Carnet de voyage

Corée du Sud

6 étapes
15 commentaires
67 abonnés
Dernière étape postée il y a 738 jours
K-trip
Octobre 2018
45 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 8 novembre 2018

Arrivée ici par hasard, grâce aux hubs aériens (voir nos tribulations de sortie de Mongolie car nous ne ferons pas celles du chinois en Chine), notre petite famille ne finit pas de s'émerveiller des hasards de la vie ! Un voyage qui n'est donc absolument pas préparé, ni envisagé !

La carte est centrée sur la Corée 

Immergés dans un tourbillon de K-pop K-beauty K-food... bref voici le debut bien difficile de notre K-trip !

Mais d'abord qu'est-ce ce que c'est que cette façon de mettre des K partout ? Et bien un grand K pour Korea dans tout ce qui vient d'ici et qui y est spécifique... c'est ainsi que nous découvrons, un peu éberlués je dois bien le dire, les différents Ktypes.... et de découvrir aussi qu'il y en a certains qui sont trés connus en France. La K-pop par exemple a beaucoup de fans dans l'Hexagone. En tout cas, cela plait beaucoup aux zagziguettes 😅. (Pssst ! Pour les vieux comme nous, il y a des tutos sur you tube qui explique ce qu'est la Kpop 😄)

Alors, nous voici, après deux vols, débarqués dans Séoul, 3ème mégapole du monde... Le coût de la vie nous cause un choc. Il est à peu près le même qu'en France. Donc, nous devons choisir judicieusement nos activités. Or, cela ne manque pas dans cette capitale débordante de choses à decouvrir et à faire. Et nous sommes un peu perdus car nous n'avons pas du tout "potassé" sur la Corée. Vous allez rire lorsque je vais vous reveler ce que j'en connais : la chanson "Si tu vas à Séoul...( titre "Sprint")" de Ludwig Von 88 😍 aaaah quand j'étais jeune une petite période punk😊 ; le plus récent "Gangnam style" de Psy (d'ailleurs on a découvert que c'était le nom d'un quartier), la guerre de Corée qui a abouti à la séparation du pays en deux dans les années 50 ! Pour moi, on a fait le tour !

Jéjé connaissait en plus les marques Samsung, LG, Hyundai et Kia. Pour ma part, je ne savais pas qu'elles étaient coréennes... 😂

Comme d'habitude, nous commençons par nous promener autour de chez nous et cette fois c'est réellement avec le nez tout à fait en l'air car il n'y a ni trous, ni trottoirs défoncés ici.

Oups, quel choc. Là où en Mongolie, il n'y avait pas de règles établies ; La circulation bien que dense n'est pas chaotique. Là où, hier encore, il fallait s'élancer de la chaussée ; ici, il faut veiller à bien se mettre à droite... Même les passages piétons sont coupés en deux parties ! Attention, amis voyageurs fumeurs, moult endroits sont interdits dans la rue et comme tout est sous vidéo surveillance... Bref, plein de règles surgissent de toute part et comme on est vierge d'infos sans avoir de Holly book lonely planet.... Ça fait beaucoup !

On passe devant des restos de barbecue d'on ne sait pas de quoi. Ils sont intégrés dans les tables, elles mêmes surmontées d'un conduit d'évacuation de fumée... Mmmm... Prometteur ! Ou alors, des plats en plastiques, avec des aliments façon dinette d'enfant, sont présents dans les devantures de restaurants pour certains ; d'autres encore sont cachés derrière les aquariums où s'entassent poissons, poulpes, crustacés... et puis il y a la majorité des restaurants où tout est écrit en coréen, sans photo... et là, c'est dur dur pour nous !

Alors, toujours perdus dans cette méga-cité, ne sachant où aller pour que la cuisine ne soit pas trop pimentée (et on peut vous dire qu'ici c'est très très TRES pimenté 😤), nous avons découvert PARIS BAGUETTE (une chaîne de magasin) ! Évidement, ce n'est pas du tout K-food mais on a eu l'impression de faire bondir notre coeur directement relié à notre estomac 🤗! Revigorés par notre BAGUETTE quotidienne croustillante (à 3000 wons, soit 2€40), nous avons écumé quelques quartiers de cette tentaculaire ville.

Découverte de Seoul par De Zag en Zig au prochain article !

D'ici là, portez vous bien et voyageusement vôtre !

10000₩on = 8€ . Il y a des pièces de 10centimes aussi ?!?
2
2
Publié le 12 novembre 2018


POUR INFO: il y aurait eu un bug sur la newsletter des 2 derniers articles sur la Mongolie. Allez vite lire la fin chaotique.

Notre quartier, Yeongdeugpo-gu station Dangsan, a été choisi un peu par hasard.

Nous n'avions pas le temps de décrypter le fonctionnement de ce gigantesque ensemble urbain… Alors, on a utilisé plusieurs critères : un prix max quotidien (un coup d'oeil rapide entre booking et Air bnb permet de se faire une idée des prix par nuitée en fonction de ce que l'on cherche) ; la proximité d'au moins une voire deux lignes de métros ; pas de fêtards mais un quartier ou les gens normaux vivent plutôt en famille. Un petit coup d'œil pour confirmer notre impression sur la sympathique appli neighborhood (allez jeter un oeil elle fonctionne aussi en france).

Notre quartier. Notre 2ème resto coréen....Burger King! On est sauvé, elles mangent

S'en suit une longue dépouille des annonces et comme à 4, un appartement nous revient au même prix, voire moins cher que quatre lits en dortoirs… Nous avons donc réservé un appartement d'une pièce avec mezza, un must à Seoul ou le m2 est précieux. Bien décidé à faire travailler les enfants pour retourner à notre vie « normale » de nomade tourdumondistes, nous prévoyons de faire la classe le matin et de visiter l'après-midi.

Voilà, ça c'est l'idéal. La réalité, c'est autre chose.

On ne se rend pas compte des gigantesques temps de déplacements, des énormes rando urbaines que l'on décide en se disant que c'est tout à coté sur notre plan, de la fascination chronophage qu'exerce sur nous cette cité… ou plutôt devrais je dire ces cités car Seoul à de multiples visages, dont je suis sûre que de nombreuses facettes nous restent encore méconnues.

Prochaine évolution de l'Humain: des pouces et un cou plus longs. Métro propre! Un choc quand ils vont à Paris. Concert en gare

Ne pas s’éparpiller est une gageure lorsque l'on n'a rien préparé. Réprimer ses envies de tout découvrir me frustre terriblement. L'urbanisation démentielle à perte de vue est anxiogène pour monsieur. Des envies uniques de jouer dans leur mezza ou dans un des nombreux parcs : VOICI le seul leitmotiv de ces demoiselles.

Ce tableau de nos humeurs respectives dépeint une sorte d'ambiance familiale lourde, que tous les voyageurs au long cours experimentent mais dont on parle rarement. Ayant déjà une expérience dans ce domaine, on se recentre sur les enfants… On va découvrir un Seoul essentiellement pour elles, avec le cote ludique… faire en sorte que nos orages n’éclatent pas trop fort… et surtout prévoir une étape suivante loin de la ville quelqu'elle soit, pour nous recentrer, nous ressourcer…

Ainsi, nous éliminons les nombreux temples à visiter pour n'en élire qu'un… nous consacrerons aussi une journée à un parc d'attraction… nous devons également partir en quête d'une autre tablette car nous realisons notre erreur tactique. En effet, nous avons une tablette qui nous permet d’écrire pour le blog, de trier, stocker, choisir les photos et films, pour la partie étude du francais des enfants donc à utiliser en deux fois : une fois pour le ce2 et l'autre pour le cm1. Cette tablette est également la ressource indispensable pour consulter les horaires, les itineraires,, trouver un hebergement, un vol….

Vous l'aurez de suite deviné, impossible de réaliser dans le temps voulu les nombreux usages pensés, d'où une certaine tension latente. Nous aurons mis plus de deux mois à en convenir et à régler le problème 😂.

J'avais prévu initialement de rester 6 nuits à Seoul… Avec notre rythme de demie journée, nous nous rendons vite compte que c'est trop peu pour nous qui sommes des tortues, nous prolongerons donc de 3 nuits.

Alors ? Seoul ?

GEANT ! Malgré nos humeurs ! Malgré le problème de la nourriture (pour nous c'est plus rude que la Mongolie) ! Malgré l’énorme fatigue générale causée par toutes les grandes villes ! Malgré notre tendance graisseuse dûe à la pollution (tout ! Absolument tout devient gras beuuurrrkkk des cheveux à la peau en passant par les vêtements) ! Malgré tous les interdits qui existent dans n'importe quel espace public ici, et ils sont très nombreux !

Est ce que j'y retournerai ? Sans aucun doute !

Allez, un petit tour d'horizon de nos découvertes jour par jour, et c'est parti !

• • •

Dans notre quartier (qui est déjà bien plus grand que Nimes), nous découvrons la chaine de boulangerie Paris Baguette. Et en bon français, cela fait du bien de revenir à nos fondamentaux ! Mais aussi un super parc, nommé Seonyudo, sur une île anciennement exploitée comme station d’épuration et très joliment recyclé.

Le vendredi est d’ailleurs l'occasion pour les futurs mariés de procéder aux photos… Petit clin d’œil aux robes de mariée et aux baskets (pour se deplacer entre deux prises) !

