Carnet de voyage

Iceland trip by bike🚴

17 étapes
46 commentaires
9 abonnés
Dernière étape postée il y a 16 heures
Deux jeunes étudiant.e.s, Elma et Fabien de 20 et 22 ans en voyage en Islande pour en faire le tour à vélo pendant 1 mois.
2 au 30 juillet 2018
29 jours
Partager ce carnet de voyage
KM
55
KM
55
Publié le 3 juillet 2018

Lundi 2 juillet, grand départ!

Après un vol sans encombre, ou presque! nous sommes arrivés à Keflavik, prochaine étape : monter les vélos... facile dirait certain! "hof une heure ça suffit on devrait être partis pour 16h ou 17h grand max!" Pas si facile, on commence à monter les vélos dehors, puis la bruime arrive très vite (et le froid), le personnel nous dis alors qu'il y a un lieu fait exprès pour monter les vélos à 30 mètres, les boulets...

On finit par y aller, mais toujours un frein qui bloque, une chaine pas remise correctement... bon, 18h, nous voilà enfin sur le départ. À peine partis qu'on s'arrete, problème de chaine, on démonte tout sur une petite route et on recommence! (la perseverance et la patience sont la clé)

Cette fois ci c'est pour de bon, on repart.

Pas trop difficile au début, du plat, des descentes et des faux plats. Après tout c'est que 55 kilomètres... Mais pas facile de s'allier avec les voitures sur de grandes routes même avec des voies "vélo". On aperçoit rapidement une ville au loin, est-ce Reykjavik ? au bord de l'eau, évidement!! ça redonne la pêche (les bananes séchées et l'eau aussi)!

Arrivée au camping à 21h45, pas trop mal pour une première "journée"... maintenant douche chaude, petit repas et au lit!

À demain pour de nouvelles aventures🚴

KM
54
KM
54
Publié le 4 juillet 2018

Mots d'ordres : montées et pluie... On dira que ce n'était pas la journée la plus optimale, partis tard et grosse surprise pour les montées, on était loin de s'y attendre. Mais à notre rythme, on a finit par y arriver. Ce n'etait pas facile surtout pour une novice comme moi🚴, heureusement que les bananes séchées sont là j'ai envie de dire!

Les voies pour vélo sont très agréables avec des paysages magnifiques, c'est comme s'il y avait que la nature et nous (et pas un tas de voiture sur les grandes routes). Malheureusement, lorsqu'il n'y en a plus il faut cohabiter avec les voitures...

Ce qui reste agréable sur le trajet ce sont les oiseaux qui vous suivent, les lacs, les chevaux en liberté, les moutons, l'herbe verte et les montagnes... (parfois pas trop le temps de regarder tellement ça monte😌) La température est certes basse, mais lorsqu'on roule, la température monte et on a envie de tout enlever, mais si on s'arrête, c'est la mort assurée...

Le plus beau moment est lorsqu'on est arrivés en haut de la côte et que nous avons vu le lac, le lac de Thingvellir, enfin, nous y sommes, quels moments de joie au milieu de cette pluie et ce froid. Le chemin est enfin accomplit, le reste n'est que du détail.

Une fois arrivés au camping, nous "visitons" les lieux, 2 petites cabanes, une pour les pêcheurs et une avec des WC et lavabos, mais alors, où sont les bonnes douches chaudes ou froide d'ailleurs ? même pas un seul robinet d'eau chaude (juste la poignée de l'eau froide...) Ni une ni deux, on monte la tente entre 2 gouttes de pluie et on file se débarbouiller un peu et faire sécher tout nos habits trempés jusqu'à l'os où nous pouvons. Puis préparation du dinner bien entendu!!

Après une petite tisane pour se réchauffer, nous allons maintenant dormir tout près du lac avec le chant des oiseaux et les oies pour nous "bercer"😇.  Espérons que le temps et la route seront plus clément demain...

KM
52
KM
52
Publié le 4 juillet 2018

Ce matin, debout 8h pour tenter de faire sécher un peu la tente après une pluie abondante. Départ donc vers 10 heures...

Premier objectif : aller à Laugarvatn pour midi (25km). Objectif réussi, nous arrivons pile à l'heure pour manger!

Sous une légère pluie, de beaux paysages et une chaleur raisonnable. Sans oublier les mouchillons des lacs qui nous suivent dès lors qu'on passe en dessous de 15 km/h (donc on se bagarre dans les montées). Arrivés à Laugarvatn (piscines d'eau chaudes (+40°C), piscine, camping et toutes les accomodations nécessaires pour les intéressés), nous sommes vite aller manger un bon burger et hot dog avec des frites! Puis nous avons fait 2-3 courses pour commencer les provisions de la F35 qui débutera demain.


Il suffisait ensuite simplement d'aller à Geysir (30km). Seulement, le vent s'est invité, contre nous et en venant de gauche, avec les bus qui ne ralentissent que quand ils le decident, nous avons faillit finir dans le fossé à de nombreuses reprises! Pas facile d'avancer... Puis ensuite vient la pluie. Notre espoir a été de voir au loin, un ciel bleu, nous avons alors tout donné pour y arriver. Enfin nous voyons le soleil en Islande. Et surprise, il ne reste que 15 kilomètres pour arriver à Geysir, facile mais toujours avec le vent. Arrivés à Geysir, camping à l'entrée et grand soleil qui nous attendait, le bonheur, on a même eu chaud!

