Carnet de voyage

#5 Nouvelle Calédonie

7 étapes
2 commentaires
67 abonnés
Dernière étape postée il y a 532 jours
Première escale dans le Pacifique, plages paradisiaques, culture de tribus...
Octobre 2017
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 10 octobre 2017

Arrivés à l'aéroport, tous les passagers ou presque sont accueillis par leurs proches avec un collier de fleurs des îles… on est tout de suite dépaysés ! Le calme et la tranquillité nous ont frappés dès les premières secondes, et oui ça change de l'Asie !

On ne change pas nos habitudes pour autant, on prend le bus pour se rendre au centre ville où se trouve notre auberge de jeunesse, qui est, soit dit en passant, la seule de Nouméa. Les petits budgets comme nous n’ont qu’à bien se tenir pour trouver de la place ;).

Le vue de notre auberge sur le port de Nouméa 

Par chance, le bus passe devant Décathlon, c’est parfait on y fait un petit saut pour s’équiper pour le camping. Si vous vous imaginiez que nous allions nous la couler douce à l’hôtel sur des plages de rêve, ce n’est pas tout à fait ça… c’est plutôt tente 2 places, tapis de sol en mousse, réchaud, kit de cuisine et tout ce qui va avec… le tout sur des plages de rêve tout de même 😉.

Place des cocotiers  

Une fois installés, on décide d’aller à l'office du tourisme prendre les informations nécessaires et on comprend vite qu’il va falloir réserver nos bateaux et/ou vols et organiser notre séjour avec beaucoup plus de précisions qu’à notre habitude puisque c’est les vacances scolaires dans quelques jours…

On peut dores et déjà vous donner notre planning : -Les îles Loyauté (Lifou et Maré)-La grande terre-L'île des pins

Nous ne pouvons prendre le bateau qu’après demain alors on profite du temps qui nous reste pour faire le marché de Nouméa. Humm du poisson frais en sashimi, on en rêvait ! Une jupe pour Léa, premier achat depuis 3mois, bel effort !

Pique-nique sur le port 
Le marché du centre-ville 

On finit la journée par une plage familiale très sympa. Difficile de s’y rendre en bus un dimanche mais on a fait du stop sans trop de problèmes. De toute façon il va bien falloir qu’on s’habitue à ce nouveau mode de transport parce qu’on ne va pas avoir les moyens de louer une voiture tout le séjour !

Plage du Kuendu 

On a failli oublier un point important de ces deux jours : les courses au supermarché !

On y trouve quasiment tous les produits de chez nous 😀 du pain, du fromage, du saucisson et de la bonne viande rouge ! Inutile de vous dire qu’on s’est régalés (mais pas au même prix qu’en métropole, ici tout coûte vraiment plus cher) !

• • •

Demain matin (2 octobre), départ pour les îles Loyauté par bateau (5h de bateau). On prend le Betico surnommé le « vomico », on vous laisse imaginer pourquoi. La suite au prochain épisode ;). Retour le 9/10 sur la grande terre.

2
2
Publié le 12 octobre 2017

Du 2 au 6 octobre

Après 5h de traversée sur une mer agitée, aucun de nous deux n’a été malade. Plutôt étonnant car Léa est sujette au mal de mer. À croire que les 4 jours de croisière font encore leur effet.

Nous voulons nous rendre à Luengoni, une plage magnifique de l’île, dans un camping qui donne sur la mer. Pas de voiture = stop = 45min d'attente… il n'y a pas beaucoup de voitures et on nous rappelle que c’est l’heure du déjeuner puis de la sieste… mais pas de panique le mec pas très net du trottoir d'en face (si tu vois ce que je veux dire) nous dit qu’il connaît quelqu’un qui va sur Luengoni en débauchant y’a plus qu’à attendre 16h… euh sauf qu’il est 12h30… on est tout de suite mis dans l’ambiance « doucement mais sûrement » !

On finit par trouver une voiture qui nous dépose au camping. Ici, les campings c'est plutôt chez l'habitant, pas d'emplacement juste un jardin bien entretenu et tu te mets où tu veux, c'est top! On se pose à quelques mètres de la plage, c'est paradisiaque!

