TANZANIE - ZANZIBAR

Premier safari en Tanzanie, notre plus belle rencontre avec la nature sauvage d' Afrique et une pause de farniente dans une perle de l'Océan Indien...Zanzibar...
Décembre 2008
2 semaines
11

Les interminables plaines de Tanzanie...ces vastes étendues sont peuplées par l'une des plus importantes concentrations d'animaux sauvages au monde : zèbres, gnous, singes, antilopes, lions, guépards, girafes, buffles, gazelles, flamands roses...

Un trésor vivant dont tous les amateurs de nature ont toujours rêvé de s'emparer, autrefois par le biais d'un fusil, aujourd'hui par celui, plus pacifique, d'un appareil photo...

• • •

Après quelques péripéties à Nairobi, où nous avons fait escale, impossible d’être renseigné correctement sur le vol de correspondance vers la Tanzanie, les Kényans ne disent jamais qu’ils ne savent pas quand on leur pose une question, ils répondent n’importe quoi, mais ils répondent… Du coup on est trimbalé d’un bout à l’autre de l’aéroport à la recherche de notre vol de correspondance pour Arusha, que l'on a bien failli rater...Bienvenue en Afrique.

Nous rejoignons notre Lodge à Arusha : Moivaro Coffee Lodge, situé face au Mont Meru, ce lodge est installé dans une plantation de café de plus de 40 hectares.

• • •

Le matin, briefing avec le tour operator puis départ pour le Lac Manyara après avoir fait la connaissance de Elias, notre guide en Tanzanie pour 2 semaines.

Elias et notre 4x4 

Le Parc National du Lac Manyara est un joyau célébré par Ernest Hemingway comme « le plus beau qu’il ait jamais vu ».

La piste serpente à travers une végétation luxuriante où des babouins paressent sur les bas-côtés alors que d’énormes calaos se font entendre.

Des troupeaux de buffles et de gnous se rassemblent sur cette plaine.

Tout comme les girafes – dont certaines sont si sombres de pelage qu’elles peuvent apparaître noires de loin.

Plus loin ce sont des hippopotames qui se baignent alors que les phacochères sont plutôt adeptes des bains de boue... chacun son truc.

Les impalas, gazelles et autres diks-diks sont très nombreux dans cette réserve.

Il aura fallu attendre la fin de la journée pour voir nos premiers éléphants...c'est chose faite alors que l'on se dirigeait vers la sortie du parc.

En revanche pas de lions aujourd'hui...les légendaires lions de Manyara, souvent perchés sur les branches des arbres...tant pis ce sera pour une autre fois.

• • •

Avant de prendre la route pour le Parc National du Serengeti (4h00), nous tenons rendre visite à un orphelinat de campagne qui accueille des enfants dont les parents sont morts du sida qui fait des ravages immenses en Afrique…

Sur la route pour le Serengeti, arrêt au cratère du Ngorongoro pour la vue époustouflante sur le cratère.

Nous arrivons dans l'après-midi dans le Serengeti pour une première découverte.

Le plus ancien et le plus populaire des parcs tanzaniens, le Serengeti, est fameux pour cette célèbre migration annuelle au cours de laquelle six millions de sabots foulent la plaine, plus de 200 000 zèbres et 300 000 gazelles de Thompson se joignant aux gnous à la recherche de verts pâturages. Même quand la migration est terminée, le Serengeti est, sans aucun doute, l’un des plus beaux endroits que l’on puisse imaginer pour un safari ...

Bienvenue dans le Serengeti... 

Nos premières rencontres.

Des autruches,des gazelles, un dik-dik . 

Des lions (nos premiers) qui se reposent à l'ombre...

Des hippopotames et des incontournables girafes...

Et cerise sur le gâteau, deux léopards au programme cet après-midi...

fin d'une journée bien remplie...

coucher du soleil sur la savane. 
• • •

Safari toute la journée dans le parc...Objectif dans le Serengeti , les big five...

Les Big five sont un ensemble de cinq mammifères africains qu'il faut avoir vu dans des safaris photographiques ou de chasse. Les cinq animaux choisis sont le lion, le léopard, l'éléphant d'Afrique, le rhinocéros noir et le buffle d'Afrique. Les big 5 ont été « choisis » par Ernest Hemingway dans Les Neiges du Kilimandjaro. . Dans le cadre d'une chasse, chacun de ces animaux apporte un trophée.


Lion d'Afrique: Il s'agit de la cible la plus prisée. Trophée : la peau du lion, plus la crinière est grande, plus prestigieux est le trophée

Eléphant d'Afrique: Trophée : les défenses

Buffle d'Afrique: Trophée : les cornes, plus la distance entre ses deux pointes est grande, plus prestigieux est le trophée.

Léopard: Trophée : la peau.

Rhinocéros noir: Trophée : la tête avec corne


En ce qui nous concerne, bien évidemment les seuls trophées convoités sont des photographies…Or à ce jour, il ne nous manque que le rhinocéros.

