Carnet de voyage

#6 La Nouvelle-Zélande

9 étapes
4 commentaires
69 abonnés
Dernière étape postée il y a 582 jours
Faune et paysages à couper le souffle...
Novembre 2017
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 5 novembre 2017

Une fois arrivés à Auckland, nous récupérons le van en attendant Mélanie et Yohan qui atterrissent en fin de soirée. On passe l'après midi à faire les courses et à squatter le wifi du mac do… Oui on avoue n’avoir pas la moindre idée de quoi faire en Nouvelle Zélande… Il faut donc qu’on s’organise un peu 😉. Et c’est parti pour une semaine dans l’île du nord !

Nous prenons la route au nord d'Auckland direction Bay of Islands, une « baie d'eau turquoise semée d’îles vierges et appréciée des dauphins ». Dis comme ça (dans le guide touristique), ça paraît idyllique !

Malheureusement le temps n’est pas avec nous et l’eau turquoise nous n’en avons jamais vraiment vu la couleur… La déception nous gagne mais on se remotive et décidons de faire une croisière malgré tout pour observer les dauphins et découvrir les atouts touristiques de cette baie. Notamment Piercy Island, l'une des plus belles îles de la baie avec son fameux Hole in the rock naturel.

Les tarifs sont très élevés, la croisière en voilier ne sera pas pour nous, nous nous résignions à prendre un bateau plus touristique. Mais « touristique » est un bien faible mot, nous sommes 300 sur le bateau alors que nous payons plus de 50 euros chacun. Vous vous doutez bien que lorsque nous apercevons un dauphin, le bateau penche d’un côté et il faut parfois attendre son tour pour prendre une photo… La bonne nouvelle c’est que nous avons vu plusieurs dauphins et que nous avons même eu l'honneur d’assister à un saut de dauphin de plusieurs mètres ;).

Nous avons également profité de quelques balades le long de jolies baies à Russel, pas de baignade ni de maillot de bain en vue mais plutôt coupe vent !

Pour faire le point sur cette première destination, nous sommes tous unanimes pour dire que faire un aller retour de 460km n'en valait pas la peine. Par contre, nous ne doutons pas qu'en été la baie doit en effet être somptueuse et les activités nautiques plus appréciables. Si vous avez un beau budget, préférez la haute saison et la croisière en voilier sinon abstenez vous ;).

• • •

Après ce petit aller retour nous revenons à Auckland pour profiter un peu de « la ville des amoureux ». Nous n'avons toujours pas la météo avec nous donc on se contente d’une petite balade dans le centre ville indiqué dans le guide et permettant de découvrir les principaux attraits architecturaux de la ville.


Auckland est une ville entourée de volcans, c'est donc tout naturellement que nous sommes montés (en van) au sommet de l’un d'eux (Le mont Eden) de nuit pour admirer la vue.

Entre temps nous avions passé 45 minutes au téléphone pour réserver une place dans un camping… une galère sans nom ! On doit en plus arriver avant 21h… La vue depuis le mont Eden étant plus belle de nuit on se dit tant pis pour l'heure, il y aura bien quelqu'un pour nous ouvrir… On a donc jouer… et perdu… Il s'agissait en fait d'une porte automatique fermée à 21h et sans aucun moyen de l'ouvrir avant 6h… On a donc payé pour dormir devant la porte du camping en bord de route…

Bon il faut avouer qu’en général la ville c'est pas trop notre truc donc on reprend assez rapidement la route, cette fois sous des trombes d'eau direction le centre de l'île du Nord.


Infos pratiques

Pour trouver les campings on vous conseille vivement l'application Campermate qui recense tous les campings aussi bien les gratuits que les payants. Indispensable quand tu voyage en van selon nous !

La plupart des campings/parkings n'acceptent que les véhicules self-contained, ce qui facilite grandement la vie. Même si nous n’utilisons jamais les toilettes, nous sommes acceptés partout et surtout nous avons notre propre source d'eau pour faire à manger et la vaisselle. Très utile puisque un grand nombre de campings gratuits ne disposent que de simples toilettes.

-Arrêt sur la route au camping gratuit de Port Albert : Toilettes propres, calme et cadre sympathique.

- Orongo Bay holidays park à Russel 20$ par personne : électricité, douche chaude, cuisine commune, bon camping.

- Paihia-Russel : ferry Great sigths 12,50$ pour le van

- Fullers Great sights : dolfin cruise à 107$ par pers, nous avons eu -10% car nous étions 4

- Arakaty : camping à réserver par téléphone et fermeture à 21h, 8$ par personne pour un simple parking avec toilettes, très décevant. Néanmoins si le temps est avec vous il y a apparemment de jolies points de vues à partir du parking.

