Carnet de voyage

La Nouvelle-Zélande sauvage

48 étapes
4 commentaires
7 abonnés
Dernière étape postée il y a 224 jours
La Nouvelle-Zélande: ses grands espaces, ses montagnes, sa nature généreuse, sa tranquillité, sa beauté incroyable mais aussi son importante culture Maori...
Décembre 2018
7 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Le matin, on prend le petit déjeuner et alors qu'on arrive vers 8h, il est déjà 13h ici (5 heures de decalage) ce qui est bien moins perturbant. On est quand même fatigué; )


On prend ensuite beaucoup de temps pour passer les différents contrôles. Ça ne rigole pas ici. Tous les produits frais, poubelle...Nous on mange nos derniers vivres (pomme, oreo!). On doit remplir tout un questionnaire en amont aussi. Il nous reste quelques vivres comme des barres de céréales et des soupes lyophilisés. On les déclare. On passe donc par la douane. Ils checkent, pas de souci pour ça. Par contre, on doit aussi déclarer nos bâtons, chaussures de randonnée et tente. Et là, inspection supplémentaire...Ok. La tente, elle, est envoyée dans une autre section pour être ouverte complètement et vérifiée. 15 minutes plus tard, on la récupère au guichet dédié à cet effet. Pas besoin de visa à part ça ;). Tant mieux!


On se dit au-revoir et à bientôt avec Simone après avoir pris une photo de nous avec la porte d'entrée et les statues: c'est un accueil spécial fait par les peuples natifs d'ici. Trop bien, ça me plaît déjà:)))). On achète aussi en même temps ensemble une carte sim néo-zelandaise avec un forfait pour deux moins (50 euro) chez Spark. Hop, comme ça, c'est fait!!

Avec Simone  :)


Et on retire aussi déjà 1000 dollars néo-zelandais (1 euro = 1,6 dollars).

Puis on rejoint le bus jaune et noir indiqué par l'agence de location de notre van. Le bus est gratuit pour nous. On est à seulement 3 km mais on espère arriver à temps car on a l'impression que l'agence ferme déjà à 15h30 et le bus s'arrête à tous les hôtels. Aaaah!


On arrive à la minute près mais en fait ils ferment à 16h30. Si l'agence est classe, l'efficacité du personnel laisse à désirer. En tout, on aura enfin tout réglé plus d'une heure et demi plus tard...On fatigue!


Gero demande une traduction de son permis en anglais. Cela prend une dizaine de minutes à peine et coûte 58 dollars (6,5 euro). Le voilà soulagé. Puis on découvre une étagère magique sur laquelle de nombreux produits sont déposés par les gens qui rendent leur voiture. Le bonheur!! On fait des réserves de fou: des bières, des boissons, des pâtes, du riz, des sauces, du pesto, de l'huile d'olive, du balsamique, du sel, des épices, du produit vaisselle, du shampoing, du papier WC, du sopalin, des céréales, du Nutella, du miel, de la confiture, des pompotes, du thé, de l'eau, un sèche-cheveux!!! Incroyable mais vrai!! On embarque, on embarque, on embarque! C'est trooop bien et ça nous arrange de ne pas aller faire de courses aujourd'hui:))).

Après avoir découvert notre beau camper "voyager" et fait le check avec le gars, on part enfin vers 17h30. Là, on se rend compte que le réservoir d'essence est à la moitié. Il est censé être plein. L'agence Britz a déjà fermé. On arrive juste à choper le gars qui ont a fait le check. Il nous dit d'aller mettre de l'essence en face et d'envoyer un mail. On n'est trop pas motivé :(. En plus il y a une longue file d'attente...Mais on le fait!!

On loue le van 4 places chez Britz pour 1800 euros les 28 jours. Les prix différent selon les semaines. On paie un supplément car on rend la voiture dans une autre ville. Le van est "self contained". Et le choix du 4 places pour pouvoir tenir debout dedans est un super choix!

Puis enfin, on démarre! Moi qui croyais que la Nouvelle-Zélande était déserte, je constate qu'à Auckland, ce n'est pas du tout le cas. Quel bazar!! Concentration maximale. Heureusement que j'ai déjà conduit à gauche en Namibie!!! Maintenant, il faut aussi gérer la longueur de la voiture de plus de 5 mètres. Mais ça roule bien et je me sens à l'aise. Le trafic est dense et ca double de partout. Il y a de nombreuses voies. On prend l'autoroute vers le nord. Comme on galère pour l'instant à comprendre comment s'enregistrer pour pouvoir ensuite accéder aux campings, on décide de rouler davantage en vue d'atteindre le premier camping libre et gratuit du coin à environ 90 km. Et c'est chouette car plus on avance, plus on est peinard.


Les paysages sont déjà superbes: il y a de jolies collines toute vertes, des vaches, des moutons. On se croirait un peu en Angleterre je trouve! Avec la lumière qui s'intensifie, c'est de plus en plus magique!!!


On passe par quelques bourgades résidentielles, propres et organisées.


Puis on arrive à Port Albert, notre destination pour ce soir et on n'est pas déçu du voyage. Le camp sur herbe équipé d'une aire de jeux, de toilettes et de tables de pique-nique se situe au bord de l'eau face à une belle colline verdoyante.


Il est 20h. On arrive pour le superbe coucher de soleil!! Bel accueil:))))

On n'est loin d'être les seuls ici et pourtant c'est tout calme. Ça caille dehors: un froid sec et vif! On est bien content d'avoir notre van.


On cuisine ce soir ce qu'on a et on se régale:))). Il y a une plaque avec deux brûleurs au gaz, un évier et la batterie de casseroles, poêles. On a des couverts, verts, assiettes. Top!

Ce soir, on est tout happy de notre beau camper dans lequel on peut bien vivre. Comme il est fait pour quatre, il y a un lit coulissable en haut ce qui fait qu'on a de la place en hauteur et ça, c'est très agréable aussi!


On déplie la table pour manger puis on déplie plus tard (même bloc) le lit! Le sommier fait mal au dos mais on verra bien, on va sûrement s'y faire!

On se sent KO ce soir!!! Allez au lit :). Il fait environ 16 degrés. La bonne couette fournie avec le van est la bienvenue! !!

Port Albert. Emplacement gratuit, deux nuitées maximum. Toilettes propres. Beaucoup de place pour se garer. Tables de pique-nique. Aire de jeux. Joli ponton avec superbe coucher de soleil en perspective.

2

Aujourd'hui, on se lève tard et on se sent encore fatigué. On se dit d'office qu'on veut/doit rester ici tranquille. J'ai vraiment envie de me poser, de prendre le temps de lire, d'écrire, et de me mettre dans la Nouvelle-Zélande maintenant!

On prend donc la carte, nos guides et on planifie la suite de notre périple ensemble. Il y a tant de possibilités, aie aie aie!!! Et en même temps, c'est chouette, ça donne envie.

On va d'abord explorer le Nord d'Auckland pendant une petite semaine et ensuite on verra!!

Notre journée se déroule sous un magnifique soleil, on profite...

En fin de journée, la lumière est de plus en plus vive et à 20h, on se dit que ça fait déjà 24h pile poil qu'on est dans ce bel endroit :).


Le ciel se couvre peu à peu. Les nuages sont magnifiques au coucher du soleil. Par contre, on sait que ça annonce aussi du mauvais temps pour demain :(...

3

Aujourd'hui, comme prévu, c'est une belle journée bien pourrie. Il pleut comme vache qui pisse sans long répit...Un temps déprimant qui nous empêche pour l'instant d'organiser quoique ce soit à l'extérieur :(. Quel dommage...


On décolle quand même vers 11h et on se dit qu'on va aujourd'hui s'occuper des courses, de vider l'eau sale du camper, de remplir avec de l'eau propre et recharger en électricité. Je pense que toutes ces nouvelles tâches vont bien nous occuper!


En chemin, on avait envie de faire une randonnée de 2-3h qui a l'air sympa sur les falaises et au bord de l'eau à Mangawhai heads mais bon, c'est franchement impossible par ce temps...On voit déjà à peine la route alors bon...


On passe Waipu mais on ne s'y arrête pas même si on voit s'il serait éventuellement possible de visiter des musées.


On poursuit d'une traite jusqu'à Whangerei à environ 80 km de Port Albert. C'est la plus grosse ville du Nord mais selon les guides, elle n'est pas forcément très intéressante à visiter. De toute façon, pour l'instant, nous ce qui nous importe, c'est de trouver une "dumping station" (pour évacuer l'eau sale) et un point d'électricité...Pour ce faire, a une application sur le GPS du camper (et aussi sur notre portable) qui nous indique sur la carte où trouver ces endroits. Ça me paraît quand même pénible car tout n'est pas forcément au même endroit et puis il pleut...

A priori, selon les indications de l'agence, on doit en plus vider/recharger tous les deux jours. Tu parles d'autonomie...Bref!!


On se décide finalement pour un camping à 3km au nord de Whangarei dans lequel on paie certes 15 euro par personne (48 dollars en tout) mais où on peut accéder facilement à tous les services! Et on peut s'y doucheeeer. Ça ne fera pas de mal hein!! Hop, on est décidé!!!


Avant de s'y rendre, on passe par un grand supermarché (countdown) pour y faire de grandes courses; logique:)). On est surpris car les prix ne sont pas si dingues que ça et la majorité des produits viennent d'ici, c'est cool :). Bon, on avoue, on y passe un temps fou mais bon il fait moche alors autant en profiter. C'est presque une visite culturelle finalement; ). On y découvre les habitudes culinaires, c'est tout aussi important!!


Et magique!! En sortant, il ne pleut plus et le soleil commence à percer...Ben voilà!


On retrouve le sourire et on atteint le camping 5 minutes plus tard. La station de vidange de l'eau se trouve juste à l'entrée. C'est une première alors on galère un peu puis on comprend vite grâce à l'explication par vidéo sur le GPS. Puis on remplit d'eau fraîche et là on se rend compte qu'on a quand même une belle réserve d'eau, nous qui avons économisé l'eau au max ces deux derniers jours;). Maintenant, on sait!


Le camping est franchement d'un bon rapport qualité-prix pour les installations. Les sanitaires sont très bien. Il y a même des sèches-cheveux! Il y a un grand espace cuisine et même des tables protégées pour manger s'il fait froid dehors. On a 250 MO pour une heure de wifi inclus. Les emplacements sont proches les uns des autres mais c'est quand même OK. On a une table de pique-nique aussi.


Quand on arrive, on discute avec des suisses allemands qui sont garés à côté de nous. Ils sont sympa et vadrouillent aussi pas mal.


Il est déjà 17h30. A quoi a-t-on passé notre journée? ! Comme le temps s'est amélioré, on est motivé pour se dégourdir les jambes. Ça tombe bien car d'ici, on peut partir en randonnée dans la superbe forêt de kauri (ces espèces d'arbres fougères géants élégants). On descend un chemin désormais bien glissant puis on arrive à la belle rivière. Il y a des tables de pique-nique, c'est super sympa!! Puis, on ne fait que grimper à travers la forêt jusqu'au sommet qu'on atteint en moins de trente minutes. Le temps est affreusement humide, beuuurkkk! On rêve déjà d'une bonne douche;).

On doit se laver les semelles pour ne pas contaminer  éventuellement les kauri (arbres fougères)


On monte de nombreuses marches mais ça se fait bien et on croise plusieurs sportifs locaux :).

Kauri 

Tout en haut, il y a une jolie statue en l'honneur de Parihaka, une ancienne ville Maori par ici. Intéressant! J'ai envie d'en savoir toujours plus sur cette culture!!! La vue d'en haut sur la grande ville de Whangarei, sur les belles montagnes environnantes et sur la rivière, un port est également très chouette.

Whangarei (ville) et statue pour Parihaka 

On redescend par un autre chemin pour arriver vers 19h30 au camping. Ça nous a fait du bien de bouger et de ne pas avoir eu l'impression qu'il n'a fait que pleuvoir aujourd'hui; )


Comme tant rêvé, on se prend une méga super bonne et longue douche :). Puis ce soir, c'est Abendbrot sur la table de pique-nique dehors en compagnie de quelques moustiques!!! On a acheté du pain, de l'humus, des olives, du fromages, des tomates mais aussi des KIWIIIS!! Un vrai régal:)))


Ce soir, on traine plusieurs heures sur internet. Je passe un temps fou à récupérer tout mon retard sur le blog. Enfin, la connection est correcte!!!!

Whangarei central top 10: camping payant - 24 dollars (15 euro) par personne. Électricité, dumping station, cuisine équipée, games room, sanitaires TB avec musique :). Wifi gratuit pendant 1h (250 MO). Belles balades ou randos juste à côté.

4


Ce matin, même si on a décidé de mettre un réveil, on a du mal à se lever. On pense que le décalage horaire fait encore effet?! On se lève quand même moins tard qu'hier, c'est déjà ça.


Le petit-déjeuner nous motive car ce matin, c'est du luxe comparé aux deux derniers jours. Vive les courses:).


C'est donc plein de forces qu'on s'en va vers 9h30. Si on a entendu la pluie tomber cette nuit et encore ce matin, le soleil refait maintenant son apparition. C'est chouette!


On roule sur 40 kilomètres environ jusqu'à Ocean Beach au sud est de Whangarei. Et quels paysages!! On peut dire que le beau temps donne un visage complètement différent aux alentours. C'est MAGNIFIQUE!!! On est entre Océan et montagnes!! On a l'impression qu'il fait bon vivre ici. Les maisons sont accrochées aux différents versants. Chacune d'entre elles semble unique, personnalisée mais l'ensemble est harmonieux.


Arrivé au bout de la route terrestre, on se gare à Ocean beach sur un parking sur lequel on a aussi le droit de passer une nuit maximum. L'endroit est plutôt sympa car il donne accès sur la belle plage de sable blanc sur laquelle les apprentis surfeurs sont en action. C'est dimanche, il y a du monde!!

C'est là aussi qu'on démarre notre randonnée sous un soleil chaud accompagné d'un vent très agréable. Ce chemin, vieux de plus de 700 ans, nous emmène sur les traces des Maori.


On entre également en "Kiwi zone", cette fois-ci pas le fruit mais l'animal; ). On doit, comme hier, frotter et désinfecter nos chaussures à l'entrée. La randonnée complète dure 5-6 heures pour 7,5 km et est qualifiée modérée difficile. En effet, la première partie grimpe bien sur 3 km mais je trouve aussi que c'est la partie la plus incroyable en terme de vue! On surplombe rapidement la plage et l'Océan sur fond montagneux. Grandiose!!!

Le chemin herbeux est très agréable car il est doux sous les semelles:).

Puis on entre dans la forêt tropicale! Changement d'ambiance et de climat! Rien à voir: on sent l'humidité des nuages bas nous pénétrer les poumons. Mais ce n'est pas si désagréable que ça rafraîchit bien. Parfait pour contiuer notre grimpette. Par endroits, il y a des marches régulières à monter.

Une heure quinze plus tard, nous voilà en haut au point de vue...enfin d'où on ne voit pas grand chose aujourd'hui à part des nuages:). On est dans une belle purée de pois!! Mais on est content quand même:).

Puis on décide de passer par un autre chemin qu'à l'aller pour redescendre. Avant de le rejoindre, le chemin monte et descend pendant un petit moment encore.


Il faut vraiment faire attention aux multiples racines hyper glissantes et aux flaques d'eau qui entravent le chemin! On est bien happy d'avoir nos bâtons dis-donc!! Sans eux, ça serait plus compliqué.


Une fois sur le peach cove track, ça ne fait que descendre par un chemin très bien préparé et désormais facile à marcher. L'ambiance, le temps et l'environnement rechangent totalement! C'est fou!!



On traverse une superbe pinède et on a à nouveau une vue panoramique sur les environs. Waouuh!!!


La descente aura pris environ 40 minutes. Sur le parking, on rencontre une famille germanophone, ils nous demandent comment était le chemin. Peut-être un peu dur pour des enfants...

On finit le dernier petit kilomètre le long de la route et je prends plaisir à observer les fleurs et plus insolite... les boîtes aux lettres!!

Vers 14h30, on est de retour à la voiture. On part pour Urquharts bay. Il y a un parking très sympa apparemment. C'est à 4 km d'ici. La route sinueuse pour y aller donne un superbe aperçu sur l'océan et les îlots. On s'y gare. Problème: il est désormais interdit d'y rester la nuit. On peut comprendre les locaux qui en ont eu marre d'avoir des vans sous leurs fenêtres constamment. On descend du coup sur la plage pour y pique-niquer face aux jolis bateaux de plaisance. C'est marrée basse actuellement. Au soleil, il fait (trop) chaud mais dès qu'il se cache, c'est frisquet! Quelle différence.

Puis on poursuit. Après avoir consulté l'application"campermate", on constate qu'il y a plein de parkings gratuits dans les coins. Cool! Le parking Reotahi bay semble sympa et seulement à 4 km de là. C'est parti:). Et en effet, c'est top! Le parking, situé en haut d'une petite pente raide, est caché. Il débouche sur un écrin montagneux très chouette.

Le parking en soi est gros mais seulement 2-3 places sont réservées pour une "overnight". Deux panneaux avec flèches indiquent l'emplacement exact pour se garer. Il y a deux tables de pique-nique et des sanitaires. Parfait! Du haut du parking, on a aussi une petite vue sur l'eau.


D'ici, un chemin de randonnée démarre. Mais pour l'instant, j'ai juste envie de me reposer et de profiter de ce bel endroit. Gero part explorer les environs.


Un jeune couple d'Allemands arrive et gare sa break à côté de nous. Ils font une année "work and holiday". On discute un bout de temps avec eux. Ils sortent du bac. Aie, aie, aie, ça ne nous rajeunit pas!!


Un vieux monsieur néo-zélandais entame la conversation avec nous. Il edr d'origine anglaise mais vit ici depuis plusieurs décennies! Il est gentil et nous indique où aller pour la suite. Il nous prévient aussi des vols qui arrivent malheureusement. Le lonely en parle aussi...donc be careful!


On profite tranquillement de la belle fin de journée ensoleillée :). Et on mange dehors avant le coucher du soleil.


Retobahi bay: emplacement gratuit, une nuit maximum, environ 2-3 voitures. Bel emplacement caché en contre-haut de la route. Montagnes autour et chemins de randonnée. Toilettes TB. Deux tables de pique-nique. Belle ambiance en soirée.

5

Aujourd'hui, on se lève encore plus tôt qu'hier et sous le soleil!! Ça nous met tout de suite de bonne humeur.


On sort la table et les chaises pour petit-déjeuner au soleil. C'est super agréable. Les autres se réveillent aussi doucement. On était 5 voitures en tout à dormir ici. Une voiture normale avec un Français, une break avec les Allemands, un petit van avec deux potes français et plus loin un énorme camping car avec une jeune famille hollandaise. Hier soir, on a discuté ensemble car on s'est tous posé la question du parking JUSTE non soumis à une éventuelle amende. En effet, il est possible qu'un ranger passe pour vérifier si on stationne bien entre les flèches!! Et gare à l'amende salée si ce n'est pas le cas...

Les potes français me font rire car ils pensent même à tout simplement déplacer le panneau d'une des deux flèches pour plus de place!! C'est bien français ça comme idée; )! Mais en serrant les voitures, ça passe finalement à peu près...


