Le Grand Tour de Croatie

La Croatie est un pays de l'Europe de l'est situé sur la côte Adriatique. Elle compte plus d'un millier d'îles. La Croatie fait partie de l'Union Européenne mais pas de la zone euro.
Du 3 au 10 septembre 2018
8 jours
1

Départ le 3 septembre 2018

Un peu de repos bien mérité. C'est peu dire comme j'attendais ces vacances.

j'ai décidé pour plus de facilité de réaliser un circuit touristique. Tout est compris et organisé, un bon moyen pour découvrir la Croatie lorsqu'on est seule.

C'est mon premier circuit. Je suis un peu perplexe, vais-je apprécié ce genre de voyage? J'apprécie la liberté que me procure la découverte d'un pays et je prend donc un risque de me déplacer en groupe.

Mais bon étant seule et sans permis, j'aurai eu beaucoup de difficultés pour découvrir toute la côte Adriatique.

Je suis partie ce matin de Bruxelles avec Croatia Airlines. Je monte pour la première fois dans un Bombardier Dash 8 (Un avion à hélices). Avant de rejoindre notre première destination, nous avons une escale prévue à Zagreb. Je profite de mon escale pour commencer ce carnet de voyage.

De Zagreb, je rejoins Dubrovnik. De là, je serai attendue par l'accompagnateur, un guide local, du circuit.

Je rejoindrai ensuite mon 1er hôtel. Je débuterai ainsi le "Grand tour de la Croatie". La Croatie fait partie de l'ex-Yougoslavie (Yougoslavie : yougo signifie sud et slavie slave).


2

Arrivée à l'aéroport de Dubrovnik, je suis accueillie par le guide francophone de mon agence.

C'est de cette manière que je découvre le groupe auquel j'appartiendrai durant 8 jours.

La plupart sont déjà venus sur ces terres et plus précisément dans l'ancienne Yougoslavie ( Croatie, Bosnie Herzégovine, Serbie, Monténégro)

Un point à éviter pendant le séjour : le football. Entre les Français, les Belges et les Croates,... les relations footballistiques sont disons un peu tendues depuis la dernière coupe du monde en Russie.

Direction notre premier hôtel, Valamar club Dubrovnik. En Croatie, l'activité principale est le tourisme. Des hôtels voient le jour un peu partout. Le pays reconstruit petit à petit son empire touristique perdu durant la guerre. Dubrovnik a été reconstruit au sens propre du terme. En effet les bombardements ont laissé des traces. Les maisons ont été détruites, les hôtels ont été réquisitionnés. Les hôteliers ont accumulés des dettes.

De nombreuses rénovations ont été nécessaires. Le long de la côte, il est possible d'apercevoir de grands complexes hôteliers complétement abandonnés. Il est moins coûteux de construire de nouveaux hôtels que de rénover ceux préexistants datant de l'ancien régime.

Les toits des maisons ont été rénovés grâce aux tuiles rouges offert par la ville de Toulouse.

Après la guerre, certains regrettent l'ancien régime tandis que d'autres se réjouissent de la chute de Tito.

D'où le slogan, "Ce que la guerre n'a pas détruits, nous le détruisons nous même". Les croates reprochent au gouvernement de ne pas favoriser l'emploi et ne pas développer d'industrie. Les jeunes avec un diplôme en poche préfère quitte la Croatie vers d'autres pays d'Europe, plus attractifs au niveau salarial.

On extrait tout de même la pierre. On peut en effet trouver des carrières de pierre en Croatie..

La monnaie locale est le kuna Croate, 7 kuna vaut plus ou moins 1€. Cela dépend bien sûr de la devise du moment. J'ai pu échanger pour 1€ --> 7,1 kuna, raisonnable selon notre guide.

Je m'aventure un peu autour de l'hôtel. Le voyage fut long. J'imagine que le choix de Croatia Airlines est surtout financier. En tout cas l'escale à Zagreb est imposé par cette compagnie aérienne, ce qui n'est pas forcément le cas de d'autres compagnies. Un désavantage : cela rend le voyage plus long.

Il y a quelques magasins autour de l'hôtel mais ce n'est pas la majorité. On y trouve essentiellement des complexes hôteliers. Chacun semble posséder sa propre parcelle de plage (c'est également le cas de mon hôtel). Au risque de se perdre, se promener ici n'a pas de réel intérêt.

Je dois l'avouer je ne porte pas beaucoup d'intérêt aux plages et à la bronzette, ce qui ne m'empêche pas d'apprécier la sensation du sable et de l'eau sur mes pieds lorsque je me balade. Les plages coatres (lorsqu'il y en a car parfois la mer est à flanc de montagne. Les touristes s'allongent alors sur les rochers) ne sont pas des plages de sables fins mais plutôt des plages de galets. D'ailleurs il est possible d'acheter des chaussures adaptées en bord de mer.

Je rejoins dès lors mon hôtel afin de profiter du repas du soir sous forme de buffet et ensuite je rejoindrai ma chambre.

Hôtel Babin Kuk Hotel Valamar Club, Dubrovnick

3

Jour 2 ( 04/09/2018) : 

Découverte des îles Elaphites et de la perle de l'Adriatique en Dalmatie

Les îles Elaphites

Nommée ainsi par Pline L' Ancien, les Elaphites sont un petit archipel de 13 îles. Seules 3 sont habitées. Les riches bourgeois de Dubrovnik y passaient leurs vacances. Pour notre première excursion, nous prenons un bâteau, direction l'île de Lopud. Elle abrite un petit village. Nous ne sommes pas restés longtemps sur île, juste le temps d'en arpenter son centre. Avec un peu plus de temps au compteur, il est possible de visiter les vestiges du fort de Kastio. De nombreuses chapelles et Églises se trouve sur cette île. Afin de ne pas trop m'éloigner du point de rendez-vous. Je me promène le long du petit port. Je m'arrête bientôt dans un chouette petit parc. Il est également possible moyennant un peu de marche de rejoindre une plage de sable fin, la plage de Sunj. Elle est considérée comme une des plus belles de l'Adriatique.

Juste derrière la poste se trouve l'Eglise de Saint Marie de Spilica. Elles datent du XVème s. L'entrée est assez coûteuse mais vous pouvez y admirer le panorama de l'île. Le site est toujours la propriété de l'église mais c'est une dame qui grâce à des subsides à permis sa restauration. Les sites visitables en Croatie proposent souvent un prix d'entrée assez coûteux permettant ainsi les restaurations.