Notre maison pour ces trois prochaines semaines - Hukekep camping à Luengoni 

Malgré qu’on soit plutôt bien équipés pour camper, nous n’avons rien à manger, il va falloir trouver un supermarché puisque chez l’habitant il faut commander son repas 24h à l’avance… sauf que le supermarché le plus près est à 10km et est fermé entre 11h30 et 15h30 ! Bon bah ce sera madeleines pour ce midi. On profite de ce début d’après-midi pour aller se baigner au pied de la tente pour notre première fois dans le pacifique !! Ouch elle n’est pas si chaude, on a été mal habitués en Indonésie. Et le sable, parlons de ce sable si fin qu’on dirait de la farine ! Clairement on n’est pas loin du paradis !

Luengoni 

A contre cœur il faut laisser cette merveille pour aller faire les courses, vu le nombre de voitures qu’on a croisées jusqu’à présent on a bien peur de devoir marcher ces 20km aller/retour et il est clair qu’il faut qu’on rentre avant la nuit. Chanceux que nous sommes, une voiture nous prend au bout de 20min de marche. La famille va également faire ses courses et nous redéposera même au retour, si c’est pas beau ça ! (juste pour préciser qu’on a croisé que deux voitures sur le trajet d’aller/retour…)

 Pas top la qualité mais même quand y'a plus de place dans le pick up on trouve un moyen 😉

A notre retour, le camping presque vide que nous avions laissé s’est vite rempli. On rencontre deux autres couples de français, Julie et Romain originaire du sud et qui vivent en Nouvelle Zélande depuis deux ans et Anne-Sophie et Pierre (j’ai trop pensé à toi ma Anne-so 😉) qui vivent à Nouméa depuis 5 mois. On a très vite sympathisé avec eux, on décide de tous passer la soirée autour du feu à quelques mètres de la plage.

Le contact est tellement bien passé que Julie et Romain nous proposent de passer la journée du lendemain avec eux et de nous éviter de galérer en stop. On est toujours contents de faire de nouvelles rencontres et de passer un bout de notre voyage en bonne compagnie.

On passera même les trois prochains jours ensemble !

En route pour le sud de l’île ! On passe de baie en baie toutes plus belles les unes que les autres pour aller jusqu’aux falaises de Xodre en s’arrêtant faire un petit pique-nique sur une plage. Planning de vacanciers ;).

La baie de Wadra 

Avant de quitter notre camping le lendemain, pour partir vers le nord en passant par l’ouest, on profite un peu de la plage Luengoni que l’on a à peine vue puis on file sur celle de Peng. Nous avons rarement vu de plages aussi magnifiques et pourtant il n’y a personne, nous sommes seuls ou presque, incroyable !

Luengoni 
Peng 

Les fonds marins ne sont pas aussi riches que ceux d’Indonésie mais Quentin a quand même vu deux tortues à la baie de Jinek et quelques beaux poissons. On retente le snorkeling le lendemain à la baie de Jokin et ses falaises, sans trop de succès mais l’architecture sous-marine n’en reste pas moins intéressante du fait de la visibilité incroyable et les trous dans le corail accessibles en apnée.

Couché de soleil à la baie de Jinek 
Falaises de Jokin 
Nouveau camping, vraiment pas dégueu 😉

On finit notre séjour à quatre par un beau point de vue de l'église Notre Dame de Lourdes et la visite d’une vanilleraie. Cette visite se fait chez l’habitant, dans le jardin de Joseph qui nous a transmis sa passion de la vanille et des plantes. Une visite authentique et enrichissante, comment ne pas finir sur une bonne note !

 Julie, Romain et nous - point de vue sur la baie de Jinek

Il est temps de se dire au revoir, mais on espère à bientôt, que ce soit en Nouvelle-Zélande dans quelques semaines ou en France à notre retour.

Avant de quitter Lifou, on fait de nouveau du stop pour faire Kiki beach, une plage en retrait qui vaut le détour d’après le guide. On tombe sur deux internes en médecine générale en vacances qui nous y emmènent. Après une demi-heure de marche, le wahou est assuré ! Une impression d’être au bout du monde, seuls sur cette plage paradisiaque !