Revenons à ce matin donc...On part sans trop tarder à 60 km d'ici (1h de route). Les paysages sont superbes entre Océan et montagnes. La route quant à elle est aussi sympa à rouler. Elle est sinueuse et étroite ce qui requière tout de même toute notre attention.


En chemin, on hésite à aller explorer une cave gratuite avec des lucioles réfugiées à l'intérieur mais bon... il y a de l'eau dans la cave, il faut y aller à la frontale...Même si c'est faisable, on préfère assurer le coup par rapport à la météo et rejoindre sans trop tarder le début de notre excursion :).


On s'arrête ensuite dans un virage à un point de vue. C'est chouette:).

Sur la route, il y a de nombreux panneaux pour prévenir de la présence et du passage de kiwis by night. Attention à eux! On voit d'ailleurs écrasés sur la chaussée d'autres petits animaux. On n'identifie pas vraiment ce que c'est mais en tout cas, ils ont été fauchés les pauvres :(


Puis, on arrive à la hauteur de Tutukaka réputé pour ses plages et ses vagues à surfer. On passe l'endroit pour atteindre à quelques kilomètres de là Matapouri.

On se gare sur un assez grand parking au bord de la plage. C'est un très bel endroit. On peut aussi y rester une nuit (environ 4 places) mais on constate que les places sont déjà prises à 11h. Pas grave!!


Nous, ce qui nous intéresse surtout, c'est l'excursion pour "Mermaid pool" dont les Allemands nous ont parlé hier. Et en effet, c'est apparemment un spot connu des locaux comme des touristes.

J'avoue qu'au vu des commentaires qu'on lit sur Campermate (super application qui sert à tout décidément!!!), je suis moyennement emballée. Nos voisins de voiture nous confirment justement qu'on doit marcher un bout dans l'eau avec nos sacs sur le dos car l'eau nous arrive jusqu'au buste...Hm hm...Ça m'inquiète un peu cette histoire. Mais voilà, personne n'a écrit que c'était dangereux et le passage est court.


Alors hop, c'est parti! On se met en maillot de bain et en sandales de sport pour moi (l'équipement parfait!!). Je prends juste ma robe, une serviette, un châle dans mon sac. On prend aussi de quoi survivre (eau, bananes) et tous nos papiers. Il paraît que ça vole pas mal dans le coin (dur à croire mais dans le doute...!). On met toutes nos affaires dans nos sacs de compression imperméables.

D'abord, on marche sur le beau sable doré et propre de cette grande plage sur laquelle seulement quelques personnes bronzent ou se baladent. La vue est très belle sur les roches environnantes.

On a regardé les horaires pour les marées haute et basse. On sait donc que la maree haute était à 10h30. Cela signifie que si l'eau est à l'heure de notre départ très haute, elle est tout de même en train de redescendre. Parfait!

Vient le moment du passage dans la superbe eau turquoise. Pour le coup, c'est top car il n'y a pas de piège, l'eau est transparente :). Je garde quand même mes sandales ce qui me fait aussi gagner quelques centimètres cruciaux pour garder la tête hors de l'eau au plus profond!!! En effet, j'ai de l'eau jusqu'au cou sur une courte distance, ca surprend!!! On met nos sacs sur la tête pour les protéger au maximum.

Voyant la beauté de l'eau, j'imagine l'eau chaude mais pas du tout!! Elle est bien fraîche et ma respiration s'accélère! Gero se retourne pour voir si tout va bien et ce qu'il voit, c'est mon sourire plein d'excitation!!!! C'est vraiment l'aventure et c'est excellent :)))). On a l'impression qu'on part à la découverte d'une île secrète! Trop cool!


Malheureusement, une petite vague déséquilibre Gero qui maintient son sac au sec mais qui hurte par contre une roche coupante. Sur la plage, on constate trois belles entailles en train de saigner. C'est vraiment l'aventure!!!!

Pour précision, il aurait été possible d'attendre que la mer redescende d'ici quelques heures avant d'entamer la rando. Bien sûr, ça n'aurait pas été la même chose; ).

Une fois sur la plage de l'autre côté du gros rocher, on regarde le passage qu'on a traversé (durée de quelques minutes seulement) et on est fier :)).


Puis, le chemin hyper raide grimpe à travers une superbe forêt de palmiers et autres plantes tropicales. Il y a plusieurs cordes pour se hisser car ça peut être glissant. On croise trois gars qui sont pieds-nus. C'est pas la meilleure option je trouve. Mes sandales par contre sont top.

On passe ensuite de l'autre côté de la montagne et on descend un joli chemin dans de hautes herbes face à la mer. C'est beauuuu.

Et quand on découvre les bassins d'eau, on est enchanté!!!! L'aventure en valait la peine. L'eau de l'océan déversée par des vagues et retenue par ces vasques rocheuses donne juste envie de s'y baigner. L'eau verte turquoise est transparente. On atteint rapidement le bassin principal en descendant sur des roches sûrement coupantes. Mes sandales sont une fois de plus nickels!

Mermaid pool... 

Il y a déjà un groupe. Il nous salue. Alors que Gero rejoint trois d'entre eux dans le bassin (un Allemand et deux Néo-zélandaises), je discute avec l'Israelien hors de l'eau. Il marche le trail Nord-Sud de 3000 km pendant 5 mois. Il a démarré il y a 15 jours. Pas mal!!!

Puis, je vais dans l'eau très fraiiiiche....!! Heureusement que le soleil brille :). De temps en temps, le reste d'une vague se déverse dans le bassin. Ça fait bizarre et on comprend mieux les panneaux de mise en garde quant à la dangerosité des bassins en cas de marée haute!


On reste encore tous les deux un petit moment face à la beauté de la nature :). Mais la nature peut aussi être menaçante comme nous le rappellent bien les méchants nuages approchant. On décide donc de rentrer tranquillement sur nos pas :))

Alors qu'on doit repasser par l'eau, on constate que son niveau a déjà bien baissé. La traversée est donc plus aisée mais on se marre encore bien :)!


Après 2 petites heures de balade (dont baignade et repos inclus), nous revoilà au van. Toujours pas de place pour la nuit. C'est le destin, on poursuit!!!


On dégote à quelques kilomètres de là un emplacement encore plus chouette pour environ 6 voitures et spécialement dédié à la nuitée: Sandy beach dans le Woolleys bay. On est directement face à l'océan et entouré de collines toute vertes. Il y a aussi quelques habitats. C'est calme et tranquille. On est donc tout content.


Et chanceux que nous sommes, peu après notre arrivée, le ciel s'assombrit, on entend tonner et la pluie se met à tomber!! Il est 14h. Quel timing!!!

On reste donc bien au chaud et pour le coup, notre van est vraiment top!! D'ailleurs, plusieurs personnes rencontrées nous envient car elles ont soit un véhicule trop petit soit un trop gros!! C'est marrant!

On se fait une salade de rêve pour midi avec tomates, avocats, fromage et graines; un régal!!!


Puis on se repose, on discute, on lit. On ressort quand le soleil réapparaît! On s'installe sur nos chaises dehors :). D'autres voitures arrivent au fur et à mesure.

Sandy beach, woolleys bay 

Ce soir, on profite de cet endroit unique...

On se rend aussi compte qu'on a 12h de décalage avec la France. On ne peut pas être plus loin dans le monde, c'est fouuu!!!


Ce soir, une voiture s'arrête. Un agent municipal vient contrôler les véhicules et demande à celui près d'une des deux barrières de se déplacer pour se ranger e notre voiture et une autre. Bizarre...On comprend plus tard que ce véhicule dépassait un peu de la flèche! Ah ouais...quand même! Sont vraiment stricts par ici!!


Emplacement gratuit maximum une nuit, environ 6 places exclusivement pour overnight: "sandy beach", woolleys bay. Toilettes propres. Superbe vue et accès sur l'océan.

6
6
Publié le 30 novembre 2018

Ce matin, l'ambiance est belle face à l'océan. Je me sens bien ici. C'est calme, simple, naturel...Que demander de plus? Il est seulement 8h et pourtant, plusieurs surfeurs sont déjà en action. Sans s'en rendre compte, on passe du temps à les observer et à admirer ceux qui arrivent à se mettre debout sur leur planche. Les conditions parfaites rappellent celles sur l'île de Vancouver. Ça donnerait presqu'envie de s'y mettre! Mais j'avoue que tout de suite maintenant, je me sens bien dans mes habits bien chauds :).


Puis le soleil pointe le coup de son nez et nous chauffe le dos. Hmm, comme c'est agréable!


Vers 9h30, on lève le camp direction Russell à une petite centaine de kilomètres d'ici. Le GPS indique bien 2h pour y arriver. En effet, la jolie route semi-montagneuse est sinueuse et étroite. On ne peut pas y rouler très vite! Par contre, j'apprécie le fait qu'on soit quasiment seul sur la route. Ça permet de prendre son temps.


On passe de superbes collines et plaines particulièrement verdoyantes. Les vaches noires, blanches, marrons en dégustent volontiers l'herbe généreuse. J'aime aussi beaucoup les champs de fleurs blanches qui rendent le paysage d'autant plus si bucolique. Je peux comprendre que les fermiers soient aux anges ici!

Plus loin, on surplombe de magnifiques baies qui accueillent les plus belles plages de Nouvelle-Zélande. Il est possible de s'arrêter à l'une d'elles. Parking à 2 dollars par voiture. On ne fait que passer mais ça a l'air très chouette et peu fréquentée finalement: seulement quelques surfeurs et des gens sur leur serviette de plage. En même temps, le ciel n'est pas très engageant: c'est de plus en plus nuageux!


Pour atteindre Russell, le GPS nous indique le chemin intérieur (par les terres). On préfère opter pour le chemin par la côte. C'est bien sûr top de profiter de ces quelques vues d'ensemble mais attention, on roule en revanche sur un revêtement en gravier! Ça faisait longtemps tiens!!! Ça nous rappelle étrangement la Namibie sauf qu'on a pas la même voiture alors Achtung!! En plus de ça, ça commence à être sinueux et montagneux (ou encore collineux!). Mais ça passe plutôt bien même si Gero stresse car je roule parfois trop sur les cailloux!


Vers 12h, nous arrivons dans la jolie petite ville de Russell située au bord de l'eau (Kororareka à l'origine). Qui pourrait croire que c'était la première capitale de la Nouvelle-Zélande? C'est en effet une ville chargée d'histoire. C'est ici que les Maori ont permis aux premiers Européens de débarquer et de s'installer. De nombreux autres ont suivi (prisonniers, chasseurs de baleines, marins souvent soûls...)...

On se gare et on s'y balade à pied. C'est condensé et très petit de toute façon. Les restaurants et les quelques hôtels sont regroupés près de l'eau. C'est vraiment plein de charme! Il y a encore d'anciens bâtiments comme la station de police.

Sur l'eau, de nombreux voiliers flottent en attendant leur propriétaire. Il y a aussi un ponton duquel partent les ferrys toutes les 15 minutes pour rallier Paihia/Waitanga de l'autre côté. Sympa!

Il y a quelques boutiques touristiques et d'autres restos côté route. On s'arrête à l'un d'eux pour prendre un fish and chips à emporter pour 8,5 dollars (5 euros).

On part le manger au bord de l'eau. Les petites mouettes guettent :). On est content d'avoir trouvé cette alternative à emporter car manger au restaurant le même plat coûte ici entre 19 et 29 dollars selon les restos!!!

Il est déjà 13h30 et on veut maintenant se décider pour la suite...Musée à Waitanga ou pas?! Le hip c'est qu'il coûte 50 dollars par personne. Abusé ou pas?!...On réfléchit, on réfléchit...


...on réfléchit tellement que les heures passent...Gero se repose dans le van pendant que moi je vais un tour avec son appareil photo au cou dans la petite ville. En effet, on s'est pressé de retourner au van après avoir acheté le fish and chips pour aller chercher le ketchup dans notre frigo ;). Du coup, on a loupé la moitié de la ville. Je flâne donc tranquillement :).


Vers 16h, on décolle enfin mais toujours pas vraiment décidé. Dur dur...Ce qui est sûr pour le moment, c'est ...qu'on monte juste au-dessus de Russell au niveau de l'ancien drapeau dressé par les British ici. Ce drapeau a été à plusieurs reprises enlevé par un chef Maori qui ne voulait pas se soumettre aux Britanniques. A chaque fois, le drapeau a été à nouveau hissé. Il y a maintenant une stèle explicative sur l'histoire exacte.

Il est possible d'y accéder soit en voiture par un accès court très raide ou à pied depuis Russell (ça grimpe).

D'ici, on a aussi une superbe vue sur Russell et selon de là qu'on se rend compte qu'on est vraiment sur une péninsule. Il y a de l'eau de part et d'autre.


On poursuit jusqu'au bout de la péninsule et on marche sur le Tapeka point track. Il est indiqué une heure de marche mais on atteint le sommet en même pas 30 minutes.


Le chemin grimpouille au-dessus des jolies maisons du quartier résidentiel puis suit une courbe sinueuse. On est comme à cheval sur deux versants. C'est très chouette de toutes parts. Il y a aussi de beaux arbres qui contrastent avec le bleu-gris du ciel.

Au sommet, la vue est panoramique et on peut voir loin! On repart ensuite et on hésite toujours pour le fameux musée. Il est delà 17h donc ce qui est sûr, c'est que si on veut y aller, ce sera demain et qu'on doit donc camper dans le coin. Deuxième souci: il n'y a que des campings payants :(.


Bon, allons tout simplement à Paihia et Waitangi. C'est de toute façon notre direction quoiqu'il en soit et on verra comment nous inspire le lieu sur place.


Pour ce faire, si Paihia est seulement à quelques kilomètres, on doit en partie traverser l'eau sur un ferry! Trop bien :). On paie 13 dollars pour la voiture (8 euro) pour une traversée de quelques minutes.


Une fois de l'autre côté, on découvre la petite ville touristique de Paihia à 6km de là. Même si c'est animé, je trouve que ça n'a pas le même charme que Russell.

On atteint le musée à Waitanga après la traversée d'un pont étroit. On demande à une fille en train de sortir du musée ce qu'elle en a pensé. Elle nous raconte...Bon que faire?


De retour dans la voiture, je confirme à Gero que j'ai envie d'y aller. Du coup, on a la bonne idée (c'est pas trop tôt!!) de chercher sur internet des promos. Miracle: on en trouve sur le site https://www.bookme.co.nz/things-to-do/northland-bay-of-islands/activity/waitangi-treaty-grounds-day-pass/3100/lang/fr


Il y a des offres pour 30 ou 35 dollars. Mais pas pour demain. Soit pour jeudi ou samedi...Hmm...réfléchissons...Eureka!!! On va d'abord dans le Nord comme prévu puis sur le retour, on fait en sorte de repasser par là. On regarde la carte, on s'imagine l'itinéraire...C'est possible!


A ce moment-là, il se met à pleuvoir des éléphants à bicyclette!! Allez hop, on trace! On part ce soir pour un camping gratuit à 1h d'ici!!


En chemin, on s'arrête vite fait pour faire quelques courses puis on poursuit sous une pluie diluvienne. Ça change quand même tout aux beaux paysages. On n'y voit plus grand chose. Seules les vaches continuent tranquillement à paître la belle herbe verte des praires et collines.


Puis peu avant d'arriver à destination, changement total d'ambiance: pas une goutte, la lumière de fin de journée est vive et les paysages vallonnés sont grandioses!!! Chouette :) Qui l'eut cru?!


On arrive au camping visé de Mangonui à 19h45. Il est précisé que seulement 4 véhicules peuvent y passer la nuit. On est le 6ème...Bon, tant pis, on reste! Il est déjà tard. On verra bien.


On s'installe et on assiste au changement de couleurs du ciel. Superbe! Ça vaudrait le coup de gagner en altitude pour avoir une vue dégagée sur le coucher de soleil. Deux jeunes enclenchent à ce moment-là leur drone pour aller voir de plus près le ciel.


Ce soir, on mange puis on se met rapidement au lit. On regarde alors ce qu'on compte demain pour éviter de réfléchir à nouveau pendant des heures demain comme aujourd'hui; ). Puis, on s'occupe des tickets de musée. On les achète en ligne pour jeudi 10h.


Mangonui: emplacement gratuit proche de la petite route (pas trop passante) juste avant l'entrée de ce joli petit village en bord de mer. Toilettes TB. Eau potable robinet extérieur. Une station de vidange des eaux sales. Réseau.

7

Demi-réveil vers 5h du matin par un, deux, trois coqs!! Ils se font plaisir et cocoricotent à tue-tête! Mais on était prévenu (par notre application Campermate, on sait tout ;)).


Réveil entier vers 6h45 pour profiter à fond de la belle journée en perspective.

On commence par vider notre eau sale car on n'en avait eu le courage hier soir.


On rencontre à ce moment-là un agent municipal qui vient s'occuper d'ici. Il est super sympa et ouvert. On discute volontiers avec lui. Il est Maori et nous raconte qu'il vient d'origine de la région de la forêt Wapoua, là où on compte aller plus tard lors de notre périple. Il nous explique aussi que le Cape reinga est un lieu très intéressant pour son peuple. Quand une personne meurt, la famille se rend là-bas et dépose une feuille dans l'océan afin que le défunt puisse rejoindre là d'où il vient. Super intéressant!!! Je lui poserais bien plein de questions:).


Après s'être souhaité mutuellement une bonne journée, on part et on s'installe sur un banc face au port de plaisance de la petite bourgade. C'est mignon comme tout ici. Il fait grand beau, c'est parfait! Une passante nous salue. On se sent aussi légèrement observé par les mouettes en nombre.

Petite ville de Mangonui 

Puis hop, déjà 8h30! On a deux heures de route (130 km) pour atteindre le bout du bout: l'extrémité nord de l'île du nord de la Nouvelle-Zélande.


Si les paysages sont sympas sur la première portion, ils deviennent bouffantes ensuite! On assiste à un spectacle de couleurs entre le vert vif des pâturages et des forêts, le bleu électrique de l'eau et...des dunes dorées au loin! Waouuuh! Est-on bien en Nouvelle-Zélande?! C'est juste superbe!!!

• • •
• • •

Comme on arrive relativement tôt, on se sent tranquille sur la route quasiment déserte et sur le parking. A notre retour, deux heures plus tard, ça n'a plus rien à faire. Il y a beaucoup de monde!!


Sur le parking, on voit une voiture de rangers avec un gars dedans bien amoché...Il a de grosses entailles ensanglantée au niveau des jambes (comme celles de Gero en bien pire) et un bandage autour du crâne. Il n'a pas l'air bien du tout...Accident dans l'eau probablement mais comment? En surfant? En randonnant? En nageant? ...


Dans un autre coin du parking, on voit deux cyclistes équipés de plusieurs grosses sacoches. On les reverra plus tard dans la journée. Pas évident de pédaler ici avec ce vent et les nombreuses montées-descentes mais le jeu en vaut la chandelle!

On entre maintenant dans le lieu sacré des Maori, là où le chemin vers les esprits de la mort se dessine. Interdiction de manger ou de boire sur le site. Il y a une porte sous laquelle on passe tout d'abord puis de nombreux panneaux en bois nous expliquent toute la symbolique liée au lieu. C'est super intéressant:)

• • •

On descend sur un chemin bétonné au phare blanc et rouge. Il y a à côté les panneaux de différentes villes du monde avec leur éloignement kilométrique. Sympa!

