Carnet de voyage

Népal

3 étapes
16 commentaires
1
Première destination de notre tour du monde, le Népal ! Ce beau pays enclavé dans la chaîne de l'Himalaya, carrefour entre l'Inde et l'Asie, nous entraîne dans son univers mystique.
Octobre 2018
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous voilà parti pour notre tour d'Asie ! Nous avons choisi le Népal comme première destination.

Notre avion a atterri aux abords de la mythique et fourmillante Katmandou. Après 2 jours intenses nous décidons de rapidement migrer à l'ouest vers la plus paisible ville de Pokhara.

Katmandou

Le premier objectif de ce voyage, et non des moindres : le circuit des Annapurnas. Au programme 150km de marche entre plaines et hautes montagnes.

Nous débutons notre trek dans un cadre verdoyant, le sentier s'égare dans une jungle luxuriante. Il débouche ensuite face aux impressionnantes rizières perchées sur les collines environnantes.

Le premier jour, suite aux conseils des villageois, nous empruntons un sentier peu fréquenté , et pour cause, nous nous retrouvons face à pont écroulé. Nous voilà obligés de traverser à pied la rivière. Un commencement épique !

Les rizières népalaise - 900m

La végétation évolue au fil de notre ascension . La jungle fait place aux forêts , les ruisseaux deviennent torrents et nous marchons entourés par de gigantesques cascades.

Au cours de notre marche des singes se déplaçant de branches en branches nous entourent et de magnifiques papillons colorés égayent notre chemin.

Afin de franchir les rivières, obligation de traverser de grands ponts suspendus. Nous nous y engageons pas à pas en espérant que les bannières de prières seront efficaces.

Jagat & ses environs - 2500m

A partir de 3000m les étapes se raccourcissent, la faune se fait rare et nous commençons à côtoyer les immenses monts himalayens qui s'élèvent à plus de 7000m.

Le long de notre route les habitants étendent de longues guirlandes. Elles symbolisent différents éléments (le ciel, les nuages, le feu, l'eau et la terre) accompagnés de textes de prières (les mantras). Le vent souffle alors sur les drapeaux emportant les mantras auprès de leurs dieux.

Les après midi nous nous réfugions dans les salles communes des lodges où les trekkeurs encerclent le feu, une tasse de thé fumante entre leurs mains.

Manang & ses environs - 3500m

Le dizième jour, avant les premières lueurs de l'aube nous partons armés de nos lampes frontales à l'assaut du fameux col. Éclairés par la lune, nous avons gravi les derniers mètres. C'est un peu sonnés et totalement frigorifiés que nous atteignons Thorang La - pass 5416 m !

Il est difficile de décrire la joie intense, la fierté mais aussi le soulagement que nous avons ressenti à cet instant.

Thorang La - 5416m

Enfin, nous avons pu entamer la descente vers la civilisation. C'est donc deux aventuriers fourbus, mais heureux qui sont descendus pendant deux jours face aux magnifiques massif des Mustangs.

Nous avons donc marcher 11 jours, traversés 150km, et grimpés à 5416 m dans cette magnifique région de l'Himalaya.

Mustangs - 3700m
2

Après avoir savouré quelques jours de repos nous reprenons la route. Nous nous dirigeons donc vers le sud du pays, à la frontière de l'Inde, dans l'étroite plaine du Téraï.

Nous posons nos sacs à dos dans de petites huttes de terre, de taule et de paille pour ensuite profiter du magnifique coucher de soleil offert par les lieux. Nous apercevons même, dans les eaux troubles de la rivière Rapti, un premier crocodile.

Sauraha

Autrefois domaine des chasses royales, le parc naturel de Chitwan abrite aujourd'hui de nombreuses espèces en voie d'extinction ainsi qu'une faune d'une grande diversité. Afin de profiter au mieux de la beauté des lieux, nous décidons de découvrir ce site naturel à pied .

Nous commençons par une descente en pirogue le long de la rivière accompagnés de deux sympathiques guides. Suite à leurs conseils, nous prennons bien garde à ne pas laisser nos mains dépasser de l'embarcation, les eaux étant infestées de crocodiles.