On quitte Lifou après en avoir eu plein la vue. On part maintenant pour quelques jours à Maré, une autre île Loyauté, avec beaucoup de curiosité!

3
3
Publié le 18 octobre 2017

Deux heures dans le "vomico" plus tard (de nouveau sur une mer relativement agitée, on a compris pourquoi un tel surnom! Nous n’avons pas été malades mais autour de nous c’était l’hécatombe...) nous voilà donc sur la deuxième île Loyauté à notre programme, Maré, la moins touristique des 3 îles et la plus authentique.

Pendant notre séjour à Lifou, on a rencontré un « zoreille » (petit nom que les kanaks donnent aux métropolitains habitant en Nouvelle Calédonie) travaillant dans le tourisme qui nous a conseillé un camping dans le sud de Maré, on "fait donc du pouce" pour nous y rendre. À l’arrivée nous ne sommes pas déçus, on arrive au camping Waterloo chez Céline qui met à disposition son jardin pour les touristes à 50 mètres de la mer...

Nous sommes encore bien tombés : Céline est d’une gentillesse à toute épreuve et un autre couple de français et leur bébé, Stéphanie Adrien et Lili, qui vivent à Lifou pour deux mois, partage le camping avec nous, encore une super rencontre.

On a découvert sur Maré des paysages une nouvelle fois fantastiques...

Un Aquarium naturel :

Une grotte pleine de stalactites :

Et de très beaux couchés de soleil, à 50 mètres du camping :


Nous avons notamment fait une petite randonnée pour aller de baie en baie sur une matinée... et pour changer nous n’avons croisé, personne! L’impression d’être Robinson Crusoé à l’autre bout du monde, au paradis...

On nous avait prévenu, Maré rime avec authenticité, alors lorsque l’on demande à Céline si nous pouvons manger tous les 4 (avec Steph et Adrien) un bougna le lendemain soir... elle nous propose d’assister à toute la préparation... Tellement d’huile de coude pour nous régaler tous les 4... On en reste bouche bée.

Le Bougna est un plat typique mélanésien de Nouvelle Calédonie qu’ils préparent à chaque grande occasion. Ils font cuire dans un trou recouvert de terre le plat préparé dans des feuilles de bananier à l’aide de pierres chaudes. C’est un plat au poulet (ou poisson ou roussette), igname, taro, lait de coco, banane et citrouille.

La préparation du Bougna 

Nous sommes vraiment au sein de la tribu c’est donc tout naturellement que les enfants nous proposent de déguster des cocos avec eux, de jouer au foot le soir ou d’aller à la pêche. Ce fut un véritable plaisir d’être au sein de leur famille. La loi des tribus est très importante pour tous les kanaks, on en a beaucoup appris sur ce mode de fonctionnement à leur contact.

Chaque île est divisée en district. Chaque district comporte une chefferie et donc un chef que tout le monde écoute et respecte. Ce chef n’est pas élu, la fonction de chef est héréditaire. Les tribus ont un fonctionnement où tout le monde partage une partie de sa récolte, sa pêche, sa chasse et même de son argent en fonction de sa fonction. Ils sont très solidaires les uns avec les autres et se considèrent tous de « la même famille ».

On quitte les îles loyauté ravis de notre expérience, on serait bien resté quelques jours de plus pour découvrir Ouvéa, la 3ème île loyauté, malheureusement nous n’avons que 3 semaines et il a fallu faire des choix… C’est décidé, on reviendra !

Nous sommes le 9 octobre et nous avons 5 jours à consacrer à la visite de la Grande terre, nous avons décidé de louer une voiture pour plus de facilité. Ces 5 jours nous réserverons des retrouvailles 14 ans après et une expérience dont on se souviendra toute notre vie… Mais ça c’est la prochaine étape de notre voyage ! A suivre donc…

4
4
Publié le 30 octobre 2017

Nous ne pouvions pas passer un séjour en Nouvelle Calédonie sans visiter le caillou comme l'appelle affectueusement les gens d'ici.

Nous n’avons que 5 jours pour ce tour donc pour optimiser notre temps nous avons décidé de louer une voiture… Totalement hors budget habituellement mais on dort en tente depuis le début et nous nous faisons à manger donc nous avons suffisamment de marge pour se le permettre.

