Carnet de voyage

Norte Primitivo

31 étapes
38 commentaires
5 abonnés
Dernière étape postée il y a 70 jours
31
Nouvelle tentative de réaliser cette voie. Si je peux franchir la frontière sans encombre et prendre le chemin vendredi matin, ce sera déjà une petite victoire. Puis Norte,Oviedo, Primitivo,Santiago
Juin 2021
40 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 17 juin 2021

Bon.

J'ai l'impression que tout ce que je pouvais préparer est prêt.

Le résultat de mon test PCR à fini par arriver hier soir à 20h28.

Mon amical voisin passe me prendre à 9h pour me poser à la gare.

Mon trajet en train est réservé jusqu'à Hendaye.

Ma chambre est réservée à Irun.

Mon sac me paraît correct.

La météo a la délicatesse de distiller une température supportable par un marcheur standard.

Je ne vois pas de raison de traîner plus longtemps; j'y vais.


Arrivée à Irun sous des trombes de pluie. Le genre qui donne l'impression que ça va durer.

En fait ,ça dure, effectivement. Toute l'après-midi, puis toute la soirée.

Dîner pintxos et bière, puis un kebab poulet.

Nuit dans une "pension", en fait un petit appartement transformé en espèce de dormitorium. En me couchant je sens bien que le principal intérêt de cette première demi journée ce sera que ça donne des ailes pour partir !

2
2
Publié le 18 juin 2021

Et bien la pluie s'est arrêtée et dès 6 heures on sent bien que on revient au beau temps. Je dis "on" parce qu'il y a un autre gars dans la chambre. Un peu space, mais supportable pour une courte période.

Décollage avant 7 heures. Sortie de Irun plutôt rapide, malgré des choix à faire sur quelques options ( qui de toute façon finissent par revenir au même après quelques centaines de mètres !)

Le gars marche plutôt derrière, semblant reconnaître l'oeuvre de Dieu dans la moindre fleur ou le vol d'une libellule. Après une côte un peu pentue il me rejoint devant un petit ermitage et m'annonce qu'il va faire une première pause, se faire un café chimique et froid, et me dit que si je veux continuer à marcher ça n'est pas grave.

Effectivement ça n'est pas grave du tout, c'est même vachement bien.

Le chemin est très beau, en sous-bois d'abord puis en longeant la côte sur une dizaine de kilomètres avant San Sébastien. Une belle entrée en matière.

Depuis le passage de la frontière mon téléphone est en sérieuse difficulté de connection. Il ne trouve pas vraiment le réseau qui va bien et me fait des bizarres messages. Je n'ai pas trouvé de boutique téléphone à Donostia. Je vais donc continuer avec le Wi-Fi quand j'en trouve et réfléchir à une solution adaptée.

Aujourd'hui 27 kms, 5 heures 30 de marche.

A demain !

Petit estey traversé en navette, faute de pont!
Petit estey traversé en navette, faute de pont!
3
3
Publié le 19 juin 2021

On peut dire que j'ai été bien reçu, hier soir. Un groupe de surfers et leurs "professeurs" m'ont proposé de dîner avec eux. Tortillas aux pommes de terre et échalotes. Très très sympa. On a pu manger vers 22heures. Coucher 23h30!


Départ vers 6h45. Le chemin longe la Concha. Superbe. Je rattrape un suisse-allemand en haut de la sortie de la ville. Dans un nuage. Au sens physique du terme. Nous torturons à tour de rôle un anglais approximatif et réussissons à établir un échange agréable. Le soleil apparaît par intermittences, il fait carrément chaud!Nous prenons 1 combinado à Zaraus puis décidons de repartir vers Guetari, ayant eu la confirmation que le gîte convoité est ouvert. Voie le long de la route, bien protégée et surplombant la mer. Sur 4 kms pavés de marbre. Excellent !

Séparation des acolytes. Problème de carte pour régler. Je flippe carrément ; entre mon téléphone sans téléphonie et ma carte qui semble me lâcher je trouve que l'intendance ne suit pas !

Test tremblotant dans un distributeur ...... ça marche! Je me sens vraiment plus léger, je peux continuer sans appréhension.

À part ça, personne ne m'a demandé mon test Covid et je n'ai pas encore eu besoin de mon sac de couchage. Ça doit être le principe de l'assurance; on n'est pas sûr que ça va servir mais ça rassure !

Aujourd'hui 32kms vraiment agréable.


À demain !

Je voyais ça plus loin. C'est cool!
4
4
Publié le 20 juin 2021

Il faut bien admettre que l'hoteliére était plutôt désagréable, mais passons là dessus. Pas de possibilité de cuisiner mais il me restait des nouilles chinoises. Un peu d'eau bouillante et le tour est joué.

Réveillé à 6 heures, sur le chemin à 6h30. Je grignote des fruits secs en me disant que je mangerai qqchose à Zumaia. 1 heure plus tard arrêt à Zumaia. En qq minutes je me retrouve sur la place, près du port. L'hôtel est devenu un petit immeuble cossu, le rez-de-chaussée une pâtisserie salon de thé. J'y prends un café chocolatine. La vendeuse me confirme ces changements ; toutefois je "reconnais" la place. Le fronton où je jouais souvent à la "pelota" n'est plus là, mais je visualise très bien où il se trouvait. Idem pour le magasin où j'avais acheté ma balle de cuir. Je prends une rue qui me permettra de revenir dans le chemin sans faire marche arrière. Et je me retrouve sur la place où nous passions nos vacances, avec ses halles de marché couvert, son église en haut d'une volée de marches, la maison où nous louions un appart. Mais fi des arbres qui faisaient de l'ombre sur 2 ou 3 bancs, disparus eux aussi. Fi aussi de la petite boutique du marchand de pipas et autres pétards en ruban.

Rien n'est vraiment pareil, mais rien n'est vraiment changé !

Un vieux monsieur me demande si il peut m'aider. Il ne peut pas.

2 petites heures plus tard je traverse Deva où je vais de petites courses.

