Carnet de voyage

#9 Les Philippines

8 étapes
4 commentaires
77 abonnés
Dernière étape postée il y a 452 jours
D'île en île, de plage en plage, du snorkeling à la plongée accompagnés par l'incroyable gentillesse des philippins...
Janvier 2018
25 jours
Partager ce carnet de voyage
8
8
Publié le 25 janvier 2018

C'est déjà notre dernière étape aux Philippines et notre dernier article "live"... on se répète mais c'est vraiment passé trop vite!

19 janvier

On entend dire que la pluie ne va pas tarder à revenir, on décide donc de passer une dernière après midi plage à Alona Beach sur l'île de Panglao. Ce n'est clairement pas la plage la plus agréable que nous ayons connue (bateaux à la pelle, complexes hôteliers envahissant une partie de la plage, les gens qui se collent à toi...) mais bon, c'est notre dernière farniente au soleil (enfin peut être pas) alors ça fera amplement l'affaire!

in  

Le soir, nous assistons à une traditionnelle soirée karaoké dans un restaurant local en bord de mer. Nous ne l'avons peut être pas encore précisé mais les philippins adoooorent chanter! Peu importe le lieu (même sur une plage d'une île inhabitée avec un micro gold s'il vous plaît), l'heure ou même ta capacité à chanter (nos oreilles peuvent en témoigner)... c'est plutôt bonne ambiance!

20 janvier

Dernière plongée... Vous l'aurez compris c'est l'article des dernières fois...

Nous partons pour explorer les fonds marins autour de l'île Balicasag, l'un des meilleurs spots aux Philippines.

Première plongée à Cathédrale, le long d'un mur abrupte et peuplé de coraux en très bel état.

Deuxième plongée à Black forest accompagnés de tortues (on adore 😀) et d'énormes bancs de Jack fish, une de nos meilleurs plongées, on est ravi!

L'après midi est pluvieux, pas d'excuse pour avancer sur le blog. Vous noterez que nous sommes bien moins en retard sur les articles d'ailleurs!

21 janvier

Nous prenons le bus pour rejoindre Loboc sur l'île de Bohol où nous avons réservé une hûte en nippa au coeur de la jungle pour deux jours "nature et détente".

Quoi de mieux pour visiter les environs que de louer un scooter? Ne perdons pas les bonnes habitudes 😉.

Des rizières, toujours des rizières... mais on ne s'en lasse pas! 

L'objectif premier de la balade est de découvrir les fameuses "chocolate hills". De nombreuses collines de calcaires connues sous ce nom pour leur couleur marron chocolat en saison sèche. Nous sommes au début de la saison sèche, et on ne peut pas dire qu'elle soit vraiment sèche ces derniers temps, on suppose donc que le chocolat devrait plutôt ressembler à de la pistache...

Sur la route nous tombons sur un défilé de danseurs et musiciens pour célébrer Sinulog, une fête religieuse chrétienne. C'était plutôt inattendu, nous pensions que le carnaval n'aurait lieu que dans les grandes villes.

Pour changer, il pleut de nouveau... nous sommes venus jusqu'ici pour voir entre autres ces fameuses tablettes de chocolat, on ne va pas faire demi tour maintenant! C'est trempés que nous profitons du panorama...

A notre retour à la guesthouse, nous profitons d'une heure de sauna aux herbes aromatiques et d'une heure de massage, on l'a bien mérité!

22 janvier

Le soleil est de retour, on en profite pour faire une petite balade de l'autre côté de la rivière avant de plier bagage. On aurait bien aimé y rester plus longtemps, de nombreuses activités nature étaient proposées mais le bateau ne va pas nous attendre!

Sur le chemin du retour on s'arrête voir les plus petits primates du monde, les tarsiers. Le sanctuaire que nous avons visité accueille 8 primates mais à notre arrivée seulement 4 étaient dans le coin. On n'est pas déçu, on a pu approcher ces petites bêtes à l'allure de peluche de bien plus près que nous le pensions. Des peluches pas si inoffensives d'ailleurs, elles ont besoin d'un hectare pour un tarsier sinon elles se battent jusqu'à la mort...

Les yeux sont impressionnants, pas étonnant ils sont 150 fois plus gros que les nôtres proportionnellement à la taille de la tête. Nous avons essayé de capter leur attention pour voir leur petit numéro de cirque (tourner la tête à quasiment 360°) mais on les intéresse pas plus que ça... La visite a été rapide, 10 min, mais super chouette! Après avoir approché les plus grands primates que sont les Orang outans en Indonésie, la boucle est bouclée!

Nous prenons le ferry pour rejoindre Cebu où nous prendrons l'avion le lendemain pour Bangkok. Ça sent vraiment la fin... Nostalgie quand tu nous gagne...

• • •

23 janvier

Après une nuit reposante dans une super guesthouse à Cebu nous voilà sur le chemin du retour : un premier avion Cebu-Kuala Lumpur puis Kuala Lumpur-Bangkok plus tard on arrive dans notre super hôtel de Bangkok, on a voulu se faire plaisir sur la fin... Jacuzzi dans la chambre s'il vous plait!

Au programme demain farniente au bord de la piscine sur le toit 😀

• • •

24 janvier

... Il pleut! Notre programme se voit légèrement perturbé. On se rabat donc sur la maison de Jim Thompson pour ne pas rien faire de notre journée sur Bangkok.

Il s'agit d'un musée situé dans la maison d'un américain installé à Bangkok après la seconde guerre mondiale. Passionné d'art et de tradition thaïlandaise.


