Carnet de voyage

Un pas après l'autre....

27 étapes
66 commentaires
23 abonnés
Dernière étape postée il y a 2 jours
Enfin, je pars sur le Chemin... Voilà 4 ans que l'envie m'a prise, et le départ est maintenant proche!
Juillet 2017
14 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 23 juillet 2017

voilà assez bien résumé, toutes les raisons qui m'ont traversé l'esprit et qui me donnent l'envie...


( Vient de paraître le hors-série de Philosophie-Magazine "Marcher avec les philosophes" : )

Marcher pour se vider l’esprit ou le remplir ? Pour oublier ou se souvenir ?

Pour chercher Dieu ou le hasard, retrouver l’élémentaire, le temps qui passe, le crépuscule et l’aube, le contact de la terre, la semelle qui palpite aux cailloux et à l’herbe, éprouver la pluie et le vent, le chaud et le froid, la peur parfois et la torpeur de la répétition toujours...

Mais aussi marcher pour ne pas mourir lorsqu’il n’y a plus de désir de vivre.

Marcher pour rester digne, debout avec Gandhi et Martin Luther King, et marcher pour le plaisir de faire partie d’un tout.

Peu importe la raison qui déclenche la marche, elle n’est jamais ni tout à fait la même ni tout à fait une autre.

"Le chemin se fait en marchant", écrit Antonio Machado.


Ne dis pas pourquoi tu marches, la marche est la réponse.

2
2
Publié le 23 juillet 2017

Derniers préparatifs : sac et contenu

3

Et bien nous y voilà, ce matin, nous partons!

c'est étrange cette sensation de se dire que c'est la dernière fois que j'écoute les infos à la radio en prenant mon petit déjeuner (avec le pain aux céréales grillé par Christophe juste comme je l'aime) que je me brosse les dents devant ce miroir, que je détends une dernière lessive, que tous ces petits gestes anodins, je ne les referais pas avant la mi octobre, que je quitte Barneville pleine de l'effervescence estivale et que je retrouverais ma maison dans ce quartier endormi aux volets clos...

Tant d'attente, d'appréhension, prête dans ma tête mais mon corps va-t-il suivre? ou prête dans mon corps mais ma tête supportera-t-elle le froid, la pluie, la chaleur, la solitude, le poids du sac...

Je pars forte de vos encouragements qui ne pèsent rien dans mon sac mais qui seront mes boosters dans mes moments de doute.


Et puis arrive le moment où l'on ferme la porte et l'on se met en route...

Jolie étape de 31 km qui nous a fait traverser les havres de Portbail, Surville, puis St Germain sur Ay où nous faisons maintenant une halte bien méritée dans la très seventies maison d'hôtes Home19. Météo parfaite pour cette première journée : un peu nuageux, un petit vent de nord ouest qui nous pousse, et puis pour finir un franc soleil. Bon les jambes sont un peu lourdes, les épaules meurtries mais on se rode ! ! La nuit va être réparatrice. La sieste l'avait déjà été!


Le havre de Portbail
Le havre de Portbail
4
4
Publié le 25 juillet 2017

Après une bonne nuit et un petit déjeuner classique mais appétissant, nous avons repris notre route vers Lessay en empruntant de larges chemins dans la forêt de pins. A Lessay, nous retrouvons Gauvain en route pour Lorient, pique- niquons avec lui, et commençons à alléger nos sacs en lui remettant un peu d'excédent ! ! Après 19 km de marche sans difficulté nous arrivons à Pirou. Nous y retrouvons 2 randonneuses rencontrées la veille! C'est vrai que les capacités d'hébergements ne sont pas nombreuses.

5
5
Publié le 28 juillet 2017

3 ème jour encore complètement différent : sous la pluie, ce qui me permet de tester la cape de pluie, et nouveaux paysages, on aborde le bocage, ses chemins creux et ses petits dénivelés!!

J'ai marché en sandales avec chaussettes, quitte à avoir les pieds mouillés, les chaussures sèchent plus vite ensuite!!

Le soir, nous retrouvons Marie - Christine, épouse de Bruno Le frère de Christophe, et sa cousine Isabelle, elles nous véhiculent jusqu'à la maison où nous passons une bonne soirée en famille


6
6
Publié le 28 juillet 2017

Difficile ce soir... Mal partout! Les 3 derniers km, après 27 déjà parcourus ont été bien laborieux...Heureusement, pas de pluie et le passage aux abords du havre de la Vanlée qui nous enchanté. Vraiment, cette succession de havres est magnifique. Nous dormons au Relais des iles à Coudeville sur Mer et très gentiment, en voyant mon état de lassitude, la réceptionniste nous a gratifié d'une vue mer!! Baignoire en plus...j'en oublie presque mes courbatures.

