Carnet de voyage

Bulgarie

9 étapes
27 commentaires
48 abonnés
Dernière étape postée il y a 858 jours
Première escale aux portes de l'Europe
Août 2018
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 30 août 2018

Cela faisait fort longtemps que je n'avais pas assistée à un tonnerre d'applaudissements pour un atterrissage ! Le vol s'est pourtant déroulé sans encombres, dans un déluge de paroles en espagnol, en bulgare et en russe je crois aussi... Les filles sont restées médusées de toutes ces sonorités, des paroles prononcées avec force ! Et ce n'est que le début. Gaïa demande si tout le monde est sourd ici ? À l'image d'Yvan, le taxi qui nous mène de l'aéroport au centre de Sofia. On a bien le cliché avec un gigantesque bonhomme bien charpenté et des R prononcés de telle sorte que les langues doivent être fatiguées à la fin. La première impression est donc d'être loin ailleurs. Un premier petit tour autour de l'appartement nous confirme cela, lever le nez pour voir les bâtiments nécessite de s'être assuré de savoir où mettre les pieds car les trottoirs "ondulent" au gré des refections et des usures... Demain avec le jour ce sera plus facile !

Modèle type de l'homme Bulgare et de son taxi... vous comprendrez pourquoi je ne l'ai pas pris de face...(à Veliko Tarnovo)
2
2
Publié le 2 septembre 2018

Nous sommes vraiment vraiment trop nul comme parents prévoyants ! Au lieu d'acheter de l'eau dans l'aéroport où une petite boutique est ouverte, on file direct dans nuit... Après avoir jeté les sacs dans l'appartement, nous partons en première exploration. Heureusement encore quelques restos sont ouverts pour acheter de l'eau. Ils sont étonnnés c'est samedi soir....

En sortant dans la rue, le lendemain, un coin de ciel bleu zébré de fils électriques entre un bâtiment dans la plus pure tradition soviétique et une maison splendide de la renaissance bulgare en cours de restauration ! Il nous faut nous souvenir que nos orteils n'ont pas d'yeux malheureusement et c'est donc avec un mouvement de tête oscillant que nous progressons dans cette capitale tranquille.

Toilette et douche en même temps (c'est la norme ici). Notre appart est au fond à gauche de l'allée

La juxtaposition de l'ancien et du béton se poursuit largement entrecoupée de nombreux parcs. Ceci va nous donner le ton du reste bulgare à découvrir... Les filles sont aux anges car à chaque coin de verdure, des parcs dédiés aux enfants s'érigent et ne sont jamais similaires. Elles découvrent entre autre les joies de jouer avec des pneus... Comme dirait la chanson ça me parle d'un temps que même les enfants ne peuvent pas connaître...

Le tag, sport national? 1ère salle de classe et 1ères frites... 
Y'a encore du boulot... Au centre le parlement je crois

Incroyable aussi de nous apercevoir au cours de nos déambulations bohèmes que les commerces s'étagent sur d'autres niveaux que les nôtres. Moult concernent la vente d'alcool, mais aussi les cosmétiques. Cela se confirme vite, nous voyons des femmes de tout âge, de tout niveau avec une coquetterie chaque fois. Nous nous émerveillons de cette agilité pédestre toute féminine qui leur permet de se mouvoir avec grâce et talons hauts alors que nos semelles vibram nous rassurent et qu'à tout moment nous risquons de nous étaler!

Dans l'ouverture la vendeuse, dans le trou un cordonnier et des distributeurs de café partout. Donc pas de voleurs je présume...

Tous ces pas fantasques nous mènent vers des églises orthodoxes somptueuses, et un incomparable musée d'archéologie. Dans celui-ci, nous observons, médusés, le raffinement déployé par les artisans Thraces il y a quelques millénaires. Quand on essaie de replacer pour les filles les Thraces dans un contexte qu'elles maîtrisent mieux… et bien… elles ne comprennent toujours pas notre émotion ! Vous non plus ? Vous ne savez pas qui sont les Thraces ? Rassurez-vous, il y a peu de temps que nous essayons de les cerner.