Une fois posés, nous sommes allés voir les geysers et les mares bouillonantes juste avant que la pluie ne tombe. Une fois arrivée, on s'est vite réfugiés sous la tente où nous attendrons patiamment qu'elle s'arrête...

KM
53
KM
53
Publié le 6 juillet 2018

Ce matin, nous partons du camping de Geysir pour s'enfoncer à l'intérieur des terres... Reveil sous le soleil avec bien entendu du vent... Il y avait de nombreux cyclistes dans ce camping et parmi eux, un allemand qui fait le même trajet que nous. Ce dernier s'est octroyé un jour de repos à Geysir pour ne pas être embêté avec le vent.

On s'élance sur la route 35 qui grimpe un peu (on est habitué maintenant), on roule sous le soleil et il fait chaud! Nous somme presque sans veste! Partout autour, il y a des chevaux, la crinière au vent qui nous regardent passer...

On monte un petit col pour enfin arriver à Gulfoss, une vue magnifique (et pas mal de monde), on retrouve quelques cyclistes là haut. Puis, nous continuons sur la route 35 qui est interdite aux voitures autre que 4×4 à partir de Gulfoss. Donc génial, personne sur la route!

On roule on roule, comme on peut avec un vent fort pas en notre faveur... On s'arrête ensuite pour manger vers un abris (à l'abris du vent) et au bord d'une rivière bleue turquoise. Une fois requinqués, nous sommes prêts pour attaquer la F35 (pas tant que ça finalement...).

Le vent est toujours là et ça grimpe ça grimpe, au loin, on voit une route qui monte toute la montagne, on se dit, non c'est pas ça... bien sur que si, il n'y a qu'une seule route!!

C'est parti! Ça monte tellement que je pars presque en arrière avec le vélo, pas facile... La clé de la réussite est de faire de nombreuses pauses mais courtes. On boit un coup, on mange des fruits secs (heureusement qu'ils sont là) et on repart. Les zig zag sont obligatoires. Mais quand même, c'est terriblement dur. On est en plus obligé de s'arrêter lorsqu'un véhicule passe pour se protéger de la poussière. On ne voit plus la fin de ces montées, quand on croit que c'est finit, y en a encore... Par contre, vue magnifique, d'un côté l'immense glacier, de l'autre du vert, des lacs et des morceaux de neige éternelle. Le chemin est parsemé de trous, de cailloux plus ou moins gros qu'il faut toujours esquiver pour ne pas se vautrer... Une fois la montagne entière gravit (on est au bout à ce moment là, c'est dur, très dur), on se dit, c'est bon on va avoir un peu de descente on est tranquille, et non, pas du tout. On a 2-3 petites decsentes, seulement, juste derrière une montée, paf! On ne peut même pas prendre de l'élan, le vent nous freine automatiquement. Puis arrivés en haut de la montée, faux plat, jamais de répis. On a failli abandonner l'étape, s'arrêter avant et demander à planter la tente là où il y avait une maison. Mais non, il restait 15km, on s'est dit, on peut les faire, même si c'est dur, la victoire n'en sera que plus belle. Donc c'est partis! On traverse le lac et on monte on monte... toujours de la montée. Les jambes sont fatiguées et nous aussi, difficile de ne pas tout lacher. Il reste 3,5km, c'est long... On se met alors en plateau 1 vitesse 1 et on roule comme ça, on laisse aller, tout doucement. On se fixe des objectifs "on va jusqu'à ce gros cailloux et on fait une pause". Croyez nous, ça marche, on avance, même à petit pas. De voir le refuge au loin est réconfortant mais à la fois tellement loin... On voit la route faire des montées, faux plats, mais rarement des descentes. Mais on y arrive!! On s'empresse alors de monter la tente, préparer à manger et se doucher!! Nous avons pris une bonne douche chaude (la dernière était à Reykjavik...) c'est apréciable. Maintenant au lit pour être en forme demain. Nous avons vu les horaires de bus qui traversent la F35 et nous le prendrons à la prochaine étape si la route reste aussi difficile, pas facile de se dire ça mais beaucoup plus raisonnable... On va surtout prier pour que le vent tourne et nous aide un peu à grimper.

KM
50
KM
50
Publié le 7 juillet 2018

Ce début de F35 fatigue, on tombe alors de sommeil à 22h30 en regardant la carte pour voir le chemin accomplit et surtout voir ce qu'il reste à faire... C'est donc naturellement que nous nous réveillons 3 heures plus tard pour un brossage de dents et peu de vaisselle. Le ciel est encore très clair et la vue imprenable. Nous voyons un des géant de glace à l'horizon, le Langjökull que nous continuerons de longer demain.

Nous voilà debout à 8h15, deux étapes sont prévues, une première pour manger (à peine partis qu'on a déjà faim) à 18 kilomètres et une seconde à Hveravellir. Pendant le trajet, nous pensons qu'à une seule chose : manger!! En effet, nous avons achetés des sandwichs au camping pour 700 ISK chacun (la vie est plutôt chère et tout est payant, les douches, les WC...) et nous avons hâte de les savourer... On s'arrête alors à un croisement qui mène ensuite à un autre géant de glace, le Hofsjökull.

La route monte encore, décidément cette F35! (mais qui sont les seuls fou à la faire dans ce sens, on se demande bien...) La prochaine étape mène donc à la "hot pool", une motivation de plus pour y arriver au plus vite. Normalement la piste est sensée descendre... On peut toujours courir (ou rouler) avant que celle-ci descende... La piste n'est pas très agréable, il est difficile d'avancer dedans, soit en s'enfonce, soit ce sont des gros cailloux qui nous empêchent d'avancer... En somme on fait du 4,5 km/h, pas terrible terrible. Le vent supposé être avec nous l'était légèrement le matin puis à décidé de tourner l'après midi. Nous nous apercevons qu'une montagne en cache toujours une autre, quand on croit que c'est finit, et bah non y en a encore...

