NORMANDIE et COTE D'ARMOR

Une virée de quelques jours en Normandie, une première expérience en camping-car pour découvrir cette belle partie de notre France.
Mai 2009
2 semaines
4
1

Ce printemps 2009, nous avons décidé de louer un camping-car (une première) pour tester ce mode de vacances qui nous tente.

Première prise en main pour faire le trajet du loueur à notre domicile, sans problème, ce genre d’engin, contre toute attente, se conduit comme une voiture, si ce n’est avec un encombrement sensiblement plus important qu'une voiture...

Cette première approche étant faite, on charge le véhicule… eau, nourriture, vélos, vêtements, barbecue … Demain c’est le départ.

2

Départ... direction Etretat qui est notre première destination en Normandie.

Belles bâtisses normandes rencontrées en route.

Nous arrivons à Etretat dans l’après-midi. On se trouve un camping pas très éloigné du centre-ville ou on va s’installer pour la nuit.

Naguère modeste village de pêcheurs, Étretat est devenue une station balnéaire de renom. L'aspect extraordinaire et monumental de ses falaises de craie blanche presque immaculée et ses plages de galets grisâtres en ont fait un des lieux du tourisme international.

Les falaises monumentales d'Etretat 
Plages de galets 

Des peintres et des écrivains ont été des fidèles du lieu tandis que Maurice Leblanc, qui y vécut, contribua au mythe entourant le site dans une aventure d'Arsène Lupin (l'aiguille creuse).

Avec ses petites ruelles, son front de mer, ses petits commerces et son coucher de soleil sur les incroyables falaises, Etretat se révèle être une petite cité romantique que l'on doit impérativement découvrir.

 Certains verront la tête d'un éléphant trempant sa trompe dans les vagues...
3

Le lendemain, on quitte Etretat direction Arromanches via le pont de Normandie

Le pont de Normandie est un pont à haubans enjambant l'estuaire de la Seine, il relie le Havre (Seine-Maritime) à Honfleur (Calvados)

 Le pont de Normandie, que l’on aura vu sous une pluie battante.

Notre étape du jour, Arromanches.

Cette ville est restée célèbre comme lieu historique du débarquement, notamment pour le port artificiel qui y fut installé

C'est sur la plage d'Arromanches que, lors du débarquement de Normandie, immédiatement après le jour J, les Alliés établirent un port artificiel provisoire afin de permettre le débarquement de matériel lourd, le port fut mis en service le 14 juin.

Les Britanniques construisirent d'énormes caissons flottants en béton, les "Phoenix" qui après avoir été remorqués d'Angleterre devaient être assemblés en les coulant afin de former des quais et jetées formant et délimitant un port artificiel, le Port Mulberry, comprenant des pontons reliés à la terre par de véritables chaussées flottantes.

 Le port Mulberry en juin 1944...

Et les vestiges des caissons "phoenix" encore visibles aujourd'hui qui témoignent de leur solidité.

Visite du musée du débarquement.

Ce musée relate l’histoire de cet incroyable défi que fut la construction et l’exploitation de ce port, clé de la victoire des Alliés en Normandie. Outre l’explication du fonctionnement du port artificiel, une collection de quelques 2000 objets participe à l’évocation et à l’hommage rendu aux soldats des nations ayant pris part au Débarquement. Un alignement de maquettes, un diaporama et un film d’archives viennent souligner l’ampleur de l’exploit logistique et stratégique réalisé par les Alliés. Les vestiges du Port Winston, visibles depuis le musée, témoignent de l’envergure exceptionnelle de cette opération.

Le musée du débarquement 

Après le musée, direction Omaha Beach.

Omaha Beach est l'appellation utilisée par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale pour désigner l'une des cinq plages du débarquement de Normandie. Affectée aux troupes américaines, elle est celle où les Alliés perdirent le plus de troupes ce qui lui vaut le surnom de « bloody Omaha » (Omaha, la sanglante) ou encore « the Beach of blood ».

Cette plage est un lieu de mémoire important de la Seconde Guerre mondiale

Voici les Braves d'Omaha Beach, monument en hommage aux hommes ayant perdu la vie sur cette plage. 

Cette plage est un lieu de mémoire important de la Seconde Guerre mondiale, avec le cimetière américain de Colleville-sur-Mer.

Inauguré officiellement en 1956 avec son mémorial, ce cimetière honore les soldats américains morts pendant la bataille de Normandie. Cette nécropole de 70 hectares est installée sur les hauteurs qui surplombent la plage d'Omaha Beach. Le littoral à cet endroit est protégé.

