Road Trip en Europe

Visite des principales capitales Européennes avec circuit de 30 jours en Pologne et 45 jours en Turquie.
Du 30 août au 20 décembre 2020
113 jours
Dernière étape postée il y a 11 heures
30
août
30
août
Publié le 31 août 2020



Départ de Lille pour Berlin (15h de bus) avec changement à Rotterdam, arrivée prévue lundi 31 Août à 9h35.

 Gare routière de Berlin
31
août
31
août
Publié le 31 août 2020

Après avoir rejoint le centre de Berlin en métro, déposé mes sacs à l'auberge, je débute ma visite par Checkpoint Charlie en fin de matinée.

Le Checkpoint Charlie (« point de contrôle C », « Charlie » désignant la lettre C dans l'alphabet phonétique de l'OTAN) est l'un des postes-frontières de Berlin qui, lors de la guerre froide, permettait de franchir le mur qui divisait la capitale allemande entre le secteur Ouest et le secteur Est.

Checkpoint Charlie 

Topographie de la terreur est un musée situé sur l'ancien siège de la Gestapo et des SS.

La Topographie de la terreur 

La porte de Brandebourg qui se situe à l'entrée de l'ancien Berlin, est un symbole de la ville, mais fut pendant presque trois décennies le symbole de la division de la ville : le monument faisait partie intégrante du mur de Berlin. Elle fut érigée par Carl Gotthard Langhans (1732-1808) pour le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II (1744-1797). Elle fut construite de 1788 à 1791 dans le style néoclassique, en s'inspirant du Propylée de l'Acropole d'Athènes.

Pour me rendre à la porte de Brandebourg, passage devant le musée Trabi ainsi que sur la Place de Potsdam

Le musée Trabi à Berlin. Le monde de la Volkswagen de la RDA - La Trabant.

 Trabant

La Place de Potsdam est une place du centre de Berlin. Intersection routière majeure pendant la première partie du XXe siècle, la place est détruite pendant la guerre et devient un no man's land dans le cadre de la Guerre froide, coupée en deux par le mur de Berlin. La majeure partie des immeubles qui la bordent actuellement ont été construits depuis la réunification de 1990.

La Place de Potsdam 
1
sept
1
sept
Publié le 1er septembre 2020

Le Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe se compose d’un champ de stèles s’étendant sur

19 000 m2 et accueillant 2 711 modules en béton

Le Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe 

Le palais du Reichstag est un bâtiment construit pour abriter le Reichstag à partir de 1894 et jusqu'à son incendie dans la nuit du 27 au 28 février 1933. Il abrite le Bundestag de la République fédérale d'Allemagne depuis le retour des institutions à Berlin en 1999.

Le palais du Reichstag

Le Gendarmenmarkt est une place située au centre de Berlin, dans l'arrondissement de Mitte et le quartier historique de Friedrichstadt. Elle est bordée par le Konzerthaus et les deux cathédrales réformées. Au centre, se dresse une statue du célèbre poète Frédéric Schiller.

Le Gendarmenmarkt 

La cathédrale de Berlin est l'église principale protestante historique de Berlin.

C'est la plus grande église luthérienne de Berlin. On y trouve la crypte familiale de la dynastie des Hohenzollern et sa coupole surplombe tout le quartier de Mitte.

Traduit en français comme cathédrale, l'église n'est pas une cathédrale dans le sens strict du mot car elle n'a jamais été le siège d'un évêché.

La cathédrale de Berlin (Extérieur & intérieur) 

Il est possible de faire le tour extérieur de la coupole après avoir gravit plusieurs dizaines de marches afin d'admirer Berlin à 85 mètres de hauteur.

Vues de Berlin de la coupole  
 Photos diverses de Berlin

Celui qui s'intéresse aux ponts n'a pas besoin aller à Venise. Avec ses 1700 ponts, Berlin se place devant la ville italienne. Pas étonnant : un nombre incalculable de canaux et autres petites rivières sillonnent le paysage de la ville.

2
sept
2
sept
Publié le 2 septembre 2020



Ce matin, je commence ma journée par me rendre à la gare centrale de Berlin afin d'acheter un billet de train pour demain, direction Gdansk.


L'Alexanderplatz, l'Alex, comme la surnomment les Berlinois, est un des principaux centres d'activité de Berlin. La place est fréquentée quotidiennement par 300 000 personnes.

L'Alexanderplatz 

L'East Side Gallery est un morceau du mur de Berlin de 1,3 km de long, qui sert de support pour une exposition d'œuvres de Street art.

East Side Gallery 



Et pour finir ma journée. Apfelstrudel en terrasse entre 2 averses.





Pêle-mêle de photos

Demain, direction la Pologne pour un circuit d'une trentaine de jours.

3
sept
3
sept
Publié le 3 septembre 2020

Journée consacrée au transfert vers Gdansk.

Départ de l'auberge à 10h30 pour la gare centrale de Berlin afin de prendre mon train à 12h37.


Sur le quai




Dans le train


 En Allemagne

A 14h, entrée sur le territoire Polonais, toujours des forêts.