Nous terminons notre visite pour rejoindre notre hôtel afin d'y déjeuner.

Dubrovnik, la perle de l'Adriatique

Vue sur Dubrovnik

Arrivés dans la vieille ville de Dubrovnik, nous sommes accueillis par notre guide du jour. L'introduction de la visite guidée de la ville : "Dubrovnik se dresse telle une jeune-fille". Cette ville se situe à l'extrème sud de l'Adriatique. Elle est enserrée entre la mer et la montagne.

Cette ville est connue pour accueillir le tournage de la sèrie à succès "Games of Thrones". On trouve d'ailleurs des tours organisé pour se rendre sur les lieux cultes de la série ainsi que divers boutiques consacrées.

Nous entrons dans la vieille ville par la porte de Pile, à l'ouest de la ville.

Présence de Saint-Blaise protecteur de la ville

Le patron de la ville est Saint-Blaise. En effet, il sauva la ville d'une attaque vénitienne. Il avertit en songe le prêtre de la ville qui pu ainsi anticipé.

1) Dubrovnik est la capitale de l'Adriatique (Anciennement Raguse)

Comme une dame qui se dresse le long de la côte…

Au VII ème siècle, les habitants vivaient à Epidaurum, l'actuel Cavtat. Suite à des envahisseurs de plus en plus pressant, les habitants de Cavtat se réfugient sur un îlot qu'ils fortifièrent. Au IX ème s, Raguse était une petite république indépendante sous domination bizantine puis des rois de Serbie et de Croatie.

Des ramparts furent dressées autour de la nouvelle ville. Celles-ci ont été très abîmées lors des bombardements et furent totalement rénovées par la suite.

Il est possible de faire le tour des remparts pour un équivalant de 20 euros.

Remarque : Payer en euros est interdit en Croatie, néanmoins dans certains lieux, les commerçants acceptent l'Euro. Ceux-ci n'étant pas déclarés, elle rend cette pratique risquée aux yeux de l'Etat.

2) La domination vénitienne et ensuite Ottomane

Les Vénitiens possédaient de nombreux bateaux sur la côte dalmate. De ce fait, ils souhaitaient annexer le port de Raguse, stratégique pour le commerce. Les vénitiens maintinrent cette domination jusqu'en 1358. Quand Venise se retira, Raguse changea de nom et devient Dubrovnik.

Contrairement aux autres villes, Dubrovnik évita la domination ottomane. En effet, la ville conclut un accord avec le sultan : les commerçants de Dubrovnik pouvaient commerçés dans les Balkans en échange d'une taxe.

A cette époque, tout repose sur la navigation et le commerce. Naviguer était si important que chaque homme se devait de planter, durant sa vie, 100 cyprès. Cela explique que sur les abords de la ville, sur les collines, on trouve ces arbres.

L'Empire Ottoman vaincu devant Vienne, ils relâchent leur pression.

3) Napoléon

Suite à ses victoires contre l'Autriche, Napoléon Ier gagne les territoires proches de Dubrovnik. et il défend la ville contre les Russes et les Monténégrin. Les français s'y installèrent en 1809 et mis fin à la république de Raguse. Ils ne restèrent pas longtemps mais ils laissèrent des traces à Dubrovnik. La ville commence son déclin.

4) Marquée par les deux guerres mondiales, la domination de Tito et la sortie de la Yougoslavie (Guerre)

Suite au deux guerres mondiales, Dubrovnik retrouve une certaine prospérité avec Tito et devient une cité balnéaire ( 1960-1970). Quand la Yougoslavie se disloqua en 1989, Dubrovnik vit des heures noires. Dubrovnik est détruit. Il faut tout reconstruire.

Refusant le processus d'indépendance de la république libre de Croatie, Milosevic déclare la guerre aux croates. Cette guerre fut très violente. Les soldats serbes et monténégrin s'installent dans les maisons des habitants, tandis que les citoyens se réfugient dans les hôtels aux alentours de la ville.

Durant cette période, les activités touristiques s'arrêtent ( pourtant seul revenu de la ville). La ville est détruite suite aux différents bombardements. les bâtiments historiques ( palais, églises, …) sont détruits.

Aujourd'hui grâce aux subsides des l'Union Européenne et de l'Unesco, la ville retrouve un nouvel essor. Les bâtiments sont reconstruits ( ex : Utilisation de tuiles donnés par la ville de Toulouse). La ville est aujourd'hui devenu une ville musée. Un énorme flux touristique. Je suis venue au mois de septembre et pourtant il était difficile de se déplacer. Je n'ose imaginer l'influence en haute saison.

Lors de notre visite, je découvre la vielle ville de Dubrovnik. Je déambule sur l'artère principale, magnifique lorsqu'on occulte le tourisme de masse.

1er élément visible à l'entrée de la vieille ville : La Fontaine D'Onofrio. De forme circulaire, celle-ci permet d'acheminé de l'eau potable à la ville.

Nous passons par le couvent des Dominicains actuellement en rénovation. Nous empruntons néanmoins l'escalier extérieur.

Chose marrante, à l'époque, lorsque les dames descendait leur chevilles étant bien visibles, cela énerva le prête de l'époque qui exigea que des pierres soient rajoutées à l'escaliers.

Escaliers extérieurs du Couvent des Dominicains

La Tour de l'Horloge : Sorte de clocher haut de 31 m. Sur le mur, on retrouve une horloge mécanique avec une aiguille indiquant les phases de la Lune.

Le Palais Sponza et la Tour de l'horloge
Portail de l'Eglise Franciscaine réalisé par les frères Leonardo et Petar Petrovic

Il est possible de découvrir différents musées au sein de la ville mais au vue des quelques heures de temps libres à ma disposition, je décide de visiter les remparts. Il s'agit d'une promenade de 2 km de long et pas loin d'une centaines de marches. Cette balade permet de voir la vielle-ville d'en haut.

Dubrovnik est une ville touristique assez onéreuse, ne vous étonnez donc pas des prix pratiqués.

Vue des ramparts

Une soirée danse folklorique et une promenade dans la vielle ville de Dubrovnik clôture cette magnifique journée.

Le Linđo est une danse populaire de Dubrovnik et de la région de Dubrovnik en Croatie. Il est dansé au son de lijerica, originaire de la Méditerranée orientale à la fin du XVIIIe siècle et répandu sur la côte adriatique au XIXe siècle.