Dans le cimetière sont enterrés les corps de 9 388 personnes 

Toutes ces personnes sont principalement décédées le jour du débarquement ou dans les semaines suivantes en Normandie, principalement au combat. 14 000 dépouilles, d'abord inhumées en Normandie, ont été rapatriées aux États-Unis, à la demande de leurs proches. Près du monument mémorial, dans le « jardin des disparus », se trouvent les noms de 1 557 soldats disparus.

Deux des frères Niland, dont l'histoire a inspiré Steven Spielberg pour écrire le scénario du film Il faut sauver le soldat Ryan, sont aussi enterrés ici.

Des tombes de personnalités connues...  

Et de très nombreuses tombes de morts moins connus... mais non oubliés des vivants...

Le territoire du cimetière est une concession perpétuelle faite par la France aux États-Unis, comme il est d'usage pour tous les cimetières militaires relatifs aux deux guerres mondiales.

• • •

Ensuite nous nous rendons au cimetière allemand de La Cambe, situé à quelques kilomètres du cimetière américain.

En 1954, à la suite de l'accord franco-allemand sur les tombes de guerre, il fut décidé de faire du site de La Cambe l'un des six cimetières allemands de Normandie. Le cimetière, d'une superficie de 7 hectares fut achevé en 1961. 21 222 soldats allemands tombés lors des combats de juin à août 1944 au cours de la bataille de Normandie y sont enterrés.

Le tumulus central du cimetière, dominé par une grande croix de lave de basalte de 5 mètres de haut, regroupe 207 soldats inconnus et 89 soldats identifiés dont les noms sont gravés sur des plaques se trouvant au pied de celui-ci.

 Vue générale et  la stèle centrale  

Aménagé et entretenu par l'association des familles allemandes, le site offre un contraste saisissant avec le cimetière des Alliés. Au sol, de simples plaques carrées placées sur la pelouse indiquent les sépultures de 21 300 soldats allemands.

Après visites de ces lieux de mémoire indissociables de l’Histoire, nous quittons la Normandie pour la Manche, direction le Mont Saint Michel.

• • •



4

L’architecture du Mont-Saint-Michel et sa baie en font le site touristique le plus fréquenté de Normandie . Élément majeur, l'abbaye et ses dépendances sont classées au titre des monuments historiques; la commune et la baie figurant depuis 1979 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

L'abbaye et les remparts 

Une visite de l'abbaye est incontournable lors d'un passage au Mont St Michel...

La baie du Mont-Saint-Michel est le théâtre des plus grandes marées d’Europe continentale, jusqu’à 15 mètres de marnage, différence entre basse et haute mers. La mer rejoint ensuite les côtes « à la vitesse d’un cheval au galop », comme le dit l’adage.


les marées impressionnantes du Mont St Michel. 

Le Mont-Saint-Michel a longtemps « appartenu » à quelques familles, qui se partageaient les commerces de la commune, et se succédaient à l’administration du village. Le tourisme est en effet la principale, et même quasi unique source de revenus de la commune.

On compte une cinquantaine de commerces pour 3 millions de touristes, alors que seulement 25 personnes dorment chaque soir sur le Mont (moines inclus) hormis dans les hôtels.

Il est particulièrement agréable de flâner dans ce village magnifique.

Les ruelles sont très animées 

A l'heure du repas, un passage obligatoire au Mont Saint Michel, l’omelette de la Mère Poulard… mais attention il vaut mieux réserver très vite.

Cette fameuse omelette, mondialement connue, est faite d’œufs et de crème fraîche, abondamment battus en neige dans une bassine de cuivre avec un long fouet sur un rythme spécial que peuvent entendre les passants avant d’être cuite dans une poêle de cuivre sur un feu de bois.

On se presse chez la Mère Poulard. Princes, artistes, hommes politiques, personnalités de tous horizons conjuguent leurs louanges dans le livre d'or qui comporte plus de quatre mille signatures.

 Les murs des différentes salles de restaurant sont totalement recouvert d’autographes de célébrités du monde entier

Dont certaines sont très prestigieuses pour cet établissement...

A l'issue de cette visite de ce site emblématique, on reprend la route dès le lendemain, direction St Malo.

• • •
5

Sur la route, on peut admirer quelques belles bâtisses Bretonnes.

Un moulin et une belle ferme bretonne comme on en rencontre pas mal ici. 

