Carnet de voyage

#4 Indonésie

8 étapes
7 commentaires
66 abonnés
Dernière étape postée il y a 557 jours
Orang-outans, plages, surf, volcans, plongée... : Un mois au pays des merveilles !
Septembre 2017
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 6 septembre 2017

Petit point organisation de notre séjour en Indonésie, parce que oui nous sommes organisés 😀!

On a décidé de commencer par Sumatra, l'île la plus proche de Malaisie pour avoir le moins de chemin possible à parcourir en avion depuis la Malaisie (le prix étant directement proportionnel au nombre de km parcourus).

Nous n'avons qu'un impératif, retrouver Alice et Romain (la sœur et le beauf de Quentin) le 11 Septembre à Subaraya tout à l'est de Java. Ca nous laisse donc pas moins de 12 jours pour parcourir Sumatra et Java : Impossible!

C'est donc avec regret qu'à Sumatra nous nous contenterons d'une des étapes que l'on attend le plus dans notre voyage en Indonésie (voir de notre voyage tout court) : la rencontre avec les orang outans. Avant de nous envoler vers Java où nous aurons un peu plus de temps.


01/08

Après une première nuit sans grand intérêt à Medan (Pas moins de 2 millions d'habitants tout de même) nous voilà partis pour Bukit Lawang en "transports locaux".

Et bien la Malaisie nous avait bien mal habitués... Pas évident de se faire comprendre finalement quand les gens ne parlent pas anglais, on n'avait presque oublié (en 3 semaines... comme quoi ça va vite). On finit par s'en sortir et arriver à la gare routière, à notre grande surprise pas de grand bus mais que des petits bus, littéralement hors de prix (au premier abord...). On finit par comprendre que les informations que nous avions ne sont plus d'actualité et que les grands bus n'existent plus. On monte donc dans un petit bus (après avoir réussi à presque divisé le prix par 3 et se rapprocher du prix que l'on avait en tête).

Quelques heures plus tard nous voilà arrivés dans un charmant petit village au bord d'une rivière et à la lisière de la jungle : Bukit Lawang point de départ de notre trek le lendemain.

On réserve notre petit trek de 2 jours dans la jungle (on commence à avoir de l'expérience... Enfin c'est notre deuxième trek dans la jungle...), l'objectif premier de ce trek étant d'aller à la rencontre des orang-outans de Sumatra.

Orang-outans signifie "l'homme de la forêt" en malais. Et c'est peu dire, 97% de leur génome est identique au notre.

Il n'existe plus que 2 endroits au monde où l'on trouve des orang-outans : Sumatra et Borneo (Malaisie et Indonésie).

Ce sont des primates extrêmement intelligents, ils utilisent des outils pour se nourrir et disposent même d'une culture propre aux orang-outans

• • •

Avant le récit de notre petite aventure et les magnifiques photo de ces grands singes il faut savoir que les orang-outans sont extrêmement menacés. La déforestation et donc la destruction de leur habitat naturel est la principale menace pesant sur l'hominidé. En Indonésie (et en Malaisie) on déforeste pour permettre la culture de palmier à huile permettant de produire la fameuse huile de palme que l'on trouve dans beaucoup de nos produits du quotidien.

L'huile de palme est une catastrophe écologique... On a pu le constater en Malaisie et en Indonésie. Les forêts primaires laissent place à des plantations de palmiers à perte de vue.

Après avoir rencontré ces grands singes et l'émotion que ça vous procure on ne peut que se sentir encore plus concernés par cette problématique... Il faut rationaliser notre consommation d'huile de palme et la rendre plus durable.

Une plantation de palmier comme on en croise à perte de vue en Malaisie et à Sumatra.

Pour en savoir plus sur l'huile de palme : http://www.nationalgeographic.fr/video/environnement/2014/ce-quil-faut-savoir-sur-lhuile-de-palme

• • •

Après cette petite introduction venons en au fait.

02/09 et 03/09

Tarzan épisode 2

L'épisode 1 était la jungle de Taman Negara, qui soit dit en passant n'a pas moins de 130 millions d'années... (à titre de comparaison la forêt amazonienne n'existe "que" depuis 55 millions d'années et les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d'années...). Celle -ci est un peu moins vieille mais même un bon écologue n'arriverait pas à faire la différente... (Quoique #Geogeo)

Nous voilà donc partis dans la jungle pour observer les fameux orang-outans et toutes les espèces que l'on peut trouver dans ce parc naturel.

Copyright Jérôme et son super drone qui nous a transmis la photo 

On parle essentiellement de la faune, non pas que la flore n'était pas intéressante mais la faune était tellement absente de notre premier séjour tarzan qu'on est content de pouvoir observer de la vie dans cette fascinante immensité qu'est la jungle.

Et pour le coup on est tout de suite mis dans le bain, après 10 minutes de marche, après des cris d'un animal qui nous était inconnu on rencontre notre premier pote un Semnopithèque de Thomas petit singe endémique à Sumatra.

Pas du tout effrayé il est juste à la sortie du village à nous observer passer.

Nous sommes déjà sous le charme de ce petit singe au regard si complice et malicieux.

5 minutes après on distingue au loin nos premier orang-outans, dans un arbre, une femelle et son petit à priori... Avec les jumelles on les voit bien mais pas de quoi prendre une photo.. On se dit que c'est déjà ça... on ne va pas être déçus...

La journée commence réellement 20 minutes après et ensuite tout s’enchaîne...

On vous les présente dans l'ordre chronologique où nous les avons rencontrés. On n'a pas vraiment fait de tris et on met pas mal de photos, mais trop dur de choisir 😀.

On fait tout d'abord la rencontre d'un mal...

