Road Trip en Amoureux
Octobre 2017
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Avec mon compagnon nous avons décidé de partir en Islande.

L'Islande. En Octobre..

Il n'y a pas vraiment eu de raisons particulières : juste l'Islande, enfin le sud de l'Islande : de Reykjavík jusqu'à Jökulsárlón en passant par le cercle d'or et la côte sud.

Et le hasard fait bien les choses, partir en Islande à cette période est judicieux, pour plusieurs raisons :

1) - La période la plus touristique est finie (avril- septembre)

2) - Les prix baissent

3) - Les températures ne sont pas encore très froides et restent supportables.

4) - La durée d’ensoleillement reste correcte pour pouvoir profiter pleinement des paysages. Pour plus d'informations je vous conseille d'aller sur ce Site.

5) - La période d'observation des aurores boréales commence !

Attention : partir en Octobre signifie aussi :

- il est encore trop tôt pour visiter des grottes de glaces (de novembre à mars). Ok, cette excursion m'aurait vraiment branchée mais tant pis, on se rattrapera sur d'autres visites.

- certaines routes sont déjà impraticables notamment dans le centre du pays

- certains lieux touristiques, hôtels et B&B sont fermés (ouverture d'avril à septembre)

- location d'un véhicule adapté à la météo et donc plus coûteux : un véhicule avec quatre roues motrices est conseillé.


Pour partir, nous avons dû nous équiper. Des éléments viennent naturellement à l'esprit : Accessoire n°1 : Une bonne carte routière. J'ai acheté la mienne à Cultura (juste parce que j'adore ce magasin et que j'y passe tout mon temps libre). Il y avait plusieurs autres choix :

- Express Map, 1/615 000 au prix de 9,90 euros. C'est la seule carte routière que j'ai trouvé qui est plastifiée.

- Michelin, 1/500 000 au prix de 6,55 euros.

- IGN, 1/750 000 au prix de 6,60 euros

- Freytag&Berndt, 1/400 000 au prix de 10,90 euros. C'est cette dernière que j'ai choisi en raison de son échelle mais aussi parce que les stations essences sont très bien indiquées.


Accessoire indispensable n°2 : une bonne paire de chaussures de randonnée. J'ai opté pour des chaussures de la gamme Quechua de Décathlon : voir ici. Elles sont montantes et imperméables. J'ai trouvé qu'elles représentaient un bon compromis entre maintien du pied, confort, qualité et prix.

Ensuite, est venu le moment stratégique du voyage : faire sa valise. Le but : Rien n'oublier, emmener l'essentiel et, pour ne pas avoir froid, il existe une solution :

Attention minute pratique (roulement de tambour) : la technique des 3 couches de vêtements :

- Première couche : anti-froid et anti-transpiration.


- seconde couche : la chaleur. C'est le moment d'investir dans une bonne vieille polaire.


- dernière couche : Anti-pluie, anti-vent : autrement dit, une bonne grosse doudoune.


→Pour le bas, deux couches suffisent : Collant (pour le froid) et pantalon imperméable (pour la pluie). Mais moi j'ai uniquement opté pour de vieux bons jeans.

→Pour les mains : Je vous conseille d'acheter des gants adaptés à l'utilisation d'écrans tactiles.

Si vous voulez plus d'informations, faites un petit tour sur le site Carnets Nordiques.

Je suis également partie avec une bonne écharpe en laine, un bonnet et les lunettes de soleil (je ne voulais pas devenir aveugle après avoir vu des glaciers) ainsi qu'un maillot de bain (Je voulais AB-SO-LU-MENT me baigner dans une source d'eau chaude!).

J'ai également acheté des tee-shirts à Décathlon (3,99 euros) qui sont censés garder la chaleur du corps et évacuer l'humidité à cause de la transpiration et ils ne m'ont pas déçus.

Ah oui, et aussi un bon livre ! Après Une après-midi à Cultura à lire toutes les 4ème de couverture, j'ai finalement décidé de voyager avec "L'arsenal du Diable" de J-J Pelletier (Lemieux Éditeur). Si vous souhaitez des livres un peu plus en rapport avec votre voyage voici une petite liste :

- "Une femme à 1000°" d'Hallgrimur Helgason (Les presses de la Cité)

- "Les Islandais" de Gérard Lemarquis (Éditions Ateliers Hnery Dougier) : attention, il s'agit d'un essai et non d'un ramoan

- "Snjor" et "Mörk" de Ragnar Jonasson (Éditions de la Martinière)

- "Temps glaciaires" de Fred Vargas (Flammarion).


Enfin, pour se déplacer sur place, nous avions opté pour la location de voiture (oh quelle idée originale!).