La route n'est pas facile avec le vent contre nous, mais encore trop facile, la pluie vient alors se rajouter au débat, heureusement que pour très peu de temps. Les derniers kilomètres sont les plus long (on pourrait croire l'inverse mais je vous assure que non...) Il reste 2,5 kilomètres, en face, une grosse montée, c'est dur... Mais on se dit que derrière il y a la piscine chaude tant espérée... On s'accroche.


Une fois arrivés, on s'empresse de monter la tente (malgré le vent fort) pour vite aller au chaud se baigner. Mais avant de rentrer dans l'eau il faut se mettre en maillot de bain dehors!! Il fait trop froid, on est en bonnet et doudoune là, ils exagèrent ces Islandais... Aaaah enfin, depuis le temps qu'on attendait ça, ça fait du bien du chaud. L'eau est par moment tellement chaude que nous sommes obligés d'en sortir la moitié du corps. Après une bonne trempette il est temps de manger (oui quand même on a faim...) Donc ce sera plat de pâtes et a dodo. Nous prenons un choix raisonnable pour le lendemain, nous prendrons le bus jusqu'à Varmahlid pour enfin retrouver la route...

KM
0
KM
0
Publié le 7 juillet 2018

Aujourd'hui, grasse mat'! On prend le bus et ce dernier est à 15h15, donc nous avons le temps. Le temps surtout pour faire une petite baignade dans la hot pot. Qu'est-ce qu'on y est bien... Mais bien sur, quand on peut pas trop faire sécher les maillots de bain pour cause de pluie incessante, quand on le met ça caille!!! Et pour sortir c'est pareil... On court jusqu'au douche, mais surprise, pas d'eau chaude... Au moins le fait de courir nous a séché!

Petit repas et hop on démonte la tente et c'est déjà l'heure de partir. Les vélos sont mis à l'avant du bus (bizarre comme systeme mais plutôt efficace) sur un porte velo et les saccoches dans les soutes.

Une fois dans le bus, on regrette déjà de l'avoir pris... Ça roule beaucoup plus vite tout d'un coup, 73 kilomètres en 1h30 pfiou... On prend le temps de regarder le paysage mais surtout la route, moins de montées qu'au départ, on se dit alors qu'on aurait pu le faire, mais bon, maintenant nous sommes dans le bus, il  faut penser à la prochaine étape. Et cette dernière va être difficile même si elle est sur une bonne route, nos premiers 93 kilomètres... Donc ce soir dodo tôt pour se levet tôt! Nous avons fait les provisions en arrivant à Varmahlid, on est prêts pour repartir de plus belle.

KM
96
KM
96
Publié le 9 juillet 2018

Ce matin, debout 6h10! Temps correct, la température s'est améliorée en allant vers le nord, du vent mais qui va dans notre sens! Batteries et téléphones chargés (pour une fois qu'on peut faire ça) et c'est partis, départ 8h10. 95 kilomètres à parcourir et nous ne connaissons pas les dénivlés donc on part tôt! Ça fait du bien de reprendre une vraie route, on peut enfin avancer. On roule, on roule, on ne voit pas les kilomètres passer, qu'est-ce que c'est agréable! On prend un bon rythme, entre 15 et 17 km/h sur le plat et on fait du 12 sur les montées ou faux plat, beaucoup mieux que nos 5 km/h sur la F35... La route est géniale pour nous et même si le vent nous coupe un peu, nous savons que nous allons tourner et qu'il va donc être avec nous. C'est magnifique, on roule au bord de la rivière, entre 2 montagnes encore un peu enneigées et verdures sur le bas, nous avons tous les paysages en un.

La route commence à monter "doucement" mais on sait les dompter maintenant ces montées alors on prend notre rythme et on pédale. 13h15, 46 kilomètres, on peut s'arrêter pour manger, on a fait la moitié! Bien entendu nous sommes à une bonne altitude comme nous sommes montés, il fait donc froid et le vent est glaciale, il faut donc s'abriter du vent. On trouve une antenne météo avec une cabane, on s'abrite alors derrière pour manger les sandwichs soigneusement préparés la veille! Bien requinqués nous repartons! Directement la decsente, on avale les kilomètres à unr allure, on atteint les 40 km/h, on roule, on roule, on s'envole même, la route est plate dans la vallée légèrement descendante, un régale! C'est magnifique. Bien entendu ce n'est pas éternel, mais on en aura fait du chemin! On aperçoit au loin de l'eau et des montagnes pleines de neige, tous les décors sont au rendez-vous! Qui dit eau dit Akureyri!! Plus que 15 km. Ça monte, mais toujours à notre rythme on s'en sort bien. Nous pensions la ville plate au bord de la mer mais elle s'avère toute en montée et bien entendu le camping n'est pas au pied de la mer.

Une fois posés, nous sommes allés deguster notre premier Fish&Chips Islandais, on méritait bien ça! Maintenant dodo, demain est encore une grande étape... Le vent est fort ce soir et risque de l'être encore demain et en notre défaveur, à voir si on écourte l'étape ou si même on ne se reposerait pas...

