Carnet de voyage

#1 La Mongolie

7 étapes
26 commentaires
1
Première étape de notre périple : Le pays de Gengis Khan
Juillet 2017
27 jours
Partager ce carnet de voyage
1
Au revoir et à bientôt! (Bon Ok Léa a les yeux rouges et Quent une petite mine, les mamans étaient dans les parages...)

Résumé pour les flemmards :

C'est juste le trajet donc si lire plus de 2 lignes te saoule t'emmerde pas va!

Retiens : 35h, un peu long, Merci PA et Alice mais on s'en servira jamais!

Comme chaque voyage il faut tout d'abord se rendre sur place, mais alors là quel trajet ... Attention on ne se plaint pas mais quand même...

Départ de Poitiers : 9h le 10 juillet

Poitiers -> Paris CDG en train : Tout devait bien se passer, nous avions 4h de "marge", c'était sans compter les 1h30 de retard de la SNCF. Passons, nous avons été remboursé tout de même de 17 euros... Et on a eu l'avion tout juste en grillant tout le monde à la douane, sans rancune Pepy !

Paris CDG -> Dubai : 7h20 de trajet (45 min de retard mais pas d'importance vu que de toute façon nous avons une escale de 3h à Dubaï). Premier vol Emirates... rien à dire c'est la classe...

Escale à Dubaï : 3h30 : Dépaysement total en se promenant dans le terminal vols locaux!

Dubai -> Beijing : 7h40 de trajet (Encore une fois 1h30 de retard mais encore une fois peu importe, nous avons une escale à Beijing. Deuxième vol Emirates... Toujours rien à dire...

Escale à Beijing : 6h30 (Prévu, + 1h de retard = 7h30)

Et alors là faites vos jeux rien ne va plus : Nos bagages ont été arrêtés à Pékin par Emirates, pour récupérer les bagages je vous le donne en mille, il faut un VISA... Hors nous avons un VISA pour APRES la Mongolie et pas pour passer 3h dans l'aéroport... Bon après avoir fait la queue à tous les guichets possibles on nous accorde un VISA de 72h pour récupérer nos bagages... Merci Mao ou Xi Jinping comme vous voulez! De nos 7h30 d'escale il nous en reste que 2 donc l'avantage c'est qu'on ne se sera pas ennuyé...

Beijing -> Oulan Bator : 2h30 ... Mongolia ailines... Moitié moins de place pour les jambes qu'avec Emirates mais comme en général là dessus on est assez large et bah rien à redire non plus !

Arrivée à Oulan Bator : 2h heure locale / 20h heure française le 11 juillet.

Durée du voyage : 35 heures, un peu long mais ça passe. On va pas se mentir, pendant les 7 prochains mois, on a le temps quand même...

On a adoré découvrir en arrivant à l'auberge, à 2h donc... que Léa s'est fait ouvrir sa valise et qu'on lui a récupéré la batterie portable solaire offerte la veille (Merci PA c'était un super cadeau en passant). Sans oublier qu'ils ont également pris la pierre à feu de Quent (Merci aussi Alice pour le cadeau).

2

Le Naadam qui signifie "jeux" est une fête de deux ou trois jours très chère aux Mongols.

Nous sommes arrivés au 3ème jour du Naadam, inutile de vous dire que nous avons manqué les grandes festivités d'ouverture. Mais nous avons tout de même pu assister à tous les jeux (sauf la course de chevaux).

• • •

La lutte

La lutte mongole ne compte pas de catégorie de poids, de toute façon ils sont tous "en +" (hypers imposants pour les non judokas).

Les lutteurs au stade du Naadam 

Leur tenue est assez particulière, malgré leur virilité apparente ils sont en slip avec un boléro. C'est donc du judo sans notion de valeur, premier par-terre a perdu et habillé ... autrement... (Ils ne font pas rire même habillé comme ça...)

Pour la petite histoire, une légende mongole raconte "qu'une amazone participa un jour à un concours de lutte et qu'elle écrasa ses opposants masculins", comme vous pouvez l'imaginer il a fallu trouver une solution pour que les femmes (bien plus fortes que les hommes soit disant passant avant que Quentin ne lise) ne combattent plus, ils ont donc redessiné la veste avec une ouverture devant.