(Photos de www.justdubrovnik.com)
4

05/09/2018

Je quitte Dubrovnik et je change de pays. En effet le Monténégro ne se trouve qu'à moins de 2h de Dubrovnik.

Nous prenons le petit déjeuner tôt afin d'éviter les éventuels files à la douane.

Direction le Monténégro : Tout une histoire ! En effet, nous ne changeons pas uniquement de pays, nous quittons également l'Union Européenne. ( Remarque : Le Monténégro fait partie de l'Otan).

Si vous souhaitez vous rendre au Monténégro, n'oubliez pas votre carte d'identité ou votre passeport. Is sont très strictes à ce sujet. La douane traversée, nous rejoignons les Bouches de Kotor. Elles sont larges de 2950 m. Notre première destination est Perast. Nous ne faisons qui passait afin de rejoindre par bateau "Notre Dame du rocher".

Petite carte de visite du Monténégro

Il nous faut quelques heures pour atteindre le Monténégro, profitons de ces quelques moments pour se documenter :

Le drapeau du Monténégro est symbolisé par un aigle à deux têtes et les montagnes tandis que le drapeau Croate : - L'Etoile avec l'une ancien drapeau Croate, Étoile dieu de la guerre ( combat Croate et hongrois contre ottoman) - Le damier : République Dubrovnik - Les couronnes : La Dalmatie - La chèvre : l'Istrie - La martre représente la région de Slavonie.

Les croates sont fières de leur pays ( Ex : Si un nouveau toit est construit, il faut y mettre le drapeau / Dans tout les commerces également, le drapeau doit être présent dans le commerce sous peine d'amende.)

Superficie : En superficie dans les 13812 km carrés. Un peu plus grand que l'île de France. 180 km d'est en ouest et 200km nord au sud. Le pays est composé d'une frontière de 614 km. Le Monténégro est montagneux, on y trouve une seule plaine où se trouve la capitale, Podgorica. Les montagnes peuvent dépasser les 2000 m d'altitude.

Le Monténégro est reconnaissable par son sommet noir. D'ailleurs "Monténégro" signifie "Montagne noire". Cela fait référence aux forêt de Pin noir qui recouvrent les montagnes. Dans les montagnes, les plaque tectoniques produisent beaucoup de tremblements de terre.

On retrouve également des vignobles dit vranac : Il s'agit d'une vieille variétés de raisins originaire des Balkans. Aujourd'hui, il s'agit du cépage le plus implanté au Monténégro.

Un peu d'histoire sur le Monténégro :

Le Monténégro était connu pour sa défense maritime.

Auparavant le Monténégro comptait quatre sous-marins. Ceux-ci ont été vendus soit entier soit en pièce. Au bord des côtes ont peu apercevoir des trous dans la roche, ceux-ci servaient de bunker pour accueillir les différents sous-marins. Toutes les îles sont composées de Bunker car la population avait peur de Tito.

Maintenant, le Monténégro possède des avions mais ils ne volent pas beaucoup car ils sont vieux, souvent acheté d'occasion. Des avions neufs seraient beaucoup trop cher. Pour éviter les coûts financiers, le Monténégro investit dans l'armée de terre.

Economie

Au sein de l'Ex-Yougoslavie, la vie n'est pas facile pour les habitants, d'où pour certains le regret du régime de Tito. La politique actuelle n'investit pas dans l'industrie. Les seules revenus sont le tourisme. Ce qui signifie que les emplois proposé sont souvent précaires ( saisonnier, contrat CDD renouvelé en -> 3 ans de CDD donne accès un CDI, …)

Le Salaire moyen dans l'Ex-Yougoslavie :

-Slovénie : Le plus développé : 1100€

-Croatie : 800 €

-Monténégro : 480 €

-Bosnie-Herzégovine : 420 €

-Serbie : 380 €

-Macédoine : 360€

Le problème : La population croate se meure. Les jeunes, diplômes en poche, partent en majorité en Allemagne ou en Autriche pour travailler ou en Suisse ( mais le visa difficile à obtenir).

On retrouve beaucoup de touristes Russes sur le bord de mer car ils n'ont pas besoin de visa. Au nord, des français et des belges viennent y passer leurs vacances.

Et la religion : 80 % orthodoxe et 8% de musulmans.

1 er royaume : les gens étaient catholiques.

2 ème royaume : Puis les serbes envahissent le royaume. Puis un nouveau royaume se crée et ils deviennent orthodoxes. Puis arrivée des Ottomans. La guerre des Balkans repoussent les turcs.

Politique

Le roi Nicolas a permis de faire connaître le Monténégro. Il a marié 7 de ses 9 filles avec de grandes nations.

Milo Jucanivist est le président du Monténégro, c'est le plus jeune président de l'ex Yougoslavie. Il a suivi Milosevic. Il envoi des troupes en Croatie. En 1997, il change de camp et commence l'indépendance.

Le parti est toujours au pouvoir. Jamais aucun autre parti n'est monté au pouvoir. Il manipule la population car une partie du Monténégro se déclare serbe. Il déclare donc que si ce n'est pas lui, les Serbes seront au pouvoir.

Le système électoral est le même qu'en Croatie. Le peuple vote pour le président et le 1 er ministre. Tout les 4 ans.

Culture

Yvo Hendrix avait une maison de villégiature au Monténégro. Il venait se reposer l'été. C'est le seul citoyen a avoir reçu le prix Nobel de littérature. Il est revendiqué par plusieurs nations car Croate né en Bosnie Herzégovine du côté nord près de la Serbie. ( Livre : Le pont de la rivière Drina).

Perast

Nous embarquons sur un bateau et nous longeons la côte en bateau pour rejoindre Perast situé sur la rive gauche des Bouches de Kotor.

La baie de Kotor, à cause de ses caractéristiques naturelles, est l'une des baies la plus sûre du monde, ce qui a encouragé le développement maritime, le progrès de la science et de l'architecture.

La petite ville de Perast est situé dans l'une des plus belles locations des bouches de Kotor, au pied de la montagne de Sveti ILija. Magnifique île où la promenade y est très agréable.

Perast est protégé en hiver du vent du nord et est orienté vers le soleil et la mer. Deux îlots pittoresques la garde : L'îlot naturel Saint-Georges portant une église du même nom datant du 17ème s. ainsi qu'une abbaye bénédictine du 12ème s. Non loin de là se trouve un îlot artificiel, Notre Dame du Rocher.