KM
53
KM
53
Publié le 10 juillet 2018

L'étape initialement prévue était Myvatn pour aujourd'hui, 99 kilomètres. Au vue des prévisions de vent, nous avons conclu que ça allait être difficile, un vent du sud ouest (tout l'inverse de nous👍), donc nous choisissons de faire une étape intermédiaire si jamais nous n'arrivons pas à l'objectif de base. Nous voilà donc partis, après avoir fait sécher un peu nos couvertures de survie grâce au vent (pour une fois qu'il est bon), remplit nos gourdes etc.

Nous descendons la ville pour arriver au niveau de la mer et la traverser par une route qui la coupe en 2. Cette dernière très ventée et de côté est déjà difficile à traverser. Nous arrivons ensuite de l'autre côté de la montagne qu'il faut bien entendu monter. Nous avons une vue magnifique, encore une fois tout y est, la mer, les montagnes, la neige et les prés verts.

Bientôt nous sortons de la première montagne pour gravir la deuxième, cette fois ci les montées ne sont pas du tout similaires. On croirait monter en station, on part du niveau de la mer ou presque pour arriver à 400 mètres d'altitude en un nombre de kilomètres assez limité. Le soleil est avec nous, c'est vraiment agréable mais du coup il fait chaud!! On enlève tout même le k-way malgré le vent, on se retrouve simplement en sous pull avec les manches retroussées (pour la 2 ème fois du séjour!). Cette montée est très longue, mais on prend un petit rythme et on monte, on monte. Une fois arrivés en haut, le vent souffle plus que jamais.

Nous quittons alors la mer pour retrouver les montagnes de l'autre côté avec une rivière. Ici, grande descente, très ventée (plus les heures avancent, plus le vent est fort). Il faut à présent manger et prendre des décisions par rapport à la destination, le vent est contre nous et souffle très fort, on ne peut donc avancer très vite. Nous avons donc fait une longue pause en espérant que le vent se calme un peu, rien n'y fait, c'est encore pire... Mais il faut tout de même repartir! On avance tant bien que mal. Puis, arrivé à un stade où on ne peut plus avancer sur le vélo, nous mettons alors pied à terre et on marche... Mais pour combien de temps, et combien de kilomètres ? Nous raccourcissons alors encore les étapes... On décide de s'arrêter à Godafoss (50 kilomètres de Myvatn). Mais il faut tout de même faire 20 kilomètres pour l'atteindre... On s'arrête un moment, priant que quelqu'un s'arrête ou encore mieux que le vent s'arrête... Nous sommes obligés de coucher les vélos sur le sol pour ne pas qu'ils tombent. Nous avons donc essayé le stop, pas facile quand personne ne passe ou que les seules voitures sont des petites voitures... Un camion s'arrête, mais seulement pour demander si nous avons un problème👍 On ne s'entend pas tellement parlé avec le vent, ils repartent... Notre chance vient de s'envoler. L'heure tourne, il faut continuer à pied. De temps à autre on se remet en selle, pas pour longtemps malheureusement, chaque voiture qui passe nous nous arrêtons pour éviter de leur rentrer dedans s'il y a une rafale... Nous faisons alors souvent des pauses et on essaie de se cacher du vent, les kilomètres ne passent pas, mais nous savons que lorsque nous tomberons sur un lac, ça ne sera plus très loin.

Enfin nous le voyons, il ressemble à la mer tellement qu'il fait des vagues avec le vent. Nous nous arrêtons un moment à "l'abris du vent" et savourer un peu de soleil. Nous croisons alors un cycliste dans l'autre sens, à pied aussi, impossible d'avancer sinon. Les touristes en voitures ne sortent même pas pour prendre des photos, ils ouvrent à peine la fenêtre. Le vent est vraiment fort et les rafales sont imprévisibles. Les derniers kilomètres sont les plus durs, le vent est de plus en plus fort et les vélos chutent même parfois... On s'envole presque si on ne se cramponne pas. Nous croisons encore 3 cyclistes, ils vont également dans l'autre sens mais font rapidement demi-tour pour rentrer à Godafoss.

Enfin arrivé au camping/guesthouse, quel soulagement, endroit très sympa que nous recommandons, près de la cascade et avec des douches tièdes (comprises dans le prix de la nuit). Une fois la tente montée et une bonne douche de prise, nous pouvons aller voir tranquillement la fameuse cascade. Nous allons à présent nous endormir avec son bruit redondant des tonnes d'eau qui se déversent dans la rivière.

KM
45
KM
45
Publié le 11 juillet 2018

Ce matin, nous voulions partir pas trop tard, puis fatigués de la veille est posés sous le soleil, nos plans ont changé. Puis, un français en vélo est venu nous taper la discute pendant un bon moment (à Fabien surtout). Il a raconté comment il fait l'Islande en vélo depuis 2014, de long en large en travers et par toutes saisons.

Nous partons donc à 11h, le vent s'est un peu levé mais nous pouvons monter sur les vélos et rouler tranquillement. Ça commence par grimper gentillement et ensuite descendre. On fait une pause à Laugar (15 km après le départ) pour faire 2-3 courses et on en profite pour manger.

Encore un français en vélo, il fait le même itinéraire que nous, hier avec le vent il s'est arrêté à un camping avant Godafoss et allait à Myvatn itinialement. Comme il était en avance nous a t'il dit, il s'est arrêté à Laugar. Nous continuons alors notre chemin dans le vent. Prochain arrêt Myvatn cette fois!! Le vent est de plus en plus fort, nous faisons des pauses en haut des montées pour se reposer quelques instants. Plus que 20 kilomètres, ça commence à descendre, on change de paysage et nous allons tourner, par conséquent avoir le vent avec nous.

