... en ISLANDE

1ère étape de notre TDM Tour de l'ile en Camping car
Du 3 au 21 juillet 2019
19 jours
3
juil

Nous y voilà enfin. Aujourd’hui c’est le grand jour ! La nuit fut courte. Pas mal cogité.

Dernières bricoles à aller chercher à Decathlon : cadenas – sac de transport pour y mettre nos sacs à dos lorsque nous prendrons l’avion

On s’imprègne une dernière fois de notre belle ville de NIMES : les Arènes la Maison Carrée les Halles …

Les sacs sont bouclés. Les gorges sont serrées. Les cœurs sont lourds. Derniers câlins avec les chats. Mamina nous emmène à la gare.

Pas de place au « dépose minute » du coup nous descendons du véhicule, serrons bien fort Mamina dans nos bras et partons en direction des quais. Là nous attendent Jules et Alexia ainsi que Maude et Stéphanie venus me dire aurevoir.

1h50 de retard est annoncé pour notre train Ca commence bien. Il semblerait qu’un feu se soit déclenché sur le trajet.

A défaut d’attendre notre train initial, nous décidons de prendre le suivant pour Paris qui lui est à l’heure et semble être épargné du feu.

Avec 1h de retard par rapport à notre horaire prévu, nous arrivons à Paris. Marie, la cousine de maman, vient nous chercher à la gare et nous emmène jusqu’à l’aéroport d’Orly.

Nous espérions nous enregistrer rapidement déposer nos sacs à dos et profiter de Marie avant d’aller embarquer… mais que nini !

Les places de Papa et moi n’ont pas été payées. Il faut donc passer au bureau « AIR FRANCE » pour régler leur place. Sur les 3 avoirs dus à l’annulation de notre vol « MARSEILLE PARIS » à l’automne dernier un seul a été pris en compte lors du règlement pour « PARIS REYKJAVIK » 😦

Une fois la situation régularisée nous avons pu nous enregistrer et déposer nos sacs en soute.

Nous pouvons enfin manger un petit bout et parler un peu avec Marie.

21h15 il est temps de nous diriger vers la porte d’embarquement et de quitter Marie.

Merci Marie

22h25 nous prenons place a bord d’un petit avion : direction KEFLAVIK

Direction l'ISLANDE

Il est 23h50 - heure locale - lorsque nous arrivons en Islande. Il fait jour ! il n’y a pas de nuit en cette période de l’année. Ça fait bizarre.

Après avoir pris un bus pour nous déposer à Reykjavik nous avons marché une dizaine de minutes « en plein jour » de l’arrêt de bus jusqu’à notre auberge de jeunesse en plein cœur de ville.

Welcome to Iceland
4
juil

1er réveil dans le cadre de notre TDM. Pas encore cette impression d’être partis pour longtemps… pour le moment nous sommes encore dans l’esprit de « nous sommes en vacances ».

Notre séjour commence donc par Reykjavik la capitale de l’Islande. Capitale la plus septentrionale du monde. Une capitale à taille humaine : elle ne compte que 122.100 habitants pour un total de 339.800 islandais (à peine plus que l’agglomération de Nîmes…)

Le temps est variable aujourd’hui. La pluie alterne avec le soleil. Il fait bon : 12° ça change des températures que nous avons eues ces derniers jours à Nîmes… jusqu’à 45,6° !

Vu le temps nous allons privilégier les musées et attaquons par le Musée National d’Islande où l’histoire entière du pays est relatée sur 2 étages.



La pluie devenant intense nous sommes allés vers le Harpa : impressionnante salle de concert et centre de conférence de Reykjavik. De l’extérieur elle fait un peu penser au Diamant Noir à Copenhague. La façade de l’Harpa est un véritable kaléidoscope composé de milliers de vitres en nid d’abeilles de formes et de couleurs différentes.


Harpa

La pluie ne se calmant pas, nous nous arrêtons dans un bar « The big Lebowski » nous faire un milkshake (il n’est pas encore l’heure du Russe Blanc) avant d’aller se reposer dans notre guest house juste à côté de la fameuse Hallgrimskirkja ! Véritable symbole de la ville. C’est une église en forme de fusée que l’on peut observer de loin.

The Big Lebowski

Il est 16h lorsque le soleil pointe à nouveau son nez. Nous en profitons pour rentrer dans cette fameuse église à l’intérieur d’une extrême sobriété. Du haut de son clocher nous pouvons observer la ville et ses maisons multicolores.

Hallgrimskirkja

Nous finissons notre journée par une balade dans les rues de la ville avant de rentrer manger tranquillement à l’auberge.

Vues sur Reykjavik

Le fait qu’il fasse toujours jour au moment de se coucher est un peu déroutant.

5
juil

C’est avec un ciel magnifique et un soleil radieux que nous nous réveillons. Le soleil ne nous quittera pas de la journée.

Rien n'est plus agréable que de prendre une bonne douche chaude et de sentir l'œuf pourri !

C'est ce que l'on ressent (ou que l'on sent…) à chaque douche.

Reykjavik est avant tout une ville maritime. C’est donc autour de son port que nous allons passer notre journée. La ville n’étant pas bien grande nous pouvons y aller à pieds sans se fatiguer.

Mais avant de partir le long de la mer, nous passons devant le parlement Islandais et faisons un petit passage par la mairie (on ne se refait pas…) le bâtiment est littéralement posé sur le lac Tjormin. Tout autour de ce lac plusieurs sculptures se font face.