Pour les magnifiques oeuvres d'art Thraces, je vous invite à chercher par vous même. C'est incroyable de finesse 5000 ans av JC
Bricolage obligatoire quand on saute sur une mezzanine... 

Partons donc sur les chemins bulgares sur les traces des Thraces ! Je sais, elle est facile, je n'ai pas pu m'en empêcher…

Ps: Des photos ont été rajoutées dans l'article précédent.

Bientôt, un autre article car là on s'est posé pour quelques jours au bord de la Mer Noire.. Est-elle vraiment noire?

3
3
Publié le 5 septembre 2018

En ce jour, les filles pensent aux copines et copains de Jeanne d'Arc qui ont repris le chemin de l'école. Elles vous font des bises ainsi qu'à leurs maîtresses.

Bien que nous ayons déjà commencé la classe depuis le 22 août, on vous montre la salle de la rentrée.

Et la cours de récréation.

Le début est un peu difficile. Il faut que l'on trouve le bon rythme entre visites, déplacements, distractions et classe...Ce n'est pas facile de remettre les cerveaux en route. Et nous de nous mettre au point. Mais ça va venir.

Par Jéjé

4
4
Publié le 7 septembre 2018

Il y a quelques jours, le matin après la classe de mathématiques nous décidons de partir visiter Nessebar. Un ancien comptoir grec, une ville musée, située sur une presqu'île, classée au patrimoine mondial de l'humanité.

C'était oublier que c'est aussi « sunny beach » genre Salou sur la Costa Brava avec des Allemands et des Russes. Nous tentons l'aventure et pénétrons dans la jungle inextricable de resort et complexe hôtelier en tout genre sur 5,6 rangées. C'est grand, c’est haut, c'est clinquant. Ca doit quand même être génial d'avoir un balcon avec vue sur l'immeuble d’en face, sur la rue encombrée de voiture, les casinos, les magasins… On n'avait pas vu autant de monde depuis Sofia. Et encore c'est la fin de la saison. Ce doit être horrible en plein été. Imaginez ça sur prés de 10 km. Ouais je sais on est des sauvages.

Du coup on est super content de la trouvaille de Cathy à Byala. C'est un resort de Norvégiens mais regardez la vue. Ouf, on respire. C'est le dépaysement dans le dépaysement. Ils n'en restent plus beaucoup des Vikings, une dizaine à tout casser entre 40 et 60 ans. Mais ils rient fort et chantent toute la nuit. Quand on part le matin, ils sont à la bière. Pour le goûter une petite bière, pour la pause piscine aussi…et soir quand on rentre oui bien sûr, de la bière avec une variante de vin et peut-être d'eau de vie. Ils sont cramés. Mais ils sont contents et toute la journée font comme les gosses à se pousser dans l'eau, jouer aux cartes et boire….de la bière (pas comme les gosses). -petit aparté pour les Québécois, les gosses se sont des enfants….-

Des cépages inconnus de rouge, pas mal. Beaucoup de vin, mais ou sont les vignes....
Tout à gauche sous les parasols les Vikings, la plage de Byala centre et une photo pour Yo avec pastis local (mastika) 

J'en profite pour vous parler de notre 1ère expérience de la Mer Noire. On va à la plage en bas de chez nous, le sable est grossier, les maîtres nageurs c'est pas Alerte à Malibu mais on tente le coup. Et bien, figurez vous que la Mer Noire est…….verte !!! Genre dégueu, pleines d'algues qu'on ramène dans nos maillots de bain. On ressort de là en homme de l’Atlantide. Je comprends mieux pourquoi le peu de plages sans algues et de sable blond sont prises d'assaut !

Dire qu'il y en a qui paye pour les bains d'algues. A droite au fond, David Hasselhoff, on est sauvé
Notre trouvaille sur 1m2. Le port à côté de la plage et les cabanons de pécheurs

Bref, revenons à Nessebar. Comme on est Français et plus malin que les autres on trouve une place de parking gratuite. On pique-nique dans un parc et on part à l'assaut de la presqu'île. Du monde, y’en a mais ça va, des magasins de souvenirs, à foison. Ça fait un peu beaucoup quand même. Ca gâche un peu voire beaucoup les jolies rues et maisons où se cache une bonne douzaine d'églises. Et oui quand les ottomans occupaient le coin, ils ne fallait pas que les églises se voient de loin. Du coup, elles ne dépassaient pas les maisons alentours… Donc on progresse (oui j'utilise ON car c'est plus rapide que NOUS à écrire) parmi les boutiques de souvenirs de…. masques africains, de chats balinais, de drôles de décapsuleurs en bois (Mathieu sait de quoi je parle) qui trônent au beau milieu d’icônes. Les vendeurs, sont tranquilles, c'est cool.

