Escapade à MARRAKECH

Une semaine pour découvrir la "ville ocre"
Août 2014
8 jours
1

Avec l'été pas terrible que nos avons cette année 2014, nous nous réjouissons de faire une petite parenthèse à Marrakech pour y découvrir cette ville que nous ne connaissons pas en espérant y trouver en plus le soleil qui nous manque chez nous cet été...

Le Maroc est un pays encore inconnu pour nous, et cette année nous avons opté pour la découverte de Marrakech, la ville ocre, au pied des montagnes de l' Atlas.

Marrakech, la ville ocre et l' Atlas en arrière plan 

Après un court vol...et une magnifique vue sur le détroit de Gibraltar...

Survol du détroit de Gibraltar 

atterrissage à Marrakech ou l'on découvre en premier lieu le magnifique aéroport , flambant neuf .

C'est maintenant que commence notre séjour à Marrakech...

2

Nous regagnons notre ryad situé au coeur de la Médina.

Ryad qui veut dire jardin en arabe, est une forme d'architecture traditionnelle du Maroc ( maison, hôtel, restaurant, palais...) à l'origine situé dans les médinas. Les ryads sont entièrement fermés sur l'extérieur par des hauts murs neutres et austères avec un minimum d'ouverture pour se protéger de la chaleur et des bruits de la rue.

Les ryads s'organisent autour d'un patio naturellement frais, inspiré des oasis, et est généralement planté d'arbres , de verdure et doté de bassins rafraichissants...

La pièce d'eau est une piscine plantée dans un jardin de 5000m2 ...un petit paradis. 

L'habitat traditionnel du Maroc, en particulier les ryads anciens, est un trésor culturel. Sous leur forme actuelle, ils sont une représentation temporelle musulmane du paradis

Le contraste entre le confort feutré du ryad et la Médina est saisissant...A peine la porte franchie, on est immédiatement immergé dans l'ambiance du Marrakech authentique...pour notre plus grand bonheur.

La Médina a été classée comme patrimoine mondial de l'humanité en 1985. Son architecture n'a pas changée depuis le XVII ème siècle. La médina constitue le centre historique de Marrakech, elle date du 11eme siècle, mais elle a été détruite puis reconstruite.

Au 12ème siècle, des murailles hautes de 8m furent construites, elles entourent encore la médina sur près de 19 Km.

 La mosquée El Mansour et les remparts de Marrakech
D'innombrables cigognes squattent les remparts de la Médina 

Marrakech est nommé la ville rouge. Presque tous les édifices, bâtiments, maisons sont ocres, faits de terre, de chaux et montés sur une armature en bois.

Dans la Médina le vie est très colorée...

Une multitude de couleurs sur fond ocre. 

De plus on y fait des rencontres locales typiques... Notamment des Gnawas qui sont à l'origine des descendants d'anciens esclaves noirs issus d'Afrique noire (Sénégal, Soudan, Ghana, Guinée...) du Maghreb.

Une visite des Tombeaux Saadiens est incontournable lors d'un passage dans la Médina.

Ces tombaux datent de l'époque du grand sultan Ahmed al-Mansur Saadi (1578-1603). Le mausolée abrite les corps d'une soixantaine de Saadiens, dont Al-Mansour, ses successeurs et sa famille.

L'édifice est composé de trois salles. Le mausolée le plus prestigieux est la salle des douze colonnes. Cette salle abrite la tombe du sultan fils Ahmed El Mansour.

À l'extérieur, se trouvent les tombes des soldats, des serviteurs et un jardin .

Les tombes des soldats 

En sortant des tombeaux, on arpente les ruelles pour aller visiter le Palais de la Bahia qui est situé dans la médina le long de la bordure nord du quartier Mellah, le quartier juif de Marrakech.

Le Palais de la Bahia n'est pas un haut lieu historique comme les autres monuments qui peuplent Marrakech.

En revanche, le site est reconnu pour la richesse de son architecture. Sa construction est récente, 19ème siècle, et fut inspirée des styles arabe et andalou.

Les fondations du palais apparurent en 1880 sous la volonté du vizir Sidi Moussa, à la tête du royaume marocain. Ce dernier souhaitait la construction d'une résidence luxueuse pour le plaisir d'une de ses compagnes. Il offrit alors un palais composé d'environ 160 chambres! Ceci fournirait donc une explication au nom du monument signifiant "palais de la belle"...