Nous passons par le cimetière joliment arboré qui ressemble presque à un jardin botanique ; et nous lançons le défi à M° CHALVET - amateur de cimetières - de nous indiquer qui de « célèbre » y est enterré 😊

Cimetière

En sortant du cimetière nous constatons que nous nous trouvons dans le coin des ambassades. Du coup nous avons voulu remercier Mme Sophie D. de l’Ambassade de France, pour son aide par rapport à l’inscription au CNED dans le cadre du TDM, malheureusement elle était en congé jusqu’à mardi.

Ambassade de France

Nous nous dirigeons vers le port maritime en passant par la plus vielle rue de Reykjavik – et notamment au numéro 10 où se trouve la plus vieille maison.

Dans un premier temps nous traversons la partie maritime touristique : d’un côté se trouve les gros bateaux pour les croisières et autres expéditions … notamment pour le Groenland - qui se situe à moins de 300 km des cotes islandaises, et de l’autre les petits bateaux pour les différentes balades en mer à la découverte des baleines, des cormorans, des macareux…

Puis non loin de là il y a la partie maritime quotidienne avec ses bateaux et ses marins pêcheurs : le cœur économique de l’Islande.

Au bout d’une des jetées on trouve le Thufa : une mini colline d'herbe avec un petit sentier en colimaçon pour atteindre son sommet avec un séchoir à poisson symbolique de l'Islande traditionnelle.

Thufa

De là on a un point de vue différent sur la ville et sur le Harpa.

En fin de journée nous avons pris la direction de Perlan : ancienne réserve géothermique devenue expositions sur les glaciers. Au sommet une plateforme circulaire nous permet d’avoir une vision à 360° sur la ville et ses alentours. Au bas de Perlan un geyser artificiel a été installé pour expliquer le mécanisme… nous ne l’avons jamais trouvé mais à la place nous sommes tombés sur des lapins ! qui n’avaient pas l’air bien sauvages...

Perlan

De retour à notre chambre, nous avons mangé, puis sommes sortis nous faire un dernier verre à l’islandaise.

A la vôtre !

Demain nous attaquons enfin le tour de l’Islande. Nous partons récupérer en début de matinée notre camping-car.


6
juil

Réveil à 6H30 pour aller récupérer le camping-car. Après 40min d’attente à l’arrêt de bus pour Keflavik on nous apprend que le bus ne passera pas aujourd’hui ! ☹ Décidément nous n’avons pas de chance pour les transports … Nous prenons la décision de prendre un taxi pour nous déposer chez notre loueur. L’adresse que nous lui indiquons ne correspond à … rien ! Même un habitant du coin ne semble pas connaitre. Nous finissons par trouver. Ouf !!!

Les premières angoisses dissipées, ce ne sont pas moins de 2h00 pour faire l’enregistrement, le règlement de la nuit supplémentaire et des petits extras (le wifi pour pouvoir vous écrire 😊) et le tour du véhicule.

11h00 : enfin nous nous engageons sur les routes islandaises ! La route alterne entre champs de lave volcanique et pâturages.

A partir de maintenant je préfère vous prévenir on va en prendre PLEIN LES YEUX !!!

Nous faisons notre premier stop au bord d’un lac aux couleurs d’émeraude situé dans le cratère d’un ancien volcan : Lac Graenvatn et en profitons pour y déjeuner.

Lac Graenvatn

Non loin de là se trouve le champ géothermique de Seltùn. C’est un ensemble de bassins d’eau et de boue en ébullition. L’odeur d’œuf pourri y est très présente voire gênante par moment.

Seltùn

Puis nous nous sommes allongés sur le sable noir du Lac Kleifarvatn que nous avons longé pour nous rendre à Pingvellir où nous passerons la nuit.

Lac Kleifarvatn

Nous sommes aux pieds de la faille située entre les plaques nord-américaine et eurasienne.

Electricité branchée, intérieur rangé, tables et chaises installées, repas préparé … nous sommes fin prêts pour notre première soirée en camping-car. Alexandre s’est même chargé de faire la vaisselle du soir.

7
juil

Rien n'est plus agréable que de se réveiller au milieu de la nature.

Au programme de la journée : le fameux "Cercle d'Or". Région touristique par excellence de l'Islande. Des italiens, des allemands (beaucoup), des anglais, des russes, des français… mais surtout des asiatiques ! Ils sont partout ! Même de bonne heure ils sont déjà sur les sites 😀

On commence donc la journée par le lieu de villégiature de notre nuit : Thingvellir "Plaine du Parlement". Parc national depuis 1930 et classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco en 2004.

Nous sommes ici à cheval entre le nouveau monde et l'ancien, dans un fossé d'effondrement causé par la dérive des continents.

Thingvellir

On peut même faire un petit plouf à Silfra - spot de plongée entre les deux plaques américaine et européenne. Voyez comme l'eau y est transparente. Une pensée pour M° CASTILLON 😀

Silfra

Direction Geysir. C'est de là que vient le mot "geyser" qui veut dire "celui qui jaillit". Du temps de sa splendeur "Geysir" pouvait atteindre jusqu'à 60m de hauteur.

Aujourd'hui c'est son cousin "Strokkur" qui assure le spectacle, toutes les 5 à 10min, en propulsant une colonne d'eau chaude et de vapeur jusqu'à 15 m...

Strokkur


Geysir

Nous voici à Gullfoss. C'est une succession de deux chutes d'eau. Elle doit son nom "Chutes d'Or" à l'arc-en-ciel qui les enjambe.

Elles nous font penser un peu aux chutes du Niagara que nous avions vues à l'automne dernier.