Le dîner a été à la hauteur de la vue! Excellente choucroute de la mer pour moi et filet de boeuf pour Christophe; c'est de la randonnée grand luxe....

7

A partir de ce jour, nous allons emprunter des chemins que je n'avais pas parcourus lors de mes entrainements hivernaux, aussi, il y a une certaine part de découverte. Certaine part, car malgré tout, en 2004, avec Betty, Apolline et Léopold nous avions fait une rando sur cette partie du GR entre le Mont St Michel et Pirou. Mais cependant, le temps a fait son œuvre et j'ai beaucoup oublié...

Comme notre Normandie est belle!! ce ciel avec tous ces camaïeux de gris, la mer pas bêtement bleue, mais verte, grise, bleutée, émeraude, avec des pointes de jaunes sur les bancs de sable, plus sombres sur les rochers, hérissée de parcs à huitres. Nous croisons sur notre chemins une multitude d'activités : cheval, vélo, golf, kite, planche, marchés, course aux trésors...

Cette journée a donc été riche à nouveau, après avoir longé sur 5-6 km la mer par les dunes depuis Coudeville, nous sommes arrivés à Granville et ses falaises, tour de la vieille ville, ensuite St Pair sur mer, Kairon puis les hauts de Jullouville. Toujours de superbes points de vue sur Chausey, mais toujours pas de Mont en vue!! Moins de fatigue aujourd'hui, 29 km cependant au compteur!!

Nous logeons ce soir à Carolles dans une chambre d'Hôtes "aux Oiseaux de Passage". Spacieuse chambre, grande pièce commune, cuisine toute équipée et même un ordi à disposition qui me permet d'écrire plus vite que sur mon smartphone!!




8
8
Publié le 29 juillet 2017

Départ ce matin vers 9h30 pour un étape courte mais escarpée avec le passage après Carolles des falaises de Champeaux, et de la cabane Vauban mais ensuite en ligne de mire le Mont nous appelle, nous attire, nous motive!!

Après les falaises et St Jean le Thomas, la côte s'aplanit mais le sable et un vent contraire continuent de freiner notre marche ! ! Enfin, vers 17h, nous arrivons chez Clémence et Edouard à Bacilly, ils ne sont pas là mais nous ont laissé les clés pour nous permettre une halte reposante. Un grand merci à eux! Petit plaisir : écouter France Inter...

Au niveau météo, cela reste très convenable, et du coup toujours ces couleurs magnifiques.

Demain, dernier jour pour Christophe avec la traversée vers le Mont, et la fin de la première partie du voyage pour moi....

9
9
Publié le 1 août 2017

Courte étape ce jour qui nous a vu rebrousser chemin depuis Bacilly jusqu'au Bec d'Andaine. Le rendez vous avec le guide pour la traversée était à 16h30, aussi,cela nous a laissé une longue matinée pour traîner, écouter France Inter ☺, refaire le sac en me délestant de 500 grammes supplémentaires, lire....



Puis à 14h, nous avons rejoint le Bec d'Andaine et notre guide Damien. La traversée de la baie représente environ 7km et demande 2h. La marche est plus ou moins aisée sur du sable dur, mou, dans de la vase, avec des traversée de lits de rivière (Laire, Selune, Sée, Couesnon). Une légère pluie nous a accompagné sur la fin du parcours.

A l'arrivée, nous avons retrouvé Léopold et Gauvain. Par chance, il restait 2 lits à la maison du pèlerin et ils ont pu également découvrir ce lieu hors du temps et cette vue époustouflante

Vue de notre chambre

Nous avons savouré ces derniers moments ensemble, Gauvain partant le 4 août pour 3 ans en Nouvelle Calédonie....

10
10
Publié le 10 août 2017

7 jours de marche

180 kilomètres

1 jour de pluie

3 ampoules (déjà soignées)

4 piqûres d'insectes

11

La nuit à la Maison des Pèlerins a été un moment fort de cette semaine, et le réveil tout autant !

