SEVILLE...Petite parenthèse en Espagne

Une petite semaine pour découvrir Séville et l' Andalousie.
Août 2013
7 jours
1

Séville, 4ème ville d'Espagne, coeur économique, politique et culturel de l'Andalousie.

Ville au passé prestigieux, ses monuments, les nombreux artistes qui y ont oeuvré et bien sur son climat, contribuent à sa renommée...

Conjugaison du monde musulman et du monde catholique occidental, cette ville offre un patrimoine extraordinaire et exceptionnel.

 Séville (alors appelée Hispanis) en 1573 - Gravure de Joris Hoefnogel
2

Des amis nous ont, très gentiment, mis à disposition leur maison situé à un petit quart d'heure en voiture depuis l'aéroport de Séville...

C'est ici que nous posons nos valises pour une petite semaine en Andalousie.

Villa les Mimosas, sa piscine et premier coucher de soleil en Espagne. 

Une fois installé, une bonne nuit de sommeil avant de partir à la découverte des environs.

• • •
3

Séville est le cœur économique, politique et culturel de l’Andalousie, et constitue l’une des plus importantes villes du pays, mais aussi de l'Europe du Sud.

C’est également une ville au passé prestigieux, ayant légué un patrimoine artistique d’une immense richesse, qui en fait une des destinations touristiques les plus prisées et auréolée d’un certain prestige.

• • •

Ce matin, nous avons garé la voiture dans un parking, Place de Cuba, très bien situé, aux portes de la ville - très pratique - et maintenant direction la Cathédrale.

Pour s'y rendre, on emprunte le pont San Telmo, qui enjambe le Guadalquivir, le fleuve de Séville, le seul navigable d’Espagne. Un fleuve qui a joué un rôle protagoniste à de nombreux moments de l’histoire de la ville. Sièges, défenses et conquêtes se sont négociés sur ses eaux

Le Guadalquivir et le pont San Telmo

Ce pont tout comme les ponts de toutes les villes du monde reçoit des cadenas d’amour…

Les cadenas d'amour sont des cadenas que des couples accrochent sur des ponts pour symboliser leur amour. Les cadenas comportent parfois les noms de ceux qui les accrochent, la date de leur rencontre, de leur mariage ou de la pose du cadenas. Il est d'usage de jeter ensuite la clé, par exemple dans la rivière qui coule sous le pont...

Ensuite on se dirige vers la cathédrale de Séville, sous une chaleur écrasante… La ville semble « endormie » par la chaleur…

Les calèches, autour de la cathédrale attendent les touristes pour un incontournable tour de ville par ce pittoresque moyen de transport…ce que l’on fera plus tard.

Calèches en attente…à l’ombre 

La cathédrale Notre-Dame du Siège de Séville, que nous allons visiter maintenant est un monument incontournable à Séville, elle a été construite entre 1402 et le XVIe siècle. De style gothique, elle possède un clocher, la Giralda, ancien minaret de la grande mosquée qui s'élevait sur l'emplacement de l'actuelle cathédrale.

 Notre Dame de Séville et la Giralda
L’ ancienne mosquée devenue un "monstre " gothique...

C'est l'une des plus grandes cathédrales catholiques du monde — compte tenu du fait que la basilique Saint-Pierre de Rome n'est pas une cathédrale. L'édifice a été construit en lieu et place d'une mosquée, les bâtisseurs réutilisèrent des éléments et des colonnes de la mosquée et transformèrent en campanile son minaret, la fameuse tour de la Giralda, aujourd'hui devenue le symbole de la ville.

L'intérieur est décoré de façon fastueuse, avec profusion d'ors.

Dans le corps principal de l'édifice se distingue le chœur, qui est dominé par le colossal retable gothique comprenant 45 panneaux sculptés représentant des scènes de la vie du christ. Ce chef-d'œuvre unique et véritablement extraordinaire du sculpteur Pierre Dancart est l'ouvrage de toute une vie : c'est le tableau d'autel le plus grand et le plus riche du monde et l'une des plus somptueuses pièces sculptées de l'art gothique.

Retable  gothique de la grande chapelle - EXTRAORDINAIRE -

La cathédrale possède en outre une collection importante de pièces d'orfèvrerie, de tableaux peints et de statues ...

... ainsi que le tombeau de Christophe Colomb.

 Le tombeau de Christophe Colomb et la nef de la cathedrale

Pour faire suite à la visite de l'intérieur de la cathédrale, on monte en haut de la tour de la giralda.