 En Pologne



Train impeccable, couloir et compartiments de 6 personnes, côté conversation ... 3 Polonais avec moi 😂


Mon auberge se trouve au cœur de la vieille ville de Gdansk et ce soir je suis seul dans la chambre, petit plus de la musique dans les toilettes et les salles de bains communes 🤩

La chambre - Vue des fenêtres de droite - Salle de bain au top

A la recherche d'un endroit où manger, voila ce que j'ai découvert.

4
sept
4
sept
Publié le 4 septembre 2020

Visite de la ville principale de Gdansk, quartier fondée en 1343 qui s'articule autour de la Voie dite "Royale" qui était autrefois emprunté par les cortèges.

La visite débute par la porte haute, point de départ de la Voie Royale. Cette porte, construite au XVIe siècle marquait autrefois l’entrée officielle de la ville, et représentait aussi un poste avancé des fortifications médiévales.


La porte dorée succède la porte haute et constitue la véritable entrée de la Voie Royale. A sa gauche se trouve l'hôtel St Georges, ce palais a été construit au 15e siècle pour une confrérie secrète qui regroupait les plus riches bourgeois de la ville.

 Porte dorée et hôtel St Georges

Une fois franchi cette porte, s'ouvre la rue Dluga, l'un des plus beau alignement de façades peintes de Pologne.

 Rue Dluga et ses façades

Long-Marché prolonge la rue Dluga, la place épicentre du pouvoir économique et politique a vu les marchands se faire ériger de prestigieuses demeures témoignant de leurs rang et fortune. Sur la place, la fontaine de Neptune a été dessinée en 1663, symbole de la ville, elle rappelle que sa principale source de richesse est la mer. Démontée et cachée pendant la guerre, elle a été épargnée des destructions.

Fermant Long-Marché, la porte verte clos la Voie Royale.

 Avant et arrière

La porte verte marque le début des quais de la Motlawa.

Un pont basculant permet de traverser le bras de rivière et aussi le passage des bateaux (dernières photos)

Le bateau Soldek fût le 1er navire à sortir des chantiers navals de Gdansk après la seconde guerre mondiale et navigua jusqu'en 1980. Aujourd'hui il se destine aux expos pour les touristes. A coté de celui ci un moteur identique a celui qui le propulsait (4 cylindres vapeur).

La basilique Notre Dame, la plus grande église de Pologne et l'une des plus grande église en briques au monde : 105 m de long, 66 m de large au niveau du transept, 29 m de haut, 5000 m² au sol, 8000 m² de toitures, 30 chapelles, 37 fenêtres dont un vitrail de 127 m², 7 portes d'entrée et une capacité d'accueil estimée à 25000 personnes. Volume comparable à Notre-Dame de Paris.

Sa construction demanda 159 ans, de 1343 à 1502. Situé sur un terrain marécageux, elle fut bâtie sur des pilotis en bois de chêne.

Basilique Notre Dame 
5
sept
5
sept
Publié le 6 septembre 2020

Sur les traces de Solidarność 

Solidarność, mot qui signifie « solidarité », en polonais, est une fédération de syndicats polonais fondée le 31 août 1980, dirigée à l'origine par Lech Wałęsa. Dans les années 1980, ce mouvement joue un rôle clé dans l'opposition au régime de la République populaire de Pologne.

Direction le chantier naval de Gdansk et son emblématique grille.

Célèbre grille des chantiers navals  


Devant l'entrée des chantiers, 3 croix géantes de 40m de haut ont étés érigées en décembre 1980 par le parti communiste en la mémoire de ses propres victimes : les ouvriers des chantiers tombés sous les balles de l'armée, lors des émeutes de 1970, déclenchées par l'augmentation du prix des denrées de base. Pendant une décennie, les ouvriers ont apporté chaque jour une pierre pour former un monticule de plus en plus grand, vite emporté par la milice, pendant la nuit. En 1987, le pape Jean Paul II est venu bénir le monument.


Le chantier est libre d'accès, déclaré en faillite en 1996, il a été privatisé, repris un temps par un groupe métallurgique Russe puis Ukrainien, partiellement reconverti en centre de production d'éoliennes pour une société Allemande. Il emploi aujourd'hui 2000 ouvriers contre 15000 en 1980.

Visite du chantier 

Quelques bâtiments sont ouvert au public.

Partout sur le chantier on peut croiser de drôle de personnages, parfois même des chiens.


Dernière journée à Gdansk, demain direction Torun

6
sept
6
sept
Publié le 6 septembre 2020
• • •

Toruń, ville Polonaise la plus riche en monuments (environ 350) de la fin du moyen âge , Toruń est inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco.

• • •

J'effectue le trajet en train, plus rapide que le bus, départ à 10h53 pour arriver à Toruń à 13h25 et ensuite environ 3 km de marche pour rejoindre le centre historique de la ville où se trouve mon hôtel.

Gare de Gdansk - l'intérieur du train - Type de train en circulation sur la ligne 

Ma chambre d'hôtel, je dirais même mon studio se situe au milieu du centre historique de la ville.

 Hôtel - Chambre (6€ la nuit) et communs avec machine à laver et sèche linge

Je débute la visite des alentours de l'hôtel par l'office du tourisme afin de récupérer plan et brochure sur la ville.

