Carnet de voyage

De Rochefort à Saint Malo

6 étapes
30 commentaires
23 abonnés
Dernière étape postée il y a 43 jours
C’est parti pour la deuxième partie de notre voyage à vélo le long de la Vélodyssée ! Pour redécouvrir la première partie allez sur le carnet de voyage : du Béarn à Rochefort
Juin 2022
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
KM
1072
De Rochefort aux Sables d’Olonne 

Après une petite pause en famille à Bordeaux, nous voilà de retour pour continuer notre voyage. (Si vous avez raté le début de notre périple, c’est PAR ICI !)

On repart tout doux de Rochefort, direction La Rochelle avec une étape de 35km. Ça fait du bien de retrouver nos destriers et l’étape est belle et tranquille. Le camping n’est pas terrible mais il a l’avantage d’être au centre ville, et il y a beaucoup de cyclos avec lesquels on a pu discuter.

Le lendemain, visite de La Rochelle. Il fait très beau et la ville est magnifique ! C’est un vrai plaisir de déambuler au hasard des rues et d’admirer les célèbres tours. Qui dit La Rochelle, dit aquarium bien évidement. Impossible de passer à côté, et il faut dire qu’il est fidèle à sa réputation ! Les enfants ont adoré, forcément…

La Rochelle 
Aquarium de La Rochelle 
• • •

Le lendemain, on fait une petite infidélité à la Vélodyssée pour prendre la Vélofrancette et aller aux marais poitevin. L’étape n’a que peu d’intérêt sauf à la fin… pour accéder au camping il faut traverser la rivière avec un bac à chaîne. En gros, c’est un bateau accroché à une chaîne de chaque côté de la rive. On tire sur la chaîne pour approcher le bateau. On charge les vélos (en deux fois avec tout notre bazard !) et les enfants, puis on tire sur l’autre chaîne pour traverser la rivière… c’est super fun et les enfants ont adoré (Mylène un peu moins sous la pluie, ça glisse !) Heureusement que c’est un camping-guinguette et qu’une bonne bière nous attend après tous ces efforts ! (41km et deux traversées en bac 😂).Le jour d’après’ c’est visite des marais avec un batelier. Il fait chaud et le paysage est très beau. Sur la route, on a pu admirer un magnifique serpent (qui devait faire une sieste éternelle je pense 😅) pour le plus grand bonheur de Jules ! La balade en barque était très agréable où l’on a vu des libellules, des écrevisses, poissons, et surtout un martin-pêcheur en vole ! Pour Lucie c’était un peu l’on part contre, notamment à cause du gilet de sauvetage qui tenait très chaud !

Il n’y en a pas qu’en Alsace !
oh hisse !
Le fameux bac à chaine !
Les marais Poitevin 
• • •

Après un très gros orage en pleine nuit, on repart vers Saint Michel en l’Herm sous la pluie. On retrouve notre Vélodyssée et le soleil, ainsi que des passages assez chaotiques. Mais après l’effort, le réconfort … on a pris une formule randonneur au camping avec le repas du soir et le petit déjeuner au restaurant… pas de cuisine à faire pour les parents, le rêve !

L’étape d’après commence avec un gros orage au loin que l’on arrivera pas à éviter…. Après la pluie, le beau temps et l’on trouve un super parc pour déjeuner avec jeux, tyrolienne, et immense skatepark ! L’étape de 43km passe bien, sauf à la fin ou l’on retrouve des côtes comme dans les Landes… ça nous avait pas manqué !

Pour finir, la dernière étape avant un peu de repos, fût surement la plus difficile. Rien de bien compliqué sur le papier mais on commence par partir à 11h30 (prêt à 10h45) à cause de problème de pédale sur le vélo de Mylène. On retrouve ensuite nos jolies petites côtes qui cassent les jambes, puis on fait la connaissance du vent de face pendant longtemps. C’est marrant les 5 premières minutes mais ça saoule vite et fini par être vraiment fatiguant ! 😅 On arrive tant bien que mal aux Sables d’Olonne et le moins que l’on puisse dire, c’est que le week-end de la Pentecôte n’est peut pas le meilleur moment pour être là bas… On a plus trop l’habitude du monde 😀😂 . La suite, c’est deux jours de repos bien mérités.