L’heureuse élue sera donc une Twingo rose fushia 😀.

Première étape : Bourail et la plage de Poé

On est donc parti, la Twingo chargée en direction du Nord par la côte ouest. Après 3 mois sans conduire, Quentin doit bien avouer que ça lui avait manqué.

Pour ce premier stop, nous faisons escale à Bourail, fief de la West coast et de la culture caldoche : Ambiance de Western, cowboy, rodéo et grosse américaine (Je parle des voitures bien évidemment ;))… On ne verra pas grand-chose de tout ça, nous n’avons qu’une journée et la randonnée des 3 baies nous tente bien… Et le rodéo c’est rigolo mais bon…

Après avoir trouvé un camping sans prétention mais blindé en cette période de vacances scolaires, un bol de pâte chinoise plus tard et au lit.

On privilégie donc un réveil matinal et une petite marche… Points de vue magnifiques et jolies plages…

Plage de la roche percée, point de départ de notre randonnée 

On a eu en plus la chance d’être accompagnés par 2 supers mamies en voyage, l’une d’elle à 70 ans et a dû faire le tour du monde un nombre incalculable de fois… Voyageuse depuis toujours elle en a des anecdotes et des choses à nous dire… Un vrai plaisir. Nous aurons même le plaisir de les recroiser plus tard, mais ça c’est un autre épisode.

La randonnée était sympa mais sans difficulté, à peine 2h A/R. Pour perdre le fromage dont on se gave depuis que nous sommes arrivés en Nouvelle Calédonie on repassera...

Le coucher de soleil à 50 mètres du camping 

• • •

Deuxième étape : Koné cœur de Voh et petite folie

5 jours sur la grande terre qui est 5 fois plus grande que la Martinique ça ne laisse que peu de temps… Mais pour cette deuxième étape on a décidé de faire une petite folie… Le survol du cœur de Voh et du lagon de la Nouvelle Calédonie en ULM.

On se dit qu’après tout nous ne nous sommes pas fait de cadeau d’anniversaire, l’excuse est donc toute trouvée pour sortir cette folie du budget !

Et tant qu’à faire ne faisons pas les choses à moitié : un hôtel à proximité propose un pack tout compris, hôtel « de luxe » avec piscine et Hammam, diner gastro et petit déjeuner à volonté (on reviendra d’ailleurs sur ce petit déjeuner) et un survol duo d’1h en ULM tandem (comprendre chacun son ULM mais vol en même temps en formation) du lagon et du cœur.

Après une petite après midi à profiter de la piscine de l'hôtel.

Une soirée à se régaler...

Et une matinée à se goinfrer...

Direction l'aérodrome pour une expérience magique et à couper le souffle…

Les photos sont belles mais ne rendent pas 1/10eme de ce que l’on a pu voir, nous qui avons plutôt l’habitude d’explorer le lagon en bouteille, le voir de haut c’est vraiment magnifique.

Les lagons calédoniens sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. Ils sont délimités par le plus long ensemble corallien continu du monde et ils sont à la seconde place en terme de superficie derrière ceux de l'Australie.

Le lagon est tout simplement époustouflant vu du ciel.

Le cœur de Voh est tout aussi impressionnant et l’on comprend maintenant pourquoi Yann Arthus Bertrand l’a choisi comme couverture pour son film « La terre vue du ciel», un cœur presque parfait formé par les mangroves.

Cerise sur le gâteau, le survol d’un banc d’une quarantaine de dauphins…

On arrête les superlatifs, les images parlent d’elles-mêmes .

Bon l’ULM ça secoue un peu et comme Quentin a le mal de l’air… Bah au moment de l’atterrissage - et pas avant heureusement - Quentin s’est rendu compte que le petit déjeuner à volonté ce n’était pas une bonne idée… On vous passe les détails. Heureusement ça n’a rien enlevé à la magie du moment.

5

Après cette expérience unique, il est temps d’avancer sur l'île. On traverse la grande terre d’ouest en est de jour pour profiter des paysages magnifiques que nous offre la route. Effectivement, le trajet nous dévoile de nouveaux paysages plus sauvages et plus montagneux.