Je commence par la place du marché (Rinek Staromiejski) de la vieille ville, d'une richesse architecturale remarquable, elle décline un ensemble d'édifices du gothique au baroque. Place presque carrée, elle est depuis des siècles le point central de Toruń. Marché, tournois, exécutions, pilori, ... y avaient lieu. Au centre, s'élève la monumentale construction de l'hôtel de ville.

La place du marché et son hôtel de ville

L'hôtel de ville le symbole de l'ancienne splendeur de la ville. Il a été élevé à la place des anciennes halles aux draps.

 Cour intérieur de l'hôtel de ville

Sur la place se trouve également l'église du Saint-Esprit, de style baroque tardif , elle a été érigée au milieu du XVIIIe siècle. en tant qu'église luthérienne. À l'intérieur, les aménagements de style rococo sont conservés.

Eglise du Saint-Esprit 

Sur cette place, on peut voir une statue de Nicolas Copernic érigée il y a 150 ans.

Nicolas Copernic est un astronome polonais, également chanoine, médecin et mathématicien, né le 19 février 1473 à Toruń).

Nioclas Copernic est célèbre pour avoir développé et défendu la théorie de l'héliocentrisme selon laquelle la Terre tourne autour du Soleil, supposé au centre de l'Univers, contre l'opinion alors admise, que la Terre était centrale et immobile. Les conséquences de cette théorie dans le changement profond des points de vue scientifique, philosophique et religieux qu'elle impose sont baptisées révolution copernicienne.

Egalement sur cette place se trouve la maison sous l'étoile, l'une des plus belles façades (fin XVIIe), couverte de stucs floraux.


Pour terminer cette première découverte de Toruń, je décide de me rendre au bord de la Vistule, le principal fleuve polonais. Elle forme la frontière historique entre peuples slaves et baltes.

Pêle-mêle de photos.

Ici certains bancs publics sont équipés de prises USB alimentés par panneaux solaires.

7
sept
7
sept
Publié le 7 septembre 2020

L'église Sainte Marie ou Notre Dame construite par les Franciscains au XIVe siècle fut un temps la plus grande basilique en brique de Pologne. Grandes fresques de 1380, autel rococo, vitraux d'une hauteur de 15 mètres, confessionnaux baroques ouverts à la vue de tous, buffet d'orgues en bois précieux finement ciselé.

L'ancienne ville médiéval, tout un ensemble de murs, remparts et portes fortifiées.

La tour penchée, un beffroi de défense élevé vers 1400 par un chevalier Teutonique de Toruń comme pénitence. Elle dévie de la verticale d'environ 1,50 m ! C'est, dit la légende, le poids des péchés des chevaliers Teutoniques qui la fait incliner ainsi ...

Tour penchée 


Greniers à blé Gothique  et Baroque. 

Château des chevaliers Teutoniques, bâti au XIIIe s, il fût détruit en 1454 lors d'une révolte des bourgeois de la ville.

La maison de Nicolas Copernic, il s'agit de 2 grandes maisons Gothiques considérées comme lieu de naissance de Copernic.

L'un des symboles de Torun est le pain d'épices (pierniki toruńskie) et on peut le retrouver un peu partout...

Deux musées y sont consacrés, (1 municipal et 1 privé).

Réalisation de mon propre pain d'épices à l'effigie de Copernic.

Musée du pain d'épices 

Autres photos

8
sept
8
sept
Publié le 8 septembre 2020

Aujourd’hui encore un voyage en train vers Poznań.

• • •

Poznań, 5 ème plus grande ville de Pologne, au cœur de la grande Pologne, berceau historique de la nation Polonaise. Elle est située au bord de la rivière Warta dans l'ouest de la Pologne.

• • •

La grand-place (Stary Rynek) compte parmi les plus belles de Pologne. Elle est quasiment carrée, 12 rues s'en échappent, 3 sur chaque côté. Elle est entourée de maisons du XVe et XVIe s, avec d'étroites façades Baroques et Néoclassiques, reconstruites après la guerre.

 Grand-place

Au centre de la place, trône l'hôtel de ville (Ratusz), construit au XIIIe s, le 1er hôtel de ville est détruit par un incendie et remplacé au milieu du XVIe s par cet édifice. L'horloge de l'hôtel de ville se compose de boucs mécaniques qui se donnent 12 coups de cornes à midi.

 Hôtel  de ville 

L'église paroissiale (Kosciol Farny), imbriquée dans les ruelles, elle est fondée par les jésuites à la fin du XVIIe s, devenue église paroissiale en 1798, c'est l'un des joyaux Baroque de la ville. L'intérieur révèle d'innombrables fresques, stucs et tableaux d'époque.

L'église paroissiale 
9
sept
9
sept
Publié le 9 septembre 2020

L'horloge de l'hôtel de ville ; Lorsqu'elle sonne les douze coups de midi, 2 petits boucs apparaissent et se donnent 12 coups de cornes, pendant qu'un trompettiste joue une mélodie traditionnelle, selon un usage du XVe siècle.