Gullfoss

Papa nous a fait une surprise en nous emmenant dans un coin secret : le "Secret Lagoon" pas si secret que ça vu le monde… mais quelle agréable surprise ! une piscine chauffée extérieure 😀 C'est un grand bassin au bord d'une rivière, avec ses grosses pierres volcaniques et des fumerolles tout autour. Il y a même un bébé geyser.

Avant de mettre son maillot de bain et de pouvoir se baigner, il faut passer par les vestiaires et se laver nu sous les douches collectives ! Dure épreuve pour Alexandre ! ...

Secret Lagoon

On termine notre journée par un passage à Skalholt. Difficile de croire que la ville était en 1550 le centre de la vie politique et culturelle du pays, alors qu'aujourd'hui il ne s'agit que de quelques maisons perdues autour d'une cathédrale toute blanche.

Skalholt

Nous passerons la nuit à Hella

8
juil

Ce matin grand soleil. Nous partons en direction de Keldur. La route pour y arriver se transforme par une piste d'une petite dizaine de km… et en camping-car ça secoue ! Ce petit hameau est le plus ancien ensemble de bâtiments à toits en tourbe herbeuse d'Islande.

Keldur

Maintenant c'est un festival de cascades ! Au grand plaisir de papa. Attention ça mouille !

La première au nom de Seljalandsfoss est une chute tombant d'une falaise de 40m de haut et derrière laquelle on peut passer. Tout en longeant la falaise on peut observer d'autres chutes. Un peu plus loin la dernière se mérite. Il faut, pour y accéder, passer par un étroit passage, braver le courant et marcher sur les cailloux, sans tomber, mais ça vaut le coup.

Seljalandsfoss

Il faut grimper un escalier raide de 380 marches pour pouvoir observer d'en haut la chute de Skogafoss, mais d'en bas la vue est tout aussi belle.

Skogafoss

De là nous avons une belle vue sur les glaciers Myrdalsjökull et Eyjafjallajökull et sur les Iles Vestmann.

Iles Vestmann
Volcan Eyjafjallajökull 

Vous vous souvenez de ce dernier volcan le Eyjafjallajökull ? Celui qui a fait stopper le reseau aérien de toute l'Europe.

A 1h près, Papa, Mamie et Tatie Sophie ont failli être coincés à Londres lors de son éruption en mars 2010

Pour le déjeuner nous mangeons aux pieds du Glacier Myrdalsjökull et en profitons pour voir nos tous premiers icebergs.

Myrdalsjökull

Nous faisons un petit ravitaillement à Vik. Voici des produits typiquement islandais :

Smjorostur : fromage à tartiner "vache qui rit" aromatisé au jambon, au camembert, aux champignons, aux poivrons, à la crevette… et même à l'ail.

Skyr : fromage blanc très épais nature ou aux fruits - parfait pour caler les petites et grandes faims !

On trouve également de nombreux poissons - truite, cabillaud, saumon… fumés ou à l'aneth. Ainsi que du Harofiskur un poisson séché à manger avec du beure à l'odeur très forte.

Le soleil de ce matin a laissé place à la pluie ; il faut dire que nous nous trouvons dans la région la plus pluvieuse d'Islande.

Aucun parapluie en vue, les gens ne sont vêtus que de leurs imperméables.

Cela ne nous en empêche pas de partir en direction de Dyrholaey pour aller voir les petits oiseaux que maman attendait avec impatience… et elle n'a pas été déçue malgré la pluie et le vent : Le Macareau !

Dyrholaey

Nous avons commencer à nous diriger vers Thakgil, mais vu le temps et les conditions de la route "piste" nous avons du rebroussé chemin. Du coup nous irons dormir à Kirkjubaejarlaustur, au bas d'une falaise.

Sur la route de Thakgil

Ce soir, la pluie étant toujours présente, nous n'irons pas jouer au foot avec papa.

9
juil

Le soleil semble revenu ce matin. C'est donc sous le soleil que nous faisons le Canyon de Fjadrargljüfur. C'est un étroit canyon long de 2km et bordé par des falaises de 100m de haut. Tout au bout du chemin une jolie cascade nous attendait. Même la télévision française était là ... et interviewait des japonais !

Canyon de Fjadrargljüfur

Nous reprenons la route en direction du Parc National de Skaftafell situé au pied du plus grand glacier islandais Le Vatnajökull - pratiquement aussi grand que la Corse.

Vatnajökull

Premier arrêt sur le Svinafellsjökull. Nous avons marché le long de ce glacier pendant quelques minutes. Je voulais le toucher mais le terrain était un peu escarpé du coup j'ai laissé tomber. 😦

Svinafellsjökull

Ensuite nous avons garé notre véhicule au camping avant d'aller se faire des balades dans le Parc.

Nous nous sommes d'abord arrêtés à la cascade Hundafoss - chutes des chiens.

Cascade Hundafoss

Puis avons continué jusqu'à la cascade de Svartifoss et ses étonnantes orgues basaltiques. Ici nous avons pique niqué… nous n'étions pas les seuls.

Cascade de Svartifoss

Après une bonne marche de 12,2 km nous sommes passés au retour par la bergerie. Elle se trouve un peu plus haut. C'est une vieille bergerie de 1912 abandonnée depuis 1946. Elle reste ouverte en permanence.

Balade de 12,2km - Bergerie

Papa est retourné seul faire une dernière balade d'une heure vers le Skaftafellsjökull. De là on peut observer le recul progressif du glacier depuis ces 120 dernières années.

Skaftafellsjökull

Diner dehors au pied du glacier. Vous ne trouvez pas que la vue est belle ?

10
juil

C'est sous la pluie que nous nous réveillons et attaquons notre 7ème jour de TDM.