Tupe, le premier Maori à avoir découvert cette terre serait arrivé par ici en pirogue. C'est désormais sa statue qu'on voit sur les bâtiments.

En contre-bas, on voit une grotte, celle des esprits de la mort qui arrivent de la mer par cette entrée sur terre.

Juste au-dessus, il y a ce beau rocher sur lequel un seul et unique arbre est bien enraciné. C'est un mystère que cet arbre puisse résister aux conditions très difficiles de son emplacement...

En remontant sur le même chemin, on tombe sur les deux Suisses rencontrés au camping de Whangarei. Trop fort! On se salue et on discute un petit moment ensemble. On a effectué à peu près le même parcours à quelques détails près. On se dit au-revoir et à bientôt sûrement :).

• • •
• • •

Puis, on emprunte un des multiples chemins de randonnée du coin. A chaque fois, il y a un panneau très clair avec la distance et le timing. Nickel!!

C'est d'ailleurs d'ici que le fameux trek nord-sud démarre pour 3000km! Et ça donne envie quand on se lance sur le début du chemin. Comme la plupart des randonnées durent plusieurs heures, on choisit de rejoindre simplement une plage en contre bas. Et on est content de notre choix car c'est franchement grandiose:)!

On descend rapidement car c'est abrupt. On marche comme sur l'échine d'un dragon et l'eau nous contourne en contre-bas.

• • •

On admire les belles vagues qui, après s'être formées, viennent mourir dans la petite baie que nous atteignons.

On est seul sur cet itinéraire. On profite donc de ces moments calmes et si sauvages, surtout une fois sur la plage déserte. C'est un endroit vraiment unique...

Comme c'est l'heure de la marée haute, il est difficile de poursuivre à ce stage car l'eau recouvre le chemin.

• • •
• • •

On décide donc de remonter de notre lieu paradisiaque et là, on sent bien la chaleur du soleil nous taper sur le système; ). On transpire fort!!! Heureusement que le vent nous apporte un peu de fraîcheur. Ça paraît encore plus pentu à la montée qu'à la descente!!! En tout, il nous aura fallu à peine 1h.


Nous revoilà sur le parking désormais plein à craquer (12h30). On décide de fuir pour trouver un endroit de pique-nique :).

On s'arrête sur une aire repérée à l'aller. On mange à l'abri du vent dans notre van face au paysage spectaculaire :).


Puis on bifurque pour la route de 3 km en gravier qui permet d'accéder aux dunes géantes de sable! Waouuh! Quelle surprise!!!! On ne s'y attend pas dans ce paysage si vert et campagnard. Et pourtant...L'accès est gratuit est il est possible de louer une planche pour faire du sandboard comme en Namibie. Sur place, la planche coûte 15 dollars. Sur la route à quelques kilomètres de là, c'est seulement 10 dollars.

A la base, on était clairement partant pour louer une planche puis une fois devant les dunes, on change d'avis. On voit les gens faire plutôt de la luge avec alors ça attire moins. On se déplace tout simplement à pied et c'est super comme ça!

Et comme à chaque fois qu'on est dans les dunes, on se met à sauter, courir et faire des séries de photos!!! C'est si beauuu!

• • •

On ne sait pas trop, ça doit être la "désert-mania" ;). En tout cas, on s'éclate et on ne voit pas le temps passer! Hallucinant!!!

Plus on grimpe sur les dunes dorées, plus on prend de la hauteur et plus le paysage est magique. Il est si incroyablement différent!!!! C'est une explosion de couleurs: bleu, jaune, vert, rouge...!

Après bien deux heures, on reprend la route! On sent nos visages qui ont bien pris le soleil!!

Peu après, on voit deux auto-stoppeurs. On s'arrête et on les prend. Kota (23 ans) et Benza (26 ans) sont hongrois. Ils se sont rencontrés sur Instagram/Facebook. Benza cherchait en fait un/une partenaire de voyage. Ils sont ensmeble pour deux mois en mode backpackers. C'est osé quand même; ).


En chemin, on s'arrête à un stand d'avocats en libre service. Le rêve:). C'est seulement deux dollars pour trois gros avocats! On en prend un sachet et nos compagnons font de même; ). Il y a en effet de nombreux stands en bord de route avec des fruits, des légumes, des oeufs. Il suffit de choisir son produit et payer dans la boîte.


On poursuit sur notre route. Le vent fort et irrégulier m'oblige à vraiment me concentrer. Je parle donc peu avec Kota et Benza assis loin derrière nous. Gero est plus bavard :).


Kota vient de finir ses études de designer industriel. Elle prend donc de bonnes vacances. Benza, lui, vivait juste avant au Danemark car étant sportif de haut niveau en cross-fit, il pensait que les sponsors lui seraient plus favorables là-haut mais pas si simple que ça non plus...Maintenant, il se reconvertit en voyageur-photographe! Chouette:).


Comme ils souhaitent aller dans la même direction que nous, on campe ensemble ce soir au même endroit. On met du temps pour arriver car la route est longue et fatiguante pour la conductrice en titre; ).


Alors qu'on veut avancer la voiture plus vers la rivière, on s'enlise dans la boue. On n'avait oublié que ce n'est un 4x4!! Aie aie, la galère...Benza, Gero et un autre gars poussent pendant je suis aux commandes. C'est bon, ça repart!! Ouf! Bon, on verra bien demain pour ressortir sans s'enliser; )...

Enfin, on est installé et on profite du soleil sur nos chaises. On prête nos deux en trop à Kota et Benza qui ont installé leur tente près de notre van.


Le camping est très nature et entouré de la forêt. Il est d'ailleurs tellement nature qu'on doit franchir une partie de la rivière (partie bétonnée), les pieds dans l'eau bien fraîche, pour pouvoir accéder aux toilettes sèches encore bien plus loin après la rivière dans une jolie petite cabane!! On se croirait presqu'au Canada! Mais bon c'est ça aussi qui fait le charme du lieu;).


On est par ailleurs bien content d'avoir à disposition cette belle petite rivière pour se laver. Après 4-5 jours de debarbouillage vite fait, mal fait, ce n'est pas de refus de se laver un peu plus sérieusement; ).


Le soleil nous abandonne vite ce soir car il se cache derrière les montagnes. Il caille maintenant! Vive notre van une fois de plus:).

Je sens que j'ai de plus en plus de piqûres. Maintenant je comprends mieux pourquoi beaucoup se plaignent des sunflies!! Ce sont ces mini-mouches qui piquent et ça graaaattte! Ça rend dingue!!!


Ce soir, il y a pas mal de voitures dans ce large vallon. Certaines arrivent tard. Il y a aussi des locaux qui repartent plus tard.


Allez au lit! C'était une journée dense en merveilles:)


RAETA North side camp: emplacement gratuit très nature. Nombre illimité de voitures. A l'écart de la route de "montagne", dans un vallon large et très vert au bord de la rivière. Possibilité de se laver avec l'eau fraîche de la rivière limpide. Toilettes sèches TB. Pas de papier toilette ni de lumière ni de robinet. Pas de réseau.

8

Aujourd'hui de Waitangi à Waipoua forest, on peut dire qu'on s'immerge vraiment du matin au soir dans l'histoire et la culture des Maori, premiers habitants de la Nouvelle-Zélande, arrivés de la Polynésie il y a plus de 1000 ans déjà...


8h30: c'est parti pour Waitangi. On ne s'enlise pas ce matin après avoir cherché le meilleur passage possible;). C'est déjà ça!!

Kata et Bence décident de pousuivre avec nous car ils souhaitent aussi aller en direction de la Waipoua forest. Nos conditions sont les leurs.

On emprunte la route numéro 1. On est toujours surpris de constater que le trajet dure plus longtemps que prévu. Évidemment, la route continue à être escarpée et ne permet surtout pas d'aller vite.


Aujourd'hui, il fait très beau et le paysage est bien mis en valeur sur la route. On profite tout en ne traînant pas. On doit en effet arriver à 9h45 au musée de Waitangi. Avec nos tickets achetés en ligne, on a choisi 10h pour la visite guidée.


On dépose nos compagnons à Paihia là ils vont faire des courses et s'installer à la plage pendant qu'on est au musée. On les appellera quand on sort.


Nous, on arrive à 9h55 au musée. On est un peu short et on a juste le temps d'arriver que la visite guidée commence. Timing parfait!

La visite dure environ 45 minutes. On est un gros groupe essentiellement anglophone, la majorité venant de Nouvelle-Zélande, Australie et USA. On a un écouteur par personne, c'est pratique. Notre guide est elle-même Maori et est très bien. Parfois, ça va un peu trop vite en anglais pour moi, je ne comprends pas toujours car l'accent est particulier. Heureusement que j'ai lu pas mal déjà sur ce sujet ce qui me permet de mieux suivre!


Tout d'abord, ce qui est super intéressant, c'est que la culture, la langue et l'histoire maori n'ont jamais été aussi fortes que maintenant. En effet, les Maori sont nombreux en Nouvelle-Zélande (pays où il y en a le plus au londe). Ils sont positivement fiers de leur peuple et le gouvernement approuve leur importance. Par exemple, la langue est désormais largement enseignée, les cérémonies sont mises en valeur etc...Ou plus spécial encore, un fleuve a été reconnu comme une personne par l'Etat car c'est ce qu'il représente aux yeux des Maori. J'aime particulièrement cet aspect: pour les Maori, tout a un esprit comme les montagnes, les roches, les arbres, l'eau etc...


La guide nous affirme aussi que les Maori de Nouvelle-Zélande sont chanceux par rapport à toutes les autres premières nations (Aborigènes en Australie, Amerindiens aux USA...). Ils vivent relativement bien ensemble et sont intégrés dans la société. Ça fait plaisir à entendre; )


La visite se déroule dans un immense espace dans lequel on déambule progressivement. On marche d'abord dans le belle forêt et la guide nous montre quelques plantes intéressantes pour les Maori.

Puis on arrive à la hauteur de gigantesques bateaux traditionnels qu'ils sortent lors de la fête nationale le 6 février (d'ailleurs, tout est gratuit et en libre accès ce jour-là). A cette date, une foule incroyable converge vers Waitangi considéré comme l'endroit de création de la Nouvelle-Zélande actuelle (1840).

Les figurines sont toujours de cette couleur rouge fer et tatouées de dessins noirs.

Les bateaux ont besoin de plus de 100 personnes pour être amenés à l'eau tellement ils sont lourds! Ils sont faits de troncs d'arbres immenses, ceux des fameux Kauri. On en voit d'ailleurs le reste d'un tronc probablement vieux de plus de 1000 ans...


Pour anecdote, la princesse Diana est venue ici et souhaitait sortir en bateau. Les Marori ont refusé de prendre ce bateau par tradition. Ils ont donc sorti un autre bateau moderne pour l'emmener naviguer!

On se dirige ensuite vers la maison construite par les British (James Busby) et surtout dans laquelle le traité de Waitangi a été signé entre les Bristish et les chefs Maori le 6 février 1840. La nouvelle nation était née. Évidemment tout n'a pas été si simple et il était alors bien question d'une colonie britannique ce que les Maori n'avaient pas conçu comme ça au moment de signer. D'ailleurs, seulement 40 chefs ont d'abord signé le document d'une main malhabile ne sachant pas écrire. Ne sachant pas lire non plus, si un contrat écrit a bien été traduit de l'anglais au Maori (traduit volontairement différemment en défaveur des Maori), il est clair qu'ils n'en maîtrisaient pas la lecture...Peu à peu, tous les chefs ont fini par signer du nord au sud de la Nouvelle-Zélande: en tout, plus de 500 chefs! Impressionnant...

Au fur et à mesure des décennies suivantes, les Maori ont dû continuer à faire valoir leurs droits et les actes du traité comme celui de la disposition de leurs terres. En effet, suite à certains mouvements de violence en raison d'injustices, les Maori se sont vus confisquer leurs terres. C'est par principe incroyable à leurs yeux sachant que ce peuple appartient à la terre et aux éléments et non l'inverse comme le cas des Britanniques qui eux veulent posséder telle ou telle terre. Intéressants points de vue.

Ces différentes façons de penser ont d'ailleurs depuis toujours posé des problèmes d'entente et ont déjà mené à la perte de vies humaines, surtout à l'arrivée des Britanniques en Nouvelle-Zélande...

Au cours de l'histoire, les Maori ont toujours tenu bon et on peut ressentir qu'ils ont une vraie identité. On sent aussi que leur place dans la société est importante. C'est agréable de pouvoir discuter normalement avec eux et constater que la cohabitation est devenue évidente. Ce qui ressort aussi, c'est que les Britanniques ont cherché à contenter tout le monde en écoutant chacun. L'actualisation du traité en 1990 peut en témoigner. Un autre exemple est celui du drapeau qui a évolué au cours de l'histoire pour pouvoir correspondre à la nation entière. Sur l'actuel, les 4 étoiles représentent les 4 coins du monde, les couleurs sont celles de l'eau et du soleil et il y a le drapeau britannique également présent. Bien sûr si tout n'est pas rose, on sent une certaine harmonie dans cette société mixte. Ça fait plaisir à voir!


Au fait, avant d'en arriver là, que s'est-il passé?! Alors que le premier Maori, qui serait Tupe, serait arrivé vers 1280, le premier explorateur Tasman aurait débarqué en 1642 mais ne serait pas rester bien longtemps. En effet, alors qu'il s'est annoncé à la trompette, les Maori ont attaqué. La trompette est le signe de déclaration de guerre pour eux. Premier malentendu!!

Il a fallu donc attendre 1769 pour que James Cook (anglais) et Jean De Surville (français) s'y aventurent à leur tour. Il y a eu à nouveau pas mal de morts des deux côtés...

Puis, grâce aux missionnaires britanniques, la pilule est mieux passée si on peut dire! Et ce qui était intéressant, c'est que les deux peuples sentaient s'ils pouvaient se servir l'un de l'autre en termes de ressources apportées;). Malins!


L'introduction des armes a malheureusement aussi conduit à de nombreuses pertes entre Maori qui se sont eux-même entre-tués. Sur une population de 85000 à 120 000 Maori, plus de 20 000 sont morts (1769). En 1840, les Européens présents sur l'île sur passait le nombre de Maori...Les diverses maladies apportées par les Britanniques n'ont pas aidé non plus.


Pour précision: Maori signifie "personne ordinaire" et Pakeha est le terme pour l'homme blanc étranger. Ce qui est également intéressant à savoir, c'est que la langue maori ressemble fortement au tahitien, Tahiti pourtant très loin d'ici. Les liens de parenté ont ainsi pu être établis entre ces peuples. En Nouvelle-Zélande, il y a désormais de nombreux dialectes mais tous les Maori se comprennent.

Ensuite, on s'arrête devant la maison des Maori. Cette maison représente les Maori comme la maison de Bubsy représente celle des Pakeha. Première base pour l'égalité les deux peuples. Si la visite s'achève là, notre guide nous explique encore la signification de la position des statues.

La statue d'en haut représente Tupe avec sa pagaie. Les Maori ont toujours les jambes fléchies pour être bien ancrés dans le sol et y puiser leur force (cf le fameux haka des rugybmen = danse en Maori). Ils ont également toujours les mains et bras en train de vibrer: c'est le symbole de la vie. Ils tirent la langue pour faire peur et montrer leur courage. Ce sont des guerriers, ne l'oublions pas!

On observe les différents détails de la façade en attendant le début de la performance culturelle incluse dans le prix de l'entrée. J'ai hâte:)).


La première Maori sort de la maison et nous accueille. Pour nous montrer comment les Maori accueillent traditionnellement les visiteurs, elle a besoin d'un "chef de tribu"! Et elle désigne...Geroooo!!! Trop fort!!! Il s'approche et doit faire face au premier Maori guerrier qui sort soudainement de la maison avec sa lance. Il fait toute une cérémonie d'arts martiaux si on peut dire et surprend Gero avec sa lance;). Ce protocole sert à déterminer si l'invité est "ennemi ou ami". C'est impressionnant! Le Maori fait en plus de ses gestes rapides des sons et tire souvent sa langue! Waouuu!

Puis on entre dans la maison une fois l'acceptation du chef Gero reconnu comme un ami et non un ennemi :).

On doit enlever ses chaussures et il est interdit de filmer à l'intérieur.


C'est très beau à l'intérieur, décoré traditionnellement et la lumière et tamisée.


Les Maori racontent leurs coutumes tout en chantant, dansant et démontrent leurs cérémonies. Ils sont plein d'énergie, souriants et excellents!!!

Avant de demarrer néanmoins, le chef Maori fait un speech en maori puis en anglais. Puis Gero est invité à faire de même! Et il le fait trop bien, c'est top!!! Tout le monde l'applaudit:)). Gero a même le droit à une salutation traditionnelle avec le Maori, front contre front et nez contre nez et serrage de la main. En mari c'est un hongi.

Le spectacle est vraiment tip top, on ne voit pas le temps passer!! De vrais artistes, on est enchanté!!!


A nouveau dehors, je prends une photo avec le chef maori :). Puis on met un peu de temps de retrouver nos esprits! Où est-on déjà?!


On profite encore du lieu et on prend le temps de visiter la maison des Busby. L'exposition à l'intérieur est vraiment très bien faite et très moderne (avec des écrans, des tablettes, des photos d'époques, ...).

On rejoint ensuite le grand musée également super moderne avec sons et lumières. Ça donne envie d'y passer du temps, ce qu'on fait;). On y comprend en détails l'arrivée des Britanniques et la création de cette nouvelle nation puis son évolution jusqu'à nos jours. Vraiment très bien!

Puis, on se dirige vers la salle de projection pour y voir un film qui résume tout ça.

Enfin, on fait un tour dans la boutiques de souvenirs maori ;).


Après plus de 4h ici, on ressort bien instruit et la tête plein de belles images!!! En effet, c'est un incontournable je pense :).


Avant de récupérer nos compagnons de route, on mange dans notre van. Il est aussi possible de manger au café du musée mais je ne sais pas pour quel prix?!


Il est bien 14h30. On sait que Simone est aussi en ce moment dans les coins alors on comptait se voir mais finalement, elle est en sortie toute la journée en bateau! Dommage.


On repart avec Kata et Bence pour le suite de notre périple. Aujourd'hui, on souhaite rejoindre la forêt de Waipoua, un autre lieu sacré pour les maori! C'est parti. On roule en partie sur une route scénique magnifique qui passe par Opononi d'où on voit des dunes sur lesquelles on peut aussi sandboarder. Pour ça, il faut traverser en bateau;).

Avec Kata et Bence 

Puis, on s'arrête à un superbe point de vue sur les hauteurs.

Enfin, on poursuit sur une belle route qui entre dans la fameuse forêt. C'est toujours très sinueux et montagneux. A priori, c'est juste une forêt mais en fait c'est bien plus pour les Maori. Il abrite un Kauri gigantesque de plus de 2000 ans: Tane Mahuta. On s'y rend à pied (juste à 2 minutes de l'entrée) après avoir nettoyé nos chaussures comme toujours.

Et en effet, waouuuh, que c'est grandiose!! Il est bien géant et plein de spiritualité pour les Maori.