Selon la légende populaire, en 1511, un banquet fut organisé pour célébrer l'inauguration de l'hôtel de ville. Le cuisinier chargé du banquet laissa brûler les viandes. Deux boucs furent alors amenés pour être cuisinés à la place. Cependant, ils parvinrent à s'enfuir au sommet du beffroi de l'hôtel de ville où ils s'affrontèrent sous les yeux de la population stupéfaite. Le gouverneur y vit un signe de bon présage et ordonna que leurs figures mécaniques soient immortalisées par le biais des automates de l’horloge pour célébrer quotidiennement l’événement.

Horloge de l'hôtel de ville  

La cathédrale Saints-Pierre-et-Paul, situé sur l'île de la cathédrale, édifié au XVe s, elle domine l'île de son élan Gothique. Derrière l'autel se trouve la chapelle dorée avec sa magnifique coupole au Christ et ses niches sculptées.

La cathédrale Saints-Pierre-et-Paul 

Le château royal, il fut rebâti après la Seconde Guerre mondiale, et sa forme actuelle date de 1783, lorsqu'il fût reconstruit sur les ruines du château de 1249.

Le château royal 

Et comme toujours, quelques photos prisent de-ci de-là.

10
sept
10
sept
Publié le 10 septembre 2020
• • •

Wroclaw, capital de la Basse-SIlésie et 4éme ville de Pologne. Celle que l'on appelait Breslau avant 1945, " la ville aux cent ponts ", est bâtie sur l'Oder et 4 de ses affluents.

• • •

Ce matin encore et toujours le train pour me rendre à Wroclaw, 2h20 de trajet, arrivée prévue à 13h40 mais pour la première fois, le train avait 20mn de retard donc je débarque sur le quai de Wroclaw à 14h , la plus jolie gare pour l'instant.

Gare de Wroclaw 



Sur le chemin de mon auberge, je rencontre de drôles de personnages.


Mon auberge se situe à 300 mètres de la place du marché (Rynek) ce qui me permet de découvrir celle ci dans l'après midi.



La place du marché, de style Gothique à l'origine, du milieu du XIIIe s, les maisons ont étés revues et corrigés au fil des siècles dans des déclinaisons de style Renaissance, Baroque ou classique.

Et toujours ces façades colorées des maisons qui la bordent.

Au centre de la place, on trouve l'hôtel de ville, bâti à la fin du XIIIe s, il est l'un des rares exemples de Gothique tardif appliqué à l'architecture civile.

La basilique Sainte Elisabeth, sur l'emplacement d'une 1ere église Romane détruite en 1241 par les Mongols, il est décidé 5 ans plus tard, de construire un édifice aux dimensions dignes du Rynek voisin.

L'intérieur de la basilique étant en travaux, très peu de photos.

La basilique Sainte Elisabeth 

L'église Sainte-Marie-Madeleine, une basilique Gothique du XIV e s à 2 tours, reliées entre elles, à leur sommet, par un pont d'où l'on jouit d'une vue spectaculaire sur la vieille ville.

L'église Sainte-Marie-Madeleine 

Vue sur la vieille ville du pont au sommet des tours.

Le pavé du centre ville est battu par d'amusants nains en bronze réalisés par des artistes locaux. Se lancer à leur recherche est un jeu de piste ludique (des plans sont disponibles dans les offices de tourismes).

 Quelque nains découverts ce jour


Ce soir, dégustation de Piecuchy, boulette cuite au four faite d'une pâte de levure et fourrée de différentes garnitures. (les miennes étaient fourrées de purée, oignons et lardons avec sauce moutarde miel) 🤩

11
sept
11
sept
Publié le 11 septembre 2020


Aujourd'hui, direction les îles de la ville, îles qui se situent au milieu du fleuve Oder.

On y trouve l'île de Sable avec sa cathédrale Notre Dame de Sable : Ces noms évoquent les modèles italiens d’églises dédiées aux chrétiens massacrés sur le sable des arènes.

Deux autres édifices religieux, La collégiale Sainte Croix et la Cathédrale Saint Jean Baptiste, elles se situent sur l'autre rive de l'Oder.

Stare Jadki, les rez-de-chaussée des maisonnettes bordant cette ruelle percée au XIIIe s abritaient autrefois des étals de bouchers, on peut voir un linteau sculpté illustrant les activités de cette corporation. elles sont désormais occupés par des boutiques d'artisanat.

Suite de la chasse au nains et autres œuvres en bronze.

12
sept
12
sept
Publié le 13 septembre 2020

En chemin vers la gare routière ce matin, j'ai encore rencontré quelques nains.

Ce matin, je prends un bus pour me rendre à Łódź. Départ prévu à 10h15 pour arriver à 13h40. Mais déjà 40mn de retard au départ, le bus vient de Paris, il est parti la veille à 16h00. De plus, à 1km de la gare routière de Łódź, tout le quartier est bouclé, notre chauffeur tente plusieurs approches mais il est bloqué par la police jusqu'à ce qu'un policier décide enfin de nous laisser passer, résultat 45mn perdues, donc arrivée à la gare routière à 15h00.

• • •

Au cœur du pays, Łódź est la 3ème ville de Pologne. Fleuron de l'industrie textile au XIXe s, jusqu’à devenir la Manchester Polonaise au XXe s, la ville fait son retour sur le devant de la scène en valorisant la richesse architecturale de ses immeubles bourgeois de la rue Piotrkowska, des palais des magnats d'antan, des gigantesques usine comme la Manufaktura.