Des petits coins du quartier constitué d'ateliers artisanaux , d'entreprises tertiaire aux buildings déjà géants (mais nous ne sommes pas encore dans le quartier des grattes ciel). Tout est sous le contrôle de CCTV, œil numérique ultra présent. Les surveillants de chaque bâtiment nous tournent autour sans oser nous dire quoique ce soit lorsque nous pique-niquons (BAGUETTE, beurre et pseudo bacon 😇) dans un petit jardin sec au milieu d'immeubles…. Le patron a dû faire la tête car nous avons été des perturbateurs, des dizaines et des dizaines d'employés en train de regarder par les fenêtres pendant longtemps notre étrange comportement…là ou personne ne vient d'habitude !

Le parc à sandwich est au milieux des 2 immeubles. Beaucoup d'églises.

Nous n'avons jamais vu autant de gens masqués pour la pollution, alors nous nous y mettons avec les moyens du bord. Bizarre, je croyais que c'était Oulan Bator la plus polluée… Vu comment nous collons, cela m’étonne !

• • •

Samedi ! Nous partons affronter les foules, mais au bord de la rivière Hangang qui traverse la mégapole. Délicieuse journée à flâner à Yeouido et observer les us et coutumes decidement bien étranges. Tu loues une tente 2 secondes en famille, entre amoureux, entre copains, la déco lumineuse, le petit plateau repas…Tu prends les dizaines de prospectus des livreurs de repas au bord de l'eau que tu contactes par telephone.Tu fais 350 000 selfies, tu te promènes aux alentours en laissant toutes tes affaires dans la tente car ici personne ne te volera jamais ton sac à main (Incroyable, non ?) Tu fais un tour de bateau cygne, ou un petit tour de tandem… et après un très beau coucher de soleil mais perdu dans les immeubles, tu chantes en public façon karaoké et ce quelque soit ton âge !

• • •

Dimanche est en partie chômé mais une partie du quartier plutôt dédié à l’électronique est actif. Nous voici donc partis dans l'optique de trouver une nouvelle tablette. Pas mal de déplacement en métro ce jour là et une vérification : 95% des personnes lisent parlent ou visionnent quelque chose avec leur téléphone. Malgré cela, ambiance ultra calme dans le métro avec un silence impressionnant.

Dans le mall , un étage appareil photo, un PC, un composant électronique, un pour les consoles de jeux, un pour la hifi...

Trop de magasin fermés ! Nous laissons tomber la recherche de la tablette pour aujourd’hui. Place aux déambulations dans le quartier de Bukchon dont une partie est composée de maisons traditionnelles nommées Hanok. C'est superbe ! On joue à se perdre, à goûter des petits en cas mais nous n'en rafolons pas… Nous regardons, amusés des coréens amoureux se promener habillés pour l'occasion de Hanbok (habits traditionnels) qui se louent un peu partout. Quelques touristes jouent le jeu aussi, sous l'œil envieux de Malou.. Gaïa est obsédée par un chien en peluche que l’on a vu au début de la balade (donc c'est très très loin) et nous excède malgré le magnifique coucher de soleil… On craque… on y retourne… Perdus dans la multitudes des restos qu'on ne peut pas décodés, le super puissant Tripadvisor vient à notre secours, et au secours de nos pieds fourmillants, quand, tel un oracle, il nous livre l'adresse de l'excellentissime resto de bbq, le « 853 ». Bilan de la journée : Gaïa a son chien, Malou nous arrache la promesse de visiter une autrefois en hanbok, et nous savons que nous nous sommes fait roulés mais avons le ventre divinement garni…

C'était grillade de cochon noir ou manger dans la rue on ne sait quoi. Vous auriez fait quoi vous? 
• • •

Lundi c'est Gangnam Style ! Avec la musique en tête et sans voir Psy, nous abordons ce quartier ultra branché que nous verrons assez peu. Quand même, les immeubles sont impressionnants mais c'est celui de Samsung delight que nous visons.

Manif d'une personne contre Samsung. Sur le mur cherchez Malou et Cathy... 

Evidement tout y est à la gloire de la marque. La partie vente est en sous-sol tandis que le rdc et le 1er étage sont des démonstrations des produits et des avancées technologiques, plutôt vu sous l’angle ludique. C'est parfait car gratuit et nous relions nos deux objectifs : nous amuser (la grisaille dans le baromètre familial est toujours là) et trouver la tablette ! Un des deux objectifs est atteint : nous nous sommes vraiment amusés dans toutes les parties virtuelles des jeux. Jéjé a vu d'autres prix ailleurs, donc pas encore de tablettes. J'avais vu que non loin (😂🤣😅 à Seoul, non loin revêt un autre sens !), un bibliothèque était magnifique, donc nous y allons ! Attention, j'ai bien dit bibliothéque et pas librairie ! Sous d'immenses immeubles, eux-mêmes servant d'hotels, de bureaux, de restaurant, de gare, de point d’enregistrements de tes bagages pour t’éviter de les transporter jusqu’à l’aéroport !!! Bref, là-dessous, se trouve un centre commercial, appelé ici un mart. Trrrrèèèssss grand ! Là dedans, trône la magnifique bibliothéque, vertigineuse ! On s'y déplace en escalator. J'en reste sans voix ! En ressortant, il fait presque nuit. Presque car nous sommes assaillis de toute part par les lumières et des écrans géants comme nous n'en n'avons jamais vu ! Saisissant !

De là, non loin (😉), la rivière nous promet un spectacle lumière musique et eau ! C'est une fois encore notre copain NaverMap, l'application indispensable en Corée, qui nous permet de le savoir car rien de tout cela n’était prévu ce matin. Le spectacle est prévu pour 20h… Vite, nous filons dans un CU (un des minis marchés ouvert 24h/24) pour acheter un pique-nique réchauffé dans un micro ondes à disposition. Là encore, mauvaise pioche dans la moitié des choses choisies car trop épicé… Mais le spectacle est gentil, nous sommes dehors…Le retour est bien difficile pour les pieds qui fourmillent encore une fois.

Même les poubelles sont bien rangées 
• • •

Mardi

Quoi, grève des enfants qui se plaignent d’être fatigués, nous aussi, les cours font du surplace et nous aussi. Usés, nous les menaçons de les faire rentrer et nous de poursuivre… L'ultime chantage pour le parc d'attraction fonctionne aujourd'hui mais on s’inquiète car on ne pourra pas faire ça tout le temps… et puis comme je le disais c'est usant ! Mais quel sacerdoce l'enseignement ! Ou plutôt, sommes nous inconscient d’avoir voulu faire l’école à nos enfants ? On s'interroge sur ce qui va nous tomber dessus à leur adolescence… Bref, évidement, nous n’annulerons pas la SORTIE du jour, tant attendue par les zagziguettes… Direction, LOTTE ADVENTURE WORLD. Dans Seoul, c'est l'un des grands parcs d'attraction de Corée. Et de ce que nous comprenons, c'est aussi le plus grand parc d'attraction indoor du monde ! Tripadvisor nous a permis de bénéficier de places à tarif réduit et c'est tant mieux 🤗 car c'est quand même 105 euros d'entrées.

L’arrivée est déjà une attraction en soi. Le métro a un accès direct au parc, au centre commercial qui l’encercle, dessert également l'autre mart attenant… Avant de nous jetter dans l'aventure, j'exige un instant de vapotage à l'air libre… Et là…

Nous avions crû voir des immeubles vertigineux… mais c'est étourdis que nos yeux se perdent dans la verticalité de la LOTTE SKY TOWER. Elle nous surplombe, nous en impose… « Toi, la sky tower, nous n'en n'avons pas fini ! Nous reviendrons un autre jour rien que pour toi ! »

On est  à Rome?!? 

En avant pour le parc ! IN CRO YABLE ! Nos yeux sont écarquillés de débarquer sous ce dôme ovale gigantesque. Un large trou ovale également est formé en son centre. C'est pour nous rendre compte que dans ce vide, il existe deux étages inférieurs, d'attractions encore, répartis pour l’ultime sous sol autour d'une patinoire ovale également. Notre regard se porte au loin car nos yeux sont attirés par des ballons gonflables qui se promènent autour du toit-véranda. Nous nous rendons alors compte qu'il existe des étages supérieurs sur une large partie… wouhaou ! Même en ayant installé l'application pour se repérer ici, on est tellement éberlué par l'ampleur et il faut le dire un peu aussi par le bruit, que l'on rentre dans la 1ère attraction en pensant que c'est pour rejoindre les ballons… On descend, on tourne, on bifurque, on se retrouve devant une jeune femme qui nous crie « aniaséo » (mal écrit mais si on prononce tout vous saurez dire bonjour en coréen 😄) tout en agitant ses deux mains au niveau de la taille. On se dit zut, c'est fermé et nous faisons mine de faire demi-tour quand elle semble décontenancée et s'approche pour nous montrer d'avancer… Bizarre. Bref, nous nous retrouvons installés côte à cote sur une rangée de fauteuils avec un gros arnachement. Mince, qu'est ce ? Le noir se fait. La rangée décolle littéralement tandis que nous nous retrouvons plongés dans l'écran. Nous sommes en train de voler dans un film qui survole de nombreuses splendeurs nationales puis finalement le parc où nous nous trouvons ! Rien ne manque, les mouvements d'air, les gouttes à côté de la cascade qui nous surprennent, les virages plongeants ! Et de nous rendre compte également qu'une partie du parc est extérieure !!! Mais on n'aura jamais assez de temps même si la fermeture annoncée est à 22 ou 23h !

Vous vous en doutez, nous ne pourrons pas tout faire même si l'on s'est franchement employé à tout tester. Quelques-unes des attractions phare sont soumises à au moins 1,40m mais même sans elles, il y a largement de quoi s’amuser, s'époumoner, en perdre sa voix, être émerveillé !