C'est magnifique, la route est droite et le vent est faible, enfin on roule!! (26km/h pour une fois!) On arrive ensuite le long du lac de Myvatn, les plages de sables noires et les oiseaux qui volent avec nous. Nous passons entre des rochers, nous pensons que c'est de la lave, il y a de nombreuses couches. On se rend compte à ce moment là que nous avons mis la moitié de la journée pour faire 30 km et que pour faire les 20 derniers nous avons mis 30 minutes...

Une fois arrivés au camping, l'hôtesse de caisse nous montre les installations, douche comprises dans le prix (yeees) et cabane pour manger et faire à manger (trop cool). On plante la tente avec vue sur le lac, il est à 2 pas, c'est superbe.

Vite vite à la douche et faire 2-3 courses (et oui encore...). Nous allons ensuite dans la cabane pour grignoter notre apéro, il y a pas mal de français. Un belge, qui fait aussi le tour en vélo, mais dans l'autre sens s'asseoit avec nous. On discute bien et on vient à parler de ces autres voyages, il a fait 30 000 km dont la Mongolie (ça fait rêver) et Madagascar ainsi que quelques Euro' vélo. Ça nous rassure, il pousse aussi son vélo dans les montées ou lorsque le vent est trop fort, nous sommes tous pareil. C'est vraiment sympa de discuter avec les gens, surtout avec ceux qui sont en vélo. Nous allons maintenant profiter de la vue et du soleil et nous reposer.

Et il es 22h...
KM
45
KM
45
Publié le 11 juillet 2018

Ce matin, grasse matinée!

Aujourd'hui visite aux alentours du lac. Nous sommes montés voir les mares bouillonantes d'eau et de boue. Très sympa, la terre est d'une toute autre couleur, on retrouve vraiment de nombreux contrastes. Les pierres elles-mêmes ont une couleur différente.

Nous avons ensuite continué la route pour aller à la centrale géothermique et monter jusqu'au Krafla. Le vent est encore une fois contre nous et plutôt fort. Sur notre chemin, nous croisons une douche, d'eau chaude bien entendu, au milieu de nul part, trop drôle. On se serait presque mit dessous en maillot de bain.

Il y avait également un tire fesses avec une dameuse, on a pas tellement compris...

Une fois au Krafla, nous avons mangé un morceau et admiré la vue. Le vent se lève de plus en plus. Il va falloir redescendre et aller voir les grottes Grjotagja. Même pour redescendre, le vent est contre nous, on ne comprend plus rien, obligé de pédaler dans les descentes, même les plus abruptes.

La grotte est splendide, avec de l'eau chaude à l'intérieur, d'une limpidité sans pareil. Autrefois les habitants s'y baignaient, puis une explosion volcanique a fait monter l'eau à 60 degrés. Aujourd'hui elle est entre 43 et 46 degrés mais il est malheureusement interdit de s'y baigner. On y serait pourtant allés volontier...

Nous avons vu également le cratère Hverfjall sans y monter (manque un peu de temps). Les couleurs et paysages sont vraiment tout autres ici, il y a d'un côté de l'herbe verte, d'un autre des champs de pierres volcaniques, des montagnes avec des couleurs sombres et d'autres plus claires presque à atteindre le blanc avec la lumière du soleil. C'est superbe.

Après avoir mangé une petite pizza (vraiment petite, que nous regrettons déjà vu le prix...), nous allons ce soir nous baigner dans la Myvatn natural bath et profiter de la chaleur de l'eau naturelle jusqu'à la fin avant de reprendre la route pour Husavik demain matin. Tout de même 37 kilomètres au compteur aujourd'hui et c'est pas finis. Nous réactualiserons tout ça à notre retour du mini blue lagon...

KM
57
KM
57
Publié le 11 juillet 2018

Ce matin, grasse matinée!

Aujourd'hui visite aux alentours du lac. Nous sommes montés voir les mares bouillonantes d'eau et de boue. Très sympa, la terre est d'une toute autre couleur, on retrouve vraiment de nombreux contrastes. Les pierres elles-mêmes ont une couleur différente.

Nous avons ensuite continué la route pour aller à la centrale géothermique et monter jusqu'au Krafla. Le vent est encore une fois contre nous et plutôt fort. Sur notre chemin, nous croisons une douche, d'eau chaude bien entendu, au milieu de nul part, trop drôle. On se serait presque mit dessous en maillot de bain.

Il y avait également un tire fesses avec une dameuse, on a pas tellement compris...

Une fois au Krafla, nous avons mangé un morceau et admiré la vue. Le vent se lève de plus en plus. Il va falloir redescendre et aller voir les grottes Grjotagja. Même pour redescendre, le vent est contre nous, on ne comprend plus rien, obligé de pédaler dans les descentes, même les plus abruptes.

La grotte est splendide, avec de l'eau chaude à l'intérieur, d'une limpidité sans pareil. Autrefois les habitants s'y baignaient, puis une explosion volcanique a fait monter l'eau à 60 degrés. Aujourd'hui elle est entre 43 et 46 degrés mais il est malheureusement interdit de s'y baigner. On y serait pourtant allés volontier...

Nous avons vu également le cratère Hverfjall sans y monter (manque un peu de temps). Les couleurs et paysages sont vraiment tout autres ici, il y a d'un côté de l'herbe verte, d'un autre des champs de pierres volcaniques, des montagnes avec des couleurs sombres et d'autres plus claires presque à atteindre le blanc avec la lumière du soleil. C'est superbe.