Nous voulions faire ce matin la balade en tracteur au Cap de Ingólfshöfði à la rencontre des macareux, le tracteur étant le seul moyen d'accéder à cette réserve naturelle. Malheureusement vu le temps et le vent qui souffle fort nous avons dû oublier ce programme.

Du coup nous filons vers le lac Fjallarlon. C'est un lac formé par la fonte d'une coulée de glace. Cette fois ci j'ai pu monter sur un iceberg.

Lac Fjallarlon

Puis nous sommes allés vers le Lac Jokulsarlon. Un autre lac glaciaire. Ici les icebergs sont en perpétuel mouvement. A défaut de macareux donc, nous avons vu des phoques communs. Je soupçonne d'ailleurs l'un d'eux de faire son spectacle devant les touristes en admiration.

C'est également un décor parfait pour le cinéma ! Ici ont été tournés 2 James Bond (Dangereusement Vôtre et Meurs un autre jour) et un Batman (Batman Begins)...

Lac Jokulsarlon
La Star c'est moi !

Nous reprenons la route pour Hofn, petit port de pèche célèbre pour sa spécialité : la Langoustine. Qu'à cela ne tienne Papa et maman se sont fait un plat de langoustines. Moi j'ai préféré une autre des spécialités de l'Islande : l'agneau. Papa et maman ont même gouté à l'alcool local : Le Brennivin - eau de vie de pomme de terre parfumée au carvi qui se boit glacé (37,5°) !

Hofn

Maintenant nous allons vers les fjords de l'Est.

Papa est un assassin ! Sur la route il a pris un oiseau sur le barebrise du camping-car. Je pense qu'il est mort…

Nous nous promenons dans le petit port du village de Djúpivogur. Nous avons même poussé la visite jusqu'à l'autre extrémité du port pour trouver une sculpture de 34 œufs en granit représentant chacun une espèce d'oiseau recensée dans les environs. Bof !

Djúpivogur

Nous passerons la nuit à Fáskrúðsfjörður au pied d'une cascade, avec une oie et ses oisillons pour compagnie.

Fáskrúðsfjörður
11
juil

Aujourd'hui réveil en fanfare ! C'est l'anniversaire de papa. Il a 42 ans. Maman lui a offert une cargaison de bonbons qu'elle lui avait acheté à Nîmes avant de partir. C'est son "péché mignon".

Fáskrúðsfjörður, là où nous avons passé la nuit est un petit "village français". A la fin du 19ème siècle et début du 20ème siècle il fut le principal port d'attache des pêcheurs français d'Islande. Ils furent jusqu'à 5000 français venant de Paimpol, Lorient et Dunkerque. Aujourd'hui encore le village cultive ce lien particulier avec la France. Le nom des rues est même écrit en français.

Fáskrúðsfjörður

Nous sommes passés ensuite par Seyðisfjörður. Joli petit port de pêche aux maisons colorées, niché au fond d'un fjord. C'est d'ici que ce font les départs pour les Iles Féroé. Maman a eu un petit coup de cœur pour ce petit port du bout du monde.

Seyðisfjörður

En remontant nous nous sommes arrêtés à la cascade Gufufoss faire des photos.

Gufufoss

Puis, plus loin, nous avons mangé au pied de la cascade Rjukand avant de nous diriger vers le Nord.

cascade Rjukand

Après 45 min de piste bien caillouteuse dans un désert de pierres quasi lunaire nous arrivons enfin au cœur des gorges de la Jökulsa et à proximité de la plus puissante chute d'eau d'Europe : Dettifoss. Nous sommes passés par le flanc ouest de la chute et pouvons donc nous en approcher au plus près… Tu n'aurais pas été rassurée Mamina de me voir si près … je te rassure Maman ne l'était pas !

Pour accéder aux chutes


Dettifoss
Dettifoss 

Nous avons longé le courant pour un autre spectacle, et pas des moindres : Selfoss, formée de multitudes de chutes.

Selfoss

Premiers soucis de camping. Celui dans lequel nous voulions aller - dans un cadre magnifique au milieu des falaises - ne disposait plus de prises de courant disponibles ; nous avons donc dû continuer notre route plus au nord en direction de Husavik. Le camping se trouvait juste à coté d'un terrain de foot ! Le bonheur ! Du coup, pendant que maman nous préparait à manger, j'ai fait une bonne séance de pénalty avec papa. Ensuite, nous avons mangé un bon gâteau aux amandes pour fêter l'anniversaire de Papa et mangé les bonbons !

12
juil

Aujourd'hui nous avons rendez-vous avec les baleines ! Nous sommes à Husavik : la capitale de l'observation pour les baleines. C'est donc sur un bateau d'expédition que nous avons embarqué tous les 3... avec une 100taine de touristes également. Ce n'est pas moins de 4 espèces que nous avons pu observer : 2 baleines à bosses, 1 marsouin, 1 baleine bleue et 1 petit rorqual ! Le Bonheur ! Nous espérons en voir davantage encore en Alaska et en Argentine.

A chaque apparition de baleines notre guide marin nous criait dans son micro " 11 o'clock whale", "at 2 o'clock whale", "Oh you're lucky today"...

Husavik
Baleines

Savez-vous que c'est dans cette région que la NASA effectuait ses entrainements pour les missions Apollo ?

Missions Apollo

De retour sur la terre ferme, nous allons sur le site géothermique de Hverir. Au pied du Namafjall, une montagne jaunâtre couverte de dépôt de souffre, se trouve un ensemble de solfatares et de mares de boue en ébullition. Inutile de vous rappeler l'odeur d'œuf pourri qui règne sur le site !