Direction mon objectif du jour que j'atteins vers midi. C'est propre, super bien agencé et l'accueil est réellement parfait. Cherry on the cake on me donne le nom d'un monastère qui accueille en donativo 5 ou 6 kms plus loin qu'initialement prévu. Je prends!


Aujourd'hui un peu plus de 27 kms en 5h50, avec un dénivelé positif de environ 950 mètres.


Bonne soirée

À demain


L'albergue Izarbide, le long du camino.
5
5
Publié le 22 juin 2021

Un vrai bon moment à Izarbide. Le long de la route, très bien tenu, gîte et couvert à des prix très convenables la gentillesse en plus.

Rencontre avec Michel, sympa retraité marcheur, avec qui je dîne. Nous formons le projet de marcher ensemble jusqu'à la bifurcation pour le Primitivo.


Réveil, lever vers 6h 20, départ 6h45.

Beau temps sec, rapidement chaud. Dès le départ commence une (série de) montée qui nous occupe pendant la première partie de la matinée. Puis la marche devient vraiment bucolique, soit en surplombant des vallées luxuriantes soit en longeant un cours d'eau. Une dernière montée avec pas mal d'angle avant d'atteindre le monastère et nous y voilà.

Beaux bâtiments, accueil chaleureux et en français de l'hospitalier.

La chambre commune est très simple mais offre tout ce que l'on peut attendre, y compris un coin cuisine. On nous apportera de la nourriture à 20 heures, puis il y aura complies à 21h30 avec bénédiction des pèlerins.


Aujourd'hui 29kms en 6h30 avec 900 ou 1120 mètres de dénivelé positif en fonction des sources! 🙄


Bonne soirée


À demain !

Ombre basque.
6
6
Publié le 22 juin 2021

Pas mal de personnes nous ont rejoint dans l'après-midi, au monastère. Christophe (le gars du premier jour), un couple de jeunes français, 2 couples de jeunes espagnols. Du coup c'est une belle tablée et une bonne ambiance autour de l'énorme plat de nouilles qui nous est offert. Très bon moment, avec beaucoup de rires!


Réveil et lever 6 heures. Habillage, sac, etc, tout doucement pour les dormeurs.

Michel et moi partons vers la demi. Il a bien plu cette nuit, mais ça paraît se dégager. On avance bien, sans faire d'efforts particuliers. Le marquage est plutôt efficace bien que parfois difficile à interpréter car double ! Peut-être pour guider les piétons et les cyclistes.

Peu à peu des montées pentues ainsi que la pluie s'invitent à la fête ! Nous nous apercevons que nous avons perdu la piste dans un bois et décidons de nous rattraper avec l'aide du GPS. Nous y arrivons sans avoir perdu trop de temps en empruntant des vestiges de chemins encombrés de fougères hautes et de flaques copieuses. En fait l'aventure nous à bien plue !

Arrivés trempés, mais de bonne humeur à Gernika que nous traversons sous une grosse pluie, en prenant quand même le temps d'un café et d'un sandwich. La pluie est vraiment installée et nous sommes très très humides !

Direction Murzika où nous avons repéré une auberge privée qui paraît très bien. En pleine campagne.

5 - 6 kms plus tard nous y sommes. Personne! Mais on voit que c'est ouvert.

15 mns plus tard arrive la dame d'entretien qui nous installe parfaitement. Top qualité pour tarif cacahuète ! Évidemment une très bonne étape ! "Chambres Pozueta"

Demain nous envisageons de traverser Bilbao sans s'y arrêter. Nous cherchons des solutions alentour.


Aujourd'hui 28 kms, 6heures 30. D+ 880 mètres.


Un adorable chiot à l'albergue.
Météo médiocre!
7
7
Publié le 24 juin 2021

Au cours de l'après-midi midi arrivent peu à peu les 2 français, puis les 2x2 espagnols. La chilien a laissé la place à un catalan.

Très bon et copieux repas sur place, avec, en bouquet final un verre de patxaran maison.


Debout vers 6heures. Départ 30 mns après. Il a juste fini de pleuvoir, toute la campagne est trempée. Nous progressons beaucoup sur route ou piste; peu de sentier, mais à chaque fois il est assez raide. La pluie revient pendant 2 bonnes heures. On ne s'arrête pas.

Nous arrivons à Bilbao, à la cathédrale, vers 12h30. Validation de la crédentiale.

Puis, comme prévu, nous organisons notre transfert à Portugalete. Ceci pour éviter la remontée vers le Nord qui traverse exclusivement des zones d'activités portuaires ou marchandes.

Donc métro, puis albergue municipale qui vient de réouvrir, comme ne le disent pas les guides, y compris en ligne! Un vrai coup de pot, nous l'avons appris hier de notre hospitalier!

Demain Castro Urdiales par la côte.


Aujourd'hui 28 kms, 6 heures. D+ 656 mètres.


Bonne fin de journée

À demain !

Pont transbordement à Portugalete
Entrée de la cathédrale de Bilbao.
8
8
Publié le 24 juin 2021

Le gîte municipal de Portugalete est un minable mais il a l'avantage d'exister. On s'y installe dans une grande pièce (ancienne salle de gym) qui contient environ une quarantaine de lits. 4 nouveaux pensionnaires arrivent au fil du temps. Une femme alcoolique semble y avoir ses habitudes et y être hébergée en douce par la dame de l'accueil.

Michel et moi dinons Mex à l'extérieur et nous couchons vers 22heures.


Réveil 6h. Pas de pluie.

Trajet vraiment tranquille jusqu'à Castro.

La douceur laisse place à la chaleur. Mes pompes finissent de sécher en marchant. C'est une merveilleuse sensation!

La ville entoure vraiment le port, faisant assez penser à certains petits ports grecs. L'eau y est très calme ,protégée de l'océan par une très longue jetée.

Ça grouille de monde, chacun, comme partout, masqué... à l'extrême. Une vieille église, un vieux fort, une petite chapelle qui malheureusement ne peuvent être actuellement visités me narguent.