La rivière Rapti

Les passeurs nous déposent sur les berges, et les guides dispensent les dernières consignes de sécurité. Ils donnent même à Théo un bâton en cas de nécessité. En effet, si la jungle est très belle, elle n'en demeure pas moins dangereuse !

Nous nous faufillons entre les branches, le plus discrètement possible, jusqu'à apercevoir un éléphant sauvage. Nos guides nous inscitent à fuir rapidement. Et pour cause ! Nous apprendrons plus tard que ce pachyderme est l'animal le plus craint de le réserve.

Entre forêts, savanes et marécages durant deux jours la marche dans la réserve offre une belle diversité. Chemin faisant, nous avons pu observer des rhinocéros, des singes, des daims, des toucans, une multitude d'oiseaux colorés ainsi que, pour notre plus grand plaisir, des sangsues.

Parc de Chitwan

Régulièrement nous nous arrêtons de marcher afin de grimper à un arbre. De là, silencieusement, nous attendons dans l'espoir de croiser un bel animal.

De même, nous avons suivi les empreintes fraîches d'un tigre et entendu son rugissement au loin. Mais sa majesté n'a pas daigné se montrer.

Parc de Chitwan

Tout au long de ce séjour dans la jungle népalaise, nous avons ressenti le profond respect des habitants pour la nature. Ils ont pris plaisir à nous informer leurs traditions, leurs plantes et leurs secrets ainsi que le comportement des animaux.

Bien que, paradoxalement, une fois le soir venu, nous appercevons dans les rues de Sauhara les éléphants domptés, montés, traversant docilement la rue de leur pas chaloupés.

3

Nous laissons la jungle et ses bêtes sauvages derrière nous pour nous diriger, de nouveau, vers la capitale. Enfin presque, nous nous rendons tout d'abord dans la ville de Bhaktapur.

Dès les premiers pas dans les rues pavées nous sommes conquis ! La ville est ancienne et témoigne de la grandeur passée. Elle est parsemée de belles demeures, de temples et de statues. Initialement édifiée selon une carte en forme de mandala, cette ancienne cité royale offre un dédale de ruelles où nous prennons plaisir à nous perdre.

Bhaktapur

Nous avons eu la chance d'assister ici au festival de Tihar. Tous les habitants sont mobilisés pour conclure cette semaine de festivités où successivement les corbeaux, les chiens, les bœufs étaient à l'honneur.

Les enfants dansent et chantent en costumes traditionnels tandis que les plus grands paradent en musique. La nuit tombée, la cité ancestrale de Bhaktapur s'illumine de milles chandelles afin de célébrer les liens fraternels.

Bhai Taka

Dès le lendemain, nous nous échappons de nouveau de la frénétique Katmandou vers les campagnes environnantes. Ainsi, le temps d'une journée, nous traversons les rizières et plusieurs charmants villages jusqu'au Namo Bouddha : un monastère et une grande stûpa surplombant une magnifique vallée.

Namo Bouddha

Sur les hauteurs de Katmandou s'élève le temple de Swayambunath. Cette stûpa serait, paraît il, la plus ancienne de la vallée. Fondée il y a plus de quinze siècle, elle est considéré comme l'un des premiers sanctuaires bouddhiques au monde.

Nous avons donc pu admirer ce temple peuplé de singes, qui s'élancent de branches en branches après avoir réussi à chaparder quelques cacahuètes.

Swayambunath

Pour conclure ce beau voyage nous nous sommes rendus dans l'ancienne ville royale, autrefois capitale et ville d'Art, Patan.

Nous parcourons avec plaisir les rues escarpés de la vieille ville en admirant le savoir faire et la patience des peintres de mandalas.

Patan


Carrefour entre l'Inde et l'Asie, le Népal nous a offert un magnifique panorama. De la fourmillante Katmandou jusqu'aux sommets hymalayiens, en passant par les rizières et les savanes, nous n'avons pu qu'admirer ce pays à couper le souffle.

De même, nous avons été profondément marqués par la bonté, la gentillesse du peuple népalais. Eux, si fier de leur culture et de leurs traditions, ils cultivent encore aujourd'hui un art de vivre en accord avec les préceptes de bienveillance du bouddhisme.

Dans ce bel endroit, où plus haut n'existe pas, nous avons passé un mois exceptionnel. Cependant il est maintenant temps pour nous de continuer notre route.