Hverir

Afin d'avoir une belle vue sur le site, papa et moi sommes montés au haut du Namafjall.

Du haut de Namafjall

Nous en profitons pour souhaiter un très joyeux anniversaire à Benoit C.

Joyeux anniversaire Ben.C

Nous décidons de pique-niquer à Leirhnúkur au cœur de l'une des coulées de lave solidifiées du volcan Krafla datant de l'éruption de 1984 et au milieu des fumerolles. Un vrai paysage lunaire.

Leirhnúkur
Leirhnúkur et ses fumerolles

Non loin de là se trouve le cratère Viti. Son nom signifie "enfer" ! Il abrite un lac aux eaux d'un vert jade laiteux. Avec papa nous avons fait le tour du cratère.

Cratère Viti

Sur le chemin du camping, au milieu de nulle part, se trouvaient une douche chaude et son lavabo. J'en ai profité pour y prendre ma douche.

Arrivés au camping, ce sont les mêmes gestes que nous effectuons : chacun nos missions bien définies. Nous dormons ce soir à Reykjahlíð au bord du lac Myvatn dans un cadre magnifique.

Reykjahlíð au bord du lac Myvatn


13
juil

Rien de plus agréable que de se réveiller avec cette vue.

Il n'est pas beau le cadre pour y faire la vaisselle ?

1ère étape de la journée : les grottes de Grjótagjá. Ces grottes ont été créées par une coulée de lave. Elles sont remplies d'un bassin d'eau chaude (43-46°C). on peut y tremper les pieds … mais interdiction de s'y baigner. En grimpant sur les rochers, on se retrouve à nouveau au dessus d'une faille.

grottes de Grjótagjá

Nous continuons notre route jusqu'au volcan Hverfjall, vieux de 2500 ans. Pour atteindre le haut du volcan, il a fallu grimper pendant un petit quart d'heure une pente bien raide. Pendant que papa et moi faisions le tour de ce cratère, maman se reposait de tant d'efforts au soleil, en haut avec vue sur le Lac Myvatn et les environs.

Volcan Hverfjall

Nous avons poursuivi jusqu'à Dimmuborgir, et nous nous sommes baladés à travers plusieurs sentiers dans un dédale de formations de lave de plus de 2000 ans, aux formes diverses et variées. Nous avons fait jouer notre imagination : que voyons nous ? Maman à une imagination débordante ! Et vous que voyez-vous ?

Selon maman : un "croco" - "Cars" - une "tête de loup" - un "nain heureux" - un "chameau"


Nous avons pique-niqué à Höfði. Ici des blocs de laves émergent des eaux du Lac Myvatn. C'est un lieu où l'on peut y passer des heures a écouter les bruits de la nature et observer les oiseaux ; notamment le Grèbe esclavon que l'on rencontre principalement sur ce lac.

Höfði

Avant que la pluie ne tombe nous avons pu faire une petite balade à Skutustadir "pseudo cratères". Ce sont des petits cratères herbeux formés par des explosions de vapeurs, survenues lorsque la lave de surface s'avança sur les terres humides, il y a environ 2300 ans.

Skutustadir

Nous ne pouvions pas finir la journée sans passer par une cascade ! Nous nous sommes donc arrêtés à Goðafoss : que l'on surnomme "la chute des Dieux". On raconte que lors de la conversion au christianisme, l'un des chefs de clans du pays jeta dans cette cascade toutes les effigies des dieux nordiques, devenus païens.

Goðafoss

Pour arriver au camping, nous avons dû emprunter un tunnel à voie unique. Il fallait se mettre sur la voie d'arrêt d'urgence pour se laisser passer. C'était un peu angoissant par moment.

Nous avons dormi à Siglufjörður. Ancienne capitale de la pèche du hareng, c'est un joli petit port aux bâtiments colorés, niché dans un fjord encastré de montagnes encore enneigées. 2ème coup de cœur de maman.

Siglufjörður - soir et matin
14
juil

En ce jour de fête nationale française, nous nous réveillons sous le soleil dans ce petit port de Siglufjörður, le plus au nord du pays.

Papa et moi voulions nous faire un mini golf ce matin. Papa avait repéré les clubs en libre accès hier soir sur le parcours, mais ce matin, ils n'y étaient plus ! Moi qui espérait lui mettre une raclée ! ...

Nous partons vers l'ouest, en direction de Varmahlíð, et commençons par la jolie petite église de Vidimyrarkirkja. Cette église, qui assure encore les offices, date de 1834 et est l'une des dernières églises d'Islande dont le toit et les murs sont en tourbe.

Víðimýrarkirkja 

Les islandais non pas de nom de famille à proprement parler. Leur patronyme est composé du prénom de leur père suivi de "son" pour les garçons et "dottir" pour les filles.

Ce qui donnerait pour nous :

Nicolas Bernardson, Sophie JeanMarcdottir et Alexandre Nicolasson. Et vous ?

Au nord de Varmahlíð, nous visitons l'une des fermes en tourbes les plus célèbres d'Islande : La ferme de Glaumbaer. Cette ferme, qui de prime abord ressemble à un talus d'herbe, est en fait composée de plusieurs bâtiments reliés les uns aux autres par un long couloir.

Ferme de Glaumbaer
Les bâtiments sont reliés entre eux par un long couloir

Nous sommes ici dans la région de Skagafjörður : berceau du cheval islandais. Maman et moi, en cavaliers émérites que nous sommes, avons fait une petite balade d'une heure à dos de ce cheval de petite taille qui forme l'unique race chevaline d'Islande. On dirait un "double poney", mais chut, il pourrait se vexer…

Chevaux islandais

Il est l'heure de manger, nous en profitons pour faire une halte à coté d'un ruisseau.