• • •

Je débute ma visite par la promenade architecturale le long de la rue Piotrkowska. Tracé au XIXe s pour relier la nouvelle ville aux zones industrielles, sa partie piétonne et animée s'étire sur environ 2km. On y rencontre des maisons de style Néogothique, Empire, Art déco, Gothique, Renaissance, Maniérisme, Art nouveau, Néo-Renaissance.

La rue Piotrkowska 



Au bout de la rue, se trouve la place Wolność, ce rond point est centré sur un obélisque coiffé d'une statue de Kosciuszko.

Andrzej Tadeusz Bonawentura Kościuszko est un officier polonais qui participe à la guerre d'indépendance des États-Unis et organise une insurrection contre la domination russe et prussienne en 1794. Il est aujourd'hui considéré comme un héros national en Pologne, en Biélorussie, en Lituanie et aux États-Unis.

Petite église à coté de la place Wolność.

Toujours rue Piotrkowska, le trottoir se la joue Hollywood en honorant les grands noms du cinéma Polonais tandis que qu'une façade arbore une gigantesque fresque et qu'une statue de Rubinstein au piano trône au milieu de la rue.

13
sept
13
sept
Publié le 13 septembre 2020

Direction les anciennes friches industrielle de textile.

La Manufaktura : Ce lieu est une ancienne usine de textile. Sur 27 ha (environ 40 terrains de foot) se trouve un des plus grands centres commercio-culturels de Pologne. Il compte plus de 300 commerces, des musées, un bowling, un cinéma et un hôtel.

La Manufaktura 

Le quartier Księży Młyn, un complexe d'usines textiles (principalement des filatures de coton) et d'installations connexes, construit à partir de 1824. C'est le plus grand complexe industriel historique de Łódź.

L'ancienne filature  réhabilitée en logements

Une seule moitié des maisons d'ouvriers ont été réhabilitées et pourtant elles sont toutes habitées.

 A gauche réhabilité, à droite non

Dans toutes les rues du centre de Łódź, il y a des cours intérieur bien souvent fermées par une grille (photo 1-2-3). Dans la rue commerçante, on y trouve même des commerces et des restaurants

 Reflet magique et l'un des nombreux parcs de la ville
14
sept
14
sept
Publié le 14 septembre 2020

Encore une fois un trajet en train qui s'avère être le moyen le plus rapide pour me rendre à Varsovie.

• • •

Varsovie, Capitale de la Pologne depuis 1596 est la plus grande ville du pays et la 8ème plus grande de l'Union européenne.

La vieille ville a été détruite à 85% lors de la seconde guerre mondiale. La reconstruction à l'identique de la Varsovie historique, château compris, mobilisa l'ensemble de la population de 1949 à 1963.

Imaginez Paris amputé de Notre Dame, l'île de la Cité et du Marais pour comprendre le gigantisme de l'œuvre accomplie, avec des moyens de fortune.

Cet acte national a été récompensé par l' inscription du quartier au Patrimoine mondial de l'Unesco.

• • •

Cet après midi simple découverte rapide de la vieille ville car mon hébergement se situe au cœur de celle ci.

 La vieille ville 
15
sept
15
sept
Publié le 16 septembre 2020

La vieille ville, avant d'arpenter ses ruelles, il faut se souvenir qu'elles n'étaient qu'un champ de ruines au lendemain de la guerre.

Elle a été bâtie dans sa forme initiale du XVIIe et XVIIIe s.

Au centre de la place (Rynek), la statue de la fameuse sirène Sawa qui symbolise l'insurrection de la ville.

Une légende dit qu'elle brandit une épée et un bouclier pour défendre la population.

Le Barbacane, le point de passage est l’édifice de fortification construit afin de protéger l’accès nord de Varsovie. Cette construction moyenâgeuse, pourtant érigée en 1540, est devenue obsolète quasiment tout de suite en raison de l’avènement de l’artillerie.

Le Barbacane n’a été finalement utilisé qu’une seule fois pour la défense de la ville, lors de l’invasion suédoise en 1656.

Dès le 18e s, en raison de son obsolescence, on le démembre partiellement avant de se raviser et de le reconstruire en 1938.

Finalement, Hitler aura mis tout le monde d’accord en rasant le Barbacane avec tout le reste de la Vieille Ville. Le Barbacane sera finalement reconstruit, tout comme les remparts et le reste de la Vieille Ville après guerre.

Ensuite, je prends la direction de la fameuse Voie Royale de Varsovie qui relie sur 4 km, les trois résidences royales de la ville : Château Royal de la Vieille Ville > Palais de Lazienki > Palais Wilanow.

 Photos de mes rencontres en chemin

Sur un pilier de l'église Saint Croix, se trouve l'urne contenant le cœur de Frédéric Chopin alors que son corps repose à Paris au Père Lachaise depuis sa mort en 1849.


Sur le rond point Général de Gaulle, et oui...un intrigant palmier au milieu mais pourquoi et comment avec le climat de la ville.


Le palmier géant est une œuvre d’art de l’artiste Joanna Rajkowska réalisée en 2002. Le tronc d’acier est recouvert d’écorce naturelle et se plie au grès du vent. Il a été conçu et expédié de Californie.

