Carnet de voyage

#2. Un petit coin de France

7 étapes
9 commentaires
1
C'est ici que notre périple d'une année commence, tu es prêt ? Alors en avant !
Du 7 au 18 septembre 2020
12 jours
Partager ce carnet de voyage
6
sept

😀 Tu entends ?! L'heure du départ a sonné ! 😀

Il est temps pour nous de prendre le volant de la machine à explorer le monde direction "l'inconnu".

Notre départ était prévu le lundi 7 septembre, mais pris d'une envie pressante de découverte, nous sommes partis un jour plus tôt (on est des tarés dans nos têtes).

Le dimanche 6 septembre, nous prenons donc la route au petit matin direction un an d'aventure. Pour s'ajouter un peu de challenge, nous décidons de ne pas prendre de GPS pour l'Europe: on se la fait à l'ancienne. La bonne vieille carte de route sera notre plus grande alliée ces prochaines semaines. C'est parti !

• • •

Après quelques heures à travers les routes de campagne (pour mieux apprécier les paysages), nous arrivons enfin à notre première destination : Chenonceaux.

Ce « château des dames » du 16ème siècle a été construit en plusieurs fois et par différentes personnes (nous n'allons pas faire le résumé de son histoire, si vous voulez en savoir plus, Google est votre ami). Il est maintenant l'un des plus beaux châteaux de la Loire, majestueusement dressé sur l'eau. La visite n'a pris que 2h environ, mais on a fait le plein de culture ! Catherine de Médicis par ci, Henri II par là, tandis que Marius me lisait le livret explicatif au fil des pièces, je prenais quelques photos et vidéo.

Chenonceaux
Jardin de Diane de Poitiers
"C" de C. de Medicis et "H" de Henri II = "D" de Diane de Poitiers, plafond
Tableau de Louis croix bâton V
Chambre de Catherine de Médicis
Galerie du château vue de l’extérieur
Symbole du deuil de Louise de Lorraine pour son époux Henri III
Le beau gosse, pensif face à l'horizon
Le labyrinthe

La visite nous a beaucoup plu mais ce fut encore plus intense quand le soir, après avoir posé notre tente au camping municipal, nous sommes retournés sur les lieux pour prendre l’apéro en face de la grande bâtisse, sous une lumière plus tamisée.

• • •

Notre première nuit de sommeil :

Nous avons planté la tente pour la première fois à Civray-en-Touraine à côté de Chenonceaux. Accueillis très agréablement, nous nous sommes calés dans le fin fond du camping. C'était très tranquille. Mission dépliage des matelas, déroulage des duvets, gonflage des oreillers et c'est parti. Mais la nuit fut peu concluante, malheureusement... On a eu très très froid et notre lit douillet nous a quelque peu manqué: la dureté des matelas nous a malmené. Il nous faudra trouver des solutions car nous souhaitons dormir en tente tant que la météo nous le permet, donc au moins un mois et demi. Comment allons-nous faire pour améliorer nos nuitées ? Affaire à suivre.

• • •

Un petit stop à Bourges

On continue en mode « culture française » en visitant un petit bout de Bourges. Nous n'avons fait qu'une halte brève mais la vue de la cathédrale et des bâtiments historiques nous a plutôt bien contenté.

Intérieur de la cathédrale
Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle
En ville
Palais Jacques Coeur, argentier du roi Charles VII
8
sept

On continue l'aventure en décidant de se challenger un peu. Défi sportif et grande première pour nous : nous allons faire un trek de deux jours en Auvergne ! Ça ne paraît peut être pas grand chose pour certain, mais pour nous, ça l'est. Cela nous permettra de savoir si par la suite, on pourra prolonger ça sur 3 jours.

On part donc le 8 septembre au petit matin du centre du Mont Dore et l’itinéraire nous met déjà en jambes. Nous montons pendant environ 2h30 sans arrêt, sans plat et sans descente. Nous rencontrons sur la route quelques braves randonneurs avec qui nous sympathisons, puis nous continuons. Le trajet n'est pas vraiment évident, surtout chargé du matériel de camping et des provisions pour deux jours (le poids n'était pas optimisé bien entendu, on n'est pas des pros). Le parcours était difficile mais il nous aura permis d'observer de magnifiques paysages.