Nous reprenons la route vers la péninsule de Vatnsnes. Nous avons un peu moins de 2h de route avant d'arriver à Hvammstangi. De là, nous continuons vers le nord de la péninsule et nous arrêtons à Illugastadir.

Mais ??? Que voit-on en arrière plan des chevaux ?

Nous passerons la nuit ici, face à la mer, à moins de 10min à pieds du site d'observation des phoques. D'ailleurs, c'est ici que je vais vivre un moment fort : un face à face avec une dizaine de phoques 💗💗

Phoques
15
juil

Après la soirée d'hier, j'ai des phoques plein la tête. Je me dépêche de terminer mon petit déjeuner, et je retourne au plus vite les retrouver. Ils sont bien là, mais la marée étant haute, beaucoup sont en mer pour pécher, les autres se prélassent sur leurs rochers. Il n'est plus l'heure de s'amuser. Ils sont tout près, à moins d'une 20taine de mètres.

Phoques communs et veaux marins

Aujourd'hui nous allons faire le tour de la Péninsule de Vatnsnes. La route, du moins la piste… n'est pas trop mauvaise, mais il ne faut toutefois pas rouler trop vite…

Nous nous arrêtons à Hvítserkur. Là un gros rocher volcanique, percé de 2 arches, émerge des eaux. Des mouettes et leurs petits y ont élu domicile. En marchant un peu plus loin, le long de cette belle plage de sable noir, on peut observer une autre colonie de phoques.

Hvítserkur

Nous continuons notre tour et stoppons sur la route de Borgarvirki en haut d'un promontoire rocheux d'orgues basaltiques, qui aurait servit de forteresse au Xème siècle. De là nous avons une vue sur la péninsule, qui je n'en doute pas, doit être superbe par beau temps.

Péninsule sous la brume

Nous quittons le nord de l'Islande pour rejoindre la partie Nord-ouest. Petite halte pour manger un burger qui fait du bien à Staður, à l'embranchement entre le sud, le nord et l'ouest de l'Islande.

Les fjords du Nord-Ouest la région la moins peuplée du pays : 7400 habitants (à peine la moitié de la population de Saint-Gilles (Gard). C'est également la plus sauvage avec une multitude de fjords profonds séparant les péninsules. Les routes sont pour beaucoup des pistes… plus ou moins bien carrossées. Elles sont très sinueuses, et les distances longues… très longues. Il faut prendre son temps et ne pas oublier de faire le plein d'essence !

Les Fjords du Nord-Ouest

Nous en profitons d'ailleurs pour faire de l'essence, ainsi que quelques courses alimentaires et nettoyer le véhicule sali pas les chemins boueux dus à la pluie.

En plein nettoyage

Après 1h30 de route et de piste nous arrivons à Bjarkalundur où nous passerons la nuit. Avant que la pluie ne fasse encore des siennes, je me suis pris une raclée par papa au foot… et au Uno.

16
juil

Aujourd'hui nous allons faire un peu de route. Nous allons en direction des chutes de Dynjandi, mais avant d'y arriver il nous faut passer par plusieurs fjords. La route, sinuant entre les falaises et la mer, est un vrai régal ! Ici et là, quelques moutons ou chevaux font partis du paysage.

D'un fjord à un autre

En faisant des photos en chemin, maman a remarqué que nous nous étions fait voler notre plaque arrière d'immatriculation. C'est un coup des russes !

Les chutes de Dynjandi, enchaînement de cascades, nous attendent au fond d'un fjord, isolées de toute civilisation… mais pas des touristes ! La piste pour y arriver n'est pas trop difficile mais il faut toutefois faire attention. Nous avons croisé un jeune couple qui a crevé en bord de route, et pour aller chercher le garagiste le plus proche ... il faut attendre plusieurs heures.

Vu l'heure c'est ici que nous mangerons ce midi. Par un petit sentier on arrive jusqu'au pied de la chute principale et de là : on admire la vue.

Les chutes de Dynjandi
Pour moi, c'est la plus belle des cascades islandaises

Nous reprenons la route vers la péninsule du Sud-Ouest. Ici c'est le bout du bout de l'Islande. A part 2-3 maisons isolées il n'y a que 3 villages dans cette péninsule : Bildudalur, Talknafjörour et Patreksfjörður (en tout et pour tout : 1200 habitants)

Au fond d'un virage, nous nous arrêtons aux sources chaudes de Reykjarfjörður. Il y a là, un bassin aménagé en plein air avec une eau à 35°C environ, puis juste au dessus, un bassin naturel dans l'herbe avec une eau vraiment chaude ! Sortons le maillot de bain et plouf à l'eau !

Les sources chaudes de Reykjarfjörður

En continuant vers Tálknafjörður, maman a aperçu un "morse" dans l'eau… En fait c'était un phoque en train de manger son poisson 😀😀😀. Maman nous a bien fait rire !

Le "morse" de maman

Maillot de bains toujours sur nous, nous sommes allés au hot pot de Pollurinn. De nouveau, 2 bassins d'eau très chaude et 2 autres bassins d'eau tempérée, en pleine nature avec douche et vue sur le fjord.

Hot pot de Pollurinn

Le camping de Tálknafjörður étant plein, nous sommes allés jusqu'à Patreksfjörður pour y passer la nuit.

17
juil

Au programme de la journée : Les falaises de Látrabjarg et la plage de Rauðisandu.