Peu après, on atteint notre camping de ce soir. J'ai téléphoné ce matin pour réserver un emplacement.

L'endroit est super joli, perdu dans la forêt. On s'y installé. Kata et Bence ont un super terrain herbeux près de la rivière pour camper.

Ce soir, je ne traîne pas pour me protéger des sunflies vraiment casse-pieds! Puis on cuisine dans la cuisine commune. On y retrouve la famille allemande qu'on avait rencontrée à Peach cove. On passe un très bon moment avec eux à discuter des voyages, des langues, de la vie aux Fiji là où ils vivent actuellement. Super!

Waipoua forest camp and retreat: 15 dollars par personne (sans électricité/ 20 dollars avec). Self-register: une enveloppe, nos sous, le devant à remplir et une boîte aux lettres. On loge en plein dans la nature et en l'occurrence dans la forêt sacrée de Waipoua pour les Maori. Superbe! Randos possibles d'ici. Gérant super sympa et disponible. Sanitaires bien. Cuisine conviviale. Camp chouette et tranquille. Pas de réseau. Wifi au café 400 M plus bas.

9

Ce matin, le vent souffle comme jamais! Mais le temps est correct. Je prends une bonne douche avant de partir.


Notre première étape: Auckland à 3h de route d'ici. La route est belle car on choisit d'emprunter la route qui descend côté ouest. C'est juste dommage que le beau temps ne soit plus du tout de la partie :( . Il pleut même par moments et le vent est pénible, la voiture est sensible, il faut être concentré. On change d'ailleurs de conducteur tellement ça fatigue!


Vers 13h30, nous arrivons à Auckland. La vue d'ensemble est superbe :)

Auckland, un des plus beaux ports du monde 

On avait repéré un parking permettant de se garer pour visiter facilement à pied une partie de la ville. On s'y rend mais on tourne une bonne dizaine de minutes avant de pouvoir se garer. On croit comprendre le système de paiement mais on a tout faux en fait :(. On s'en rend compte au retour. Il fallait enregistrer le numéro de plaque et payer au retour. Du coup, on a fraudé sans faire exprès. Espérons juste que ça passera car l'amende est de 240 dollars sinon...Croisons les doigts...


On convient avec Kata et Bence de trois heures dans la ville. On se retrouve donc vers 17h ici. Ils partent sur une île en bateau car ils ont déjà exploré Auckland à leur arrivée.

Nous, on commence par manger tout d'abord un fish and chips ou pour être plus précise un grilled salmon and chips dans un petit resto du port. Sympa :)

Puis on se balade sur le waterfront très moderne et branché (et venteux tout de suite maintenant!). Pas de gens se déplacent en trotinette électrique louée, c'est marrant!

On suit à peu près cette proposition de "walk" 

Il a plein d'endroits hyper sympas où on peut se poser. A cet endroit juste au-dessus, on patiente jusqu'à ce que le pont piéton redescende. Impressionant!

Puis on rejoint les différents quais (du prince, de la princesse etc...). Certains bateaux de croisière sont immenses! Dinguos!

En poursuivant la Queen street, on atteint le Albert Park un peu en hauteur. C'est un vrai poumon vert dans le ville. C'est très agréable. C'est là aussi qu'il y a la Clock tower qui fait désormais partie du campus universel.

Il y a la fameuse sky tower qu'on aperçoit de partout tellement elle domine la ville. On peut y monter pour cher mais on peut aussi faire du saut à l'élastique d'en haut!!

On découvre des quartiers très sympa et animés. La population a l'air aussi bien mélangé! Et comme toujours la culture maori est présente:)


Et Noël est déjà dans l'air par ici aussi;)

Cherchez l'intrus (photo de droite) 

Après trois bonnes heures de visite très chouette, on retrouve nos covoitureurs avec un autre hongrois qui vit ici et que Kata avait rencontré en Islande quelques mois avant ; ).

Allez hop, on reprend la route...et ce n'est pas unr mince affaire de sortir de la ville. Le trafic est très dense. On pert bien 45 minutes dans divers bouchons!!

Puis ouf, on s'en sort! Comme il est déjà tard, on compte seulement rouler a une heure d'Auckland au sud d'est pour rejoindre un campement qu'on pense sympa.

La route est vallonnée après être sorti de la grosse ville et le vent est encore très fort. Il pleuviote!! On se rend maintenant compte qu'on a eu de la chance à Auckland car s'il faisait frais, on n'a pas eu de pluie.


On s'arrête juste une fois en route car le paysage est superbe malgré le ciel grisâtre! On profite :)

Puis on arrive vers 19h45 à l'emplacement. Il y a déjà beaucoup de voitures. On se trouve une place sur l'herbe en retrait du rivage actuellement affreusement venteux. Bence et Kata galèrent à trouver un endroit protégé du vent.


La soirée passe vite car elle est déjà bien entamée!

Alors qu'on s'endort, la pluie commence à tomber et ne s'arrêtera plus de tomber jusqu'au lendemain!

Kaiaua boat club: emplacement gratuit près de l'eau. Belle vue. Terrain en gravier ou herbeux. Beaucoup de voitures! Toilettes bien. Robinet (eau a un mauvais goût). Petit resto de l'autre côté de la route. Calme. Réseau.

10
10

Ce matin, comme on entend toujours la pluie tomber, on ne se presse pas...On se lève tranquillement et on décide de rester le temps que la pluie se calme un peu.

Bence et Kata viennent petit-déjeuner à l'intérieur du van avec nous. Puis on passe un bout de temps à blablater, c'est très sympa. Dehors, on peut dire que c'est un vrai temps de chien!!! Il fait 16 degrés, ça, c'est OK!


Vu le temps, on compte ne pas aller trop loin aujourd'hui et tout simplement se faire une journée cool raoul! On fatigue aussi car on a enchaîné ces derniers jours alors on veut de toute façon se poser


Comme vers 10h30, la pluie se calme, on saute sur l'occasion pour décoller. Chacun remballe ses affaires et on démarre vers 11h direction l'Est.

On prend de l'essence au passage. Faut être malin car les prix varient beaucoup d'une station à l'autre. On a vu le diesel pour l'instant entre 1,37 dollar et 1,64.


En chemin, on dépose nos deux compagnons de voyage car ils veulent absolulement aller sur la péninsule de Coromandel. Les locaux la recommandent en effet pour ses beaux paysages, ses superbes plages (dont hot water beach) et certaines formations rocheuses uniques (cathedral cove). Mais même si on veut bien les croire, on se dit que par ce temps, ça ne vaut pas vraiment le détour. Et puis, ça fait pas mal de kilomètres de route en plus.

Du coup, c'est là que nos chemins se séparent! On les dépose à un endroit nickel pour le prochain covoiturage.

On se dit au-revoir chaleureusement. On s'est échangé nos adresses. Bence nous donne aussi son site internet. On y fait un tour et il a en effet vraiment de très belles photos dessus. Ça vaut le coup d'oeil: http://bence-kondor.squarespace.com


Il est 11h30 environ. On poursuit à nouveau tous les deux! Ça fait bizarre, on s'était habitué à eux;) Mais c'est aussi TB comme ça! Personne ne dépend de nous et on ne dépend de personne!

On remet de l'eau propre 

On s'arrête dans une petite ville pour vider notre eau sale et remplir de l'eau propre. Et trop fort...ou trop nul surtout...On vide notre eau derrière une petite maison. Je trouve l'endroit quand même un peu bizarre, pas franchement clair...On remplit ensuite de l'eau du robinet, on trafique pour ça un peu le tuyau qui passe mal sinon...Bon!


Tout ça pour se rendre ensuite compte, alors que Gero va aux WC à une centaine de mètres de là, qu'on n'était pas du tout au bon endroit. On est chez un particulier là! Je m'en doutais qu'il y avait un truc qui cloche;)! Alors vite vite, on déménage ni vu ni connu!!!


A la vraie station de vidange, on revide du coup toute la nouvelle eau pour être sûre de remplir notre réservoir d'eau potable (précisé ici sur le panneau).

Vidange de l'eau sale 

En parlant WC au fait, on est impressionné par l'incroyable modernité de ces toilettes là. Il y a des boutons de partout, une voix...houhou...Mais où tire-t-on la chasse d'eau?! (Pensée pour toi mum!!). Je cherche pendant un bon moment avant de lire que c'est seulement en se lavant les mains qu'on la déclenche. Pas bête!! Fallait y penser;)


On reprend notre route un petit moment plus tard car mine de rien, ça prend du temps de faire la vidange.

Si le paysage est joli, la météo, elle, se dégrade et ce sont des trombes d'eau qui s'abattent...ce qui ne nous arrange pas vraiment au moment où on arrive aux mines.


On comptait en effet y randonner! Mais franchement, en arrivant sur le parking, on se demande pourquoi on est là. Il y a d'autres randonneurs motivés malgré la pluie. Je n'ai pas ce courage...

On décide de manger un bout en attendant...Mais il ne faut pas se leurrer. Ce n'est pas ça qui suffit à arrêter la pluie...


On laisse tomber pour aujourd'hui et ln trace pour Waihi beach à une vingtaine de kilomètres d'ici.

On se gare aux emplacements réservés à l'overnight. Il est 14h30. On ne bouge plus de l'après-midi...

On est à côté de l'océan déchaîné. La vue a l'air très belle. Peut-être aura-t-on plus de chance de la découvrir demain? !


Gero part non loin de là car il y a une cabine "hot spot -free wifi 1GO pour les clients Spark". Il y télécharge un livre pour moi sur la NZ d'une auteur NZ et deux séries; ).


La soirée est toujours venteuse et pluvieuse mais on est bien dans notre van;)


PS: je réalise qu'on est en décembre!! Que le temps passe vite...!!

Waihi beach: emplacement libre au bord de l'eau sur un parking. Sympa! Toilettes bien. Environ 6 voitures max.

11


Waihi beach 

Ce matin, on se réveille sous la pluie...Mais rapidement, des éclaircies nous donnent de l'espoir pour cette nouvelle journée. Et on fait bien d'y croire car le soleil s'en donne à nouveau à coeur joie un peu plus tard :).

On se balade d'abord sur la jolie plage qu'on découvre enfin réellement ce matin.

C'est dimanche, il y a donc beaucoup de locaux en train de marcher, faire du jogging, promener leur chien, jouer avec les enfants à l'aire de jeux, bronzer sur la plage. De superbes scènes de vie comme je les aime :).

Les alentours se montrent également sous un meilleur jour aujourd'hui; il y a de belles corniches contre lesquelles les vagues se projettent violemment! C'est beau à contempler...


Après réflexion, on décide de rester ici en cette chouette journée. Il est déjà 11h passées alors pourquoi se stresser alors qu'on est dans un si bel endroit?


On part pour une petite randonnée qui mène à une autre plage cachée derrière la corniche et seulement accessible à pied. Ça donne envie:). Il ne nous en faut pas plus pour être tenté; ).


Hop, on enfile nos maillots de bain, on prend un sac à dos avec serviette, kway quand même, barres de céréales, eau, crème solaire, liseuse et appareil photo! On est paré; ).


Le soleil chauffe et c'est vraiment très agréable: le temps idéal:)). On marche d'abord sur la belle plage. Puis des arbres élégants accompagnent notre passage vers les roches qu'on grimpouille.

Nous voilà ensuite sur le chemin de randonnée officiel. Ils annoncent 1h de marche pour 3,3 km pour Orokawa beach.


On entre désormais dans la réserve d'Orokawa.


Le chemin monte à travers une très chouette forêt tropicale. Il y fait bon. Le chemin est par endroits encore très boueux et mouillé. Attention donc aux glissades!

Il y a deux bancs sur la route. Sympa! Et on a aussi quelques vues à travers les arbres. Waouuuh! On commence à deviner la plage visée :).

Le chemin est ensuite plus ou moins plat, passe par un puis deux ponts, et redescend.

On voit aussi des WC en plein bois. Pas mal!!

Avant d'arriver sur la plage, on observe les palmiers si élégants sur fond bleu de l'océan! Quelle image de rêve :). Et ça ne fait qu'introduire le côté magique de la plage sauvage Orokawa. Waouuuuh! On se croirait sur une île déserte. Il y a des branches échouées là sur un sable pur, des arbres magnifiques, un abri de fortune en bois en mode "kohlanta" et l'Océan agité par ses vagues...Quel spectacle!!!

Il y a seulement deux-trois personnes dans cet endroit paradisiaque ce qui ajoute au charme du tableau. On s'allonge sur la plage et on respire profondément...Pas besoin de parler, tout est dit. La nature parle d'elle-même.


On s'endort tellement on se sent bien et détendu...Puis l'appel du large se fait entendre pour Gero. Il s'élance dans l'eau fraîche et joue avec les vagues puissantes. Je ne suis pas si téméraire et préfère partager cette scène depuis la plage. Puis je bouquine, c'est moins risqué :)

Après un certain temps, on se rend compte que l'eau est en train de monter lentement mais sûrement. On se dit qu'il serait temps de rentrer car on doit passer un endroit délicat en marée haute sur le chemin.


Sur le retour (identique à l'aller), on croise quelques autres randonneurs et des coureurs.

Gero rentre pieds nus, il est tout boueux!! Mais bon ça ne fait pas de mal;). De toute façon, on ne le sait pas encore mais on va être trempé une demi-heure plus tard! En effet, ce qu'on craignait arrive: la mer est montée et passer l'une des petites baies n'est plus si simple. On court quand la voie est libre puis on grimpe sur les roches pour gagner en hauteur mais ça n'empêche pas les vagues de bien nous tremper. Rien de bien dangereux mais c'est quand même impressionnant!! L'une d'elles m'atteint jusqu'au ventre. Paf! Je suis trempée! Et je m'inquiète pour l'appareil photo que j'ai bien protégé finalement. Ouf!!!


Ça y est, on repasse de l'autre côté sur la grande plage. On se détend :) Des gens discutent avec nous! Puis on s'arrête un petit moment pour admirer les nombreux surfeurs. Certains sont forts!! C'est beau à voir!

On se dirige ensuite vers le coeur de la petite ville qui se résume à une superette multifonctions et la cabine wifi. Je rentre me changer et chercher de l'argent entre temps à la voiture.


On se pose sur le banc devant la superette le temps que les séries soient telechargées. C'est alors sympa d'observer la vie des locaux. Pas mal de jeunes se retrouvent entre eux, le style surfeur. Ils ont l'air très cool, c'est marrant!


Enfin, on rentre tranquillement à la voiture et on se fait une bonne salade. Il est 16h et le soleil brille toujours. Quel bonheur:)


On passe la fin de journée de façon détendue...

12
12

Il pleut bergère...!!

Réveil donc pluvieux vers 7h :). Alors que ça se calme, je pars contempler la plage actuellement déserte et sauvage.

On part tout de suite et on se gare en face de la superette pour prendre notre petit-déjeuner comme ça on peut continuer a télécharger une série. Malin;).


Puis vers 8h30, on prend la route pour Tauranga à 60km de là. Le GPS nous indique une heure de trajet.


Il pleut beaucoup beaucoup. En chemin, on s'arrête dans la ville de Katikati, la capitale des avocats:)).

On s'arrête pour faire des courses et acheter des avocats bien sûr.


Puis vers 10h, nous arrivons à Tauranga. On voit au loin le mont Manganui! C'est très chouette malgré les nuages et la pluie.

On hésite à aller aux thermes (14 dollar par adulte) mais finalement on préfère aller marcher car il pleut moins maintenant.

Le Mont Manganui offre différents itinéraires accessibles à tous. On choisit le chemin qui fait le tour du mont d'une durée de 45 minutes environ.

Le chemin est facile et très sympa. Il y a juste des escaliers en bois raides à un endroit. Le reste du chemin est globalement plat.

On longe la mer tout en découvrant différents points de vue sur les alentours.

On croise beaucoup de monde: touristes, locaux, élèves, sportifs (la majorité fait de la marche rapide).

Après notre balade très agréable, on repasse à la voiture et on embarque notre linge sale (soit tous nos habits!). On se dirige vers le centre ville pour aller à la laverie automatique.

Laverie très pratique et pas chère: machine de 9kg pour 4 dollar (18kg=10 dollar) et sèche-linge 10 minutes pour 2 dollar.

En attendant, on se balade dans la petite ville. C'est animé, il y a de nombreux cafés et restaurants. Et le soleil refait son apparition, à notre grand bonheur :).

Il est déjà plus de 14h! On n'a pas vu le temps passer!! Et on a très faimmmm. Ce dont on a envie?! Un fish and chips mais pas n'importe lequel: certains en font l'éloge sur camperMate!! Alors on se dit que ça vaut le coup d'essayer. C'est parti, on roule jusqu'au "fish market", ce petit restaurant/poissonnerie à 7-8 km du centre.

On se gare sur le grand parking à côté. C'est 50 cents pour 15 minutes, 1 dollar pour 30 minutes, 2 dollar pour 1 heure. Et cette fois-ci, on a retenu la leçon: on enregistre notre plaque d'immatriculation dans le parcmètre et on paie d'avance. On rajoute ensuite de l'argent car on a besoin de plus de temps. Ce n'est pas si compliqué que ça quand on connaît le fonctionnement:).

Le petit restau est très sympa tout comme le personnel. Tous les produits sont fraîchement péchés et notre fish and chips à seulement 7 dollar est en effet délicieux:). On s'achète une sauce tartare aussi fraîche. Miam miammm!!! On dévore :).


Puis, il est temps de poursuivre notre chemin direction Rotorua puis Taupo.


On s'arrête peu après pour acheter des fraises sur le bord de la route :)). Le bonheur!!!


On passe aussi par Te Puke, la capitale mondiale du Kiwi!! Je ne peux pas rêver mieux décidément:) Vive la Nouvelle-Zélande, youpiii!!


La météo ne cesse de passer de la pluie au beau temps...On ne sait vraiment pas sur quel pied danser...mais on n'hésite pas à se mouiller :).

La route devient très vallonnée et les nuages bas donnent une belle ambiance de film aux paysages. On pense évidemment au Seigneur des anneaux tourné en partie dans cette région. On aurait d'abord bien aimé aller visiter Hobbiton, ce fameux petit village des hobbits non loin de là, mais les prix sont exorbitants (minimum 84 dollar par personne). Il y a de nombreuses autres options possibles comme celle d'un banquet dans une des maisons d' hobbits etc...Bref, même si c'est sûrement très sympa, c'est aussi business à fond alors ça ne nous emballe pas franchement...! Et de toute façon, peu de chance d'avoir encore une place;).


Notre stop suivant et tant attendu se fait à Whakarewarewa où les Redwoods nous font entrer dans une autre dimension.

Cette forêt, composée d'arbres gigantesques importés à l'origine de Californie dans les années 1900, est enchanteresse!! Je suis impressionnée par la beauté du lieu.

Il y a différents chemins bien préparés dans les bois. On prend plaisir à déambuler sur l'un d'eux.

Soudainement, une odeur terrible d'oeuf pourri nous monte au nez: celle du souffre émanant d'un superbe point d'eau bleu turquoise! Ça y est, on entre en effet dans la région thermale!