Nous sommes logés dans une chambre directement sur le port. Ça sent le farniente et les vacances. Ambiance lézard; j'adore.


Aujourd'hui 29kms, 6 heures. D+ 555 mètres.

Bonne fin de journée


À demain

9
9
Publié le 25 juin 2021

Hier j'ai fini par acheter une carte prépayée. Internet à fond et du téléphone espagnol. Du coup je re-installe Whatsapp. Ce n'est pas parfait mais ce sera déjà mieux.

Dîner de poulpe et chipirons. Le pied!


Réveil un peu avant 6 heures et départ à 6h10. À la fraîche.

Belle route, avec une grosse montée que je n'ai pas aimée. Néanmoins nous avançons bien, souvent près de la mer, sous un ciel transparent et un soleil qui ne négocie rien. C'est quand même mieux que la pluie !

Arrivée à Lliendo, notre but initial, vers 11 heures Michel et moi nous heurtons à un vrai sujet de grief. Ça faisait un moment que quelquechose couvait. Séparation.

Je poursuis jusqu'à Laredo. En route je passe une réservation à des religieuses qui sont sur la trajectoire. Le monastère des Monjas Trinitarias, calle San Francisco. J'y pose mon sac et mes bâtons et me voici devant un café-solo après avoir regonflé mon porte-monnaie au distributeur.

Laredo paraît être très sympa. Je vais partir en exploration avant de m'installer à 16 heures. Viva España!


Promenade du jour: 35 kms,6h35, D+ 692.


Bonne fin de journée


À demain

Pensée philosophique de Stevenson.
Chemin côtier !
10
10
Publié le 26 juin 2021

Après une soirée tres reponsante dans ce monastère où l'on m'a offert une chambre individuelle, où la cuisine est parfaitement équipée et où tout est d'une propreté remarquable, après tout ceci je me retrouve au doux soleil du matin en train de marcher vers la plage ou va accoster le bâteau qui me fera traverser la ria del Ason.

En longeant la Concha j'ai rencontré 2 pèlerins lituaniens qui m'ont offert un café juste chauffé sur un petit rechaud à gaz ! Agréable moment sur le front de mer.

Le bateau accoste effectivement sur la plage; nous sommes 7 à 8 à embarquer. C'est tellement drôle de faire cette petite traversée

La route à pied se fait bien. Le terrain est quasiment plat.

Arrivée à la Cabaña del Abuelo Peuto, tenue par un ecclésiastique et toute une équipe de bénévoles. Elle a la réputation d'être "la mieux" du Norte. Accueil sur le pas de la porte par le père lui-même qui parle français, puis prise en charge par son équipe qui est attentive à tous mes besoins. Repas offert après la douche. Un grand-père et 3 de ses petits enfants me rejoignent dans la chambre. Très sympas aussi. Je suis conforté dans le choix de mon étape de demain par le grand-père. Les dieux semblent être avec moi.


Aujourd'hui 28kms, 5h30, D+ 333.

Bonne fin de journée

À demain

Monument à l'entrée du port de Santoña.
11
11
Publié le 27 juin 2021

Finalement le Padre Ernesto m'apprend que l'étape de demain me mènera à une albergue fermée. Changement de programme: ce sera Boo de Piélagos. Du coup les distances seront plus équilibrées !


Départ vers 8heures. Le bâteau est à 10h55 et à + - 13 kms. Il pleut du début à la fin du trajet. Tout est sec sauf mes chaussures et le bas de mon short. Arriver à pied, prendre un "ferry", repartir à pied sur "une autre terre", ça me met en joie! Ça me donne encore plus l'impression d'avancer.

La sortie de Santander est éternelle, mais je craignais pire. La remontée des allées, à partir de la cathé drale jusqu'à sortir de la ville est même assez extraordinaire. J'apprécie d'autant plus que la pluie a cessé de tomber.

Arrivée à Boo après environ 2h30 de marche. Enregistrement direct. Tout est comme neuf. Bien agencé. Chambre pas surchargée. Sdb et cuisine au top. Pile sur le chemin. 24€ diner+nuit+pdej, ça va être difficile à battre!


Aujourd'hui 33kms traversée incluse, 6 heures,D+ 355.


Bonne fin de journée


À demain


Cathédrale de Santander vue de l'arrière.
Le "ferry" Somo - Santander.
12
12
Publié le 28 juin 2021

C'est très français, je crois. Après les compliments, le coup de pied de l'âne !

Tout était effectivement très bien, hier à Boo, mais cela manquait d'âme à force de vouloir être impeccable.

Le service à table par une dame habillée en cheffe, l'installation de tables séparées en fonction des numéros de chambre (corrigée spontanément par tous en formant une seule table), les plats servis "comme au restaurant", idem pour le petit déjeuner, c'est un peu beaucoup.

Mais, ne crachons pas dans la soupe, ce fût un bon moment !

Départ sous la pluie vers 8heures. Je me sens bien et trouve cela très supportable. D'autant plus que il n'y a pas plus de 25kms environ à faire sur petites routes principalement et sans montée ou descente à gérer.

Alors que je détuile un peu ma couverture, arrêté contre un bâtiment agricole, je vois foncer sur moi un fauteuil roulant électrique piloté par un monsieur d'un certain âge qui m'entreprend. D'où venez vous, où allez vous, l'Espagne vous plaît elle, etc, etc.

Et puis une simple question :

Est-ce que je peux vous demander de faire une prière pour moi quand vous serez là bas?

Bien sûr. Donnez moi votre prénom, s'il vous plaît.

Raymond.

Je vais m'en souvenir, c'est sûr !

Adios! Buen camino !


Le chemin reprend, avec comme principales variables la taille et le nombre des goutes de pluie.


Au détour d'une rue courbe d'un petit village surgit face à moi un grand diable en cape de pluie. Il me parle directement en français.

C'est comment la prochaine albergue ?