Nous sommes à 4/5 m de l'orang outan IMPRESSIONNANT! Les orang-outans mâles vivent seuls.

15 minutes plus tard nous voilà face à une femelle avec son bébé:

On a passé un moment avec eux, le petit n’arrêtant pas de jouer, un vrai plaisir à regarder

Quelques heures plus tard on se retrouve face à un autre mal encore plus impressionnant que le premier :

Et une femelle avec son petit accompagné d'un "adolescent" :

L'adolescent (à droite) était parmi nous, il a ouvert la main de Quentin au cas où il y aurait une petite friandise pour lui.

Et on a également croisé quelques autres animaux :

Un toucan, un varan et un gibbon (#grandDim) 

Après toutes ces fabuleuses rencontres nous arrivons à notre camps de base, pas réellement fatigués même si le trek aura duré 7h. Rien à voir avec le trek Tarzan 1, déjà aucune sangsue à l'horizon... Plusieurs longues pauses d'observations... Et un camp super luxe... Une tente, un matelas (dégonflé et un peu cassé mais c'est quand même un matelas), Un ruisseau pour se doucher... Des repas meilleurs qu'au restaurant... Que demander de plus...


Après une nuit bonne nuit réparatrice direction une petite chute d'eau et retour en rafting sur des bouées. On se rend compte qu'on ne retournera pas dans la jungle, un peu déçus et frustrés mais on en a tellement pris plein les yeux la veille...



• • •

04/08

Direction donc Java, on a prévu de passer quelques jours dans le sud de l'île. Un spot de surf reconnu comme point de chute mais ça c'est une autre histoire, la suite donc au prochain épisode.

See you soon.

2
2
Publié le 9 septembre 2017

Résumé pour les flemmards : Tu peux lire c'est pas long !

Bukit Lawang à Sumatra, départ 3h30 du matin --> arrivée 4h30 du matin à Pangandaran à Java!

25h de trajet: voiture, avion et bus...

L'Indonésie est un grand pays 😉


Au réveil, petite balade sur la plage et les environs à Pangandaran.

On découvre une ville désertée par les touristes, malgré la plage à perte de vue et les nombreux bars et restaurants de plage.

Départ en taxis partagé (avec personne...) pour Batu Karas où l'on trouve une petite guesthouse sympa :

Batu Karas est un petit village de pêcheurs connu pour son spot de surf. Plage de sable noir et vagues idéales pour les débutants 😀.

Nous voilà prêts pour quelques jours de surf, n'ayant jamais touché une planche ça s'annonce sportif et riche en eau de mer!

On investit dans un cour d'une heure histoire de partir sur de bonnes bases! (On aurait bien pris plus mais c'est hors budget 😉)

On est d'abord surpris par notre réussite... On se met debout à chaque vague pendant l'heure de cours. Il faut dire que l'on a un prof chacun et qu'ils nous mettent dans les conditions idéales pour "prendre la vague".

Une fois seuls, ça se complique... Il n'y a plus personne pour vous dire quelle vague choisir, ni pour vous retourner, ni pour vous dire quand vous mettre debout. Dur dur d'être débutant!

Après une bonne dose de persévérance et toujours d'eau de mer, on s'en sort pas trop mal et on a pris beaucoup de plaisir.

Malgré les courbatures chaque matin au réveil, c'était une bonne expérience! On recommencera, pourquoi pas lors d'une prochaine étape!

"L'Indonésie est un grand pays" mais le monde est petit... On croise par hasard un pote de Quentin et sa copine pendant une session surf. Ils font également un tour en Asie de 6 mois. On a passé la journée ensemble, c'est toujours agréable de partager ses expériences de voyage et d'être en bonne compagnie 😉.

Guillaume et Lucie : lesaventuresdeguilu.wordpress.com

Ces quelques jours sportifs au bord de mer nous ont fait le plus grand bien mais il est temps de continuer notre périple pour rejoindre Alice et Romain (sœur et beau-frère de Quentin) dans les temps.

Direction maintenant Yogyakarta, capitale de la culture javanaise pour un peu plus de 2 jours.

• • •

Infos pratiques :

Nouvelle section (on va modifier les précédents articles au fur et à mesure dès qu'on aura un peu de temps).

On pioche tellement d'infos sur les autres blogs que l'on se doit de partager nos expériences et bons plans également. Notre vie c'est bien pour la famille et les amis. Cette section est donc à destination des autres voyageurs.

- Bukit Lawang - Medan : en bus touristique, 190.000rp/pers. 3h30 et déposés à l'aéroport. On a choisi la facilité puisqu'on s'apprêtait à faire 25h de voyage. Sinon il est possible de prendre un ojek jusqu'au terminal bus de Bukit Lawang pour 10.000rp/pers, puis 30.000rp/pers pour le minibus qui part environ toutes les heures jusqu'à 17h. Et finir par un taxi de Medan à l'aéroport.

- Medan - Jakarta: avion avec Citilink (pas de repas compris)

- Jakarta - Pangandaran: Des bus partent toutes les demi-heures depuis l'aéroport en direction de la station de bus Kampung Rambutan40.000rp/pers. Prendre ensuite un bus direct (attention ils ne le sont pas tous) pour Pangandaran, 85.000rp/95.000rp (sans AC/avec), environ toutes les heures jusqu'à 19h (départ bus non AC 17h45, remplacé aussitôt par un bus AC qui part 1h après). Prévoir de quoi se couvrir si vous prenez le bus climatisé, ils mettent vraiment la clim à fond.

- Pangandaran: droit d'entrée 6.000rp/pers. Bamboo house 150.000rp AC et petit déjeuner compris (propre, simple et accueillants).