Nous quittons Perast pour rejoindre Notre-Dame du Rocher, la perle des Bouches de Kotor. Cette île abrite un sanctuaire votif de navigateurs. L'îlot s'est développé grâce aux pierres jetées de manière systématique dès le milieu du 15ème s. L'îlot a été construit par les habitants de Perast. Un marin gravement malade aurait trouvé une icône de la Vierge et aurait miraculeusement guéri. En remerciement, les habitants ont commencé à déposer des épaves de navires et des rochers de toutes tailles pour plus tard y bâtir une Eglise. Sa surface est de 3030 mètres carrés.

Un Eglise fut donc construite afin de rendre hommage à Vierge. On suppose que l'autel actuel est à l'emplacement exacte du rocher où le tableau de la vierge a été découvert. Le sanctuaire Notre Dame du Rocher est consacré à l'Assomption de la Vierge. L'Eglise est de petite taille. Elle est constituée d'une nef et d'une chapelle voutée sous une coupole. Lorsque l'on pénètre dans l'Eglise, nous ne pouvons être que subjugué par le programme pictural de l'endroit. Sur les murs et les plafonds, pas moins de 68 peintures d'huile sur toile sont exposées. Le mieux pour visiter ce lieu est le matin car en arrivant tôt cela limite l'influence humaine. Sur les murs, nous pouvons également admirés des tablettes votives offertes en remerciement pour les grâces accordées. Le plus souvent ces cadeaux étaient offerts par des navigateurs convaincus de se diriger vers une mort certaine. Il faisait alors un vœu. Si, malgré une situation sans issue, le navigateur s'en sortait vivant. Il promettait de laisser une trace durable réalisé en matériaux de grande valeur, c'est à dire en argent sculpté. On trouve donc à l'étage de nombreux objets de toutes sorte en métal. Les plus pauvres n'avaient pas accès à un matériau noble. Ils apportaient donc ce qu'ils possédaient ( Fer à repasser, armes, …).

A la fin de notre visite nous reprenons, le bateau afin de reprendre le car. Nous nous dirigeons ensuite vers la ville de Kotor. Au programme une visite libre. Kotor est une cité médiévale fortifiée au fond des Bouches de Kotor.

Lorsque le Monastère tombe, les Bouches de Kotor deviennent vénitiennes du 15ème s. jusque l'arrivée de Napoléon. Dans cette ville on retrouve une cathédrale, la Cathédrale Triphon datant du 11ème s. Les tremblements de terre étant courant à l'époque, la cathédrale ainsi que la ville ont du être reconstruites à de nombreuses reprises.

Nous entrons dans la vieille ville par la porte de la Mer et pénétrons sur la Place d'Armes. Nous y découvrons la Tour d'Horloge de la Ville. C'est l'un des symboles de la ville. Côté occidental de l'Horloge, il y a un pilori médiéval devant lequel des verdicts étaient lus. On trouve également sur cette place, l'Arsenal vénitien, ancienne Mairie de la ville et le palais du Prince. Pour accéder à la Place St Tryphon, je traverse la Place de la Farine.

La place St Tryphon est la place principale de Kotor. Les reliques de St Triphon ont été apportées à Kotor de Constantinople en l'année 809 par les négociants vénitiens. Avant l'arrivée de St Triphon, St George était le patron de la ville de Kotor.

La Cathédrale est payante tandis que les Eglises orthodoxes sont gratuites.

Je me dirige ensuite vers la Place de Saint Lucas, où je trouve l'Eglise de St Lucas. Eglise principalement orthodoxe. Il s'agit d'une toute petite Eglise, surprenante. Auparavant, il s'agissait d'une chapelle catholique. Sur la même place, on trouve également l'Eglise St Nicolas. Si vous avez le temps, vous pouvez visiter les remparts de la ville. Je n'avais qu'une heure de visite, ce qui est peu si l'on souhaite visiter la ville de Kotor.

Nous arrivons à Budva. La capitale touristique du Monténégro

La ville de Budva s'étend sur une petite péninsule. Cette citée Illyrienne date du 4ème s. avant J.-C. L'activité principale de cette ville est le tourisme. Nous nous arrêtons à la vieille ville de Budva.

La riviera de Budva est pleine de plantation d'olives, de mandarines, de citrons, de grenades quand aux fleurs, il s'agit principalement de palmiers.

Budva est réputée pour ses plages de sable fin et sa vie nocturne. C'est un peu le Saint-Tropez monténégrin. Des murs de pierres bâtis par les vénitiens sont toujours visibles et cernent les rues étroites de la vielle ville médiévale. On trouve dans le quartier historique une citadelle ainsi que des monuments religieux. Vielle de 2500 ans, elle est considérée comme la plus vielle ville de la Méditerranée.

Citée balnéaire par excellence, il est possible de se promener le long du port de plaisance. Vous pouvez également vous promenez dans la vieille ville et vous perdre dans un labyrinthe de ruelles. Vous découvrez ainsi l'Eglise Saint-Ivan, le monastère bénédictin Santa Maria de Punta et l'Eglise Sainte Trinité. Un vrai dépaysement.

Encore une journée extraordinaire ! Comment les Hommes peuvent-ils construire de si belles choses et puis se faire la guerre …

Nous rejoignons la frontière de la Croatie par le ferry afin de gagner un peu de temps. Puis direction notre hôtel pour une dernière nuit dans la région de Dubrovnik.

5

Nous quittons la région de Dubrovnik pour rejoindre le nord de la Dalmatie : Split

06/09/2018

La Croatie s'est reconstruite jour après jour après la guerre. Les bombardements se sont succédés et ont détruit une grande partie du patrimoine yougoslave : Le but était de détruire un symbole. (Ex : Dubrovnik devenait le symbole de la Croatie, il était donc nécessaire de détruire son architecture et ainsi blessé les habitants dans leurs origines).

Nous longeons la ville de Stone connue pour ses marais salants.

Malistne est connue pour ses murailles qui s'étendent sur 8 km. Celles-ci permettaient de couper les terres.

Le sel était alors considérait comme la richesse de la République de Dubrovnik et était donc vendu très cher.Ce qui permettait de protéger les marais salants car le sel était un des rares conservateurs de la Croatie. Le sel était alors considérait comme la richesse de la République de Dubrovnik et était donc vendu très cher.


Sur le long de la route, on peut observer des parc à moules. Cette année, les dorades ont mangé les moules, ce qui a détruit une partie des récoltes.


Le vin dans cette région est noir avec un taux d'alcool important.

Situé sur un flanc penché : vigne au soleil touché par 3 fois : le soleil direct, réfléchit par la mer puis par les roches.