La route est comment ?

Tu vas au bout?

Par où tu passes?

C'est bien ta housse étanche, où tu l'as trouvée?

L'échange traditionnel avec la chaleur en plus. On se serre la main ; on re-parle ; on se re-serre la main etc ...

20 bons mètres nous séparent. Dans mon dos j'entends "François!"

Il me rejoint.

Je te passe les adresses Donativo du Primitivo qui ne sont pas sur les guides. (Photo du document.) Et puis "Merci ! Quand je t'ai croisé j'avais un coup de blues. Ça va bien, là, merci."


C'était Yannick, un grand suisse qui rentre chez lui alors qu'il marche depuis 3 mois.


Une seule albergue dispo ici ce soir. Les jeunes font 10 kms de +. Grande chambre meublée à l'ancienne. Vieux coffres, toiles diverses au mur, quelques sculptures. Le tout est à la fois ancien et rock 'n roll, si j'ose dire.


Je suis à Santillana del Mar, et c'est jour de fête locale.

Une erreur de manipulation m'a fait effacer les données du jour. J'ai fait environ 25kms.


Bonne fin de journée


À demain

13
13
Publié le 29 juin 2021

En fait de fête locale, je n'ai pas vu grand chose. Quelques costumes traditionnels, 2 ou 3 chants locaux et puis voilà...

C'est quand je me suis décidé à aller prendre une paëlla à El Pradon que j'ai compris le transfert de culture : Croatie /Espagne à la télé! Le bar plein, une partie de la clientèle aussi, une ambiance de feu pour un match à rebondissements. La folie complète, doublée d'une franche rigolade!

Retour au bercail.


Départ plutôt matinal en tenue estivale: il fait sec et doux dès le petit matin.

Belle promenade vers, puis le long de la côte. De beaux paysages. Une campagne riante et très verte. J'avais prévu Comillas, ce sera San Vicente de la Barquera. En effet il paraît que l'albergue a re-ouvert! Le terrain est globalement plat avec quand même 2 ou 3 belles montées. Belle arrivée dans le port de la ville. Je trouve l'albergue assez facilement. Entièrement restaurée et, ma foi, bien placée. Lessive, petites courses en ville pour le dîner et hop, après un petit tour sur le port je mets la machine à refroidir !


Aujourd'hui 37 kms, 7h20 et un D+ de 733 mètres.


Bonne fin de journée


À demain

En cours de route la Cabane de Martin, c'est écrit dessus! 😀
Étrange lieu où des centaines d'arbres semblent avoir été noyés.
14
14
Publié le 30 juin 2021

Depuis longtemps je n'avais pas cuisiné sur place. Il faut dire que pour des raisons Covid nous ne pouvons utiliser que micro-ondes et bouilloire ; ça limite un peu. Calamars et petits pois au micro-ondes + dessert chocolaté.


Ce matin sous un couvert de nuages d'altitude il fait très bon, la température est bonne pour une marche aisée. Il s'agit sans doute d'une partie du parcours la moins excitante ; beaucoup de routes plus ou moins importantes et donc un vrai manque des sentiers, des passages en sous bois, etc. Cela va revenir avec le Primitivo.

Je travaille avec Javier, notre hospilatero de Aves de Paso (les oiseaux de passage) à Pendueles, les prochaines étapes, celles qui vont servir d'articulation pour entrer dans le nouveau chemin. A l'évidence il est bien informé. Il me propose des étapes inattendues pour moi, avec donativo, qui se combinent bien en terme de kilométrage. Javier est tout à fait prévenant: en plus du co-pilotage il assure le repas du soir et pdej. Parallèlement à ceci, il va faire nos lessive et séchage de linge dans la soirée.

Aux petits oignons.....😊


Aujourd'hui 28 kms, 5h30, D+ 560


Bonne fin de journée


À demain

15
15
Publié le 1er juillet 2021

Donc ce fût une belle soirée aux Aves de Paso. De la bière et du vin espagnols, un énorme plat de lentilles, apparemment spécialité locale, très bien préparées, un régal. Un petit verre de cidre (autre spécialité locale) et tout le monde au lit.

Ce matin on ne part que vers 8h après le petit déjeuner et en petit groupe. 2 jeunes français (Benoît et Alexis) et une jeune allemande, plus moi.

Je ne trouve pas le rythme ou quoi, en tout cas je me fatigue. Malgré un chemin bien plus agréable qu'hier et des passages sur des plages, je rame un peu. Pourtant, de façon naturelle, le groupe s'est divisé, mais rien n'y fait.

Sur les conseils de Javier l'étape est un peu longue, mais me permettra de pointer dans le Primitivo dès après demain. Je suis à Piñeres de Pria, petit pueblo assez merdique, mais j'y suis bien logé et la propriétaire inclut la lessive de mon linge et le petit déjeuner dans les 10 €. Difficile de faire la gueule!

Soirée en solo, et demain dernière journée proche de la côte, avant le virage au sud ouest.


Aujourd'hui 37kms, 8heures. D+ 693 mètres


Bonne fin de journée

À demain

Parfois les routes sont dangereuses pour d'étranges raisons!
16
16
Publié le 2 juillet 2021

Après une soirée exemplaire par son calme, couché (très) tôt avec mon bouquin et donc lever fort matinal.

Balade incroyablement sympa sur de petites routes ou des sentiers de bord de falaise. Je fais un arrêt pharmacie pour du paracétamol, histoire de m'aider à redresser la barre.

Kristina arrive, puis un couple slovène déjà rencontré, ainsi qu'un autre gars. Les 2 français sont encore absents; ils sont fréquemment tardifs.

On se fera sans doute des plats individuels, rechauffés au micro-ondes, que nous mangerons ensemble. La cuisine étant fermée biscotte le covid!


Aujourd'hui 28kms, 5h30, D+ 515 mètres.