• • •

Le Tir à l'arc

Une cible tout autre que chez nous : un petit cylindre en cuir. Bon ben la cible on ne l'a voyait pas mais c'est pas grave.

• • •

Le Tir d'osselets

Rien à dire...

Un sport... Passionnant
• • •

Le khuushuur

Comment ne pas faire un point bouffe? Le khuushuur a été notre première découverte culinaire. Ces petits chaussons au mouton frits sont un délice.

Le programme s’accélère plutôt que prévu. On part 12 jours dans le désert de Gobi et en Mongolie centrale, nous n'aurons donc très certainement pas la possibilité de vous donner des nouvelles d'ici là. See you soon

3

Nous voilà de retour de 12 jours dans le Sud et le centre, fatigués mais ravis.

 Une yourte au coucher de soleil 

Résumé pour les flemmards :

- De la bumping road (beaucoup)

- 3 douches en 12 jours (+1 bonus dans 1 rivière à 15°C)

- Steppes et grands espaces : Magnifique

- 2 jours à cheval (Avec des selles mongoles) : Nos postérieurs s'en souviennent encore

- 4 Vans Russes, 2 guides Mongoles, 14 supers rencontres.

Comme 12 jours ce n'est pas évident à résumer et que le temps nous est compté, on vous fait un résumé plutôt photographique. (On part dans le Nord ce soir à 18h).

• • •

Première étape : Baga Gazryn Chuluu, des formations rocheuses impressionnantes

(Jour 1)

Deuxième étape : Yolyn Am

(Jour 2)

Un petit trek (3h) dans un canyon où il est censé perdurer de la glace toute l'année... Cette année pas de glace au mois de juillet... Vive le réchauffement climatique. Sympa quand même !


Troisième étape : Khongoryn Els, des dunes de sable dignes de ce nom.

(Jour 3)

Au programme : Balade en chameau (1h c'est largement suffisant, elles sont sympas ces bêtes mais elles avancent à rien... Et il fait 40°C...).

A l'abri du soleil 

Et Sunset au sommet d'une dune, comme la sensation de n'être pas grand chose au milieu de tout ce sable. Vraiment pas évident d'arriver tout en haut, la dune du pilat n'a qu'à bien se tenir... 300 m de haut, 12 km de large et 100 km de longueur... On a mis à peu près 45 min à monter et sommes arrivés carrément exténués... (ça nous a permis de se bouger un peu parce que jusqu'à maintenant on a surtout fait du 4*4...).

Quatrième étape : Bayanzag, Carrière de dinosaures et falaise de feu

(Jour 4)

Sunset dans un vide vertigineux de rocs et de sable rouge. Un mini grand Canyon pour faire simple.

Première douche 😀

Cinquième étape : Ongiin Khiid

(Jour 5)

Des ruines et des ruines et un tout petit temple... 

Sixième étape : Léa malade... et que de la route... Quelle chance !

(Jour 6)

Arrivée dans la vallée de Orkhon Khurkhree ... Découverte des steppes vertes entourées de montagne et des troupeaux de yaks, chèvres, chevaux, et de vaches pâturant en liberté... Juste magique... Surtout pour Quentin... Léa étant plutôt concentrée pour ne pas repeindre le tableau de bord du van... (merci aux œufs du petit déjeuner).


Septième étape : Départ pour le horse riding de 2 jours...

(Jour 7 et 8)

Un rêve se réalise pour Quentin, pour Léa, juste une étape à passer (plutôt sympa au final).

Premier jour sous la pluie... Deuxième jour au soleil!

On a été accueillis par une famille le soir selon les traditions locales, tabac à sniffer et le fameux Aïrag (lait de jument fermenté).

Des images plein la tête...

Des chevaux légèrement incontrôlables au début, Quentin a dû changer de cheval, trop "nerveux" pour lui faire faire du galop!

Chute d'eau et douche improvisée

Huitième étape : Hot Spa

(Jour 9)

Détente et repos dans des sources d'eau chaude naturelles exploitées par les camps de yourtes alentours.


Neuvième étape : Erdene Zuu Kid, le plus vieux monastère de Mongolie

(Jour 10)

Entretenu, habité par des moines, sympa et intéressant!