On rencontre ici dans le parc du Serengeti, tous les animaux emblématiques d’Afrique…

Des très connus...

Et des moins connus...

Dans l’après midi , Elias nous trouve un spectacle inattendu et inoubliable, une mère guépard qui apprend à chasser à ses petits...

 Phase d’observation, la mère aux aguets et les petits qui apprennent…
L’ approche….                                                 La course fulgurante…
 Dès qu’elle  est sur sa proie,  un croc-en-jambe pour déséquilibrer la gazelle et c’est fini…
      La mère saisit sa proie à la gorge…quand la gazelle est morte, elle laisse ses petits manger.   

Malgré l’émotion ressentie lors de cette mise à mort, cette chasse restera un grand moment de safari que peu de gens ont la chance de vivre.

• • •

Concernant nos « big five » nous avons vu à ce jour :

 Plusieurs buffles,  des éléphants
Des lions et des léopards 

Après une journée bien remplie, retour au lodge….Mais ce soir il ne nous manque plus à notre palmarès que le plus rare, le rhinocéros...

• • •

Le matin, dernier safari dans le Parc du Serengeti avant le départ pour le Ngorongoro.

On y découvre le début du rassemblement des gnous et des zèbres et des gazelles de Thomson, avant leur départ pour la réserve du Masai Mara au Kenya.

Rassemblement des gnous et des zèbres, ils sont des milliers... 

Après cet incroyable spectacle, départ pour le Ngorongoro.

Sur la route visite des gorges d’Olduvai, véritable « berceau de l'Humanité » En 1959, la découverte d’un crâne d’Australopithecus boisei, le « Zinjanthrope », a entraîné une intensification des travaux de terrain qui se sont poursuivi jusqu’en 1973.

Arrivée dans l’après midi à notre lodge qui est situé sur la crète du cratère du Ngorongoro.

Depuis notre chambre, on observe les animaux en bas dans le cratère, ou aucun humain n’est présent durant la nuit (en dehors des Rangers qui traquent les braconniers)

• • •

Matinée de safari dans le cratère : SOUVENIR EXCEPTIONNEL...

Sur les conseils de Elias, nous partons très tôt le matin... très bonne idée car on est les premiers à entrer dans le cratère dont l’accès est très rigoureusement réglementé. Et là c'est l'émerveillement total... nous approchons les animaux de très près...

Et c'est ici que l'on peut terminer nos "big five"...en effet notre rhino est là, très près juste devant notre 4x4... Ce qui est assez rare à l’occasion d’un premier safari, On a rencontré au lodge des touristes qui effectuent leur troisième safari et qui n’ont encore jamais vu le moindre rhino en Tanzanie.

Autre rencontre inoubliable, une lionne avec ses lionceaux, ils sont à portée de mains, mais attention, ce sont de grands prédateurs en devenir…

Adorables gros chats... 

Après cette matinée exceptionnelle, nous remontons du Ngorongoro pour aller voir un village Massai.

Les Massaï (« ceux qui parlent maa ») constituent une population d’éleveurs et de guerriers semi-nomades, vivant principalement au Kenya, et dans le nord de la Tanzanie.

Les Massaï construisent de petites maisons circulaires temporaires en utilisant des branchages entrecroisés, recouverts de bouse de vache et de boue. Ce mélange sèche rapidement au soleil pour devenir suffisamment dur. Les maisons sont toutes construites de la même manière : une pièce où les invités peuvent discuter, une pièce pour les animaux, la pièce principale où il y a le feu pour cuire les aliments et les nattes pour dormir, posées par terre. Il n'y a pas de meubles.

Leur village. 

On est reçu par le chef du village, dans sa case, puis on visite l’école…

Heureusement on ne reste pas manger avec eux, en effet les Massaï se nourrissent surtout de laitages et de sang. Ils peuvent en effet prélever le sang des jeunes bovins sans les tuer, en les incisant au niveau du cou d’une flèche tirée dans la veine jugulaire. Un bol de sang mélangé à du lait constitue l’aliment de base, ce genre de repas est à réserver aux initiés.

Avant de les quitter, j’offre le bracelet que je porte au fils du chef du village, qui lui en retour me donne un collier qu'il a autour du cou...une authentique dent d’un lion que seuls les Massai sont officiellement autorisés à chasser en Tanzanie.

Ces moments passés avec les Massais resteront parmi nos grands souvenirs de voyages, nous redoutions une "visite arrangée touristes" mais heureusement cela n'a pas été trop le cas.

• • •

Au programme du jour, le Parc du Tarangire .

Sur la route, découverte de villages et de la vie locale…

Notre après midi est consacrée à un safari dans le parc national Tarangire qui est le sixième plus grand parc de Tanzanie.

Une faune exceptionnelle et variée. 

Ce parc est célèbre pour ses nombreux troupeaux d'éléphants.