Après avoir mangé une petite pizza (vraiment petite, que nous regrettons déjà vu le prix...), nous allons ce soir nous baigner dans la Myvatn natural bath et profiter de la chaleur de l'eau naturelle jusqu'à la fin avant de reprendre la route pour Husavik demain matin. Tout de même 37 kilomètres au compteur aujourd'hui et c'est pas finis. Nous réactualiserons tout ça à notre retour du mini blue lagon...

KM
55
KM
55
Publié le 13 juillet 2018

Ce matin, depart "tôt", on sait qu'il faut être maximum à midi à Husavik pour ne pas avoir le vent contre nous! C'est valonné mais ça roule, on a la route pour nous, un soleil spendide qui chauffe presque trop et de magnifiques paysages.  Tout allait bien (même pas de vent), jusqu'à ce qu' voit un panneau avec inscrit "gravel road", naaaan, c'est une blague, pas encore. La route est un désastre, les cailloux sont encore plus gros et plus nombreux que sur la F35, en plus de ça, le sable est mou et donc on s'enfonce, attention à ne pas tomber. Il vaut mieux descendre de vélo et pousser. Mais pour combien de temps ? L'heure tourne... Au loin nous voyons qu'il y a des travaux, encore pire, des camions qui passent et repassent sur la "route". Pas facile de circuler entre tout ça.

Au bout d'une heure environ (après une deuxième casse de saccoche dûe aux secousses, mais une fois réparées elles tiennent mieux que jamais) nous arrivons enfin sur une piste un peu meilleure, elle a au moins le mérite d'être dure malgré les nombreux trous. C'est encore bien valonné et on découvre encore des travaux plus loin, de gros camions transportants de la terre. Nous sommes à une bonne hauteur pour déjà voir la mer au loin alors qu'il nous reste encore 36 km. Bientôt nous apercevons la route, enfin!!! Nous allons pouvoir avancer. Seulement, après quelques kilomètres, le vent commence à se lever... Vent bien entendu défavorable. On remet les k-ways (on avait tout enlevé, trop chaud!!) et on continue de rouler tant qu'on peut.

On arrive ensuite sur l'endroit où sont cultivés toutes les tomates et concombres vendus en supermarché. Tout est sous serres et ça fume aux alentours. Ce sont les premières serres que nous voyons et elles ne sont pas nombreuses par rapport à la quantité présente dans chaque magasin.

Nous continuons notre route, avec la mer en objectif. Nous avons encore une fois de magnifiques paysages avec les montagnes enneigées, la mer et toute cette verdure. Les kilomètres sont long avec ce vent qui se lève, à 8 km de Husavik, il est environ 13h, nous avons vraiment faim (pas assez mangé le matin) et nous nous arrêtons donc pour manger un morceau. Au final nous avons mangé copieusement. et le vent s'est bien levé... Nous repartons donc pour les 8 derniers kilomètres de la journée. Une ville en vue, nous ne pensions pas que c'était celle-ci au départ, puis en fait si! Quelle surprise! La ville est magnifique, avec un petit port et de superbes maisons. C'est surement une des plus belle ville qu'on ait vu depuis le début. Nous montons donc au camping, qui surplombe un peu la ville et avec ce soleil nous nous couchons un moment dans l'herbe, un pure bohneur (c'est tellement simple...). Nous avons toute l'après midi et la soirée devant nous. Nous montons alors la tente, lavons 2-3 affaires et hop nous partons à pied visiter la ville.

Balade sur le port à regarder les voiliers qui partent avec les touristes voir les baleines... (ça fait rêver) Nous allons ensuite faire quelques courses et chercher un marchand de glace. Hm, une bonne glace vanille trempée dans du chocolat fondue qu'on mange en regardant l'océan... Nous rentrons ensuite au camping où l'air s'est rafraichit (on avait vraiment chaud l'après midi, j'ai finis en débardeur) pour manger, prendre une bonne douche et au dodo pour continuer notre chemin vers le nord puis à l'est.

KM
62

Ce matin, départ tardif, la pluie nous a dissuadé de démonter la tente... On a quand même pu petit déjeuner dehors sur la table. Nous partons à 11h30, nous avons 60 km à faire, logiquement ça devrait rouler, c'est une vraie route en bord de mer. C'est vallonné mais on avance, c'est sublime... Rouler au bord des falaises avec le soleil et pas de voitures, quel plaisir!!

Nous faisons une pause pour grignoter vers 13h30 avec le soleil et une vue magnifique (toujours) avant de sortir des montagnes pour rejoindre la terre.

On s'arrête de nouveau vers 15h et quelques pour manger au niveau d'un point de vue. On voit les fjords d'en face et la vallée toute plane entre les 2 montagnes et la mer. Les plages de sable noires, les oiseaux qui roulent avec nous (et qui manquent de justesse de se faire renverser par les voitures), on adore. Seulement, le vent s'est levé et on avance beaucoup moins vite. (bye bye la mer, à dans quelques jours...)

Mais on y est presque, on est plaine et il nous reste 25 km. Seulement, la pluie vient aussi s'inviter à tout ça. Heureusement que la route est plutôt plate. Les derniers kilomètres n'ont pas changé, ce sont toujours les plus durs.