Pour rejoindre le nord de la Dalmatie, il est nécessaire de passer par la Bosnie Herzégovine.

La Bosnie Herzégovine ne fait pas partie de l'Union Européenne. Pour y rentrer, le pays devrait changer beaucoup de choses notamment sa politique. ( Ex : On y trouve 3 ethnies : Croate, serbe, Bosniaque. Chaque ethnies élisent 3 présidents. Le pays change tout les 6 mois de gouvernance, une tournante du pouvoir est organisé. Imaginer la galère lorsqu'il faut prendre une décision. Pour faire passer une loi, il faut l'accord des 3 présidents !

Si vous souhaitez vous aventurez dans les montagnes Bosniaques, il est conseillé, voir un indispensable, d'être accompagné d'un guide local. Le territoire est encore très miné depuis la guerre.

Nous ne traversons la Bosnie Herzégovine que sur 12 km. Pourquoi un tel tronçon? Il faut remonter vers 1715, il s'agissait d'un lien entre les ottomans et Venise. Venise à toujours voulu reconquérir Dubrovnik. Mais comme Dubrovnik à donner cette zone tampon aux Ottomans. Cette partie est Bosniaque. Il n'y pas de port commercial en Bosnie Herzégovine. En effet, le port se trouve en Croatie.

On y trouve peu d'industrie, avant on pouvait y trouver des mines d'or et d'argent, maintenant il ne reste plus rien.

Prochainement, un pont sera construit pour éviter la Bosnie-Herzégovine mais la construction à commencé en 2005. Puis celle-ci a été stoppée faute d'argent. La Chine a récemment proposé une offre. En automne, la construction du pont pourra enfin recommencé.

Personnage célèbre : Marco Polo : Il a vécu au 13 ème siècle. Il a vécu une période de sa vie à Cortchula.

La capitale de la Bosnie Herzégovine est Sarajevo avec un peu plus de 7000 habitants. C'est le petit Jérusalem.

La région est connue pour ses mandarines. Beaucoup d'agrumes viennent de ce territoire.

Il n'existe pas d'autoroute vers Dubrovnik à partir de la Bosnie-Herzégovine. Il est Possible de rejoindre Dubrovnik par bateau.

Lors de notre voyage en car, nous longeons de grands lacs.

Au niveau de la faune, il est possible de rencontrer des vipères cornues. La vipère est protégée de même que le Loup dans le nord. Dans la montagne, on peut trouver des chèvres et des moutons. Beaucoup de chamois également.

Avant la 1ère guerre mondiale, les gens ne vivaient pas en bord de mer car cela était trop dangereux. En effet, beaucoup de pirates longeaient les côtes. Pour vivre en bord de mer, il fallait un lieu fortifié ou un monastère. Les gens vivaient alors dans les hautes montagnes. Les garçons hérités des bonnes terres dernière la montagne qui étaient cultivables tandis que les terres côtières revenaient aux filles (cailloux, pas possible d'en faire quelque chose). Aujourd'hui cette tendance s'est inversée et les gens quittent les villages pour les côtes.

Point remarquable sur notre route : Nous pouvons apercevoir l'île de Hvra. Celle-ci est connue pour son vin et pour la lavande. La lavande n'est pas natif de la Croatie. C'est grâce à un français qui a amené un plant de lavande. D'où le fait que l'on cultive de la lavande par ici. Il y a l'île et la ville. La ville est considéré comme le St Tropez de la Croatie.

Passage par Marasska : Une ville vivant essentiellement du tourisme. On y retrouve de grands hôtels et de grandes maisons de familles.

Petite anecdote : Tous les croates ont au moins une propriété à leur nom. Si quelqu'un à quelque chose à louer pendant l'été, il le loue pendant quelques semaines et retourne vivre dans les montagnes. Quand la saison est finie, ils reviennent dans leur maison. La valeur de l'immobilier dépend de la situation géographique. A Split, le prix moyenne est de 2000€ le mètre carré. Plus on s'approche de la vieille ville plus les prix augmentent, cela peut monter jusque 4000€ le mètre carré.

L'état aide les jeunes familles et proposent des logement à 1000 euro le mètre carré.

Nous longeons maintenant Île de Brac ( Situé également en Croatie) : elle est connu pour la pierre.

De nombreux paysages ont servi au tournage de la sèrie Games of Trône.

Suite à notre périple en car et après avoir passer à nouveau la frontière, nous atteignons enfin Split !

Paysage de la Bosnie Herzégovine
6

Split est la plus grande ville de la côte croate et après Zagreb la plus grande ville de Croatie. C’est un centre touristique, culturel, sportif et universitaire.

Split est marqué par l’ascension de Dioclétien. C’est probablement dans cette région que naquit Dioclétien. Celui-ci fit carrière au sein de l’armée et accéda en 284 apr. J.-C. à la dignité d’Empereur. Il prit sa retraite anticipée à 60 ans. Il vécut ses dernières années de sa vie dans son palais et mourut vers 311.

Durant le Moyen-Age, Split est rattaché à l’Empire Romain.

Le Mausolée de Dioclétien est transformé en cathédrale à l’effigie de la Vierge, curieux quand on sait que Dioclétien est à l’origine de massacre de chrétiens …

Au XIVème S., Split est sous la protection de Venise. De 1813 à 1918, la ville appartient à l’Autriche. Pendant une grande partie du XIXème s., les autorités municipales s’orientent vers une gestion autonome de la région et refusent l’unification. C’est grâce à une bourgeoisie éclairée arrivée par l’élection du parti populaire que Split lutte pour l’unification des deux Croatie (Littoral et Continental). Pendant toute cette période, la ville s’aménage et se modifie.

Petit tour guidé au sein de la ville de Split :

Split se présente comme une ville désordonnée avec des ruelles n’importe où. Le visage de la ville est composé de styles architecturaux différents. On retrouve à Split un aqueduc toujours en activité aujourd’hui. Il fut bloqué pendant quelques années puis vers 1880, il est remis en marche en utilisant le même tracé. On trouve également à Split un chantier naval important (Un prince de Monaco y a commandé le voilier qui sera le plus grand au monde).