Ainsi que pour ses baobabs dont certains des arbres ont plus de 300 ans.

On trouve de nombreux baobabs dont le tronc est évidé, Elias nous explique que ce sont les braconniers qui font cela. En fait les troncs offrent ainsi des caches idéales pour les défenses d’éléphants illégalement abattus.

Nuit au Lodge , une tente dans la brousse, très bien équipée, plantée au milieu de la faune sauvage ... Super expérience...

La nuit, interdiction de sortir de la tente, sans être escorté par des gardes armés…Les animaux sauvages sont partout.

Difficile de trouver le sommeil avec cette vie sauvage autour de nous. Toute la nuit on entend les animaux roder autour de la tente... des hyènes, des éléphants des hippopotames qui sortent la nuit quand ils n'ont plus à craindre les rayons du soleil et les rugissements des lions toujours très impressionnants la nuit...ect...

Au petit matin on verra des crottes d’éléphants devant la tente, ce qui prouve leur passage pendant la nuit.

On apprendra par la suite que quelques semaines auparavant, un jeune garçon qui séjournait dans ce parc, n’a pas respecté les consignes de sécurité en sortant de nuit de sa tente…ça lui a été fatal, il a été emporté par un léopard.

• • •

Le matin dernier safari . Encore quelques dernières belles rencontres...

Qui observe qui ? 

Il semblerait qu’il est possible de rencontrer ici des lions dans les arbres, mais c’est assez rare. Ils évitent ainsi les piqures des mouches tsé-tsé. Mais avant tout, les félins aiment les positions dominantes pour voir de loin et, dans les arbres, ils bénéficient à la fois de la brise et de l'ombre bien appréciable lorsqu'il fait chaud

Ceux que l'on voit ce matin sont sur la terre ferme... 

En fin de matinée, route pour Arusha, direction « l’aéroport »

On quitte ici Elias qui aura été un guide très compétant qui nous laisse un super souvenir de cette faune sauvage.

« l' Aéroport »   de Arusha 

Après les formalités ( à l’ africaine, bakchich et corruption en tout genre…), nous nous présentons sur le tarmac. Nous sommes les premiers à monter à bord, je salue le Commandant qui me demande de prendre place à ses côtés… à la place du copilote ?

Je lui explique brièvement que je ne suis pas pilote, et que je ne serais probablement pas très utile, à cette place si il devait y avoir le moindre problème en vol… Avec un grand sourire, il me dit que de toute façon, on est en Afrique et qu' il n’y aura pas de copilote… C'est pas un boeing 747 mais on est quand une cinquantaine de passagers...

Vol exceptionnel pour moi, une grande première… 
Atterrissage à Zanzibar et photo souvenir avec le Commandant Comas... 

Transfert à notre hôtel à Stone Town et visite de la vieille ville de Zanzibar

Stone Town, vieille ville de Zanzibar Town est un dédale de petites rues étroites (voire très étroites) où l'ambiance fait un peu penser aux médinas d'Afrique du nord.

Mais ici on ne peut pas se promener sans admirer les portes des maisons.

La porte est considérée comme l’élément principal de la maison arabe. Plus on est riche, plus la porte doit être belle, grande et ouvragée.

A Stone Town un tour au marché couvert est indispensable !

Les produits sont incontestablement très frais...
Quant à l'hygiène...c'est limite. 

Pour les âmes sensibles, il est préférable d’éviter le marché de la viande…

Après le marché, nous nous rendons au mémorial rendant hommages aux esclaves qui se trouve sur l’emplacement de l’ancien marché des esclaves. Il représente cinq statues de pierre liées entre elles par des chaînes.

Après ces visites, retour et nuit à Stone town.

• • •

Départ de Stone Town pour Pingwe...

Au programme, plage de sable blanc ornée de palmiers avec comme toile de fond, les reflets bleu turquoise de l'océan Indien...Cinq jours de farniente, plage, détente, plongée…

Navigation sur un boutre…                                   Plongée au large avec les dauphins 
Langoustes et autres poissons grillées sur la plage  
 Sur la plage, un symbole mythique que l’on voit régulièrement sur les dépliants touristiques 

La vie des zanzibarites est essentiellement basée sur les ressources de la mer…

 Des pêcheurs et leur embarcation… incroyable

Quelques souvenirs de plongée.

On passe ici le 31 Décembre, avec des buffets gargantuesques…

Les meilleures choses ont une fin, le 2 janvier transfert dans l’après midi à l’aéroport de Zanzibar.

Sur la route nous avons la chance de voir des colobes rouges.

Endémique à l'Ile d'Unguja, le colobe rouge est en voie d'extinction en raison de la raréfaction de son habitat.

Vol Zanzibar – Dar El Salaam en fin de journée, puis Vol Dar el Salam – Amsterdam et Amsterdam – Genève...

 AU  REVOIR  L’AFRIQUE et ZANZIBAR….