Lever de soleil sur la Baie

Dès 8h30, nous nous mettions en route, c'est déjà la fin pour Christophe qui remonte sur Cherbourg avec Gauvain et le début d'un nouveau chemin pour moi. Après le Chemin des Anglais entre Cherbourg et le Mont, j'emprunte maintenant la Voie des Capitales entre le Mont et Clisson. Léopold m'accompagne pour 2 jours !! Voilà 4 mois que nous nous ne sommes vus, aussi les kilomètres défilent sans même les voir : nous ne faisons que parler.... bilan : 36 bornes avalées et après Pontorson, Antrain puis Tremblay, nous arrivons à Romazy où un accueil pèlerin nous attend. Premier enseignement de cette journée : anticiper les ravitos le lundi, nous nous sommes retrouvés le soir sans rien dans le sac et sans savoir si l'accueil pèlerin prévoyait à manger pour nous !!! Heureusement, Léopold a fait un coup de stop et est allé nous ravitailler à la ville plus importante à une dizaine de kilomètres. Ensuite Romazy....Que dire.... bourgade en complète déshérence et accueil plus que glauque., là encore heureusement que Léopold était là...

Au cours de cette étape, pour finir sur une note positive, nous quittons le département 50 pour entrer dans le 35!! A suivre : 44, 85, 79, 17, 33, 40 et 64 (avec je crois une petite incursion dans le 56 et peut être 16) demain quizz sur les noms des départements!

12
12
Publié le 1 août 2017

Hâte de partir ce matin, aussi dès 8h30, nous partons et reprenons des sentiers que nous voyons à peine : nos discussions reprennent! Cela nous joue des tours, on ne voit pas toujours les bifurcations et nous devons rebrousser chemin... En ce cas, vive toutes les belles cartes et traces installées sur mon portable par Christophe, avec la localisation GPS, on sait tout de suite où est l'erreur.

A St Médard en Ille, c'est un peu difficile : Léopold repart vers Lorient et c'est maintenant seule que je continue...petit coup au moral. Mon dieu, cela commence donc maintenant...avec cette douleur lancinante dans la cheville gauche : en effet avec encore une étape de plus de 30 km (34) je dépasse un peu mes limites et mon corps me le rappelle. Je ralentis et rythme mon pas sur le lent cheminement du canal que je longe maintenant. Ceci combiné à la majesté des arbres et à la quiétude des lieux me réconforte et me fait oublier la douleur.

Je parcours donc les derniers 10km et arrive (un peu inquiète) à l'accueil pèlerin de Chevaigné réservé la veille. Très bonne soirée, partage de nos expériences autour d'un bon repas. Je vais passer une bonne nuit !

13
13
Publié le 2 août 2017

Après une nuit au calme bien reposante et un petit déjeuner classique mais appétissant en compagnie de Chantal, je reprends la route ou plutôt le canal Ille et Rance vers 08h40 pour une étape plus courte qui me mène jusqu'à Rennes. Calme et sérénité accompagnent ma marche, agréable sous un ciel couvert sans précipitations.

Rennes et son agglomération se signalent par l'augmentation du nombre de runners, cyclistes et autres promeneurs. Arrivée tôt à mon hébergement (Campanile, pratique juste sur le chemin) j'en profite pour aller faire une lessive à la laverie du coin, quelques courses, prendre un bain frais reconstituant ! ! La nuit cependant est beaucoup moins calme que la précédente, voies rapides obligent!



14


Longue étape ce jour, alors départ dès 7h50. . . . Aujourd'hui je quitte le canal pour suivre la Vilaine. Mais dès le départ, je me trompe de rive, m'en aperçois assez rapidement mais m'entête en pensant trouver un pont un peu plus loin pour finalement faire 1/2 tour! Bilan : 3km en plus et retour à presque la case départ, toute l'avance du matin est perdue.

2 ème enseignement : ne pas s'entêter quand on sait que l'on a tort...

A nouveau et comme hier belle journée de marche, la Vilaine offrant cependant un caractère un peu moins rectiligne que le canal. Arbres majestueux, écluses, moulin, le regard n'est jamais au repos.


Le soir hébergement dans un accueil pèlerin très sympathique et confortable au Mortier. Belle découverte de personnalités et d'activités.


15

En pleine campagne, la nuit n'a été troublée par aucun bruit et c'est en grande forme que j'ai pris le petit déjeuner en compagnie de Marie Annick et Jean Paul Moisans. Délicieux pain pétri et cuit dans l'ancien four à pain par Jean Paul. Ils m'ont raconté leur activité, leur région et l'histoire du château de Boschet tout proche. Encore un grand merci à eux s'ils lisent ces quelques lignes.