Pour finir la journée le Pałac Kultury i Nauki (PKiN en polonais)

Après avoir libéré la Pologne des Nazis, Staline offre à Varsovie un bâtiment qui deviendra emblématique. Un gratte ciel soviétique immense, à la démesure des grattes ciels américains.

Et sa vue sur la ville et environ du 30ème étage.

Quelques photos de fin de journée.

16
sept
16
sept
Publié le 17 septembre 2020

Aujourd'hui visite du château royal, du quartier de Praga et du parc Lazienki.

Le château royal, une trentaine de salles se visitent, toutes richement décorées. On découvre les chambres du Parlement et les appartements royaux, qui abritent de nombreuses peintures, sculptures et bronzes du 18e s.

dmi 

Quelques gravure nous montrent l'état du château et de la vieille ville après la guerre.

 Le château et la vieille ville au lendemain de la guerre

Les jardins du châteaux.

Le monument du petit insurgé, est un monument de Varsovie, commémorant les enfants soldats qui ont combattu et qui sont morts pendant l'insurrection de Varsovie en 1944.

La colonne Sigismond -III-Vasa, l'un des plus vieux monument de Varsovie, érigé en 1664 par le roi Ladislas IV à la mémoire de son père, qui établit sa capitale à Varsovie. Du haut de ses 22 mètres , le vénérable roi est censé voir venir les éventuels danger et avertir en levant son épée.

Direction le quartier de Praga, situé de l'autre côté de la Vistule, seul quartier de la capital préservé des destructions massives de la guerre.

Eglise Orthodoxe Sainte Marie Madeleine, construite entre 1867 et 1869, elle témoigne de la présence au 19e s des fonctionnaires de l'administration Tsariste et rappelle l'existence d'une importante communauté Orthodoxe en Pologne (environ 1 million de personnes).

Dans ce quartier, on trouve aussi des plages au bord de la Vistule et oui les Varsoviens vont à la plage les jours de beau temps.

Je prends ensuite la direction du Parc Lazienki, le plus beau parc de la capitale (76ha), il comprend plusieurs bâtiments d'architecture Baroque, Classique et Néoclassique.

Le Street Art a une place importante à Varsovie.

Fin de journée sur quelques photos.

Je vous laisse deviner qui est le personnage sur la dernière photos ? 
17
sept
17
sept
Publié le 17 septembre 2020

Itinéraire sur les lieux de la mémoire Juive de Varsovie.

La synagogue Nozik, construite de 1898 à 1902, elle est la seule des 400 synagogue de Varsovie à survivre à la guerre.

Les vestiges du mur du ghetto, on peut les voir dans une cour d'immeuble fermée par un digicode.

La tour de l'église Sainte Anne permet une vue sur la vieille ville et Varsovie.

Remarquez l'immeuble délabré au milieu d'autres ultra moderne.

18
sept

Voyage en train avec 80mn de retard à l'arrivée (belle imitation de la SNCF 😁)

• • •

Lublin est située à l'est de la Pologne sur la rivière Bystrzyca, à 153 km en ligne droite de Varsovie et à environ 100 km de la frontière avec l'Ukraine. Elle est la 9ème ville de Pologne et la plus importante de Pologne orientale.

• • •

Je ne passe qu'une après midi dans cette ville car très peu de choses à visiter.

Vous verrez sur plusieurs photos des slackliners (funambules sur sangle), il y en partout dans la ville.

Infos trouvée sur le net : Le festival Urban Highline est connu pour être le premier et le plus grand événement urbain highline au monde depuis 2009

Chaque année, dans les derniers jours de juillet , la ville change complètement. Près de 300 highliners venant de 30 pays du monde entier se rassemblent à Lublin en Pologne.

Comme toujours, la place du marché (Rynek), le château pour sa chapelle de la Sainte Trinité qui est, d'après les guides touristiques, un incontournable mais cause Covid-19 n'ouvre que le matin en ce moment 😥

Pour pénétrer sur le rynek, il faut passer par la porte de Cracovie qui est le vestige des fortification de jadis et qui a environ 700 ans.

Le Rynek, quelques maisons joliment restaures dans un style Renaissance, avec fresques murales et fenêtres ouvragées.

Toujours le Rynek avec au centre le Tribunal de la Couronne créé en 1578 qui était la plus haute instance judiciaire pour la noblesse de la Petite-Pologne.

Intérieur de l'église que l'on aperçoit sur les photos du Rynek.

Le château, il date du 14e s mais fut reconstruit après un incendie dans le style néogothique à l'anglaise en vogue au 19e s. De 1820 à 1945, il a surtout fait office de prison. Avec 100 000 personnes ayant transitées par les geôles nazies. Il fût, pendant la guerre, l'antichambre du camp d'extermination de Majdanek situé à 4 km de Lublin.

 Photos diverses
19
sept
19
sept
Publié le 19 septembre 2020

Encore une fois un train pour me rendre à Zamość mais cette fois ci plutôt genre TER car il met 2h20 et fait 25 arrêts pour 90km.