Après 15h, de nombreux collégiens arrivent en groupe. Reconnaissable par leur uniforme scolaire, ils nous abordent beaucoup, veulent parler anglais, nous prendre en photos, enfin, surtout les zagziguettes 😉 Elles deviennent une attraction à part entière !

Nous nous sommes tous amusés comme des fous ! Quelle journée ! Nous avons tant marché encore… Au fait, nous avons encore rencontré la même attitude à l'entrée d'autres attractions. La façon de secouer les mains au niveau de la taille. Chez nous, ca veut dire « non, n'avancez pas ».

Ici, franches rigolades quand on a enfin compris, c'est la façon de dire « bonjour » 😆…

Le soir est l'occasion d'une petite frayeur pour les filles. Dans la partie extérieure, tout est décoré sur le thème d'halloween. Des maquilleuse s'affairent à te transformer en monstre. Devant les toiles d’araignée garnies, attentes en rang d'oignon de tous ces jeunes pour l’inévitable selfie ! Une musique un brin mortifère pour couronner le tout, lorsque tout à coup le sol tremble sous l'assaut de pas tonitruants et des jeunes partent en hurlant et courant ! Je le vois dépasser (Des fois je me sens grande en Corée) des gens devant moi et je jette les filles dans une boutique attenante. Un cyclope immense passe à deux pas de nous. Sans l'avoir vu de face (hyper hyper bien fait !),les filles sont terrorisées et l’aperçoivent de dos au loin… il est monumental et effrayant à souhait. On part donc se réfugier dans un petit fast food en recoin avec une terrasse donnant sous la sky tower, le temps que le géant fasse hurler d'autres personnes en faisant le tour de l’île où nous nous trouvons… et bien sûr, nous repartons de cet endroit, les filles ventre à terre, pour ne pas se retrouver face à d'autres attractions prévues ensuite dans le même ton !


Fin du 1er épisode

3

Mercredi

J'avais déjà reservé les places, mais un journée off aujourd'hui aurait été bienvenue… l’école se passe bien (ouf)… Nous avons rendez-vous pour 15h30 devant le seul palais que nous avons prévu de visiter dans cette capitale. Ce n'est pas la visite du palais royal CHONGDEOKGUNG qui est à réserver, mais celle du jardin attenant appelé le jardin secret. Désireuse de rėduire mon intarissable liste, une lubie qui consiste à voir ce qui est classé au patrimoine mondial de l'humanité, ce petit bijou estampillé par l'Unesco n'est visitable que sur réservation avec guide anglophone ou coréen et pour un nombre quotidien de personne limité. Il faut être à l'heure ! Pour en être tout à fait sûr, nous partons donc 2 heures avant. Nous avons une demi-heure pour flâner dans tous les bâtiments attenants et pour être certain de ne pas louper le départ avec le guide ( oui, riez ! mais ça nous est déjà arrivé ! Même un train qui est parti sans nous alors que nous étions juste à coté 😮), nous nous disons que nous visiterons le palais ensuite. A ce stade, nous ne le savons pas encore, mais il nous sera impossible de visiter le palais royal car ce sera trop tard et que le site ferme ses portes… Ami visiteur, sache que la visite du palais ne s’envisage qu'avant si tu veux voir le jardin à partir de 15h30.

Nous suivons le groupe composé de beaucoup de nationalité et très vite nous lachons le guide qui doit dire des choses intéressantes mais la traduction en simultanée n'est pas facile à faire pour les filles qui à priori s'en fichent un peu, on doit se contorsionner pour se rapprocher de lui et parvenir à l'entendre… Bref, la nature autour est très belle, on furète un peu, puis de plus en plus loin du groupe… les couleurs sont fabuleuses. Plus de bruit citadin, c'est un peu comme un jardin vortex qui t'aspire loin de la mégapole alors que tu y es completement englouti...

Un hanok (maison traditionnelle) avec cuisine au bout qui sert aussi de chauffage au sol 

Nous voyons avec beaucoup d’émotions nos premiers érables rougeoyants. Ce jardin, immense parc, forêt, au cœur de la ville nous donne l'occasion de marcher encore et de rencontrer le dynamique et sémillant artiste photographe octogénaire dont quelques unes de ses productions du jour suivent.

En sortant de cet espace enchanté et enchanteur, notre déconvenue pour la visite ratée du palais est de courte durée. Guidés par le son de ronflants tambours, nos pas s’arrêtent vers une scène décorée, trônant au travers d'une rue barrée. Des caméras avec tout le matériel audiovisuel sont à l'œuvre. Un présentateur occupe l’espace entre les numéros des artistes des disciplines artistiques traditionnelles coréennes. Nous resterons plusieurs heures à écouter les chants, voir les danses, vibrer avec d'autres tambours… Une journée étonnante donc, plutôt placée sous le signe de la tradition !

• • •

Jeudi

SKY Tower ! Nous revoilà ! Bien decidés à nous élever dans les airs, nous retournons voir ce gratte ciel ! Alors retour dans le métro… En quelques jours nous sommes rodés aux transports en communs. Refiles indienne sages de part et d’autre des portes coulissantes dans l'attente de la descente des passagers arrivés à leur station, puis montée dans la rame… Nous sommes loin du manque de civisme que l'on connaît. Des places sont réservées pour les personnes âgées, les personnes handicapées, les femmes enceintes et tout le monde s'y tient ! La bienséance semble de mise vis-à-vis des aînés et nous apprenons donc aux filles qu'il faut céder sa place aux personnes âgées. Oui, c'est une leçon qu'il est difficile d'apprendre chez nous où nous utilisons peu les transports collectifs. Quand à leur tour, des jeunes nous cèdent leur place, on se regarde avec Jérôme et sommes un peu dépités en nous demandant à quel point nous avons changé…

Arrivés au pied de la tour, nous sommes encore impressionnés… Parviendrons-nous à regarder du plus haut où nous pourrons monter… c'est quand même la 6ème tour la plus haute du monde…

A l'intérieur de la tour, un centre commercial sans prétention! 

Bon plus d'hésitation, nous nous lançons ! Après s'être délestés de quelques dizaines de milliers de wons quand même, nous suivons les différents hôtes et hôtesses pour parvenir avec deux autres personnes devant les portes d'un ascenseur. Le groom nous fait un petit speech pour nous expliquer que nous allons parcourir plusieurs centaines de mètres en moins d'une minute. Nous nous en rendons à peine compte, sauf nos oreilles qui ont besoin d’être débouchées régulièrement. Le plafond de l’ascenseur devient véritablement un ciel, nous n'avions pas vu qu'il était constitué d'un écran.

Les portes s'ouvrent… Wouhaou !

Seule cette onomatopée peut sortir de notre bouche. Si nous avions les yeux écarquillés en bas, je ne sais pas à quoi ils ressemblent maintenant, peut-être faisons-nous une concurrence déloyale aux gobis. Nous sommes tels quatre gamins, surexcités par la vue.

Tiens, on doit s'adapter plus vite qu'on ne le croit car nous faisons de nombreux selfies jusqu'à nous rendre compte que l'on peut monter ! Et notre niveau d'excitation aussi, car là, gloups ! Oui, c'est bien à cet étage… qu'il y a un plancher en verre ! Hi Ha ! Je fonce et me retrouve… toute seule dans le gaz ! Ben, ils sont où ??? Et ils sont où tous les Quequin ?

Les zagziguettes 😨 ont stoppées net, pile au bord du plancher de verre ! Et Monsieur… ohhhh il réfléchit trop 😁

Nous sommes chanceux car pour l'heure peu nombreux ! Gaïa s'élance ! Yes, je la reconnais bien là ❤! Elle me rejoint et est aux anges. Ben non ! En fait, elle est juste au dessus d'eux 😉.

Malou, qui a peur naturellement des points élevés, est déchirée entre son envie de tester le vide et la peur panique. C'est l'envie qui va gagner ce combat après une lutte acharnée contre la peur ! Elle a trouvé une tactique : marcher sur la fine partie opaque dûe aux poutrelles qui maintiennent le plancher de verre. Elle est trop forte ma Malouchette ! 💙

Pour Monsieur, la technique est différente. Il pense que ce serait plus facile allongé ! Qu'à cela ne tienne. Ni une ni deux, nous nous allongeons et cela nous fera un merveilleux souvenir. Tout ça sous l'œil médusé des coréens qui feront pareil ensuite !

Vous pensez que c’est finit ! Mais pas du Tout ! Nous montons d'un autre étage et notre taux d’excitation fait de même. Cette fois nous allons sortir ! On passe le SAS et…. MÉ-DU-SÉS !

Un avion passe non loin de là mais plus bas que notre altitude présente. Regardez sur la photo ! C'est comme un « où est Charlie » ?

On ne sait plus ou nous en sommes… Alors, on récapitule : nous nous trouvons au 120ème étage, soit une altitude de 486 mmètres ! WAHOU !

En redescendant, notre tête est un peu rêveuse et une partie est surement restée proche des étoiles… Nous y avons bien passé plus de deux heures quand même et la faim nous tiraille l'estomac. Nous piqueniquerons juste au pied de la tour en nous demandant si nous en avons bien le droit car dans l'espace public de Séoul il y a de nombreux, nombreux, très nombreux interdits… Comme de ne pas fumer, ne pas courir, ne pas être en colère et crier…

Aprés  toutes ces émotions. Et oui nous étions là-haut! Un bon sandwich baguette devant  une boutique française...

Bref, Nous nous séparons car Jéjé doit toujours trouver une tablette, et moi palier à une mésaventure vestimentaire depuis la Mongolie…

D'autres vues de Séoul. En chassant la tablette on a trouvé des enfileurs de perles. 