Ensuite Marie Annick m'a reconduite près du halage où j'ai repris la route. Malgré la longue étape qui m'attendait (36 km) c'est sereine que je suis partie, chantant, prenant des photos, me rassasiant de ce calme.

Et puis j'ai eu Gauvain juste avant qu'il n'embarque pour la Nouvelle Calédonie...Mon bébé parti si loin et si longtemps, à l'heure où j'écris, il doit être en passe d'arriver aux antipodes alors que j'aurais fait 30 km ! !

Puis il s'est mis à pleuvoir et j'ai réalisé que j'avais encore 25 km à faire...

Bref, c'est à 19h que je suis arrivée au gîte, après 39 km - parce qu'evidemment c'est toujours à la sortie du village qu'il faut se rendre!!- trempée et heureuse d'arriver.

Repas en compagnie de 4 autres couples de convives et longue conversation téléphonique avec Christophe pour remettre sur le smart phone l'application qui gère mes cartes et qui a "disparu" au plus mauvais moment quand j'essayais de couper par la forêt pour gagner du temps ! !

Disons que c'était la journée sans..

Je me suis couchée, vraiment fatiguée et moulue....

Végétation le long de la Vilaine
16


Réveillée tôt, en fait je suis soucieuse...Je n'ai pas encore trouvé d'hébergement pour ce soir ! Le petit hôtel est complet comme les chambres d'hôtes et l'accueil pèlerin ne peut m'accueillir. J'ai mis ma base arrière (Christophe) sur le coup et j'ai hâte qu'il me donne des infos. Autres solutions : je double l'étape jusqu'à Blain où il y a un gîte d'étape (50 km tout de même ce n'est pas sérieux ! ) ou je dors à la belle étoile !

En fait, ce n'est pas comme le Vendée Globe, je peux avoir de l'assistance ! Aussi Christophe a pris le camion et ce soir, on se retrouve à Marsac Sur Don!!!

Du coup, une pêche folle pour avancer et après Guémené Penfao un super parcours ! Le tout sous un soleil tout estival. Mais l'arrivée sur Marsac à longer la route, petite certes et sans trop de circulation, n'est pas très réjouissante.



Ce jour j'ai quitté l'Ille et Vilaine pour entrer en Loire Atlantique! J'ai marché sur une voie romaine!

Sur les traces d'Asterix et Obelix!!!

Parfaitement synchro, nous arrivons en même temps à Marsac. Mon Max me reconnaît et me fait la fête! Pour la nuit, l'ancien camping municipal près de l'étang des Roches est parfait. Christophe a même pensé au Menetou Salon..

17
17
Publié le 7 août 2017

C'est bien aussi de retrouver son cher et tendre pour un moment improvisé et puis, un peu comme dans la chanson de Fugain que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître il est reparti là haut dans le brouillard et je continue ma descente vers le midi.

Étape presque exclusivement sur la route ! J'ai ce soir les chevilles en compote.

A l'arrivée, fête dans la ville de Blain avec fanfare, majorettes et chars! J'ai bien pensé à toi Betty ! Très surprenante cette arrivée, malgré la fatigue, j'ai presque envie de marcher au rythme des trombones et grosses caisses.

Je suis également pour la première fois en gîte d'étape, dortoir, cuisine commune, etc...mais nous ne sommes que 2 dans le dortoir de 7. Une autre pèlerine venant de Loudéac.

Des cyclotouristes occupent d'autres chambrées, un couple de Guidel avec 2 jeunes enfants, et 2 jeunes sur la vélodyssée. Durant le dîner où chacun a fait réchauffer qui son cassoulet, du riz ou s'est contenté de fromage, nous avons échangé sur nos parcours et destinations.


Bilan de la semaine :

1 jour de pluie

220 km

1 ampoule qui a essayé de récidiver mais grâce aux pansements miracle de Jacques, elle a tout de suite été enrayée!!

Semaine d'adaptation pour apprendre à gèrer les hébergements et le ravitaillement....