Marans
Le puits d’enfer
Baie de cayola
De Marans aux Sables d'Olonne 
KM
1265
Des Sables d'Olonne à St Michel Chef Chef 

Deux jours de repos aux Sables d’Olonne nous ont permis de profiter de la plage, de faire tester les toboggans aquatiques à Jules et Lucie et aussi de s’initier à la pêche aux crabes ! Pêche qui s’est avérée très fructueuse : composée de Bernard l’hermite, de poissons, de crevettes et de crabes !! Jules, le roi des belles trouvailles a même ramassé une dent (de requin ?? 🧐🤔)

La nuit avant notre départ, on a pu tester en conditions réelles la résistance de la tente au vent ainsi que son étanchéité … qui ne s’avère finalement pas trop mal au vu de ce que l’on s’est pris sur la tête !! La nuit fut courte pour les parents mais les enfants ont dormi à poings fermés, bercés par le son délicat des trombes d’eau sur la toile de tente 🤣.

Peche des premiers crabes vivants
Les Sables d'Olonne 
• • •

On repart ensuite pour quatre jours de vélos… Deux premières étapes direction Saint Jean de Mont puis Saint Urbain avec le retour du bon vent de face et des jolies côtes sur des chemins en sable !!! Mais le soleil est au rendez-vous , c’est bien l’essentiel !

Même si ce jour là Lucie nous dit que « Juju aujourd’hui n’est pas d’humeur ! », il reprend finalement du poil de la bête et on apprécie particulièrement les 10 derniers kilomètres avant Saint Urbain à travers les marais du Daviaud et le vol des nombreux oiseaux (barges, avocettes élégantes et familles de cannes et canetons) …. D’autant plus que la route est (enfin) goudronnée !!

Troisième jour tout en douceur, on part tôt, on arrive tôt au Moutiers en Retz donc on profite de l’océan en arrivant.

Dernière étape et non des moindres…. On passe par Pornic et on file jusqu’à Saint Michel Chef Chef…cette portion est sûrement la plus difficile que l’on ait eu depuis notre départ mais de loin la plus sublime, avec la majorité du tracé qui suit la corniche nous offrant une vue superbe sur l’océan .

Des Sables d'Olonne à St Michel Chef Chef 
• • •

On a fait de bonnes étapes mais maintenant chacun a son truc quand il commence à faiblir en cours de route : - Pour Lucie, c’est la sieste 😴.

- Pour Jules, des histoires ! ( racontées soit par les parents, soit par nos amis Henri Dès ou Aldebert 😁).

- Pour Mylène , la musique à fond sur l’enceinte dans son panier avant.

- Pour Benoit, la pensée d’une bonne bière fraîche en arrivant 🍺) (qui ne se concrétise que trop peu souvent étant donné que l’on a pas de frigo 🤣).

160km en 4 jours, la pause s’impose ! D’autant plus que le lendemain, dimanche 12juin est un jour où l’on a plus envie de se faire un bon resto pour fêter les 34 ans de Mylène que de rouler 34 km !!! Petite surprise du soir, on ne déplie pas la tente mais on s’installe dans un mobile home de luxe avec jacuzzi !! Dommage que les anniversaires , c’est qu’une seule fois par an !

Départ prévu pour mardi en direction de Nantes.

St Michel Chef Chef 
KM
1490
De St Michel Chef Chef à l'île aux pies

Après deux jours de vrai repos dans le mobil home, les batteries sont complètement rechargées pour pouvoir repartir. Heureusement, car les fortes chaleurs commencent à arriver ! L’étape jusqu’à Frossay se passe bien avec la découverte de l’impressionnant Pont de St Nazaire et les constructions de bateaux de croisière. La pause de midi se fait bien tard car à part du soleil et des champs à perte de vue, on ne voit aucun point d’ombre à l’horizon. Ça a été l’occasion pour Lucie de faire sa première vraie étape sur son vélo de 7km au total ! L’arrivée au camping est super : des emplacements ombragés, des équipements pour les vélos et un petit bar… le top après une étape sous le soleil !