- Pangandaran - BatuKaras: 2 solutions, soit négocié un minibus jusqu'à Batukaras 50.000rp/pers (ce qu'on a choisi), soit prendre un bus jusqu'à Cijulang 10.000rp/pers puis un ojek à 30.000rp.

- BatuKaras : Guesthouse Jesfa, chambre négociée à 150.000rp petit déjeuner compris, cours de surf 250.000rp/pers/1h impossible de négocier :/, 75.000rp/planche pour toute la journée (juste en face de Jesfa homestay). Pour les 2, personnels très accueillants.

3
3
Publié le 22 septembre 2017

Après 8h de minibus, nous arrivons à Yogyakarta en pleine nuit mais personne n'est là pour nous accueillir... euh à 3h du mat ça va être un peu compliqué de trouver une autre guesthouse...heureusement après 10 minutes et une petite montée de stress, la propriétaire toute endormie vient nous ouvrir! Vu l'heure, on ne lui en tiendra pas rigueur 😉.


9 septembre 2017

Premier jour et programme bien chargé en tête, mais un article sur le blog plus tard et voilà notre journée bien entamée, on décide alors de se promener dans les rues de Prawirotaman pour admirer le street art.



On continue avec la visite d'une fabrique de Batik. Il y en a plein les rues dans le quartier, on ne pouvait pas passer à côté.

Le Batik est une technique d'impression pratiquée en Indonésie. Le mot, d'origine javanaise, signifie "point". Il s'agit d'appliquer de la cire sur le tissus avant de procéder à la teinte pour faire ressortir des motifs.


Voici les étapes du procédé:

La visite est très sympa à faire et le résultat est magnifique, on s'est presque laissés tenter mais bon nos sacs sont déjà pleins à craquer et évidemment on était tous les deux attirés par les plus chers :/ ah goût de luxe quand tu nous tiens!


Nous sommes à quelques jours de faire l'ascension du Mont Bromo et on passe une bonne partie de l'après midi à se renseigner, chercher des informations et comparer toutes les options et les prix. Après de multiple revirements de situation (avec agence/sans agence, en bus/ en train...) on décide de rejoindre Alice et Romain directement là-bas en train et de tout faire par nous même.


On finit cette première journée par la rue très animée Malioboro. Mélangés à une foule de locaux, on arpente la rue à travers de nombreux marchés.

Nous tombons nez à nez avec un Pizza Hut, vous vous en doutez on n'a pas pu résister. Notre envie de fromage persiste fortement et il faut avouer que malgré la taille des pizzas (bien trop petites à notre goût) la pâte fourrée au fromage nous a comblés 😀.

Nos petites jambes sont fatiguées, on se fait ramener par un moto-pousse. Pour notre défense, on ne pouvait pas passer par Yogyakarta sans tester ce fameux mode de transport local 😉.

10 septembre

Le deuxième jour rime avec gastronomie 😀 pour notre plus grand bonheur.

Nous aurions aimé faire le lever du soleil à Borobudur (temples) mais sachant que nous allions nous lever très tôt les deux prochains jours pour Bromo et Kawa Ijen, nous avons vite renoncé. On opte alors pour une journée assez tranquille.


Après s'être de nouveau baladés dans les petites ruelles et être rentrés dans plusieurs galeries/ateliers d'art, nous nous arrêtons à Via Via, un restaurant connu dans les environs et que l'on recommande vivement. Le chicken coconut était extra et nous y sommes même retournés le soir pour les très bonnes pâtes à la carbonara et le fried banana recommandé dans plusieurs blogs.

On a entendu parlé d'une tradition indonésienne qui consiste à marcher les yeux fermées entre les arbres de Beringin. Une légende dit qu’en traversant entre ces deux arbres les yeux bandés, votre vœu le plus cher se réalisera, pourquoi ne pas essayer? Finalement, une fois sur place, une fête locale a lieu et la tradition s'est transformée en concours. On a donc uniquement regardé mais c'était plutôt sympa quand même.

On décide de ne pas visiter le palais du sultan ni le palais d'eau. D'après les critiques que nous avons lues, la plupart des blogueurs étaient déçus. Bon, aucune frustration, les visites culturelles sont loin d'être finies pour nous...Nous avons quand même visité la mosquée souterraine du parc Taman Sari qui n'est plus un lieu de culte depuis 1812, en tombant dessus un peu par hasard.

Pour finir notre tour, nous sommes allés au marché Beringharjo. Nous sommes arrivés quelques minutes avant la fermeture, certains stands étaient déjà fermés mais aucun regret nous ne sommes pas très emballés.

Pour conclure, c'est une ville de passage intéressante mais pas incontournable surtout si on ne va pas à Borobudur.

Prochaine étape, retrouver Alice et Romain et les volcans de Java.

4
4
Publié le 28 septembre 2017

Après 2 mois à 2, nous voilà partiS pour notre première étape à 4 : Les volcans Bromo et Kawa Ijen

Objectif numéro 1 : Retrouver Alice et Romain

On a donc choisi le train pour rejoindre Probolinggo la ville où Alice et Romain nous retrouve en voiture. Les 12h de minibus ne nous branchaient pas tant que ça, on choisit le train pour une nouvelle expérience...

On nous avait pourtant prévenus, les 9h de train sont longues... surtout en classe exécutive (celle que nous avons choisie, forcément c'est la moins chère).

C'est assez simple, 2 banquettes de 3 face à face, angle à 90°, de la place que pour une seule personne pour les genoux donc obligés de se mettre en quinconce parce qu'évidemment le train est blindé. On vous fait pas un dessin, quoi que, mais c'était très très long!