2
2
Publié le 5 novembre 2017

Après plusieurs heures de route sous la pluie et un bon mac do en guise de réconfort, nous nous sommes arrêtés sur la route à Hobbiton. Vu la météo et le peu d’intérêt que Mélanie et Léa portent au film Le seigneur des anneaux (et les 79$ demandés pour la visite), les filles décident de passer leur tour et de se poser dans un café pour organiser la suite du voyage.

C’est donc seuls que les garçons partent explorer en bus le lieu de tournage des films et les maisons des hobbits. Par chance, la pluie a cessée et le beau temps les a accompagné tout au long de la visite.


On comprend vite le choix du réalisateur quand on arrive sur les lieux… des pâturages vallonnés, des paysages de conte de fée. La visite est de qualité et on passe un super moment ! En dehors des images des films c'est vraiment un très bel endroit !

• • •

Direction ensuite Rotorua, ce « haut lieu de la géothermie » ! Difficile de ne pas remarquer cette odeur de soufre (odeur d'œuf pourri pour ceux qui ne connaissent pas), nous sommes bien arrivés il n’y a pas de doute !

Rotorua est connue pour les geysers, les mares de boue bouillonnantes et les sources chaudes riches en minéraux. On peut vous dire que nous n’avons pas été déçus et que la région est à la hauteur de sa réputation.



Premier arrêté à Wai-o-Tapu thermal wonderland, une visite riche en phénomènes géothermiques. Bien sûr, il y a l’impressionnante multicolore Champagne pool que nous ne voulions rater sans aucun prétexte. Cette multitude de couleurs est invraisemblable !

Nous avons pu également assister au jaillissement du Lady Knox Geyser aidé par l'adjonction de savon.

Mais ce n’est pas tout, il y a d’innombrables bassins chauds et acides tous aussi photogéniques les uns que les autres.

D’autres curiosités géothermiques valaient certainement le détour comme Waimangu volcanic valley mais il fallait faire des choix et nous avions décidé de ne faire qu’une activité payante au profit d'observations gratuites nombreuses dans la région.

Continuons vers la Mud pool, malgré les bienfaits connus de la boue pour la peau cette mare de boue est vivement déconseillée à toute envie de baignade 😉.

Regarder c’est bien mais se détendre c’est encore mieux… le maillot de bain est de rigueur pour un bon bain dans les sources chaudes Kérosène Creek 😀.

Ce n’est pas tout mais il faut reprendre la route, une grosse journée nous attend demain et ce n'est pas sans compter sur un petit arrêt aux Huka Falls impressionnantes de par la puissance de la chute.

• • •

Rotorua est également un lieu idéal pour découvrir la culture maorie. Nous aurions aimé nous rendre au village de Whakarewarewa qui reste habité par une population maorie mais malheureusement nous sommes arrivés après la fermeture.

Nous nous rabattons donc vers le Mitai Maori Village qui propose une soirée de 3h comprenant un spectacle, un repas traditionnel et une initiation aux coutumes maories.


Vidéo à venir

Nous savions que cette soirée serait touristique et non pas authentique mais nous ne voulions pas passer à côté de cette découverte. Nos avis sont assez partagés, nous sommes tous déçus du manque d’authenticité, du repas et de l’introduction de la culture maorie mais certains d’entre nous ont malgré tout apprécié le spectacle.

Infos pratiques

- Hobbiton : visite de 2h, 79$ par personne

- Wai-oTapu thermal wonderland, :32,50$ par personne pour une visite libre de 2h, le Lady Knox Geyser inclus

- Mud pools : gratuit

- Kérosène Creek : gratuit

- Huka Falls : gratuit

- Mitai Maori village : 105$ après petite négociation

3
3
Publié le 8 novembre 2017

Nouvelle Zélande est forcément synonyme de randonnée. Au programme aujourd'hui le Tongariro Alpine Crossing. Cette randonnée est souvent présentée comme la plus belle de Nouvelle Zélande faisable en une journée (Pas de randonnée à étapes prévue dans le contrat que Yohan et Quentin ont passé avec les filles 😀).

Nous voilà donc partis pour notre première randonnée alpine, ils annoncent -3°C au départ et -8°C au sommet… On emmène donc absolument toutes les affaires chaudes que nous possédons ! Nous avons même investit dans un bonnet chacun, il faut dire que jusqu'à maintenant sur notre voyage nous étions plutôt sur des températures très positives !

Malgré un début de randonnée et une première ascension dans la brume...

...la randonnée était à la hauteur de sa réputation… des panoramas…

... des bassins lunaires...

des paysages à couper le souffle...