La Grande Cascade
Après les 2h30 de montée
Regarde, notre camping est là-bas !
Pause déjeuner
Trek en Auvergne 

Le soir, nous nous arrêtons vers 18h, ce qui nous aura fait marcher environ 9h, parcourant ainsi 26 kilomètres. Mine de rien, on était plutôt fiers de nous mais nous l'avons payé en courbatures : les pieds, les jambes et les fesses ont beaucoup chauffés ! On a trouvé ensuite un petit coin à l'orée d'une foret pour planter la tente. La nuit fut agréable en terme de température mais nos douleurs nous ont souvent empêché de fermer l’œil. Ça valait bien la peine de se maintenir en forme depuis plusieurs années pour galérer autant...

On plante la tente pour la nuit 

Le lendemain matin, nous sommes déter' ! Le plus dur est fait, il nous reste maintenant qu'une grosse montée à franchir et nous arriverons ensuite dans une ville, où nous continuerons en dénivelé positif léger sur les 10 derniers km (que du bonheur pour les fesses).

Nous avons clôturé notre trek à 11h et avons parcouru 13 km en 3h30. On était lessivé, dead, overdead mais fier de nous. Et ça, c'est bien le principal !

Compte-rendu du trek

kilomètres parcourus : 39

dénivelé cumulé positif : 1460 m

altitude maximale : 1726 m

altitude minimale : 849 m

temps de marche : 12h30

Vue du Puy de Sancy
Notre parcours
Summer style 2020 les girls !
Vue du Puy de Sancy
 Trek en Auvergne


Test de notre lifestraw :

Durant notre trek, nous avions emporté avec nous une gourde filtrante « lifestraw ». Avec cette gourde, nous pouvions normalement prélever de l'eau dans l'environnement sans risque puisqu'elle filtre 99,9% des bactéries, virus ...etc. Nous l'avons donc testée sur le terrain, et ce fut un franc succès ! La première journée, nous furent à court d'eau dans l'après-midi, nous avons donc prélevé dans une rivière proche d'une ferme et nous sommes encore vivant aujourd'hui ! Même pas de goût désagréable, c'était au top. Elle nous aura été vraiment utile pour avoir un sac moins lourd car non chargé en eau et pour pouvoir nous désaltérer abondamment à chaque point d'eau.

Test de notre matériel :

Suite à ce trek, nous avons pu faire une première évaluation de l'équipement dans lequel nous avions investi. Résultat très concluant:

- chaussures confortables et respirantes,

- sacs bien adaptés à nos morphologies et non gênants à porter sur le long terme

- très bonne surprise: nos vêtements en Mérinos. Cette matière est respirante et limite VRAIMENT les odeurs. Avec la transpiration que nous avons évacué, nous n'avons quasiment rien senti sur nos vêtements. On adhère 👍!

• • •

Le lendemain du trek, nous avons visité le Lac Pavin pour faire une petite récupération active.


Lac Pavin 
• • •

Quelques photos dans le camping de "la Grande Cascade"

La cuisinière au travail
10
sept

Nous poursuivons notre itinéraire plus au sud, là où les gens ont des accents bizarres (désolé les sudistes). Une petite halte au Puy en Velay nous aura permis de prendre un peu d'altitude pour observer encore mieux cette jolie contrée : nous avons fait l'ascension de la statut de Notre Dame de France, autrement dit la Vierge Marie, qui se dressait sur la ville telle la statue de la liberté. De là-haut, la vue était imprenable.

L'hôtel-dieux
Le verrez-vous ?
La cathédrale
Chapelle Saint-Michel
La Dame de France
Marius prend Emilie en photo depuis la tête de la virge
L'étroitesse des bâtisses
Chapelle Saint-Michel
Le Puy en Velay 
• • •

Nous sommes aujourd'hui le 11 septembre, et nous n'avons pas chômé ces derniers jours. Au final, nous ne nous sommes pas encore accordé de vrai temps de repos et nous ressentons le besoin d'en prendre. La Hyundai machine nous emmène donc dans un petit camping de la ville de Apt, en plein Lubéron pour que nous puissions nous poser calmement avant de reprendre une journée de découverte. Ce camping, "la clé des champs", a pour objectif le bien-être de ses occupants et propose des séances découvertes (gratuites) de yoga, auto massage etc. Il est temps de prendre un peu de temps pour nous: petite séance de méditation dans la yourte, dégustation de figues à même l'arbre et petit plouf dans la piscine. On est bien là !