Arrivé à la gare de Probolinggo on retrouve instantanément la voiture d'Alice et Romain qui rentre dans le parking : Timing parfait !

Ils ne nous restent plus qu'à faire les 2h de voiture qui nous séparent de Cemoro Lawang au pied du volcan.

A notre arrivée de nuit, quelle surprise, un volcan (dont on ne sait pas encore le nom) est en éruption... Non, finalement, ce n'est pas une coulée de lave... Même si on avoue qu'on y croyait jusqu'au petit matin... c'est un incendie de forêt sur un volcan...


Après avoir trouvé une chambre pour 4 et un dîner retrouvaille (première bière depuis 1 mois... oui oui), dodo, demain on se lève tôt.

• • •

Objectif numéro 2 : le mont Bromo

Le Mont Bromo est un volcan encore en activité, il culmine à 2329 m d'altitude et son cratère fait 800 m de diamètre.

Réveil très matinal (3h) pour aller admirer le levé de soleil depuis le volcan donnant sur le Bromo, le Pananjakan.

On se rend compte que les flammes de la veille viennent justement de ce volcan... On décide tout de même de s'aventurer jusqu'au point de vu en "traversant l'incendie" via le chemin qui ne semblait pas touché.

Et on est pas déçus du panorama qui s'offre à nous...

Un levé de soleil magnifique... Un panorama à couper le souffle...

Une petite attente dans le froid tout de même avant que le soleil vienne nous réchauffer.

Malheureusement parfois obstruée par la fumée de l'incendie en dessous de nous mais après tout on est sur un volcan... ça ne fait qu'ajouter du mystique à la situation.

Et le clou du spectacle... Un conté directement ramené de France par Alice et Romain face à ce spectacle...

Après s'être repus de ce fabuleux spectacle (et du conté), on redescend jusqu'au cratère en coupant à travers les champs de poireaux (ou oignons on ne sait pas trop...) pour éviter les droits d'entrée au cratère (totalement exorbitant et dont on ne connaît pas vraiment la destination).

La traversée jusqu'au cratère est l'occasion de quelques photos sympas :

On entend déjà en s'approchant la terre gronder !

L'ascension au cratère se fait par une volée de marches directement creusées dans la roche volcanique.

L'arrivée est spectaculaire... Un immense cratère fumant et grondant! On ne s'entend plus parler... La terre gronde sous nos pieds!

Quelles sensations! Les filles (et Romain :)) ont même le vertige, on ne fera donc pas le tour via la crête que l'on distingue sur la photo :

Romain et Quentin 

On redescend satisfaits et un peu fatigués par notre réveil matinal, il est temps de rejoindre le deuxième volcan au programme par les transports en commun. On prend d'abord un bus collectif pour 9... il faut être 15 pour partir (rentabilité indonésienne 😉), à 13 afin de ne pas perdre plus de temps on achète à tous les 2 places manquantes. (pour les détails des transports voir infos pratiques).

• • •

Objectif numéro 3 : Le kawa Ijen et les porteurs de souffre

Le Kawa Ijen est un volcan explosif toujours actif, il abrite le lac de cratère le plus acide du monde. Il est extrait du volcan du souffre qui sert à la fabrication de médicaments et cosmétiques.

Sur le chemin, dans le bus entre Bromo et Kawa Ijen, on rencontre deux français avec qui le courant passe tout de suite, Anaïs et Thomas, au fil de la conversation il se trouve que leur guesthouse dispose de 2 chambres disponibles supplémentaires, on arrive tard et c'est l'occasion de faire l'ascension ensemble.

Départ de la Ghesthouse à 1h du matin après une courte nuit ou plutôt sieste... pour admirer les flammes bleues visibles au fond du cratère de nuit.

Après une montée d'environ 1h30 un peu compliquée pour Alice, malade, nous voilà aux flammes bleues, spectacle sympa à voir.

On a loué à la ghesthouse des masques à gaz pour se protéger des émanations de souffre. Tu vois maman(s) nous ne sommes tout de même pas complètement inconscients 😀.

avec Anaïs et Thomas 

On a l'occasion pendant cette descente de croiser des porteurs de souffre, un des métiers les plus difficiles au monde.

Les porteurs de souffre transportent sur le dos des chargements de 60 à 100 kg... Leur espérance de vie n'est que de 40 ans. La plupart ne dispose que d'un chiffon mouillé pour se protéger des émanations du souffre... Le kilo de souffre ne leur ai payé que 800 Rupiahs (soit 5 centimes d'euro). Ils arrivent tout de même grâce à leurs efforts quotidiens à dégager 2 fois le salaire moyen indonésien... Mais à quel prix...


On les a rémunéré pour les photos évidemment... On leur doit bien ça! 

On remonte du cratère pour admirer à nouveau un levé de soleil, on s'est quand même pas levés si tôt pour le laisser passer... Et encore une fois nous ne sommes pas déçus!!


Exténués par cette nuit de grimpette nous rentrons tous les 6 à la guesthouse prendre un petit déjeuner bien mérité !




Nous en terminons ainsi nos péripéties javanaises, direction Bali pour de nouvelles aventures.

• • •


Infos pratiques :

Trajet jusqu'au Bromo :

- Yogyakarta - Probolingo : en train, 115.000 rp/pers. 9h de train en classe exécutive. Clairement on recommande pas, c'est très long et très inconfortable, les 12h de mini bus directement jusqu'à Cemoro Lawang sont préférables ou alors prendre la classe business.

- Probolingo - Cemoro Lawang : On a profité de la voiture privée d'Alice et Romain qui passait par Probolingo...


Bromo :

On a décidé de ne pas passer par agence pour enchaîner les 2 volcans et on a bien fait.