Bonne fin de journée

À demain

17
17
Publié le 3 juillet 2021

Le couple slovène est arrivé et n'a peur de rien. Sur un minuscule rechaud à gaz il ont confectionné un plat très très étonnant, que nous avons ingurgité à 3,les autres étant allés "en ville".


Assez fatigué ce matin. Je traîne une espèce de crève que j'essaie de traiter avec le Doliprane local. Pour le moment c'est quand même la crève qui gagne le match.

La balade du jour se déroule sans que rien de très particulier ne se passe.

Le but du jour est une petite albergue donativo légèrement au sud de Villaviciosa. C'est à Amandi l'albergue s'appelle la Ferreeria et l'endroit est vraiment cool avec un propriétaire bien sympa. Il m'annonce qu'il prend tout en charge ; le linge, le dîner et le pdéj.

Du coup je vais peut-être finir mon bouquin.



Aujourd'hui 27kms, 5h40, D+ 510 mètres.


Bonne fin de journée

À demain

Une dernière vue sur la mer.
18
18
Publié le 4 juillet 2021


Hier soir donc, vraie soirée mode albergue donativo. Tous à la même table. Ensalada et paëla végétarienne. Un peu de vin rouge frais. Pudding de pain perdu. Tout va bien . On parle 3 langues alternativement, voire ensemble dans la même phrase !!!


Un beau dimanche que ce dimanche. On se croirait en été ! Le chemin déroule sans problème. L'iberique paracétamol commence à faire effet. Et le temps (qui passe) commence à régler son compte au temps (qu'il a fait); je commence à me sentir mieux ; j'espère être au top pour après Oviedo.

L'albergue de Pola de Siero est déclarée fermée, mais en fait elle est .... entrouverte ! On m'y accueille, ainsi qu'un américain et une allemande, en service minimum (mais suffisant) moyennant un donativo, au lieu de la somme demandée habituellement. Il n'y a que les montagnes qui ne bougent pas ...

Visiter ou traverser Oviedo? Demain arriver à Oviedo devrait être rapide et je ne sais si je me fond sur le schéma type ou si je traverse sur ma lancée et re-modèle les 15 jours qui viennent. J'ai quand même l'impression que les étapes proposées tiennent compte des dénivelés. Je vais laisser passer la nuit là dessus ! 🤔

Aujourd'hui 26,5kms, 5h15, D+ 650 mètres.

Bonne fin de journée

À demain

19
19
Publié le 5 juillet 2021

Soirée un peu space, hier soir. Des séparations, des départs, des projets ou des étapes qui divergent. Mais finalement un dîner franchement pas bon dans une brasserie recommandée par l'hospitalier qui n'y est sans doute jamais allé, à moins qu'il n' aime les produits de base congelés!


Dans la nuit j'ai un flash, en dormant. Ça me réveille. Je prend mon téléphone. À moins de 12kms après Oviedo Il y a une albergue donativo. Je vais faire ça. Je verrai après pour le reste de la traversée.

Je pars un peu avant 7 heures. Ils dorment encore, tous. Je déroule bien, la cathédrale sonne 10 heures quand j'y arrive. Je vois mes 2 slovènes qui font la queue pour visiter. Je veux juste le tampon. Asta luego !

Je prends la route. Tellement heureux d'être dans le Primitivo ! Ça y est! J'y suis, "je le fais". Je trouve l'albergue. Il faut appeler un numéro pour les clefs. Ah bon? Cerado? Mais ???? Cerado cerado. Complètement. Et la proxima ?

Grado. C'était prévu pour demain ça !

Bon. Pas trop le choix. Il est 13h20. Je suis à + ou - à 12 bornes .J'y vais. Au plus direct, par Maps. J'astique la route. Une dame de Budapest s'accroche aimablement au train. À 7 - 8 kms de Grado je retombe sur le Camino qui me paraît équivalent en longueur à la route. Vendu! À 16heures et des poussières je suis à l'albergue ! Victoire !

Euh ... non, c'est complet. À ce moment-là je prends comme un petit coup derrière la tête ! L'hospitalier est à la fois britannique et sympathique. Il m'en trouve une autre à proximité immédiate et réserve en mon pré(nom) .

Finalement je me dis que tout ça n'est pas mal. J'ai "gagné" une étape. Les autres me pensent sûrement à Oviedo comme prévu. Je reprends le planning de base et nous allons sûrement nous retrouver à ou avant Santiago. Je trouve ça plutôt cool.

Il faudrait juste que Jean Michel intervienne, parce que là, il fait une chaleur d'enfer, et sans un peu de pluie je risque de me lyophiliser ! Mon grand, si tu m'entends, attaque la danse de la pluie, avec une vraie préférence pour la tranche 22h / 6h.


Merci d'avoir eu la patience de me lire jusqu'à ici.

Aujourd'hui 44kms, 8h30, D+ 760 mètres.


Bonne fin de journée


À demain !


Le Camino passe partout où il peut!
Le "gîte" en tenue du soir!
Sortie d'Oviedo, début du Primitivo
20

Le gîte était en fait un adaptation opportuniste d'une partie d'un hôtel / chambre d'hôte. Ça dépanne bien mais ça fait vaguement penser à une foire au bétail ! Un marcheur espagnol s'est auto-intronisé organisateur de la soirée de quelques étrangers. Je suis resté assez cool; je crois avoir réussi à supporter sans vraiment subir!


Malgré une pointe de fraîcheur matinale bizarrement accompagnée d'un épais manteau nuageux, le ciel se déchire franchement et laisse largement passer le soleil qui se sent, ce matin, une vocation de rotisseur!

L'étape, plutôt courte, commence à montrer une vraie volonté de faire monter et descendre les candidats à la promenade. Ceci avec de l'angle. Je vais reproduire à l'envi les départs à potron- minet! Ça pourrait m'éviter une forme quelconque d'ébulition cérébrale 🤪

Subséquement à mon expérience d'hier, j'ai appelé 3 albergues avant de pouvoir placer ma réza, vers 9h30 du matin! Et Salas est muy pequenia et équipée d'au moins 4 albergues. En attendant l'ouverture je regarde les gens qui sont là, au marché. Ça fait du bruit, ça parle fort, ça mange et ça boit de tout, à tous les âges. C'est merveilleusement espagnol.