La situation géographique de Apt nous permet d'aller visiter plusieurs sites autours. Par exemple, nous sommes allés dans le colorado provençal qui nous a quasiment transporté aux Etats-Unis.

On a retrouvé des hommes des cavernes
Emilie cherche formation BTP
• • •

Nous avons visité bien d'autres lieux autour de Apt, tous aussi beaux les uns que les autres.

Le Pont Julien
Gordes, Eglise
Gordes, c'te ville de riche
Gordes
Gordes
Gordes
Fontaine à Lourmarin
Château de Lourmarin
Loumarin, chemin pour les nains
Dégustation fromage du coin et pain au pavot, oui on aime les graines et alors?
18
sept

Coucou les petits voyageurs !

En attendant la suite de nos aventures, nous vous proposons de visionner notre toute première vidéo. Soyez sympa ne jugez pas, c'est notre première alors tous les raccords ne sont pas parfaits 😛

A très bientôt !

14
sept

Nous quittons notre super camping zen pour continuer notre route encore plus au sud. Nous arrivons alors à Cassis où nous prévoyons une journée de randonnée pour aller se baigner (calanques d'En-Vau). Il nous faudra payer 8€ de parking, faire une heure de marche et d'escalade puis avoir de bonnes suées pour enfin arriver au lieu tant attendu. La plage était bondée malgré que nous étions un lundi en période scolaire. Nous avons fait quelques plouf et observé quelques poissons. Un coup de bronzette plus tard et c'est parti sur le chemin du retour. Les montées étaient raides et interminables... On en avait vraiment marre sur la fin, au point de ne plus apprécier ces magnifiques paysages méditerranéens à leur juste valeur.


Calanques de Marseille 

Arrivés à la voiture complétement assoiffés et lessivés, on se dirige vers la Ciotat où nous prenons un petit camping. Nous nous installons où nous voulons, comme à chaque fois depuis le début de notre périple, étant donné que les campeurs se font plus rares en cette période de l'année. On choisit donc l'emplacement avec le coffret électrique pour recharger nos batteries.


On passe une nuit bien tranquille, mais on devient moins serein quand, le lendemain matin, on voit le pneu de la Hyundai machine complétement à plat. Ni une ni deux, Marius démonte la roue (grâce à "l'appel à un ami" à cause d'un petit blocage de roue), et la roule jusqu'à un garage Mendez non loin, repéré le matin même lors de notre sortie matinale. La réparation n'aura pas pris beaucoup de temps, on a donc pu repartir sur les routes assez vite.

 Une vis qui squatte

On s'est rendu compte que, même si le sud est très joli, ce n'est pas notre tasse de thé. On préfère largement les endroits moins fréquentés, plus sauvages et moins touristiques. Vous pourrez dire qu'on est des rabajoies, que le sud c'est la chaleur, la mer, la bonne humeur, mais on s'est empressé de le quitter. On fait notre voyage au feeling, c'est ainsi : on aime moins, point final on déménage !

15
sept
Camping les Restanques, super emplacement

Du coup on remonte un peu pour poursuivre nos pérégrinations vers un territoire plus reculé et sauvage : les gorges du Verdon. On se pose trois nuits dans un petit camping fort sympathique où nous trouvons une pépite d'emplacement. Entouré d'arbre, entre muret de pierre et barrière en bois, beaucoup de place et pas trop loin des sanitaires. On s'y sent vraiment bien !

• • •
Kayak sur le lac Sainte-Croix


Nous nous octroyons une journée Kayak du fait de la chaleur toujours intense, qui nous permettra de profiter à fond du paysage. On termine par des plongeons dans l'eau froide car il parait que ça raffermit les pores !