Mais on va arriver au camping, on sait qu'il est entre 2 falaises et on voit le falaises, c'est de bonne augure! Maintenant il faut monter la tente... sous la pluie! Heureusement qu'on est rapides et organisés!! Petit sechoir dans le camping, on s'empresse d'y faire sécher nos k-ways. On espère que la pluie va s'arrêter avant que toute la tente soit mouillée et surtout qu'on puisse rouler tranquillement demain... Ce sera surement une piste alors attention aux flaques! (pas faire comme Théo en Bretagne...😂)

KM
57
KM
57
Publié le 16 juillet 2018

Ce matin, la pluie nous dissuade de partir (encore une fois) la tente est trempée, il pleut même à l'interieur. Nous attendons alors que la pluie se calme (désespérement). Nous partons à midi puis nous nous arrêtons à la station service acheter du pain de mie et de quoi manger le midi. Au final nous mangeons devant (à l'abris de la pluie) et nous ne repartons qu'à 13h30, il pleut toujours, nous avons 56 km à faire en piste et un arrêt à Dettifoss à réaliser. La piste roule plutôt bien au début mais ça monte. Les panneaux annoncent la couleur, des bosses pendant 43 km. Jusqu'à Dettifoss c'est correct, mais la pluie ne nous quitte pas.

La cascade est impressionante, c'est superbe. Nous repartons ensuite, la route devient tout de suite moins amusante, ça roule beaucoup moins vite. Il pleut toujours, on roule en poncho, pantalon et chaussures de pluie. Ça n'avance pas beaucoup et le vent se lève un peu. La piste est pleine de petite bosses et de trous avec des espaces réduits, ça fait des vaguelettes, très désagréable pour le vélo et nous.

On arrive enfin au "camping". c'est le champ du proprietaire de la guest house, avec 2 toilettes et 2 robinets avec uniquement de l'eau froide. Heureusement que c'est pas cher... Le propriétaire passe récupérer l'argent en quad vers 21h30. Il ne parle pas un mot d'anglais, il a seulement appris les chiffres par coeur on se dit...

Nous avons fait sécher la tente grâce au vent avant de la monter et avons fait chauffer de l'eau pour ensuite nous laver au gant. Déjà pas de douche la veille et on ne sait pas quand sera la prochaine alors vaut mieux se laver un peu dès qu'on le peut!! Des bonnes nouilles et au dodo!


KM
81
KM
81
Publié le 16 juillet 2018

Comme hier nous n'avions aucun réseau (raison de tout ces posts tardifs...), nous ne pouvions donc regarder ni la météo, ni les kilomètres prévus etc. Nous avions dis environ 60, au final ce sera plutôt 81...

Nous partons également tardivement après avoir laisser les gouttes de pluie tomber. Le vent se lève, et surement pas dans le sens où nous allons... Nous finissons les derniers kilomètres de piste avant de prendre la route 1. Figurez-vous que ce n'était pas les kilomètres les plus difficiles de la journée!

En arrivant sur la route, le vent est déjà fort et bien à contre sens. On n'avance pas tellement, mais bon, au moins il fait beau. Il fait même chaud. La route est plutôt plane pour le moment, si le vent n'avait pas été là nous aurions mangé les kilomètres rapidement... Mais ce n'est pas le cas.

Sur notre chemin nous croisons un tandem, le premier que nous voyons ici! Un homme et une femme avec des saccoches et des gourdes tout le long du tandem (plutôt astucieux). Plus tard, après de longues montées, nous croisons 2 jeunes à vélos, comme nous, qui nous font de grands signes. C'est difficile de rouler avec un vent pareil, on en arrive à l'injurier parfois (ou souvent), c'est trop dur. Nous nous arrêtons pour manger vers 15h lorsqu'il nous reste 50 km environ (toujours pas de réseau pour voir si le vent va continuer dans ce sens...). Nous avons ensuite fait une petite sieste au soleil jusqu'a 15h45... c'est agréable. C'est reparti, dans le vent et le soleil, les paysages sont vraiment magnifiques et dépaysants. C'est un autre monde... Les kilomètres sont long et ne passent pas, ça devient très dur, nous avons besoin de faire des pauses régulièrement pour reposer nos jambes et reprendre des forces. Nous savons que le match de la coupe du monde est terminé, nous voulons voir les résultats!! Mais impossible, toujours pas de réseau! Tant pis.

Bon, le vent commence vraiment à être de trop et surtout il commence à faire froid... Puis la route descend un peu, mais qui dit descente dit "vitesse" (le vent nous oblige à pédaler comme sur du plat...) mais dit aussi plus froid. De plus en plus, les pieds, puis les mains, puis tout le reste du corps. À ce moment là on est content, nous sommes dans les 10 derniers kilomètres et ça fait que de descendre, ça va vite!!! Les paysages sont merveilleux, le soleil au loin, les montagnes enneigées, les collines vertes, la rivière et une petite maison avec un toit bleu au loin. On dirait vraiment des paysages de film... Arrivés, nous pensions voir une station service avec un petit magasin... Mais non, juste une pompe et un petit cabanon, et bien c'est pas ici que nous allons trouver du pain de mie👍 (oui le pain de mie c'est la vie, tartines le matin et sandwich le midi). Juste à côté le camping/guest house, avec piscine d'eau chaude et douche chaude. C'est très sympa. On monte la tente après s'être un peu réchauffés dans les commodités (toilettes très propres, salle avec cuisine toute équipée, le top). Nous voyons ensuite, un chasseur arriver en quad, avec... un cerf! C'est donc la maison des chasseurs ici.