On déambule, on s'assoit sur les ruines de ce qui devait être un théâtre pour lire le « holy book » Guide du routard et avoir quelques explications. Et là merde, ou plutôt devrais-je dire fientes ! Les gabians sont misogynes et visent les filles. Je suis épargné…. Pour se détendre on file à la plage pour se baigner entre 2 rochers et algues noires cette fois !!! Les filles s'en donnent à cœur joie et font un château. Je bougonne, j'aimerais quand même visiter un peu, surtout que après j'aimerai voir une plage qui paraît-il est sympa et sans constructions autour. Ça fait 5min que l'on a passé les portes de la ville et ça fait 30min que l'on espère sécher avant de remettre nos habits. On repart. 2min plus tard, pause glace et bière. On repart. Avez-vous déjà vu des filles lâchées dans une rue pleine de magasins ? Une force mystérieuse les pousse à marcher lentement, len..tement et en zig-zag (c'est dans le thème, ma chériiie!!!! -les reines du shopping-) de magasins de bijoux en magasins de Playmobil. Chacun son tour on choisit une direction, on croise plein de petites églises pour finalement au bout de 10min tomber sur un bar avec vue sur la baie et ses constructions. 2 cafés, 1 petite bouteille d'eau, 1 jus de pomme. Jusqu'ici tout va bien, Cathy et Gaïa nous lisent un passage de mythologie grecque sur Phaeton. Le lieu s'y prête bien. Et puis l'addition tombe, je crois rêver, c'est la Côte d’azur ou quoi ! 4 boissons pour le prix de 2 repas !

C'est décidé, Nessebar….on s'barre.

Pause château de sable... Y'a pire comme endroit pour sortir de la foule (pas trés dense quand même)
Heureusement le café est bon et le lieu trés chouette . La plage sauvage...

En passant on verra quand même notre plage de rêve, apparemment sans algues mais elle devait être blindée. Mais pas de constructions autour et c'est jolie. Il est 18h, tout le monde est crevé, on rentre. On passe devant nos Vikings à l'apéro puis on file à la piscine.

Bilan : Nessebar c'est une visite néo-antiquo-touristique fort intéressante mais qui ne s'impose pas. Les villages de l'intérieur sont nettement plus jolis, mais la situation sur la presqu'île est vraiment agréable. Si on est dans le coin, oui c'est quand même sympa. Par ailleurs on ne vous donnera peut-être pas tous les noms des villages pour qu’ils ne ressemblent pas à ça. Encore un débat en perspective…

Par Jéjé

PS: S'il y a des fautes, c'est purement pédagogique, c'est pour l'école Jeanne d'Arc 🤔 🤣

5
5
Publié le 9 septembre 2018

On ne vous a pas encore dit pourquoi nous étions venus en Bulgarie… Tout commence par… oui bien sûr, la grande envie d'aventure ! Mais le désir d’aller en Mongolie, même s'il est fort, me paraît un peu violent sans transition, surtout pour nos poulettes. Nos dernières semaines ont été si intenses en stress et fatigues en tout genre, tête, foie, ventre, émotions… Et puis, la version poule en moi (mère poule bande de coquins 😉), n'a de cesse de vouloir faire une transition entre chez nous et le complètement déboussolé, désorienté, étrange. On a bien regardé avec envie vers la Grèce mais c'est hors budget en août… je rêve devant la carte d'Airbnb quand je tombe sur un endroit charmant, dans nos prix, vers la Mer Noire. Jérôme est comme souvent écroulé de rire devant mes découvertes ! Il est vrai que je n’avais pas vu la frontière sur la carte (ce sera un autre sujet un jour mais les frontières grrrr) et que j’étais sur le sol Bulgare… Un peu vexée (A PEINE😇) Je saute sur le site du GDR, vous savez le holy book qui fait que tout le monde est sur le même chemin en pensant qu'il est unique au monde… et là je cite : « L'une des dernières terrae incognitae européennes, la Bulgarie est peut-être le plus énigmatique de tous les pays de l’est. »