• • •

Zamość, c'est le rêve matérialisé d'un homme, Jan Zamoyski, grande figure politique du 15e s. Voulant s'affranchir de la tutelle du royaume, il a bâti ici la "ville idéale", selon le modèle imaginé dans l'Italie de la Renaissance. D'ailleurs, on la surnomme la "Padoue du Nord". Outre son nom, Zamoyski a ainsi transmis à la ville un leg architectural remarquable, aujourd'hui inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco.

• • •

Le Rynek est un carré parfait de 100m de côté qui abrite de belle maison Arméniennes du 17e s vivement colorées.

Ce samedi, une marché brocante était présent sur la place, ainsi qu'un podium où des groupes folklorique locaux s'y produisent.

Hôtel de ville, sa tour haute de 52m domine le Rynek.

Chaque jour, à 12h du haut de la tour, un musicien costumé joue l'hymne de la ville 3 fois d'affilée : côtés Sud, Nord et Est mais pas l'Ouest car Zamoyski qui a fondé la ville car il l ne voulait pas honorer la région de Cracovie (situé à l'Ouest) qu'il détestait.




Statue de Zamoyski, le fondateur de la ville.




La cathédrale, à l'origine, c'est une collégiale fondée en 1587 et achevée en 1598 fut consacrée cathédrale en 1992 par Jean-Paul II alors pape.

Le befroi de la cathédrale lui a été construit dans les années 1760-1775. A l'intérieur on peut voir la plus grosse cloche de Pologne qui pèse 4.3 tonnes et avoir un panorama de la ville et des environs.

Toute la vieille ville est ceinturée par des murs d'enceintes dont une très grande partie existe toujours.

Un parc est également dans cette enceinte.

Arcades et portes d'entrée des maisons du Rynek.

20
sept
20
sept
Publié le 20 septembre 2020

Les maisons Arméniennes en détail :




La maison verte est ornée d'un bas relief représentant le baptême du Christ.







La maison jaune possède une façade moins riche car elle appartenait à un simple professeur de l'académie.





La maison rouge, dite "maison sous l'Ange" s'orne de l'ange Gabriel et d'un dragon symbolisant le mal, contrecarré par 2 lions rassurants.

La maison bleue est décorée d'un couple de jeunes mariés. La légende raconte que la femme fût prise pour une sorcière et brûlée vive sur la place.

La dernière maison, dite "maison sous la vierge" représente une vierge polychrome, très orientale, terrassant le Mal, qui a bien sûr, pris la forme d'un dragon.

A midi, le musicien costumé joue l'hymne de la ville du haut de l'hôtel de ville.

Je prends la direction de la Rotonde, bien que le site soit fermé pour rénovation mais à l'extérieur, le cimetière est divisé en secteur : Civils Polonais, militaires et résistants Polonais, Armée rouge, tombes juives mais aussi les victimes des purges Staliniennes d'après guerre.

Le mur extérieur de la rotonde est gravé de nom et date comme vous pouvez le voir sur la dernière photos 

Ensuite direction la plage Zamość, celle ci est situé au bord d'un lac juste à côté de la rotonde.

21
sept
21
sept

De Zamość, j'avais prévu de me rendre dans les Carpates au sud du pays mais l'accès à cette région est compliquée, pas de bus et en train, obligé de retourner à Lublin ou de passer par Cracovie donc je décide de me rendre directement dans cette dernière ville.

Pour ce trajet, il n'y a pas de bus et le train part à 4h57 et met 6h00 avec une correspondance, je me rabats sur le covoiturage car Blablacar fonctionne en Pologne mais pour cela il faut passer par le site en Polonais (merci Google Trad).

Je trouve un trajet qui part à 300 mètres de mon hôtel à 8h00 et arrive à Cracovie à 12h00.

À 11h40, je suis à Cracovie et dépose mes sacs dans une auberge de jeunesse situé à 500m du centre historique de la ville.

• • •

Cracovie (Kraków) : Si Varsovie est le cerveau de la Pologne, Cracovie en est le cœur. Romantique jusqu’à la dernière pierre, fière, nostalgique et généreuse à la fois, c’est une des plus belles villes d’Europe centrale avec Prague et Budapest. On y respire l’Histoire. Chaque maison ancienne est bâtie sur les ruines d’une autre, encore plus ancienne. Les fresques baroques cachent des peintures gothiques, qui recouvrent, elles, des bribes de décorations romanes.

Fait rare en Pologne, la vieille ville de Cracovie est d’origine et non reconstruite après la guerre. Si la cité a préservé son intégrité malgré les vicissitudes de l’Histoire, c’est sans doute grâce à sa beauté : ses nombreux envahisseurs ont toujours préféré l’habiter plutôt que la détruire.

Elle est la deuxième plus grande et l'une des plus anciennes villes de Pologne . Sur la Vistule, dans la province de Petite-Pologne , la ville remonte au 7ème siècle. Cracovie était la capitale officielle de la Pologne jusqu'en 1596 et a toujours été l'un des principaux centres de la vie académique, économique, culturelle et artistique polonaise. Sa vieille ville a été déclarée le premier site du patrimoine mondial de l'Unesco dans le monde.

• • •

Cet après midi, je vais me contenter de déambuler sur la place du marché (le Rynek) et prendre quelques photos.

Cimetière Juif, sculpture et bâtiment rencontrés sur mon chemin.