Puis l'incontournable détour par Kahosan road et le centre commercial MBK et la journée est déjà terminée!

25 janvier

Le jour J est arrivé, c'est réellement fini, nous prenons l'avion pour Paris en passant par Dubaï ce soir à 20h30...

On décide de profiter de la piscine malgré le ciel très gris, il fait quand même chaud, vive la pollution à Bangkok... et surtout nous terminons le blog afin de le clôturer avant notre départ!

On fait un petit tour au centre commercial avec pour décoration thématique l'aéroport juste à côté de l’hôtel, histoire de se mettre dans le bain...

Arrival Paris, ironie du sort... 

Bonne nouvelle tout de même, nous avons récupéré la carte SD avec les photos des temples d'Angkor que nous avions perdue au Cambodge. La personne l'ayant retrouvée, nous l'a gentiment laissée à son hôtel de Thaïlande avant de quitter le pays, quel soulagement!

• • •

C'était donc notre dernier article en live, j'en dis pas plus je vais louper l'avion!!

7
7
Publié le 20 janvier 2018

15 janvier

Après cette parenthèse dans les fonds marins, nous quittons Cebu pour une île plus au sud en espérant retrouver le beau temps. L'île de Siquijor est réputée pour ses belles plages et ses fonds marins sans pour autant être trop touristique, quoi de mieux on signe de suite pour 2h de ferry.

Malheureusement la pluie nous accueille à notre arrivée, sortons les k-ways et rendons-nous le plus vite possible au sec dans la guesthouse repérée dans le guide. Mais ça s'annonce compliqué, les tricycles nous demande 200P chacun pour faire 20km tandis que le guide annonce 50P. Comment expliquer au chauffeur qu’on est peut être des touristes mais pas « nés de la dernière pluie » (ahah petit jeu de mots vu le contexte) tout en restant polis ? Il nous explique clairement que tous les tricycles se mettent d'accord pour un prix touriste… mouais, on nous l'a déjà faite celle là, tant pis pour la pluie on est décidé à ne pas se faire avoir, on continue à chercher ! On tombe finalement sur un transport public qui nous emmène à mi chemin pour 30P, ah voilà un prix qui nous convient alors zou ! Pour la deuxième partie du trajet, on nous refait le coup du prix spécial touriste jusqu'à ce qu'on tombe sur un gentil monsieur pour 20P 😀.

En arrivant à la guesthouse il n'y a plus que des lits en dortoir de libres, tant pis on reste et je peux vous dire qu'on ne vas pas le regretter !

Notre ghesthouse 

Il pleut en continu… on en profite pour faire le blog et faire les geeks 😉. On croise les doigts pour demain !

• • •

16 janvier

La pluie, toujours de la pluie… Blog, internet, lecture, repos et Yam's (merci Max et Tom 😉)… vous l'aurez compris notre programme n'est pas très chargé. Néanmoins, la guesthouse est dans un cadre magnifique et le personnel super sympa, on s'y sent comme à la maison ! On profite tout de même d'un peu de répit laissé par madame météo pour faire une balade jusqu'au village et faire quelques photos devant notre guesthouse.

Une chambre double s'est libérée, parfait, on croise de nouveau les doigts pour demain !

• • •

17 janvier

Le soleil !! On l'accueille avec bonne humeur de bon matin ! Après un excellent petit déjeuner les pieds dans le sable et vue sur mer, on loue un scooter pour faire le tour de l'île. L'île ne fait que 75km, ça se fait facilement dans la journée. Petit arrêt pour réserver nos billets de bateau pour la suite et c'est parti !

Premier arrêt à la plage de Larena, Sandugan, presque coupée du monde, c'est calme et désert, une jolie balade ! Il est un peu tôt pour faire les lézards sur la plage on continue notre chemin.

La plage suivante, Salagdoong, est envahie par un complexe hôtelier, des bouées et des toboggans, rien de bien attrayant mais bon allons voir par nous même. Arrivés sur place, l'entrée est payante, ainsi que le parking et l'affiche d'entrée reflète tout ce qu’on redoutait, les jeux, le béton, trop peu pour nous demi-tour et Léa au volant s'il vous plait 😉.

On traverse de jolis paysages de front de mer et de jolies rizières.

Nous avons hâte d'arriver à Kagusua Beach, la plus jolie de l'île, suivie de petites criques isolées. En arrivant sur place, un mec de la sécurité nous informe que la plage est fermée dû aux vols trop fréquents, donc plus de touristes plus de problèmes, dommage !

Bon ça fait deux heures qu’on est sur la route et qu’on ne s’est pas véritablement posés, un peu comme l'impression de passer à côté de la matinée, on est bien décidé à faire quelque chose avant déjeuner même s’il est bientôt 14h.

On s'arrête alors aux Cambugahay Falls, bien que ce n’était pas prévu au programme. On aime bien les cascades mais on en a déjà vu pas mal et celles-ci n’ont pas d’attrait particulier mais bon allons-y. Une fois sur place, on nous dit qu'un guide est nécessaire parce que c'est dangereux, on essaye de comprendre, on sent l'arnaque et puis ils nous dit qu’on paye ce que l'on souhaite. Bon suivons-le même si on a un peu l'impression de se faire forcer la main. On comprend finalement que le guide est là pour garder nos affaires au vue des vols trop fréquents. Le lieu est très touristique (les fameux gilets oranges sont de retours) et trop aménagé à notre goût, dommage !