Puis, on s'engage sur le circuit de randonnée/balade jaune conseillé par camperMate mais franchement, le chemin ne nous convient pas. On revient sur nos pas après une petite demi-heure de marche. En effet, si le chemin est sympa en soi et semble offrir de beaux points de vue, ce n'est pas ce qu'on recherche tout de suite. Non seulement, il se met à pleuvoir et on est à couvert mais en plus, la vue est bouchée. On s'empresse donc de retourner dans nos bois majestueux et qui eux nous protègent de la pluie; ).

Il est 17h. On se dirige désormais vers ce dont on rêve depuis ce matin: des thermes:). En chemin, on sent le souffre émanant d'immenses nuages de vapeur répartis un peu partout dans le paysage devenu un peu surréaliste! On comprend mieux pourquoi on se trouve sur la "thermal discover highway".


Il y a bien sûr pas mal de geysers et de thermes payantes sur la route mais nous, on trouve mieux: des bains d'eau thermale chaude naturels en pleine forêt gratuits:))). Et là, c'est un grand bonheur que d'entrer dans une eau si chaude (35 degrés? ) alors qu'il pleut et fait frais (16 degrés)!!!!


Précisons le contexte: après avoir passé un joli lac chaud mais peu engageant car assez jaunâtre dû au souffre, nous voilà arrivé sur le parking de "Kerosin creek".

Rien ne laisse encore présager de l'incroyable découverte faite quelques minutes plus tard en contre-bas: une rivière à travers une jolie forêt...Jusque là, c'est déjà magique en soi mais lorsqu'on comprend qu'il y a des possibilités tout le long de la rivière, c'est encore plus chouette. Il y a d'autres gens tout aussi attirés que nous par cette merveille de la nature. Pourtant, c'est presque comme si on avait les bains pour nous seuls. Chacun se trouve son propre endroit.

On dépose nos affaires sur le rivage et on descend s'installer dans l'eau très très très accueillante:))). Je suis aux anges!!! Une douce chaleur s'empare de mon corps et détend tous mes muscles l'un après l'autre. Que c'est agréable!!...

Je contemple l'eau en train de dévaler les roches de la rivière à toute vitesse... C'est qu'il y a un peu de courant et c'est ce même courant combiné à l'inclinaison des roches qui nous offre même des massages naturels du dos. On ne peut pas rêver mieux!

C'est tellement bien que je n'ai plus envie de repartir!! Mais toutes les bonnes choses ont une fin...


Et ressortir de l'eau n'est pas simple car ça caille encore plus dehors du coup...courage!! Vite, viteee...à la voiture!!


En repartant, je me rends compte qu'il est déjà 19h!! On a encore 45 minutes pour atteindre le camping visé de ce soir. On n'est pas stressé car on sait que ce camping-là, au bord du lac Taupo, est un immense camping avec toujours la possibilité de trouver une place.

A 20h, nous voilà installé au camping. C'est vrai qu'il y a énormément de véhicules mais c'est très calme. Il y a seulement une toilette sèche pour tout ce monde mais c'est propre.


Five mile bay: emplacement gratuit immense. Nombre illimité de places. Au bord du lac (meilleures places). En contre-bas de la route. Une seule toilette sèche. Pas de papier WC. Pas d'eau. Un peu de réseau.

13

Randonnée de 19,4 km - durée 4h45 - 800 M D+ /1100 M D-


Réveil ce matin à 7h. Objectif: atteindre le départ de la plus belle randonnée de NZ et de l'une des plus belles au monde...Rien que ça!!

On petit-déjeune sous le soleil et ça, ça nous fait bien plaisir:). Mais ne nous leurrons pas, les prévisions météo annoncent 100% de chance de précipitations de 10h à 12h. Voulons-nous donc vraiment randonner?! Allez, on va déjà jusqu'au point de départ et on verra bien comment on le sent:).

C'est parti pour une bonne heure de route vers un ciel de plus en plus couvert! Il se met même à pleuvoir quelques petites gouttes mais rien de bien méchant!


La route est belle. Elle est d'abord assez fréquentée puis il y a de moins en moins de voitures plus on se dirige vers le parc national de Tongariro.


La montée vers Tongariro fait des serpentins et nous fait entrer dans un beau décor tout verdoyant.


On atteint le parking de KETETAHI. On doit se garer en bas et non en haut (parking max pour 4h). C'est de ce parking que partent des navettes pour se rendre au point de départ du trail. En effet, le grand trail de 19,4 km n'est pas une boucle.

Notre intention: se garer ici, prendre cette navette et arriver directement à notre voiture au retour par le trail. L'inverse est également possible: démarrer le trail d'ici, arriver de l'autre côté (Mangatepopo) et prendre la navette pour retourner à la voiture.

Bon, le hic ou les hics même sont: 1. Apparemment, on peut/doit (?!) réserver en ligne le bus. 2. Ça coûte 35 dollar par personne (en plus de 10 dollar pour le parking à la journée - au lieu de 15 si on prend la navette).


D'abord, je dis: hors de question, on va faire du stop...mais avec ce temps menaçant, l'heure qui tourne et le peu de voitures dans les parages, ça semble compliqué.


On abdique! On arrive à 9h15, on demande au chauffeur si on peut acheter des billets maintenant, pas de souci. Alors on se speed pour préparer nos sacs. On prend le gros sac de randonnée de Gero et le petit mien. On prend tous nos vêtements chauds et de pluie, à boire, à manger, la trousse à pharmacie, le gros appareil photo, la frontale, nos bâtons...On espère ne rien avoir oublié en si peu de temps de préparation.


On part sous un temps menaçant, assis dans une navette très confortable (ça va être dur d'en sortir;)) en compagnie d'un groupe de Japonais déjà la capuche sur la tête pour certains!!! Et ils l'ont bien vue venir la pluie; ). A peine en route, il se met à pleuvoir, pleuvoir, pleuvoir...Ma motivation baisse d'un coup...


Une demi-heure plus tard, nous voilà arrivé au point de départ, MANGATEPOPO à 1100 M. Il ne pleut plus, la brume rend néanmoins l'air très humide.

Un panneau questionne: Are you prepared? Euh j'espère!!! Puis un ranger vient à nous, il nous précise les conditions peu favorables pour aujourd'hui. On reste quand même confiant et optimiste; ).

C'est parti pour un trail de 19,4 km. Le cratère se situe à 1868 M. Voilà le sommet le plus haut. Le chemin monte essentiellement jusqu'au point culminant du volcan puis redescend légèrement, remonte et descend globalement jusqu'à 750 M. 7-8 heures de randonnée sont annoncées. Bon, nous, on ne le sait pas encore mais on va battre tous les records je crois :4h45 mais pas pour une bonne raison:(...


Donc je disais...C'est parti mon...?! Alors?! KIWI!!!! :). Il est 10h15, je suis en pantalon de randonnée, t-shirt, légère veste de sport et gore-tex. Équipement parfait pour ce temps. Gero est en short.

On entame notre marche, motivé et enthousiaste. Il ne pleut pas alors on ne peut qu'être content;).

Même si on ne voit pas très loin, le paysage est, de ce qu'on en voit, très joli. J'ai l'impression d'être en Ecosse avec ces touffes d'herbe rousses et la brume qui défile devant nous à toute vitesse.

Le chemin est très bien aménagé ce qui fait qu'on a un très bon rythme. On monte progressivement sans s'en rendre compte tellement le chemin est beau et bien fait. On passe entre autres de jolis ponts en bois légèrement surélevé pour éviter d'abîmer la flore fragile. On grimpe aussi plusieurs paires d'escaliers.


On voit quelques mini-cascades, on entend des oiseaux chanter, on croise d'autres randonneurs dont certains sont épuisés par ce temps avec lequel ils randonnent depuis plusieurs jours...

Alors qu'on se sent bien en forme, on accélère bizarrement le pas pour une autre raison: la pluie arrive sans prévenir. Paf!! Que je te tombe sur la tête (sur la capuche en l'occurrence). Et accélérer semble alors un réflexe...bien sûr absurde car on ne risque pas de passer entre les gouttes!! On est à découvert et aucun arbre à l'horizon.


En peu de temps, nos vêtements sont tremblés. Un pantalon K-way (puis des guêtres) nous manquent grandement. Mais de toute façon, comme on se fait saucer pendant les quelques heures suivantes aussi, ça n'y changerait plus grand chose au bout du compte!! Et si on dit "qu'il n'y a pas de mauvais temps mais que des mauvais habits", je réponds: " oui sauf au Alpine crossing"!


Malgré la pluie plus ou moins forte selon les moments, on reste déterminé et on a toujours l'espoir que le temps va s'améliorer après midi...donc on supporte encore plutôt bien ces conditions! Notre moral n'est pas pluvieux, lui!

On arrive au pied du volcan sur un immense plateau. Je trouve l'ambiance magnifique: on traverse dans l'eau et la brume. Deux personnes devant nous s'éloignent comme vers un monde inconnu, on a l'impression qu'ils vont disparaître dans cette brume mystérieuse. C'est vraiment beau. Si j'en avais le courage, je sortirais l'appareil photo mais je suis trempée, mes mains sont froides et donc peu habiles et surtout je ne veux pas exposer l'appareil à la pluie. De ce fait, je photographie cette incroyable image avec mes yeux.


On distingue légèrement sur les côtés des pentes parsemées de névés. Ça a l'air chouette...Vraiment dommage qu'il fasse moche.


On croise des randonneurs qui redescendent en sens inverse. Ils ont rebroussé chemin tellement le vent était violent vers le sommet. Ok, pas rassurant. Mais un autre couple vient lui de l'autre côté du volcan (ils font la randonné en sens inverse) et c'est grâce à eux qu'on s'accroche lors de l'ascension du sommet car on sait que c'est possible de passer!! Merci à eux!!! Sans eux, je ne suis pas sûr qu'on aurait été aussi serein... si je peux parler de sérénité dans la situation qui suit!!! Aie aie aie...


...Là, ça se corse en effet. On entame la montée vers le volcan. En soi, même si le sable de cailloux noirâtres glisse sous nos pas par endroits, le chemin n'est pas difficile techniquement. Par contre, le vent nous déplace presque par moments et les bâtons sont alors de véritables alliés pour nous. Et ne parlons-pas de la pluie violente qui nous fouette le visage de toutes parts. Mais qu'est-ce qu'on fait là? On est fous ou quoi?!


On doit surtout rester concentré, ne pas paniquer, ce n'est que du vent et de la pluie combinés après tout...On a vécu pire après tout! C'est dans la tête...


Il faut aussi dire qu'on sent que les températures baissent ce qui prend de l'énergie à notre corps. On avoisine le 0 degré. La pluie se transforme d'ailleurs en giboulet/neige par épisodes. Je sens alors particulièrement ma main gauche s'engourdir. Je dois l'activer pour la réchauffer.


Une fois en haut, aucune satisfaction à part celle d'avoir avancé et donc d'être plus prêt de la fin de la randonnée;). Aucune vue évidemment. Juste ces affreuses conditions qui nous poussent à enchaîner la descente glissante dans un sable plus profond. Le vent est toujours terrible. Concentration...

Puis, on poursuit et on aperçoit de près un petit lac bleuté qui sent le souffre. On voit aussi des émanations de souffre du cratère.


Le chemin est à nouveau très sympa, zigzague entre les roches volcaniques et est toujours très bien indiqué. Impossible de se perdre même par ce temps exécrable. Il y a un panneau à chaque kilomètre, c'est cool:). On sait qu'il nous reste 10 kilomètres à partir de maintenant. Même si ça paraît encore long, je suis contente d'avoir déjà parcouru la moitié. Je suis optimiste:). Selon le panneau, on nous reste environ 2h30.

On croise quelques autres randonneurs venant à contre-sens ou qui rebroussent chemin. C'est étrange mais ça fait du bien. J'ai la sensation qu'on n'est pas seul au monde. Surtout qu'on n'est pas les seuls fous sur ce trail ;)!!


Même si on avance, le vent et la pluie ne cessent pas. C'est dingue! En fait, c'est surtout le vent qui change la donne. Il est d'un froid glacial!!


Gero sent qu'il est limite en terme de température corporelle. Le problème c'est qu'avec ce temps horrible, impossible de s'arrêter au risque d'avoir affreusement froid. On a déjà testé en début de trail alors qu'on s'est arrêté à l'un des toilette placé sur le parcours (TB). A peine 5 minutes d'arrêt et on avait déjà perdu tout le bénéfice de la chaleur emmagasinée pendant les 30 minutes précédentes!

La nature peut être belle mais aussi si cruelle!!


Revenons à Gero...Il a froid. C'est vrai qu'entre temps en plus, on nage dans nos super chaussures de randonnée devenues perméables!!! Ça n'aide pas. Moi je me sens quand même plutôt bien et j'ai juste envie de tracer jusqu'en bas sans m'arrêter.


Alors qu'on sait qu'il y a un refuge non loin, on décide de s'y arrêter quand même car Gero a vraiment besoin de se changer. Et finalement cet arrêt nous fait du bien à tous les deux.

En effet, il y fait chaud ou du moins c'est protégé du vent et quelle différence ça fait!! On change nos t-shirts, on remet une veste sous notre gore-tex trempée. On mange un bout, on boit. Mon corps tremble, il cherche à se réchauffer et il y parvient:). Je ne change pas de pantalon car je n'ai envie d'en mouille un autre. C'est pas comme si on avait une grande garde-robe hein;).


On n'est pas les seuls à se réfugier à l'intérieur. Du coup, l'ambiance est sympa je trouve:). J'ai limpression d'être au ski, c'est marrant!


On ne s'éternise quand même pas sinon ça va être dur de repartir. Ce qui nous booste, c'est aussi le panneau devant le refuge qui indique que 6,4 km nous séparent désormais de la fin de trail (1h30 de marche). Ça fait plaisir:)).


On repart. Comme avant, on court par moments dans la descente. Le chemin est nickel pour ça. On y prend même plaisir:)).


Puis, incroyable mais vrai, il y a plus de lumière et le soleil perce même à travers les nuages. Miracle!! Que ça fait du bien!

Si c'est toujours de courte durée, on savoure ces moments! Ces éclaircies nous permettent de découvrir enfin un peu plus du superbe paysage en contre-haut et en contre-bas. En amont, des fumerolles sortent de nulle part et le volcan révèle davantage de ses versants colorés.

En aval, un grand lac bleuté sur fond montagneux se dévoile sous nos yeux ébahis! Que c'est beau!

Enfin, on pénètre une forêt tropicale en dernière partie du trail. Contraste étonnant!! Le soleil brille, le ciel est de plus en plus bleu, il fait bon. On n'en revient pas! Le changement est juste dingue.

On rencontre à nouveau Taylor, un américain de 23 ans, en vadrouille dans le monde a bord d'un yacht avec d'autres gens (essentiellement retraité). Il rebrousse chemin aujourd'hui à cause du temps. Il comptait camper près d'un refuge sur le trail. On descend toute la dernière portion avec lui tout discutant. Il est vraiment sympa!

On longe une jolie rivière qui se fraie un chemin à travers les fougères géantes avant d'atteindre la fin du trail! Le temps est passé vite en compagnie de Taylor!!


Je lui donne notre adresse de blog et on se dit au-revoir.


On doit encore marcher un kilomètre pour retrouver notre voiture! On y est!! On se retourne sur le paysage qui se dégage peu à peu. Le volcan reste néanmoins dans une belle purée de pois!

On est soulagé de pouvoir enfin retirer nos chaussures trempées mais aussi tout le reste encore mouillé. On se pose, on savoure d'être de retour et on prend un bon goûter pour l'occasion:)). On l'a bien mérité après tout!


Bon...bilan des courses: on ne peut pas dire que c'était la journée idéale pour randonner sur ce magnifique trail. C'est frustrant d'avoir subi de telles conditions, surtout pour ne quasiment rien voir...Disons que c'était plutôt un défi sportif aujourd'hui (genre semi-marathon de l'extrême) et non pas une jolie randonnée...C'est la vie!! On ne peut pas réussir à tous les coups.


En tout cas, c'est chouette de finir sous le soleil. On repart vers 16h30 pour le camping qu'on a repéré à Ruatiti à une heure d'ici.

On s'arrête en route pour prendre de l'essence et on chercher une station pour recharger la voiture en électricité. On tourne en rond dans cette petite ville dédiée clairement au ski (sympa:)). On trouve enfin l'emplacement en fait réservé aux voitures électriques.


Tant pis, ce sera pour un autre jour. On n'a pas envie d'aller en camping officiel payant pour recharger. La nature est par ici di belle et le temps est à nouveau ensoleillé!


Et on a bien raison de suivre notre instinct! On entre dans une vallée splendide faire de multiples collines enchevêtrées et particulièrement verdoyantes. Waouuu! Un paysage encore jamais vu, vraiment! Les nombreux moutons un peu partout ajoutent au charme du lieu. Un vrai paysage de hobbits, s'exclame Gero:)). Rien que ça, cette route vaut déjà la détour!

• • •

Puis on atteint notre campement "Ruatiti Domain". On hésite, on a l'impression de rentrer dans une propriété privée. Ce n'est pas le cas, on passe la ferme et on continue. Nous y voilà. On descend jusqu'à la rivière pour les vans (et non les tentes de l'autre côté). Des panneaux indiquent comme toujours où s'installer.


Et là quelle surprise! L'endroit en bord de rivière est fantastique.

On adore directement ce campement si nature, isolé, sauvage. En plus, on est seulement quelques voitures...Magique!!!

On s'empresse d'aller jusqu'à la rivière. On s'asseoit, on contemple...

Incroyable aussi de s'imaginer l'évolution de cette journée sur le plan météorologique! Est-ce vraiment la même journée? ! Hallucinant!!!


On profite à fond de la fin de journée sous le soleil. On fait aussi sécher nos affaires trempées...

Ce soir, on a un sacré appétit!! Et on sent aussi la fatigue...que c'est bon de savoir qu'on peut juste s'endormir comme on veut et que demain sera demain. On verra bien...:).


PS: on doit faire la vaisselle avec de l'eau qu'on cherche au robinet extérieur car notre robinet ne fonctionne plus depuis deux jours (car pas d'électricité)...

Ruatiti Domain: emplacement gratuit exceptionnel au bout de la vallée. Beaucoup de places et de possibilités. Les quelques emplacements côté rivière sont juste magiques. Toilettes TB. Points d'eau (non potable). Pas de réseau. Le plus chouette de tous nos campings pour l'instant.

14
Vue de notre lit au petit matin :) 

Ce matin, on se réveille avec un peu de pluie puis un beau soleil. Ces changements soudains de temps rythmeront toute notre journée! La vue sur la belle nature est imprenable.


On se lève avec plaisir et on a la chance de petit-déjeuner tranquillement entre deux averses.

Vers 10h, on décolle. On s'arrête une centaine de mètres plus loin, là où il est possible de camper comme l'a fait tout un groupe de jeunes cyclistes (VTT) cette nuit. Ils sont déjà partis et on a l'endroit pour nous tout seuls. C'est magnifique aussi de ce côté: une large gorge accueille une eau qui n'invite qu'à y entrer.

Il y a d'ailleurs la possibilité de faire du kayak et de pêcher dans les coins. On comprend bien pourquoi!


Aujourd'hui, on fait la route en sens inverse pour ressortir de la vallée de Ruatiti. Si la lumière est moins intense qu'hier soir, la route et le paysages restent tout aussi superbes!