Richesses des décorations intérieures... 

Outre la richesse des décorations de ce palais, on est très surpris de constater qu’ici comme partout ailleurs dans la Médina, les chats sont très présents…il en a partout, alors que les chiens sont très rares.

 Elle n’est pas belle  la vie de chat a Marrakech ?

Dans le Coran, il est dit que le prophète Mahomet aurait préféré abandonner un morceau de son vêtement plutôt que réveiller son chat "Muezza" qui dormait dessus.

Il le remercia alors par une révérence et Mahomet accorda aux chats le don de toujours retomber sur leurs pattes, on prétend même que Mahomet "aimait" tellement son chat qu'il le prenait dans ses bras pour aller prier à La Mecque.

L'Islam interdit de tuer les chats et ces animaux sont d'ailleurs libres d'entrer dans les mosquées et sont très respectés des musulmans.

Le chat est assuré de trouver sa place au Paradis musulman."

• • •

De nuit, l'ambiance de la vieille ville n'est pas moins trépidante...le soleil tombé, ça grouille de monde…Comme dans tous les pays ou il fait très chaud, il y a une vie nocturne très importante…

• • •
3

On quitte la médina par la porte Bab Agnaou...Ce Bab, le plus élaboré des portes de Marrakech, a servi d’entrée du palais de la médina et semble avoir été conçu pour des raisons plus esthétiques que militaires. La porte a été construite au 12ème siècle.

 La porte Bab Agnou, la porte royale.

Passé cette porte on se dirige vers la place Jemaa El Fna (en français : place des trépassés), cette très célèbre place publique mythique de Marrakech, haut-lieu traditionnel, populaire et animé attire tous les visiteurs de la ville.

Aux abords de la place, une cohorte de calèches attendent...ce moyen de locomotion est très prisé à Marrakech par les touristes.

les calèches...omniprésentes à Marrakech. 

Véritable cour des miracles, aux portes des souks, proche de la mosquée Koutoubia et du palais royal, cette place est une des principales attractions traditionnelles et historiques du tourisme au Maroc. Elle est animée d'une importante vie populaire de la fin de l'après midi jusqu'à l'appel à la prière à l'aube.

 Panorama de la très célèbre Place Jemaa El Fna.

La première attraction sur cette fameuse place est la présence de « porteurs d’eau » Un vieux métier reconverti en attraction touristique. Impossible de passer à côté de ceux que l’on appelle également «guerrabas», sans les voir. En particulier, grâce à leur large chapeau de paille, tissé de laine multicolore et cerné de pompons, où le rouge et le vert dominent, comme sur le drapeau national. Au même titre que les arracheurs de dents, les conteurs et les charmeurs de serpents, ils sont là pour le cachet traditionnel de la place Jamaâ El Fna…

 Le guerrab d’aujourd’hui gagne sa vie en posant pour les touristes 

Les porteurs d’eau le disent eux-mêmes, ce métier est avant tout une fierté. Souvent transmis de père en fils, ils se sentent investis d’une mission, celle de préserver ce noble métier, qui tend à disparaître. L’outre, le chapeau et les gobelets sont un héritage précieux, qui vaut plusieurs milliers de dirhams, et que tous souhaitent à leur tour pouvoir transmettre aux plus jeunes. A condition bien sûr que le métier continue de rapporter assez d’argent pour vivre. Avec le temps et les changements d’habitudes des citoyens, les «guerrabas» gagnent principalement leur vie en posant sur les photographies des touristes.


Une reconversion qui permet à ces hommes en rouge d’être toujours présents dans le paysage traditionnel de la ville.


Un peu plus loin ce sont des « tatoueuses au henné » qui attirent les touristes… Le Henné, une tradition sociale qui date de l'antiquité.

Forme de tatouage varié et éphémère, le rituel du Henné se présente comme un phénomène à la fois esthétique et médicinal.

Tatoueuses au henné 

Puis partout sur la place d’autres activités de toutes sortes ... mais pour être tout à fait franc, ça respire le piège à touristes...