Quentin en profite pour faire un petit plouf :

Il est temps de manger après cette matinée un peu particulière, il faut dire qu'on avait tellement attendu le soleil pour enfin faire quelque chose. On ne trouve pas sans mal un petit resto pas cher en bord de plage dans un hôtel chic, va comprendre…

On finira la journée sur la plage Paliton, un peu au dessus de notre guesthouse. Décidément San Juan (le village où nous dormons) est de loin le cadre le plus joli qu'on est vu de l'île !

On s’aperçoit que Quentin a perdu son téléphone... laissé dans le scooter par inadvertance 30min sur le parking de la plage et hop volé !

Pas besoin d'aller plus loin pour voir un joli coucher de soleil, les pieds dans le sable avec le délicieux mango shake de notre guesthouse !


• • •

18 janvier

Dernier jour, pour changer nous profitons du cadre de la guesthouse pour le petit déjeuner et le déjeuner avec un peu de plage et de baignade non loin de là.

Vous l'aurez compris, cette guesthouse est un vrai coup de cœur, cadre, nourriture, boisson, personnel, chambre, rien à redire…

Au passage, quand on vous dit que l'eau est claire!

#Fab 😉

La bonne nouvelle c'est que Quentin a retrouvé son portable ! Comment ? Le voleur lui a rendu, rien de plus simple. Attendez je vous explique, nous sommes donc retournés sur le parking de la plage le lendemain et avons demandé à un groupe de philippins vendant des boissons sur la plage s'ils n'avaient pas retrouvé un portable par hasard… un mec descend de son hamac et nous dit qu’il en a trouvé un sur la route correspondant à la description donnée et qu’il l’a gardé chez lui. Il propose à Quentin de monter sur son scoot pour le récupérer. Il s'agit bien de son téléphone que le mec a rechargé au cas où il appellerait dessus, le hic c'est qu’il lui a rendu éteint et qu'il s’est justifié bizarrement du style « En fait c'est peut être quelqu’un qui te l'a pris, qui n'a pas réussi à la débloquer et qui l'a donc abandonné sur le bord de la route » mouais… traduction : « j'ai volé ton portable, je suis sympa je te le rends parce que je n'arrive pas à le débloquer » ! C'est de bonne guerre, il ne fallait pas l'oublier dans le scoot… quelle chance en tout cas !

Direction le ferry maintenant, pour notre prochaine et dernière étape sur l’île de Bohol. Impossible de trouver des transports ne proposant pas exclusivement des prix touristiques, on ne peut pas gagner à tous les coups, on accepte après une négociation tout de même.

Pour les 3h30 de trajet, on prend les places économiques voulant se la jouer Backpackers jusqu'au bout, et bien je peux vous dire qu’on les aurait bien mis finalement les 1euros de plus pour avoir un lit plutôt qu’être assis sur un banc en bois serrés comme des sardines, on en a encore mal aux fesses 😉 !

6
6
Publié le 19 janvier 2018

Après ce petit contre-temps nous voilà bien arrivé à Cébu. Le deuxième aéroport du pays.

En arrivant on a l'impression de changer de pays, beaucoup de monde et des embouteillages... On partage un Uber avec un couple de français pour se rendre à la gare routière, 15km et 1h plus tard on arrive enfin.

On continue à se la jouer backpackers (et puis pour tout vous dire on est à la fin donc le budget n'est plus extensible...) et on prend le bus non climatisé direction Moalboal. Le début du trajet est un véritable enfer... Coincés dans les embouteillages et avançant à 25 km/h alors que nous avons 150 km à faire, serrés comme des sardines (ohohoh, vous comprendrez dans 2 lignes 😉), à 3 pour 2 places par 40°C, ça va être long!

Puis finalement on passe de l'autre côté des montagnes (entendre colline) et la pluie nous accompagne sur la fin du trajet... Soleil revient, on te préfère à la pluie au final, on rigolait tout à l'heure...

On arrive donc à destination après quelques heures de bus et 20 min de tuktuk un peu compliqué mais les choses ne s’arrêtent pas là...

Nous n'avons rien réservé, et tout est plein sur Moalboal, et il pleut, et on s'est levé à 4h du matin, et franchement on en peut plus!

On finit par trouver une guesthouse avec une chambre dispo et lits superposés à 1 km du centre... Pas fou mais la proprio est adorable donc on s'en contentera.

Prochaine étape, réservé notre plongée de demain. Moalboal est connu pour ses sardines runs, on peut les voir en snorkeling vu qu'elles ne sont qu'à 50 m de la plage mais on se dit que de dessous et en plongée c'est tout de même vachement plus fun et puis après tout nous sommes des plongeurs ^^.

Et on a pas été déçu, un véritable spectacle que ces millions de sardines qui te tournent autour tel un nuage en mouvement!

On se croirait vraiment dans un autre monde, c'est tout simplement magique !

Quelques extraits de notre plongée :

La pluie étant toujours de la partie on se décide à partir dès aujourd'hui à Oslob où l'on peut nager avec des requins baleines.

• • •

Après un petit trajet en bus nous voila arrivés, on nous a recommandé une guesthouse juste à coté de la plage où se trouvent les requins le matin.

Bon on a jusqu'au dernier moment hésité à faire cette attraction touristique, appelons la pour ce qu'elle est... On rêvait de nager avec les requins baleines alors même à l'encontre de tous nos principes nous l'avons fait...