On descend ensuite vers le sud sur la 4 jusqu'à Raetihi et là on bifurque sur notre droite pour nous rendre à Pipiriki à 27 km de là. Cette route est une belle alternative à la 4 apparemment pas si intéressante que ça. Et on n'est pas déçu du voyage!!


On roule encore dans les montagnes. La route est sinueuse et parfois étroite. On a souvent de belles vues.

Pipiriki est un joli village perdu dans ce beau décor. Il était une grosse destination touristique à l'époque alors que la seule possibilité était en remonter la rivière Whanganui. On voit à plusieurs reprises des mini expositions racontant le succès de ces différents arrêts tout au long de la rivière. Un bateau-navette touristique emmenait les touristes dès les années 1900 découvrir cette vallée. Des photographies d'époque en témoignent! Chouette à voir!!


A Pipiriki, c'est là qu'on entre sur la Whanganui river road qui a peu à peu fait reculer le tourisme en bateau. Cette route est une magnifique route entre la montagne et la vallée. On traverse également une région pleine d'histoire et croyances.


On s'arrête tout d'abord à l'élégante église jaune et rouge Saint Joseph à Hiuharama (ou Jerusalem). C'est la missionnaire française Suzanne Aubert qui a permis sa reconstruction en 1892. Elle a été au service de la population et est devenue une véritable icône en Nouvelle-Zélande. Il y a sa biographie dans l'église. Très intéressant!

Et l'église en soi est également belle à l'intérieur. Elle est d'autant plus particulière à nos yeux que l'art maori a sa place à côté de vitraux plus traditionnels par exemple. Super à voir.

Dehors, il a un petit jardin avec des bancs et un chemin de croix. On s'y balade avant la pluie qui menace.


Les premières gouttes nous font reprendre la route! On a eu de la chance ; ).

En chemin, les villages sont calmes et paisibles. Certaines maisons sont vraiment jolies et ont souvent un style bien personnel.


A Ranana, on s'arrête d'abord devant une "meeting house" maori. On n'a pas la droit de la photographier. Il y a un panneau explicatif sur ses fonctions. La façade est très artistique comme toujours. C'est beau!! On lit par contre de ne pas s'en approcher sans avoir demandé un local. Ça fait partie du respect de la tradition maori. On ne voit personne...


On fait une pause un peu plus loin à la sortie du village à la hauteur du Kawana flour mill. Ce moulin à eau de 1895 a été réhabilité en 1980 pour préserver le patrimoine de la rivière. On s'y rend en contre-bas de la route. C'est très mignon. On peut y entrer. A l'étage, il y a une exposition toute poussiéreuse mais très intéressante sur l'histoire de ce moulin et plus globalement de la rivière et de son passé commercial.

Il y a aussi une petite maison en face. On peut voir par la fenêtre l'intérieur de l'époque.


On poursuit tout en appréciant les superbes paysages verdoyants. Les monts sont parcourus par des centaines de moutons en recherche de la plus belle herbe à brouter; ).


On s'arrête à un beau point de vue pour prendre le temps de contempler cette rivière à la couleur un peu terre qui s'écoule entre de gigantesques parois rocheuses. On apercoit quelques kayakistes en train de descendre au rythme de la rivière. Ça doit être sympa! Mais on ne se dit plus la même chose 5 minutes plus tard alors qu'il pleut comme pas possible;).


On fait un stop rapide au Tunnel culvert qu'on croirait naturel mais il ne l'est pas en réalité. Moins impressionnant du coup!


Puis, on passe Atene Viewpoint walk sans s'y arrêter. De là, on peut marcher 2 heures aller-retour dans la forêt jusqu'à un point de vue. Suite aux commentaires sur campermate, ça ne nous emballe pas.

Sur la route 

Par contre, on s'arrête à une vingtaine kilomètres de là en haut d'un petit col par lequel passe la route (whanganui river lookout). Et là, waouhhh, quelle vue. C'est grandiose!!

Il y a deux tables de pique-nique face au paysage. PARFAIT. Il est 13h. On a faim :)). Et oui, ça creuse tant de beauté!

Et alors qu'on finit de manger, il se remet à pleuvoir. On a encore une fois de la chance!!!


On redescend maintenant sur la 4. Juste avant de tourner, il y a une statue maori, celle de Tane Mahuta, le fils, dieu de la forêt. Vous suivez? (Cf waipoua forest).

Il y a un petit panneau explicatif pour tous les animaux qu'il a sur le corps comme l'araignée, le rat, les lézards etc...Hyper intéressantes leurs croyances, j'adore! A propos, on peut même lire à côté la légende maori très connue racontant la création des montagnes de la région dont Tongariro et de la rivière Whanganui. J'adore aussi!!

Il y a aussi une mini-exposition moderne avec l'histoire et la symbolique de la rivière. C'est là qu'on apprend plein de choses et on recolle tous les morceaux du puzzle en cours de construction aujourd'hui! Un résumé qui tombe à point :).

Légende maori connue 
• • •
Histoire de la rivière 

Puis on rejoint la ville historique et authentique de Whanganui sur la côte. En chemin, on voit de nombreuses ruches! On mange d'ailleurs du miel zélandais et on se régale:). A Whanganui, les rues principales sont mignonnes comme tout avec leurs bâtiments un peu "western".


On ne s'y arrête pas vraiment à part pour aller à la bibliothèque. On peut en effet profiter du wifi gratuit à l'intérieur. On s'installe donc dans un canapé, Gero se connecte pendant je pars faire un tour des rayonnages. Ce qui m'intéresse particulièrement: les ouvrages Maori et les romans néo-zélandais repérables par la feuille emblématique de la NZ. Je tombe sur un auteur qui m'intéresse bien: Witi Ihimaera.


On en profite aussi pour réserver le ferry entre Wellington et Picton pour samedi avec interislanders. Le coût de la traversée de 3h30 est exorbitante: 265 dollars (soit 165 ans). On perd un temps fou à essayer de trouver un code de réduction, en vain...


Puis on repart vers 17h30 pour se rendre au camping qu'on a repéré ce soir à une demi-heure. Le bibliothécaire nous dit au-revoir chaleureusement. Sympa!


On se dirige vers le sud puis vers l'ouest pour rejoindre la côte. Plus on avance, plus le vent est incroyablement puissant. Concentration au volant!! La lumière est elle particulière, comme un peu apocalyptique. L'ambiance est donc spéciale!!

On arrive au camping très mignon de koitiata beach (après Turakina).

Camping pas cher de Koitiata beach. Côte mer, protégée par un monticule végétal, il y a les emplacements sans électricité mais le sol est gorgé d'eau. Attention!


De l'autre côté, il y a les emplacements avec électricité. C'est pour cette raison que nous sommes venus jusqu'ici! Il y a également une station pour vider l'eau et remplir notre canister (eau non potable). Il y a des toilettes et une douche par sexe. 12 dollar l'emplacement avec électricité + 2 dollar par personne + en option 2 dollar pour une douche de 4 minutes. Pas de réseau (sauf à la plateforme). Pour payer, on doit prendre une enveloppe jaune, y insérer l'argent et remplir la fiche collée dessus et la mettre dans l'espèce de boîte aux lettres. Ça marche à la confiance. Chouette:).

On s'installe. Il y a quelques voitures qui arrivent encore plus tard. Le camping fait très familial. Il y a deux éviers extérieurs couverts et deux étagères de livres. C'est bien fait!


On en profite pour vidanger notre eau, recharger en eau propre et surtout brancher notre van pour l'électricité!


Un arc-en-ciel parfaitement dessiné nous accueille. Que c'est beau:).

On se rend aussi à la petite plateforme pour la vue (et le réseau) sur la mer un peu plus loin et le superbe coucher de soleil! Ça vaut le détour.

Entre temps, j'écris pendant que Gero a le courage par ce temps terriblement venteux et irrégulièrement pluvieux de de rendre sur la plage. Il fait de très belles photos :).

Puis on cuisine et on mange avec plaisir! Ce soir, au menu: pommes de terre, épinards frais, carottes et champignons! Excellent:).

Alors qu'on fait la vaisselle, on rencontre deux Françaises attablées dehors. Elles viennent de ...Nancy!!! Trop fort:). Les deux soeurs rendent visite à leur frère qui vit ici depuis plus de trois ans et elles en profitent aussi pour voyager un peu plus longuement en NZ. L'une des deux soeurs est déjà ici depuis mi-octobre.

On discute un bout de temps ensemble. Elles sont très sympas:).

Ce soir, c'est la vraie première fois qu'on a la chance de voir un ciel aussi étoilé. C'est magnifique...

15

Ce matin, on se réveille tranquillement sous la pluie, puis sous le soleil, ah puis non sous la pluie, à nouveau sous le soleil...Bref, c'est reparti pour une journée mi-figue, mi-raisin;). Et la nuit a été plus fraîche (12 degrés), les températures sont en train de chuter.


On discute à nouveau avec Lauriane et Elise avant de partir vers 10h pour la belle capitale.


En route, on s'arrête à Bulls, pour prendre de l'essence pas chère :) et on apprécie aussi les petites boutiques (ou plutôt leurs murs) originales! Sympa.

La route est assez rapide mais un peu motonome alors on décide de bifurquer à la hauteur de Paekakariki pour monter une route étroite et sinueuse qui nous fait atteindre les hauteurs d'où la vue est superbe!! On surplombe la côte et on aperçoit Kapiti island en face de nous. La couleur bleutée de l'eau est très belle et la formation déjà au large des vagues nous intrigue. Le mouvement est doux et régulier. C'est une perspective vraiment particulière.

On poursuit sur cette route alternative à travers "l'arrière-pays" et on ne le regrette pas. C'est un très bel endroit!!


Puis on finit par rejoindre la côte magnifiquement découpée. J'aime beaucoup ce passage!


En tout, il nous faut 3 bonnes heures de route pour voir les premiers buildings et maisons de Wellington au loin.

Il y a du trafic sur la route, forcément on entre dans une grande ville! On décide de se rendre directement au "camping" visé : Evans bay marina carpark

Après s'être installé, on est motivé pour aller au centre ville. Il fait frais mais beau alors s'y rendre à pied nous semble l'option la plus agréable.

On avait lu qu'il faut seulement une demi-heure...ouais bon, c'était plutôt une heure trente qu'une demi-heure au bout du compte mais j'ai trouvé la marche sympa. On a en effet longé toute la côte, certes sur le trottoir d'une rue passante mais aussi au bord de l'eau. Donc chouette quand même.

On voit de superbes maisons à flanc de falaises. Elles sont impressionnantes. Certaines sont très belles. On aime beaucoup ce style victorien (sortes de lattes de bois - kauri - assemblées à l'horizontale et colorées selon les goûts de chaque propriétaire). Elles ont aussi très souvent de belles terrasses.

On croise pas mal de cyclistes locaux, revenant probablement du travail, avec des petits bagages allemands ortlieb ou vaude. Ils ont le même style que nous dans le quotidien;). La majorité a un vélo électrique.

On entre dans l'oriental bay, le coin le plus chic et le plus cher de Wellington. On s'en rend compte aux maisons.

On se balade sur une belle allée piétonne (genre la promenade des Anglais). D'ici on a une vue sympa sur un ensemble de gratte-ciel. Le soleil brille encore, c'est agréable.


Puis nous voilà arrivé à destination: Te papa tongarewa museum. En effet, si le soleil est globalement des nôtres, le vent froid l'est aussi. Il fait à peine 12 degrés et notre intention est donc de faire quelque chose en intérieur. Plusieurs voyageurs nous ont conseillé ce musée.


C'est parti! Incroyable mais vrai: c'est gratuit!!! Et pourquoi je dis incroyable? Parce que ce musée est tout simplement exceptionnel. Il est hyper moderne, interactif, captivant! La qualité et la variété des expositions, toutes liées à la NZ, est hallucinante. A visiter absolument!!


Par contre, il ne faut pas compter les heures! Il est bon d'avoir tout son temps. Après avoir déposé nos affaires (gratuitement - don possible), un gars du musée nous présente la thématique des différents étages:

2e étage: Gallipoli - 1ère guerre mondiale et traumatisme néo-zélandais

3e étage: comment l'homme a façonné les terres de NZ

4e étage: culture maori et immigration européenne

5e étage: exposition artistique


Autant déjà vous dire qu'il nous faudra aujourd'hui plus de deux heures pour visiter le deuxième étage. Demain, on repassera encore 3h30 pour explorer les 3e et 4e étages!!!! Truc de fou...


Revenons-en donc à aujourd'hui...Gallipoli raconte comme son nom l'indique le triste époque de la première guerre mondiale. Les Allemands déclarent la guerre. Les Britanniques appellent leurs renforts de Nouvelle-Zélande (dont Maori) pour aller en Turquie à Gallipoli. La suite est un massacre...Plus de 86 000 morts lors de ce court épisode sanglant. La population néo-zélandais souffrent de ses pertes importantes. A ce jour, c'est l'événement le plus marquant de leur Histoire.

C'est intéressant de se placer d'un autre point de vue, pas le nôtre, pas celui qu'on apprend en France...

L'exposition est extrêmement bien faite car elle nous plonge personnellement dans l'Histoire faisant appel à tous nos sens. L'ambiance créée par un jeu de sons et lumières minutieusement travaillé nous fait entrer dans la guerre et toutes ses facettes. On est parfois touché, mal à l'aise, presqu'angoissé, mais aussi soulagé, heureux.

Les informations sont véhiculées par divers moyens: au sol par un parcours à suivre, au mur par des paroles qui défilent, sur un écran, en devant ouvrir les caisses du bateau...Des idées à l'infini. Je suis impressionnée et captivée!!! Il y aussi de nombreux récits de personnes en particulier ou de familles. On s'attache à eux et on se sent d'autant plus concerné par leur destin. Et puis, il y a ces incroyables personnages immenses dans des pièces obscures qui marquent les transitions entre les différentes pièces. Ils font si vrais! Quel travail!!

A la fin de l'exposition, on peut prendee un coquelicot en papier et y écrire ce qui nous passe par la tête. Soit on garde le coquelicot soit on le dépose au pied du dernier soldat. Je choisis la deuxième option très symbolique. Le soldat a déjà des centaines de coquelicots à ces pieds. C'est très beau...

On ressort un peu...sonné. on réfléchit, on discute encore de cette guerre inutile...


Il est déjà 18h quand on ressort (heure de fermeture). Il fait désormais plus que frais dehors et le soleil a disparu :(. Vive notre polaire bien chaude et notre gore tex. Le vent est très fort et glacial. Wellington est connu pour être particulièrement venteuse...Tu m'étonnes! Une Française ici depuis un an me dit que l'été dernier était bien plus chaud. Ça me rassure dans un sens! Parce que là...on ne s'était pas autant caillé depuis longtemps!!

On part explorer un peu plus la ville. Il y a des espaces publics très sympas mêlant terrains de sport, espaces détente, fontaines, végétation, arts divers (dont maori). Le temps aujourd'hui ne nous donne pas trop envie de s'y attarder mais on s'imagine ces mêmes endroits sous le beau temps (demain?!).

On se rend à la Te Aro valley en passant par différentes rues aux maisons victoriennes toujours très jolies.

Te Aro valley est un quartier relativement artistique, un peu alternatif. Ce qu'on en voit, ce sont de jolies petites maisons, des restaurants sympas comme tout, un bar cool à bière dans une ancienne station essence, "the garage project" etc...

Puis, on descend vers la Cuba street, la bohème. Cette rue est historique: elle y a accueilli à ses débuts les commerçants. Elle est aussi la première rue à être devenue piétonne à Wellington. Actuellement, c'est une rue très animée (sauf aujourd'hui par ce temps) où les gens profitent en terrasse, boivent une bière, mangent...


On trouve en haut de cette rue "the laundry" non pas pour y faire notre linge mais pour y déguster un bon repas. L'endroit est branché et le personnel détendu :). L'endroit nous plaît et on se régale:)).

Dans la ville de Wellington 

C'est chouette car ici, il fait nuit désormais à 20h40. Alors on profite de la lumière plus longuement.

Alors que la nuit tombe la ville s'illumine. L'ambiance est différente!

On se décide pour rentrer en bus. Le numéro 2 pour Hatiata passe toutes les 30 minutes environ. On paie en cash la gêne chauffeuse de bus. C'est 4 dollar par personne. On a environ 10-15 minutes de bus. Il y a du monde. Ce qui me frappe, c'est que tous disent merci en sortant du bus. Top!


On sort gelé et fatigué vers 22h30! On ne se fait pas prier pour s'endormir;)

Wellington: Evan's bay carpark.

Emplacements nombreux dans une zone délimitée. Gratuit. Endroit sympa car dans la marina et à l'écart de la grosse route. Belle vue sur le port de plaisance et les montagnes. Un toilette propre. Peut-être une douche à côté (on ne teste pas). Bus numéro 2 pour aller en bus ou à pied.

16
16
Publié le 10 décembre 2018

On prend notre temps ce matin. Le beau ciel bleu et le soleil nous mettent de bonne humeur:).

L'éboueur vient directement toquer à notre porte entrouverte pour nous demander si on a des poubelles. Cool! Il est très sympa et on discute un peu avec lui. On est une fois de plus surpris du rapport agréable que les Néo-zelandais savent entretenir avec les gens. C'est vraiment top!

On part vers 11h 30 pour le centre-ville. Problème, le bus ne passe que toutes les heures et on l'a raté. On commande donc un uber. Il est à 14 dollar actuellement. Deux minutes plus tard, on monte en voiture avec Dinesh. Il est indien et vit ici depuis 27 maintenant. Il est tresr heureux d'avoir immigré en NZ et de vivre avec Wellington. Il nous donne quelques conseils, nous montre quelques bâtiments en chemin. Sympa:).


Notre première destination aujourd'hui again: Te papa museum. C'est reparti!

Je ne vais pas tout détailler sinon je vais en avoir pour longtemps mais en résumé, les autres étages sont aussi bien faits et hyper intéressants. On a apprend beaucoup de choses de façon captivante.


Au 3e étage, on découvre en effet comment la NZ a perdu plus de 50% de ses forêts particulièrement suite à l'arrivée des Européens qui ont volontairement déboisé pour créer des prairies favorables au développement de pâturages pour leurs moutons et vaches. On apprend aussi comment les nombreuses espèces animales, les plantes, la nourriture ont fait peu à peu leur entrée en NZ, importées d'ailleurs. Certaines ont survécu, d'autres pas..

Très intéressant. Et on peut interagir, des questions nous sont posées sur les panneaux. Encore une fois, le musée nous rend actif! C'est top! On voit aussi ensuite comment les maladies sont arrivées d'où leur extrême vigilance maintenant. On apprend plus loin que les conséquences des déforestations et des transformations du paysage sont grandes; de nombreuses ont de ce fait disparu..

Il y a plus loin une projection de mini-interviews de locaux nous montrant leur endroit préféré en NZ. Le montage vidéo est très bien fait. On est plongé dedans!



Puis, on passe à l'exposition "passeports" qui zoome sur les émigrations en masse des Européens puis Asiatiques en quête de travail, d'une nouvelle vie. La NZ est à l'époque vue comme "the fairytale land", le pays de tous les espoirs. L'immigration doit répondre à certaines conditions mais est alors facilitée par la NZ qui a besoin de travailleurs. Dans l'exposition, on peut répondre à des questionnaires interactifs pour voir si on aurait été accepté. Ce que jaime particulièrement, c'est aussi les destins de plusieurs Europeens. C'est une fois de plus très personnel et donc attirant et touchant.