Arrivé au Bromo vers 18h sans réservation on a trouvé en 5 minutes : 150 000 Rp la chambre pour 2.

Levé de soleil sur le volcan : on a suivi les jeep qui partent vers le sommet du Pananjakan pour admirer le levé de soleil : départ 3h30

Cratère du Bromo : On a coupé à travers les champs de poireau en redescendant du Panajakan, il y a plusieurs chemin, à chaque fois avec une pancarte indiquant de ne surtout pas passer par là... Il suffit de se diriger vers le cratère ensuite.

(Prix en passant par l'entrée touristique : 230 000 Rp / personne)


Bromo - Kawa Ijen :

- Cemoro Lawang - Probolingo en mini bus local : 30 000 Rp / persone si le mini bus est plein (15 personnes) sinon il faut attendre ou acheter les places restantes.

- Probolingo - Banyuwangi : Bus local "exécutive" : 150 000 Rp/ pers. 5h de trajet environ avec stop pour le déjeuner.

- Banyuwangi - Ijen : Transport privé affrété par la guesthouse.

Guesthouse à proximité du Ijen :

Herry ghesthouse : 300 000 Rp /personne pour l'hébergement, le transport depuis et vers le Ijen et depuis et vers le ferry pour Bali, les masques à gaz, le dîner, le petit déjeuner et l'entrée au Ijen.

On recommande vivement, c'était dans un petit village très typique et Erry est top et super sympa.

5
5
Publié le 29 septembre 2017

(Certaines photos copyright Alice 😉)

Sur le ferry Ketapang-Gilimanuk 

13 septembre

Après ces deux jours d'ascensions et de réveils très matinaux, nous avons qu'une idée en tête : la plage! D'ailleurs nous ne sommes pas les seuls, Anaïs et Thomas ont le même programme, c'est tout naturellement que l'on décide de poursuivre la journée ensemble 😀.

Direction la plage la plus proche au nord ouest à Pemuteran. C'est un petit village très mignon qui fera très bien l'affaire pour une après midi farniente!

Petite piscine en prime à l'hôtel 

Pour la suite, nous redescendons dans le centre à Ubud pour quelques jours. Notre idée première était de poursuivre dans le nord pour Lovina, une ville où l'on peut observer des dauphins mais après quelques lectures on s'est vite aperçu qu'il s'agissait de bateaux remplis de touristes qui partaient à la chasse aux dauphins de manière trop peu éthique. Tant pis pour les dauphins, une prochaine fois peut être...

• • •

14 septembre

Maintenant que nous voyageons à quatre, les galères de transport ne vont plus être les mêmes 😀, prendre une voiture privée nous revient presque au même prix que le bus et nous fait économiser de nombreuses heures! Les transports en commun à Bali c'est vraiment la galère, les bus partent principalement que le matin et il faut prendre de nombreuses correspondances...

On profite de cette occasion pour demander à notre chauffeur de faire plusieurs escales touristiques sur la route.

Premier stop aux chutes d'eau, très sympa et puis ça dégourdit les jambes!

Deuxième arrêt au lac, sur les photos vues en amont ça avait l'air sympa mais bon rien d'exceptionnel finalement!


À notre arrivée à Ubud, nous sommes agréablement surpris, c'est verdoyant et chaleureux, rien à voir avec les grandes villes sales et surpeuplées visitées auparavant. On ne s'attendait pas non plus à voir de nombreuses rizières à l'intérieur de la ville, il y en a même une acollée à notre guesthouse. Vous l'aurez compris, on s'y sent vite très bien. Malheureusement un peu trop touristique à notre goût quand même, on n'avait encore jamais autant entendu parler français à tous les coins de rue depuis le début de notre voyage!

notre voisine 😉

Pour notre première après midi sur les lieux, on profite de la terrasse cosy et très colorée de notre guesthouse pour manger nos fameux fromages de chèvre... humm... oui nous avons été très gâtés en fromage par Alice et Romain, chanceux que nous sommes! On a même eu la surprise de constater qu'il y avait du pain pré-cuit à la carte pour accompagner tout ça 😀. Alors là c'est l'apothéose!

Miamm c'est bon !


On poursuit par une petite marche digestive (oui parce que nos petits estomacs ont pris l'habitude de se contenter d'un simple et unique plat désormais) au Monkey Forest. C'est une balade sympa, la flore est très jolie et il y avait des singes partout, vraiment partout, pas de publicité mensongère pour le coup! Par contre, il y a malgré tout plus de touristes que de singes, ce qui donne automatiquement une dizaine de personnes appareils photos à la main autour d'un seul singe... Nous ne sommes pas convaincus par le bien fondé de cette attraction touristique où les singes sont gavés par les touristes. De plus, il n'y avait qu'une espèce de singe, la même que tout ceux que l'on croise au bord de route.

Après une balade dans les rues remplies de toutes sortes de magasins (dure tentation pour Léa), on rentre dîner et manger notre dernier fromage accompagné d'une baguette de la boulangerie du quartier, plutôt deux fois qu'une 😉.

• • •

15 septembre

Pour notre deuxième et dernier jour à Ubud et ses environs, nous louons des scooters pour aller visiter les rizières en terrasse à Jatiluwih, pour le plus grand bonheur de Quentin et Romain (le bonheur de conduire un scooter non pas des rizières vous l'avez bien compris).

La campagne autour de Jatiluwih est reconnu par l'Unesco. Ses rizières représentent le fonctionnement des subak balinais, ces systèmes d’irrigation et de gestion de l’eau qui sont traditionnellement ancrés dans la culture balinaise.

L'endroit est magnifique, plein de charme et d'authenticité, nous sommes tous unanimes nous avons adoré! Il y a des rizières à perte de vue...