Pour la petite histoire, Oslob se trouve sur le chemin de migration des requins baleines, un jour un pêcheur pour éloigner les requins de ces filets lui a balancé des petits poissons, puis ils se sont rendus compte que les requins restaient dans les parages et avec eux l'attrait touristique... La manne financière étant importante, l’économie d'Oslob tourne aujourd'hui autour de ces requins baleines.

La population que cela draine n'est pas du tout celle que l'on peut croiser sur les sites où nous nous rendons habituellement, l'expérience perd énormément de son intérêt avec le nombre de personnes dans l'eau, la nourriture balancée constamment au requin pour qu'il reste mais, même si on a un peu honte à le dire, elle reste exceptionnelle.

Vous êtes entourés par une dizaine de requins baleine... Ceux ci peuvent faire jusqu'à 15 mètres... Je dirais que les plus grands qu'on ait observé devaient faire autour de 10 mètres!

En résumé, on encourage personne à y aller, il y a d'autres spots aux philippines plus vertueux mais nous n'avions pas le temps de nous y rendre. Mais j'avoue que si vous passez à côté difficile de ne pas résister...

Le soir même nous partons pour de nouvelles aventures et à la recherche du soleil oublié!

5
5
Publié le 16 janvier 2018

9 janvier

Malgré les péripéties des tickets de bus et la bumping road interminable, nous arrivons entiers à Port Barton. Nous dégotons une petite chambre dans une agréable guesthouse en bord de plage pour pas très cher, nous sommes ravis. Quoi de mieux maintenant qu’une après-midi farniente, lecture/plage/jus de fruit frais et bière pour se reposer un peu ?

Pour le soir, on fait un petit tour dans le village dans une ambiance étonnamment animée. Un match de basket officiel a lieu dont y assistent de nombreux spectateurs et des stands de jeux d’argent remplissent les ruelles. Les philippins improvisent un street casino avec leur roulettes russes et tout le reste. Même les enfants participent avec leurs pièces de 1P (environ 2c d’euro). Un surprenant mélange de fête foraine et de casino. Malheureusement, nous sommes partis sans notre appareil photo ni nos portables pensant aller juste dîner.

• • •

10 janvier

Léa a repéré un cours de Yoga sur une terrasse vue sur mer la veille, elle se laisse tenter et rejoint le cours collectif pour 1h de découverte. Premier cours du voyage, elle peut enfin le cocher sur sa To do list, depuis le temps qu’elle en parle. Quentin profitera de la terrasse de notre guesthouse pour finir son bouquin. Relaxée et enjouée, Léa revient pour entamer cette journée à deux par un bon petit déjeuner. 11h passée, on décide enfin de s’activer. On peut vous dire que nous sommes passés en mode vacances !

C’est parti pour une virée en kayak pour explorer la White beach et les environs à moins d’une heure de là malgré la pluie et le ciel gris. Mouillés pour mouillés autant passer la journée en maillot de bain. Les petits veinards, le soleil fait quelques percées et la pluie n’est plus de la partie dès notre arrivée, pas besoin de continuer l’exploration, on se pose trois petites heures là histoire de déjeuner et de profiter.

• • •

11 janvier

Jamais 2 sans 3… quel est notre programme aujourd’hui ? Celui qui ne devine pas a dû s’endormir sur nos précédents articles… Une Island Hopping, les célèbres tours en bangka sur les îles environnantes ! Une fois n’est pas coutume, nous le réservons la veille et cette fois pour moitié moins cher que d’habitude et nous serons que 3 à bord, ça a du bon d’être dans un petit village moins touristique 😉. Nous rencontrerons donc Vera, une portugaise qui va devenir notre acolyte de quelques jours. Au programme, snorkeling et quelques îles, chouette journée !

Double island 
Paradise island 
Une tortue 😀, on ne s'en lasse jamais!!! 

A notre retour, un bon petit jus de fruit frais et Léa est repartie pour son deuxième cours de yoga accompagnée par Vera et Quentin s’est motivé pour une séance de sport dans la chambre.

12 janvier

C’est déjà l’heure du départ, nous serions bien restés plus longtemps mais si nous voulons découvrir les Visayas nous devons avancer surtout après nos quelques jours bloqués à Coron. Aucun regret, nous partons sous la pluie.

Nous allons jusqu’à Puerto Princessa en bus, ville où nous prendrons notre avion en direction de Cebu le soir même. A notre arrivée, nous déjeunons avec Vera qui nous propose gentiment de profiter de son hôtel sur place en attendant notre avion.

Notre avion étant prévu pour 20h30, nous arrivons vers 19h à l’aéroport et commençons à faire la queue pour le check-in. Quentin reçoit une notification google nous informant d’un retard de plus de 10h sur notre vol. Bizarre, aucun affichage de la compagnie n’apparaît sur les écrans, tout est totalement calme et les choses semblent se dérouler normalement. Plus aucun personnel dans les environs mis à part les hôtesses de guichets pour nous renseigner, bon ça doit être une erreur. Quelques minutes plus tard, les gens repartent du check in valises en main et étonnamment contents, on en déduit qu’on ne prendra pas l’avion ce soir mais qu’il doit y avoir une bonne nouvelle malgré tout. Une fois notre tour, on nous explique qu’effectivement notre vol est annulé pour cause de vent fort mais nous serons pris en charge dans un hôtel, dîner, petit déjeuner et transports compris. Pas de problème, direction un hôtel de luxe avec salle de gym et piscine bien qu’il soit un peu tard pour en profiter. Ce qui dénote un peu c’est notre diner en provenance de Jolibee, le fast-food local, pas très bon soit dit en passant.