Pour louer votre voiture, vous pouvez vous rendre sur Rent-a-car ou Avis ou même sur Guide to Iceland. Nous, nous sommes partis avec Europcar et nous n'avons eu aucun problème.

Une fois en Islande, l'aventure pouvait enfin commencer!

2
2
Keflavík

A l'aéroport

Dès notre arrivée à l'aéroport, passage obligatoire pour échanger de l'argent.

Au bureau de change, on va vous proposer d'avoir du liquide et/ou de mettre de l'argent sur une carte style carte bancaire. Je vous conseille de prendre les deux. La pseudo carte bancaire vous sera utile pour payer les parkings de certains sites touristiques payants.

Nous avons payés les parkings avec un carte bancaire personnelle et cela a engendré des frais supplémentaires (2,5% du montant payé).

Attention #1: il y a des contrôles fréquents sur les parkings et nous avons croisé beaucoup de voitures avec des PV.

Attention #2 : nous nous sommes vite rendus compte que les routes en Islande ne sont pas vraiment comme en France. En effet, il y a beaucoup de graviers susceptibles d’abimer la carrosserie ou le pare-brise de la voiture. Ainsi, je vous conseille fortement de vous renseigner sur les assurances complémentaires qui ne sont pas forcément incluses dans le prix de location.

Attention #3 : Les ronds points!! En Islande, la voiture qui roule dans la voie intérieure du rond point est prioritaire sur le véhicule qui circule sur la voie extérieure.

3

En partant de l'aéroport, nous avons décidé de visiter la péninsule plutôt que d'aller directement vers la Capitale.

C'est le premier jour du voyage et on ne voulait pas prendre une grande route dénuée de tout charme. Nous voilà partis pour l'expédition à l'aide d'une carte routière et du GPS du téléphone car nous nous sommes perdus. c'est le jeu!

Mais, nous avons eu le droit à quelques surprises. En effet, en passant par Grindavik nous avons eu la chance d'observer un magnifique arc-en-ciel. Nous avons quitté l'aéroport depuis moins d'une heure et je rêve déjà comme une enfant.

Nous avons ensuite continué notre périple vers le site de Krysuvik. C'était la raison de ce détour. Moins de 2h après notre atterrissage et nous voilà déjà dans les décors somptueux du pays. Le site à visiter est assez petit, gratuit et grandiose. Les nombreuses fumeroles sont le témoin d'un intense activité volcanique. L'odeur d’œufs pourris est au départ désagréable mais c'est franchement cool. Et puis, la palette de couleurs est incroyable. Un tableau. Une œuvre d'art. C'est un des sites d'Islande que j'ai préféré et il n'y a pas beaucoup de monde.

A la sortie de l'aéroport, prendre la direction de Keflavik, puis Grindavik. Ensuite, il faut emprunter la route 427 puis la route 42.

Vous ne pouvez pas louper le site, il est directement visible depuis la route.

La majeure partie du site est accessible aux personnes à mobilité réduite.

Après cette brève visite (1h maximum), la suite de la route en direction de la Capitale nous conduit vers des plages de sables noires et des falaises. Je vous assure, ça vaut largement le détour.

Attention : ne pas rouler trop vite, il y a des endroits assez dangereux.

4

Étape incontournable du cercle d'or, ce parc est fantastique principalement parce qu'on se ballade au milieu de la faille qui sépare le continent européen du continent nord-américain. Juste ça, c'est déjà chouette.

Astuce : le parking du site est payant sauf si vous allez au parking pour les chutes d'

Öxarárfoss d'où le parc est directement accessible. Et, pour moi, on arrive par le plus beau côté du parc (mais attention : cette entrée n'est pas accessible aux personnes à mobilité réduite).

Avant de nous rendre dans le parc, nous avons fais un petit détour vers une cascade : Þórufoss. En descendant du parking et en longeant la rivière, il est possible de s'approcher vraiment très près de la cascade. Mais, c'est surtout la première cascade d'Islande, il n'y a pas grand monde et on peut faire de très belles photos.

5

Autre étape incontournable d'Islande : voir des geysers.

C'est gratuit, c'est beau et c'est cool et puis on n'a pas tous les jours l'occasion d'en voir dans sa vie.

Près du site, il y a une grande boutique de souvenirs et un restaurant. Les prix sont un peu excessif mais le décor est sympa , c'est chaleureux et je me suis ruinée.

6

A Gulfoss l'eau règne en maître. Sa beauté est sans égale d'où son nom "Chute d'or" (sa traduction en islandais). C'est sans doute l'une des plus belles cascades d'Islande et peut-être même d'Europe.

