Retour au Laos, deux ans après. C'est ici que tout à commencé en un sens, ici que l'idée de faire le tour du monde à germée. En traversant le pays du Sud au nord, le coup de cœur se confirme...
Janvier 2019
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Le voyage continue et après un long trajet rythmé par les pots-de-vins, les chauffards et l'organisation chaotique propre à l'Asie, nous franchissons enfin la frontière Cambodge-Laos.

Nous debarquons donc de nuit, sur l'île de Don Det, dans l'extrême sud du pays. Nous entondons les premiers "sabaidee" qui résonnent et cela nous ramène à notre premier voyage. En effet, il y a deux ans nous avions visité une première fois le Laos et nous étions tombé sous le charme. C'est ici même, que notre soif de voyage et notre envie de parcourir le monde s'est éveillé.

De retour, le coup de cœur se confirme puisque tout nous séduit dans ce beau pays, du petit tipie où nous dormons, jusqu'à la solicitude et la nonchalance de ses habitants.

Don Det

Nous partons en exploration en vélo, à la découverte de Don Det et sa voisine Don Khone, deux des 4000 îles. Nous arpentons les chemins de terres émerveillés par ce paysages, où d'innombrables îlots verdoyants surgissent hors du Mekong.

Au large, on peut voir les pêcheurs attraper le poissons dans leurs simples nasses en bambous et les buffles se prélasser dans les remous. On admire les célèbres cascades, éclairées d'une lumière rougeoyante, avant de se perdre en vélo dans les profondeurs de la jungle.

Au Laos, tout n'est qu'aventure.

Les 4000 îles

Ce petit pays bouddhiste, anciennement appelé royaume du "million d'éléphants" est un des plus pauvres de la planète. Contrairement à ses voisins, il ne possède aucun littoral maritime et c'est peut être ce qui le préserve aujourd'hui du tourisme de masse. Très authentique, les laosiens vivent avec peu et les observer cuisiner dans des paniers à même la braise vous fait l'effet d'un voyage dans le temps.

Le Laos est un pays d'eau, de plaines fertiles, de montagnes karstiques et de forêts primaires où les habitants vivent au rythme indolant du Mekong. Allongés dans nos hamacs sous l'ombre des grands cocotiers, nous nous acclimatons donc docilement au rythme local.

Don Khon
2

Nous quittons les 4000 îles et remontons le Mekong pour nous rendre dans le plateau des Bolovens, où un petit circuit nous attend. Théo qui ne savait pas conduire de scooter avant de venir en Asie se lance dans le modèle manuel.

Par conséquent à dos de notre petite moto, nous nous élançons dans les campagnes, traversant les champs de maniocs et de cafés. De nombreuses cascades sillonnent les routes de la région et le soir, nous dormons dans de charmants et modestes bungalows.

Tad Lo

Le plateau des Bolovens se révèle charmant, et notamment grâce à ces nombreuses chutes d'eaux impressionnantes. Nous arpantons régulièrement de petits sentiers, où des panneaux indiquant "beware venomous snake" nous incitent à marcher prudement. Et parfois nous nous retrouvons tout simplement époustouflé devant les cascades. Tad Tayiscua par exemple, avec son par terre de fleurs et son éternel arc en ciel elle offre une vision onirique.

Après 3 jours et presque 200km parcourut, il est temps de rendre la moto, au plus grand dame de Théo.

Tad Tayiscua
3

Depuis notre arrivée en Asie du sud-est, il y a deux mois maintenant, nous remontons le cours du dixième plus grand fleuve mondial. Nos pas nous mènent jusqu'à Thakhek, ville départ de notre seconde boucle en moto. La région est connue pour ses paysages karstiques, digne de la baie d'halong terrestre.

Nous enfourchons de nouveau une bécane, attachons notre sac à l'arrière et nous voilà reparti pour quatre jours d'explorations. Nous filons sur la plaine, entourés de hauts monts sombres et dentellés. En chemin, nous nous arrêtons explorer différentes grottes. Certaines sont sombres et humides, tandis que d'autres, illuminées par les dorures des bouddhas, protègent en leur sein, une source sacrée.

Boucle de Thakhek

La route se poursuit et bientôt nous longeons une vaste étendue d'eau jonchés d'arbres : paysage original donnant l'impression qu'une crue a subitement envahi la plaine et la forêt. Le chemin se faufile ensuite entre les montagnes, pour nous laisser sans voix face aux hauts plateaux de la region.

Entre lagons aux eaux turquoises, et aux cavités longues de plusieurs kilomètres, la région se révèle d'une beautée époustouflante. Les paysages qui se succèdent sous nous yeux finissent de nous convaincre de la richesse et de la diversité des terres laotiennes.

Outre la nature sauvage, nous avons également fait de jolies rencontres avec des gens de tout horizons. Nous avons partagé rires et récits d'aventures autour d'un feu de camp... ou d'un terrain de pétanque.

Ballade en moto
4

La route vers le nord se poursuit. Nous rejoignons donc l'ancienne capitale, Luang Prabang. Le charme de ses rues fleuries et paisibles nous gagne une seconde fois. En effet, nous avions déjà visité cette ville qui s'étend sur une langue de terre au confluent du Mekong.

Le cadre naturel de cette cité est tout simplement magnifique. Des collines verdoyantes couvertes de forêts tropicales, irriguées par de nombreux ruisseaux et chutes d'eaux qui viennent se jeter dans le fleuve plantent le decors. En vélo, nous partons à la conquête des cascades environnantes, essayant tant bien que mal de gravir les pentes escarpés qui jonchent le territoire.

Luang prabang

Nous changeons une nouvelle fois de moyen de locomotion pour monter cette fois à bord d'un long bateau, afin de remonter le fil du Mekong. Pendant deux jours, les paysages sauvages se succèdent lentement sous nos yeux. Régulièrement, notre embarcation accoste sur une plage afin de livrer des vivres aux villages les plus isolés. Il s'agit sans doute de leur seul accès au monde extérieur.

Tandis que nous continuons notre croisière sur ces eaux boueuses, la jungle épaisse laisse place aux aux forêts et les collines aux petites montagnes. Nous voilà à Houei Sai.

Une croisière sur le Mekong
5

Nous nous dirigeons maintenant tout au nord, à la lisière de la Chine et du Myanmar. Au cœur de ses montagnes, nous arrivons dans un village soit disant reputé pour ses treks. Cependant à notre arrivée à Muang Sing, nous sommes surprit de découvrir un village qui n'est plus que l'ombre de lui-même. Nous sommes les seuls touristes, et nous ne trouvons qu'une seule agence de trek à l'allure peu engageante dans les rues désertes.

Pour cause, depuis la répression de l'opium, la région qui était autrefois convoitée pour ses beaux champs de pavots a vu son attractivité diminuer drastiquement. Qu'à cela ne tienne, à défaut d'une randonnée nous partons explorer la région en moto.

Muang Sing

Après 3 semaines notre périple au Laos s'achève. Il ne nous reste plus qu'à traverser le Mekong, une dernière fois, afin de rejoindre la Thaïlande.

Les terres authentiques du Laos, la beautée des ses paysages et la quiétude de ses habitants nous ont conquis. Le pays le moins peuplé d'Asie du sud-est, nous aura donc offert une parenthèse douce et calme, où la nature aura été omniprésente.


La Kone Laos