• • •

Après un réveil à 4h du mat par l’agent de service, nous prenons notre avion sans encombre. En route pour les Visayas !

4
4
Publié le 15 janvier 2018

6 janvier

A l'arrivée du bateau, nous découvrons le village d'El Nido au pas de course, nous n'avons pas réservé de logement à l'avance et le lieu est connu pour être envahi de touristes alors ne perdons pas de temps ! Nous trouvons une petite guesthouse en à peine 10min et pas chère c’était presque trop facile 😉.

Une fois installés, nous partons visiter la ville comme il se doit mais c’était sans compter sur nos estomacs qui crient famine, à 17h on n'a toujours pas déjeuner, on ne peut pas leur en vouloir ! On se contentera alors de la plage et de quelques ruelles avant de se ruer sur des burgers. L'américanisation du pays est parfois la bienvenue !

Bien qu’El Nido soit décriée par de nombreux voyageurs trouvant le lieu trop touristique (ce qui est le cas), nous nous y sentons plutôt bien et ne comptons pas fuir nos jambes à nos cous maintenant. Il faut avouer néanmoins que le village n'a pas de charme ni aucun intérêt en soit mais dîner les pieds dans le sable c'est plutôt plaisant. Pas de plage de village à Coron, c'est ce qui a manqué ces 6jours précédents. Bon après nous n'irons pas jusqu'à nous y baigner, vu le nombre de bateaux amarrés, il y a plus de chance de prendre un bain d'essence plutôt qu'un bain de sel, bref.

Prévoyants que nous sommes (enfin plutôt, éviter les erreurs de Coron), nous réservons notre tour en bateau la veille. Pour faire simple, même principe qu'à Coron, l'incontournable d'El Nido se situe sur les îles environnantes accessibles en bateau selon des itinéraires différents (A,B,C ou D) proposés par des agences. Nous décidons de combiner les tours A et C que l'on nous recommande chaudement. Pourquoi n'en faire qu'un quand tu peux mixer les deux tours en ne gardant que le meilleur ? Pour être honnêtes,1 : nous avions du mal à choisir, 2 : les bateaux avaient l'air moins remplis, 3 : cela nous permettrait peut être de ne pas suivre les étapes dans le même ordre que tout le monde, 4 : le bateau par plus tôt (à nous la demi-heure de tranquillité sur le premier spot), 5: nous voulons toujours en faire plus (sale défaut). Je vais peut être m'arrêter là…

Nous nous couchons sur cet espoir idyllique de n'être que 6 sur le bateau (d'après le capitaine) et d’éviter la foule…

• • •

7 janvier

[Désolé pour la qualité des photos, mais Go pro oblige et malheureusement des petites gouttelettes ont décidé de s'imposer sur les photos.]

Au réveil, ce n'est plus tout à fait la même réalité, 12 autres personnes se sont inscrites sur le tour et nous attendons 1h30 les retardataires pour finalement partir, nous sommes en fin de compte parmi les derniers bateaux en route, ça commence mal !

Notre premier arrêt est une jolie plage, 7 commando, mais plutôt bondée et la vue est un peu gâchée par les nombreux bateaux. Léa commence à regretter de n'avoir pas pris de bateau privé bien que ce soit deux fois et demi plus cher…

Prochaine étape, le Small lagoon. Notre guide nous explique qu’on peut y accéder en kayak, cool on est plutôt partants, jusqu'à ce qu’on nous demande 8 euros en plus pour faire 400m. Tant pis, nous irons à la nage. On a bien failli ne pas y arriver entiers au vue des esquives de kayaks pour éviter la noyade. Il faut préciser que les philippins ne savent absolument pas diriger ces machins là, tu sors la tête de l'eau et tu vois un gros truc jaune se diriger vers toi en entendant « Be carefull !! » ou encore « sorry, I don’ t Know how it works ». Ah oui, je ne sais plus si on vous l’avez déjà précisé mais les philippins sont très nombreux à visiter leur pays, ça fait bizarre car dans les autres pays d'Asie ce n'était pas du tout le cas, c'est tout juste s'ils avaient déjà mis les pieds dans la grande ville la plus proche. Nous sommes d'ailleurs les deux seuls européens avec trois indiens sur les 13 autres passagers philippins. Et bien malgré le monde, les kayaks et les incontournables gilets oranges (la plupart des locaux ne savent pas bien nager ou pas du tout), nous avons adoré !! L'eau était magnifique, les karts impressionnantes et une ambiance paradoxalement calme et mystique.

Nous poursuivons vers le Big Lagoon et nous arrivons presque les premiers ! Très chouette aussi et un cadre parfait pour déguster notre buffet local dans le bateau après une bonne baignade.

Il faut maintenant enchaîner parce qu’il nous reste 5 arrêts de plus. Le suivant est Secret Lagoon qui n'est plus vraiment un secret (ah ah quel humour), sûrement très sympa mais dans un autre contexte puisque les gens font la queue pour y rentrer et c'est bondé à l’intérieur, donc next !

Pas d'autres photos que celle-ci, désolée mais c'est un secret 😉.

Même chose pour la Secret Beach, l'arrêt suivant… mais c’était quand même plutôt amusant de découvrir ce petit banc de sable bien caché et accessible uniquement par un trou dans la roche à la nage.

L’étape suivante est un point de vue, rien à dire, je l'avais même oublié avant de faire marcher ma mémoire pour rédiger cet article.