Le lendemain, on monte le niveau avec une journée de randonnée. Le début de cette rando a très bien commencé : descente abrupte dans les gorges, puis on a longé le Verdon en passant par des endroits vraiment magnifiques. Nous nous sommes même aventurés sur un parcours pour les « confirmés » où nous avons escalader d'énormes cailloux.

[Emilie : cette randonnée m'a donné l'impression d'être dans un décor de film genre Tomb Raider, et bien évidemment j'étais Angélina Jolie. Marius était un peu mon Indiana Jones 😛]

Sentier de l' imbut

Mais le retour … ha le retour, on en a bavé comme jamais. La remontée était encore plus à pic que la descente. Des marches hautes comme les genoux, au bord du ravin, avec des pierres qui glissaient et de la poussière qui volait. On vous laisse visualiser le tableau !

Dans l'instant on rageait beaucoup car on n'en pouvait plus, mais après coup, on s'est rendu compte qu'on venait de vivre une journée de folie et cela va rester un très bon souvenir pour tous les deux.

Sur les photos, vous verrez que l'eau est loin d'être turquoise. La raison est qu'i y a un barrage qui relargue de l'eau, causant ainsi des remous et rendant l'eau toute grise.

• • •

En dehors de ces épisodes sportifs, nous avons visité quelques lieux très sympa, comme Moustiers-Sainte-Marie, construit à flanc de falaise et qui fait des glaces à tomber !

Moustiers-Sainte-Marie
Moustiers-Sainte-Marie
Moustiers-Sainte-Marie
Moustiers-Sainte-Marie
Le long du Verdon
Lac de Sainte-Croix
Lac de Sainte-Croix
Le verdon
• • •

On a clôturé notre séjour par un petit restaurant qui faisait d'énormes pizzas !

 Quand l'appétit va, tout va !
• • •

Cette vidéo clôture notre séjour en France. On espère que vous allez apprécier la regarder 😀

18
sept

Le 18 septembre, c'est le jour où nous quittons la France. Nous aurions aimé visiter plus de lieux car on a de quoi s'en mettre plein les yeux par chez nous ! Cependant, il s'avère que sur le site de l'immigration (qui nous renseigne sur l'accessibilité des pays, notamment en temps de Covid), l'Italie met à jour ses informations de plus en plus souvent (trois fois en 10 jours). Pour résumer, les choses sont en train de bouger, les restrictions s’allongent, et on n'a peur de louper le coche alors on file chez nos voisins Italiens avant que les frontières ne ferment.

• • •

Après une bonne dernière nuit de sommeil, nous nous réveillons donc heureux et un peu stressé de quitter la France. Mais une réalité nous rattrape à ce moment là : le pneu qui avait percé quelques jours auparavant est de nouveau à plat. Rebelote ! Il est encore assez rond pour faire un peu de route, alors on file à la prochaine station qui se trouve à 10 km de là. Il nous faudra ensuite rouler une heure pour avoir un garage qui nous répare le pneu dans la matinée. A priori, le mécanicien de Mendez a mal fait son travail et a complétement endommagé le pneu. Le nouveau mécano fait de son mieux, colmate et met un peu de bombe pour que nous puissions repartir.

Avec ces histoires, nous avions pris du retard sur notre itinéraire. On franchit la frontière italienne vers 14h par le col de Larche. Marius appréhendait un peu ce moment, mais au final, aucun contrôle, aucune barrière, tout était très calme. On s'est même fait accueillir par une marmotte sur le bord de la route, elle était trop mignonne.

Passage de la frontière italienne 
• • •

Pour suivre la suite de nos aventures, il te faudra te rendre sur le carnet de voyage dédié à l'Italie: Pizza Pasta Italia.


-> Pizza Pasta Italia <-

-> Retour vers le menu principal <-


💗 Gros bisous à tous, et merci d'avoir suivi nos aventures en France 💗

• • •

PS de synthèse : on a passé 12 jours en France, parcouru pas loin de 2 000 kilomètres et dépensé environ 63€ par jours, tout compris (hébergement, nourriture, loisirs, voiture, essence et autre).