C'est une tour carrée de environ14 mètres de côté, en réalité, il s'agit de deux tours imbriquées l'une dans l'autre : une tour de côté plus réduit s'inscrit dans le carré plus vaste de la tour extérieure. L’espace compris entre les deux structures est occupé par un escalier sous forme de rampe de pente douce à 35 volées, servant à accéder à la terrasse supérieure. Le choix d’une rampe plutôt que de marches devait permettre de monter à cheval (une tradition populaire prétend que le muezzin étant âgé, il lui fallait pouvoir monter à dos de mule). La tour intérieure est par ailleurs occupée par plusieurs pièces réparties sur cinq niveaux.

La tour de la Giralda et une vue  grandiose sur la ville depuis le sommet 

La Giralda possède 24 cloches au total. Parmi elles, se trouvent les deux grandes cloches historiques "Santa Maria La Mayor " (le bourdon) et "San Miguel " datant de 1588 et de 1792. La sonnerie de l'ensemble de ces cloches (le "plenum", sonné à l'occasion des grandes fêtes religieuses), est particulièrement impressionnante.

Les cloches de la Giralda

Après cette visite, on fait une pause dans un bar à tapas pour de restaurer.

Lieux d’échange et de partage dans une atmosphère conviviale, les bars à tapas sont très appréciés des touristes et des habitants. Les tapas sont des amuse-gueules.

Généralement, elles sont servies en petites rations et accompagnent un verre de vin ou de bière. Les repas de tapas encouragent la conversation, parce qu'on n'est pas concentrés sur un repas complet servi devant nous. Les tapas se servent dans une petite assiette ou sous-tasse garnie de divers produits frais ou cuisinés : charcuteries, fromages, olives, fritures

 Les tapas à Séville, un régal à ne pas manquer

Après cette petite pause, on repart, malgré la chaleur écrasante, se promener dans la vieille ville.

La Vieille Ville de Séville est le coeur de la cité et son centre touristique. Ce quartier comme le reste de Séville présente beaucoup de places, églises, petites rues.

Petites rues « décorées » avec petits magasins, superbes vieux bâtiments, magnifiques façades et maisons privées mises à neuf jusqu’au dernier détail. Superbes places décorées…

 Des façades magnifiques

Toutes ces petites ruelles à emprunter c'est vraiment sympa, on prend un véritable plaisir à flâner.

Malgré les tentes tendues entre les immeubles, la recherche d’ombre est obligatoire 

Retour en fin de journée à notre villégiature avec en prime un bain réparateur dans la piscine de notre villa - tellement attendu avec cette chaleur. Toute la quiétude d'une soirée en Andalousie avec pour seule compagnie des libellules et le chant des cigales...

Rafraichissement en fin  de journée.
• • •
4

Aujourd’hui visite de Carmona…située à une vingtaine de kilomètres. Carmona est une ville remarquable pour son architecture et les empreintes que les différentes cultures qui l'ont peuplée y ont laissées tout au long de sa longue histoire. Eglises, palais et murailles font partie de l'important patrimoine artistique abrité par la vieille ville, dominée par l'Alcázar del Rey Don Pedro, imposante forteresse d'origine arabe.

  l' Alcázar del Rey Don Pedro

C'est une ancienne caserne richement dotée en matière architecturale et décorative. Née sous la domination arabe et utilisée par les espagnols après.

Formant ainsi un complexe défensif presque inexpugnable. Il possède quelques éléments remarquables.

A l'issue de cette visite on flâne dans les ruelles de la vieille ville, en admirant de belles demeures des XVIIe et XVIIIe siècles,

les ruelles de Carmona et ses superbes demeures

La place du marché, ancien forum romain, c'est aujourd'hui une belle place, endroit de rencontres, entourée de bar à tapas, d'arcades et autres commerces.

Ensuite direction l’hôtel de ville, Cet intéressant bâtiment baroque conserve dans son patio une superbe mosaïque romaine représentant la Gorgone.

Patio de l'hôtel de ville 

Visite de l'église de Santa María la Mayor, Cette grande église gothique (15e s.), remaniée dans les styles Renaissance et baroque, s'élève à l'emplacement d'une ancienne mosquée dont subsistent une cour intérieure, le patio des Orangers, et quelques arcs outrepassés d'une grande beauté.

La sacristie abrite une collection de pièces d'orfèvrerie de valeur

A l'extérieur, le patio des orangers...

Fraicheur rafraichissante assurée... 