Et puis apparaît Alexis qui bizarrement à fait le même parcours que moi et a atterri au même endroit, hier, sans que nous le devinions.Les 2 slovènes passent également, tellement heureux de leur trajet! Jacob a formé le projet de demander sa compagne en mariage à l'arrivée ! Aucun de ces 3 ne s'arrête ici. On se reverra peut-être, inch Allah! Et tous les autres qui n'étaient pas là avant et qui maintenant sont sur le Camino, qu'ils s'arrêtent ou non. D'où sortent tous ces gens? Je vais questionner discrètement et vous tiendrai au courant dès qu'une hypothèse crédible voit le jour!


D'ici là, notre rubrique chiffrée :

Aujourd'hui 24kms, 4h30, D+ 720 mètres.

Bonne fin de journée


À demain


Le 1er plan est donc un palindrome et non pas une expérience ratée de Photoshop!
21
21
Publié le 7 juillet 2021

De fil en aiguille je choisis un petit bar en face de l'albergue pour y prendre mon dîner. Le gars me dit (m'ordonne) de revenir à 20h.

20h. Me voici !

Parmi la 1/2 douzaine, 1 table dressée pour 1 seule personne. Il ne m'a pas oublié !

Il m'éructe ce qui ressemble à une liste de plats. Je n'y comprends rien. Je me sens assez dépourvu. Il ne se démonte pas, et me sert une soupiére entière de soupe de poissons, puis sur le même principe un plat de pois chiches et pommes de terre avec chorizo, suivent 3 énormes tranches de lomo épicé avec frites, puis un flan vanillé, le tout étant d'une part fait maison et d'autre part suivi d'un café et d'un alcool de plantes !

J'étais le seul étranger dans ce bar qui criait sa passion à la télé footeuse, et quelque part je me sentais avec eux!


Au moment où je pose le pied sur la terrasse, 1 puis 4 puis 20 gouttes se rassemblent pour s'écraser sur ma route et m'obligent à passer en mode pluie.

Montée constante, de 6 à 8% environ, sur +ou- 6 kms, sous les arbres immenses dont les branches se joignent en hauteur, m'offrant un végétal parapluie. Ça en devient un réel plaisir !

Petit à petit la pluie cesse, et c'est moi qui m'effeuille. À partir de ce moment, la progression se poursuit quasiment au même niveau. Je retrouve mes slovènes et nous marchons ensemble jusqu'au bout. Dans Tineo nous rencontrons Alexis, égal à lui-même, sur le départ.

L'albergue est trop moderne pour faire vraiment rêver. Mais bon; elle est là !

Demain je vais viser Pola de Allande, regrettant un peu un autre passage plus authentique mais pas à faire avec ce genre de temps.

Je vais réfléchir à la possibilité d'aller directement de Pola de Allande à Grandas de Salime. Ça me ferait une étape un peu joufflue à la place de deux maigrichottes. À voir.


Aujourd'hui 22,5 kms, 4h30, D+ 780


Bonne fin de journée


À demain

Alexis, que je suis heureux de connaître
Avec mes slovènes préférés (Le personnage de droite est une sculpture !)
22
22
Publié le 8 juillet 2021

Tineo est sous la pluie toute l'aprem. Je trie, je classe, je range et finalement le jette quelques grammes superflus.

Fin de journée, je traîne un peu dans les rues. J'avise un mini troquet "La griega" qui utilise des barriques en guise de tables. J'entre. Une espèce d'antre de pirates, j'adore. J'y suis seul. C'est une heure pour les pèlerins, pas vraiment pour les espagnols ! Ensalada, verre de vino tinto. Avec la et le patron (ne) on refait le monde en riant dans un mix de langues à couper au couteau ! Belle soirée !


7h du mat. Il fait sec et frais. Je monte plutôt bien ; il n'y a pas trop d'angle. L'affaire se passe bien. J'arrive sur le coup de 13 heures. Je vois l'albergue accrochée à la pente depuis la table du café où je prends tortilla + ensalada.

Ce soir le proprio fera un topo sur l'étape qu'il connaît bien. L'endroit est très bien, très propre et bien pensé. Je sens que c'est une bonne étape !😉


Aujourd'hui 29 kms, 5h50, D+ 860 mètres


Bonne fin de journée


À demain

Espagne verte et foisonnante!
Pendant une bonne heure, marche au-dessus d'une mer de nuage!
23
23
Publié le 9 juillet 2021


La réunion de chantier du proprio à été très décevante. Il n'a rien fait pour décrire ou faire sentir ce qui se présentait. Par contre il a tout fait pour inciter à aller à l'unique albergue de À Mesa, à croire qu'il a des intérêts dans l'affaire !

Café d'en face, pizza + vino tinto local, 1 café solo et dodo.


Je me lève à 6h40, je suis dehors prêt, à 6h52. Au bout d'un km j'enquille la fameuse montée du sommet de 1140 mètres. Ça se passe mieux que je ne craignais. Après avoir monté dans un nuage permanent, pendant 2 heures, en arrivant au sommet, bonheur : le soleil est là plein pot, le(s) nuage(s) blanc comme de le chantilly juste sous mes yeux. C'est merveilleux. Je trace la route jusqu'à À Mesa pour juger objectivement de ma capacité ou non à pousser jusqu'à Grandas. J'y arrive un peu avant midi, presque 3 heures plus tard. J'engouffre 2 parts de pizza qui me restaient d'hier et fait le diagnostic :les pieds, les jambes et la tête vont bien, il n'y a que entre 13 et 15 kms à faire, essentiellement en descente, j'y go !