Voilà qui augure bien ! D'ailleurs en parlant d’augure, nous ne savions pas à quel point, mais ça on le découvre dans l'avion car comme de coutume nous sommes un peu bousculé par le temps qui nous manque… et c'est donc arrivés à Sofia que nous choisissons approximativement ce que nous allons découvrir.

Oh Cruelle ! Toi qui de ton tic tac nous fait entendre le temps s'écouler (il y a des restes de tragédies grecques de l'école qui ne demandent qu'à sortir🤣) !

C'est effectivement avec une terrible frustration que nous enlevons des sites, des lieux, des paysages, des monuments, des endroits classés au Patrimoine mondial de l'humanité… Il y en a tant et tant ici. C'est bien simple, c'est une terre immensément riche de vestiges qui est dite musée à ciel ouvert. Pas moins de 7 civilisations se sont croisées, écrasées, mélangées sur ce sol en 2500 ans. Passionné(es) d’histoires et d'Histoire, la Bulgarie vous attend !

Nous jettons notre dévolu sur les Thraces. On connaît bien les Romains en Camargue, on fait comme Astérix, on en bouffe même chez nous, et donc on cherche plus vieux. Tiens, il y a beaucoup de traces des Grecs ici… Comment ? Hérodote au 5eme siècle avant JC est subjugué par une civilisation indo_européenne qu'il décrit avec force et on ne les connaît pas !?

A l'intérieur d'un tumulus. Kazanlak (c'est une copie) 
Svechtari, tombeau normal avec un peu de couleurs. A droite tombeau Royal. Une bosse faut creuser! et il en reste plein 

Beaucoup de mystères les entourent car sans traces écrites directes, il n'y a que ce qu'ils ont laissé et qui nous est parvenu aujourd'hui ; avec bien sûr les témoignages des vainqueurs (les Grecs donc vous suivez hein ?)…

Mais quels témoignages somptueux ! Des tombes enfouies sous des tumuli (collines 😉) dont la très incroyable tombe royale de Svechtari avec une porte en pierre coulissante (wouhaouhhh on a déjà du mal avec celle en bois !), des bijoux d'une finesse incroyable, des masques en or d'une expressivité à faire peur… Il y a tant de trésors partout, dans le moindre village, un musée, que cela donne le sentiment d'être face à une grande incompréhension !

Svechtari, préservé sous bunker, roi enterré avec femme, cheval, objet quotidien, sinon quand on est pas vip avec poule, cochon...
Au musée de Choumen un tombeau plus petit que celui de Svechtari  (c'est un vrai) 
Au musée archéologique de Sofia. La salle du trésor est à tomber...

Est-ce que lorsqu'une civilisation acquiert l’écriture, elle ne perd pas beaucoup en qualité artistique et manuelle ??? Mais au fait, je ne vous ai pas dit vous connaissez au moins un personnage Thrace ! Si, si! Surtout celles et ceux qui sont allés cet été dans les arènes de Nîmes voir le spectacle des jeux romains. Avez-vous trouvé ? Il s'agit de l'histoire bien connue, d'un ancien berger, qui s'est révolté face aux oppresseurs de l'époque : LES ROMAINS…

Bon, je vais donner la réponse pour ceux qui n'y étaient pas… à moins que… je la reçoive en commentaire😎

Qui est donc ce fameux berger Thraces très célèbre ?

6
6
Publié le 11 septembre 2018

On vous présente la capitale européenne de la culture pour l'année 2019 !

Elle est, au même titre que les autres cités bulgares, d'un abord dénué de charme : de larges artères rectilignes encadrées de bâtiments d'habitations quelconques qui rivalisent soit par leur hauteur, soit par leur duplication, mais s'égalent toujours dans la tristitude de leurs parements gris beton.