Dixième étape : Karakorum

(Jour 11)

Visite du musée retraçant l'histoire de Karakorum, ancienne capitale de la Mongolie (XIII éme siècle)

Et quelques cailloux...


Dernière étape : Jour 12, Retour à UB

• • •

Et tout au long du trip de belles rencontres ...

La propriétaire d'un camp de yourtes et sa fille 
Des enfants toujours prêts à jouer 
L'eau, une denrée rare, tout le monde est mis à contribution 
Un groupe aux nationalités multiples
La team Orkhon (driver)
• • •


Point bouffe 😉

Barbecue à la mongole:Une grande marmite, quelques oignons, pommes de terre, carottes et surtout beaucoup de viandes (du mouton évidemment)! Que faire quand on n'a pas de barbecue? Et bien tout simplement mettre des pierres réchauffées par la braise du poêle directement dans la marmite 😀.

Sinon que dire à part que nous mangeons du mouton, du mouton et encore du mouton... ah non j'exagère nous mangeons parfois de la chèvre!


• • •

Nous partons pour 10 jours dans le nord au lac Khosvgol, cette fois-ci par nos propres moyens!

4

Première étape: 15h de bus pour arriver à Mörön

Après avoir attendu 3h dans la station de bus, à 19h nous pensons commencer ce périple de nuit mais c'était sans compter l'heure mongole de retard. Ici, ils ont une devise "we have time", ça tombe bien nous aussi il nous reste 6 mois du coup départ 20h. Le bus quelque peu rustique (des bouts de tapis en guise de coussin...) part complet et bien chargé, tout l'arrière du bus ne comporte que des provisions, des pneus et les bagages.Nous nous arrêtons environ toutes les heures, pour que les chauffeurs puissent fumer leur cigarette ou pour les pauses pipi. Pas facile, facile de dormir mais nous finissons par trouver le sommeil et le trajet passe relativement vite malgré tout.

Deuxième étape: le taxi jusqu'à Khatgal (au sud du lac)

Pas besoin d'aller chercher un "taxi" bien loin, un homme monte carrément nous accoster dans le bus à notre arrivée. A peine le temps de sortir, que 4 autres mecs débarquent. Il fallait bien en choisir un mais malheureusement ça ne devait pas être le bon. Laissez-moi vous expliquer nos petites péripéties: - le mec commence par rouler à 20km/h - il passe son temps au téléphone à l'arrêt sur le bord de la route - les 4 autres gugus nous suivent en voiture, ce qui nous semble un peu louche - il augmente soudainement le prix de la course convenu auparavant.

Bon, il commence à nous prendre pour des cons et nous décidons d'arrêter la voiture et de récupérer nos gros sacs dans le coffre. Pas de chance le coffre ne s'ouvre pas de l'extérieur et le gars ne voulait pas l'ouvrir et faisait que de s'excuser. Nous décidons donc de remonter dans la voiture mais même scénario! Nous arrêtons de nouveau la voiture, mais cette fois-ci Quentin ouvre la portière du chauffeur sans lui demander son avis et accède à la manette d'ouverture du coffre. Nous récupérons enfin nos sacs et pensons être débarrassés et faire du stop! Mais pas de chance, il a décidé de nous coller aux basques et nous empêche d'interpeller d'autres voitures! Bref, après plus de 30 minutes, nous trouvons une autre voiture et nous nous débarrassons enfin de ce type.

Nous sommes enfin arrivés à bon port au bord du lac Khovsgol.

Petit frère du lac Baïkal le lac Khovsgol s'étend sur 136 km, il est surnommé "la perle bleue de la Mongolie".

Troisième étape: balade au bord du lac

Un tour improvisé autour du lac du côté de Khatgal, tout de même de 3h, le temps de prendre quelques photos et de contempler la vue magnifique au sommet d'une colline.

5

Le lac est joli, l'endroit sympa mais on n'est pas franchement emballés.

Résumé pour les flemmards :

- Paysages magnifiques (va voir les photos même si tu lis pas)

- De l'eau froide

- Du cheval, trop de cheval !

- Du stop, et encore du stop

Et pour le reste on a mis 3h à rédiger l'article alors fais un effort! (Bon surtout à charger les photos... le site bug donc on a réduit la qualité).