Le cratère du volcan à gauche

...Encore des panoramas...

La descente... Interminable 

On a eu tout de même le droit à quelques chutes mais on taira le nom du coupable.😉

La randonnée ne présente pas de réelle difficulté, ça monte plutôt régulièrement et la descente est très facile bien qu’un peu longue. On en a tout de même plein les pattes en arrivant… 21 km et 1000 mètres de dénivelé positif, on va bien dormir.

On ne s’avancera pas à dire que c'est la plus belle randonnée de Nouvelle Zélande, on en a fait qu'une pour le moment mais on en a pris plein les yeux !

Pause reprise d'énergie 
• • •

Après cette petite balade alpine direction Wellington pour notre dernière journée sur l’île du Nord avec tout de même quelques courbatures pour certains (dont on taira LES noms cette fois).

Une petite arrivée au parking compliquée avec un Monsieur Rouflaquette pas du tout aimable qui a été a 2 doigts de nous mettre une amende pour 2 minutes de retard sur le paiement du parcmètre…

Quelle surprise, l’incontournable de Wellington est le musée Te papa, et il est GRATUIT !! On s’enthousiasme parce qu’il faut avouer qu’en Nouvelle Zélande tout est payant… et cher.

Le musée est grand, impossible à parcourir en ½ journée mais c’était un plaisir, il est très bien fait, très ludique et instructif.

Notamment l’étage sur la première guerre mondiale avec des statues de cire échelle 10 d’un réalisme surprenant…

Nous avons aussi parcouru l’étage dédié à la tectonique des plaques en Nouvelle Zélande, une maison reconstituée permet de se rendre (un peu) compte de l’effet que peut faire un tremblement de terre.

On finit avec l’étage sur la vie marine Néo-zélandais, très riche en mammifères marins de toutes tailles et des reconstitutions à l’échelle 1 assez bluffante.

Après ce break culture direction le car park de la Marina pour une nuit gratuite sur le port de Wellington en attendant notre ferry pour l’île du Sud prévu demain matin.

4
4
Publié le 8 novembre 2017

Après 3h de ferry, nous voilà dans la région du Marlborough connue pour ses vignobles. Bon français que nous sommes, nous nous arrêtons goûter le vin après avoir profité d’un déjeuner ensoleillé au bord des vignes.

Nous choisissons le vignoble Cloudy Bay à Blenheim pour une formule dégustation de 5 vins. Nous arrivons dans une belle propriété pleine de charme et joliment décorée. Nous sommes unanimes (excepté Yohan qui ne boit pas d'alcool) les vins étaient très bons, notamment le Sauvignon blanc et le Pinot noir.

Ça va sans dire que nous repartons avec une bouteille de Pinot noir pour accompagner nos prochains repas ;). La France n'a qu’à bien se tenir, la concurrence est rude^^.

• • •

Il est temps de reprendre la route en direction d’Abel Tasman, un parc national en bord de mer. Nous faisons néanmoins un petit arrêt à Nelson, histoire de toucher l’eau de la mer, juste du bout des doigts… Il ne faut pas trop en demander, l'eau est froide !

Nous avions bien échauffé nos gambettes à Tongariro il y a quelques jours, aujourd'hui nos bras vont prendre le relais… c'est parti pour une journée de kayak dans le parc. On se tape tout de même 45min de consignes de sécurité (heureusement que nous sommes arrivés en retard sinon nous aurions eu le droit à 1h30), ils ne rigolent pas les néo-zélandais !

Il nous aura fallu une bonne heure pour s’échouer sur l’île Adèle, le pique-nique est bien mérité, naviguer dans la mer ce n’est pas pareil que dans l’eau douce !

Pas de faune en vue mise à part quelques mouettes et un truc qui bouge dans l'eau au loin... il va falloir faire le tour de l’île ou presque de nouveau dans le kayak pour l’apercevoir de plus près… mais surprise elle n’est pas toute seule, elles sont par dizaines ! Alors une idée ?

Les otaries ne sont pas timides, elles viennent jouer avec l'avant du kayak, nous étions tellement surpris que nous n’avons même pas eu le temps de le prendre en vidéo. Elles sont si gracieuses dans l’eau que tu te demandes comment c’est possible qu’elles soient aussi pataudes sur la roche ! Expérience unique ! Vous l’aurez compris depuis le début de notre voyage, nous sommes particulièrement sensibles à l’approche des animaux dans leur milieu naturel.

Il faut maintenant faire demi-tour pour rendre le kayak à temps et c’est là que les choses se gâtent pour nos petits bras qui ont encore deux heures de travail pour nous ramener à bord !