Quelques kilomètres plus loin, nous avons visité le temple Pura Ulhur Batukaru empreint de sérénité.

Le soir, on va voir un spectacle de danse balinaise, enfin "on"... plutôt Alice et Léa, les garçons ont été congédiés et sont allé boire une bière. Quand la musique commence, on se rend vite compte que le spectacle va être long. La musique est très forte et pour être honnête, ça casse vite les oreilles. Les costumes sont magnifiques et les danses très typiques rien à voir avec ce que l'on s'imaginait. Elles dansent beaucoup avec la tête, les doigts et même les yeux. Une fois le spectacle terminé et les oreilles reposées, nous sommes contentes de l'avoir fait pour la découverte culturelle. Petit conseil: certaines personnes sont arrivées au milieu du spectacle et on certainement payé moins cher, si c'est le cas, à refaire c'est ce pour quoi nous aurions opté.

On retrouve Anaïs et Thomas au restaurant pour notre dernière soirée tous ensemble.

• • •

Dernière étape au nord-est de Bali : Amed

Amed est réputée pour ses fonds marins, notamment pour l'épave Liberty située à 15km et les bumphead fish qu'on y trouve.

L'USS Liberty est un navire américain datant de la première guerre mondiale qui servait comme transport d'animaux. Coulé par un sous-marin japonais en 1942, il est échoué sur l'île de Bali. En 1963, le navire est déplacé au large de la plage par une éruption volcanique du volcan Agung qui menace de nouveau d'exploser aujourd'hui. Aujourd'hui l'épave est un célèbre site de plongée.


16/17 septembre

Notre priorité était donc d'organiser cette plongée dès notre arrivée. Pour voir ces fameux poissons il faut faire la plongée aux aurores, il est donc préférable qu'Alice et Romain fassent une plongée de plus la veille étant donné qu'ils ne sont pas certifiés et qu'ils ont toutes une batterie d'exercices de sécurité à faire. On décide de les accompagner mais malheureusement il y a tellement de vagues que la visibilité ne nous permet pas de voir grand chose. On croise les doigts pour que la mer se calme le lendemain. Malheureusement ça n'a pas été le cas, à 6h du matin la visibilité n'était toujours pas au rendez-vous mais le spot était tellement sympa que nous avons tous apprécié la plongée.

Alice - Bumphead fish - Léa et Quentin 

Après cet effort matinal, il est temps de se reposer sur la plage!

Bali c'est déjà terminé, les îles Gili nous attendent pour quelques jours de tranquillité et de soleil!

• • •

Infos pratiques :

- Traversée en ferry Ketapang-Gilimanuk : 6 000 rp/pers, 1h

- Gilimanuk-Pemuteran : 150 000 rp/voiture, nous étions 6 donc ça vallait le coup sinon il est possible de prendre le bus à la station juste à côté de la sortie du ferry pour bien moins cher.

- Dimply homestay à Pemuteran : à moins de 10min à pieds de la plage, 350 000 rp/chambre petit déjeuner compris, trop cher pour nous à la base mais vu que nous sommes arrivés tard (19h) ils nous ont fait un prix à 250 000rp plutôt que de laisser les chambres vides. C'est vraiment sympa avec une piscine extérieure et une salle de bain magnifique tout en galets.

- Pemuteran-Ubud : 700 000rp/voiture privée, c'est plutôt cher mais nous étions 4. Nous avons pu faire 2 stops touristiques sur le chemin à notre guise. Sinon il faut prendre plusieurs bus a priori 3 et si les correspondances ne s'enchaînent pas bien vous en avez pour la journée d'après des blogueurs.


A Ubud :

- Louer un scooter : 50 000rp la journée à notre guesthouse, environ 10 000rp/L. Pas de réelle station essence mais des bouteilles bleues sur le bord de route.

- Happy mango tree guesthouse 200 000rp la chambre double et 50 000rp en dortoir de 4. Très colorée, cosy et bien située, on peut tout faire à pied dans le centre, nous avons beaucoup aimé.

- Monkey Forest : 50 000rp l'entrée, cher pour ce que c'est d'après nous. 1h de balade

- Spectacle de danse balinaise : entre 80 000 et 100 000rp en fonction du lieu à 19h30. Il y a plusieurs scènes différentes, il ne reste plus qu'à choisir. Il n'est pas difficile de trouver des tickets on vous accoste à tout les coins de rue.

- Jatiluwih Rice terrasse : 40 000rp l'entrée (à 15km)

- Le temple Pura Ulhur Batukaru : 15 000rp l'entrée


- Ubud-Amed: 200 000rp le taxi 3h quand il y a du trafic


À Amed :

- Adventure divers : patronne très accueillante qui a aménagé son dive shop avec beaucoup de charme. 800 000rp deux plongées certifiées avec petit déjeuner et déjeuner offert ainsi que le trajet jusqu'à ta guesthouse, 1 200 000rp deux plongées baptême etc.

- Kadek homestay : vue sur la plage, bien située, propriétaires accueillants, 200 000rp petit déjeuner compris

- Fast boat to Gili Air avec Pacha express : 200 000rp/ la traversée, pas très professionnel le moteur est tombé en panne 2fois pendant la traversée, on est très brassés (bateau pas adapté) pas de place assise pour les derniers qui se retrouvent à l'arrière du bateau trempés.


6
6
Publié le 1er octobre 2017

Les Gili sont composées de trois îles : Trawangan, Méno et Air.

Trawangan est réputée pour être une île de fêtards et très animée, a contrario Meno est moins touristique, plus préservée et plus paisible. Quant à Air c’est entre les deux ni trop animée, ni trop déserte. Le choix était vite fait ! On commence la semaine à Gili Air et on la finira à Méno. On peut déjà vous dire que c’était un excellent choix 😉.