Après cette visite, on chemine dans les ruelles de Carmona, sous un soleil de plomb…

Rues désertes en milieu de journée, la ville somnole jusqu'à 17 h, en raison de la chaleur ...

En flânant, on remarque une curiosité, présente sur de nombreuses façades, des palmes tressées accrochées aux balcons, certaines sont très ouvragées…

En Andalousie, la fête des Rameaux est traditionnellement fêtée par des palmes, que l'on peut acheter devant les églises, afin de les suspendre au balcon de sa maison, où elles restent une bonne partie de l'année qu'elles portent bonheur.

Les façades et balcons sont également décorés de pots de fleurs parfois même à l’excès.

On se dirige vers la place San Fernando…ou il y a plein de restaurants.

 La place hier et aujourd'hui

Cette place est situé à l' endroit où se trouvait le Forum romain . Au XVIème siècle, elle avait la forme d' un rectangle fermé, mais, en raison d' une erreur dans le projet de restauration, elle a acquis la forme circulaire.

Depuis les balcons des immeubles la bordant,, on peut assister aux célébrations publiques, et plus particulièrement aux corridas qui s’y déroulent .

On se trouve un petit restaurant sympa, peu de monde en terrasse…

On commande une spécialité qu’il faut absolument gouter ici : le « rabo de toro » accompagné d’une « jarra de sangria »… Traditionnellement le rabo de toro est un plat originaire de Cordoue et s’est propagé partout dans l’Espagne grâce aux fêtes taurines et Ferias que célèbre la majorité des villes espagnoles. Le rabo est la queue et le toro... un taureau ! Cette viande est vraiment très douce et molle, elle fond à la bouche, et il s'agit d'un plat bien savoureux qui est généralement proposé dans les restaurants qui sont autour de la place de corridas.

Queue de taureau et pichet de sangria…pas de doute on est en Andalousie. 

Cet excellent repas typique de l'Andalousie conclue notre visite ce cette sympathique cité.

• • •
5

Aujourd’hui on a décidé, au regard des documentations disponibles à la maison, de visiter

Alcala de Guadaira et Utrera.

Alcalá de Guadaíra est située à environ 20 km de Séville, construite sur le fleuve Guadaíra. Ville typique d'Andalousie, elle se distingue par sa vieille ville et ses beaux quartiers, telle la Urbanización Oromana, où se trouvent des villas. Elle possède un riche patrimoine architectural, dont le plus remarquable témoignage est sans nul doute la forteresse almohade, la plus grande de ce type en Europe.

On s’attarde peu ici, la ville, hormis la forteresse, n’offre à priori pas grand intérêt.

• • •

On reprend la route direction Utrera.

Utrera est une commune importante de la province de Séville, Ici il faut visiter le Sanctuaire de Notre-Dame de Consolación


Ce temple est situé à la périphérie de la ville.

L'intérieur abrite la sainte patronne de la ville, Notre-Dame de la Consolation. Il a été construit durant le premier tiers du XVIIe siècle. La façade est en pierre jaune et se compose de deux parties. Le sanctuaire est classé Bien d'intérêt culturel, en tant que Monument historico-culturel, en 1982

Le parc autour de l’église est très beau, malheureusement l’église ferme ses portes quand on arrive, du coup pas de possibilité de visite…

Nous rentrons le soir et cette journée de visite ne laissera probablement pas un souvenir impérissable…

6


Pour aujourd'hui, il est prévu:

Matinée farniente à la maison… L’après midi, retour à Séville :

Au programme :

- Visite des arènes, on est quand même dans un haut lieu de la corrida

- Tour de ville en calèche avec visites diverses

- Restaurant et découverte de Séville « by night »

On commence par la visite des arènes.

Vue aérienne des arènes (photo internet)

Aficionados ou pas, il faut absolument découvrir la plaza de toros (autrement dit, les arènes) de Séville.

Porte d’accès aux arènes 

Construites entre le XVIII et le XIXème siècles, pendant 120 ans, les arènes de la Maestranza de Séville sont classées monument historique depuis 1984. Elles se dressent face au Guadalquivir, en plein cœur du quartier d’El Arenal

Ouvertes depuis 1761, elles sont ainsi les plus anciennes arènes en activité, devant celles de Ronda, dont l’ouverture date de 1786

L’architecture de ses arènes se présente comme un polygone irrégulier comptant 30 côtés inégaux. La façade est composée de murs blanchis à la chaux soulignés par des pointes d’ocre et de rouge sombre.