Depuis le Moyen-Âge, des montreurs de serpents et de singes s’y produisent. Avec l’arrivée massive des touristes, ces pratiques exotiques et folkloriques se sont développées, mais restent discutables...humainement parlant, ce qui est régulièrement dénoncé par la communauté scientifique qui évoque tout d’abord le cas des serpents, souvent en voie d’extinction : "Ils sont sourds et n’entendent pas la musique". Le charmeur de serpent n’est donc qu’un leurre qui repose en fait sur le simple comportement défensif de l’animal qui se dresse face à la menace.

 Les pseudos « charmeurs de serpents » de Jemaa El Fna

Les scientifiques dénoncent également le sort des singes qui n'est pas plus enviable, ces animaux seraient souvent maltraités et drogués pour les contraindre à amuser docilement les touristes contre quelques euros.

Des montreurs de singes…activité pour le moins discutable… et qui dure depuis des années...

Mais heureusement il y a beaucoup d’autres centres d’intérêt qui ne sont pas forcément des attrapes nigaud dans cette cour des miracles…

Entre autres, d’innombrables vendeurs d’oranges pressées.

 Jemaa El Fna, probablement la capitale mondiale de l’orange pressée.

Des marabouts et autres guérisseurs, des diseuses de bonne aventures, des saltimbanques et toutes sortes de charlatans ont leur place ici…Il semblerait que l’on peut même trouver des arracheurs de dents…

Et bien sur toutes sortes de musiciens et danseurs sont également présents.

Jemaa El Fna est envoûtante et représente un réel théâtre de plein air à Marrakech. Des marchands ambulants s'installent aux portes des souks attenants ...On trouve a peu près tout et n'importe quoi.

Mais c'est le soir que la place devient impressionnante...

Au coucher du soleil et au fur et à mesure que l'animation devient plus intense, une odeur de friture, de brochettes de viande ou de poisson grillé s'empare de la place où viennent s'installer de petits restaurants ambulants : Jemaâ el-Fna se transforme en un immense restaurant à ciel ouvert.

 Le soleil se couche, changement d'ambiance sur la fameuse place...

Dès lors on peut y déguster de plats typiques marocains, des grillades, des méchouis et même des escargots ou du ragoût de mouton dont les têtes sont appréciées par les marocains.


 Un véritable spectacle vivant, et on y va fort sur la pub...
Escargots et têtes de moutons, très prisés des marrakchis. 

La place Jemaâ el-Fnaest est incontestablement le lieu le plus vivant de la ville et rassemble tout autant les touristes que les locaux ! on ne peut pas visiter Marrakech sans s'immerger quelques temps dans cet endroit mythique.

• • •
4

A 300 m de la place Jemaa el Fna se situe la mosquée Koutoubia, ou mosquée des libraires, est l’édifice religieux emblématique de Marrakech. Son nom vient du fait qu'elle se situait dans le souk des marchands de manuscrits...

 La Koutoubia

Malheureusement la mosquée étant exclusivement réservé aux musulmans, elle ne peut pas être visitée, mais seulement admirée. Avec plus de 70 m de haut, elle couvre 5200m² et compte 7 nefs et 11 coupoles sculptées. C’est la fierté des habitants de Marrakech.

Pour suivre cette observation, il est obligatoire de se rendre dans légendaires souks qui se trouvent derrière la place Jemaa el Fna... Ce sont une multitude d'échoppes et d'ateliers artisanaux, organisés par quartiers et par métiers et regroupent plus de 2600 artisans marocains pour une vingtaine de corporations. Attention à ne pas se perdre dans ces véritables labyrinthes.

ici on déambule dans les "boutiques", en alternant babouches, lampes en métal découpées,épices, et toutes autres marchandises hétéroclites…On a du mal à imaginer que tous ces objets se vendent…ils regorgent d'objets de toutes sortes et leur agencement, apparemment chaotique, est particulièrement soigné et photogénique.

Dans les souks on peut tout trouver...
Même des serrures et des cadenas....entre des pigments, des épices ou des olives... 

En somme, c’est une réelle explosion de couleurs qui nous tend les bras dans ces lieux pittoresques et envoûtants. Ici pas de prix affichés...tout ce marchande comme le veut la coutume Marocaine.