Il est déjà 16h et le soleil se cache derrière les hautes karts et pourtant nous découvrons mon spot préféré je crois (Ex aequo avec le small lagoon peut être), la Hidden Beach. Une plage cachée derrière les karts et la sensation d’être les premiers à découvrir cet endroit tels des explorateurs… c'est l'avantage d’être les seuls à savoir nager sur le bateau ;). On reste presque sans voix, alors je vous dis pas si le soleil était toujours de la partie !

Dernier arrêt à l'Helicopter Beach, qui doit son nom à sa forme. Elle est plutôt jolie et offre une belle vue mais il est 17h30, il commence à faire nuit et froid…

C'est sur un bilan positif que la journée se termine !

• • •

8 janvier

El Nido est également connu pour ses belles plages à quelques kilomètres de là, ni une ni deux, nous voilà sur un scooter pour aller voir ça. C'est effectivement sur une grande et belle plage que nous tombons, Nacpan Beach et nous y passons la journée pour ne rien faire à part lire, manger et barboter. On en a bien besoin en cette fin de voyage !

Quelques photos au bord de route...

Le soir nous prenons nos billets de bus à l'agence la moins chère que nous ayons trouvé mais nous sommes un peu sceptiques. Le mec ne nous donne pas de reçu ni de tickets de bus après avoir payé, on insiste et il finit par nous donner un post it en guise de garantie, mouais pas très rassurant tout ça… on hésite, on s'en va puis on revient, on décide de lui faire confiance car le pick up est inclus contrairement aux autres, il est moins cher et il a l’air sympathique et honnête ce petit monsieur…

• • •

9 janvier

Comme prévu nous attendons notre tuk-tuk gratuit pour nous emmener à la station de bus au point de rendez-vous. Personne ne vient… Après 30min d'attente, et 5min avant le départ du bus, le mec qui nous a vendu les tickets, qui a soit dit en passant a un anglais très approximatif, arrête un tutktuk au hasard dans la rue et le paye pour nous emmener là-bas . Toujours pas de tickets de bus à nous donner, on veut des explications et tentons de lui faire comprendre qu'on ne veut pas partir sans nos tickets. On aura l'air malin nous à vouloir monter dans le bus une fois arrivés là-bas sans preuve d’avoir payé. Il parle avec le chauffeur du tuk-tuk afin qu’il nous explique avec un meilleur anglais mais toujours pas terrible que c'est lui qui se chargera de tout arrivé sur place (mais où sont ces philippins qui parlent si bien anglais quand on en a le plus besoin ?). Vu l’heure, on a plus trop le choix… une fois arrivés, comme il fallait s'en douter on nous demande les tickets de bus, on regarde désespérément notre chauffeur de tuktuk en espérant qu’il ne va pas nous laisser tomber maintenant. Après un petit dialogue en langue locale, on comprend que c'est bon pas besoin de tickets ouf… on s'est bien imaginé devoir payer deux fois…

• • •

El Nido c'est maintenant terminé, nous partons pour plus de tranquillité, direction Port Barton !

Infos pratiques :

- Fast boat Coron-El Nido : tous les jours à 12h, 1 726P/pers

- Guesthouse Netibo 500P la chambre avec Sdb

- Tour combinaison A et C négocié à 1 500P/pers, taxe côtière incluse

- Scooter 500P la journée

- Bus El Nido-Port Barton, 500P pick up inclus, à la guesthouse en face de la notre

3
3
Publié le 12 janvier 2018

3 janvier

Nouveau réveil matinal pour Quentin, nouvelle désillusion… Il fait très beau mais les gardes côtes interdisent au bateau de s'éloigner de Coron… 3 « petites » plongées sont prévues. Quentin décide donc de ne pas y aller et de voir le lendemain.

On diffère également notre départ au 5 janvier, de toute façon les places sur le premier bateau qui partira étant réservées aux gens censés partir le 2…

On loue donc une nouvelle fois un scooter pour explorer l'île de Busuanga, cette fois 75 km plus au Nord.

La route nous offre une nouvelle fois des paysages magnifiques, les rizières on ne s'en lasse pas!

On s'arrête sur une première plage totalement déserte… pour une petite heure de lecture et une baignade.

Puis sur une plage avec une petit resto les pieds dans le sable !

Le retour nous offre de très belles scènes de la vie quotidienne !

C'était une super journée, avant de découvrir le soir que l'on s'était fait attaquer par les puces de sable sur une des plages, ou les 2, on ne s’en ait même pas rendu compte. Quentin à le dos recouvert de boutons très urticants.. Et Léa n'a pas été épargnée non plus. Enjoy !

Évidemment Quentin book pour la 3ème fois, une journée plongée pour le lendemain… cette fois il semble que ce soit la bonne !

• • •

4 janvier

Quentin

Réveil matinal, encore ! Mais cette fois c'est la bonne ! Départ pour 3 plongées sur épave sur la journée. Le bateau n'est composé que de 4 plongeurs et le pilote, c'est une super journée qui s'annonce !


Instant histoire …

Le 29 septembre 1944, 150 bombardiers américains décollent de porte avion à 500 km de là, en tout 30 navires Japonais principalement logistiques seront coulés, le tout en 40 minutes…

Bon la journée s'annonçait bien, le temps est magnifique, et… le bateau tombe en panne, après 1h de navigation, nous voilà en rade en pleine mer… Évidemment aucun autre moyen de communication que le téléphone portable du capitaine, après 30 minutes d’essais infructueux pour essayer de capter du réseau le voilà en équilibre sur le toit du bateau. Finalement il réussit à lancer un appel au secours et nous annonce qu'un autre bateau vient nous chercher. Le bateau arrive 1h après. On transfert tout le matos et on abandonne notre ancien capitaine et son bateau en panne.

