Carnet de voyage

Vietnam

4 étapes
2 commentaires
1
Pour notre seconde étape, nous traversons le Vietnam du Nord au Sud. Ce pays connut pour ses plages et ses paysages sublimes, s'épanouit et se développe aujourd'hui à une allure presque frénétique.
Novembre 2018
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous bouclons nos sacs à dos avant de sauter à l'arrière d'un taxi : direction Hanoï !

Cependant, ce trajet ne se passera pas comme prévu. Après les annulations consécutives de nos deux avions et plus de 24h de transit, nous atterrissons, enfin, sur le sol vietnamien.

Les vieux quartiers où nous séjournons sont cernés par des grattes-ciels, à l'image du mélange entre traditions et modernité dans lequel le pays s'épanouit.

Hanoï

Nous privilégions, pour nos quelques jours dans la capitale, les nombreux musées qu'elle offre. C'est une riche découverte de l'histoire du pays qui nous attends.

Dans un premier temps, nous avons pu arpenter le temple de la littérature dédié à Confucius et à ses enseignements. L'atmosphère qui y règne laisse imaginer le maître de poésie et de calligraphie, déambuler en compagnie de ses disciples dans les jardins aux intonations chinoises.

Hanoï - temple de la littérature

Nous continuons les visites culturelles par le musée dédié aux femmes. Celui-ci retrace leur rôle à travers les âges, mais aussi à travers les ethnies. Nous découvrons ainsi leur implication héroïque durant la guerre du Vietnam.

Nous en apprenons plus également concernant les croyances locales, notamment le culte de la déesse mère. La divinité suprême, incarnée en quatre déesses : ciel, terre, eau, montagnes et forêts.

Enfin, nous retraçons chronologiquement l'histoire du pays : l'occupation chinoise durant la majeure partie du premier millénaire, la colonisation française au XXeme siècle puis en 1955 la sanglante guerre contre les Etats Unis. Après des décennies de luttes le pays se reunifie sous le drapeau communiste en 1975.

Les rues d'Hanoï

Nous laissons la capitale et ses sept millions d'habitants pour s'enfoncer plus profondément dans les montagnes du nord, juste à la lisière de la Chine. Sapa est une ville perchée à 1500m, mondialement renommée pour la beautée de ses rizières ainsi que les différentes ethnies minoritaires qui y résident.

Afin de profiter au mieux du paysage, nous partons avec un groupe guidé par Lee, qui nous conduit dans son village. Elle nous explique dans un anglais parfait leurs traditions, la culture du riz et la méthode de confection des habits traditionnels.

La région est pauvre, par conséquent ses habitants attendent beaucoup du tourisme quitte à se montrer intrusif. Les Hmongs sont une ethnie patriarcale, et si les femmes travaillent durs et portent les tenues de cérémonies, les hommes quant à eux, ont plus de privilèges et préfèrent parier aux jeux.

Sapa & ses rizières

Nous marchons d'un pas tranquille sur les chemins boueux, longeons les rizières puis traversons une forêt de bambous sur les terres des Dzaos rouges.

Les hautes montagnes sont très belles et la brume ajoute une touche mystique. Celà étant, le paysage n'est pas à couper le souffle et les touristes qui croisent notre chemin, trop nombreux.

Par la suite, nous savourons un repas typique et des vietnamiens partagent généreusement avec nous leur "happy water". C'est sur cette touche joyeuse et convivial que nous montons dans notre bus de nuit. Cap à l'est !

Sapa & sa région
2

Aux premières lueurs de l'aube, nous débarquons sur l'île de Cat Ba. Nous apercevons alors en contre jour les collines en pains de sucre, emblématiques de la région, s'élevant à travers la brume .

La façon la plus commode de voyager au Vietnam reste de loin, le scooter. Peu coutumier des deux roues, nous partons cependant en exploration. Face à ses beaux paysages verts et vallonnées, nous parcourons l'unique route d'un air émerveillé.