A la fin de l'exposition, il y une pièce avec l'histoire des réfugiés actuels de Syrie, d'Afghanistan, du Bhoutan, etc...Hyper bien fait avec des photos, leurs récits...


Quant à l'exposition maori, on est plongé dans leur univers plein de spiritualité. J'adore toujours autant! Et on continue à apprendre beaucoup de choses! De nombreuses statues sont exposées. Il y a même des maisons grandeur nature superbement sculptées...Que c'est beau.


Alors qu'on commence à saturer car c'est quand même très prenant, on avance un peu plus vite et on zappe le dernier étage.

On ressort sous le soleil. Et le même endroit qu'hier sous la grisaille et dans le vent prend un tout autre aspect aujourd'hui! Rien à voir!!

Il y a du monde sur la promenade, les gens sont en tenue légère, des ados s'amusent à sauter du haut d'un ponton, des skaters, des joggeurs, des cyclistes se partagent la piste, un couple mange des churros, des groupes sont déguisés et se font prendre en photo par des touristes chinois...Bref, super ambiance estivale :). Ça fait plaisir!


Et nous dans ce décor? On se dirige vers les food trucks. Gero se prend un mee goreng et moi un hotdog. Les vendeurs sont hyper sympas et détendus! Puis on s'installe sur un banc et on apprécie notre fast lunch :).


On reste encore un bout de temps à juste profiter du soleil et des scènes de vie de déroulant devant nous.

On poursuit ensuite notre exploration de la ville en longeant l'eau. Il y a de nombreux restaurants, cafés, bars. C'est super sympa!! Et il y a un monde fou. On voit aussi une structure d'escalade qui donne envie, des kayaks sur le quai etc...Ça grouille de partout.

On rejoint le Parlement qu'on peut seulement voir de l'extérieur. A côté, il y a la belle bibliothèque réservée au parlement.

Puis, on se met à la recherche de "old's paul cathedral" qu'on déniche après plusieurs entrées dans d'autres églises!


Cette cathédrale blanche à l'extérieur très accueillant et couleur bois à l'intérieur chaleureux est vraiment belle et vaut le détour.

On repart en direction de la Cuba street. En route, on s'arrête dans une librairie et on y flâne un bon moment. C'est aussi de cette façon qu'on peut en apprendre sur un pays. Par exemple, ils ont un rayon spécial pour les livres sur le féminisme. Intéressant, non?

C'est qu'ils ont de l'humour ces Néo-zélandais; ) 

On atteint finalement notre but culinaire vers 19h30. On opte pour un petit restaurant indo-malaisien, Rasa. Il est bien rempli et bruyant. Gero se régale tandis que je suis déçue par mon plat censé ne pas être épicé mais bon...à l'indienne quoi!

Heureusement, on s'achète en sortant une bonne glace au chocolat ce qui rattrape le coup; ).


Dans les restaurants, ce qui est cool, c'est qu'on reçoit toujours de l'eau en carafe donc on n'est pas obligé d'acheter une boisson. Et globalement, on ne paie pas si cher que ça contrairement à ce qu'on pensait. Ce soir, on en a pour 32 dollar à deux soit 20 euro.

Concernant les pourboires, ils sont optionnels. On peut donner 5 à 10 % si on est content du service. Le fonctionnement nous plaît; ).

Il est maintenant 20h30 et on compte encore grimper jusqu'au mont Victoria. C'est parti!

On trouve le chemin violet bien indiqué "lookout pathway" qui nous mène en une quinzaine de minutes rapides que sommet.

Il n'y a pas beaucoup de monde, c'est agréable. On a une très belle vue de toutes parts.

On surplombe la ville qui commence à éclairer ses rues et ses bâtiments.

Le mélange de couleurs diffusé par le coucher de soleil est grandiose, vraiment! Et les quelques nuages prennent de si jolies formes...Waouh! On profite...

Avant qu'il ne fasse trop nuit, on redescend par le chemin jaune : "sea to city walkway" pour rejoindre l'autre côté de la montagne. Le chemin parfois pentu à travers bois est très sympa et se dévale vite. Il finit par passer par quelques maisons très mignonnes puis pour atterrir dans un beau quartier résidentiel.


On rentre tranquillement à pied en passant par le coeur d'Hatiata également sympa et animé dans les quelques restaurants en ce vendredi soir :).


Ce soir, on rappelle Kata qui a essayé de nous joindre trois fois. Ils sont au nord de Tongariro et nous demandent des infos sur la fameuse randonnée de l'Alpine crossing. On discute un plus peu longuement.

17

Aujourd'hui, une nouvelle aventure nous attend: on prend le large!

Réveil à 7h. On décolle à 7h20 et on arrive 20 petites minutes plus tard au terminal du ferry de la compagnie interislander. Ce matin, ça roule très bien dans la ville. C'est samedi.


En route, on se fait arrêter par une gentille policière (parmi beaucoup d'autres) qui fait souffler Gero. Tout va bien, pas une goutte d'alcool ingurgitée ; ).


Le check-in pour le bateau se fait avec notre voucher sur la tablette. Si le ferry part à 9h, l'heure limite du check-in est fixée à 8h.

En attendant à l'arrêt dans la file d'attente, on prend notre petit-déjeuner.

Puis c'est parti, on embarque :).

Le trajet dure 3h30. On s'installe d'abord tout en haut sur le pont. L'air est frais mais on est bien habillé.

La vue sur la ville et les montagnes est très belle. On longe encore un petit moment la côte. Deux jolis phares blancs ressortent dans ce paysage très vert.

Le ferry est énorme! On retourne ensuite à l'intérieur et on s'installe à une table. J'écris mon carnet, Gero planifie la suite. Pas de réseau.

J'ai aussi envie de m'y mettre après avoir terminé mais j'ai un peu le mal de mer alors je préfère fermer les yeux et ne plus rien faire. Ça fonctionne car je vais rapidement mieux :). Ouf!

Il est possible d'acheter à manger et à boire. Quelques plats sont proposés (fish n chips, lasagnes, scones) pour 9 dollars. Comme on réagit un peu tard, on se dit qu'on mangera sur la route.

Pour rejoindre Picton, la ville d'arrivée située par l'île du Sud, le bateau passe par d'étroits passages entre les bouts de terre. Sur la carte, c'est impressionnant et en réalité, c'est très beau.

Nous voilà à Picton à 12h30. Ça y est, nous sommes sur l'île du Sud de Nouvelle-Zélande! Chouette :)).

Picton de loin 

On part direction Mahai sounds à une vingtaine de kilomètres au nord ouest de Picton.


On rate le supermarché à Picton alors tant pis, ce sera pour demain car il n'y a plus rien sur notre passage même si on passe deux hameaux-villages. Il y a quand même un café en route si jamais...


La route montagneuse est étroite et sinueuse. Même si les limitations de vitesse sont toujours en NZ (trop) élevées par rapport au terrain en question, on ne roule pas vite.

Le paysage est magnifique!!! On parcourt une corniche faite de baies tout aussi superbes les unes que les autres!


Et quelle belle surprise quand on atteint notre camping à Double Bay. C'est un vrai paradis!!!! Nous qui voulions un peu nous poser pour réfléchir à la suite mais aussi pour ne pas réfléchir du tout, c'est PARFAIT.

Il est 13h30. On a la chance d'être la sixième et dernière voiture acceptée ici! Puis encore mieux, un véhicule s'en va et on prend sa place face à la mer. Le rêve grandeur nature!!! On ouvre le coffre, on descend le lit et le tour de magie est fait :).

Devant nous, un arbre et des bouts de bois enchevêtrés, des tables de pique-nique sur une herbe verre et fleurie de maguerites blanches, une eau bleu calme et en train de reculer, quelques bateaux...On est fin heureux!!!

On se fait un repas simple mais qu'on adore: spaghetti au pesto. On le déguste sur notre table au soleil!!! D'ailleurs, enfin, je peux troquer mon jean et ma polaire contre mon maillot de bain et ma robe!! Ça change tout!!! Trop bien:).


Puis on profite de notre après-midi de rêve...Que la vie est belle!! Des oiseaux chantent agréablement bien. Un vrai plaisir de les écouter gazouiller.


Un autre couple a un hamac et du coup, on ne peut pas accrocher le nôtre. Mais patience...notre tour viendra sûrement; ).


Certains partent ramasser des moules à marée basse.

Marée basse 

Je peux enfin entamer mon livre en lien avec la NZ: "New Zealand stories", by Katherine Mansfield. Écrivaine d'histoires courtes connue. Sa maison est d'ailleurs à visiter à Wellington. On a complètement oublié d'y aller. Dommage!


On réfléchit aussi à notre itinéraire pour la suite. Il y a énormément de possibilités ce qui ne nous facilite pas la tâche!


Gero part ensuite nager mais ne s'éternise pas car l'eau est très fraîche (trop à mon goût!).

Ce soir, si le soleil se cache assez tôt derrière la colline, on profite quand même encore longtemps du jour. C'est très agréable de manger dehors. On renfile néanmoins un pantalon pour éviter d'attirer les quelques sunflies qui sont prêts à nous piquer ;).


Puis, on discute avec nos voisins néo-zelandais très sympas. Ils ont un fils qui vit à Lille! On discute de ce qu'on a vu en NZ depuis notre arrivée. On partage nos points de vue sur différents endroits et thèmes. On leur demande aussi comment ils perçoivent le tourisme de masse chez eux. C'est très intéressant! Ce qu'on constate aussi c'est qu'ils sont encore en short et T-shirt alors que nous, on est bien emmitouflé à cette heure-ci. On plaisante!! On s'est déjà fait la remarque à Wellington: les locaux sont bien moins frileux que nous!


Double bay: 6 emplacements gratuits (et pas un de plus - sont délimités). 3 emplacements en face de l'eau. Arriver tôt pour espérer une place (nous: 13h30). 2 nuits max. Une toilette sèche avec papier et savon. Baie superbe au calme. Trois tables de pique-nique. Possibilité d'accrocher le hamac, de faire du kayak ou autres (si on a le matos).

18


Ce matin, le paysage est un peu différent: quelques nuages forment comme un anneau autour des montagnes en face de nous; c'est superbe.

Notre petit coin de paradis est paisible et toujours aussi magique qu'hier.

Le soleil chauffe déjà bien à 8h30...Le bonheur!


Nos voisins partent faire du stand-up paddle. C'est beau de les voir partir sur l'eau toute calme et pure.


On voit peu à peu l'eau monter, ça se fait lentement mais sûrement; c'est fascinant. La marée haut est vers 11h30 aujourd'hui.

Il y a du monde aujourd'hui: certains locaux viennent promener leur chien, quelqu'un partent à bord de leur bateau depuis cette baie, d'autres sont en famille, les enfants prennent plaisir à jouer dans l'eau puis des kayakistes passent, un pêcheur sur sa chaise patiente... Bref, c'est un endroit vivant et vraiment agréable pour tous.


Nous, on bouquine, on se repose dans le hamac, Gero part nager, on mange, on discute avec nos voisins d'hier...on est bien!


En retrant de leur tour de paddle, nos voisins nous proposent leurs planches si on en a envie. Décidément, ils sont vraiment super sympas!! On hésite mais à vrai dire, le stand-up paddle, pour avoir essayé une fois au Brésil, n'est pas l'activité la plus passionnante qu'il soit et surtout on est bien ici :). On les remercie chaleureusement.


Et je ne l'ai pas précisé mais comme espéré, aujourd'hui, c'est à notre tour de profiter de notre hamac:). L'autre couple a fini le camping! Trop bien...


...enfin presque...bon juste pour l'anecdote, qu'on se marre un peu: alors que je compte y faire une sieste en début d'après-midi, je me rends donc au hamac, je m'y asseois dos à la mer et comme le hamac est légèrement en pente, je n'ai même pas le temps de me sentir déséquilibrée que badaboum!!! Me voilà projetée par le hamac après une pirouette qui m'envoie directement au sol. Aie aie aie...Évidemment ce serait trop beau d'atterrir dans du sable fin doré et sec! Nan nan, là, il s'agit d'une terre encore humidifiée par l'eau de mer qui s'est retirée il y a peu accompagnée de quelques branches échouées d'arbres...Mon gilet prend une étrange couleur marron sur un bras et l'épaule et une de mes jambes est désormais amochée! Bon ben ça réveille finalement!!!

Nos voisins nous conseillent vraiment d'aller vers Abel Tasman national park alors on revoit nos plans...ça nous tente bien du coup!


Vers 16h, on prend la décision de quitter ce petit coin paisible pour aller vers le parc national d'Abel Tasman.


Le temps est au beau fixe et le paysage est superbe. On roule d'abord sur la même route sinueuse et étroite.

On s'arrête en chemin au cullen point lookout. On grimpe une dizaine de minutes pour avoir un joli panorama. La marée est actuellement basse et le paysage est donc particulier. C'est très beau.

On croise de drôles d'oiseaux!

Plus loin sur la route, on passe la petite bourgade de Havelock, déclarée capitale des moules! On peut les déguster dans les quelques restaurants locaux. L'endroit est mignon et un peu touristique. Il y a même un musée. On ne fait qu'y passer pour notre part.


On franchit plus tard le Pelorus bridge. Une scène du film "le hobbit" été tourné ici.

Pour rejoindre Nelson, on traverse la Rai Valley, ouverte et verdoyante. On y voit des fermes et de nombreuses vaches. Les alentours montagneux sont élégants. Une portion nous rappellerait presque les Vosges! On peut tracer plus vite ici car ce n'est plus sinueux.


Une bonne heure plus tard, nous arrivons dans la ville de Nelson.

Notre premier arrêt se fait au supermarché. On vivait depuis deux jours sur nos quelques restes. Faut qu'on se réapprovisionne. Et comme les superettes sont chères, on attendait de trouver un supermarché. On y prend notre temps pour remplir le caddie!


En ressortant, il est déjà 19h. A la base, on avait prévu de rouler encore une petite heure pour se rapprocher du parc national mais on laisse tomber.


Notre deuxième arrêt se fait donc sur l'un des emplacements gratuits de la ville. C'est au centre sur un grand parking derrière la rue principale. Il y a déjà quelques vans. Nickel, il y a de la place.


Puis, on part à la recherche de WC situés à quelques minutes à pied. En route, on tombe sur le cinéma et il y a deux films d'ici 1h qui nous tentent bien. Ah ah, cinéma ce soir? (17 dollar la place)...


...On réfléchit tout en se faisant un Abendbrot dans notre van. Finalement, on laisse tomber. On part plutôt visiter la ville et recharger une série qu'on regardera en rentrant.


A ce moment-là, le ciel est grandiose: les nuages rouge feu sont hallucinants!

On en profite pour se balader dans un quartier résidentiel un peu plus en dehors de la ville.

La ville en soi n'est pas de prime abord particulièrement attirante mais quand on poursuit notre exploration des différentes rues, on découvre qu'elle a en fait un certain charme.

La longue rue principale est faite de magasins, de jolies maisons victoriennes, de bars, de restaurants (qui s'étendent dans les rues adjacentes). Cette rue nous mène, comme à l'époque, jusqu'à la cathédrale qui diminue la ville.

On y monte. Elle est jolie et date de 1927 (+construction pendant 40 ans). Zut, on a loupé la messe de 19h du dimanche soir. On aurait pu entendre l'orgue de l'extérieur.

Cette petite colline a toujours accueilli un édifice religieux depuis 1859 pour sûr! Il y a des panneaux explicatifs intéressants juste à l'entrée.


On rentre tranquillement vers notre van. Il fait bon ce soir, c'est vraiment agréable. Quelques terrasses sont encore animées.


Nelson: Wakatu carpark. Emplacement gratuit derrière la rue principale près du cinéma. 2 nuits max. 20 places. Peu de vans présents. Pratique car proche du centre et étonnement calme. Toilettes au I-site à 3 minutes à pied. Wifi gratuit de la ville.

19

Ce matin, on met le réveil très tôt car la météo semble être bonne jusqu'à 14h seulement.


On décolle que vers 8h car on pense finalement encore faire autrement pour aujourd'hui. A la base, on comptait prendre un watertaxi depuis Kaiteriteri ou de Marahau (37 dollar/23 euro par personne pour 45 minutes) pour rejoindre Torrent bay ou Awaroa bay. Puis on fait la randonnée de 4h environ pour le retour. Il serait aussi possible de passer deux jours dans les coins, louer un kayak pour une partie (140 dollar/pers!), camper, puis revenir en randonnée ou watertaxi.

Alors pourquoi change-t-on d'avis? Car en lisant tous les commentaires des autres voyageurs, la majorité est mitigée. Ça a l'air bien sûr chouette mais pas incroyable. Et nous, on veut de l'incroyable si c'est compliqué et payant, hi hi; ). En plus, le temps va probablement changer en début d'après-midi alors ça ne vaut peut-être pas tant le coup que ça.


A la place, on décide d'aller quand même vers le parc national mais on s'installe sur la superbe plage de sable dorée à Little Kaiteriteri.

L'eau est transparente, le paysage rocheux est beau et la plage presque déserte.

On y petit déjeune face aux douces vagues. Ambiance paradisiaque...

En chemin, on s'arrête à la station la moins chère du coin (1,31 dollar le litre). Youpi! La NPD self service se situe à Motueka et on est content car à Nelson, toutes les stations étaient à 1,50

La chaleur du soleil est très agréable. Tout est parfait à un détail près: la température de l'eau. Franchement, elle est très fraîche. Même Gero n'y entre que jusqu'aux genoux! Quel dommage vu l'eau de rêve...Certains baigneurs ont la solution: une combinaison. Pas bête! D'autres ne sont pas frileux ou juste habitués et entrent dans l'eau sans problème!


Vers 12h, on part marcher sur le sentier en contre-haut de cette plage. La vue d'ici donne à la fois sur la plage mais aussi sur les montagnes.

Le sentier mène à une seconde petite plage dans une autre baie plus loin. Puis, on revient sur nos pas.

On poursuit ensuite non loin de là pour atteindre le parking du "split apple rock" mais on ne voit cette fameuse roche?!


On passe par la petite ville très animée. Il y a des bus de touristes, de nombreux kayakistes et baigneurs. Rien à voir avec l'ambiance de notre petite plage non loin d'ici et tout aussi idyllique!


Puis, on poursuit notre route le long de la corniche tres sinueuse. On ne revient pas sur nos pas mais on choisit plutôt de faire la boucle routière. Et c'est bien comme ça car c'est vraiment très joli:). On rejoint finalement à nouveau la route principale vers Westport.


D'ici, il nous faut rouler désormais 300 km (4 heures annoncées par le GPS). L'ensemble de la route nous prendra bien plus de temps car:

1. On fait le choix de rejoindre la "great west coast" pour descendre depuis Westport vers Greymouth (minimum 30 minutes de plus).

2. On s'arrête une paire de fois en chemin tellement c'est grandiose:)

3. On a beau temps toute la journée alors on n'est pas pressé. Au contraire, on en profite:)).


On alterne montagnes très sinueuses et vallées plus ouvertes. Le beau temps est de mise et ça fait très plaisir:).