En repartant je compte le nombre de bouteilles, 11 pour 3 plongées et 4 personnes, le calcul est accessible a un enfant de CP, il en manque une, laissée sur le bateau en panne… Je le dis au dive master que c'est pas possible, après 5 minutes pour lui faire entendre raison demi tour pour récupérer la bouteille manquante… Je le soupçonne d'avoir fait exprès pour ne faire que 2 plongées.

Bon on a eu chaud, on va finir tard mais on va faire nos 3 plongées.

Les bateaux gisent entre 35 et 20 m de profondeur, il faut se faufiler pour pénétrer à l'intérieur de leurs carcasses… une super expérience assez mystique et unique !

Retour après le couché du soleil exténué par cette journée !

Léa

Un peu de blog, une sieste sur la plage, un bon bouquin et quelques magasins 😉.

• • •

5 janvier

On est décidé à ce que cette journée soit notre dernière à Coron. Quentin est allé la veille à l'agence pour mettre la pression sur la madame qui achète les billets de bateau, il nous faut ces billets pour demain. On ne quittera donc pas la ville pour quoi que ce soit avant de les récupérer !

A 10h c'est chose faite, les précieux sésames en main nous voilà partis en direction du port pour privatiser un bateau pour de belles plages de rêve dans l'archipel. Au vu des prix annoncés pour aller plus loin que l'île de Coron on revoit nos objectifs à la baisse et on se contentera de la plage la plus proche…

Au départ l’endroit est idyllique et magnifique...

Avant qu'une horde de touristes, et des bateaux qui vont avec, ne l’envahisse pour le déjeuner.

On s'en va donc dépités pour trouver une plage moins connue. On dirige le bateau vers une langue de sable au loin qui paraît déserte, l'endroit est clairement moins beau mais effectivement il n’y a personne ! ça nous convient parfaitement pour le programme de l'après midi : farniente !

Le trajet en bateau est tout aussi beau que les plages elles-mêmes!

Après cette journée on se décide à monter la colline surplombant la ville pour le coucher de soleil.

On y a une vue magnifique sur l'île de Coron au second plan:

Et un coucher de soleil tout aussi beau...

Notre journée s'achève ainsi que notre séjour à Coron, qui aura duré 6 jours. Demain on prend la mer pour de nouvelles aventures, toujours sur Palawan, à El Nido.

2
2
Publié le 6 janvier 2018

Bon la il va falloir suivre, nous sommes en fait à Coron City sur l'île de Basuanga dans l'archipel de Palawan. Coron Island qui est selon les dire « l'une des plus belles îles des Philippines », est en fait une île inhabitée accessible uniquement en bateau depuis Coron City, vous suivez ?

L'info en plus, l'archipel de Palawan est en fait un petit bout de la Chine détachée il y a « quelques » années. C'est donc un OVNI au milieu du paysage Philippin. Bon c'est notre première île donc on vous confirmera ça un peu plus tard.

Voila pour la partie « culture ».


31 décembre

Après la courte nuit en arrivant du bateau, la propriétaire nous informe que nous devons partir parce qu’on a réservé qu’une seule nuit et que la chambre est occupée à partir de demain. Sa sœur est en train de construire une guesthouse et elle peut nous y emmener en scooter… Ou plus exactement emmener Léa et prêter une moto à Quentin pour la suivre. Avec le gros sac et le petit sac sur la moto je vous assure que c'est pas évident dans les montées abruptes mais on finit par s'en sortir et arriver à bon port. On est en fait dans une chambre finie certes mais au milieu d’un chantier, pas encore de douche mais une douche au seau. Ça ira pour 1 nuit mais pas plus. On est avec la famille de sa sœur qui nous invite même à manger, les philippins parlent couramment anglais pour la plupart, quel plaisir de pouvoir échanger facilement !

Dans l’histoire on aura tout de même gagné un Lonely planet des Philippines en français, laissé à la guesthouse par des voyageurs, que la proprio nous a offert… Ça va grandement nous faciliter l'organisation de la suite du voyage….

La première journée on la consacre donc d’abord à chercher un nouveau logement, le notre est trop loin du centre et on n'a pas les moyens de louer un scooter tous les jours… Une fois trouvé une chambre en plein centre on part visiter l'île de Basuanga en scooter, notre nouvelle activité favorite. (Désolé maman mais t'inquiète pas je suis prudent 😉). On s'arrête sur une petite plage Bali beach pour récupérer de nos…20 km en scooter ainsi que sur un spot de snorkeling réputé sur lequel on se rend en petit bateau : Siete Pecados, rien d'extraordinaire, on repart un peu déçu.

Bali beach 
On s'arrête regarder notre premier match de basket et quelque chose me dit que ça ne sera pas le dernier 😉

Au retour, on retrouve Clément, un collègue de Quentin qui se trouve être justement en vacances sur Coron. Une bière et un dîner plus tard on se dit à dans 1 mois… 😥

On est tout de même le 31 décembre, on décide donc de prolonger la soirée jusqu'à minuit youhou… On se retrouve dans un bar à l’ambiance roots très chouette. Un peu avant minuit on voit tout le monde s'en aller et se diriger vers le port, on fait donc pareil sans trop savoir où nous allons… Et on a eu le droit à un super feu d'artifice accompagné d'un concert de klaxon et vuvuzela…

désolé pour la qualié... 