En arrivant au camping de Hienghène, on se renseigne sur les activités nautiques à faire puisque la ville est en partie réputée pour, mais finalement rien ne nous tente plus que ça. On va plutôt se focaliser sur les points de vue. Et puis nous sommes un peu déçus du camping, nous avions l’habitude de séjourner en tribu avec les échanges conviviaux et les belles rencontres qui vont avec, alors nous ne voulons pas nous attarder à faire les activités touristiques en groupe.

La poule couveuse porte effectivement bien son nom.

Le sphinx est un peu moins ressemblant selon nous.

En descendant dans le sud, on longe les falaises de Lindéralique puis la côte.

Après une petite halte à la plage de Tiéti vers Poindimié, on reprend la route jusqu’au nord de Houailou pour admirer les cascades de Bâ. Mais où est passée l'eau ?

La Nouvelle-Calédonie est actuellement en situation de grande sécheresse, cela fait des années qu’elle n’a pas connu autant de sécheresse en cette période de l’année bien que ce soit le cas chaque été (décembre-janvier).

Nous n'avons pas vraiment le temps d’explorer plus la côte est puisque notre objectif premier est d’arriver à Canala à 18h, notre point de rendez-vous…

• • •

Point de rendez-vous ? Léa a la chance de retrouver une amie de collège 14 ans après qu’elle soit partie vivre en Nouvelle-Calédonie, son pays d'origine. Nous la retrouvons chez elle à Nakety, une tribu dans le district de Canala.

Les débuts ont été un peu chaotiques puisque nous nous étions mal compris sur le point de rendez-vous, sans internet et sans réseau difficile d’y remédier. Un habitant nous porte son aide, ici tout le monde se connaît, ce qui nous facilite les choses, les retrouvailles ont bien eu lieu 😉.

Nous avons été accueillis par toute la famille, son compagnon et ses deux enfants, puis nous avons passé la soirée chez eux autour d’un bon repas, super moment !

Heureusement les retrouvailles ne s’arrêtent pas là, nous avons la journée ou presque (nous devons reprendre la route à 15h) pour profiter et découvrir leur mode de vie.

Dans un premier temps, ils nous font découvrir les alentours de chez eux : la pièce des coutumes, les différents lieux de rassemblements et la rivière. Toutes les explications données pendant cette balade nous ont permis d’en connaître d'avantage sur la vie en tribu. On découvre le « jardin » commun à la tribu, disons plutôt verger ;), avec tous les arbres fruitiers et le potager ainsi que leur animaux. Pour finir notre tour, ils nous font visiter leur future maison en construction, ils vont être vraiment bien installés, on espère suivre ça grâce aux réseaux sociaux et pourquoi pas revenir dans quelques années, qui sait.

Nous nous dirigeons ensuite à Canala pour admirer les cascades de Soü et son magnifique point de vue. Enfin une cascade avec de l'eau ! Quentin, Enrico et Naraya en profite pour se baigner. C’est un endroit super sympa qui vaut le détour.

Par chance, c’est la fête du patrimoine à Canala ce week-end même, nous y faisons un tour et nous arrêtons pour manger local, un régal !

Nous sommes arrivés au début de la danse traditionnelle, nous sommes ravis, on ne pensait plus avoir l’occasion d'en voir. Les chants locaux ont suivis puis nous avons découvert des savoirs-faire artisanaux comme le tressage de paniers et la peinture sur toile de bois.

Nous faisons une halte à l’église de Nakety ainsi qu’à la tombe du leader indépendantiste Eloi Machoro.

Pour finir cette belle journée, nous nous baignons dans les sources d’eau chaude et il est déjà temps de se dire au revoir…

Nous les remercions pour cet agréable séjour, leur accueil et toutes ses découvertes ! J’espère que nous pourrons leur rendre l’appareil quand ils viendront en métropole et surtout les revoir !

Gabriella et Léa 
6
6
Publié le 30 octobre 2017

Après cette parenthèse sur la grande terre nous repartons pour une île, cette fois l'île des pins.

A notre arrivée, après 2h de Betico, nous marchons une trentaine de minutes pour trouver un camping. Nous sommes chaleureusement accueillis dans un camping familial au sein même de la tribu, tout ce qu’on cherchait ! On pose notre tente pour 3nuits. Le spot n'est pas dégueu ;).