Une fois franchis ces ceintures concentriques, apparaît le quartier de kapana. Jolies maisons plus ou moins restaurées, quartier essentiellement pieton, foisonnant de cafés en tout genre... Il remonte sur les flancs d'une des collines sur laquelle surplombe la vieille Plovdiv. Elle l'est effectivement, puisqu'elle a le même âge que Rome ou encore Athènes.

Odéon  en arrière plan la poste et Théâtre 

Et, à l'image d'une vieille dame qui a bien vécu, elle recèle plein de petits bijoux dont certains sont sûrement encore cachés (des fouilles sont en cours un peu partout) !

Forum  et Nebet Tepe. Il date de quand ce mur sur lequel vous jouez?

À Plovdiv, on oublie les chaussures à talons, on ouvre bien grands ses mirettes, on choisit ses maisons en fonction de la couleur que l'on préfère, ou du jardin à peine caché que les demeures possèdent.

 Les fresques sont souvent d'inspiration française (1870)
D'ailleurs de nombreux mots viennent du français : merci, restaurant, divan...

A moins qu'on ne préfère regarder les futurs mariés qui déambulent avec familles et amis vers l'une des petites églises perchées, parées de fresques extérieures si peu protégées... On peut aussi choisir de se poser en haut car les pentes sont raides, oups on s'est assis sur un vestige grec, romain, ou de je ne sais quelle période. Bon, ça doit être le banc public... A moins que l'on se laisse éblouir par un soleil couchant perché dans le site préhistorique de Nebet Tépé. Plovdiv la vieille a un côté suranné, charmant et charmeur qui nous a conquis.

Plovdiv le bas 

Les filles ont adoré se perdre dans ses ruelles et c'est le jeu de "à la prochaine intersection, un de nous quatre choisi la direction" qui nous l'a fait découvrir. Ce qui est sur, c'est que chacune des portes donne envie d'être poussée !

Porte intruse. Elle est sous la colline. Pas pu ouvrir.  Époque soviétique ?  Récompense: merde humaine sous la scandale...

Conclusion

7
7
Publié le 14 septembre 2018

Notre sang ne fait qu'un tour quand on découvre que non loin (🤔pourquoi la route sur la carte est-elle plus tordue qu'un ressort ??) de notre ville préférée, il y a un site majeur de l'archéologie Bulgare.

Naaannnnn, ce n'est pas le fait qu'il soit majeur qui nous fait sur un coup de tête partir dans les Rhodopes ! Mais bien parce qu'à cet endroit précis, Perperikon, se trouvait le lieu du culte de Dionysos (vous savez celui qui a pour attributs la vigne et les satyres mais qui a aussi la protection des voyageurs 😅) et d'un oracle tellement fameux que de nombreux grecs venaient jusque là le consulter.

Comme avec les filles nous sommes en plein dans la mythologie grecque, hop on y va... Enfin hop... ça tourne, ça grimpe, ça redescend, ça grimpouille, la route est toujours encadrée de gigantesques forêts, comme de coutume dès lors que l'on sort de la grande et morne plaine.

Et celle-ci, la route, se fait même manger par la végétation par endroit. C'est aussi sans compter les nids de poules parfois (on est d'accord que les poules d'ici sont bien plus grosses que chez nous), les bulgares qui doublent sans forcément y voir (pas tous mais quand même il y en a beaucoup) et tout d'un coup, ce sont même les vaches qui seront avec nous sur cette serpentante bande d'asphalte ! Comme dit Gaïa, on se croirait dans un jeu video!!! Moi, agrippée au volant, j'étais plus terre à terre et me suis presque retrouvée catapultée en Corse 😍.

En route vers les Rhodopes. En Bulgarie on voit souvent de grandes cheminées en brique 

Le paysage dans les Rhodopes est magnifique. Ici, chaque village possède sa mosquée, voir deux. Les gens croisés semblent appartenir à une autre époque. Têtes couvertes, rentrant des champs, des femmes en sarouels portent leur récolte sur le dos, ou reviennent de la traite avec des bouteilles "coca cola" remplies de lait. C'est la saison de récolte des patates et les socs tirés par les chevaux ne sont pas des anecdotes, encore moins ces travailleurs armés de leur seule beche qui retournent de larges champs... La récolte est aussitôt mise en vente sur le bord de la route. Grand respect pour ces forcenés nourrisseurs.. .