Premier jour :

On décide donc, après une nuit réparatrice à la MS guesthouse à Khatgal (extrême sud du lac), de remonter la rive occidentale du lac (Ouest). La rive orientale étant impossible à remonter en stop (Lonely : "Vous risquez d'attendre une voiture plusieurs jours..." Très peu pour nous!)

Direction Jankaï à 20km de Khatgal. Les taxis étant trop chers pour nous, nous décidons de tenter de faire du stop. Mais la route est déserte... nous marchons pendant plus d'une heure avec nos gros sacs sur le dos... Et on finit par tomber sur une famille qui nous remonte même plus haut qu'espéré (On a dû s'entasser à 8 dans la voiture mais apparemment en Mongolie, maintenant on peut le dire, c'est un classique).

On a trouvé une petite guesthouse pas chère au bord du lac, seul problème, personne ne parle un seul mot d'anglais... Heureusement qu'on avait G'Palémo... (Merci Max et Tom!).

Un peu le bazar mais on s'y sent comme chez nous ! 
Un peu froid la nuit donc feu obligatoire! 

Direction encore plus au Nord à pied :

Deuxième jour :

On redescend un peu plus au sud au camps eco-responsable de Nature's door pour pouvoir organiser un petit trek à cheval de 2 jours. Un peu plus cher que les autres mais douches chaudes et toilettes sèches... On décide d'y rester le soir pour partir le lendemain à cheval.


Petit détour par un "camps Tsaatane" touristique à quelques kms de notre yourte (en stop ne changeant pas nos habitudes) . Il s'agit de véritable tsaatanes qui sont descendus avec quelques rennes pour se faire un peu d'argent en prenant des photos avec les touristes. Les rennes en pâtissent et souffrent de la chaleur, pas très éthique, même si on ne peut pas leur jeter la pierre, c'est de l'argent facile et ils vivent avec... rien! On passe donc notre chemin malgré notre envie première de faire une jolie photo avec un renne.

Les tsaatanes (littéralement "le peuple des rennes") vivent au Nord du lac. On aurait beaucoup aimé les rencontrer mais c'est un périple de 15 jours à cheval et relativement cher donc ce sera pour une prochaine fois...

Le reste de la journée : baignade et chill, à la pointe de la photo ci-dessous...

15°C... On faisait pas les fiers et on n'y est pas restés 3h... 30 secondes c'était déjà pas mal !

Départ pour le trek de 2 jours à cheval :

Tout était organisé depuis la veille avec Nature's door, c'est donc sans inquiétude, ou presque pour Léa, que l'on retrouve notre guide au matin avec 4 chevaux pour partir à la découverte de la côte ouest du lac encore préservée (1 pour le guide, 1 pour chacun d'entre nous, 1 pour le matos et les sacs).

A midi au déjeuner, du pain rassi avec du sucre et un tea... Bon ce sera peut être mieux demain de ce côté là.

Une nuit sous la tente, eau du lac bouillie au feu de bois pour seule boisson, en pleine nature...

Bon bah c'est l'aventure!

La femme à la vaisselle ...
... L'homme qui entretient le feu !  On entretient les clichés à l'autre bout du monde ! 😀

Sans compter l'énorme orage qui a éclaté en pleine nuit... évidemment la tente prend l'eau, la bâche du dessus se barre à cause du vent... Une nuit un temps soit peu compliquée pour nous 2...

Mais le lendemain nous voilà reparti, plein d'énergie, motivés comme jamais... Pas pour longtemps...

Après 2h à longer la côte, on change d'itinéraire par rapport à l'aller et on ne suit plus les rives du lac, mais on s'enfonce dans les montagnes! Top ça change et on se dit qu'on va pouvoir rattraper le chemin un peu plus loin... On arrive à un super point de vue... au bout de 4h de cheval...

...Et c'est là qu'on s’aperçoit qu'on n'a pas du tout longé le lac par derrière les montagnes et qu'on est un peu loin de notre point d’arrivée... (Niveau sens de l'orientation : 0!! #Jérémy)

Pas de panique le guide sait ce qu'il fait...