18
18
Publié le 8 août 2017

Toute première nuit en dortoir donc...mais un dortoir où l'on est 2, c'est presque une chambre individuelle ! ! Pas de ronflement (c'est une de mes grosses inquiétudes pour la suite), pas de bruit malgré la fenêtre ouverte, réveil vers 7h, et petit déjeuner avec Colette, pèlerine comme moi. Nos chemins se recroiseront peut être, nous allons dans le même sens, je suis juste pour l'instant un peu plus rapide mais je ne suis pas sûre de continuer à ce rythme.

Départ vers 08h20, je retrouve le canal et après la journée d'hier et ses routes interminables cela me réjouit au plus haut point

Au réveil depuis le gîte de Blain : mais où vont tous ces avions?!

Mais avant de prendre la route, petit détour par Blain pour compléter le repas de ce midi, trouver un wifi pour publier les étapes en attente, écrire une carte à mon papa et ma maman, c'est du boulot la vie de pèlerine! Plus sérieusement il est vrai que j'ai par moment le sentiment de revenir aux préoccupations des premiers hommes : trouver un toit, trouver à manger. Et cela prend du temps! Quand cela est réglé, on peut penser à autre chose, du type prendre des photos, écrire, lire...

Là par exemple, il est 14h, mes hébergements pour les 2 prochaines nuits sont OK, j'ai déjà bien avancé ce matin, aussi je me suis arrêtée pour manger, écrire, je vais ensuite faire quelques étirements, lire et commencer de caler la journée de mercredi... et tout cela dans ce cadre enchanteur où seuls quelques vélos viennent troubler le chant des oiseaux !!

17h30, arrivée au gîte "le nid douillet". Gentil accueil de Josiane avec bain de pieds et des boissons (de l'eau en l'occurrence mais beaucoup!) parce que ça y est, il commence à faire très chaud et pour la première fois ma réserve d'eau a été consommée dans la journée !

Dîner en compagnie de nos hôtes Guy et Josiane ainsi qu'Agnés cyclotouriste de Caen (mais née à Cherbourg!) qui commence son périple Nantes -Roscoff sur l'EV1. Je rencontre finalement beaucoup plus de cyclistes que de pèlerins, cela changera sans doute en avançant plus sur les voies traditionnelles.

Couchée tôt, le sommeil est venu très vite!!

19
19
Publié le 10 août 2017

Une nouvelle étape assez longue m'attend encore aujourd'hui, aussi c'est de bonne heure que je me suis réveillée. Notre hôtesse nous avait préparé la veille le plateau contenant tout le nécessaire et le petit déjeuner a été aussi reconstituant que l'a été la nuit.

Les nuits, malgré des réveils nocturnes, sont toujours réparatrices : je me couche avec les chevilles plus ou moins endolories et le matin, après quelques pas pour échauffer tout cela, plus rien n'y parait.

Je ne suis finalement pas partie aussi tôt que prévu, nous avons longuement discuté avec Colette, la cyclo-touriste; c'est le matin que les conversations plus "intimes" se font....

8h40 enfin, je pars sur cette belle étape qui me mène jusqu'à Sucé sur Erdre. Jolie ville sur les bords de l'Erdre, banlieue verte de Nantes avec le Tram-train dernièrement mis en place sur une ancienne ligne SNCF désaffectée.

• • •

Après des chemins variés, le sentier suit jusqu'à Nantes les bords de l'Erdre; lieu de promenade, j'y croise de nombreux promeneurs.

Installations artistiques sur les bords de l'Erdre
• • •

A 17H30, je retrouve à Nantes St Jacques mon hôtesse pour la nuit qui me véhicule jusque chez elle à Pont Saint Martin, dans le sud de Nantes

20
20
Publié le 10 août 2017

La soirée avec Nadine, qui a fait le chemin entre Nantes et st Jacques en 2014, fut très enrichissante avec partage de son expérience.

Au matin du mercredi 09 Août, 16ème journée, je décide de faire une pause à Bernic, maison familiale à Notre Dame de Monts. Je marche donc en direction de St Philbert de Grandlieu en empruntant le GRP du tour de Lac. Sans doute est-ce la proximité du Lac, mais je n'ai jamais vu autant d'hirondelles!!

• • •
• • •

Xavier me retrouve sur la route et d'un coup de voiture je me retrouve en famille à Bernic. Quel bonheur...

Je vais y séjourner jusqu'à vendredi matin, cela me laisse le temps :

  • de faire promenades les pieds dans l'eau pour délasser pieds, chevilles et mollet
  • aller me faire épiler, il n'est pas écrit qu'une pélerine ne puisse essayer d'être féminine!
  • laver du linge
  • préparer au moins 3 jours d'étapes
  • faire un petit ravitaillement
  • et puis profiter du temps qui passe et de la famille....
21
21
Publié le 11 août 2017

Reprise du chemin aujourd'hui....