Les Bulgares sont fiers de leur pays. Ils le visitent beaucoup. Il y a des drapeaux partout
La vie des patates, du champ à la vente en circuit court. Dans la charrue il y a un soc à roue
Yaourt, hum! Miel excellent. Chiens de berger, cause loups et ours. Le gens s'arrétent pour voir ce que l'on vend...confiture?

La route tourne un peu moins... On est proche de la frontière avec la Grèce. La forêt se fait moins dense, puis disparaît. Là-haut, il y a le fameux site de Perperikon, ville rupestre monumentale ! On place nos pas dans certainement ceux de milliers de gens avant nous. On part et les filles, dès qu'il s'agit de grimper, sont tout sauf motivées ! Une guérite du site, un petit parking bordé de 4 marchands (Tiens, ils n'ont pas encore pensés à vendre le vin d'ici...) avec breloques souvenirs et plan du site dans toutes les langues.

L'ascension n'est pas si longue mais il fait chaud. On a l'histoire toute fraîche de Dionysos dans la tête et nous crapahutons parmi des blocs qui ne sont pas arrivés là tout seul, mais une partie tres visible ne nous est pas accessible car elle est encore l'objet de fouilles intenses. On entend les archéologues, on voit leur campement sommaire, de nombreuses parcelles délimitées de petits piquets mais encore pourvues de vegetation en attente d'être fouillées. Certains disent de ce lieu qu'il est le Macchu Picchu européen et c'est sans doute vrai, tant le terrain à fouiller semble vaste encore. Et lorsque le regard se portent sur les colines voisines... ouhaou !

Comme dans toutes les ruines, il faut de l'imagination. Et sans doute qu'un petit film de reconstitution en 3D sera bienvenu pour mieux apprecier le site qui empile les restes de la préhistoire jusqu'au Moyen age en passant par les Thraces bien sur. On ne doute pas que cela viendra bientôt. Holy book (heureusement qu'il est là car les rares explications sont en bulgare 😨) nous explique que la prédécesseur du Dionysos grec avec en gros la même fonction s'appelait ZAGREUS... Bref, je ne sais pas vous mais moi rien que ce nom déclenche des brrrr car accompagné de sacrifices sanglants, de mystères orfiques et de rites de vin !

Ici, est également le lieu où de fameux oracles auraient fait des prédictions. Il y en a deux notamment qui sont les plus connus : la prophétie de la grandeur du premier César et celle annonçant le tromphe d'Alexandre le Grand. Rien que ça !

Au milieu, gravé, la Déesse de la terre. Avant Gaïa, avant la Pachamama (ou pas?)


Nous quittons à regret cet endroit et les Rhodopes, avec toujours cette frustration du temps qui file trop vite. C'est en tout cas une région qui mérite bien plus qu'un passage éclair. Comme souvent, on se dit, on reviendra. Cette reflexion nous accompagne sur la route qui serpente entre des vallées sauvages, puis les bords de route sont de plus en plus dégagés pour laisser place aux tailleurs de pierre et fabriquants de plaquettes de parement. Cela doit alimenter toute le Bulagrie et peut etre meme les magasins de bricolage de chez nous tellement il y en a !

Pour nous remettre de tous les sauts dans le temps que nous venons d'enchainer, nous faisons escale à la station thermale de Devin, chez un monsieur fort sympathique qui ne parle que le bulgare ou le russe ! La gentillesse est sans frontière, car même sans partage de mots, on se sent bien chez Ilya, et revigoré par un plouf dans les eaux chaudes un peu souffrées (une grande découverte pour les filles qui adorent!).