Palais de Dioclétien (293-305)

La plupart des monuments historiques, artistiques et culturelles se trouvent dans le noyau historique de la ville au centre duquel on retrouve le palais de Dioclétien

Les constructeurs du palais viennent d’Orient. Les pierres qui servirent à la construction de cet édifice viennent de l’île de Brac et des environs de Togir. Les ornements viennent d’orient et d’Egypte (Probablement volé lors de ses campagnes). C’est pour cette raison que l’on peut admirer des colonnes construites à partir des temples des palais d’Orient et d’Egypte. On trouve également autour de l’édifice des sphinx.

Le plan du palais est un quadrilatère de 215 m de longueur et 180 m de côté.

Après le décès de Dioclétien, le palais resta aux mains des empereurs qui s’en servirent de refuge. Au fil du temps le palais devient une cité médiévale fortifiée. Le péristyle visible à l’heure actuelle était destiné aux activités profanes et religieuses.

1248 : Construction du campanile monumental de la cathédrale de Split.

iPalais de Dioclétien


Péristyle du Palais Dioclétien


La porte nord ( Porte d'Or) : Entrée principale du palais

Le Campanile de la cathédrale

Le monument clocher Saint Domin fut construit à la fin du XIIIème s. dans le style roman tardif mais le cocher et de style gothique et renaissance. Cette construction fait partie de l’identité visuelle de la ville. Visible de loin. On peut également voir deux sculptures de lions.

Le campanile de la cathédrale 

Nous nous dirigeons vers la partie nord du noyau historique de Split. Sur notre chemin, nous apercevons la statue de Grégoire de Nin ( 1929), œuvre du sculpteur Ivan Mestrovic. La statue fut auparavant érigée sur le péristyle mais trop imposante elle fut transférée en 1954 à l'endroit actuel. Toucher son orteil porterait bonheur, on pense qu'il réalise les souhaits et apporte le bonheur à tous ceux qui le touche.

Grégoire de Nin

Nous nous avançons vers la place nationale à l’Ouest du palais. Cette place est la plus animée de la ville depuis le Moyen-Age. On y trouve le palais des recteurs, l’hôtel de ville avec la Loggia municipal au rez-de-chaussée : Exemple de l’architecture de style gothique profane à Split.

La maison Nakic construite en 1902 est construit dans le style sécession viennoise aux angles arrondis.

La place Nationale
La maison tour romane avec le clocher gothique et l'horloge Renaissance

Nous découvrons ensuite la Place aux Fruits, au sud de la place Nationale. On y trouve les tours castel municipal élevés en 1435 pour les logements d’une garnison vénitienne. Est visible également la statue du poète Marko Marulic.

La rue Marmontova marque la limite ouest du vieux noyaux de Split. Marmont, maréchal de Napoléon, entreprit, pendant son mandat, de nombreuses constructions et aménagement dont un jardin public.

Quelques souvenirs ….

Bateau de croisière, Culture de moules, … 

Hotel Katarina, Dugopolje


7

07/09/2018

Trogir

Nous entamons notre journée par la visite de Trogir. Au départ, nous n’avions aucune visite guidée de prévue mais nous avons de la chance car notre guide local est diplômé de la région. En effet, être guide ne s’improvise pas. Le métier de guide est même très réglementé en Croatie.

Origine : La cité porte le nom de tragurium, ce qui signifie l'île aux boucs.

Trogir est situé sur une île reliée à la terre par deux ponts. C’est une ville musée.

Avant d’arriver à Trogir, nous traversons la ville de Soline, cette ville est dotée d’un amphithéâtre. C’est le centre de la région. La ville a été détruite par les slaves. On y trouve beaucoup d’industrie.

Au cours de son Histoire, de nombreuses batailles physiques et intellectuelles (présence cathédrale).

Bienheureux Jean de Trogir est le protecteur de la ville. L’Histoire raconte que lors du passage des vénitiens, ceux-ci ont volé les reliques. Dès que les voleurs sont revenus à Venise, une tempête éclata. Le vent aurait alors ramené les reliques dans la ville de Trogir.

Dans la région, les bénédictines font de la dentelle d'agave. Elles sont toujours en activité. La dentelle d'agave est classé patrimoine immatériel de l'UNESCO.

Dans la région, les terres sont remplies de pierres, on peut en apercevoir le long des routes. Pour vivre dans cette région, il faut cultiver, pour ça il faut enlever les pierres, c’est donc un travail colossal (Culture d'Olivier et de vigne). Aujourd'hui la végétation a repris sa place.

Les habitants reviennent néanmoins à la culture. Figuier, noyer, cerisier, amandier mais c'est surtout des oliviers.

Bienheureux Jean de Trogir


Šibenik

Nous nous situons à 70 km de Zadar. Šibenik est considéré comme l'une des plus belles villes de Dalmatie centrale. Ville fondée au Xe siècle au bord d’une baie profonde à l’embouchure de la rivière Krka, elle fut sur une courte période la capitale du Royaume croate. Le centre historique de la vieille ville est surplombé par la forteresse Saint-Michel.

Après la guerre, Šibenik devient l’un des plus grands ports de l’Adriatique et une ville industrielle mais l’indépendance proclamée en 1991 met fin à cette prospérité. Les serbes bombardèrent les usines. Aujourd’hui, la ville n’a toujours pas retrouvé son élan économique, seul le tourisme permet à la ville d’exister.

Petite anecdote : La ville de Šibenik fut la première ville d’Europe à être éclairée grâce au courant alternatif. Merci Nicolas Tesla !

Sa cathédrale est un des bijoux de la côte Dalmate. Elle fut construite en 1431. Elle ne sera consacrée qu’en 1555.

La Cathédrale Saint-Jacques


Portail de la Cathédrale typiquement Renaissance, emploi du roman avec 2 colonnes supportées par deux lions supportant Adam et Eve
71 têtes sculptées, photomaton de l'époque car Juraj prenait comme modèles les gens croisés en rue 
Putti soutenant la cuve baptismale 


Eglise Saint-Barbara


Zadar

Zadar est construit sur une presqu’île. Lors de la dernière guerre, Zadar fut également bombardé par les Serbes mais cela laissa moins de dégâts qu’à Šibenik.

Afin d’atteindre la vielle ville de Zadar, nous empruntons la porte de la Terre-Ferme. C’est œuvre de Sanmicheli, un architecte italien. On y retrouve le lion de Saint-Marc et ses armoiries.

Nous nous aventurons ensuite sur la Petra Zoranića. Celle-ci est dominée par la tour du Capitaine. Non loin de là, on peut admirer une série de cinq puits qui couvrent une citerne construite au XVIème s.