Nous avons passé une excellente journée sous le soleil et c’est assez rare pour le souligner, on est plutôt chanceux sur ce coup là 😀.

Le parc vaut apparemment le détour pour ses randonnées sur le sentier du littoral. C’est donc tout naturellement que nous programmons une deuxième journée dans le parc. Après avoir exploré le sud en kayak, nous voulons découvrir les sentiers un peu plus au nord. Nous réservons le bateau navette pour qu’il nous dépose à Onetahutti beach et qu’il vienne nous chercher à Anchorage bay 16km plus au sud. Malheureusement nous démarrons la journée sous une petite pluie, il y a meilleure condition pour 5h de marche… Elle finit par nous laisser tranquille mais le ciel ne se dégagera pas… On a tout de même tenté de faire quelques photos malgré le temps et la marée basse qui ne nous permettent pas d’apercevoir les eaux turquoises…

Un petit aperçu d'une otarie qui joue avec le kayak:

Vidéo à venir

On ne peut pas avoir de la chance niveau météo à tous les coups, nous sommes quand même bien contents d'avoir décidé de commencer par le kayak la veille 😉.

• • •

Nous partons maintenant vers un tout autre paysage, direction les glaciers en longeant la côte ouest.

5
5
Publié le 11 novembre 2017

Après cette première étape dans l'île du Sud direction les glaciers Franz Joseph et Fox. La route est longue, c'est donc tout naturellement que nous prenons le temps de nous arrêter et de profiter tout au long de la route des magnifiques paysages que la Nouvelle Zélande a à nous offrir.

Une première nuit au bord d'une cascade (la Maruia falls) qui nous était totalement inconnue, nous a très agréablement surpris. Malgré les très nombreux sandfly qui commencent à montrer le bout de leur nez...

Les sandfly sont des sortes de tous petits moustiques (ça ressemble à des moucherons) qui font mal quand ils piquent et grattent fort et longtemps... Il y en a beaucoup sur la côte ouest de l'île du Sud et ces saloperies nous ont un peu pourri la vie par moment faut le dire!

En chemin nous avons même eu l'occasion de croiser quelques élevages de rennes, on en avait fait tout un plat en Mongolie, on ne pouvait pas aller les voir car trop loin, trop compliqué etc. on était donc comme des enfants à voir les animaux du père noël.

• • •

Après cette pause photo avec les rennes on reprend la route direction les célèbres Pancake Rocks dans le parc National de Paparoa,ça nous fait faire un petit détour mais ils nous intriguent ces cailloux en forme de pancake donc on veut les voir de nos yeux 😀.

Sur la route on découvre au travers de plusieurs panoramas une côte déchiquetée.

C'est une petite balade de 30 minutes le long de la côte allant de points de vue en points de vue sur les fameux rochers. Ca vaut le détour, nous n'avons jamais rien vu de tel et en plus c'est gratuit...

Il aura fallu 30 millions d'années, rien que ça, pour donner naissance à ces falaises.Peu à peu, les dépôts de sédiments et la décomposition des créatures marines se sont solidifiés pour former de la roche. Cette roche n'aurait pas du remonter à la surface mais des tremblements de terre successifs l'ont fait remonter.

Aujourd'hui encore, l'explication scientifique du phénomène reste incomplète.

Il nous reste pas mal de chemin à parcourir pour arriver jusqu'au glacier, on ne s'éternise donc pas, juste le temps de prendre un déjeuner au soleil sur le parking et direction le glacier Fox.

• • •

En arrivant on découvre que grimper sur le glacier s'annonce hors budget, le seul moyen est d'être héliporté... 400$ les 2h, on passe notre chemin, on se contente donc de la randonnée, ou plutôt la balade, pour aller admirer les "orteils" du glacier Franz Joseph.

Le panneau nous indiquant les précédents niveaux du glacier donne froid dans le dos... Le réchauffement climatique dans ces œuvres, dans 10 ans il n'y aura plus de glacier à observer à ce rythme.

La balade prend environ 1h pour arriver au pied du glacier et est sans difficulté, toute plate.

On arrive au point de vue à environ 500 mètres du glacier, interdit de s'avancer plus près par mesure de sécurité, le glacier bouge tous les jours, il est donc risqué de s'en approcher.

La balade est sympa et vaut le coup mais on s'attendait à une plus grande surprise mais ce n'est que partie remise 😉.

Après cette première expérience glaciaire direction le lac Matheson pour prendre en photo le reflet de la montagne dans l'eau, le tour du lac (environ 1h30) offre de très beaux points de vue sur la chaîne du Mont Cook... Malheureusement la météo n'est pas avec nous et la superbe photo nous passe sous le nez...

