Philippines // de Bicol à Palawan

Vaste pays que ce sont les Philippines. Ce voyage de Bicol à Palawan souligne les forts contrastes entre régions mais aussi la beauté unique de ses îles.
Du 23 janvier au 11 février 2020
20 jours
1
1

Départ le 22 janvier 2020 de Paris CDG à 21h, le voyage va être long... Nous transitons par Muscat en Oman aprés un vol assez agité. 17 heures plus tard nous atterrissons à l'aéroport de Manille d'où nous prendrons un taxi pour l'hôtel que nous avions réservé dans le quartier de Makati.

Oman 

Rien de telle qu'une bonne nuit de sommeil pour rattraper le décalage horraire! Nous avons la journée pour découvrir un peu les alentours et le quartier animé de Makati, avant de partir vers un endroit moins citadin.

Hôtel Lub D dans le quartier de Makati. Trés bon rapport qualité prix avec bar en rooftop.

Manille 
Lub D 
2

Sortir des sentiers battus et partir à la découverte des endroits moins fréquentés par ce tourisme de masse qui s'est répandu aux Philippines, fut notre objectif de parcours. Avec ses quelques 7600 îles, difficile de choisir une destination plutot qu'une autre. Aprés diverses recherches, nous décidons de s'aventurer vers l'est dans la région de Bicol

Nous prenons, dans un premier temps la direction du parc national de Caramoan. Pour s'y rendre, nous avons opté pour un trajet en car de nuit. Les départs se font depuis le Terminal Cubao proche de la station de métro Araneta Center - Cubao station.

!!! Attention, je ne recommande pas du tout de prendre le métro à Manille, les trains sont tellement bondés qu'il faut en attendre 3 avant d'espérer entrer dedans. Impossible de poser ses deux pieds au sol et s'agripper à un barreau relève du défi, je ne réitèrerai pas cette expérience tellement j'ai eu peur de mourir étouffer ou écraser! La meilleure solution reste le taxi mais il faut prévoir pas mal de temps à l'avance en raison des risques de forts embouteillages.

Une fois sur place, nous sommes montés à bord d'un car de la compagnie Penafrancia, dont les sièges inclinables sont trés confortables. Un long trajet nous attendait...

Terminal Cubao 

Pour aller au parc national de Caramoan voici le trajet que nous avons pris :

* car de Manille à San Jose bus station (direction Lagonoy) (trajet environ 11h30 - 1250PHP/pers.)

* de San Jose, nous avons pris un tricycle vers le port de Sabang (à 15-20mn - 100PHP)

* à Sabang, nous avons embarqué sur un petit bateau pour Guijalo (2h de traversée - 150PHP/pers.)

* Enfin, de Guijalo, un tricycle nous a déposé à Paniman, un petit village côtier (20-30mn - 300PHP)

Port de Guijalo 
De Sabang à Guijalo depuis le bateau 

La région de Caramoan est trés fréquentée par les philippins qui viennent se ressourcer en famille. Elle est aussi connue pour être le décor du tournage de Survivor, l'émission Kho Lanta américaine. La production a trouvé son lieu de bataille et a ainsi loué un archipel pendant plusieurs années. Cet élément est important à prendre en compte lorsque l'on veut s'y rendre car en période de tournage les magnifiques îles aux alentours sont fermées au public.

Aprés avoir emprunté à peu près tous les transports possibles, nous arrivons sous la pluie dans notre rustique petit hôtel, le Magindar à Paniman. Malgré le mauvais temps, nous visitons et prenons possession de notre lieu de vacances pour 3 jours.

Paniman 

C'est comme si le temps s'était arrêté sur Paniman, tant l'atmosphère y est calme et apaisante. Chacun à sa tache, les pêcheurs relèvent les filets, les passionnés entrainent leur coq pour les traditionnels combats, certaines femmes vendent sur le bord du chemin de petites gourmandises maison aux enfants pendant que d'autres s'affairent à laver le linge... Difficile d'imaginer le village pendant l'effervescence de Survivor...

Les coulisses de Survivor! 

Le deuxième jour, nous partons pour une petite escapade sur l'archipel au large du village dans la baie de Paniman. Le départ est prévu à 8h. Nous sommes les seuls passagers sur ce bateau traditionnel. Notre capitaine et son assistant nous embarquent pour les îles de Malarad, Lahos, Cagbanilad et Minalahos. De magnifiques morceaux de terre bordés par de somptueuses plages de sable blanc. Nous croiserons que trés peu de monde ce qui rend cette excursion trés agréable. Aucune contrainte, il nous reste plus qu'à profiter de la beauté du lagon.

En snorkeling autour des îles 

Le retour se fera aux environs de 15h. Nous irons finir cette magnifique journée autour d'une bière dans le restaurant bar du village dont l'ambiance trés familiale vient cloturer notre séjour à Paniman.