Avec le soleil et la température qui va avec, le début se passe un peu dans une machine à rôtir. Et puis le rôti s'habitue et ça se passe bien. La longue descente est en version tout terrain et bien aménagée en longs lacets. C'est très long mais ça reste correct. Franchissement étonnant d'un barrage entouré de bâtiments désaffectés, abandonnés. Puis une ultime montée longue de 6 ou 7 kms, mais constante. Dès que possible le chemin passe dans des couverts, des sous-bois, c'est vraiment le chemin qui s'efforce le plus de s'intégrer à la nature !

L'albergue est très légèrement à l'extérieur du pueblo. Le temps de 1 ou 2 cañas, de quelques petites courses et je vais y retourner, histoire de me mettre au frais!

À partir de demain je me cale à nouveau sur le concept global du découpage, et, si tout se passe "normalement" je suis à Santiago dans une semaine. Ça me paraît extraordinairement court et riche à la fois.

Aujourd'hui 39,5kms, 8h15, tenez vous bien: D+1505 mètres, D-1635 mètres !

Bonne fin de journée

À demain

La descente se passe sur un flanc anciennement ravagé par un feu.
Arrivée en haut du mont machin. Il faut imaginer que la vallée est effectivement pleine des nuages dont nous ne voyons que le dos!
24
24
Publié le 10 juillet 2021

Installation inattendue dans une chambre perso, la partie albergue étant complète. Dîner réchauffé dans la cuisine, puis coucher tôt. Il faut récupérer !


Décollage à 7heures. Café con leche y pan con chocolate en suivant, le premier bar étant à 200 mètres et ouvert !

Une première partie se fait dans un nuage, à nouveau. Il semble que cela soit une marque de fabrique locale ! Dès que le bloc nuageux je passe à nouveau en mode cuisson rapide. Moi qui aime plutôt la chaleur je suis servi!

Un peu plus loin à force de bla bla bla avec un espagnol nous oublions de tourner. La configuration du terrain ne nous permet pas de couper. Marche arrière!

Il y a quand même du D+ et ça se sent! Les dernières centaines de mètres pour entrer dans Fonsagrada sont une tuerie de pente! Heureusement quelques arbres jouent fort bien le rôle de parasol!

L'albergue est vite trouvée, en ville et le long du camino. Il y des pulperias, je rêve déjà de ma dînette ! En attendant je vais me mettre à refroidir ! 😜


Aujourd'hui 27,5kms, 5h30, D+ 1007, D- 550 mètres.


Bonne fin de journée


À demain

À la queue leu leu ...
25

Alors la Cantabrie c'est le cachopo et la Galice les pulpos. Et donc j'y suis depuis hier samedi; j'ai franchi une petite symbolisation en travers du chemin m' avertissant du fait.

Donc pulpo a la galego et viva España !


Démarrage à 7heures. Demain je partirai plus tôt, il fait vite très chaud et ce soir j'ai le grand doigt de pied de droite qui flambe excessivement. Il faut que j'éteigne rapidement l'incendie ; plus que 5 jours à tenir !

Il y a encore du dénivelé positif en pagaille. Heureusement un petit troquet était merveilleusement positionné aux 3/4 de la montée. Je me suis bidouillé un petit nid autour de mon orteil, et je finis pas si mal.

L'hébergement réservé est plus que correct. Pour des raisons Covid j''hérite seul d'une chambre à 2 lits avec sdb privée ! Au prix de l'albergue !

Je finis par avoir l'occasion de papoter avec un jeune suisse qui taille la route depuis quasi 3 mois. Bien entendu re-apparaissent mes 2 slovènes ! Nous nous promettons de dîner ensemble demain à Lugo.


Aujourd'hui 26 kms, 5h30, D+ 756 D-997 mètres. Je crois que demain ça devrait se calmer. Je vais peut-être tenter de faire l'étape en spartiates pour économiser mon orteil.


Bonne fin de journée


À demain

Trois petits vieux à l'ombre!
26
26
Publié le 12 juillet 2021


Pour clôturer la journée à O Cavado, petit dîner en tête à tête avec David, jeune suisse parti de Amsterdam il y a déjà plus de 2000 kms. Échange d'anecdotes, puis cours rapide sur la pierre philosophale avec photos à l'appui ! Au total, une bonne soirée tendance ésotérique.


À peine une lueur dans les rues de O Cavado et je perçois le reflet de la pluie sur le bitume. Adieu au projet de chaussures légères. Je taille la route dès 6h30. Il pluviote, mais c'est supportable. Je devine des formes devant, sur le chemin. Il y a des vaillants ! Je suis rattrapé par David qui s'avère être un authentique moulin à paroles. Lui prêter l'oreille me détache assez efficacement de mon orteil qui me brûle mais que j'arrive à maintenir recroquevillé, le rendant moins sensible. 8 à 10 kms avant Lugo nous rattrapons Ana, portugaise matinale, et finissons par entrer dans Lugo, qui est très moche à distance mais dont la vieille ville paraît agréable à vivre.

L'albergue ouvre alors que j'arrive, je suis le 8ème. C'est bon, j'ai un lit en plein centre, trouvé facilement !

Nous déjeunons ensemble puis partons chacun pour nos logements respectifs.

Aprem mode lézard, le soleil est revenu ! Ce soir dîner avec Jacob et Irénéa. Quelle vie mondaine, ça m'épuise!


Aujourd'hui 32kms, 6h, D+650 mètres.


Bonne fin de journée


À demain

Je ne sais pas si ça se lit sur la photo. Ici, nous sommes à moins de 100 kms de Santiago. Ça tombe bien j'ai prévu 4 étapes !
27
27
Publié le 13 juillet 2021

Pour une quelconque raison les slovènes n'étant pas au rv du dîner, la soirée a évoluée vers la simplification. Un plat, un ballon de rouge local et au lit avec Henri Bosco et son mas Théotime.

Le dortoir est très éclairé par la rue; c'est assez déroutant car pendant les courts réveils nocturnes je crois à chaque fois que le jour se lève et au final j'ai l'impression d'avoir fait une grasse mat' terrible alors que je suis sur le pied de guerre dès 6h30!