Oh sans précipitation avec un départ de Challans en TER vers Nantes à presque 11h mais pique nique prêt, hébergement calé et des fourmis dans les jambes!!!

A 12h je démarre : parcours superbe le long de la Sèvres Nantaise qui offre une ombre appréciable durant cette journée ensoleillée.

Platanes presque bicentenaires

27 km à longer cette rivière avec passage à Vertou puis St Fiacre.

Vous avez vu : "reste" 1495 km!!!
Vous avez vu : ne "reste" que 1495 km

L'architecture change également, les toits sont en tuiles et les maisons s' applatissent : on quitte définitivement la Bretagne....Les vignes apparaissent, c'est le vignoble nantais, région du muscadet, du coup le parcours offre quelques incursions dans les coteaux et donc des grimpettes casse rythme !

Partie tard, c'est donc tard que Monniére et son gîte municipal se présentent après un dernier passage le long de la Sèvres.

Bien que seule, la soirée va vite passer : une douche, une tomate, une boîte de sardines, une semoule et une pomme et au lit. Mes pieds me disent merci 😊 😊

Un peu gonflés mais pas trop mal après presque 500 km!!!
22
22

Monniére est une petite bourgade, cela offre une nuit sans bruit et donc un sommeil profond sans réveil nocturne ; c'est suffisamment rare pour être relevé !

Belle étape de 30 km avec très peu de route. Au coeur des vignes jusqu'à Clisson, puis dès l'entrée en Vendée, le cheminement à repris au coeur d'une campagne tournée vers l'élevage et les cultures fourragères.

Cette journée m'a permis également de faire une belle découverte : Clisson! Le long de la Sèvres, ville détruite pendant les guerres de Vendée et reconstruite sur des inspirations italiennes, elle se donne des allures de Toscane dépaysante.

Comme j'étais partie tôt, j'ai pris le temps de me promener un peu (j'ai tout de même toujours le sac sur le dos!).

Tout de suite après Clisson, une borne jacquaire nous accueille et nous signale l'entrée en Vendée.

Pas rencontré grand monde ce jour.... Le temps n'était pas à la balade certainement, un petit crachin, qui ne mouille pas trop -je n'ai même pas enfilé le coupe vent- m'a accompagnée pratiquement toute la journée. Cela permet à l'esprit de vagabonder et sauter d'une réflexion à l'autre, de s'émouvoir de la beauté d'un arbre, d'observer un écureuil, de chanter quelques vieux tubes de Dalida ou Michel Delpech....La marche devient mécanique.

Arrivée à Montaigu vers 17h20, je fais tamponner ma crédential au Syndicat d'initiative et rejoins mon hébergement dans le centre : un couple d'octogenaires qui me font penser à mes parents et avec qui le dîner fût très agréable, discutant du chemin bien évidemment mais de nos enfants, de leur vie professionnelle passée, de la région. Vraiment ces moments sont particuliers et privilégiés!

Couchée vers 22h, je masse mes pieds....mon bien le plus précieux en ce moment !!!

23

Vers 7h, la journée commence avec le petit déjeuner en compagnie d'Anne Marie mon hôtesse du jour. Encore une fois le matin est propice à des conversations plus personnelles et peut être plus féminines !

Départ à plus de 08h30 avec comme premier objectif de trouver mon hébergement du jour! En effet depuis 2 jours toutes mes tentatives restent vaines, et au fur et à mesure j'ajoute des kilomètres ! Finalement c'est 10 km de plus que je vais avoir à parcourir, soit près de 40 km aujourd'hui ! Je veux toujours réduire mes étapes mais j'ai du mal...

Aussi je me mets en mode commandos, à un rythme un chouia plus lent et après avoir pris le pique nique du jour avant de quitter Montaigu, je commence la marche du jour.

Très rapidement, je rejoins la Petite Maine et découvre à la Maison de la Rivière une exposition sur un certain Audubon, peintre naturaliste du 19 ème, apparemment très connu outre atlantique.


Malgré le timing serré de la journée, je prends le temps de faire la visite de la heureusement petite expo.