Le Bay Sand, restaurant bar au bout de la rue principale.

3

Etant donné le trajet qui nous attend, nous partons assez tôt pour prendre le premier bateau depuis Guijalo en direction de Sabang. Nous réglons les 150 PHP par personne ainsi que la taxe du parc à 5php. Arrivés à Sabang, nous grimpons dans un minivan pour Naga. Une route plus courte est possible mais il faut être sûr de l'arrêt pour le changement de véhicule. A Naga, nous sautons dans le bus public appelé le ''le regular'' qui fera tous les arrêts jusque Legaspi. C'est au grand terminal que nous prendrons un minivan vers Donsol et pour quelques pesos supplémentaires, nous serons déposés au pied de notre hôtel situé face à la mer.

Dancalan beach resort 

De Sabang à Donsol:

* Sabang - Naga en minivan 120PHP /pers.

* Naga - Legaspi en bus public 140PHP /pers. pour 2h30-3h de trajet

* Legaspi - Donsol en minivan 100PHP /pers. + 25PHP /pers. pour nous déposer sur la côte.

Dancalan beach resort 

Dancalan Beach Resort est vraiment une super adresse, les chambres donnent toutes sur la mer et les prix sont trés corrects. Le restaurant est varié et l'une des meilleures cuisines que nous avons eu sur ce séjour.

Donsol est connue pour les requins baleines visibles en snorkeling. Ici, il est totalement interdit de nourrir les requins pour les attirer, c'est donc sans garanti bien entendu que l'on peut monter à bord d'un des bateaux pour une excursion de 3h et tenter d'apercevoir les requins et de nager à proximité. Nous n'aurons pas eu cette chance. Le bateau coûte 3500PHP pour 6 personnes, le mieux est donc de se rendre à l'office de tourisme, s'enregistrer et attendre que le bateau soit complet pour partir. Il faut ajouter 300PHP /pers. de taxes et 300PHP /pers. pour une éventuelle location de matériel de snorkeling (palmes, masque et tuba).

De magnifiques couchers de soleil viennent se dessiner sur la côte.

4

Poursuivre plus au sud-est vers Samar était notre plan initial, cependant cela nous aurait fait passer beaucoup trop de temps dans les transports. On décide donc de prendre un vol vers Cebu pour se rendre sur la petite île de Malapascua à l'extremité nord de l'île de Cebu.

Depuis le tout petit aéroport de Legaspi d'où l'on aperçoit le magnifique volcan Mayon , nous nous envolons vers Cebu pour y rester une nuit.

De l'aéroport de Cebu, un bus (Mybus) se rend dans le centre pour 50PHP

Levés à l'aube, nous sommes prêts à quitter le bruit de la ville de Cebu pour les belles plages de Malapascua. C'est depuis le Terminal North, que nous prenons un minivan (plus rapide que les bus) pour Maya Port, lieu de l'embarcadère pour l'île de Malapascua. Dépenses : 250 PHP /pers pour le minivan (environ 4h de route) et 150PHP /pers. pour la traversée bateau (environ 40 mn).

Au loin, Malapascua 

Malapascua ne fait que 2km2, on se rend assez facilement à notre hôtel en longeant la côte, les baskets qui s'enfoncent dans le sable. Ce premier soir, un splendide coucher de soleil nous est offert en guise de cadeau de bienvenue.

Un programme de farniente, plongée et visite du village se profile. L'île est d'un calme apaisant. Complètement déconnectés, on apprécie ces moments rythmés par le soleil.

A côté de notre hébergement, dans le village, on entend les enfants répéter leur spectacle haut en couleurs, aux sons joyeux des chants traditionnels et rythmé par le cri des coqs.

5

Nous quittons avec tristesse ce petit bout de paradis pour revenir dans la folie citadine, le temps d'un transit. Rebelotte, nous prenons le bateau jusque Maya Port puis nous déjouons les chauffeurs de minivan, qui veulent embarquer les touristes à un prix exhorbitant, pour sauter dans le bus local Ceres. Certes le trajet est plus long mais bien plus local que le minivan, nous sommes les seuls étrangers à bord.

Arrivés à Cebu, nous logeons dans un hôtel situé prés du port, dans un quartier pauvre qui vient contraster avec les deux grands centre commerciaux qui l'entourent.

Le quartier au petit matin. 
6

Nous arrivons à Puerto Princesa assez tôt dans la journée aprés un vol depuis Cebu. Un tricycle nous dépose à la gare San Jose où nous attendrons le bus de pour Port Barton (250PHP/pers.) à environ 3h au nord ouest. Prendre un bus est bien plus agréable qu'un minibus, outre le fait que ce soit moins cher, on a plus de place et un coffre pour les bagages et surtout on voyage local!

