, Texas, Arizona, Californie, Nevada, Utah, Wyoming, Montana, Dakota du Nord, Michigan),

et 20 états du Mexique (Coahuila, Nuevo Leon, San Luis Potosi, Guanajato, Queretaro, Mexico, Puebla, Veracruz, Tabasco, Campeche, Yucatan, Quintana Roo, Chiapas, Tlaxcala, Hidalgo, Michoacan, Jalisco, Nayarit, Sinaloa, Sonora).


Nous sommes tous les 4 ravis d'avoir fait ce périple mais ravis aussi de retrouver notre pays et notre famille. Retour maintenant à une vie "normale" dans une maison; les enfants vont retourner à l'école et nous allons retourner au travail. Quel que soit notre avenir, nous n'avons aucun regrets et nous garderons en mémoire cette expérience inoubliable.