Alors que je sors de la ville je réalise que j'ai oublié mes bâtons ! Tant pis , je ne vais pas retourner à l'albergue, ça fera le bonheur de qqn! Je rattrape Ana la portugaise ; David le suisse nous rejoint et puis nous "dépose" à Ferreira, au Ponte de Ferreira. Hollandais et végétarien.

Je modifie ma fin de parcours, en zappant Melide déjà vue il y a 2 ans et réservant dans un pueblo un lit dans un mini etablissement à Castañeda: albergue Santiago, ainsi nommée du prénom du proprio ( sic!). Ainsi toutes les dernières étapes vont être à peu près de la même longueur: moins de fatigue en perspective !


Aujourd'hui 29kms, 6h15, D+ 637 mètres


Bonne fin de journée


À demain

La cathédrale de Lugo au petit matin!
Petit pont "romain" !
28
28
Publié le 14 juillet 2021

Accueil aux petits oignons dans cette albergue espagnole, tenue par des hollandais, au charme tout britannique !

Dîner végétarien précédé d'un petit protocole de présentation et d'une courte prière, du fait que 3 pèlerins sont des franciscains polonais !

Je suis dans une chambre avec 3 adolescents qui, fort heureusement, sont très calmes. Nuit profonde, éjection du lit 6h10, du site 6h30.

Mis à part quelques côtes, qui maintenant paraissent anecdotiques, le chemin est vraiment tranquille. Je dépose Ana, rejointe entre temps, à Melide. Je poursuis direct vers Castañeda, maintenant entouré d'une nébuleuse de pèlerins sans doute déversés par le Francés. Ça ne fait pas rire du tout, c'est même assez effrayant ! Du magma grouillant surgit, puis surnage, un certain Julien avec qui je partage 5 ou 6 kms et à qui j'offre à boire à mon auberge. Salut et bonne fin de chemin à toi!

Processus d'installation habituel + réza d'un lit à Pedrouzo. En plein centre, le long du chemin, j'ai du pot!

Aujourd'hui 29 kms, 5h45, D+ 730 mètres

Bonne fin de journée


À demain

Un des nombreux greniers à récoltes rencontrés sur la route. Typiquement local.
Joli petit bosquet dont le charme ne paraît sans doute pas dans cette photo.
29
29
Publié le 15 juillet 2021


Je continue de penser sérieusement que je prends du poids pendant ce Camino ! Hier soir encore, le menu pèlerin est composé d'une salade composée énorme, de lomo grillé (3 tranches ) avec des frites, de vin rouge, de fromage avec pâte de fruits, un petit café et un pousse café jaune qui va bien! J'explose!


Est-ce la digestion ou quoi, je commence à me réveiller autour de 4 heures. De fil en aiguille, je ne me rendors pas vraiment et je finis par mettre les voiles à 6h et des poussières ! Du coup à 11heures je suis arrivé. J'interview l'office de tourisme, puis la pharmacienne ; même réponse : on ne sait pas ce qu'il faut faire, ça évolue sans cesse, voyez à Santiago ! Idem avec l'hospitalier....

Ça, ça me tend vraiment. J'arrive vendredi fin de matinée, je sens que je vais me faire coincer pour cause de week-end ! Le test PCR ayant une durée de validité limitée, ça pue le piège ! De toute façon, je ne suis pas le seul, je verrai sur place.

J'ai réservé un lit à l'albergue La Crédentiale, au coeur de Santiago.


Aujourd'hui 27,5kms, 5h10

Bonne fin de journée

À demain

Belle peinture murale, non?
Image volée d'un groupe de "petits voeux" qui prennent tranquillement l'apéro ! Cool, non?!?
30
30
Publié le 16 juillet 2021

En fait Jean Michel je me suis retrouvé dans la même auberge qu'il y a 2 ans! On n'avait pas remarqué mais en face il y a une pulperia. Elle est très bien.


Ce matin ça bouge dans les dortoirs dès 5 heures. Je finis par décoller 10 mns avant 6h . J'ai enquillé à fond sans m'arrêter avant la cathédrale ! J'y suis arrivé à 9h30. Bureau des pèlerins : ils ne savent pas, pour le PCR ! C'est une forme de négationnisme collectif !!

Je me dis ,je vais aller voir directement à la gare routière. Au bout du compte 10 minutes après j'ai mon billet. Qq courses en vitesse pour bouffer pendant le voyage et me voici prêt. On va voir comment on passe d'Irun à Hendaye, nuitamment.


Aujourd'hui, jusqu'à la gare routière et en passant par la cathédrale 27kms, 4h30 de marche!


Merci d'avoir eu la patience et le courage de me lire.

À très bientôt !

Je vous embrasse

31
31
Publié le 16 juillet 2021

Quelques indications sur la rigueur du contrôle en gare et à la frontière.

1 je prends mon billet sans l'ombre d'un contrôle concernant le fait que je sois vacciné ou non, que j'ai un test PCR ou non. Simplement qq mots sur le document qui tient lieu de billet, m'invitant à contrôler la réglementation en vigueur dans mon pays de destination (en fait une décharge de responsabilité pour le transporteur, donc!)


2 une dizaine au départ, chacun seul(e) dans sa rangée. À partir de Santander, puis Bilbao on fait le plein: + de 40 dans le bus. Imaginez la valeur de la distance de sécurité !


3 Passage de frontière. Euh .... J'ai réalisé qu'on a franchi la frontière, avec le protocole que ça représente à peu près 30 kms plus tard. On ne peut pas dire que ça a été gênant ! Même mon smartphone a poussé 2 ou 3 petits sons pour me prévenir ; la sécurité aux frontières, non!


Je me sens bien gouverné et en pleine sécurité. Vive la France, vive l'Europe !


Enfin je ne plains pas, je supposait qu'il pouvait y avoir une fenêtre en tentant l'achat du billet en direct ; je ne pensais pas trouver une baie vitrée !


Bonne nuit, nous sommes bien gardés !😳