C'est un lieu à ne rater sous aucun prétexte!

7

L'idée de me baigner dans une source d'eau chaude en pleine nature me faisait rêver, et vous aussi? Rendez-vous dans la vallée de Reykjadalur pour une randonnée et une baignade.

Pour s'y rendre, il faut traverser le charmant village d'Hveragerði qui, lui aussi vaut un petit détour.

Il s'agit d'une randonnée d'environ 1h30 pour se rendre à la rivière (depuis le parking) dont la première partie est la plus compliquée mais reste accessible aux personnes peu sportives (difficulté 2/5).

Ne prenez pas le risque de sortir du chemin, parfois le sol peut être instable et glissant.

C'est ici, devant vos yeux que l'on retrouve la plus forte concentration de phénomènes géothermiques.

La rivière a été aménagée pour faciliter son accès et permettre la baignade.

Attention : avec l'eau le bois devient très glissant!

Enfin, il faut apprécier ce moment dans l'eau. 38-40°C. Une expérience incroyable! Un dépaysement assuré.

8

Si Le Blue Lagoon est mythique, nous avons préféré privilégier le charme de secret Lagon. Enfaite, je fuie la foule. Pour ceux qui ne veulent pas/ peuvent pas faire la randonnée dans la vallée de Reykjadalur, c'est un moment unique.

Prix : 2800 ISK , gratuit pour les enfants de moins de 14 ans, 1400 ISK pour les séniors.

Pour comparer, l'entrée au Secret Lagoon coûte au minimum 6100 ISK mais les prestations ne sont pas les mêmes.

Pensez à amener votre propre serviette, la location n'est pas comprise dans le prix et coûte 500 ISK

Pour plus d'informations : secret lagoon

9

Début de la visite du sud de l'Islande.

Notre route nous amène d'abord à la célèbre cascade de Seljalandsfoss : célèbre car on peut passer derrière !

Au premier coup d’œil, ne soyez pas déçus, elle n'est si impressionnante, ni magnifique, ni puissante mais elle reste une étape à ne pas rater car une fois derrière le rideau d'eau c'est un moment magique. Comme dans un film. Vous savez, les films romantiques où une super nana en tee-shirt blanc embrasse un super homme bien musclé derrière la cascade. Bon ok, je ne suis pas une super nana, je n'avais pas de tee-shirt (je ne voulais pas attraper une pneumonie) et mon compagnon n'est pas musclé, mais c'est tout de même bien romantique!

Je vous conseille de prévoir des vêtements de pluie surtout s'il fait froid.

Attention : ça glisse !

Attention : le parking est payant

10

Une autre cascade. Encore une.

L'eau tombe de 62 mètres de haut en un rideau de 25 mètres de large.

Si vous êtes courageux, vous pouvez monter l'escalier qui vous conduit vers un autre point de vue, encore plus impressionnant, mais il ne faut pas avoir le vertige. Personnellement, j'étais à deux doigts de la crise d'angoisse.

Si vous avez le temps, vous pouvez faire une superbe ballade en remontant le cours d'eau.


Non loin de là, vous pouvez visiter le musée de Skogar. Il permet d'imaginer la vie des islandais au 19ème Siècle.

J'ai été un peu déçue par le musée et c'est bien là la seule chose qui n'était pas parfaite en Islande. Seul l'espace extérieur vaut vraiment qu'on s'attarde pour une visite.

11

Le sud de l'Islande se caractérise surtout et avant tout par ses glaciers. Personnellement, c'est principalement pour les voir que je me suis rendue dans ce pays. Et, je n'ai pas été déçue.

Le glacier de Solheimajokull n'était pas prévu dans notre programme, puis sur la route circulaire, c'est le premier que l'on voit et forcément on s'arrête.

J'étais comme une enfant. Et puis, c'est tellement impressionnant. Tellement de glace, là, juste devant moi!

Depuis la route circulaire, tournez sur la route 221. Le parking est gratuit, il suffit ensuite de suivre le chemin qui vous emmènera tout près du glacier. Il est même directement accessible à pied, mais ne tentez pas l'expérience sans être accompagné par un professionnel.

Glacier de Solheimajokull 

Certains vous dirons que ce n'est pas le plus beau glacier d'Islande et que vous allez être déçus, mais pour moi il reste l'un de mes plus beaux souvenirs. Il n'y a pas forcément d'explications. C'est comme ça, comme quand on tombe amoureux.

12

En nous rendant à la célèbre plage de sable noir du sud de l'Islande, nous nous sommes trompés de route. En réalité, ce fut une belle découverte.