Après une bonne nuit de sommeil, on repart direction Nantes. Après un coup d’œil sur l’itinéraire, on décide de prendre le bac plutôt que l’itinéraire officiel. On gagne environ 8km et quelques montées 😀. La chaleur commence à être écrasante et une petite pause au miroir d’eau de Nantes nous permet de se rafraîchir un peu. L’arrivée au camping, par contre, est très difficile. Camping blindé, emplacement sans ombre et beaucoup de fatigue et de chaleur pour tout le monde… dur dur ! On va à la piscine municipale d’en face pour se rafraîchir un peu, et le reste de la soirée se passe plus en douceur. Ouf !

Pont de St Nazaire
Et oui, de la fondue savoyarde !!
De St Michel Chef Chef à Nantes 
• • •

Le jour suivant, c’est changement de camping, à 15km de là. Ça fait du bien un super camping ! Frigo à disposition, verre de bienvenu et table sur l’emplacement, à l’ombre d’un saule pleureur cette fois…. Un vrai bonheur avec la canicule qui s’annonce ! Événement important de cette journée : l’arrivée de papi et mamie qui se joignent à nous pour les 15 prochains jours en itinérant. Ça fait du bien à tout le monde, les enfants sont trop contents de revoir leurs grands parents (nous aussi d’ailleurs 😀) et ça nous permet de souffler un peu aussi dans l’organisation du quotidien. Et surtout, ils sont venus avec le repas du soir…. une fondue savoyarde !! 🥳 Et pour ceux qui se pose la question, ça marche très bien au réchaud et ça fait un bien fou !!

Vendredi, tout est permis ! En fait non, mais visite de Nantes au programme. Et incontestablement le plus bel endroit de la journée reste la visite de l’île au machine. Ce sont des machines articulées en bois et métal, un peu dans l’esprit de Jules Verne… très impressionnantes. Mais qui dit canicule, dit très chaud (40° au thermomètre) alors rien de tel qu’un nouveau détour au miroir d’eau pour rafraîchir les petits et les grands.


Nantes 
• • •

On part le lendemain pour commencer la voie verte du canal de Nantes à Brest et partir en direction de la Bretagne. Première escale prévue à Nord sur Erdre. Une étape harassante à cause de la chaleur, 40° à l’ombre !!! On arrive à l’écluse n°6 pour bivouaquer et manger dans une petite guinguette des produits maisons… un délice qui nous fait oublier que ce n’était pas le bon jour pour dormir dans un endroit sans douche !! Heureusement, avec le système D, on arrive à tout faire... une bâche, un savon et quelques gourdes d’eau fraiche…. Et nous voilà propres et rafraîchis !!!

Les deux étapes suivantes se déroulent sous le signe de la tranquillité. On suit le canal, c'est plat et surtout, il ne fait pas trop chaud... que du bonheur ! On se pause à quelques kilomètres de Redon à l'île aux pies pour un petit jour de repos avant de repartir, avec en bonus un coucher de soleil sur la rivière depuis notre emplacement.

De Nord sur Erdre à l’île aux pies 

Et parce qu’on a gardé le meilleur pour la fin… on est fier de vous présenter une deuxième vidéo de notre périple, en espérant quelle vous plaise :

Savoy'age de l'autre coté de la France, partie 2

KM
1650
KM
1650
De l’île aux pies à Gouarec 

Départ de l’île aux pies direction le Roc Saint André avec un objectif : bien rouler pour arriver tôt au camping car des orages sont annoncés en fin de journée. L’idée étant de monter la tente et se mettre au sec avant la pluie… et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on a eu une bonne cadence... Arrivée avant 16h au camping, Mylène et Lucie partent vite faire les courses et Benoît, Jules, papi et mamie montent rapidement la tente. Sauf que ce jour là, le ciel avait vraiment décidé de nous tomber sur la tête! Pour les filles, c’est le déluge en sortant de la supérette et pour les autres, bien à l’abri dans les tentes fraîchement montées, c’est l’évacuation défectueuse du camping qui leur permet de tester le "bateau-tente" !! Un nouveau sport qui fera partie des épreuves des jeux olympiques dans les années 2050 ! Résultat des courses : on est tous trempés jusqu’aux os mais on arrive à mettre nos affaires à l’abri et à se réchauffer en mangeant indien dans un tipi indien du camping 😂. On y passera la nuit au sec, en entendant la pluie tombée en trombes pendant des heures !