Vaisseau de pierre sur l'embouchure de la Rance, Saint-Malo dresse fièrement ses remparts au-dessus de ses plages et de son port. Les façades et tours émergeant des fortifications donnent à la ville sa silhouette unique. Pour aborder la cité malouine, le chemin de ronde offre des vues imprenables !

Vue générale de Saint Malo (photo glanée sur internet)  

On se promène une grande partie de la journée dans cette ville de marins.

Les remparts 

L'époque des corsaires est révolue, mais les Malouins sont restés fidèles à leurs illustres ancêtres...

Statues de Robert Charles Surcouf  et de Duguay-Trouin

Robert Charles Surcouf (12 décembre 1773 - 8 juillet 1827 ) Marin intrépide, il harcelera sans répit les marines marchandes et militaires britanniques. Ses multiples exploits dans ce domaine lui vaudront à la fois la gloire - il sera nommé membre de la Légion d'honneur - mais aussi la fortune. Devenu armateur, il ne cessera d'accroître cette dernière. S'étant embarqué dès l'âge de 13 ans entre désir d'aventures et besoin d'argent, Robert Surcouf pourra se flatter, à la fin de sa vie, d'être un des plus riches et puissants armateurs de Saint Malo doublé d'un prospère propriétaire terrien de 800 hectares .

René Trouin, sieur du Gué, dit Duguay-Trouin, né le 10 juin 1673 à Saint-Malo et mort le 27 septembre 1736 à Paris. Né dans une famille d'armateurs malouins, il commence sa carrière en 1689 et reçoit, dès 1691, le commandement d'un navire. Son courage, le respect qu'il a gagné auprès de ses hommes, ainsi que ses victoires contre les Anglais et les Hollandais au cours des deux dernières guerres de Louis XIV lui ont assuré une ascension très rapide dans la hiérarchie maritime. Ses campagnes sont parmi les plus belles de l'histoire navale française.

Après cette visite de ce haut lieu de l'histoire de la Marine Française, on reprend la route direction Perros Guirec, la cote de granit rose…

• • •
6

Perros-Guirec est située dans un site naturel protégé, au milieu d'un paysage insolite où la terre et la mer sont parsemées de rochers de granit rose aux formes découpées par le vent.

En dehors de sa couleur caractéristique, la côte est parsemée d'amas chaotiques dont le fleuron est le sentier des douaniers qui part de la plage de Trestraou (Perros-Guirec) et aboutit à l'anse Saint-Guirec à Ploumanac'h. Un paysage surnaturel de blocs granitiques aux formes insolites, s'étendant sur près de 9 km.

Il n'existe que trois côtes de granite rose dans le monde, une en Bretagne, une en Corse et une en Chine, ce qui en fait donc une destination à découvrir impérativement lors d'une visite dans la région.

La randonnée du sentier des douaniers ne comporte aucune difficulté. Le site est grandiose et la végétation est luxuriante.

Certains amoncellements de rochers portent des noms en rapport avec leurs formes: le rocher des amoureux, la bouteille, la sorcière, la tortue...

La palette du peintre...l'hippopotame et la tête de la baleine (photos récupérées sur internet) 

On termine cette promenade par « le chapeau de Napoléon »

Dominant la plage, ce rocher de forme originale, faisant penser au célèbre bicorne de Napoléon, a été associé à la Libération de la France en 1945.

Le 3 août 1945 à 18 heures, la BBC lance : ‘Le chapeau de Napoléon est-il toujours à Perros-Guirec ?’ Ce message revêt une importance extrême car il donne l’ordre de l’insurrection générale pour empêcher l’arrivée des renforts allemands sur le front de Normandie.

Plaque commémorative sur le site 

Voila, c’est ici que se termine notre périple en Normandie….c’était bien sympa et le temps aura été très acceptable ... en effet, contrairement aux idées reçues, il ne pleut pas tous les jours dans cette partie de la France.

• • •

Vous avez aimé ce récit de voyage en France , vous vous êtes un peu évadé de votre quotidien ?

J'en ai publié plusieurs autres sur mon blog, dans d'autres contrées disséminées aux quatre coins de la planète... N'hésitez pas à vous y rendre, éventuellement vous abonner ou me laisser des commentaires qui m'aideront à m'améliorer dans mes récits futurs.

Pour découvrir d'autres destinations de mes voyages ---> cliquer sur le lien ci-après :

https://www.myatlas.com/DidierHoudry

A bientôt …