21
sept
21
sept
Publié le 22 septembre 2020

Visite de la vieille ville

La place du marché (Rynek) avec ses 200 m de côté, cette place carrée est l'une des plus grandes que le Moyen Âge ait léguées à l'Europe.

Au centre du Rynek, se trouve la halle aux draps (Sukiennice), l'origine de ce marché couvert remonte au début du 15e s.

La cathédrale Notre Dame, elle comporte 2 tours de hauteur inégale.

La plus haute, de 81 mètres, est coiffée d’un heaume de style gothique tardif. Cette tour, appelée aussi tour de garde ou tour de fanfare : Depuis le Moyen Age un gardien y veillait jour et nuit (Voir encadré ci dessous).

Légende du hejnał de Notre-Dame


Le hejnał (signal joué à la trompette du haut de la tour de Notre-Dame) est devenu le symbole musical de Cracovie : il est joué toutes les heures des quatre côtés du monde. Mais pourquoi la mélodie s’interrompt-elle soudain ?

Jadis, chaque matin et soir, un vigile jouait de la trompette pour donner aux habitants le signal de l’ouverture et de la fermeture des portes de la ville. Il montait également la garde pour les prévenir de dangers éventuels. En 1241, les Tartares étaient parvenus aux alentours de la ville. Le sonneur de trompette aperçut l’ennemi du haut de la tour Hejnałowa (en polonais hejnał signifie jouer de la trompette) et prévint à temps les habitants, qui purent ainsi fermer à temps de fermer les portes de la ville. Cependant, avant que le vigile eut terminé de jouer son signal, une flèche tartare lui transperça la gorge. Pour commémorer cet événement, la mélodie s’arrête toujours au moment où le brave sonneur l’a interrompue il y a des siècles.


Le sonneur de trompette joue par les fenêtres et on aperçoit simplement sa trompette.



La deuxième tour, plus basse (69 mètres), abrite un jeu de cinq cloches.


Une légende explique aussi la différence de hauteur des tours, qui n’est pas justifiée par les plans architecturaux. Elles auraient été bâties par deux frères. Lorsque le plus jeune comprit que sa tour n’égalerait ni en hauteur ni en beauté celle de son frère, il le tua avec un couteau. Le jour de la consécration de l’église, rongé par le remord, il se planta le même couteau dans le cœur et se jeta du haut de la tour. Le couteau dont il se servit est suspendu dans la Halle aux Draps et témoigne de cette histoire lugubre.


 Sommet des 2 tours et couteau suspendu



La statue d'Adam Mickiewicz se dresse face à la halle aux draps.







L'église Saint-Adalbert, la plus vieille église de la ville. L'évêque Adalbert y tint ses 1er sermons vers l'an 995.



La barbacane et les remparts appartenait jadis au système de fortifications de la ville, démantelées dans leur plus grande partie au début du XIXe siècle. (Les remparts furent remplacés à la même époque par un parc entourant la ville, les Planty).

Autour de la place du marché, quelques églises (et oui il y en a beaucoup en Pologne).

Les 2 dernières photos, ceux sont des confessionnaux 

Pour terminer, pèle mêle photos.


J'ai trouvé un nouveau moyen de transport pour continuer mon voyage !!!

Mercedes AMG S63 V8 bi-turbo

23
sept
23
sept
Publié le 23 septembre 2020

Aujourd'hui visite de la colline du Chateau Wawel où durant plus de 5 siècles, elle fût le centre politique et administratif du pays. Même après la décision du roi Sigismund III Vasa de transférer en 1956 la capitale à Varsovie, rois et princes continuèrent de se faire enterrer dans la cathédrale du château, de même que les plus grands poètes et héros de la nation.

Les 2 principaux monuments sont la cathédrale et le château, je ne visiterais que le château.

 Le château et la cathédrale 

Le château est divisé en 6 grandes sections mais seule 2 sont incontournables.

Le château et sa cour intérieure  

Les appartements d'Etat

Les appartements royaux

La tour Sandomierska : Cette tour d'artillerie fut construite autour de 1460, pendant le règne de Casimir IV Jagellon afin de renforcer les défenses du château. En temps de paix, elle était utilisée comme prison. De son sommet, s'ouvre un beau panorama sur la ville.

La grotte du dragon

La légende parle d’un dragon qui habitait une grotte située aux pieds de la colline du château. Le monstre fabuleux terrorisait les habitants de la ville en les obligeant à faire des offrandes en bétail, mais selon certaines variantes de la légende, il ne dévorait que des jeunes vierges…


Les plus grands chevaliers n’arrivaient pas à le vaincre : c’est le malin cordonnier Skuba qui y parvint, en profitant de sa plus grande faiblesse, la gourmandise. Il laissa devant l’antre du dragon une peau de mouton bourrée de soufre. Le monstre avala la « friandise » et quand le soufre commença à lui brûler les entrailles, il ressentit une soif atroce, sortit de l’antre et commença à boire l’eau de la Vistule. Il n’arrivait pas à apaiser sa soif et, ne pouvant s’arrêter de boire, il finit par éclater !

 La grotte et le dragon crachant du feu toutes les 5 mn

Rencontres inattendues