Nous n'avons pas testé la piscine chaude (tout petit carré d'eau chaude) mais nous avons passé un bon moment au chaud à diner avec 2 espagnols. Ils ont vraiment été gentils puisqu'ils nous ont donné des choses à manger pour notre voyage... Nous avons bien rigolé (heureusement que la femme parlait un peu français parce que notre espagnol laisse à désirer...). Une bonne douche chaude pour terminer la journée (tardive, minuit passé...) et au lit. Demain c'est direction Egilsstadir!! Plus grande ville où nous pourrons faire le "plein" de courses.

KM
53
KM
53
Publié le 16 juillet 2018

Ce matin, départ à 10h, nous avons 53 km à faire pour aller à Egilsstadir! C'est parti, la route est super, ça roule. Les paysages sont magnifiques, il y a sur la gauche plein de petites cascades et sur la droite les montagnes et la rivière en contre bas. En 1h30 nous avons fait 30 km, il nous en reste 23, nous faisons une pause pour grignoter quelque chose et admirer la vue.

maison dans la terre pour les moutons

Nous repartons ensuite, en commençant par de la montée pendant un moment. Nous voyons ensuite une ville au loin, il nous retse 15km, ça doit bien être Egilsstadir, cool!! Il n'y a pas vraiment de vent et le soleil est bien là, c'est une magnifique journée!! Nous arrivons à 13h à Egilsstadir et c'est parti pour faire des courses au Bonus!!! On fait le plein pour les jours à venir où il n'y aura semble-t-il pas grand chose...

Cet après-midi c'était donc repos pour pouvoir repartir de plus belle sur de longues distances. Nous sommes officiellement dans l'est où le temps est supposé être meilleur et les montagnes moins rudes.

KM
84
KM
84
Publié le 18 juillet 2018

Ce matin départ ENCORE tardif. 11h et nous sommes passé acheter du savon et retirer un peu d'argent. 84 km nous attendent. Nous partons sereinement, il n'y a pas de vent et nous roulons sans k-ways. Il fait bon et la route est bonne, il n'y a pas grand monde. Nous empruntons la route 95, anciennement route 1. Nous savons que sur cette dernière nous attend un morceau de piste suivi d'une autre piste. Nous roulons à travers les montagnes, les rivières et les petites fermes. Le paysage est magnifique. Nous arrivons ensuite sur un lac et c'est à ce moment là que nous attaquons la piste. Elle n'est pas trop cabossée, seul problème, les mouches!! Elles nous envahissent, c'est assez désagréable, surtout lorsque la piste monte fort. Heureusement que ce ne sont pas des moustiques!! D'ailleurs, nous n'en avons pas croisé un seul depuis notre arrivée, c'est génial.

En haut de la piste il y a le croisement avec la piste 939, celle que nous allons emprunter. Nous nous arrêtons là pour manger, il doit être dans les alentours de 15h. Nous mangeons à côté des moutons. Nous venons de parcourir un peu plus de la moitié des kilomètres. Il nous reste 20 km de piste et 20 de route. Vers 16h nous repartons pour de la montée (encore), même si elle est longue et rude, les paysages sont sublimes, nous avons des cascades de tous les côtés, c'est superbe. En effet, nous sommes à environ 200 mètres d'altitude avant la piste et nous devons monter jusqu'à 535 mètres sur 10 km pour ensuite redescendre. D'ailleurs nous avons bientôt gravit l'Everest, dénivlé positif à plus de 7 800 mètres depuis notre départ! Nous arrivons ensuite dans le brouillard, nous sommes presque au col d'Öxi. Le temps se refroidit et le vent se lève, mais il nous reste la descente, alors on s'habille et c'est parti! Les pentes peuvent aller jusqu'à 17%, en montée c'est réalisable mais en descente sur piste c'est dangeureux avec les cailloux, les trous et les voitures (+ le brouillard) alors prudence!

Une fois sortie de cette purée de pois nous arrivons de nouveau sur des paysages sublimes. Les photos ne sont même pas représentative tellement nous trouvons ça beau. Nous arrivons sur la mer entourée de montagnes et de cascades. Et bientôt la route!! Avant la route, nous croisons un cycliste, il s'arrête pour demander son chemin sans vraiment parler anglais, c'est un ukrainien!! On lui indique la route un peu plus longue plutôt que la piste qui est très raide. Nous continuons notre bout de chemin et nous apercevons une ville au loin après plusieurs "fjords", il nous reste 20 km, ça doit bien être notre destination, Djupivogur!

Nous roulons, nous roulons mais les kilomètres sont long et ça monte encore, il faut s'accrocher. Doucement mais surement. Mais c'est tellement magnifique, cette vue que nous avons et que nous pouvons savourer à la hauteur de notre vitesse (réduite en cette fin de journée). Sur le chemin nous apercevons des élevages de saumon (enfin nous pensons, si un de nos lecteurs en sait un peu plus et qu'il veut bien nous éclairer😇).  Une fois arrivés dans la ville, c'est le calme plat, nous n'avons pas vu de ville aussi calme et aussi charmante depuis le début. Ça s'apparente plus à un village avec un petit port. Il est environ 21h à notre arrivée au camping. Nous croisons le français d'il y a quelques jours sur notre chemin pour Geysir! Son itinéraire a été de passer par les fjords! Le col d'Õxi n'est pas facile à ce qu'on lui a dit! On confirme bien! Préparation à manger, montage de la tente et lavage de nos affaires sont les tâches que nous réalisons avant de nous installer tranquillement sur le port et de manger quelques biscuits en admirant la vue...

Envie de prolonger votre lecture ?

Découvrez ces carnets de voyage de la sélection MyAtlas ou cherchez une destination.