Lorsque nous nous retrouvons quelques heures plus tard, Jérôme et Gaïa ont brillamment réussi le challenge ; quand à nous… pas tout ! Mais avec Malou, nous avons écumé les kilomètres de rayons de K-BEAUTY et comme ma fille est très girly girly, elle était aux anges et moi effarée des tonnes de produits existants. Une personne me demandait s’il était vrai que les coréennes avaient une des plus belle peau du monde.

Honnêtement, je ne peux pas vous dire car je suis loin d'être une spécialiste et puis faire des généralités sur toutes les habitantes d'un pays c'est forcément faux . Mais voici mon ressenti et aussi le résultat d'une petite enquête menée bien sur en toute discretion😁.

Je ne pense pas avoir pu voir une peau de coréenne en direct car je ne vois personne sans fond de teint, poudré, avec raccords quasi toutes les heures. La plupart du temps, tout est recouvert de poudre 'blanche' car ici beauté est synonyme de clarté. Ceci explique aussi la présence partout de nombreux abris du soleil (tente aux bords de la rivière, balancelle avec un petit toit, gazebos publics…) et la quasi absence de fréquentation en journée des terrasses (mais pas la nuit).

Donc premier élément de réponse : OUI la peau est belle ne serait-ce que par l'absence d'exposition au soleil. Pas de tâches sur la peau des personnes âgées par exemple, et sûrement bien peu de rides vu leurs âges… Cela tient sans doute au fait qu'il y a un usage de beauté ici : ON NE sort pas sans les 7 (et oui j'ai bien dit 7 !😨) couches de crème, bases, bbcrème…. Matin et retouches dans la journée puis rebelote le soir !

Quand je parviens à mettre une couche le matin pendant une semaine, je suis très fière… Là clairement, c'est la catégorie poids lourds inatteignable. Alors sûrement avec toute cette hydratation de l'epiderme, leur peau doit être bien hydratée et de fait forcément plus belle.

Est-ce qu'il respire le visage ? Rien n'est moins sûr ! Vu les "masques" que l'on croise parfois.

On a testé  pour vous: le masque hydratant halloween devantJoséphine ange gardien

VENDREDI

Nous rendons notre appartement et changeons de quartier pour deux nuits à la faveur d'une petite guest house avec un dortoir que nous remplissons à quatre. Comme c’est un quartier avec une belle vie nocturne, dans la journée la maison est à nous et le soir tous mangent dehors. Cette journée de transition nous permet un peu de logistique : prendre les billets d'avion pour Jeju, faire l’école et juste petite marche sur notre nouveau terrain de vie. A la faveur de cet écrit, je me rends compte que l'on marche beaucoup en fait. C'est peut-être pour cela que les zagziguettes disent « encore une promenade aujourd'hui….😖😲😝 »

La nuit c'est plus chouette. Kenavo.  Notre guest house  et notre rue.


SAMEDI

Métro, train puis bus pour rejoindre SUWON à plusieurs dizaines de km de Seoul mais vous savez quoi, on n'a jamais eu le sentiment de sortir de la ville 😉

C'est une visite d'autant plus agréable que la personne de l’office du tourisme nous dit qu'aujourd'hui, les visites sont gratuites, et qu'il y a un jeu de piste pour les enfants avec collecte de tampons prouvant que l'on est bien passé par cet endroit ! Un chasse au trésor avec des tampons somptueux ! Rien de plus motivant et c’est nous qui avons eu du mal à suivre les zagziguettes qui peuvent courir sur plusieurs km, elles !!!

C'est donc en jouant que nous avons déambulé et sprinté sur les remparts de 6km estampillés UNESCO de cette ville fortifiée. A l'unanimité, nous avons adoré les paysages, l'alliance de l'ancien et de l'ultramoderne, la vie des familles avec sortie cerf volant… De plus, et sans faire exprès, nous sommes enfin tombés sur un magasin de sous vêtements mettant fin à l’épisode de la Mongolie.

Les lumières le soir sont magnifiques et nous regrettons de ne pas dormir ici ! Le retour, long, est trop pour les filles qui commencent leur nuit dans le métro.

DIMANCHE

Matinée d'école à la guest house puis départ pour l'aéroport ! Direction le sud pour nous rendre à l’île de Jeju…On va se mettre au vert ! Et prendre des vacances 😉

• • •

Quelques photos pour les copains et copines. Y'a pas de raison, Olive à eu le droit à sa Sky tower 😉, les bretons à leur crèperie...

Et pour les autres...
4
4
Publié le 25 novembre 2018

De ce que nous avions lu, dans le guide et sur des blogs, cette destination nous semble prometteuse ! La réaction des personnes rencontrées ici et là l'est aussi. Chacun y va de son petit commentaire. En un mot, cela semble être un must, une destination exotique, un lieu de voyage de noces aussi… Il faut dire que sa réputation lui vaut d’être surnommée la « Hawaï asiatique ». Et bien, nous ne pourrons ni confirmer, ni infirmer puisque nous ne connaissons pas encore Hawaï, mais c'est un bon prétexte pour s'y rendre un jour ! 😆

Nous ne savions pas par avance combien de temps y rester. Nous avions loué une petite maison dans la campagne. Ce sont des vacances bien méritées. Il s'agit de retrouver un équilibre pour faire l’école et de tous nous re-entendre… Vous savez bien, ici ou ailleurs, quand les personnes ne s’écoutent pas, ou plus, et bien on ne risque pas de s'entendre 🙄.

Les filles nous disent à leur manière que toute leur vie leur manque, leur chambre, leur copains et camarades, l'école… leurs chats, les poneys… Qu'elles veulent continuer mais rentrer aussi !

Nous entendons depuis un moment … sans vraiment le faire, ne sachant pas comment réagir ; entre nous aussi c'est tendu. Déceptions que cela ne roule pas tout seul ? Attentes insatisfaites, insastisfaisables … Promiscuité…

Notre orage a finit par craquer au dessus de cette île volcanique. Tout le monde y va de son petit vidage de sac et la petite famille se remet doucement de quelques vérités pas toujours bonnes à entendre, pas toujours faciles à dire. Bref, vous voyez même si on est en tour du monde, la vraie vie quoi ! Fort heureusement, il y en a qui parle plus que d'autres (qui ça ?😇) Et qui ne s'arrête pas à la première embuche ! Les doutes sont donc passés, les enfants rassurés et nous aussi. Nous poursuivrons mais en tenant plus compte du rythme nécessaire à notre équilibre pas facile à trouver. J'avais l'impression de ne pas aller très vite ; là, nous faisons carrément de la contemplation ! Pourquoi pas après tout, nous n'avons jamais testé ceci !

On vise donc un rythme quotidien avec école le matin (vraiment cette fois et pas une tête boudeuse de 55 min au moins sur 1h30 d’école 😤) et balades/visites l'après-midi : sauf 3 exceptions.

Les filles nous ont fait remarquer qu'il n'y a pas eu, depuis que nous sommes partis, une journée ou il n'y a rien, juste nous quatre, des jeux ou pas, des lectures, mais pas de devoirs, d’écrans, de blog, de tri de photo, de recherches pour les étapes futures… Juste une journée famille sans aucune visite. C'est fou, nous ne nous en sommes même pas aperçus ! Comme nous sommes toujours avec elles, nous pensions que cela équivalait… on fait une telle journée et elle nous fait un bien fou ! Merci les zagziguettes, des fois il faut écouter les « MIOCHES »… mais pas trop quand même 😎.

Les deux autres exceptions sont pour grimper sur LE volcan, celui nommé Hallasan. Il est le point culminant (et de la Corée aussi car à 1915 mètres d'altitude) parmi tous les autres et il y en a une multitude.

Cette journée sera d'une tonalité particulière car nous rencontrons un couple fort sympathique avec qui nous passerons la journée. Nous en profitons d’ailleurs pour leur souhaiter un bon vent et plein de réussites ! Sur ce volcan, nous sommes en plus accompagnés par les coccinelles de toutes couleurs, avec ou sans points ! Super ! Il nous occasionnera le second effet post grimpette avec uniquement des escaliers : 3 jours de courbatures pour tout le monde (qu'est-ce que cela aurait été sans nos safaris urbains quotidiens !?).

Sentier de rando, enfin sentier...Station de dépoussiérage! Un sous-marin pour voir les coraux sous 40m. Une bière bien méritée...

Notre dernière exception de la semaine…(Semaine qui finalement a été doublée car nous étions bien sur cette Île de Jeju et avions besoin de temps…) a été pour partir de l'autre côté de l’île. Cela a été l'occasion pour nous d'aborder très concrètement les impacts du réchauffement climatique avec un espace dédié extrêmement bien fait et tout simple. Celui-ci est encore au bord de l'eau… pour combien de temps ? Je ne résiste pas et vous glisse quelques photos (enfin Jeje car c'est sa partie 😊) puisque les bonnes idées doivent être partagées ! Les filles ont maintenant pleinement conscience du phénomène, y compris de notre contribution avec tous les avions pris 🤔

La montée des eaux, c'est pas un mythe... 

Nous remontons le temps pour découvrir l'histoire d’un navire avec un équipage hollandais, retenu captif, puis après des années, la fuite en s’échappant en barque jusqu'au Japon, assez proche mais quand même ! De jouer dans cette reconstitution navale, permet à nos filles de reprendre un ton plus léger.

Et enfin, nous grimpons jusqu'à une petite grotte sur le cône basaltique du Sanbangsan pour assister au chant d'un tambour rituel autour d'un petit bouddha élancé protecteur des familles… Ca ne peut pas nous faire de mal !