Comme à notre habitude, nous n’avions rien réservé, alors c’est parti pour la recherche d’une guesthouse pas chère… aïe, on se rend vite compte que tout va être plus cher ici… après une heure de recherche sac sur le dos, on finit par trouver deux petites cabanes à quelques pas de la plage pour 3 nuits. On est vraiment pas mal 😀.

Plage, snorkeling, jus de fruit frais, bronzer, manger… quel beau programme pour ces prochains jours !

La plus belle plage des îles Gili , celle de Méno 
Gili Air 

En prime, plusieurs couché de soleil magnifiques !

On ajoute à ça deux plongées su Gili Air. La première sur le spot Halik, vraiment chouette ! Une plongée dérivante, le principe est simple on vous lâche à un point et vous vous laisser porter jusqu’à la fin de la plongée par le courant. Que demander de mieux ;). On a aperçu quelques tortues au loin, un requin à pointe noire, des bébés requins à pointe blanche (1m tout de même) et le fond marin était particulièrement coloré et riche en poissons... La sensation d’être dans un aquarium ! Pour la deuxième plongée, on a fait notre bonne action de la semaine, nous avons participé à une plongée bénévole pour nettoyer les fonds marins. Nous avons récolté 25kg à 10, on repart pas peu fiers.

Prêts pour ramasser les déchets 😉

La cerise sur le gâteau, nous avons nagé avec les tortues à Gili Meno J. A quelques mètres du bord de la plage, on a pu observer 5 ou 6 tortues venant manger dans 1m d’eau, vraiment magique !

Après 5 jours de farniente absolu, il est temps de quitter la terre ferme pour 4 jours de croisière entre Lombok et Flores, on a hâte !


• • •

Infos pratiques:

- Gili Air - Gili Meno : bateau publique à 8h30, 35 000rp/pers

- Gili air Santay guesthouse : 250 000rp la chambre double avec ventilateur

- Warung Sasak : notre cantine 😉 nourriture indonésienne pas chère et très bonne. On conseille les parapek (au gingembre) et les gado gado (sauce cacahouète)

- Gili Méno - Lambok : 14 000rp/pers départ entre 7h et 8h dès qu'il est plein

7
7
Publié le 8 octobre 2017

"Dernière" étape de notre voyage à 4 :

Croisière de 4 jours entre Lombok et Flores en passant par le parc national de Komodo.

Départ de Gili Méno à 7h30 avec le premier bateau, transport public Indonésien, le bateau part entre 7h et 8h dès qu'il est plein... On nous assure que nous avons le temps et qu'il ne part pas avant 8h... On préfère assurer le coup et pendant que les filles prennent le petit déjeuner Quentin et Romain vont chercher les billets. À 7h15 on prend presque possession des derniers billets ... Retour à la guesthouse en courant, on récupère les sacs, les pancakes (et les filles) et direction le bateau... Arrivés tous les 4 au bateau à 7h29, 7h30 il était parti! Ouf.



On retrouve le prestataire de la croisière et direction l'est de Lombok par la route (100km : 3h30, comme d'hab énormément d'embouteillages. On en n'a pas beaucoup parlé mais l'Indonésie est le 5ème pays le plus peuplé au monde et ça se voit sur la route... Des embouteillages systématiquement et partout.

• • •

Jour 1 : Bateau et mal de mer...

À l'arrivée, à peine le temps de découvrir le bateau que l'on était déjà parti, c'est pas plus mal...

Les 3/4 premières heures sont très mouvementées, la mer est déchaînée. Léa et Alice se demandent pourquoi elles sont là et dans quoi elles se sont engagées... Romain et Quentin ne sont pas en pleine forme mais pas de mal de mer. Enfin 4 jours comme ça et c'est l'enfer pour tout le monde... Heureusement ça aura duré 4h, après une petite pause baignade en fin de journée la mer est calmée et à part quelques petits coucous de temps en temps elle nous aura laissés tranquilles et plus personne n'aura été malade (ou presque... 😉 Alice).


On profite de cette première journée pour rencontrer et discuter avec nos confrères de croisière, oui détail qui n'en est pas un, on est 30 sur un bateau de 25m... Croisière ok, mais croisière de Backpackers.

On sympathise beaucoup avec les autres français sur le bateau : Johann Backpackers au long court et sur la route pendant 2 ans et Julie et Christophe couple breton/parisien en vacances pour 2 semaines.

Après une première journée entièrement ou presque consacrée à la navigation, au dodo. Comme on vit avec le soleil, à 20h30 tout le monde est dans son lit... Backpackers raisonnables. On dort tous sur le pont sur des matelas par terre les uns à côté des autres, convivial et confortable ! Sauf que le bateau reprend la route à 2h du matin mais bon on a signé !

• • •

Jour 2 : Une cascade et des dauphins

Après notre banana pancake, devenu rituel en Indonésie, premier vrai stop au programme : Moyo waterfalls. Ça fait du bien de retrouver la terre ferme. Baignade en eau douce et escalade jusqu'à la piscine naturelle au sommet, rafraîchissant (et l'occasion de rincer ses cheveux plein de sel 😀 il n'y a pas d'eau douce ni de salle de bain dans le bateau).

On continue notre route ou notre mer je ne sais pas, petit stop baignade avant un long périple de 18h pour enfin atteindre le parc national de Komodo.

Pendant un petit apéro sur l'avant du bateau on a eu la chance d'être accompagné par des dauphins jouant à l'avant du bateau... magique!