Autre déconvenue météo, arrivés au glacier Fox il tombe des trombes d'eau... On passe notre chemin, ses orteils ressemblent fortement aux orteils de Franz Joseph.

• • •

Ah oui, avant d'oublier... Nous avions prévu, après les glaciers, de se rendre directement au Mont Cook, à 20 km de là. Mais c'était sans compter que les 20 km "à vol d'oiseau", par la route prennent 6h... On ira donc plus tard en passant plutôt par la côte Est 😀. #boulet

Nous voilà donc sur le départ direction Wanaka, la prochaine étape de notre voyage.

Une nouvelle fois la route nous offre des paysages qui nous obligent à nous arrêter pour admirer 😀

Après une pause tarot devant un nouveau paysage magnifique ...

... Nous arrivons enfin à Wanaka, c'était long mais qu'est ce que c'était beau...

6
6
Publié le 12 novembre 2017

Arrivés à Wanaka, nous dégotons un camping gratuit pour y passer la nuit. Le lendemain au réveil, il s’avère que nous sommes également au point de départ d’une randonnée qui surplombe le lac de Wanaka. Pourquoi pas, allons y nous verrons bien ! Il n'y a qu'une heure et demi aller-retour ça devrait aller 😉.

Après quelques marches et une première petite grimpette on arrive au premier point de vue et première bonne surprise, la randonnée s'annonce très jolie.


On continue la grimpette et une fois là haut Wouah ! Plutôt inattendu d'ailleurs… nous n'avions pas d'attente particulière en arrivant ici, quelle belle surprise, le hasard fait parfois bien les choses!

Bon par contre les 1h30 se sont transformées en 3h de randonnée. Nous ne nous sommes pas arrêtés simplement au point de vue de Diamond lake mais avons grimpé jusqu’au Rocky Mountain qui vaut clairement le coup ! Je dis bien « grimpé », car oui c’est presque 1h30 de montée, rien d’insurmontable rassurez-vous.

Nous redescendons amplement satisfaits après une bonne demi-heure au soleil (oui vous avez bien lu « soleil » 😀) à contempler la vue. C’est clairement pour des paysages comme ça que nous sommes venus en Nouvelle-Zélande !

On poursuit cette belle journée avec le point de vue sur le célèbre Wanaka tree. Cinq minutes de marche du parking on devrait s’en sortir.

On a quand même mis quinze bonnes minutes pour faire nos photos car il y a un touriste qui a décidé de faire trempette pile entre l'arbre et les montagnes enneigées alors que le lac fait des kilomètres. Comment vous dire que nous n'avons pas résisté très longtemps pour lui rappeler qu’il n’était pas tout seul sur cette terre (Surtout Léa) !

Le soleil, l'eau bleue du lac, les montagnes enneigées en guise d’arrière plan… comment résister aux restaurants en terrasse avec un tel panorama… donc oui nous avons craqué pour un burger, frites maison humm (merci Yohan 😉 ).

Après une petite pause digestive au bord du lac il faut reprendre la route pour arriver à temps à Queenstown pour le coucher du soleil !


• • •

Coucher du soleil oui mais pas n’importe lequel ! Nous décidons de monter au Bobs peak pour contempler la ville et les belles lumières de la tombée de la nuit. Nous n’avons pas pris le télésiège, nous sommes bien plus courageux que ça (surtout restreints niveau budget pour être honnêtes), nous nous sommes engagés dans une ascension d'1h assez coton, logique sinon pourquoi installer un télésiège me direz-vous… La vue en valait le détour mais nous ne sommes pas restés trop tard car nous devions tout redescendre à pied !

La journée a été bien chargée, nos jambes sont fatiguées et les calories du burger certainement éliminées, tout va pour le mieux 😀.

Nous n'avons pas trouvé grand-chose à faire sur Queenstown le lendemain et nous avions 5h de route à faire dans la journée, nous sommes donc vite partis après un petit tour dans le centre ville.

• • •

Sur la route pour le Milford sound, nous nous sommes arrêtés prendre l’air et quelques photos pour enfin arriver à notre camping situé à encore 45min du point touristique.

Le Milford Sound est un fjord profond de 400 mètres et qui avance de 15 km à l'intérieur des terres.

Mais qu'est ce qu'un fjord exactement... Il s'agit d'une vallée érodée par un ancien glacier et qui a été envahie par la mer depuis la retraite de la glace.

Nous avons une chance sur trois de ne pas faire le Milford sous la pluie d’après les statistiques, c’est raté, sortez les k-way ! Le Milford sound est l'un des endroits les plus humides du monde, il pleut jusqu'à 7 000 mm par an quand il pleut 1 210 mm par an en Bretagne, c’est pour vous dire !