D'abord parce que nous avons dépannés des allemands qui avaient crevé sur le bord de la route et ce fut l'occasion de boire une bière avec eux et ensuite parce que nous avons fais une étrange découverte.

Des champs dessinés par le vent. Je ne sais toujours pas ce que c'est réellement, mais c'est une belle promenade que je vous conseille vraiment!

Pour voir cet endroit, il faut prendre la route pour la péninsule de Dyrholaey, ça sera le long de la route sur votre gauche bien avant les falaises.

13

Étape incontournable du sud de l'Islande : la plage de sable noir.

Le contraste entre le noir du sable et le bleu-gris de la mer est incroyable.

Le site est très bien indiqué. Un parking gratuit permet de se garer vraiment tout près de la plage.

Reynisfjara  

Attention : ne pas trop s'approcher des vagues.

14

La route circulaire n°1 qui va se Vik vers le glacier Vatnajokull est intéressante par la beauté de ses nombreux paysages. Vous allez également traverser Eldhraun, vaste étendue de champs de lave. Le paysage est saisissant tant par sa rudesse que sa monotonie. Mais voir ce spectacle, recouvert par endroit par une mousse verte-jaune est à contempler. A des endroits, des parkings puis des petits chemins permettent de s'y promener quelques instants.

Un peu d'histoire : Cette coulée de lave a été formée après l'éruption du volcan Laki en 1783.

Champs de lave à Eldhraun

A un moment, sur le bord de la route, quelle ne fut pas surprise de voir des petits tas de pierres. Au milieu de nulle part, c'est extrêmement impressionnant et déconcertant.

Cet endroit se trouve avant le champs de lave d'Eldhraun, au croisement des route n°1 et 209

La croyance veut que chaque voyageur qui s'arrête érige lui aussi un petit tas de pierre pour que la suite de son voyage se passe bien.

15

Surprise.

Nous avons eu la chance d'observer ce que les islandais appelle "Les lumières du nord". C'est vraiment la chose la plus incroyable que j'ai pu voir.

Malheureusement, je n'ai pas de photos. Mon smartphone n'avait pas une assez bonne résolution.

16

Nous arrivons maintenant face au plus grand glacier d'Europe : Vatnajokull.

Svinafellsjokull en est une infirme partie mais peut-être la plus belle avec ses magnifiques couleurs bleutées. Pour moi, c'est le plus beau glacier du sud de l'Islande.

Une petite route en mauvais état de 4km vous emmène directement au pied du glacier. Sinon, un petit parking permet de garer sa voiture et d'y aller à pied.

17

Autre étape imprévue : le glacier Kviarjokull.

Depuis un parking, une petite randonnée improvisée vous emmène tout près du glacier. Ce n'est pas le plus beau, le plus impressionnant ni le plus connus.

Mais il a un atout pour lui : il n'y a pas personne. Absolument personne. Et, la sensation d'être seuls au bout du monde est fabuleuse.

kviarjokull 
18
18
Islande

Glaciers #4

Fjallsjokull : C'est un endroit magique. Beau et glaçant. Glaçant car c'est à ce moment précis que je me rends compte que le réchauffement climatique n'est pas juste une vague idée lointaine. Mais là, devant mes yeux, ses conséquences sont réelles.

Un bouleversement.

Fjallsjokull 
19

C'est le bout de notre périple. C'est à la fois triste, triste car ça sent la fin de cette aventure, mais c'est aussi beau, beau et touchant.

Voir partir cette glace qui fond vers l'océan où elle va disparaître, se transformer c'est une sensation étrange.

C'est une étape incontournable, indispensable du sud de l'Islande.

Il n'y a qu'un mot : MAGIQUE!

20

C'est la fin du voyage et nous avons gardé la visite de la capitale pour la fin.

En elle-même ce n'est pas une des plus belle ville de monde, elle n'a rien de remarquable mais, elle est charmante et agréable. On s'y sent bien, en sécurité.

La visite du port est la plus intéressante et vous pourrez y déguster du poisson (et même de la baleine) dans de multiples petits restaurants.

La visite la plus insolite de tout notre périple est sans aucun doute le musée national des phallus. J'ai appris son existence dans un livre que j'ai eu pour noël Atlas Obscura qui existe également en site internet. Il répertorie tous les endroits insolites du monde. Allez-y, vous pouvez y raconter vos propres expériences.

Le prix est assez excessif (comme partout ailleurs) mais on apprend beaucoup de choses et c'est un vrai moment de rigolade!

Les hommes, vous pouvez faire don de votre appareil génital qui finira exposé dans le musée après votre mort!

C'est la fin du voyage. De ce voyage.