Nous avons préfèrez visiter cet archipel, sensé être moins connu, à celui d'Halong. Un air de plaisance règne tout de même sur cette ville nouvellement balnéaire, qui s'agrandit de jour en jour. Nous avons du mal à réaliser qu'il y à vingt ans, à peine, les insulaires vivaient en autarcie et sans électricité. L'endroit devait être rustre certe, mais magique !

L'île de Cat Ba

Dans cette belle région, la virée en bateau fait partie des activitées incontournables afin d'admirer le plus grand karst marin du monde.

Nous naviguons tout d'abord dans les eaux calmes et limpides de la baie de Lan Ha, qui ressemble en tout point à sa fameuse voisine. Puis nous montons à bord d'un kayak, en pagayant d'un rythme lent entre les criques et les falaises. Depuis nos cabines, nous appercevons la célèbre baie d'Halong et les dizaines de bateaux en bois qui y naviguent.

Nous sautons ensuite depuis la proue pour rejoindre l'île aux singes. Nous escaladons alors les paroies sombres et tranchantes pour atteindre le sommet de l'île. En haut, la vue sur les îlots de calcaires immergés est saisissante.

Baie de Lan Va et baie d'Along

Après ces quelques jours au bord de la mer méridionale, nous nous engageons à l'intérieur des terres. Les locaux nomment cette région, la baie d'Halong terrestre.

Et pour cause, les similitudes entre ces paysages sont frappantes. De hauts monts déchiquetés se dessinent sur une plaine verdoyante et fertile, des temples longent les lacs et de nombreuses espèces prospèrent dans ces lieux.

Par crainte de la foule, nous privilégions la visite de monuments moins prisés. Nous visitons quelques pagodes cachées, grimpons sur un point culminant, puis nous nous promenons dans une réserve naturelle d'oiseaux. Là, nous profitons du calme environnant en observant les oiseaux migrateurs.

Ninh Binh

Autrefois, la région était le centre diplomatique du pays. La ville de Hoa Lu, l'ancienne capitale, s'élèvait fièrement parmis les monts enveloppés de brumes. Elle était la demeure royale sous les dynasties des Dinh, des Lê et des Ly ( 968 - 1011).

Cependant, il n'en reste plus que quelques vestiges. Seul le silence du paysage, serein et immuable, permet encore aujourd'hui de retranscrire le sentiment d'éternité qui plane sur la région.

En résumé, nous avons aimé découvrir ces régions au paysage karstique, bien que nous éprouvons certaines difficultés à sortir des sentiers battus.

Le Vietnam nous dévoile ses merveilles sur un plateau d'argent, tandis que nous apprécierions peut être davantage, la saveur d'un trésor caché.

Hoa Lu
3

Une pluie battante nous accueille, nous contraignant à visiter la ville vêtus de nos imperméables. C'est ici à Hué, que les Nguyen, représentants de la dernière dynastie vietnamienne, ont érigé leurs palais.

La citadelle comptent de nombreux jardins aux bonsaïs impressionnants, des palais interdits où les nombreuses concubines de l'empereur vivaient, cachées. Le tout est peint en jaune, la couleur des rois.

Les anciens souverains reposent dans d'imposants tombeaux, dissiminés dans la campagne environnant la cité. Selon les traditions vietnamiennes, la vraie vie est ailleurs. Et dans ce monde invisible et éternel, les morts continuent leur chemin avec les mêmes besoins que les vivants (manger, boire, se divertir ... ). C'est la raison d'être de ses mausolées, où quotidiennement des offrandes sont offerts aux impériaux défunts.

La citadelle de Hué

Nous continuons notre route une centaine de kilomètres plus au sud, où se trouve la charmante ville de Hoï An.

Il y a plusieurs siècles, des navires du monde entier venaient s'arrimer à son port. En raison des nombreux tiphons qui s'abattent sur la région, les marchands étaient souvent contraint de s'attarder. Ils se faisaient alors construire de somptueuses demeures.

Ainsi s'explique l'architecture atypique, miraculeusement épargnée par la guerre, qui fait aujourd'hui la renommée de la ville. La nuit tombée des centaines de lampions illuminent les rues, les barques fillent doucement sur la rivière Thu Bon. La magie opère et nous sommes sous le charme !