Chemin descendant, après avoir croisé des biches, un sémillant Barbapapa peint sur un morceau de basalte nous invite à le suivre. C'est en fait une sente jalonnée d'une Barbapapa, puis d'un Oula-up-barbatruc… Pour arriver devant une minuscule boutique, « so cute ! », où la dame confectionne des glaces customisées. A ce stade, les zagziguettes sont rodées et savent qu'elles vont être prises en photo… Évidement, cadeau customisé lui aussi d'un coquillage transformé en barrette…

C’est absolument hallucinant tous les cadeaux qu’ elles reçoivent ! Le nombre de personne qui veut les prendre en photos ! Très souvent, les gens nous demandent en anglais ou via le traducteur, pourquoi nous visitons la Corée. Ils n'ont pas l’habitude de voir des touristes occidentaux. Bizarre car ici il y a de quoi faire un paradis et même plusieurs. Invariablement, nous leur racontons notre histoire d'avion et le bonheur que nous procure ce hasard. Les Coréens rencontrés sont très fiers de leur localité et éprouvent un plaisir visible (je vous rappelle que nous sommes en Asie et que les sentiments perso ne sont jamais très visibles habituellement) à nous voir apprécier leur pays. Les réactions quand à notre nationalité sont extrêmement positive. Je ne sais pas laquelle est-elle lorsque quelqu'un est américain par exemple.

Les rois des selfies, c'est eux... 

L'île de Jeju en plus d'être attrayante pour ses volcans et roches, comporte aux moins deux autres singularités qui la rendent intéressante dès lors que l'on dispose d'un peu de temps pour le constater.

• • •

D'une part, elle est basée totalement sur une construction sociale matriarcale. J'avoue que c'est subtil mais il est possible de le découvrir à force d'observation. Annoncée avec les pêcheuses HAENYO (littéralement : femmes de la mer), leur art de faire la cueillette sous marine en apnée par 20 mètres de profondeur est classé au patrimoine immatériel de l'humanité. Ce sont seulement les femmes qui ont le droit de plonger. En affaire, ce sont encore elles qui tiennent les cordons et négocient, encaissent… Ne vous inquiétez pas les Hommes n'ont pas l'air malheureux. C'est juste surprenant parfois de voir monsieur (sur les exemples suivants c'est le personnage au chapeau mauve) sur les rochers avec le chapeau attendre la remontée de la pesante nasse pleine de coquillages. Et Monsieur de se faire invectiver s’il n’écaille pas assez vite, ou s'il ne charge pas dans les temps pour partir faire les fraîches livraisons… 🙄

2 minutes. Elles tiennent 2 minutes sous l'eau. On s'est chronométré avec les zagziguettes….😋 C'est évidement bien moins de la moitié ! Mais je ne vous ai peut-être pas encore dit quel âge ont en moyenne ces sirènes… Cette pêche si rude, si dangereuse parait-il n'est plus pratiquée par les jeunes générations qui préfèrent la ville. Alors, quand tu es en observation de bernard lhermitte ou crevettes translucides sur les rochers et qu'une haenyo sort de l'eau toute proche, ta mâchoire se décroche à voir que cela aurait pu être la grand-mère des filles ! Respect ! Équipement observé : combi intégrale, masque caoutchouc (même pas avec du silicone) et chaussettes de tennis !

Les caractères ont l'air bien trempé et on se rappellera ainsi que sur cette île, il n'y a pas que les volcans et les Quequins qui soient explosifs !

Sur l'île de Jeju, on parle de trois éléments fondamentaux : le vent, les femmes et les statuts de pierre, DOL HAREUBANG (littéralement grand père de pierre) que nous avons appelés les grands pères. Les trois bien sûr sont caractéristiques et très présents ! On pourrait rajouter également les mandarines et les hallabongs. Nous sommes en pleine saison de cueillette et nous en mangeons sous toutes les formes. Je crois que nous avons manqué de fruits… il est bientôt temps de choisir une destination plus chaude… Nous y pensons de plus en plus sérieusement.

Le village ou nous logeons: Seongeup . Cimetière
Vendeuse à la coréenne, cuisson petits pois, jour de recherche, autour de chez nous

Petit aparté par Jéjé: on a passé une matinée à l'école du village. La porte était ouverte (on y reviendra dans un prochain article), on a passé le bout du nez, ils nous ont accuellis à bras ouverts. C'était vraiment trés sympa. Les filles étaient contentes de retrouver les bancs de l'école. C'est une école primaire de 90 élèves avec des équipements à faire pâlir nos maîtresses... Ils ont une salle avec 50 PC, voyez la bibliothèque, la salle des profs avec clim 😉 et un stade....

• • •

Si l'on a du temps donc sur l’île de Jeju, on peut également réalisé le « d'autre part ». Je ne crois pas avoir vu ailleurs un nombre aussi élevé de musées aux thématiques si diverses. Tous ne nous intéressent pas, ou ne nous sont pas accessibles (il y a par exemple 3 musées consacrés à l'erotisme). La plupart n'ont d'ailleurs rien à voir avec Jeju. Mais, j'avoue que c'est assez bien fait sur l'ensemble du territoire et que s'ennuyer ici relève de la gageure.

Nous, avec notre rythme spécial, ferons l'excellentissime MAZEPark. Allez, on révise un peu ! Que veut dire Maze en anglais ?

Musée du bonbon,,Déjà équipé  pour les séries! Trop fort

Tricheurs va ! Vous regardez les photos ! Oui, c'est un excellent labyrinthe où le but, en plus de sonner la cloche, est de collecter l'ensemble des tampons demandés. Cet endroit payant sert surtout à financer le refuge des chats libres. Et effectivement ceux-ci sont partout !

Malheureusement, l’équipe parentale a perdu contre celle de enfants… il faut dire que nous n'avons pas couru à fond pendant plus d'une heure aussi ! Quels fous rire de s'apercevoir que nous nous sommes complètement fourvoyés et de se demander laquelle des deux équipes s'est le plus amusée 🤗.

L'autre labyrinthe de l'ile (MAZE land) est magnifique en terme d'architecture mais pas aussi amusant car peu de choix de directions. Toutefois, la scénographie est splendide et les jeux en bois sont un régal qui nous offre un moment très agréable.

Sur Jeju, il y a peu de plages, mais c’est toujours agréable lorsqu'il y a du sable, et aussi un petit tour de cheval au soleil couchant pour se faire du bien. Bien sûr, cela ne remplace pas le plaisir appris avec l'ECOLE D'EQUITATION DES BELICES : Alice et Ben, elles l'ont fait en pensant à vous !

Évidement, ce n’était pas au programme des cours mais impossible faire l'impasse, donc nous avons beaucoup appris sur les volcans avec leur formation, la fabrication de cette île, les explosions, la lave solidifiée et le sable noir, pourquoi la terre est ensuite si riche, la constitution du cœur de la Terre… Tout cela renforcé par l'avancée dans un des plus grand tunnel de lave souterrain au monde appelé MAGENGUL (encore un endroit labellisé UNESCO ; il y en a au moins une dizaine de choses classées sur cette petite île). Rdv est pris sur demande des enfants d'aller au plus proche d'un volcan en activité (mmmm… pas trop d'activité quand même ! ). Et une fois encore, on remercie l’excellentissime série des « C'est pas sorcier ! ».

Tunnel de lave,  usine de stockage de poissons vivants
• • •

Nous passerons également une journée délicieuse avec Kim, notre hôte, son ami, son petit fils et un invité surprise : le chiot adopté ce jour là ! Encore des fous rire dû au traducteur genre "j'ai mangé mon téléphone"… Google est super mais il y a des progrès à faire et le métier de traducteur-interprète a de beaux jours devant lui !

Marché local, oui c'est des algues, le meilleur resto soupe de poulet (bof) avec baguette...fou rire!

Nous serions bien restés encore un peu, mais la suite de la découverte de la Corée nous attend, alors pour nous réhabiliter à la ville, nous passons notre dernière soirée en centre-ville dans une petite guest house, rendons notre voiture, et faisons notre expédition rituelle de fin de séjour : envoyer notre colis par la poste. Nous vous en parlerons bien sûr dans l'article habituel sur les étonnement de chaque pays. Une chose est sûre, c'est qu'en France, non seulement nous ne fabriquons quasi plus, mais en plus nous n'avons pour ainsi dire pas la notion de qualité de service . En Corée, nous avons découvert ce que cela voulait vraiment dire ! Nous avons un énorme chemin à parcourir et le tout sans souffler et râler bien sûr ! Gloups 😰

Mais avant de vous laissez, une petite anecdote qui ne nous a pas faire rire du tout sur le coup !

Quand nous sommes arrivés sur Jejucity, avant de rendre la voiture, nous devions aller à la poste avant sa fermeture. Nous avions donc tout préparé pour faire le colis, avoir les cartes postales sous la main pour les écrire… Nous nous étions garé à proximité de la guest house et une fois nos affaires postales achevées, nous déchargeons non sans avoir répété aux filles (combien de fois déjà ? 😖) de bien prendre toutes leurs affaires. Jéjé part rendre l'auto tandis qu'avec les filles nous vaquons à autres choses. Au moment de sortir pour manger, stupeur ! Les filles n'ont pas pris leurs vestes polaire. Or, hormis le sous pull thermique et le kway, c'est le seul vêtement chaud ! GRRRR !

Panique à bord, notre vol est tôt le lendemain matin ! On retrouve le téléphone de l'agence de location, on essai tant bien que mal de se faire comprendre. Ils nous renvoient un sms qui, passé dans la moulinette du traducteur, nous confirme que notre demande a été comprise. Moins d'une heure plus tard, nous recevons un MMS où l'on voit les deux vestes 😥 Reste plus qu'à croiser les doigts pour que, comme convenu, une personne soit là avant l'heure d'ouverture de l'agence… Quel suspens ! Nous passerons malgré cela une super soirée car nous sommes à côté d'une rue où les coréens jouent et ils jouent beaucoup beaucoup !