Malheureusement le temps n’est pas avec nous, cette première journée ne sera donc pas très riche en terme de visites. C'est plutôt sieste pour madame et montage vidéo pour monsieur.

Dès le lendemain, on programme une sortie en pirogue traditionnelle pour traverser la baie d’Upi jusqu’à la baie d'Oro.

Malgré le mauvais temps qui persiste, nous avons adoré. La vue est magnifique, l’eau nous montre sa palette de couleurs variées quand le soleil veut bien se montrer et cerise sur le gâteau nous avons vu des dauphins 😀.

Après 1h30 de traversée, il nous reste une bonne demi-heure de marche pour rejoindre la piscine naturelle de l'île. C’était top, on a pu y faire du snorkeling malgré que ce soit plus touristique que ce dont nous avait habitués la Nouvelle-Calédonie jusqu’à maintenant !

Fanny, une française que nous avons rencontrée au camping la veille, passe la journée avec nous, nous décidons donc tous les trois de faire du stop pour aller sur la baie de Kuto.

Le feeling est bien passé, nous passerons les deux jours suivants ensemble.

Pour avoir une vue magnifique qui surplombe l’île, nous avons fait une petite ascension de 45min du Pic N'ga. Pour ce coup là, nous étions chanceux le temps s'était dégagé juste pour la matinée.

Le sud de l’île offre trois jolies baies. La baie de Kuto a son charme avec ses bateaux amarrés, la baie des rouleaux est moins propice à la baignade du fait de ses nombreuses vagues mais elle a le mérite d’être moins touristique, nous étions les seuls sur la plage. Notre préférée est malgré tout la baie de Kanumera, plus idyllique.

La baie de Kanumera 

Pour notre dernière matinée, nous décidons de finir en beauté : une sortie en mer de deux plongées ! Nous ne pouvions pas quitter l’île et surtout la Nouvelle-Calédonie sans avoir explorer les fonds marins en bouteille !

Nous n’avons pas été déçus, les coraux et l’architecture des fonds marins sont exceptionnels. Nous avons observé plusieurs requins gris de très près et nous avons découvert de nombreuses macro espèces, ce dont nous n’avions pas l’habitude d’observer depuis le début de notre voyage.

• • •

Il est temps de repartir pour finir d’explorer la grande terre pour notre dernier jour en Calédonie.

7

Pour notre dernier jour en Nouvelle-Calédonie, nous voulons explorer le sud de l'île. Après avoir récupéré la voiture de location, nous filons en direction du parc qui d’après ce qu’on nous a dit représente bien la beauté de la région du sud. Nous n’aurons malheureusement pas le temps d'aller jusqu’à Yaté, une autre ville conseillée.

Nous sommes accueillis par cette impressionnante terre rouge qui dévoile un autre aspect de la Calédonie.

Pour bien profiter du parc, nous louons des vélos à la journée et nous nous engageons sur le parcours le plus long de 26km.

Dédicace au 86 😉

Nous n’avons pas un grand soleil mais il nous fait quand même le plaisir de faire quelques apparitions, suffisamment pour passer une très bonne journée.

Comme nous le disions dans nos articles précédents, c’est une période de grande sécheresse, la « forêt noyée » ne l’est donc plus du tout…

Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés observer l’un des plus grands Kaori de Nouvelle-Calédonie. Son âge est estimé à 1 000 ans.

Nous sommes également allés à la rencontre de cagous, l'oiseau emblématique de l’île.

Notre séjour en Nouvelle-Calédonie s'achève donc sur cette belle journée au pays du cagou.

Pour notre dernière soirée nous retrouvons Julie et Romain que nous avons rencontrés sur Lifou pour boire une bière en bord de mer à Nouméa. On ne s’attarde pas, notre vol est à 8h donc le réveil risque de piquer.

Nous avons même réussi à revendre tout notre matériel de camping acheté en arrivant et dont nous n’aurons plus besoin pour la suite de notre voyage.

• • •

Prochaine étape la Nouvelle-Zélande avec Yohan et Mélanie, décollage imminent!