Nous quittons le petit port de pêche de Patreksfjörður et principale agglomération de la région avec ses 690 habitants. Nous mettrons une bonne heure pour arriver à ses falaises. La piste pour y accéder n'est pas mauvaise, mais par moment il ne faut pas avoir le vertige… Les points de vues avant destination valent le coup d'œil ! Des plages sauvages et désertes aux couleurs rose orangées.


Enfin on y arrive ! Après La Pointe du Raz l'été dernier pour l'Ouest de la France, et Cabo de Roca (Portugal) au printemps 2018 pour l'Ouest de l'Europe continentale, nous voilà aux falaises de Latrabjard, qui marquent l'extrémité Ouest de l'Europe (exceptées les Açores).

14 km de falaises hautes de 50 à ... 441 m, se dressent ici au dessus des eaux de l'Atlantique nord.

Latrabjard

Des milliers d'oiseaux marins y ont élus domicile, à l'année, le temps d'une migration ou d'une saison d'amour. On peut approcher les macareux à moins d'un mètre. Au loin on peut même observer les phoques se prélasser sur les rochers. macareux, pingouins, guillemots, fulmars, cormorans et mouettes tridactyles) nidifient chaque été.

Macareux , pingouins, fulmars, guillemots, cormorans et mouettes tridactyles
Phoques

Il faut tout de même faire attention, car la roche de la falaise est friable et le lieu très venté.

Nous reprenons la piste en sens inverse et partons vers la plage de Rauðisandu. Nous espérons pouvoir y accéder, car la piste pour l'atteindre n'est pas la meilleure pour un camping-car.


C'est au bord de la plage située à coté de l'aéroport de Patreksfjörður que nous ferons notre pic-nic quotidien et que Papa et moi taperons la balle.


La piste est bien meilleure que ce que l'on nous avait annoncé ! Et le voyage en valait le coup !

plage de Rauðisandu

Une plage formant un long cordon littoral (une 10zaine de km) enserre une lagune d'eau salée. Le sable passe d'une couleur de rose au orange suivant les reflets du soleil. Un enchantement ! Les moutons y paissent tranquillement au gré des marées.

plage de Rauðisandu
plage de Rauðisandu

Nous passerons la nuit ici, au bord de cette plage. Et dire que nous n'avions pas prévu de venir faire les fjords du Nord-Ouest au début ! Ca aurait été vraiment dommage !!!

18
juil

Maman n'arrivant pas à dormir, elle est dehors à admirer le décor dans lequel nous nous trouvons. Et assiste à un semblant de coucher de soleil… il est 00h15 !

00h15

Il est vrai que de se réveiller avec une telle vue c'est très agréable… Et ce matin, c'est marée haute.

J'ai quand même décidé de faire ma feignasse ce matin. Pendant que le camping-car roule en direction de Brjánslækur, je reste au fond du lit et en profite pour dormir encore un peu.

C'est en effet de Brjánslækur que part le ferry reliant les fjords du Nord-Ouest à la Péninsule de Snaefellsnes, en faisant un court arrêt sur l'Ile de Flatey. Le voilà, il arrive. Nous chargeons le camping-car à bord et remettons les clefs à l'un des employés du ferry, qui le garera sur les quais de Stykkishólmur ; pendant que, de notre coté, nous passerons notre après midi-soirée sur Flatey.

Port de Brjánslækur

Nous profitons donc de cette courte halte du bateau pour descendre avec 2 autres personnes sur cette petite île plate, balayée par les vents.

L'île compte 5 habitants à l'année et une petite 20taine de maisons habitées par des vacanciers l'été. Chaque maison a son histoire. On a l'impression que le temps s'est arrêté. L'île sert d'ailleurs régulièrement de décor pour les films évoquant l'Islande d'autrefois.

Flatey

Nous avons eu la chance d'assister à un baguage de sternes. De loin, nous voyions un homme et des enfants attraper les oiseaux avec de grandes épuisettes (rien à voir avec nos épuisettes pour la chasse aux crabes à Port-Camargue). Au début nous avions pensé qu'ils les attrapaient pour les manger. En fait, on nous a expliqué que le monsieur était du Conservatoire Maritime Islandais venu pour identifier et répertorier les oiseaux adultes et les nouvelles naissances de sternes arctiques. A ce sujet, une partie de l'île est fermée en début d'été pour permettre à certaines populations d'oiseaux de nidifier en toute tranquillité.

Le bateau du retour n'arrivant qu'à 20h, papa et maman en profitent pour manger sur l'île : ce sera un agneau pour papa et une soupe de poissons pour maman. Moi, je préfère me prendre un bon hamburger sur le bateau (je l'avais repéré au départ de Brjánslækur…) A noter que le vin proposé au seul restaurant de l'île n'était rien d'autre qu'un Costières de Nîmes : "Château l'Ermitage"!

Au menu ce soir

Nous arrivons au port de Stykkishólmur à 21h45. Papa a récupéré les clefs du véhicule que nous retrouvons garé sur le port. Nous dormirons ici ce soir.

Stykkishólmur
19
juil

Balade matinale dans le petit port de Stykkishólmur. Nous montons sur le rocher de Sugandisey afin d'avoir une vue sur la ville et ses maisons multicolores. Il y a beaucoup de vent aujourd'hui et on le sent lorsque l'on se retrouve en haut !

Stykkishólmur

Nous nous arrêtons à Grundarfjörður pour y faire quelques dernières courses. Ce port, sans grand intérêt, est le départ des bateaux en hiver pour l'observation des baleines mais surtout des orques. C'est également l'un des plus gros ports d'Islande et le 2ème pour les exportations de poissons vers l'étranger.

Petit stop à Ólafsvík pour visiter sa belle église blanche en forme de bateau.