Nous trouvons dans le petit jour un taxi sur le bord du grand boulevard qui ne comprend pas notre demande de nous rendre à l'agence de location de voiture avant d'aller à l’aéroport… Effectivement, nous n'avons pas encore rencontré de taxi qui parle anglais…

Eurêka ! Le sms de l'agence ! Nous lui montrons et filons à toute allure vers le bon endroit… et ĺà…. Personne

Jéjé court partout dans le petit jour… et finalement trouve quelqu'un, la femme de ménage … qui appelle la bonne personne… qui débarque en trombe avec les 2 gilets (c’est comme un film accéléré mais dans tout ça merci le traducteur) ! Ouf ! Vite, vite le taxi fonce vers le dépose minute et nous arrivons à temps pour le check-in.

Je ne vous dis pas de quelle façon elles sont depuis accrochées à leurs vestes ! Depuis aussi, nous nous sommes détendus. Cela nous aurait embêter de rater un vol à 50€ pour 4 ! 😋

Nous quittons cette île sous la pluie, y laissons nos errances de caractère, en volant vers Gwanju. Espérons qu'il y aura moins d'araignées, bien que la majorité soient multicolores…

Encore quelques photos en vrac:

Dans les voitures garées, il y a l'exception culturelle française. Photo en bas à gauche : il y a 1 OVNI. Le trouverez-vous? Les premiers érables qui nous ont donnés l'idée d'aller à Gwangju. Comme quoi des fois ça tient à pas grand chose! Classe sur le coffre de la voiture avant le labyrinthe

5
5
Publié le 8 janvier 2019


Nous voici de retour pour finaliser la Corée aprés 2 mois peut-être. On perd la notion du temps, pas envie de faire nos devoirs surtout aprés avoir galéré pour savoir oú on va, comment on y va, trouver un logement dans nos prix et acceptable. Ca, plus la classe (bon j'avoue que l'on n'a pas été trés assidu ces derniers temps) et les visites. Le soir on est crevé...les journées sont bien chargées. Sauf en ce moment à Kep au Cambodge où l'on prend racine mais il y a truc dans l'air qui nous empèche de bosser. Mais on vous racontera plus tard. C'est la "chhmartitude'!

Finalisé à Ho Chi Minh Vietnam! Du coup beaucoup de photos.Dur de choisir...

Par Jéjé

• • •

GWANGJU

L'idée a émergée pendant le séjour sur l’ile de Jeju. Nous avions envie de prendre un bateau pour rejoindre la péninsule…mais impossible de rivaliser avec l'avion, mode de traversée énormément moins cher en cette saison (Jinair, 50 euros pour 4 avec bagages). Où atterrir ? Il y a tant de lieux à découvrir… C’est le site très bien réalisé de l’office du tourisme de Corée (et en plus en français) qui nous suggère la prochaine étape : Gwangju !

Ville dépassant encore le million d'âmes mais dans laquelle nous n'aurons ni le temps, ni le sentiment d'étouffer. On va relativiser notre propos pour ceux qui viendront sur une autre saison car de ce que l'on a compris, la chaleur est aussi moiteur ! Nous, avec notre dizaine de degré maximum, cela va ! Impossible de se loger vers l'un des deux parcs nationaux qui nous attire car la saison touristique dans cette région bat son plein et que nous sommes le weekend (les hébergements sont toujours plus cher le week-end en Corée). Tout ce qui était abordable semble réservé et nous ne prenons pas le risque de nous retrouver coincé avec les filles dehors, chose que nous aurions fait à l’époque du « sans enfants ». Option proche pour dormir : plus de 150€ pour 4 futons dans un espace partagé ! On passe !

Gwangju.Toujours aussi beau le soir. Love motel, rue de la soif, club libertine en fait une salle de concert. Coucou copain!
Gwangju. Notre immeuble, notre appart et les environs. Toujours du goût pour la décoration... Notre 1er lotus

Nous trouvons donc un appartement en ville, option sur une location de voiture et c'est parti ! Un jour off avec balade sous la pluie (il vaudrait mieux la requalifier de deluge 😂 ), puis découverte d'une route de campagne magnifique et premiers émois lors de ce que nous avons baptisé le safari des érables ! C'est une course contre la montre car, à l'instar de ce qui est connu au Japon et l'engouement pour les cerisiers en fleurs (Soit dit en passant le même mouvement et les mêmes cerisiers existent en Corée du Sud), les tonalités or, rouge, vertes changent très vite dans cette nature automnale mais néanmoins luxuriante.

En chemin pour Naejangsan, ça annonce la couleur. Premiers émois...Un drôle de parc avec un marché. Vade retro les piments!

Le site est de toute beauté. Bien sur, prendre la poudre d'escampette en dehors du sentier balisé est impossible. Qu'à cela ne tienne, si on ne s’éloigne pas dans la nature, on laisse quand même la flopée de touriste coréen passer et trouvons un joli gazebo pour pique-niquer, cerné de toute par part toutes les tonalités de rouge possible ! Nous ferons des rêves en couleurs pendant plusieurs jours !

Le parc national de Naejangsan est un lieu magique. Pour nous, c'est le cadre qui l'est ; j'imagine qu'en matière de spiritualité cela renforce l'engouement. Nous sommes le week-end et les coréens se pressent de toute part pour prendre le télécabine qui te dépose en haut du cirque, de là haut, quelque soit le sentier suivi, il revient forcement vers le temple principal… Avec combien de personnes avons-nous eu des échanges plus ou moins brefs ce jour là ? C'est énorme !

Encore tout émerveillé de la veille, l’approche du temple de Jirisan (Hwaeomsa Temple (화엄사)) nous prolonge l'état de ravissement quasiment idiotique dans lequel nous flottons. La route serpente gentiment et nous délivre des flashs feuillus de couleurs, jusqu'aux parkings. Bien sûr nous ne sommes pas seuls au monde, mais ce drôle d'état nous protège de tout cela et c'est donc flottant que nous reprenons le safari cette fois en traversant temples et cours. C'est absolument somptueux !

Étourdis de ce décor qui aurait pu être dessiné tant il est parfait, une jeune fille au cheveux très long nous invite à la suivre dans ce qui ressemble à une maison puisqu'il y a moins de decoration que dans la partie temple. Cet ensemble architectural est plus simple que ce que nous avons traversé en aval : le tout s'organise autour d'un puit à côté duquel se trouve encore un de ces arbres à kakis completement denudé mais paré de tous ces fruits.

Un moine est présent dans cette pièce longiligne. Reconnaissable par le port du costume gris, il nous fait signe d'entrer et de nous positionner devant lui. Un grand jeune homme également est dans cette longue piece, mais plus en retrait. Il est très concentré sur sa calligraphie,plume et entier l'accompagne. Le sourire de bienvenue est bienveillant mais chacun vaque à nouveau à ses occupations, la jeune femme reprenant une sorte de coloriage d’estampe. Notre expérience en Mongolie nous a appris qu'il n'est pas impoli d'accueillir différemment, mais rien à faire, nous sommes à nouveau désarçonné.

La présence de matériel de dessin fait envie aux filles, et la jeune fille leur donne de quoi œuvrer. Pendant cet actif moment pour elles, nous apprenons qu'elle est et là depuis 3 semaines. Le jeune homme y est depuis un moment également mais impossible d'en savoir plus. Le moine nous propose avec grand cérémoniel un thé. Il est toujours assis en version pliage impossible à tenir pour nous. Pendant ce joli moment aux gestes précis et précieux, notre religieux n'en dégaine pas moins sont smartphone pour nous parler des enfants via Google translate… puis plus rien…

Nous laissons aux filles le temps d'achever leurs dessins qui viennent orner le mur de cet endroit hors du temps. Au moment de partir, je demande au moine s'il s’entraîne car j'ai vu sur la coursive extérieure un attache-cheville suspendu très haut en l'air...

Grand sourire et hop le voilà en démo d'un soulevé de buste exécuté avec aisance. Le jeune homme tente et… n'y parvient pas. Devant ce défi « testostéronique », Jéjé s'élance et…. Y parvient avec toutefois moins d'aisance mais l'honneur est sauf 😄. Une petite cérémonie de remise de bracelets de protection clôture ce moment en forme de bulle légère et intime.

Enivrés de couleurs automnales, une journée en ville s'articule autour de la biennale d'arts contemporains (la ville est internationalement célèbre pour ce coté culturel)… Notre sensibilité n'a pas été transcendée par cette biennale au thème lourd, celui de la guerre, la répression, les frontières. Des photos jalonnent les différents espaces occupés par des œuvres que nous comprenons plus ou moins, ou moins que plus. Nous voyons des clichés de la DMZ (nom donné à la zone tampon entre les Corées du Nord et du Sud dans laquelle je refuse catégoriquement d'aller !!!) et des bâtiments coupés en deux ; des monuments de Cuba ; des interviews de vietnamiens ; des pensées écrites de japonais civils après Hiroshima, des témoignages filmés de rescapés khmers…. Les décennies s'egrennent et nous font sauter aux yeux que notre bout d’Europe est par contraste en « paix » depuis plus longtemps. Cette biennale nous fait aborder avec les enfants des moments difficiles d'histoire qui nous renvoie à une telle folie humaine qu'il est difficile finalement de pouvoir l'expliquer… Comment parler des folies de guerre, décrire l'indicible, penser que les monstres de chaque conflit sont des gens quel on peut croiser dans chaque pays ? Alors on raconte des bouts, c'est très décousu. L'expo n'est pas sanglante. Ce n'est donc pas par les images chocs que nous ressortons un peu bousculés de cet espace…

 La biennale?!?...Mais nous aussi on sait faire de l'art! Si, si, regardez bien.