Petra Zoranića

L'Eglise Saint-Siméon date du XIVème s. Sa façade en volute date du XVIème s. et est dans un style baroque. D'abord dédiée à Saint-Etienne, elle changea de consécration à l'arrivée des reliques de Saint-Siméon en 1631.

Eglise Saint-Siméon

L'Eglise Saint-Michel est quant à elle de style romano-gothique. Sa façade est ornée d'un tympan en pierre noire sculptée.

Eglise Saint-Michel

Narodni trg est le cœur de la ville médiévale. On y trouve l'édifice de la garde municipale, de style renaissance.

Eglise Saint-Donat
L'Eglise Sainte-Marie fut fondée au XIe s. 
La cathédrale Sainte-Anastasie

L'orgue marin est un lieu à ne pas manquer si vous passez par Zadar. Installez-vous confortablement et profitez, ça ne s'explique pas, ça se savoure 😀

Orgue marin de Zadar

Alcool de la région : La Croatie fait peu de différence entre les apéritifs ou les alcools. Ils peuvent être consommés dans les deux cas.

A Zadar, on trouve le "Maraschino" : A base de cerise. Ce sont les domicains qui ont commencé à en produire. Cet alcool n'est fait qu'à Zadar. Un chouette souvenir à rapporter

On trouve également le Grapa en Croatie : mare de vin distiller.

Sliviviska est quant à lui considérait comme le seul vrai alcool de la région selon ses habitants


Hotel Pinija, Petrcane

8

Débutons notre 6ème jour, quoi de mieux qu'un samedi pour découvrir un parc national !

07/09/2018

Nous avons 2h de route avant d'arriver à ce parc naturel. Il n'annonce pas très chaud, nous passons de 30 degrés à 17 degrés. Les lacs de Plitviche sont entourées de montagne d'où cette chute de température. Prévoyez de bonnes chaussures qui maintiennent le pied. Et une petite laine au cassou.

Nous empruntons la seule autoroute de Croatie, la limitation est de 130 sur les autoroutes. Aujourd'hui, la mer est cachée par un épais brouillard blanc. Cela a son charme.

Sur le haut des montagnes, je remarque la présence d'éoliennes. En Croatie, les panneaux solaires sont très peu utilisés car trop coûteux pour les croates. Aucun subside n'est octroyé pour leur mise en place.

Ils possèdent des stations hydroélectrique ( aperçue notamment à Dubrovnik).

Lors de la dernière guerre, les combats se sont succédé dans la région, il est d'ailleurs possible de voir encore quelques traces d'obus sur les façades. La fin de la guerre date du 5 août 1995. Des mines sont encore présentes dans les montagnes, il faut donc être prudent lorsqu'on s'y aventure et préféré être accompagné d'un guide local.

Pour comprendre l'histoire de cette règion, il faut se référer au territoire de la Bosnie Herzégovine.

La guerre fut un vrai massacre, 8000 personnes y ont perdu la vie. Tout les corps n'ont pas été retrouvés.

Par vengeance, suite à sa défaite, Milosevic part au Kosovo. Ce qui cause une perte culturel importante. Milosevic va mourir en prison avant d'être jugé à l'Haye. Beaucoup de combats ont marqué cette région.

Suite aux traumatismes causés pas la guerre, on compte 2000 suicides. Aujourd'hui, les armes sont interdites en Croatie.

Les gens de cette région vivent d'élevage ou sont garde forestier, ils travaillent le bois ou pratique le tourisme. Le parc enrichit la région.

La Forêt est constitué en majorité de hêtre et de charme.

Nicolas tesla, vivait à 40 km d'ici. Il est connu pour avoir inventé le courant continu (// Šibenik) .

La spécialité de la région est un alcool de prune. Cette année, il y a eu beaucoup de prunes, il s'agit donc d'un souvenir à ramener à nos proches. Après dégustation, je me suis rendue compte que je n'en étais pas très friande mais pour les amateurs d'alcool sec, je le recommande.

Senje, pura (vent de la montagne, vent froid et sec, la température descend à 0. Le pont est souvent fermé en cause un vent jusque 100 km/h. Connu également pour sa forteresse.

Nous pouvons observer au loin la région de Krk, rien n'y pousse sur le côté nord.

Ile de Krk île la plus grande et la plus peuplée de la Croatie reliée à la terre ferme par un pont. On y trouve de la sariet, de l'immortel, de la sauge. L'agneau et le fromage de brebis y sont les produits les plus connus.

On trouve dans cette région un tag, lié à la guerre, suite à des affrontements entendu dans la région. Un homme possédant un car est venue chercher les blessés pour les évacuer. Plus tard il devient généraux de l'armée. Avant il y avait pas d'armée, elle s'est inventée. Souvent formés d'amateur.

Ile crs : une des plus grande île de Croatie. Peu de différence avec l'Ile de Krk.

Après une longue route, nous arrivons enfin à notre destination : Les Lacs de Plitvice

Le parc naturelle est très large. Il compte 16 lacs, entre ses lacs, on trouve une cascade. Le parc national a été classé UNESCO en 1949. La particularité de ce lieu est le tuf ou le travertin, un calcaire qui se dissout avec l'eau. Cela crée des micros cristaux. En cause les conditions de l'environnement, les objets placé dans l'eau se pétrifie. Le tuf est une particule, il grandit, il est vivant. Les barrières grandissent. Parfois les barrières se cassent, l'eau trouve alors un autre chemin. Pour protéger les lacs, les camions sont interdits le long des lacs. Dans les guides, ils est indiqué qu'il est possible de rencontrer des ours bruns, d'après notre accompagnateur, la seule bête curieuse que nous pourrons y rencontrer, ce sera le touriste.

Une région magnifique, la Croatie compte de nombreux parcs Naturels. Plitviche est l'un des plus beaux. Pour les amateurs de nature vous pourriez très bien orienté votre voyage sur les parcs nationaux. Une vraie merveille pour les yeux. Je vous laisse découvrir celui-ci à travers différentes photographies.

Après cette visite, nous nous rendons dans un restaurant afin de profiter d'un bon repas. Ensuite nous continuons notre longue route vers l'Istrie.

Hôtel Maslinica Rabac, Rabac

9

Jour 7 : 08/09/2018

Surnommée la Toscane Croate, dès 177 av j.-C., date de la conquête de l'Empire Romain, l'Istrie connaît une prospérité avec la construction de villes romaines. Les plus importants vestiges romains sont situés sur la côte et servent de base à Rome pour contrôler les tribus slaves et germaniques.