Il est 1h, c'est l'heure d’aller se coucher. C'était pas la folie mais on se rattrapera au retour…

Demain on se lève pour tenter d'accrocher « un tour » autour de l'île de Coron (la fameuse).


1er janvier 2018

Réveil à 7h, on change donc de chambre. Le Sea dive resort est le nouvel élu, annexé au club de plongée et vraiment pas cher, malin 😉.

Notre voisinage 

Direction maintenant le port pour se joindre à ces fameux tours de touristes "Island hopping" qui vous permettent d'explorer les plus beaux recoins de l'île. Ce n'est pas vraiment notre truc à la base mais bon pas le choix... Ah oui détail un peu relou : il pleut… année pluvieuse année heureuse ! Bien qu’elle sera forcement moins fun que 2017...

Il n’y a plus qu’un bateau avec 2 places dispo… le super ultimate tour, rien que ça. On tente de négocier dur mais, comme déjà dit, on est nul et on obtient une ristourne ridicule. Tant pis on y va !

La suite est un enchaînement de jolis spots autour de l'île. On avoue être resté un peu sur notre faim, est-ce le mauvais temps? l'overdose de gilets oranges? qui sait...

Kayangan lake
Coral garden 
Une épave en apnée après notre déjeuner 
CYC beach où toutes les générations locales y font la fête pour ce 1er janvier 
Twin lagoon et son passage secret 
Sur le retour 

Au retour Quentin va dans le dive shop de notre hôtel pour voir avec eux s’il peut plonger le lendemain. Il y a justement un groupe de son niveau qui part explorer 3 grosses épaves (les détails sont pour après), banco il signe!


2 janvier

Réveil matinal pour Quentin pour partir à la plongée, mais c'était sans compter le gentil (comprendre qui ne fait pas de mort et qui ne saccage pas tout, et qui se contente de bloquer tout trafic aérien et maritime) typhon qui passe à proximité (d'où la pluie d'hier). Plongée annulée donc, mais aussi notre bateau du lendemain qui était censé nous descendre plus au sud l'archipel. On comprend que notre départ de Coron n'est pas pour tout de suite !

On consacre notre mâtinée au blog et à s’organiser, le typhon changeant un peu nos plans… Mais on savait que ça allait arriver.

L'après midi on se rend aux sources d'eau chaude de Makinit un peu plus au sud en scooter. Il pleut toujours mais c'est pas catastrophique.

Le centre de plongée informe Quentin que c'est peut être pour demain ! Bingo il re-signe ! La suite au prochain épisode... Plongera, plongera-t-il pas?

1
1
Publié le 4 janvier 2018

Les Philippines, notre dernier véritable stop avant le retour… C'est un sujet qui fâche mais bon il faut bien s'y préparer...

Pour ce dernier pays on va essayer de faire un peu autrement pour le blog et de publier plus régulièrement. Les articles ne correspondront pas forcément à une grosse étape comme pour les autres pays. Notre programme aux Philippines n’est pas arrêté, les typhons et tempêtes tropicales étant fréquents, on veut rester flexible.

• • •

28/29 décembre : Phnom Penh -> Manille via Kuala Lumpur

Nous voilà donc arrivé aux Philippines après un périple de 18h… Un premier avion jusqu’à Kuala Lumpur, une nuit par terre dans l'aéroport de KL et un nouvel avion jusqu'à Manille.

La capitale de 20 millions d'habitants ne présente que peu d'intérêt pour nous, on décide donc de reprendre un ferry dès le lendemain pour Coron sur l'île de Palawan.

On aura tout de même eu le temps d'aller faire un tour dans le cœur historique et colonial de Manille en empruntant les transports en commun locaux, les fameuses « jeepney ».

Une balade sympa à Intramuros, le quartier le plus vieux de Manille construit par les espagnols, l'ambiance n'a absolument rien à voir avec les villes d’Asie que nous avons pu voir jusqu'à maintenant. On se situe au carrefour de plusieurs ambiances, l'Asie évidemment mais aussi le Pacifique, l'Amérique du Sud et une influence américaine très forte. Déconcertant !

Un petit tour du côté des cathédrales et des églises.

On poursuit du côté du parc Rizal à l'ambiance habituellement paisible d'après nos lectures. Mais c'était sans compter sur les philippins qui ont décidé d'y fêter les vacances, chouette animation!

Le soir impossible de trouver autre chose qu'un burger à manger autour de notre guesthouse… On espère que ce n'est pas comme ça partout au risque de revenir obèse !

30 décembre

Dès le lendemain donc direction le port de Manille en Uber, et oui ils sont partout ! Un énorme ferry nous attend à quai.

C'est parti pour 15h de traversée jusqu'à Coron, on a chacun un lit à l'autre bout d'un dortoir immense…Mais par chance personne n'occupe le lit d'à côté d'une de nos réservations. On récupère donc la place.

C'est forcément très bruyant mais on dort pas si mal…

L'arrivée au milieu de la nuit à 4h du matin est par contre forcément hyper compliqué… Trouvé notre guesthouse s'avère tout aussi difficile, personne ne connaît et ici si le tuk-tuk ne connaît pas, il ne vous prend pas même si vous avez un GPS!

Bref on finit par arriver dans notre minuscule chambre comportant un lit entre 4 murs on se rendort pour ne pas trop subir la journée…