Ne nous apitoyons pas sur notre sort, en route pour la croisière de 2h ! On a choisit de partir à 9h du matin... la croisière était beaucoup moins chère que les autres... Pour la simple et bonne raison que les touristes ne veulent pas se lever tôt !

De beaux paysages malgré la météo, une impression d’être tout petit face aux nombreuses cascades...

Nous avons même l’agréable surprise de voir notre premier pingouin au loin 😀.

On retrouve les otaries, qui nous démontrent leur qualité de boxeuses avec plaisir et toujours autant d'enthousiasme.

Pas de dauphin cette fois-ci malgré les 60 qui vivent dans ces fonds marins…


Sur la route du retour, les cascades sont toutes aussi impressionnantes et nous avons rencontré un kéa, le seul perroquet ne vivant pas dans un pays chaud.

Nous avons encore bien 4h de route pour rejoindre Dunedin, la prochaine étape, il faut le mériter ce Milford…

7
7
Publié le 13 novembre 2017

Pour arriver jusqu’à Dunedin depuis le Milford il nous faut traverser la Nouvelle Zélande d’est en ouest. La route est longue mais très belle, même sous la pluie !

On passe la nuit dans un camping gratuit, ou plutôt un parking avec toilettes publiques sur une très belle plage, à quelques kilomètres de Dunedin.

Dunedin est une ville où l'on se sent bien, à taille humaine et qui possède de bons atouts.

La gare 

Le premier d’entre eux, le street art, on s’accorde donc pour une petite balade dans les rues de Dunedin à la chasse aux graphs des artistes venant du monde entier qui égayent la ville tous les ans à l’occasion d’un festival réputé. On est tout de même aidé par une map fournie par l’office de tourisme.

Après cette pause artistique, direction la péninsule d'Otago à proximité immédiate de la ville. C’est la vraie raison de notre visite ici ! Nous avons rendez vous à 17h30 dans un centre de préservation et d'observation des pingouins 😀 .

On commence notre visite par un briefing de notre guide néo zélandaise… Avant d'arriver en Nouvelle Zélande on pensait avoir progressé en anglais… Mais ça c’était avant… Ils parlent avec un fort accent et à une vitesse, on comprend vraiment pas grand-chose ! Bon on saisit quand même l'essentiel, sa priorité : les pingouins, pas de flash et pas de bruit, jusque là pas de problème, on est d'accord.

Après ce bref discours direction l'hôpital, deux patients pingouins sont en convalescence et l’essentiel c'est qu'ils vont déjà beaucoup mieux qu'à leur arrivée (encore heureux) et qu’ils seront bientôt relâchés. De près il sont vraiment très mignons…

Et non ce n’est pas une peluche…

On part ensuite pour la plage d'observation, ils sont censés rentrer de leur pêche en fin de journée et on espère bien être présents. (D’où notre visite à 17h30, on savait ! Malin le lynx)

A notre arrivée surprise, nos copines les otaries ont décidé de squatter la plage ! La guide n’est pas très optimiste, les pingouins ont peur des otaries et risquent donc de se faire discrets… Bon on les comprend, c’est impressionnant, c’est gros et ça pue… mais on aimerait bien qu’ils fassent une petite exception ce soir…

On passe du coup tout un moment à observer les otaries et les petites cabanes aménagées par la réserve pour abriter les pingouins bleus, les plus petits pingouins du monde. On les voit pas bien dans leur boîte mais ils sont quand même mignons !

Pingouin bleu 

Ensuite direction les postes d'observation sur la plage et c’est maintenant qu’on croise les doigts… Sans guide on s’y perdrait… Un dédale de tranchées contournant l'habitat des pingouins… et longeant toute la plage. Au bout d’une dizaine de minutes notre guide reçoit un appel radio, deux pingouins sont sur la plage, vite direction le poste d'observation le plus près de l’eau et sur le chemin probable des pingouins ! Nous voilà donc tous partis au pas de course !


Nos vœux sont exaucés, on a eu la chance d'assister à l'arrivée de deux pingouins! Nouvel instant mignon ! (Oui ça fait beaucoup de mignon mais je vous assure que ça l’est !)

Vidéo à venir

Les pingouins rentrés au bercail il est temps pour nous également d’y aller ! On a un dernier détour à faire et un peu de route dès ce soir, demain direction le Mont Cook et on compte pas faire les 5h de route en une seule journée !

Le dernier détour est la rue la plus pentue du monde toujours à Dunedin.