Hoï An

A quelques kilomètres de la ville se trouve les vestiges de l'ancienne capitale du royaume de Champa. Ce lieu, chargé de mystère, fût érigé à la fin du IV ème siècle par l'empereur Bhadravarman.

L'ancestrale civilisation Chaam repoussa durant des siècles les mongols, puis les chinois mais fut finalement envahit par les viets en 1472. Aujourd'hui, il ne reste plus que 20000 représentants de cette société bouddhiste et matriarcale.

Nous déambulons donc à travers les ruines de briques, recouvertes pour certaines par la végétation, quand le soleil pointe enfin le bout de son nez, après cinq jours d'absence.

My Son

Initialement, nous devions nous attarder un peu plus dans cette région centrale du Vietnam. Cependant, cette partie du littoral est particulièrement prisée pour ses plages, induisant un tourisme balnéaire de masse.

Vous l'aurez compris, ce n'est pas nécessairement notre tasse de thé. Nous décidons donc de continuer notre route au sud, vers des terres plus sauvages on l'espère.

4

Avec ses 13 millions d'habitants, Ho Chi Minh City est la ville la plus peuplée du pays, et on peut dire que la journée la circulation y est dense. La nuit tombée, la nouvelle génération de Saigon pose leurs deux roues pour aller se déhancher dans les quartiers nocturnes, ou règne une ambiance de fête et de débauche.

Nous nous frayons un chemin entre les scooters jusqu'au musée des vestiges de la guerre (anciennement appelé "musée des crimes de guerre américains"...). Là, en regardant les clichés des photographes de guerre exposés, nous retraçons les vingts années de luttes contre les États-Unis qui déchira le pays.

Émus, nous observons les derniers instants de civils avant leur exécution, ainsi que les conséquences désastreuses de l'agent orange, un produit chimique qui défigura des milliers de personnes sur plusieurs générations.



Ho Chi Minh City

Nous quittons Saigon pour nous diriger vers le delta du Mékong, un vaste labyrinthe de rivières, îles et marais. Le célèbre fleuve se divise ici en neuf bras, et permet l'irriguation des plus grandes parcelles rizicoles du pays.

Afin de visiter au mieux le "delta des neuf dragons", nous montons à bord d'un bateau qui remonte lentement le fleuve.

Ici, dans le sud du pays, nous ressentons plus d'authenticité et de convivialité. Quand nous traversons les villages, les habitants nous scrutent avec curiosité et nous acceuillent toujours par de chaleureux sourires.

Delta du Mékong

Nous troquons les petites barques fluviales pour monter à bord d'un grand ferry, afin de rejoindre l'île de Phu Quoc.

Au large du golf de Thaïlande, cet archipel attire de plus en plus de touristes. Les décors paradisiaques se retrouvant parfois cernés par d'immenses complexes hôteliers, et les plages jonchés par les déchets que l'océan rejette inlassablement.

Heureusement, l'île possède encore de beaux territoires sauvages. Nous parvennons donc à trouver de magnifiques plages presque désertes dignes de cartes postales. Nous prennons ainsi le temps, pendant quelques jours, de profiter de ce décor idyllique.

Île de Phu Quoc

C'est sur cet archipel à l'extrêmité sud du Vietnam que nous passons les derniers instants de cette étape. Après avoir traversé ce vaste pays, du Nord au Sud, nous en partons ravis, mais pas entièrement conquis.

Les longs trajets ont été éprouvants pour la plupart, et nous devons nous montrer plus sélectif à l'avenir. Le vietnam se developpe à toute vitesse, et nous ne sommes pas les seuls a souffrir de l'excès de tourisme, les autochtones étant beaucoup plus acceuillant loin des sentiers battus.

Nous nous souviendrons surtout de ses magnifiques paysages, de la générosité de ce peuple et des jolies rencontres que nous avons pu y faire.

Il est l'heure pour nous de continuer ce tour d'Asie. Au loin, nous apercevons déjà les côtes cambodgiennes qui nous attendent.

Plage Vang Ban