On s'est habitué au roulis du bateau et dormir en naviguant ne nous pose plus aucun problème.

Jour 3 : Raie manta et sable rose

Un levé de soleil de plus magnifique... la journée s'annonce chargée !

Levé du soleil 

Une petite rando plus tard nous voilà au sommet d'un point de vue à couper le souffle! Le retour à la nage au bateau nous permet d'évacuer le surplus de chaleur.

Après cette petite promenade direction le spot qu'on attendait le plus... non pas les dragons qui sont prévus demain mais le manta point, un endroit où les raies manta ont l'habitude de se rendre... Tout le monde croise les doigts sur le bateau. Et on n'a pas été déçu, on a eu la chance de voir et de nager avec une dizaine de raies manta!

Magnifiques !!! Inoubliable!

Quentin à proximité de la Manta (Copyright Johann) 

Un peu frustré de ne pas pouvoir rester plus longtemps direction Red Beach, une plage légèrement rose dû à l'érosion des coraux rouges. 2h de stop sur la plage qui se trouve être également un super spot de snorkeling et de plongée... Ça promet pour les plongées prévues après la croisière 😉.

Dernière soirée sur le bateau. À la nuit tombée les bières coulent à flot, musique à fond sur le bateau, les espagnols enflamment le dance floor, tout le monde s'y met et danse... Et tout le monde est au lit à 22h... Quand tu commences la soirée à 18h30 après une journée pareil... Un vrai goûter d'anniversaire !

• • •

Jour 4 : Dragons de Komodo et terre ferme

Après un nouveau levé de soleil...

...le bateau nous dépose à 7h sur l'île de Komodo, le seul endroit au monde avec l'île de Rinca (que l'on a fait juste après) où l'on peut voir des dragons de Komodo. Une promenade de 2h sur chaque île afin de les observer, accompagnés de rangers afin de ne pas prendre de risque.

Les dragons de Komodo sont des varans géants pouvant mesurer jusqu'à 3 mètres. Ils ne sont présents que dans l'archipel de Komodo. Ils sont carnivores et plusieurs accidents avec des touristes (imprudents) sont à signaler régulièrement. Un Singapourien est mort en mai dernier 48h après avoir été mordu.

Une rando au milieu de leur habitat naturel nous a permis de les observer. Avec en prime de beaux points de vue et un cadre agréable.

Une dernière pause baignade plus tard nous voilà arrivés à Labuan Bajo sur Florès.

On a la possibilité de passer une dernière nuit sur le bateau mais la tentation d'une bonne douche est trop forte... et se retrouver à 2 sur le bateau ne nous enchante pas (tout le monde souhaitant dormir sur terre).

On dit donc au revoir à tout le monde et direction les clubs de plongée, nous n'avons qu'une journée à Labuan Bajo et on compte bien en profiter.

Demain pour notre dernière étape en Indonésie, plongée au parc national de Komodo.

8
8
Publié le 9 octobre 2017

Pour notre dernière journée en Indonésie (sans compter la journée de transition à Jakarta) nous partons pour 1 journée de plongée. Alice et Romain préfèrent rester sur Labuan Bajo pour profiter de la plage. Nous voilà donc partis tous les 2.

La réserve de Komodo est considérée comme l'un des meilleurs endroits du monde pour l'observation de la vie sous marine. Les rencontres entre les courants chauds et froids favorisent la création de planctons et attirent donc énormément d'espèces.

On ne pouvait pas louper ça, nous voilà donc partis pour une journée en bateau (ça nous avait manqué 😀) afin d'enchaîner 3 plongées.

La mer est agitée mais on a l'impression de n'avoir pas quitté notre bateau de la veille, les 2h pour y accéder passent donc très vite. Le mal de mer n'a qu'à bien se tenir.

La première plongée nous laisse sur notre fin... "Seulement" 2 petits requins à pointe blanche à se mettre sous la dent... Visiblement ce n'était qu'un échauffement...

La deuxième plongée est tout simplement magique...

Nous nous sommes retrouvés au milieu de plusieurs requins adultes à moins d'1 m de nous, tout simplement magique...

La 3ème plongée est une plongée dérivante, Léa préfère passer son tour, fatiguée par les 2 premières plongées sportives. Quentin change donc de binôme. Encore une fois une plongée à couper le souffle, des coraux, des tortues de mer à ne plus savoir quoi en faire, des thons...

Un spectacle à couper le souffle...

Il y a vraiment un poisson sur la photo de gauche, premier qui le trouve et qui trouve son nom a gagné.

Cette dernière journée a été chargée et on rentre épuisés, dernier resto en compagnie d'Alice, Romain, Julie et Christophe et au dodo.

28 Septembre

Direction Jakarta pour la dernière journée de notre séjour en Indonésie. On aura profité de notre VISA gratuit jusqu'au dernier jour.

Un peu de pression en allant à l'aéroport, le volcan Agung qui se trouve sur notre chemin menace d'exploser mais pas de soucis, nos 2 vols ont bien décollé (nous avions une escale à Bali).

Arrivés à Jakarta, surprise, le réceptionniste n'est pas là. On nous met donc dans une suite avec vue sur piscine à la place de la petite chambre éco que nous avions réservée, ne nous faisons pas prier et on profite comme il se doit de cette chambre luxueuse!

On tente pour notre dernière après midi une escale au décathlon de Jakarta pour s'équiper en matériel de camping... Se fut un échec, le décathlon n'ouvre que dans un mois... Joli chantier soit dit en passant !

29 Septembre : Décollage imminent pour Nouméa et donc un nouveau continent.

A bientôt l'Asie, on se revoit mi Novembre, quant à toi Indonésie, on se reverra aussi ça ne fait aucun doute.