Quand on est plongé dans les souks, une halte dans une herboristerie est inévitable...Outre le laïus habituel destiné nous vendre des épices , du thé et tout une gamme de produits dont la qualité est souvent très moyenne, on a souvent une explication intéressante sur la fabrication traditionnelle et ancestrale de la fameuse huile d’argan, grande spécialité du Maroc :

Intérieur d'une herboristerie et la fameuse huile... 

Les fruits sont ramassés et séchés au soleil. les fruits secs sont dépulpés et les noyaux concassé entre deux pierres par les femmes Berbères. Les petites amandes à l'intérieur dites "amandons" sont triées puis torréfiées dans un plat en terre sur un feu de bois alimenté par les coques du fruit. Ces amandons grillés sont ensuite écrasés en pâte à l'aide d'une pierre tournée à la main dite "moulin à bras traditionnel". Cette pâte est alors malaxée toujours à la main en ajoutant de l'eau tiède jusqu'à ce que l'huile s'extrait et surnage progressivement de la pâte. L'huile est recueillie et mise dans des récipients de fortune. Ce procédé est extrêmement consommateur en temps. L'extraction d'un litre d'huile nécessite 10 à 12 h de travail.

Le "moulin à bras traditionnel" ...attraction touristique essentiellement...

Une immersion dans les souks est incontestablement à faire lors de tout séjour à Marrakech... de même qu'une visite à la Mamounia.

La Mamounia est le plus bel hôtel de Marrakech. Il fait face aux montagnes de l'Atlas et est au cœur de la vieille ville. Comme la mosquée de la Koutoubia, les souks ou la place Jemaâ-El-Fna, ce palace est un lieu « mythique » et incontournable de la ville.

Bienvenu à la Mamounia 

Il n'est pas nécessaire d'être client de ce palace pour y pénétrer ... seule une tenue correcte est exigée... et une promenade dans les jardins est un réel enchantement.

 les jardins.

Composés d'oliviers, de palmiers, de rosiers, de jacarandas, d'orangers, de pins d'Alep, de bougainvilliers, de lauriers-roses et, ainsi qu'une allée de 80 cactus, les jardins occupent une surface de huit hectares.

Les jardins, une oasis au milieu de la ville... 

Le minaret de la Koutoubia, ainsi que les sommets enneigés de l'Atlas, sont visibles au-delà des jardins.

Le minaret de la Koutoubia vu des jardins de la Mamounia.

Tant qu'a visiter ces jardins, il est très agréable d'y déguster un thé ... cette spécialité est un vrai délice.

Le thé, à déguster sans réserve... 

Avant de quitter ce magnifique endroit, en déambulant dans les salons, on ne peut que s'extasier des peintures des plafonds...notamment une fresque de Majorelle .

Plafond peint par Jacques Majorelle,  en 1923 (rénové depuis)

Une parenthèse à la Mamounia... une petite pause luxe qui contraste avec la médina le temps de quelques minutes .

• • •
5

La Ménara est un vaste jardin planté d'oliviers à environ 45 min à pied de la place Jamaa El Fna,. Au cœur de ce jardin, un grand bassin au pied d'un pavillon sert de réservoir d'eau pour irriguer les cultures. C'est un endroit très paisible, à l'écart du tumulte de la ville. C'est donc un lieu privilégié pour les promenades.

A l’origine, le bassin avait été créé pour irriguer en eau la grande oliveraie des jardins de la Ménara. Toujours en état de marche, elle remplit toujours cette fonction, comme à ses débuts, il y a plus de 700 ans, en acheminant l’eau des montagnes distantes de 30 kms, mais bien visibles à cet endroit : c’est l’Atlas.

Les oliviers de la Ménara et l'Atlas en arrière plan 

La Ménara est une véritable oasis de verdure au cœur de la bouillonnante Marrakech

• • •

A quelques kilomètres seulement au nord de la Médina, la Palmeraie est à voir lors d’un séjour à Marrakech. Entre nature et modernité, elle attire beaucoup de touristes pour des raisons diverses. En effet, visiter la Palmeraie de Marrakech est avant tout l’occasion de rencontrer la faune et la flore marocaine, en se perdant au milieu de près de 100 000 palmiers.

Mais l’attraction la plus commune qui ravira les plus petits est la promenade à dos de chameau...