La petite Maine

Et puis les kilomètres s'enchaînent, heureusement il ne fait pas trop chaud, un point sous l'omoplate gauche : j'amène ma respiration à cet endroit, je bois, laisse respirer mes pieds lors de la pause déjeuner, admire un de ces chênes majestueux...

Le chemin continue de dérouler son long ruban et la marche devient mécanique.

Le sac à dos a disparu sur les derniers kilomètres, seules les jambes sont lourdes! Et enfin, vers 19h15, j'arrive au Rossignolet chez Huguette et Bruno. Que de belles rencontres! Encore un accueil chaleureux, une douche relaxante, un repas simple mais si savoureux avec ces tomates et concombre du jardin, ces haricots verts fondants à souhait, des conversations qui enrichissent et un lit où il fait bon s'étendre et s'endormir d'un seul coup !

24
24

Dormi jusqu'à 07h30!! J'avais sans doute besoin de récupérer de cette étape aussi longue. J'avais pris le soin de prendre préventivement un anti -inflammatoire, aussi c'est sans une douleur que je me suis levée !

Bruno était déjà aux champs! alors petit déjeuner avec Huguette.

Avec les 40 km de la veille, seulement 20 km m'attendent ce lundi, aussi je ne prends la route que vers 9h40, m'arrête 4km plus loin à Mouchamps pour un petit café et acheter un melon pour le midi et en quittant le bourg je croise Bruno sur son tracteur !

Je continue de traverser la campagne vendéenne, pas aussi plate que sur la côte !

Et puis, avec le soleil qui monte, les températures s'élèvent également, et ce qui devait être une courte étape facile devient vraiment difficile. Cela confirme le fait que je redoute plus la chaleur que la pluie ou le relief!

Je cherche les bouts d'ombre pour les pauses, vide toutes mes réserves d'eau mais enfin, vers 17h, j'arrive chez Marie Claude et Claude à Chantonnay !

Un accueil encore très gentil, des rafraîchissements, une bonne douche et Marie Claude qui a déjà fait le Chemin et qui donc connaît les problèmes de ravitaillement m'emmène faire mes courses en prévision du 15/08. Elle sait de plus que sur l'étape de demain, c'est le désert ! !

Ensuite durant le dîner toujours composé de légumes du jardin et d'une compotée de fruits de saison du jardin également (quelle chance j'ai ! ) Claude m'a raconté son métier de tourneur sur bois, sa passion pour toutes ces différentes essences, les expos, et sa collection de près de 400 oeufs ! !

Après une tisane de verveine tout juste cueillie et si parfumée, je vais me coucher.


Aujourd'hui j'ai commencé la 4 ème semaine de marche, durant les 3 premières, 560 km parcourus.

25

Comment dire....Cela a été une journée pas vraiment sympa (ceci pour ne pas dire déprimante....)

Elle a pourtant bien commencé en compagnie de Marie Claude et Claude, petit déjeuner, conversations, derniers préparatifs et Marie Claude m'accompagne pour quelques kilomètres en me faisant rejoindre le chemin sans repasser par Chantonnay en empruntant des sentiers plus agréables que la route.

L'orage gronde mais nous échappons à la pluie, il nous précède.

Et puis mon hôtesse fait demi tour et là le doute s'installe..

Pas de réseau, impossible de parler à Christophe de toute la journée (quand je pense qu'à un moment je voulais partir non connectée !)

Encore et toujours des routes

Des villages déserts

Chaleur orageuse

Piqûre de taon sur le genou qui enfle

Je fatigue et mon arrivée à l'étape après 29 km n'arrange rien : je ne m'y sens pas bien.... l'orage à planté le wifi....aussi à peine arrivée, je repars !

Prochaine possibilité d'hébergement, 11 km , même s'il n'est que 16h30 et que j'ai encore le temps de faire ces 11km, je ne m'en sens pas la force...

Aussi je fais un coup de stop pour m'en rapprocher, après 6 km, je trouve enfin du réseau mais c'est pour apprendre que l'hôtel où je comptais me rendre est complet !

J'appelle alors Christophe pour retrouver le soutien dont je manque. Il me trouve une chambre à Fontenay le Comte et un nouveau coup de stop et vers 18h je souffle et retrouve un semblant de motivation.

J'espère qu'après une bonne nuit mon genou aura desenflé et que selon le principe des vases communiquants mon moral sera regonflé ! !