Le lendemain, on décide du coup d’y aller tout doux… le soleil fait son grand retour, le temps de faire sécher nos tentes et de regraisser nos vélos, on quitte le camping tard et on fait une petite étape de 20km pour nous permettre de visiter la jolie ville de Josselin et son château.

Le bateau tente
De Redon à Josselin 
• • •

On part ensuite direction Pontivy pour notre plus grosse étape jusqu’à présent (48km !), où l’on enchaîne les écluses et où on monte et descend pour la première fois le long du canal.

Une petite journée off à Pontivy permet ensuite aux enfants de profiter de leurs papi et mamie et aux parents de profiter du calme pour se faire un ciné et un resto 🥳.

S'en suit l’ascension fulgurante jusqu’à Mur de Bretagne et sa pente à 12% … une petite montée d’environ 1km durant laquelle on se fait tous distancés par le petit bolide sur vélo de jaune de même pas 7 ans 🤣.

Fin de l’étape à Gouarec où les enfants font leurs devoirs sur des petites tables d’écoliers à disposition dans le camping.

Petit récap de ces quatre derniers jours : de la pluie, du froid ( il fait 10 degrés la nuit !!)…. un vrai temps breton alternant soleil, vent et averses …. Mais aussi du beurre, des crêpes, du caramel et surtout pas de moustiques …. La Bretagne, ça vous gagne !!

De Josselin à Gouarec 
KM
1805
De Gouarec à St Efflam 

Bye bye la Vélodyssée ! En étudiant notre itinéraire pour la suite, avec l’idée d’arriver à saint Malo pour le feu d’artifice du 14 juillet, on décide finalement de ne pas monter jusqu’à Roscoff pour retourner par la suite à Morlaix (ville de départ de la Vélomaritime que l’on va maintenant suivre jusqu’en Normandie). D’où le changement de nom de notre carnet de voyage pour ceux qui suivent 😉 !

Nous repartons de Gouarec pour notre dernière étape le long du canal de Nantes à Brest. L’étape est encore très longue (48km) mais sans difficulté majeure… si on ne prend pas en compte le temps !! On comprend vraiment ce que veux dire un rayon de soleil entre deux averses.. on ne sais jamais comment s’habiller 😀 !

On dort à Carhaix et on repart le lendemain en direction de Coatelan. On quitte le canal et on le sent dès les premiers kilomètres : ça monte !! On a beau être sur une ancienne voie ferrée, le dénivelé est de la partie une bonne majorité de l’étape, les jambes commencent à fatiguer. Heureusement, on dort dans une chambre d’hôte pour raccourcir l’étape et pour la dernière nuit avec les grands parents. Mylène nous fait un bon repas de fête (mexicain pour le coup) et on dort au chaud (il faut dire qu’il fait 7° la nuit en ce moment) et dans un lit, ça fait plaisir !


Le lendemain, on quitte les grand parents à Morlaix, après presque 15 jours ensemble, ça fait quand même un peu bizarre… On mange au chaud dans une crêperie car le temps a décidé d’être contre nous (beaucoup d’averses et 15° max). Les 12 derniers kilomètres pour arriver à Kengaradec nous donne un avant goût des prochains jours en Bretagne… et ce n’est pas pour nous rassurer ! Une alternance de fortes montées puis de descentes sans interruption… c’est très difficile physiquement et pour le moral aussi ! On arrive à monter la tente juste avant la pluie. Heureusement dans le camping, il y a une cuisine et un espace bibliothèque au chaud pour nous abriter pour la soirée …

De Gouarec à Kergaradec
• • •

Après une bonne nuit de sommeil ça va mieux, et on en profite pour se reposer… Matinée tranquille au camping, l’après midi visite du cairn de Barnenez et plage. Les enfants sont contents de retrouver la mer, et il faut dire qu’elle est très belle ! En plus, le soleil est de retour et pour un petit moment apparement. Malgré tout, le stress est présent pour la suite et l’on se demande si ça ne va pas être trop compliqué pour nous de faire toute la côte de granit rose à vélo avec notre chargement … On va attaquer dès demain, étape par étape et on verra bien en fonction s’il faut trouver une alternative !!