A 17h, alors qu'on devrait être arrivés à cette heure là et qu'on se rend compte que nous rebroussons chemin, nous lui demandons combien de temps il nous reste... ça parait long... Il nous propose de rester dormir là, il avait compris qu'on partait 3 jours...

Après 5 minutes d'incompréhension (il ne parlait évidemment aucun mot d'anglais) et 1h pour sortir des passages escarpés, très escarpés, nous voilà partis au trot pour essayer de rentrer avant la nuit... Ce qu'on parvient à faire non sans mal... 8h30 sur un cheval, 2h au trot, nos postérieurs s'en souviennent encore !!

Points positifs : On aura fait 2 jours en 1... On aura gagné un dîner et une nuit gratuite de la part de la responsable de la guesthouse qui nous avait organisé le trip. C'est déjà pas mal!


Et tout au long de ces quelques jours, encore plus de rencontres...

Voyager en stop nous permet d'être vraiment en contact avec la population. Presque toutes les personnes nous ayant pris voulaient leurs photos avec des occidentaux. Pêle-mêle :

Notre repas du soir (Et oui il faut tuer l'animal avant de le manger!) 
Une partie de nos auto-stoppeurs 
Petit déjeuner dans la yourte familiale 

Tout compte fait on a décidé de rentrer plus tôt que prévu, nous revoilà donc à Oulan Bator avec 3 jours d'avance.

On a refait le chemin en sens inverse et ce coup ci aucun problème de taxis, nous les avons tous reconduits et avons fait du stop (Quentin : "Rassure toi maman tout va bien" 😉). On s'est évidemment retapé les 13h de bus de nuit (2h de moins qu'à l'aller).

Aujourd'hui petite visite du monastère d'Oulan Bator... En travaux... Mais ça on l'a su qu'en arrivant sur place évidemment !

On vient de booker avec un tour opérateur éco-responsable (Tour mongolia) un séjour de 3 jours dans une famille de nomades. On part donc demain matin 9h ! De retour le 4 août.

See you

6

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que nous nous sommes rendus, accompagnés d'un guide parlant anglais, dans une famille de nomade pendant "3 jours", en réalité plutôt 2 jours et 2 nuits. C'est la dernière chose que nous souhaitions absolument faire avant notre départ.

On a été accueillis selon la tradition mongole, dans leur yourte "de réception" avec du lait que l'on partage dans un bol et le fameux tabac à sniffer.

Bienvenue chez Urnaa et Jagaa.

5 yourtes au total : une pour la cuisine, une pour les réceptions et dormir, une pour stocker leurs affaires et deux autres pour r...

Vis ma vie d'agriculteur :

On fait comme on peut mais on est décidément pas très doués... 

Bon on a forcément moins la classe qu'eux :

En été, les nomades mangent beaucoup de produits laitiers (lait, yaourt, beurre, lait fermenté séché), les animaux produisant beaucoup plus de lait en cette saison du fait de la bonne qualité de l'herbe. A contrario, l'hiver les nomades mangent plus de viande, notamment du cheval puisqu'il leur permet de mieux résister au froid que la viande de mouton ou autre.

Toute leur vie est consacrée à leurs animaux évidemment, ils vivent exclusivement d'eux . La famille dans laquelle on se trouvait possède plus de 500 animaux. Entre autre, 60 chevaux, 30 vaches et évidemment des chèvres et des moutons à ne plus savoir quoi en faire!

Vis ma vie de cuisinier :

On est vraiment tombé sur une très bonne cuisinière, on avait pas aussi bien mangé depuis le début de notre séjour en Mongolie.

On a pu s'initier à la confection de "bonbons" à base de lait de vache sucré :

Pas évident mais cette fois on s'en sort pas mal... 

Urnaa aux fourneaux dans la yourte dédiée à la cuisine :

Soupe de légumes et de raviolis fourrés au mouton 

On peut voir en fond la télévision, souvent allumée.

Ils n'ont l’électricité que via 1 ou 2 panneaux photovoltaïques branchés à des batteries de voitures...

Par contre ils ont la télévision avec le câble et des chaines internationales...

Barbecue Mongole (déjà présenté précédemment) et petit déjeuner home made évidemment :

Les mongols mangent habituellement les restes de la veille au petit déjeuner mais ils nous ont épargné ça 😉

Vis ma vie de manuel:

Tout est fait main ou presque. Ils produisent du feutre à base de laine de mouton pour recouvrir et isoler leur yourte. Ils fabriquent leurs cordes pour faire tenir le tout et également pour les ceintures de selles pour cheval... entre autres...