Gwanju à d'autres choses à offrir, mais nous partons pour une autre ville, enfin juste une partie urbaine pour remonter un peu le temps. Un bus nous dépose à Jeonju, réputée pour ses 900 hanoks.

• • •

JEONJU

Les hanoks sont un ravissement pour les yeux, un peu moins pour notre colonne vertébrale, mais notre hôtesse très compréhensive nous prêtera un second futon… Ces maisons traditionnelles dont on vous a déjà un peu parlé s'articulent autour d'un espace ouvert. Chaque pièce donne sur cet espace et forcément, quelque soit le temps, se déplacer d'une pièce à l'autre veut dire être dehors aussi bien au soleil brûlant de l’été qu'à la neige que nous sentons approcher à grand pas. Certainement à cause de cela, ce type de maison a été décrié puis remis au goût du jour avec l'apport de systèmes modernes pas toujours incompatible d'ailleurs avec la beauté.Nous passerons quelques jours très agréables dans cet environnement. Y étant logé, nous n'avons pas ressenti la pression touristique qui pourtant est importante. Comme très vite, dés que l'on reste un petit peu, nous inventons des rituels de vie. Ici l'endroit pour manger le MIDI, là notre epicerie pour acheter nos nouilles déshydratées du soir à manger chez nous (vive les bouilloires !), la petite balade quotidienne qui passe quasi systématiquement par la balançoire géante en bord de rivière …

1er bus du TdM,. Notre hanok, sa cour, la vue. C'est spartiate. Nos petits restaus. Alcool Coréen c'est dégueu...
La Corée est trés chrétienne, qui l'eu cru?  En mémoire des femmes esclaves des Japonais. Visite en famille entre amis en hanbok

Dans ce décor enchanteur, je souffle une bougie de plus et j'ai même eu droit à l'un des meilleurs tiramisu de toute ma vie. Une journée hors du temps puisque nous en avons passé un petit moment en Hanboks, la tenue traditionnelle coréenne. Jérôme est heureux que je n'ai pas choisi du rose, car l'homme s'assortit très souvent, comme encore maintenant du reste. Nous nous sentons beau, ce qui est plutôt rare lorsque l'on voyage avec 2 pantalons shorts et 3 t-shirts manches courtes, un t-shirt manches longues et une chemise ! C'est très usité ici de se parer à l'ancienne, surtout lorsque l'on est coréen et ce quelque soit l'âge, y compris pour rire. Ainsi, les paris perdus entre ados s’achèvent par les garçons habillés en fille. Ils sont tous hilares, et nous finissons par les rejoindre !

Une classe visite en hambok. Même l'ascenceur est design ...Un super anniv
 Marché de nuit. Une fille boit de la bière, je vous dis pas les regards!  Un peu de piment pour la route! Allez le sherpa...
• • •

GYEONGJU

Gyeongju nous accueille après quelques heures de bus. Nous rallions notre Momojein guest house, littéralement la maison à invités de Momo. Momo c'est le gros labrador noir, un peu farceur quand même .La maison un ancien hanok mais un peu remanié et surtout avec des LITS superposés un vrai MATELAS 😘 .

Love motel grand mais drôle de bruits!  Momojin c plus petit. Paris Baguette nous a sauvé du kimchi. Gilet jaune! Notre voiture

Le froid sera de plus en plus mordant au cours de notre séjour, mais vu que notre chambre fait 8m2, on sort ! On sort à l'assaut de cette ville historique. Il est dit de Gyeongju que c'est un musée à ciel ouvert. Nous confirmons !

Entouré de tumuli, tombe royale et plus commune, temples flottants et musées archéologiques, village d’artisans, champs cultivés, mer non loin avec des morceaux de basalte aux formes improbables, nous avons remonté le temps de l'empire SILLA au temps géologique oû les plaques tectoniques nous ont laissé ces traces.

Les quelques jours passés ici s'envolent trop vite, tout comme les cerfs volants que nous avons offert aux filles qui veulent faire comme les autres enfants entre deux tombes ensevelies sous les tumulus.

Encore des belles couleurs 


Au musée, dessine, scanne et ton dessin s'anime sur l'écran. Moins fin que les Thraces mais quand même
Bigoudi au restau, non mais allo quoi!  Quartier résidentiel de hanok. Erosion. Super déco dans un bar. La Camargue!
Temple de Golgulsa  , musée de la musique Coréenne. Enceinte originale de 1936 avec super son utilisé par les Beatles et Hitler

Je me rends compte que je vais beaucoup moins parler de ce lieu. N'ayez pas l'impression que c'est moins bien, bien au contraire. C'est un de ces endroits où il faudrait pouvoir rester plus et pourquoi pas y louer un logement plus grand. C'est aussi un lieu que je mettrai sans hésiter dans les incontournables de Corée du Sud : patrimoine exceptionnel, ville hyper agreable mais très très étendue. Nous y avons tout fait à pied, sauf pour aller à la mer. Des cafés tendances, des déco toujours très branchées à côté des sempiternels bouibouis, les fans de shopping ne devraient pas être en reste non plus. Bref, tout pour rendre heureux des touristes de toutes nationalités. C'est une juste prédiction je pense. Pour l'heure, le tourisme est majoritairement coréen.

C’est aussi une ville douce pour les enfants, avec les nombreux espaces de nature et les cerfs volants très nombreux. Les gens y sont toujours bienveillants, aussi bien avec les filles qu'avec nous.

C'est incroyable de pouvoir échanger sans aucune visée commerciale ! Nous le vivons depuis le départ , cela fait donc 3 mois maintenant et redoutons un peu l'après de ce voyage, car nous hésitons encore dans cette période : VIETNAM comme prévu initialement après la Chine, ou bien les Philippines et ses attrayantes îles de Cebu et Palawan…. Il est vrai que nous voulions aller au Japon d'ici car c'est tout proche mais à moins d'une semaine, les hébergements restants (99% pris sur booking, je n'avais jamais vu ça ! 😨) sont hors de prix. Nous comprenons qu'il va nous falloir faire differement et savoir un peu à l'avance ce que nous souhaitons vivre au Japon. Les tarifs vus d'hébergement n'incitent pas à la flanerie mensuelle de 4 personnes !!!

Le temps nous est compté maintenant pour cette décision. Un calcul des dépenses nous fait renoncer pour cette fois aux Philippines. Nous ne tiendrons pas notre budget sinon et risquons de ne pas pouvoir aller au Japon. Voilà, c'est decidé, nous cherchons comment nous rendre au Vietnam !

Nous vous en dirons plus dans le carnet dédié mais pour l’heure, prenons la direction de notre ultime et non moins fascinante étape coréenne : Busan (ou Pusan selon les personnes, traducteurs, guides… mais c'est bien la même ville).

• • •

BUSAN

Un dernier petit mot donc de cette énorme ville portuaire que nous décrirons moins car nous y sommes peu restés. Néanmoins nous avons réussi à flâner dans deux parties relativement proches.

Son célébrissime marché aux poissons d'abord. Là, nous sommes heureux que les coréens se déplacent en grande partie avec un masque sur le nez pour se protéger des airs pollués (bon quand ils les gardent en haut des montagnes s'est tordant, mais l'habitude sans doute ). Nous n'avons donc pas dépareillés avec un foulard sur le nez ! Je dois dire que les odeurs de poisson de ce marché n'ont pas été redoutables, contrairement à d'autres endroits en Asie. Sans aller jusqu'à dire que cela ne sent rien, c'est très supportable. Du coup cela laisse toute la place au sens visuel qui lui est sollicité à la puissance 1000 !

Araignées de mer gigantesques, langoustes par milliers, les viviers débordent de toute part d'une vie captive. Des crustacés tentent discrètement des échappées le long des vitres… Des vendeurs te tendent un crabe bien vif pour le déguster sur place. Des poissons inconnus nous lorgnent, tandis que nous sommes bouché bée devant des moules dont les coquilles dépassent notre pointure pédestre ! Ce monde sous marin est tout simplement extraordinaire et accompagné de requins, moult poulpes sous toutes formes : vivants, découpés, en poudre, avec tentacules en corolles ou à plat ... Notre compréhension est dépassée lorsque nous voyons l'attente des tortues. Autre culture culinaire, autre référence, nous avons quand même du mal à ne pas juger… Mais quelle tête feraient-ils devant nos fois gras….

Marché à l'intérieur et à l'extérieur . Oui, c'est une těte de requin!

Nous poursuivons notre flânerie une fois que le mini, mini et super mini bus nous laisse en haut d'une colline urbaine abrupte ! On a bien cru qu'il allait plusieurs fois se retourner, verser, nous casser les cervicales ! Même moi je touche le plafond ! Alors imaginez notre Jéjé qui fait concurrence à une forme du Tetris !

Ce quartier, nommé Gamcheon, est réputé pour ses couleurs. Elles sont dûes à l'initiative d'un groupe d'étudiants qui souhaitaient œuvrer au développement de cet ancien bidonville. Ils ont imaginé des couleurs, une variété d'œuvres contemporaines disséminée ici et là… Le parcours de déambulation est super bien fait. On monte, on descend, on rentre dans des boutiques pour récupérer le tampon. De ce fait, les enfants sont impatients de marcher ! Nous aussi et c'est ainsi que nous aurons bien circulé dans ce quartier qui descend joliment et de façon si poétique jusqu'à la mer !