Allez finissons sur une note plus réjouissante et une photo : j'ai tout de même eu une heure dans une superbe forêt et là j'ai pensé à toutes les belles courses que nous pourrions faire avec les copines et aussi à mon Max et comme il serait heureux de s'y promener.


26

Ce matin tout va mieux ! Au réveil, mon genou, bien que toujours un peu enflé, ne gêne pas la marche ! Un coup de fil à Christophe, un petit déjeuner copieux et je recale mes prochaines journées. Je décide finalement de revenir dans la forêt de Mervent et reprendre ce que j'avais initialement prévu avec une nuit ce soir au gîte municipal de Nieul sur l'Autise.

Avant de quitter Fontenay le Comte, passage par l'église où les verts et bleus de vitraux m'attirent. Cette intensité m'apaise.

Je savoure ce petit moment de sérénité avant de partir faire du stop pour rejoindre la forêt de Mervent. Cela a bien marché ! Très rapidement, c'est un papy en voiturette qui s'est arrêté et m'a emmenée là où je souhaitais! Promis! Plus jamais je ne pesterais contre les papy en voiture sans permis....Et je commence ma journée par cette allée forestière qui invite au calme et à la réflexion : j'ai donc décidé qu'aujourd'hui je ne laisserai pas les pensées négatives pourrir ma journée et qu'à l'inverse je me régalerai de tout !

Des paysages à perte de vue

Des troupeaux choyés

Des champs de tournesols

Bref cela a été une journée parfaite, ensoleillée mais rafraîchie par un léger vent.

Le gîte communal de Nieul sur l'Autise est simple, fonctionnel et bien localisé et bien localisé, aussi dès la douche et la lessive faites, je pars visiter l'abbaye et le village. Blondeur des pierres, ruelles et jardins fleuris lui donne un charme indéniable. En plus une boulangerie, une pharmacie, une supérette, un charcutier et 2 restaurants ! ! Tout pour l'intendance et la tranquillité du pèlerin.

27

Il y avait 2 pèlerins au gîte qui y passaient la nuit : Pierre et Nicole. De quoi discutent des Pèlerins quand ils se rencontrent ? De pèlerinage évidemment ! Et trucs et astuces personnels. Pierre à déjà fait le chemin depuis son domicile dans l'Aisne en totale autonomie, c'est à dire, avec portage de tente et tout le nécessaire au camping....poids du sac 19 kgs ! Complètement inenvisageable pour moi. Mais il a parlé aussi de la Camino-dépendance qui consiste à être toujours en chemin soit en tant que marcheur ou hospitalier ( personne qui tient les gîtes gérés par les associations jacquaires dans certaines villes de tradition jacquaire) , à ne parler que de chemin et à être toujours en partance !

Gîte oblige et après une relative bonne nuit ( comme on partage la chambre, je n'ai pas pu ouvrir la fenêtre, Nicole craignant les moustiques, aussi j'ai eu un peu chaud, mais Pierre ne ronflait pas ! ) c'est dès 8h que je me suis mise en route . Temps couvert avec un peu de brouillasse, j'hésite à enfiler mon coupe vent... dernier passage devant l'abbaye et en route pour 28 km.

Et à nouveau de la route jusqu'à Maillezais....encore une abbaye mais 6 euros pour la visiter, enfin juste faire un tour dans les jardins, c'est une ruine tout de même, je m'y refuse !

En quittant Maillezais

En arrivant à Maillé (environ 15 km) je croise un des ces Camino-dépendant, il ne peut je pense résister à l'envie d'apostropher le pèlerin (et sa pancarte avec la distance nous incite à nous arrêter) et à discuter. Charmant au demeurant, il m'offre quelques tomates et une poire pour agrémenter mon repas de midi.

Depuis un peu avant Maillé j'ai retrouvé les bords de canaux du marais poitevin.

Et je quitte aujourd'hui la Vendée pour faire une petite incursion dans les Deux Sèvres mais dès demain soir je serai en Charente Maritime.

Arrivée à l'accueil pèlerin de ce soir vers 17h30 après avoir retrouvé la Sèvres Nantaise et ses pêcheurs que j'avais laissé en entrant en Vendée je crois.


Beaucoup de routes pour cette traversée de Vendée mais le souvenir d'hôtes vraiment accueillant

Envie de prolonger votre lecture ?

Découvrez ces carnets de voyage de la sélection MyAtlas ou cherchez une destination.

Comme Daphné, rejoignez la communauté de voyageurs MyAtlas !
Inspiration, partage et découverte.