Nous avons eu la chance de voir la réalisation d'une corde et même de mettre la main à la pâte!

Première étape: trier la crinière de cheval et l'entourer autour de son doigt  -  Deuxième étape: faire une tresse à deux brins
Troisième étape: fabriquer son fil à base de crinière de chameau  -  Quatrième étape: tripler l'épaisseur de la tresse et coudre
• • •

Petite parenthèse au parc national de Khustain Nuruu :

Situé à proximité du camp de nomade où l'on se trouvait, nous y avons passé une matinée.

Il s'agit du parc possédant le plus de chevaux de Przewalski (Voir précision ci-après).

On a eu la chance de les apercevoir dès notre arrivée à proximité du point d'eau :

(Désolé pour la qualité de la photo mais on ne peut pas les approcher et notre téléobjectif à ses limites...) 

Point culture :

Le cheval de Przewalski (Takh ou takhi en mongol) est l'ancêtre des chevaux domestiques d'aujourd'hui. Il n'a jamais été domestiqué et est le dernier vrai cheval sauvage.

Il s'agit de l'une des plus importantes opérations de réinsertion jamais réalisées. La population est aujourd'hui d'environ 500 spécimens. Les naturalistes estiment que l’espèce perdurera sans la protection de l'homme à partir de 2000 chevaux.

On a également pu apercevoir d'autres animaux :

Un aigle royale* et une marmotte  

*On a vu des aigles royales partout tout au long du séjour.

• • •

Vis ma vie de cavalier :

Comme les 4 jours de cheval ne nous suffisaient pas on est repartis pour une balade dans la steppe.

On était cette fois totalement libre. Quentin a pu mettre à l'épreuve son cheval qui après de longues chevauchées au galop a terminé en nage, comme lui d'ailleurs...

En tenues traditionnelles mongoles 


Vis ma vie de mongole :

Urnaa nous a prêté les habits qu'ils utilisent pour les grandes occasions (Naadam, mariage, naissance...*), on s'est prêtés au jeu avec beaucoup de plaisir :

*Les nomades ne fêtent pas les anniversaires, ils n'étaient en général pas sûrs de la date. L'inscription des enfants à l'état civil ne se faisait qu'à l'âge de 6 ans, pour leur rentrée à l'école. La mère estimait donc à quel moment de l’année elle avait accouché (Avant l'hiver, après l'hiver, au printemps...) Donc fêter un anniversaire se révélait être un peu compliqué... Aujourd'hui avec les avancées médicales, les mères après avoir accouché se rendent en général à l'hôpital pour divers contrôles donc les dates sont plus précises...

Merci !

Urnaa et Jagaa pour votre accueil et à notre guide Tsogoo, né dans une famille de nomade, il a pu répondre à toutes nos questions et nous a beaucoup appris sur la vie de ces gens, tellement éloignée de la notre mais d'une telle gentillesse!

Urnaa 
Tsogoo 

On a pas de photo avec Jagaa, il est parti la veille pour chercher des chevaux qui se sont trop éloignés de la yourte et n'était pas revenu au moment de notre départ. Quand il part rechercher ces chevaux il lui arrive de s'absenter des jours, ils sont tellement laissés en liberté qu'ils peuvent parcourir des dizaines de km avant que Jagaa les retrouvent.

Pour notre départ Urnaa "bénit" notre voiture avec du lait pour nous porter bonheur et nous protéger. Elle en lance ensuite jusqu'à ce qu'on disparaisse au loin.

La Mongolie se termine pour nous, on part demain matin (à 7h30) pour Pékin en Transmongolien, 30h de voyage au travers les paysages magnifiques de Mongolie et de Mongolie intérieure.

On prépare un article bilan sur La Mongolie mais on préfère prendre un peu de temps et de recule avant de le publier.

Le prochain carnet de voyage sera donc consacré au Transmongolien et à la Chine ou plus exactement à Pékin (on ne reste qu'une semaine en Chine avant de s'envoler pour Kuala Lumpur).