Actuellement, la palmeraie est considérée comme étant une zone de luxe ; elle est au centre d’un complexe urbain qui compte des résidences, des hôtels et des terrains de golf. Pour le moment, la palmeraie conserve encore son ambiance mystique...mais pour combien de temps ?

• • •

Autre lieu à voir ici, le jardin Majorelle. Il s'agit d'un jardin botanique touristique inspiré de jardin islamique d'environ 300 espèces sur près d'un hectare et un musée de la culture berbère.

Il porte le nom de son fondateur, l'artiste peintre français Jacques Majorelle (1886-1962), qui l'a créé en 1931. Acheté par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en 1980, il appartient à ce jour à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent.

En 1919 le peintre français Jacques Majorelle (1886-1962) s'installe dans la médina (durant le protectorat français au Maroc) puis il achète une palmeraie et en 1931, il fait construire sa villa.

Villa de style art déco d’une étonnante modernité, inspirée de l'architecte Le Corbusier.

Amoureux de botanique, il crée son jardin botanique inspiré de jardin islamique avec la luxuriance d'un jardin tropical autour de sa villa. Structuré autour d'un long bassin central, avec plusieurs ambiances variées, où se nichent des centaines d’oiseaux. Ce jardin est une œuvre d'art vivante en mouvement, composé de plantes exotiques et d'espèces rares qu'il rapporte de ses voyages dans le monde entier : cactus, yuccas, nénuphars, lotus, nymphéas, jasmins, bougainvillées, palmiers, cocotiers, bananiers, bambous, caroubiers, agaves, cyprès ... et orné de fontaines, bassins, jets d'eau, jarres en céramique, allées, pergolas ...


En 1937 l'artiste crée le bleu Majorelle, un bleu outremer / cobalt à la fois intense et clair dont il peint les murs de sa villa, puis tout le jardin pour en faire un tableau vivant qu'il ouvre au public en 1947.

Le célèbre bleu Majorelle. 
• • •
6

Enfin lors d'un séjour à Marrakech, on peut difficilement échapper à un diner-spectacle...Un célèbre complexe touristique se situe au centre de la palmeraie de Marrakech. On nous vante une soirée traditionnelle Marocaine avec le charme de la Fantasia…


Tout en ayant dégusté auparavant les délicieuses spécialités de la cuisine berbère…En fait cela tient plus du parc d’attraction que de l’authenticité....

Il faut reconnaître que le cadre est magnifique…

 … mais cela reste un décor style Disney au pays des milles et une nuits...

La nourriture est excellente mais trop copieuse…


Le méchoui en entrée est parfait, suivit d’un couscous très acceptable, cela fait trop, heureusement la salade de fruits frais c’est plus léger pour terminer ce repas

Couscous plus méchoui...ça fait beaucoup. 

Après le repas on assiste à la Fantasia…spectacle cher aux marocains qui raffolent de ces soirées…en tout cas en ce qui concerne les plus aisés d’entre eux.

La Fantasia c’est le sport arabe qui réunit l’équitation, la chasse et la guerre. Divertissement au cours duquel des cavaliers marocains lancés au galop déchargent leurs armes en poussant des cris et en exécutant différents tours. Au Maroc, elle fait partie du patrimoine culturel, c’est devenu une tradition tribale, rurale et religieuse. Elle peut être exécutée pour entretenir le folklore et dans un but touristique.

La fantasia, un spectacle qui manque un peu d’authenticité 

Pour terminer cette soirée, l'immanquable danse du ventre et le feu d'artifice final...

Musique, danse du ventre et feu d'artifice...les marocains adorent... 

Ce spectacle, très arrangé « touristes » ne nous laissera pas un souvenir impérissable, mais cela reste malgré tout à voir lors de tout séjour à Marrakech.

• • •

Voila pour ce passage à Marrakech...une belle destination pas très loin de chez nous...à visiter sans hésiter...

• • •

Vous avez aimé ce récit de voyage, vous vous êtes un peu évadé de votre quotidien ?

J'en ai publié plusieurs autres sur mon blog... N'hésitez pas à vous y rendre, éventuellement vous abonner ou me laisser des commentaires qui m'aideront à m'améliorer dans mes récits futurs.

Pour découvrir d'autres destinations de mes voyages ---> cliquer sur le lien ci-après :

https://www.myatlas.com/DidierHoudry

A bientôt …

• • •