Quentin et Yohan ne résistent pas à faire une course… bien mal leur en a pris… avec une pente à 35% le cœur montre très très haut et très vite, trop vite… Deux loques attendent les filles qui montent à leur rythme, le malaise n’était pas loin ^^ ! (Yohan a gagné, la course c’est son truc… contrairement au Kayak ;))

On ne va quand même pas prendre la route le ventre vide, une petite pause dîner s'impose. Mais ce n'est pas au goût de tout le monde…on se retrouve confronter à une bande de néo Z qui n’ont clairement pas envie que l’on reste manger… Quelques menaces de leur part plus tard et on décide de passer notre chemin, on va pas s'attirer des ennuis pour manger sur un parking publique où l’on n’est pas les bienvenus ! On s’arrête donc un peu plus loin…

Prochaine étape, le massif montagneux le plus haut d'Océanie !

8
8
Publié le 16 novembre 2017

Nous étions impatients de découvrir le Mont Cook qui promet d'offrir des paysages montagneux magnifiques. Pour rappel nous devions nous y rendre après les glaciers, mais c'était sans compter sans notre erreur de programmation ^^.

Le mont Cook est le point culminant de la Nouvelle-Zélande. Il fait partie des Alpes du Sud et culmine à 3 724 mètres d'altitude.

Malheureusement il faudra prendre son mal en patience, il pleut des cordes… Nous allons malgré tout nous renseigner à l'office du tourisme sur les randonnées à faire en espérant des nouvelles météorologiques optimistes pour l’après midi ou au pire pour le lendemain. Nous repartons dépités, le temps ne devrait pas vraiment s’améliorer pour aujourd’hui et demain des « few showers » sont de nouveau annoncées :/.

Réfléchissons alors à un plan B…

...Shopping ? Trop petite ville.

Activités en intérieur ? « nothing to do except walking » selon les dires de l’office du tourisme.

Jeux de cartes dans le van ? Avec bonnet et doudoune pour survivre…certainement pas !

Une dernière option s'offre à nous, squatter un bar pour se mettre au chaud et espérer pouvoir rester le plus longtemps possible malgré nos peu de moyens pour de multiples consommations.

Direction l’hôtel le plus proche au pas de course évidemment mais cela ne nous a pas empêchés d’être trempés… un petit chocolat chaud plus tard, quelques jeux de cartes, pause wifi, rédaction du blog et il se met à grêler puis à neiger, nous voilà bien démoralisés.

5h de squattage et le besoin d’améliorer cette journée nous poussent à un deuxième craquage gastronomique : planches de saumon et de fromages accompagnées de verres de vin. Voilà quelque chose qui met du baume au cœur !

Nous nous couchons tôt en espérant pouvoir passer entre les gouttes le temps d’une randonnée tôt le lendemain matin, la pluie devrait arriver vers 11h. En entendant, il va falloir se couvrir pour la nuit car nous n'avons pas de chauffage dans le van et il doit faire 0°C tout au plus dehors. Surprise ! A notre réveil il y a un grand soleil 😀, nous n’en espérions pas tant !

Nous commençons la matinée par la randonnée de 3h « Hooker valley track » menant jusqu’au Hooker lake au pied du glacier avec en prime le décor enneigé.

La marche est simple et plate, nous ne mettrons finalement qu’un peu plus de 2h.

Et pourtant à l’arrivée, nous sommes face à l'un des plus beaux paysages de notre voyage en Nouvelle-Zélande…

Plusieurs iceberg décrochés flottent sur le lac avec pour arrière plan le Mont Cook et un paysage enneigé ! Comme quoi, une vue hors du commun ne se mérite pas forcément selon l’intensité de l'effort !

Puisque nous n’avions pas fait assez travaillé nos petites jambes, on décide d’enchaîner avec une autre marche d'une heure « kea point track » qui offre un autre point de vue du glacier ... avec pour compagnie cette fois le lac Mueller.

Nous avons même assisté à une avalanche au loin.

Le temps est un peu plus voilé, nous sommes ravis d'avoir pu profiter du soleil lors de la précédente marche et il faut avouer qu'une fois la neige fondue le charme n’est pas le même.

Au vue de la journée perdue d'hier, autant rentabiliser celle-ci, nous repartons directement après manger en direction du Tasman lake. On s'y perd un peu nous aussi avec tous ces lacs , je vous le confirme !

Nous avons de nouveau un paysage époustouflant devant nos yeux ! Cette fois seulement 15min de marche aller auront suffit et finalement la pluie n'est pas venue 😉.

Lac et glacier Tasman 
Tasman lake 

Après ça, nous longeons le lac Pukaki pendant une petite heure pour poursuivre cette journée au lac Tekapo. La vie appartient à ceux qui se lèvent tôt !