Encore épargné par la masse touristique, le petit village de Port Barton a gardé un certain charme. Bien que plus fréquenté que la région de Bicol où nous étions, la vie y est douce et calme. Chacun profite à son rythme des belles plages de sable blanc et des bars restaurants installés le long de la côte.

Une des activités phares de Port Barton est de sortir en croisière sur un bateau local découvrir les îles au large du village : le island hopping. Le principe est d'aller d'île en île à la rencontre de la biodiversité marine et admirer les plages de sable fin sur ces petits paradis terrestres. Il ne faut cependant pas avoir peur de faire partie d'une ligne de bateaux qui se retrouvent tous au même point pour déjeuner par exemple...

biodiversité marine 
promenade sur les îles 
fonds marins 
snorkeling entre deux îles, un vrai régal pour les yeux. 

De retour de cette magnifique journée, nous profitons de notre dernière soirée à Port Barton, pour admirer le magnifique coucher de soleil devant un happy hour bien mérité!

7

Nous n'avions pas prévu de s'arrêter à El Nido, mais les horraires des minivans ne correspondaient pas à ceux du bateau pour Coron. Donc nous y séjournons une aprés-midi et une nuit, largement suffisant pour nous!

Cet endroit tant mentionné dans les blogs, guides et autres commentaires de voyage a été pour moi une grosse déception tant le village s'est adonné au tourisme de masse et au consumérisme. Depuis la gare de minivans, nous descendons à pied vers le centre ville en direction de notre hôtel dans un brouhaha incessant et désagréable. Tout est bétonné. Hôtels, banques, boutiques et restaurants de part et d'autre viennent rebâtir ce petit centre qui n'a plus rien de traditionnel.

Nous décidons d'échapper à ce tumulte en longeant la plage et se dirigeant un peu plus au nord sur un chemin moins fréquenté. Le calme revient, de là nous nous laissons embarquer par le soleil qui disparait petit à petit dessinant de parfaites images photographiques.

8

8h20, après que nos sacs aient été inspectés par les chiens de la police, nous prenons le bateau d'El Nido vers Coron. Le trajet durera presqu 5h. A Coron, le scénario ressemble étrangement à El Nido. Happés par les nombreux tricycles qui veulent nous transporter, nous filons à pieds vers notre hôtel situé à quelques mètres de là. On souffle un peu et décidons de se balader dans la ville dont, malgré tout, l'air y est plus respirable qu'à El Nido.

Nous sortons des rues touristiques pour découvrir le marché alimentaire situé un peu à l'éccart du port.

Nous contactons un des nombreux tours operator qui organisent les excursions en mer pour la journée. Le lendemain matin nous nous retrouvons sur le port où grouillent une centaine de touristes qui attend d'être dirigé vers le bon bateau. Une sacré expérience! Nous sommes noyés dans ce flot de personnes qui, ayant pris un package différent, se retrouveront pourtant sur les mêmes spots!!! C'est une abération de voir cette organisation tournée vers la consommation touristique sans qu'aucune sensibilisation ne soit effectuée. Ici on marche sur les coraux, on donne du riz aux poissons, on nage les uns sur les autres!

Nous essayons malgré tout de profiter de cette nature luxuriante. Au programme : - Kayangan lake - Barracuda lake - twin lagon - skeleton wreck - siete picados - banol / Atawayan - green lagon - coral garden. En s'éloignant de temps en temps des groupes, on apprécie le calme sous marin et la beauté des fonds.

skelton wreck à gauche 

En quelques images j'ai essayé de montrer ce à quoi peut ressembler les haltes que l'on a pu faire. Sans compter les 23 autres personnes de notre bateaux, nous étions ce jour, nombreux à progresser dans l'eau habillé de notre gilet orange!

Et ces clichés que j'ai tenté de voler lors de nos échappées m'ont rappelé la beauté que nous offrait ce pays.

De retour sur la terre ferme, nous avons décidé de partir pour quelques jours plus au nord de dans la région de Busuanga. Nous voulions profiter de nos derniers jours de vacances au Al Faro Cosmio Hotel

La fin de notre séjour approche. Le bateau que nous avions réservé pour revenir à Manille était sacrément en retard sur son programme. Avec plus de 12h de retard, il était trop risqué pour nous d'attendre, nous avons donc opté pour un vol. Une dernière balade sur les hauteurs de Coron depuis le mont Tapyas.

Mount Tapyas 
9

La boucle est bouclée, nous sommes de retour à Manille. Cette fois ci nous logeons proche de l'aéroport au Alicia apartment dans un quartier tranquille. Nous profitons de notre dernière soirée pour aller jusqu'à San Lorenzo Ruiz plaza et le parc qui l'entourre.

Le 11 février 2020, nous quittons les Philippines avec malgré tout de trés belles images et la promesse de revenir dénicher les autres trésors que ces milliers d'îles ont a nous offrir.