Ólafsvík

Nous continuons de rouler et arrivons dans le parc de Snaefellsjökull. L'extrémité de la péninsule est complètement inhabitée et sauvage. Ici, on trouve le volcan de Snaefellsjökull haut de 1446 m et son petit chapeau de glace. Tout autour ce sont des coulées de lave figées depuis 2000 ans.

"... un amoncellement immense de déjections volcaniques", un "pays comme écrasé sous une pluie de pierres énormes" Jules Verne - Voyage au centre de la Terre.

Nous sortons de la route goudronnée pour passer par une piste au milieu des coulées de laves.

Le vent souffle, mais cela ne nous fait pas peur ! Nous nous arrêtons pour faire de belles photos de la plage de Skarðsvík, encadrée de petites falaises.

plage de Skarðsvík

Nous continuons vers le phare de Hvalrauf ou Svörtuloft perché au dessus de falaises où on élut domicile des milliers d'oiseaux.

Halte au cratère de Saxholl. En 10min, par un chemin aménagé, on atteint son sommet. De là, la vue est belle. Le vent n'est toujours pas tombé… bien au contraire !

cratère de Saxholl

Pause déjeuner et sieste au pied du phare de Londragar et de ses deux falaises de lave isolées au bord de la mer, hautes de 75 m et 61 m.

phare de Londragar

La vue sur le glacier Snaefellsjökull est superbe. Par moment il est même légèrement dégagé.

glacier Snaefellsjökull

A Hellnar, au sud de la péninsule, une petite balade permet de relier le village à celui d'Arnartapi par un sentier cotier.

Hellnar

Ce soir nous dormirons à Arnarstapi. C'est d'ici que partent la majorité des randonneurs pour le parc et son volcan.

Arnarstapi
20
juil

Pendant que maman range nos affaires pour le départ et que papa est allé se promener sur Arnarstapi, moi je me suis trouvé un copain français dans le camping et joue au foot avec lui. Jouer au foot n'est pas chose facile ici ! Il faut faire attention aux sternes qui nidifient au sol. Et elles sont très protectrices pour leurs petits. Je vais vous montrer dans cette petite vidéo comme elles sont agressives !!!

Balade le long de la côte d'Arnarstapi
Attaque de sternes !

Notre 1er arrêt de la journée se fera à Búðir. Ici se trouve une petite église en bois avec son petit cimetière herbeux avec une vue sur le Snaefellsnes !

Búðir

Vu que nous sommes partis tard ce matin… même ce midi ! Nous ne tardons pas à nous arrêter pour manger. Ce sera devant les beaux murs d'orgues basaltiques de Gerðuberg, non loin d'une autre petite église pratiquement abandonnée.

Orgues basaltiques de Gerðuberg

Il est temps de reprendre la route pour le Sud. Nous passerons donc, sans nous y arrêter, par Borganes, puis par le tunnel du Hvalfjörður. C'est un tunnel sous-marin le long de la route 1, long de 5770 mètres. Il relie Reykjavik et les parties Nord et Ouest de l'île. La route du fjord ne prend donc que 7min au lieu de l'heure auparavant.

Après avoir longé Reykjavik, nous arrivons à Grindavík pour y passer notre dernière nuit. Ici rien de bien intéressant, mais on sent que c'est principalement d'ici que partent et arrivent les touristes en camping car : entre ceux qui vident leurs sacs et installent leurs affaires dans les différents rangements, et ceux qui remplissent leurs sacs et commencent le ménage de leurs intérieurs.

Nous ne pouvions pas venir en Islande sans passer par le Blue Lagoon !!! Nous avons réserver pour ce soir à 22h - les tarifs proposés à cet horaires sont quand même beaucoup moins onéreux qu'en journée… en plus le site se vide au fur et à mesure de l'avancement de l'heure : fermetures des portes à 00H30.

La couleur du lagon est due à la présence de silice, de calcaire et d'algues bleu-vert. L'eau a une légère odeur d'œuf pourri due à la présence de souffre. Elle est réputée excellente pour certaines maladies de peau, mais beaucoup moins en revanche pour les bijoux en argent.

Avant de rentrer dans l'eau, il faut protéger ses cheveux de la silice avec une tonne d'après-shampoing à laisser en masque sur la tête… sinon effet carton pate garantie ! L'eau n'est pas trop chaude, elle est à 35°. Nous avons même droit à un masque de boue naturelle riche en minéraux.

Blue Lagoon

C'est à minuit bien passé que nous sortons de là. Nous sommes les derniers. Ce bain aura l'avantage également de nous faire tomber très rapidement dans les bras de Morphée. Bonne nuit : demain une autre étape nous attend.

Blue Lagoon
21
juil

Voilà ! C'est le départ ! Nos sacs sont faits. Maman a nettoyé l'intérieur du camping car, Papa a vidé les eaux usées et fait le plein d'essence et moi j'ai nettoyé tout l'extérieur du véhicule. Nous sommes fin prêts ! Nous rendons "EtPendantCeTemps 1er" chez le loueur et prenons le taxi pour l'aéroport.

Notre vol est prévu à 17h10 pour Anchorage. Nous passons les contrôles de sécurité. Maman a même eu droit à un 2ème contrôle… plus poussé : fouille du sac, relevé d'empreintes, relevé de particules sur les mains, les jambes, les pieds, les chaussures et au niveau de la ceinture ! C'est bon elle peut repartir avec nous ! Ouf !

Il est temps pour nous de vous faire part en vidéo de notre bilan islandais.

Bilan Islande

Je vous embrasse et vous dis à très bientôt pour notre 2ème étape : l'Alaska

C'est parti pour l'Alaska !