Le mont cook depuis le lac Pukaki 
Le mont cook (au centre) depuis le lac Pukaki  
Le mont cook (à droite) depuis le lac Pukaki   

Arrivés au lac Tekapo nous patientons jusqu'au coucher du soleil...

Lac Tekapo 
Tarot avec une vue plutôt sympathique 

...Notre objectif est d'observer la voie lactée au lac Tekapo, connu pour être un spot d'observation des étoiles idéal. Évidemment, nous ne sommes pas les seuls à avoir cette idée…

Difficile de prendre LA photo de l’église de toutes les cartes postales de la région. Mais aucun regret, la ville était agréable pour se promener en fin de journée et cela nous a permis de faire quelque chose de différent de nos soirées.

45 minutes de route plus tard pour rejoindre notre parking gratuit, cette journée se termine avec de beaux paysages plein les yeux…

On l'aura compris cette région est vraiment un coup de cœur pour nous, on aura découvert des paysages grandioses et très accessibles!

Direction maintenant notre dernière étape en Nouvelle Zélande, Christchurch.

9
9
Publié le 21 novembre 2017

Il nous reste quelques jours avant de décoller, on décide de faire un petit crochet par Akaroa dans la péninsule de Banks, la ville la plus française de Nouvelle Zélande, avant de poser nos valises à Christchurch pour les derniers jours .

Pour la petite histoire, Akaroa fut colonisée par le baleinier français Jean François Langlois.


Bon, nous voilà donc dans ce petit village de français, malheureusement la météo n'est pas avec nous, on se contente donc d'une petite balade le long du port.

Les excursions en bateau coûtent cher et de toute façon elles ne partiront pas demain la météo n'étant pas de la partie... C'était donc un passage éclair mais nous quittons la ville par la route touristique qui, malgré la pluie, nous offre de très beaux panoramas.

• • •

Il ne nous reste plus que 2 jours et il est temps de se diriger vers notre aéroport de sortie à tous les 4 qui n'est autre que la deuxième ville du pays : Christchurch.

En 2010 et 2011 Christchurch a été frappée par une série de séismes meurtriers (185 morts). La ville est depuis en reconstruction.

Symbole de ces séismes, la cathédrale, éventrée, qui est en attente de démolition (ou reconstruction on ne sait plus trop...).

La ville est donc en plein renouveau et des bâtiments très modernes ou provisoires sont partout en centre-ville, on s'y sent bien. La météo est avec nous en plus cette fois 😉.

Notre balade dans le centre ville est très agréable, on en profite pour acheter de petits souvenirs et pour... manger un Sushi 😀, ça nous avait manqué... Seul inconvénient, ici ils mettent de la mayonnaise partout, y compris à l'intérieur des sushis ^^!

Il reste tout de même quelques beaux bâtiments debout et certaines rues ont été reconstruites à l'identique.

On a eu tous les 4 un vrai coup de cœur pour l'exposition photo de New Zealand geographic.

Si vous voulez en prendre plein les yeux n'hésitez pas à aller y faire un tour: https://www.nzgeo.com/photography/photocomp/

C'est sous le soleil que se termine (presque) notre aventure Néo Zélandaise... On en aura pris plein les yeux mais on aura aussi eu froid 😉.

• • •

Une dernière nuit dans un dortoir à 4 et c'est parti pour l'aéroport de Christchurch, on décolle à 8h du matin pour Bangkok, Yohan et Mel à 12h.

On se décide d'être large et de partir à 5h30 en Uber (enfin plutôt avec Hubert le chauffeur du camping) pour être à l'aéroport 2h avant le décollage... On se rend compte dans le taxi que nous ne décollons pas à 8h mais à 7h... Quentin a bugué et n'a pas regardé les bons horaires... On ne panique pas, on arrive à l'aéroport 1h15 avant le décollage, nous sommes donc encore larges... Arrivés à l'aéroport on cherche sur le tableau notre heure de Check In... Surprise, on ne décolle pas à 7h mais à 6h25... Toujours pas de panique mais on n'est clairement plus large du tout c'est donc au pas de course que l'on enregistre nos bagages... évidemment à cette heure ci, il n'y a personne... On passe la sécurité et on arrive pile poile avant la fermeture des portes... Qui a dit qu'il fallait être à l'aéroport 2h avant le décollage ? 😉!

Nos billets électroniques datant de juillet la compagnie a changé les horaires sans nous avertir... Heureusement tout s'est bien passé et la prochaine fois (qui n'est autre que le retour à la maison...) on vérifiera 😀.