Notre auberge à Devin. L'hiver sera rude!  Les immeubles sont chauffés au bois. Il y a trés peu de chauffage électrique

Pour les fans des Thraces, un petit reportage sympa:

https://youtu.be/V0B8E3w7Mxg

8

Comme vous l'avez sûrement compris, on est conquis par ce pays dont nous n'avions que très peu entendu parler. Dire qu'il n'est pas touristique serait lui faire une grande injure, simplement le tourisme n'est pas celui des europeens de l'Ouest. Au final, cela permet quand même certains avantages, comme celui de ne pas forcément entendre parler français dans un lieu plutôt culturel 😉. L' inconvénient, c'est que peu de choses sont écrites en lettres latines, donc ne pas oublier son holy book !!!

Dans ce carnet sur la Bulgarie, nous n'avons mis que les grandes lignes. Bien sûr, il y a eu plein d'autres choses qui ne sont pas que petites d'ailleurs. Pour illustrer ce propos, on vous met à disposition une petite série de photos. Ce sont souvent des lieux qui ne sont pas toujours à côté d'ailleurs, mais n'oubliez pas que c'est quand même écrit par De ZAG en ZIG, donc on vous fait faire quelques détours !

Tout d'abord, on doit reconnaître que même si les traces restantes des soviétiques sont souvent moches, il y en a qui impressionnent, voir qui t'emmènent carrement dans la 4eme dimension. Sur cette dernière, vers Buduzla, entre Gabrovo et Kazanlak, on a un peu joué au chat et à la souris avec le policier de faction qui nous a vu arriver avec nos gros sabots...

Ami voyageur en quête de frissons, les ouvertures pour rentrer dans la soucoupe sont toujours existantes😉. Mais soit plus malin que nous et évite de t'y rendre en plein milieu de la journée et surtout pas le WE, ni pendant les vacances!!! Et peut être, évite aussi d'être avec des enfants qui de suite se sont dit qu'il allait y avoir des zombies dedans (et pourtant elles n'ont jamais entendu parler de The walking dead😂).

Nostalgie de l'URSS, tous les Bulgares n'apprécient pas...

Moi qui ne pensais pas aimer le gigantisme version béton, un "petit" monument des pères fondateurs de Shoumen plus tard... l'avis a changé. Et puis un autre "petit" dernier pour la route, mais de Kalofer cette fois-ci.

K....a, Kalofer, Choumen  (faut chercher, il y a les zagziguettes sur une photo!)
Shoumen 
J'espère que les studios qui ont tournés les Bionicle ou Transformers leur ont versé  des droits ! 

On vous met aussi quelques photos bêtises car on vient de découvrir des fonctions sur le téléphone. Correction, les enfants ont trouvé ces fonctions, mais on s'est aussi beaucoup amusés tous.

Enfin, plutôt que de vous faire un bilan + et -, je préfère vous faire partager ce qui nous a étonné.

L'attitude des gens est extraordinairement déstabilisante. Je ne sais pas si c'est lié au côté Est car c'est le premier pays dit de l'est que nous parcourons. C'est plutôt difficile à expliquer : par exemple, lorsque vous rentrez dans un lieu, la personne qui se tient là ne fait aucun mouvement vers vous, pas de sourire, pas une parole et continue de faire ce à quoi elle était occupée juste avant de vous jetter un rapide coup d'oeil. Soit, si elle n'etait occupee à rien, et bien elle tourne le visage vers ailleurs et contiue de ne rien faire. Notre première pensée a été qu'on les faisait "ch...er". Mais en fait, pas du tout. Sitôt une demande formulée ou un mime réalisé (attention on va devenir trés trés fort en mime !), les bulgares se montrent plutôt serviables, voir affables et ce, même si on ne les comprends pas. Cela donne des moments cocasses, mais il est vrai qu'on est assez vite limité par le manque de partage de mots.

Je ne pensais pas que la douche italienne pouvait être de la taille de la salle de bain, donc wc inclus ! Pas toujours plaisant après 4 douches...

De gauche à droite, l'évolution de nos Sdb . A la fin,  les wc ne sont plus dans la douche.  Le chauffe eau lui est toujours dans ...

Je ne croyais pas dire un jour "STOP ! Vite! demi-tour, il y a un super marché Lidl vers là" qui fait un pain à l'ail à se damner ( desolée pour le copain boulanger qui va avoir une attaque😉) mais ici Lidl est aussi une boulangerie très très appréciée et qui a du Nutella et du roquefort... Sinon, ne vous inquiétez pas, on mange très très trop bien en Bulgarie. Il y a de plus de bons petits vins et un cépage endémique si j'ai bien compris: le mavrud. Hummmm.