Pour info : Lorsque vous êtes abonné au blog (etsionpartait) vous ne recevez une notification uniquement lorsque l'on publie un nouveau carnet de voyage (en gros lorsque l'on change de pays). Pour avoir une notification à chaque étape et mise à jour d'un pays, il faut s'abonner au carnet de voyage du pays concerné.

7

On est en Chine depuis 1 semaine (et pour une semaine soit dit en passant) il est donc temps de faire le bilan de la Mongolie...

• • •

Qu'est ce qu'on a adoré notre première étape !!!

Voilà on pense que c'est une super phrase de conclusion... Les flemmards peuvent passer directement aux photos bonus de la fin.

• • •

La Mongolie c'était tout simplement fabuleux, mais on va essayer de développer un peu.

Les points positifs :

1/ Des paysages a couper le souffle et d'une variété incroyable (Bon d'avoir un pays grand comme un continent ça aide aussi...) :

Des steppes et des cours d'eau de la vallée d'Orkhon en passant par le "lac alpin" de Khovsgold pour finir par les dunes de sable du Sud Gobi...C'est très différent mais à la fois tellement magnifique et impressionnant...On a essayé de vous les faire partager avec quelques photos mais il n'est pas évident de rendre compte de la grandeur d'un paysage au travers d'un petit boîtier.


2/ Une faune sauvage (ou au moins en liberté) et accessible :

Des chevaux en liberté partout, des chameaux à ne plus savoir quoi en faire. Et on ne compte pas les chèvres, les moutons et les chiens. Des aigles, des marmottes, des écureuils et des chevaux sauvages... On peut faire une liste longue comme le bras mais en gros on s'est régalés !


3/ Un peuple accueillant et d'une gentillesse exemplaire

Les mongoles que l'on a croisés et rencontrés ont tous été adorables avec nous, que ce soit au bord d'une route pour nous indiquer le chemin ou tout au long de notre trek dans le Gobi, en passant par la famille de nomade qui nous a accueillis et notre guide...

On en garde un excellent souvenir!


Bonus/ On a fait de superbes rencontres tout au long de cette étape. On a même pu continuer à échanger avec certaines d'entre elle jusqu'à Pékin (#Pauline et Marie). Un esprit colonie de vacances pendant les 12 premiers jours, absolument génial! On ne pouvait pas conclure la Mongolie sans faire un clin d’œil à tous ces baroudeurs croisés (Spécialement à Flora et Edouard nos acolytes !).

Bon disons que l'on pourrait continuer comme ça mais 3 points positifs c'est bien après c'est long et on va se perdre (ou vous perdre) !


Essayons tout de même de parler des points négatifs :

1/ Le manque de transports locaux pour se rendre dans certaines parties du pays. Il est par exemple quasiment impossible de se rendre dans le sud Gobi par ses propres moyens. Ça oblige donc à passer par un tour opérateur, non pas que ça nous ait déplu mais c'était pas dans le budget de départ et comme on est obligés c'est un point négatif 😀!


2/ Le mouton... On vous fait pas un dessin, c'est mouton à tous les repas... C'est très bon le mouton... Mais à tous les repas...


Deux c'est bien et on a beau chercher, on n'en trouve pas d'autres...


Concernant nos moment préférés...

On s'est concertés et cette fois on est unanime sur le moment qui nous a le plus marqué:

Le couché de soleil au sommet des dunes du Sud Gobi.. . Et en prime on a eu le droit au champs des dunes... C'était vraiment beau, sportif (voir très sportif... ), tout simplement un moment à part...

Quentin : Pour ma part je rajouterais également la dernière rando à cheval à travers les steppes... Pouvoir partir au galop à travers la steppe sans rien devant ni derrière totalement libre... Un rêve de gosse s'est réalisé !

Léa : Les moments de partage avec la dernière famille nomade resteront gravés... plus particulièrement lorsque la maîtresse de maison nous a invités à participer à la fabrication de la corde en crinière de cheval et des bonbons sucrés!

• • •

Bon et comme on a quand même écrit assez rapidement les étapes et qu'on a forcément oublié des photos ou vous met des photos bonus :

Des enfants
La vie à la mongole
Des animaux ...
Des nuits étoilées
Des rencontres