A l’intérieur, on entre dans les gradins, implantés sur 2 niveaux, qui peuvent accueillir 12 500 spectateurs. Cette capacité d’accueil n’en fait pas la plus grande du pays puisque des arènes comme celles de Madrid, Barcelone, Pampelune ou encore Cordoue la devancent largement.

 Corridors donnant accès aux gradins

Quand le Roi et la Reine d'Espagne viennent voir des corridas, ils ont une place spéciale :"le balcon royal".

 Le balcon Royal

Ensuite la visite, qui n’est commentée qu’en espagnol ou en anglais, se poursuit dans les coulisses, et on visite un musée aménagé sous les gradins qui permet d’observer des gravures, des portraits de toreros, des costumes, etc… pour découvrir le monde de la tauromachie.

 Le petit musée des arènes.

Lorsqu'un torero est tué pendant la corrida, la tradition veut que l'on tue le taureau qui l'a encorné et sa mère, donc ils ont tué la vache qui a donné naissance au taureau, Islera, qui mit fin brutalement à la carrière de Manolete en 1947 afin qu’elle ne donne pas la vie à d’autres taureaux aussi agressifs, et sa tête naturalisée est exposée dans ce musée.

 Manolete, une légende en Espagne et le taureau qui l'a tué...

N'étant et de loin pas du tout fan de corrida, nous avons un peu de mal à comprendre cet engouement pour ces spectacles...on se sera contenter aujourd'hui de visiter des arènes vides...

A l'issue de cette visite, on se dirige vers la cathédrale pour faire un tour de ville en calèche, autre activité à ne pas manquer à Séville.

Une fois confortablement installés à bord de la calèche, le parcours à travers les rues peut commencer, au rythme du trot du cheval. On peut ainsi admirer les principaux monuments qui jalonnent l’itinéraire en écoutant les explications du cocher.

Séville regorge de constructions magnifiques. 

Le principal but de cette promenade étant une visite dans le parc de Maria Luisa.

Le Parc de María Luisa, véritable poumon de la ville, est le plus grand parc de Séville.

Ici on se trouve dans un lieu différent, où le temps semble s’être arrêté. Les magnolias, les palmiers, les rosiers et les haies méticuleusement soignées créent une atmosphère unique dans ce jardin qui appartenait jadis à la famille royale et qui est devenu l’un des endroits les plus populaires et les plus visités d’Espagne.

La place América, où la coutume veut que l’on s’arrête donner à manger aux centaines de colombes qui y ont élu domicile

La majestueuse place d’Espagne

La place forme un hémicycle de 200 mètres de diamètre, symbolisant l'Espagne accueillant ses anciennes colonies. Un bâtiment unique longe tout son côté arrondi. Au centre de la place se trouve une fontaine . Entre le centre et le palais coulent des canaux, en demi-cercle également. Quatre ponts les enjambent, représentant les quatre anciens règnes d'Espagne.

Panorama de la place d'Espagne (photo internet) 

Célèbre au cinéma, la place d'Espagne a servi de décor à une scène du film Star Wars : épisode II - L'Attaque des clones (2002), ainsi que comme quartier général de l'armée anglaise en Égypte dans le film Lawrence d'Arabie (1962). En 2012, elle figure également le palais du dictateur incarné par Sacha Baron Cohen dans le film The Dictator.

 Un des ponts décorés de céramique et un des 48 bancs longeant le palais

Après cette promenade très reposante, notre cocher nous ramène vers la cathédrale. Là, les cloches de la Giralda se mettent à sonner à tout va, très impressionnant…

Concert de cloches au retour à la cathédrale.

La nuit commence à tomber, on se met en quête d’un restaurant sympa… On se pose face à la cathédrale avec au menu paella et sangria…impeccable pour une dernière soirée à Séville.

Ambiance nocturne aux terrasses de Séville. 

Après le repas, on flâne un peu à la découverte de Séville by night…qui est très vivante la nuit, quand la chaleur est tombée…

Séville by night. 

Retour tardif à la maison pour notre dernière nuit en Andalousie.

Demain, nettoyage de la maison, rangement et bouclage des valises… et retour en France...

• • •

Vous avez aimé ce récit de voyage, vous vous êtes un peu évadé de votre quotidien ?

J'en ai publié plusieurs autres sur mon blog... N'hésitez pas à vous y rendre, éventuellement vous abonner ou me laisser des commentaires qui m'aideront à m'améliorer dans mes récits futurs.

Pour découvrir d'autres destinations de mes voyages ---> cliquer sur le lien ci-après :

https://www.myatlas.com/DidierHoudry

A bientôt …

• • •