Le Petit Prince a la côte. Un ptit Beaujolais nouveau pour la route? 

A nous l'avion pour le Vietnam ! Dans ce dernier petit matin au pays du matin calme, la Corée du Sud nous surprend une fois encore avec un tramway aérien complètement automatique...

Quel incroyable et surprenant pays !

6
6
Publié le 18 janvier 2019

Voici un article à propos de ce qui nous a surpris en Corée du Sud. Vous allez constater que par de simples observations, nos pensées s'envolent pour revenir vers chez nous. Ne vous méprenez pas pour autant, nous n’avons eu qu'un très petit aperçu de la vie d'ici… un mois et demi : c’est bien trop peu…

Notre premier constat vécu à Seoul va se renforcer tout au long de cet épisode coréen : la sécurité ! Je sais qu'il y a des prisons mais je ne sais pas pour quels types de crime… Ici, tout le monde pose par exemple son sac par terre et personne ne le prend. Même dans la capitale, nous l'avons vu ! Les livreurs laissent tourner leurs engins même le temps de monter à plus de 40 étages et personne ne pique rien ! Les vélos pour visiter les vieux villages de maison traditionnels ne sont pas attachés le soir et… ils sont toujours là le matin ! Du jamais observé chez nous, ni dans les grandes villes et pas non plus dans notre village 🤐 oú je crois que cela a dû être comme cela mais il y a longtemps malheureusement…

De ce fait, les écoles sont, la plus part du temps et en dehors des grandes villes, complètement ouvertes ! Vous allez peut-être sourire mais je crois n'avoir jamais vu ça ! Et de cela, découle une autre idée totalement bizarre. Nous enfermons nos enfants pour les protéger ! C'est insensé quand on y pense vraiment. Y aurait-il plus de dangers que d'enfants ?

On ouvre les hôpitaux psychiatriques par exemple et c'est sans doute très bien pour une partie des patients. On ne les ouvre pas mais les prisons débordent donc des peines se font à l'extérieur... Et dans le même mouvement sociétal, on met des frontières à des quartiers résidentiels, on enferme les lieux de vie... Bref, on enferme ceux et celles à protéger.

Cela me rend triste car je n'avais jamais réalisé combien cela est agréable de ne craindre pour rien à l'extérieur. Allez, on fait attention quand même car la conduite ici nous a réservé quelques surprises… mais globalement, quel acte nouveau que d’être en dehors de chez soi et de ne pas être en vigilance constante soit parce qu'on est une fille, soit parce qu'on a son sac, soit encore pour qu'on ne nous prenne pas les enfants, soit juste parce qu'on va se faire invectiver par des loosers qui ne savent même pas utiliser plusieurs mots !

Je ne saurai vous dire à quoi tout cela est dû. Les personnes y sont pour beaucoup c’est évident. Nous sommes aussi dans un pays ultra filmé, des caméras sont absolument partout, y compris parfois en forêt ! L'autre facteur pourrait également être qu'il y a énormément de présence humaine. Il n'y a pas un endroit sans médiateur humain ! Cela vous étonne ? Moi aussi et énormément car nous sommes quand même dans le pays des grosses entreprises capitalistes par excellence, qui fabriquent moult automates. Je vais vous donner un exemple pour illustrer mon propos !

Ultra filmé donc on se cache pour fumer. Sauf  à Busan. Ben oui c'est le sud, un peu comme Marseille sans le pastis! 

Sur l’autoroute, il y a au moins une personne dans une cabine de PÉAGE. Ou alors, à Gyeongju, pour payer l'entrée d'un temple, nous donnons notre billet ou carte de paiement à un employé qui l’introduit dans la machine automatique dont on se sert habituellement seul. Il y a toujours quelqu'un qui sert aux pompes à essence… Ultra protectionniste des petits emplois les Coréens ? C'est à creuser… C'est en tout cas loin d'être déplaisant ! De fait, je ne m’étais pas rendu compte à quel point nous voyons moins de monde en France. Là, dès qu'un problème survient, il y a généralement un interlocuteur en face… et pas sur une plateforme téléphonique je ne sais où …et qui en a, en plus, clairement rien à faire !

5 personnes pour l'entrée (1 se repose à l'intérieur), chaussette à 0,8€ made in Korea?!? 

Cela nous porte à l’énorme étonnement de la Corée ! La qualité du service rendu. Et là en France, on a quand même un gros souci, gros gros même. Car à part être confronté à un interlocuteur non présent qui cherche tout motif pour ne pas faire jouer une garantie par exemple, en Corée tu es dépanné dans les quelques heures qui suivent, Cela nous est arrivé pour une pièce cassée d'un lave linge (la personne est venue dans l'heure depuis l'autre coté de l'ile avec au moins une heure de voiture, et elle avait tout un tas de pièces de rechange avec elle !?) ou encore pour prolonger une location... Alors le service est payant (attention 30€ pour la réparation et le déplacement ouhhh c'est terrible 😂), mais de toute façon chez moi je le paye soit disant et ne l'ai qu'en mirage…

• • •

L’autre constante en Corée du sud, quelque soit la taille de l'endroit ou nous nous sommes trouvés est l'insatiable curiosité des gens vis-à-vis des enfants. Nos filles sont devenues des facilitatrices de communication. Par leur biais, les gens nous abordent. Ceux d'un certain âge veulent absolument connaitre notre provenance (et oui on n'est pas tous américains 😂) leurs âges … et savoir si elles sont jumelles. A force d’être photographiées, elles seront des stars ! Nous avons d'ailleurs retenu le mot Yépoda très très vite tellement nous l'avons entendu : cela veut dire jolie…

Cette curiosité bon enfant est prétexte donc à discussion, en mime, en anglais parfois et aussi avec le traducteur. Tout cela nous démontre l'extraordinaire générosité des gens. Cela va bien sur de la proposition d'aide à l'orientation, même lorsque nous ne sommes pas perdus, à l’achat d'un ticket de bus parce que je n'arrive pas à remettre la main sur mon porte monnaie, un billet pour que les filles s'offrent un souvenir d'ici, des fruits, pommes kakis…une barrette, un crayon pour dessiner, un tampon du roi sous la période Silla et même une dame qui leurs a donné 40 E pour gouter la cuisine Coréenne. Ce que nous avons fait avec un bon barbecue de cochon noir...Bref, c'est Noël avant l'heure par milles petites attentions.

Comme nous marchons beaucoup, nous avons eu l'occasion de rencontrer de nombreuses personnes et notamment lors des sorties nature car ici la saison battait son plein pour aller observer les érables non plus rougeoyants mais d’un éclatant ton vermillon ! Un nouveau constat triple cette fois . La plupart des Coréens adorent aller dans la nature. Mais, on ne peut pas sortir des sentiers balisés et sommes obligés d'aller sur le circuit, parfois avec tapis intégré d'au moins 2m de large quand même !!! L'avantage est que comme c'est hyper bien balisé et préparé, les araignées se trouvent assez loin de toi et c'est très très bien 😥

La petite cerise sur le gâteau dans cette partie surprenante est l’appareil de dépoussiérage disponible en fin de balade ! On s'est moqué gentiment la première fois, mais on l'a vite adopté : très agréable !

• • •

Allez, une petite digression maintenant quant aux appareils étonnants. L’ABATTANT de wc à télécommande qui nettoie tes parties intimes, rendant quasi nul l’usage du papier toilette. Ledit papier toilette que tu jettes toujours dans une poubelle à côté des toilettes (Surprenant pour la Corée) Tout en restant assis sur la cuvette chauffante ! 🤣 Il parait qu’il y en a qui font aussi des analyses 😖

Produits partagés avec visiblement le voisin japonais, nous découvrons donc des abattants de wc ultramodernes, de marque comme les téléviseurs ou téléphones, ou voiture , made in Korea. Et la production nationale ne s’arrête pas à cela. Il y a par exemple tous les souvenirs à rapporter qui sont made in Korea. Certes un poil plus cher et encore que quand je me souviens du prix de la tour Eiffel en plastique fabriquée en Chine….C'est une volonté nationale, pas de souvenirs fabriqués en dehors ! A méditer donc… Malgré tout ce protectorat, on sent bien aussi qu'il y a des soucis… Nous n'avons jamais vu autant de personnes très âgées travailler. 🤔

On a quand même réussi à trouver des détritus...

Bref, si on résume, beaucoup d’étonnements et de surprises dans ce gigantesque pays qui renferme des trésors humains et historiques, tant de modernités côtoyant autant de coutumes… Si ce n'était la nourriture qui pour nous a été difficile, nous serions restés encore à siroter comme eux dès que l'occasion se présente un bon cappuccino dans l'un des innombrables cafés coréens.

Consigne à chat au supermarché, on a mis notre sac dedans. Chien en goretex. Dame en pyjama. Emballage à parapluie. Bourgogne!

Bref, on a ADORÉ exception faite de la nourriture. C'est une super surprise. Ca fait un peu comme quand on fait une soirée improvisée avec des potes. C'est toujours meilleur... on reviendra!

Mais le sac à dos frétille et il est temps de repartir !

• • •

Mais avant de vous laisser voici les impressions des filles que nous venons de tourner à HaLong au Vietnam.

En effet depuis nos mésaventures mi-décembre et le vol de portable (et de nos photos finalement retrouvées dans le cloud), cela a mis un coup d'arrêt a nos récits et surtout tri de photos. Et puis on s'est chhmarisé....Allez on essaie de rattraper tout ça surtout que l'on part pour le Japon le 24 janvier.