Dés que c'est écrit en français, cela fait de suite plus classe, n'est-il pas ? 

Ami allergique aux poils de chat et aux piqûres de guêpes passe ton chemin car ici ils pullulent !

Le côté sentiment de sécurité est aussi étonnant. En fait, ça ne devrait pas l'être car cela devrait être la norme partout. Mais j'avoue que jamais jamais nous ne nous sommes mal sentis. Certes, les soirées en boîte de nuit sont très limitées avec les zagziguettes 😚 mais les distributeurs de café qui sont légions ici ne sont pas saccagés, de même que les frigos garnis de boissons partout sur les trottoirs restent intacts aprés la nuit ou lorsque le magasin ferme ! Cela fait reflechir à ce sentiment que nous ne ressentons que trop peu en France et encore nous n'habitons pas dans une grosse ville.

💖 Bon, notre coup de coeur ne sera que pour les besogneux, ceux qui se donneront un tout petit peu de peine. L'endroit qui nous a tous séduit chez de ZAG en ZIG commence par Ko et finit par Sa ( 🤣 la bonne blague en Bulgarie). Là vie y est douce et belle dans ce bourg tout étendu qui garde vivement et fièrement son art de vivre et ses coutumes. Loin d'être dans une ville musée, cet endroit vit encore et nous l'avons ADORÉ. Il y a tout pour y être bien. Peut-être que cela ne correspond pas au goût de tout le monde mais on y serait bien resté... On vous envoit en MP l'adresse de la petite mais magnifique auberge, toute simplette mais très bien tenue, perdue dans les rues et qui contribue bien sûr au paradis de se sentir chez soi 👨‍👩‍👧‍👧

C'est quoi un pectopat? 
Les annonces de décés sont  placardées sur chaque porte d'entrée, accompagnées d'un grand noeud noir.
Notre havre de paix 
La foirfouille Mr Bricolage et notre vendeuse de miel, confiture, sirop qui nous ont suivi pendant tout notre périple 

Enfin, nous n'y avons croisé ni l'ours, ni le loup, et Jéjé reste fidèle à ses chères Pyrénées. Néanmoins, il a reconnu que le parc du Pirin (classé au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO quand même) était magnifique. Quand on sait à quel point rien ne peut détrôner les Pyrénées, c'est que c'est vraiment wouahou !

Ami marcheur et amoureux de la nature, viens traîner tes chaussures vers Bansko et prévois du temps !

Bansko, station de ski, salle de jeu et le vieux village. Sur le fronton de l'église il y a quelque chose d'unique en Bulgarie
 Virhen 2914m point culminant de Bulgarie 

Si quelqu'un trouve pourquoi Pyrénées et Pirin ont la même consonnance, je lui offre une kamenitza.

Et pour finir un florilège de photos

Cheverna Loka, Shipka, Itare musée à ciel ouvert 
Les plaques sont une sorte de bonnet d'âne  à garder toute la journée autour du cou
A Veloiko Tarnovo, notre entrée  d'immeuble nous à fait une frayeur
En chemin pour Choumen, le rocher avant de s'écraser s'est séparé en deux, épargnant ainsi l'église.  
Au détour d'un chemin: un hermite musulman aurait retrouvé la jeunesse (Téké). Gland de chêne. Séchage de haricot
Sofia samedi : comme partout en Bulgarie plein de mariage, mais aussi un concert type nrj tour avec embauche en direct  de gros br...
St Jean de Rila 12ans en grotte, 7ans nu dans la forêt. Un moine a sculpté en 12ans avec une aiguille 600 personnages sur 1 croix
Pas trés propres les abords de route. Par endroit il y a du recyclage. Pour l'école le réglement intérieur de notre bungalow???
Les peintures sont restaurées régulièrement  

Clap de fin, au revoir Bulgarie, sniff...

9
9
Publié le 20 septembre 2018

En direct d'Oulan Bator