Cette prospérité va durer jusque la chute de l'Empire Romain.

L'Istrie est ensuite contrôlé par Bizance lors du traité d'Aix la Chapelle en 812. A partir du XII ème s., Les villes de la côte occidentale se soumettent à Venise car elles espèrent une protection contre les pirates.

Ensuite Venise réalise un traité avec les Autrichiens. Le territoire est victime de la peste noire. A la chute de Venise, l'Istrie est récupérée par l'Autriche. A partir de 1805, Napoléon annexe l'Istrie à ses provinces Illyriennes. La 1er guerre mondiale bouleverse la situation établie. L'Italie est gourmande et récupére les terres de la région. En 1943, l'arrivée des yougoslaves obligent les italiens à partir.

La rivière de Raja très présente sur le territoire, on remarque la présence de digues pour éviter les innovations.

Le paysage est parsemé de voies ferrées qui ne sont plus utilisées aujourd'hui mais qui servaient autrefois à l'industrie du charbon.

Notre dernière journée de visite nous emmène à Rovinj et Pula.

Rovinj

Vue sur la vielle ville et le port de Rovinj

La vielle ville de Rovinj, lieu le plus intéressant à visiter, était une île. Aujourd'hui, c'est une presqu'île dominée par un clocher. Rovinj est très prisé par les touristes.

La ville est dominée par l'église Sainte Euphémie. Elle fut construite au XIIIème s. Dans un style baroque. A son sommet, on trouve les 3,96 m de la statue de la sainte Euphémie tenant une barre à roue.

Mais qui est Sainte-Euphémie ? Revenons à Diclétien ( Split) et le massacre des chrétiens.

Saint - Euphémie, née à la même époque, fut choquée par les massacres, elle-même chrétienne. La légende dit qu'elle montra son indignation. En représailles, elle fut mise à mort mais les lions n'en ont pas voulu. Sa tête fut alors coupée.

Eglise Saint- Euphémie

Superbe ville, un petit coin de paradis où il est bon de se perdre dans ses innombrables ruelles.

Pula

Selon la mythologie, la création de la ville de Pula est liée à quête de la Toison d’Or. Dès 45 avant Jésus-Christ, Pula est une colonie romaine et devient un important centre administratif et commercial. A la chute de Rome, Pula est sous domination byzantine. Pula prête ensuite serment à Venise avant de prendre la tête d’une révolte des villes d’Istrie. Les vénitiens s’approprient alors les richesses de Pula et c’est le déclin. Sous la domination des Habsbourg, Pula connait une nouvelle prospérité. L’Empereur autrichien fait de Pula un port militaire et de nombreux chantiers navales voient le jour. La première guerre mondiale voit l’arrivée des italiens. Pula est ensuite libéré par la résistance et les italiens sont contraints de quitter la région.

La ville de Pula compte encore un chantier naval reconnu. Celui-ci fermera ses portes prochainement suite à des difficultés financières.

Chantier naval de Pula

Arrivé dans la ville de Pula, le visiteur est frappé par ses nombreux monuments historiques, vestiges de l’époque romaine.

Dans un premier temps, nous visitons l’Amphithéâtre de Pula. Une merveille architecturale. Construit en même temps que le Colisée de Rome, il a été réalisé par l’Empereur Auguste et Vespasien. En forme d’ellipse, le monument fait 133 m de long sur 105 m de large et compte 3 étages. La lumière pénètre dans l’arène via ses 72 arches. L’arène pouvait accueillir jusque 20000 spectateurs. L’amphithéâtre est très bien conservé !

Nous quittons l’Amphithéâtre afin de nous promener dans les rues de la ville. La ville de Pula était ceinturée de remparts. L’entrée de la ville se faisait via une dizaine de portes (Ex : La Porte double).

La porte double

Nous traversons ensuite à la Porte d’Or pour nous diriger vers le Forum de Pula. Il s’agit d’une grande place datant de l’époque romaine. Elle reste un endroit central pour les habitants de Pula. Sur cette place, on trouve le temple d’Auguste (Et le temple d’Ariane, son jumeau architectural) ainsi que l’ancienne hôtel de ville intégré dans le temple d’Ariane.

La porte d'Or


Le Temple d'Auguste


Le temple d'Ariane et l'ancien Hôtel de ville

Nous terminons notre visite de Pula sur ce magnifique Forum afin de profiter d’un dernier verre en terrasse.

Hôtel Maslinica Rabac, Rabac

10

Matinée libre avant de rejoindre l'Aéroport de Pula

Je décide de partir me promener le long du port de plaisance de Rabac. Un petit village touristique. Je longe les quelques boutiques et j'en profite pour boire un dernier verre en terrasse. Les vacances se terminent et il est temps de dire aurevoir…

La beauté naturelle de Rabac lui a valu d'être nommée « La Perle de Kvarner » dans les années 1960, un nom toujours employé aujourd'hui. C'est à cette époque que Rabac a commencé à être une destination touristique et que tous les autres hôtels, villages de touristes, appartements et campings ont été construits.

Je prend un dernier repas en compagnie d'un couple du groupe. Vraiment de très belles rencontres 😀.

• • •

Il est temps de reprendre la route vers la Belgique. Plus je voyage et plus j'ai l'impression que je grandis. On m'aurait dit il y a quelques années que je partirai à l'aventure toute seule, je ne l'aurai probablement pas cru et pourtant …

Et donc les voyages organisés? Alors oui on perd de la liberté mais soyons réalistes quand on est seul et que l'on veut bouger, il n'y a pas beaucoup d'autres solutions. Si j'avais eu un permis, j'aurai probablement pu louer une voiture ou partir avec mon sac à dos et me débrouiller mais je ne suis pas si téméraire … Après, j'ai fait de très belles rencontres, un moment de partage unique 😀


Lors de mon séjour en Croatie, j'ai appris la disparition d'une jeune-fille partie en auto-stop au Canada. Il s'avère qu'elle a été assassinée lors de son périple. Elle ne vivait qu'à une vingtaine de km de chez moi 😦 Voyager ne devrait pas comporter autant de risques… Voyager oui, mais pas dans n'importe quelle conditions ! Faites attention à vous, assurez vos arrières et ne vous croyez pas plus courageux qu'un autre parce que ça n'arrive qu'aux autres jusqu'à ce que ça nous tombe dessus.

"Lorsqu'elle s'enfuit, la route est la seule amante qui vaille la peine d'être suivie"

Sylvain Tesson


Port de Dubrovnik