Suite au prochain épisode ! 😉

Kergaradec et le cairn de Barnenez 
• • •

L’étape suivante fut harassante avec plus de 500m de dénivelé positif pour 36km… le plus dur est que l’on a fait que monter et descendre avec des pentes à gravir de plus de 10%. Avec le poids de notre chargement, c’est trop difficile ! En plus, aucune piste cyclable à l’horizon… ce ne sont que des petites routes qui ne sont pas si petites et les gens roulent vite… Avec la fatigue accumulée des derniers 1800km et le stress de camions qui nous doublent, on se rend à l’évidence que l’itinéraire de la côte de granit rose ne va pas nous convenir…. On prend la décision de modifier nos plans initiaux et on trouve un transporteur qui accepte de nous emmmener jusqu’à saint Malo avec nos vélos et tout notre matériel. Notre étape jusqu’à Pestin les Grèves se termine sur une magnifique plage de sable blanc ( Saint Efflam) et l’on décide d’y passer le week-end… Le dimanche, on a même une petite surprise, un événement unique en son genre : une course hippique sur la plage avec des jockeys venus du monde entier !

De Kergaradec à Pestin les Grèves 

Le départ pour Saint Malo est prévu pour demain….même si on est soulagés d’avoir pris, selon nous, la bonne décision, on ne veut pas quitter la Bretagne sans avoir explorer un peu plus la côte. On prévoit donc de rester quelques jours à Saint Malo et de louer une voiture deux jours pour explorer dans les alentours de Paimpol et du Cap Frehel. Pour le reste, ce ne sera que partie remise…. Benoit et Jules se sont promis de refaire l’itinéraire à vélo dans quelques années en étant moins chargés et Mylène et Lucie envisage de revenir en voiture, van, mobylette ou n’importe quel autre véhicule du moment qu’il est motorisé 🤣

Plage de Saint Efflam 
KM
1806
KM
1806

Aujourd’hui, on a fait l’étape la plus longue et rapide à la fois de notre périple : 171km en 2h20 ! Bon, les vélos étaient dans la remorque du pickup et nous à l’intérieur… mais ça, c’est un secret ! 😃😂

Il est maintenant temps de clore ce deuxième carnet de voyage, où l’on a vu encore pleins de belles choses : La Rochelle et son aquarium, les marais poitevins, la Vendée avec ses couchers de soleil, Nantes et ses machines extraordinaires, le canal de Nantes à Brest et le coucher de soleil de l’île aux pies, et pour finir, les prémisses des splendides côtes bretonnes avec ses splendides montées !!

En quelques chiffres, ça donne :

  • 1805 km à vélo depuis notre départ du Béarn.
  • 170 km de voiture.
  • Et tout plein de kilomètres à pied !
  • 2 magnifiques couchés de soleil.
  • Une vingtaine de crabes attrapés puis relâchés par Jules.
  • 1 fondue savoyarde au réchaud (ainsi que plein de bon repas avec les grands parents).
  • La tente qui a voulu se transformer en bateau, sans grand succès !
  • 4 averses de pluies pour 3 fois de soleil par jour en Bretagne.
  • 1 montée, puis 1 descente, puis 1 montée, puis 1 descente…

Alors pour la suite de nos aventures en Bretagne (en voiture cette fois) ainsi que notre arrivée en Normandie (en vélo bien sûr !), il faudra patienter un peu, et découvrir cela dans un nouveau carnet de voyage la semaine prochaine !

Notre nouveau destrier le temps d’une après midi