Vers 13h30, on s'arrête à Hope saddle lookout pour pique-niquer. Aire située en haut d'un petit col, la vue est plongeante sur la suite de la route sinueuse à parcourir et plus largement sur les alentours montagneux. C'est un bel endroit pour manger (attention aux quelques bourdons un peu pénibles; )). Il est aussi possible d'y dormir. Il y a une toilette sèche.


Nous, on ne compte pas s'arrêter de sitôt aujourd'hui:). Et notre prochain stop se fait suite aux conseils données par d'autres voyageurs de camperMate. Il s'agit d'une magnifique plage isolée, à l'écart de la route, où il est possible de voir des dauphins. On s'y rend donc avec enthousiasme et espoir d'en voir...

...Rien que la plage est magnifique. Et la lumière de fin de journée est actuellement très belle.


On grimpe quelques escaliers après les roches à droite de cette plage. On arrive de l'autre côté après un passage court et étriqué à travers les immenses plantes exotiques.

De l'autre côté, les vagues claquent contre les roches. C'est impressionnant!

• • •


Puis, on trouve sur la gauche en contre-bas un espèce de pont en béton à moitié défoncé qui franchit la mer! Pas franchement rassurant! ...Je laisse Gero partir en éclaireur; ).

De l'autre côté, il y a encore quelques marches à monter avant de découvrir la mer et le superbe horizon tout plat.

Alors que je patiente, Gero s'empresse de revenir et me dit qu'il y a trois dauphins. Ok! Hop, je franchis le pont sans crainte mais en étant quand même très précise dans mes pas (pas le droit à l'erreur). Le temps que j'arrive, c'est trop tard...Plus de dauphins :(...


On patiente tout en profitant du tableau unique devant nos yeux. Des mouettes et d'autres noirs au long bec orangé nous tiennent compagnie.

Au bout d'un moment, on revient sur nos pas. Je guette la marée mais la tendance est à la marée basse donc no stress pour le retour qui sinon serait compliqué.

Après quelques derniers coups d'oeil verd la mer et l'horizon, on reprend la route.


On s'arrête une dizaine de kilomètres plus loin car on est attiré par le paysage fascinant!

On va à pied sur la plage pour s'approcher de ces magnifiques sculptures rocheuses naturelles. Je reste sur le rivage et je s'asseois pour contempler. Gero, lui, préfère aller explorer tout ça de plus près.

Il n'hésite donc pas se mouiller jusqu'aux genoux pour franchir le bras de mer qui nous sépare des roches.

Il y a même une grande et haute cave dans laquelle l'eau s'engouffre. ..

Après s'être rejoint, on reprend la route jusqu'aux Pancakes rocks, une des attractions les plus connues de cette côte.

Sur la Great west coast road...


On arrive aux fameuses "pancakes rocks" vers 19h. Une marche très facile parfaitement aménagée à travers une superbe végétation nous mène pendant une vingtaine de minutes de point de vue en point de vue.

Ces formations rocheuses sont uniques et très atypiques. Elles ressemblent comme leur nom l'indique à des crêpes empilées les unes sur les autres. L'ensemble est très chouette et fait penser aux puzzles en bois en 3D. D'un point de vue scientifiquement, même s'il est possible de dire que l'érosion du vent, de l'eau et du sable est en partie responsable de la physionomie de ces roches, ce ne serait pas suffisant...Le mystère plane encore sur la suite de l'explication de la formation si incroyable de ces roches...

On déambule avec plaisir sur ce chemin très agréable. Et le temps tient toujours. C'est comme si on avait embarqué le soleil avec nous aujourd'hui:). Pourvu que ça dure!!

A la sortie du site, il y a un café, deux boutiques. C'est touristique tout en restant très décent. Tout est déjà fermé à notre passage tardif.


Puis on trace pour notre camping à environ 40 minutes d'ici, à Greymouth. On savoure tout de même encore et toujours les paysages en chemin. Une brume légère s'installe sur les décors qui deviennent désormais mystérieux. C'est superbe! J'adore cette ambiance :)


Vers 20h, nous voilà sur un emplacement de camping. Et même si c'est indiqué de faire attention aux pingouins, nous, ce qu'on rencontre à notre arrivée, c'est un KIWI (l'animal pas le fruit, vous suivez?!). C'est notre premier:))). On est content même si en fait il n'a rien d'exceptionnel à vrai dire...


On choisit le parking d'en-haut car on est bien plus proche des toilettes.

Il y a déjà une bonne dizaine de vans mais il y a encore pas mal de place. C'est un très grand parking au bord de la mer et à l'écart de la ville. Nickel!

Et comme toujours, même si on est nombreux, c'est très calme.

La soirée passe vite car il est déjà tard. Il fait encore bon ce soir. C'est agréable.

Greymouth: Jelliman carpark. Camping gratuit. De nombreux emplacements. Arrivée à 20h: encore beaucoup de places. Un parking en bas, un parking en contre-haut. Toilettes sur celui d'en haut. Deux toilettes avec lavabo bien entretenus. Face à la mer. A l'écart de la ville. Très calme et agréable. Deux nuits maximum. Réseau TB. Une belle douche extérieure froide.

20
20
Publié le 13 décembre 2018

Réveil tardif ce matin. On a bien dormi :). Le temps est nuageux mais pas encore pluvieux. C'est agréable:).

On a une belle vue sur la côte d'un côté et sur la ville de l'autre côté.

On part tranquillement vers 11h.

Non loin d'ici, sur l'autre espace de camping possible près du pont (Cobden), il y a de quoi de vider l'eau sale et recharger en eau potable.

Nickel, c'est très pratique mais...C'est exactement à ce moment-là que la pluie se met à tomber!!! Et pas qu'un peu!!!!

C'est le déluge! En quelques secondes, le temps de se réfugier dans la voiture, on est trempé de la tête aux pieds!!!!...


Bon...on patiente. Alors que ça se calme, même s'il pleut encore, on finit ce qu'on était en train entreprendre.

Au fait, ça tombe quand même à pic qu'on puisse refaire le plein d'eau car les dernières gouttes se sont écoulées ce matin alors qu'on faisait la vaisselle;).


Puis on rejoint le centre ville qui témoigne de son passé minier. Certaines maisons ont un air de Far west:).

On se gare sur un grand parking non loin de la bibliothèque. Et à vrai dire on n'a pas le courage de rejoindre la bibliothèque tellement il pleut. Alors on reste un petit moment à l'intérieur de notre van et on s'occupe des photos et des blogs.


Puis quand une éclaircie se pointe, hop, on se dépêche de se rendre à la bibliothèque municipale.


Il y a beaucoup de monde dont de nombreux allemands ;). On s'installe près de prises électriques et on fait des recherches pour notre éventuel futur tour de vélo. On envoie des mails aux différentes agences. On se renseigne aussi pour prévoir la suite de notre périple. Le wifi est gratuit. La connection n'est pas méga rapide mais ça fait l'affaire; ).


A 17h, la bibliothèque ferme ses portes. C'était agréable de pouvoir y passer du temps au chaud avec de l'électricité et des toilettes à dispo :).


Il s'est arrêté de pleuvoir alors on en profite pour visiter brièvement la ville. Elle ne nous semble pas exceptionnelle à part quelques maisons anciennes qui paraissent figées dans le temps. Il y a aussi un musée sur le passé minier de la ville et des alentours.

On retourne à notre voiture et on se rend compte qu'on a complètement oublié que le parking était limité à 3 heures! Oups!!! Pas d'amende en vue, ouf!!

On reprend de l'essence car elle est à 1,50. Même si c'est cher par rapport au Nord, on sait que la portion qui nous attend direction les glaciers est bien plus onéreuse! Donc, on anticipe:)).


Puis, enfin, c'est parti direction le sud et la route des glaciers. Le premier glacier Franz Joseph est à plus de 160 km d'ici, soit 2h30 de route. On n'est pas sûr de vouloir l'atteindre ce soir. On verra bien...


On s'arrête en route à Hokitika au bord de la mer. La ville est également sympathique et a l'air assez vivante. Il y a des boutiques de jade, la belle pierre précieuse du coin.

Mais on poursuit. La pluie se remet à tomber...

On traverse plus loin la jolie petite ville de Ross également riche d'un passé minier. Ici, la ruée vers l'or a fait des heureux. Il est possible de faire une marche et de visiter la mine. Il pleut alors on n'est pas emballé.


On roule essentiellement à travers une forêt abondante, on traverse des ponts à une voie comme c'est souvent le cas en NZ et on tombe sur un très joli coin en bord de route: celui du Pukekura lodge. Il s'agit d'un châlet charmant avec terrasse couverte. C'est vraiment très mignon. Devant, il y a un terrain dont un parking pour voitures et un espace avec de l'herbe. Derrière le châlet, il y a aussi deux places avec électricité. C'est ce qu'on choisit!


Dans le châlet, il y a plusieurs chambres et un dortoir. Il y a une toilette, une salle de bains avec eau chaude. L'eau provient de l'eau de pluie. Si pas de pluie, pas d'eau! Bon, ça va, je crois qu'on est large hein;).


Il y a un panneau indiquant de s'installer. Les propriétaires passeront plus tard. En effet, la propriétaire en mode cool et super sympa vient plus tard à notre rencontre. Elle habite en contre-haut. On paie seulement 10 dollar par personne. Top rapport qualité-prix :).


Comme il est déjà 19h, on se met à cuisiner dans la cuisine commune très chaleureuse. Il y a tout à disposition: casseroles, assiettes, planches etc...C'est très convivial à cette heure-ci où la plupart cuisine comme nous. Et c'est marrant car il n'y a que des Allemands!!! On discute avec un couple de Berlinois en NZ pour 3 mois. Sympa:).


Si on mange notre plat principal dans la cuisine, on se prend notre dessert sur l'agréable terrasse. Il pleut encore et toujours mais il fait assez bon (dit-elle en gilet et gore tex;)).


Il y a de plus en plus de monde au camping qui arrive au fur et à mesure de la soirée. Mais ça reste très familial. C'est au propriétaire de venir accueillir les nouveaux venus. Il est pieds nus alors qu'il pleut...Intéressant! Ça montre un peu leur style détendu et tranquille;).

Pukekura lodge. 10 dollar/personne: emplacement avec électricité. Camping à environ 80 km au nord des glaciers dans la forêt. Au calme. 2 emplacements avec électricité. Possibilité de camper. Dans le joli châlet: chambres doubles (45 dollar) et dortoirs (20 dollar). Une toilette. Une SDB avec douche chaude. Une cuisine commune. Une terrasse couverte avec tables. Endroit très mignon et personnalisé. Propriétaires sympas. Pas de réseau.

21

Ce matin, c'est totalement inattendu: il fait beau!!! C'est intéressant de constater l'excitation qui nous envahit instantanément en voyant ses rayons!! Ça a comme une saveur spéciale! Si en Afrique, on ne s'est jamais vraiment posé la question du beau temps qui était une évidence, ici, il en est autrement. Quel plaisir!

On prend une bonne douche chaude pour ma part et froide pour le pauvre Gero qui n'a pas tout à fait compris le fonctionnement étrange de la douche. C'est un peu comme les toilettes: des fois, on reste là bêtement à essayer de comprendre un système inédit pas franchement instinctif... Et à 7h30, le cerveau est encore un peu dans brume ce qui n'aide pas;).


Après un petit-déjeuner très apprécié sous le soleil, on prend la route plein d'énergie :). C'est alors que je découvre depuis le camping cette jolie vue sur les montagnes enneigés au loin. C'est beauuu et prometteur!!!


On part vers 8h30 direction Franz Joseph Glacier à 90 km d'ici (1h10 de route). Quand on sort de la forêt, les montagnes imposantes et enneigées pour certaines nous font face. C'est grandiose!!! Il y a aussi cette belle rivière à l'eau bleu ciel qui se fraie un chemin...


Après avoir passé le charmant village fait essentiellement pour les touristes (boutiques, agences, restaurants...), on grimpe en voiture direction le parking du glacier à 5km du centre.


On passe un premier petit parking (environ 10 voitures peuvent s'y garer). Ce parking est entre autres le point de départ d'une randonnée de 8h: Alex knob track. On lit aussi qu'il est possible de se rendre à un lac.


On poursuit pour se garer sur le grand parking au départ des autres randonnées. Le parking est gratuit. Il y a des toilettes. Des panneaux indiquent les différents chemins possibles et il y en a pour tous les goûts de 20 minutes de marche à 5h20!

On hésite entre la randonnée de 1h30 et de 5h20. Pourquoi? A cause des prévisions météorologiques. Ça vous étonne?!...On croise à ce moment-là une ranger du parc qui nous conforte dans l'idée de partir sur la grosse randonnée. Elle nous dit que ça peut le faire en 4h.


C'est parti pour le Robert's track ou en version maori: KA ROIMATA O HINE HUKATERE TRACK. C'est étrange de se dire qu'on démarre seulement à 200 M d'altitude. On a l'impression d'être en haute montagne! Mais pas du tout, on est plutôt proche de l'Océan à vrai dire!! Et notre objectif se situe à 605 M d'altitude:)


On a la patate!! Il fait un temps d'enfer :)). Plus de 20 degrés au soleil avec vue de loin sur le glacier déjà du parking! C'est plus qu'appreciable!


On part avec nos petits sacs à dos, de l'eau (et on va beaucoup boire! ), un encas, nos polaires, nos gore tex. Je suis en pantalon de randonnée. Je le regrette vite car il fait chaud!!! Gero a mieux géré en portant son short!


Les premières 20 minutes se font dans une petite forêt à ciel ouvert. Le chemin est très facile même s'il monte et descend.

On passe la Peters pool. Il s'agit d'un étang mignon dans lequel les montagnes et le glacier se reflètent. Superbe!!! Il y a aussi un panneau avec l'évolution du glacier terriblement en recul, particulièrement depuis 1950.

Vue en début de randonnée depuis Peters pool 

Au bout de vingt minutes, on franchit un pont suspendu, c'est sympa:).

Et là, on entre dans une forêt tropicale assez dense et très humide.

Il est en effet bon à savoir qu'à partir de maintenant jusqu'en haut, le chemin est glissant, rocheux, fait d'embûches dues aux multiples racines, aux flaques d'eau, à la boue...et on traverse plusieurs ponts suspendus assez impressionnants tout comme on parcourt des marches en bois le long d'une paroi. Bref! Même si ce n'est pas une randonné de fou, c'est quand même une randonnée exigeante pour laquelle de bonnes chaussures de randonnée, une méga concentration et une certaine assurance sont nécessaires (+ bâtons = aide précieuse).


D'ailleurs, un panneau nous le rappelle bien après ce premier pont "Douglas" en précisant trois accidents mortels sur ce trail (car les randonneurs s'étaient aventurés hors du sentier). Ça donne des frissons. Mais voilà, c'est comme partout en montagne. Et si on reste sur le chemin, pas de souci.

Concernant les très beaux ponts, il ne faut juste pas avoir le vertige. Si ce n'est pas le cas, c'est un régal:). Et puis, bizarrement, on se sent plus à l'aise sur des ponts néo-zélandais qu'africains. Ooh les préjugés...! Mais on l'a vécu alors on ose le dire;).


Revenons à notre chemin! On passe le pont "Douglas. Puis on grimpe dès lors dans cette jolie forêt tropicale. On transpire très vite mais on ne va pas se plaindre. Il fait beau:).


De temps en temps, on a une belle vue sur la vallée qu'on laisse derrière nous ou sur une cascade, sur la rivière.


Si les autres randonnées plus courtes sont très empruntées, celle-ci est plus calme même si je suis surprise de croiser pas mal de monde.


A ce propos, on tombe sur le couple tchèque qu'on avait rencontré aussi en randonnée dans Tongariro. Trop fort:)). On se remémore les conditions horribles! C'est quand même drôle qu'on soit exactement le même jour sur le même chemin de randonnée! Excellent:). Et comme la dernière fois, c'est eux qui nous disent combien de temps de marche il nous reste: 20 minutes! Youpiii! Si Gero s'éclate sur ce chemin ludique, je suis contente d'arriver bientôt. Je trouve le chemin fatigant car très irrégulier et glissant.

Nous y voilà!! On grimpe quelques marches pour atteindre la plateforme en bois...Et là, surprise: le superbe glacier dévale la pente devant nos yeux!!! C'est MAGIQUE. J'adore ce paysage!!! On a beaucoup de temps car le temps est encore bien dégagé et le soleil met en valeur les incroyables blocs de glace bleu iceberg.

Même si on est relativement loin en réalité du glacier en soi, la vue d'ensemble est splendide:))). Le seul moyen de l'approcher de plus près est en hélicoptère. D'ailleurs, ce n'est un mais des dizaines d'hélicoptères qui ne cessent de faire des aller-retour au-dessus de nos têtes.

Hallucinant qu'autant de monde puisse se le permettre! Un vol de 10 minutes revient à 150 euro environ. Mais bon pourquoi pas après tout;). On aperçoit même un groupe marcher brièvement sur le glacier avant de remonter dans leurs hélicoptères (ça, ça doit coûter encore plus cher!).

En tout cas, c'est quand même un peu particulier pour nous pauvres petits randonneurs. Être en harmonie avec la nature est un peu utopiste du coup. Mais j'avoue ne pas me laisser vraiment perturber par le bruit occasionné. Ça me passe au-dessus sans jeu de mots; ).


Ce glacier a été nommé Franz Joseph, nom de l'empereur autrichien de l'époque car c'est l'Autrichien Julius von Haast qui y a mené la première expédition en 1865.


On le contemple parmi les quelques autres randonneurs présents. Puis on se fait un petit encas. Il est 12h. On a eu besoin de 1h45 pour monter, descendre, monter, monter, descendre, monter...;).


Sur la falaise en aval du glacier, une immense cascade dégringole élégamment d'une bonne centaine de mètres. Une vraie carte postale!!!

Après s'être imprégné de ce lieu exceptionnel et éphémère (vu la vitesse à laquelle le glacier recule malheureusement), on se remet en route en sens inverse. Comme prévu, les nuages commencent à grignoter le ciel. Timing parfait!


La descente (montée, descente, descente, montée, descente...) prend tout autant de temps même si je le ressens pas du tout comme ça. On croise encore pas mal de randonneurs motivés pour arriver avant que le glacier soit dans la purée de pois. On croise un des couples allemands qui a dormi au même endroit que nous cette nuit.


Le retour demande toujours beaucoup de concentration. Malgré ça, on n'évite pas quelques dérapages plus ou moins contrôlés et quelques bons tordages de chevilles. Mais plus de peur que de mal :). Une randonneuse rencontrée plus bas en chemin est moins chanceuse que nous: elle a glissé sur une roche et s'est violemment ramassée sur le coccyx. On tilte que la situation n'est pas normale en les doublant car on les avait croisés elle et son copain à l'aller. Pas besoin d'être aussi lents. On leur propose nos bâtons ou notre aide tout court mais ils nous disent qu'ils vont y aller mollo...La pauvre quand même. Elle a l'air mal en point.


Sur la fin du parcours, on aperçoit de loin deux animaux au bord de la rivière en contre-bas. C'est dommage, on n'a pas pris les jumelles. Il doit sûrement s'agir de chamois locaux:).


Nous voilà de retour après 1h50 de descente. En tout, on aura marché 3h35 et on aura fait une pause contemplation-encas de 30 minutes.

Vue depuis Peters pool en fin de randonnée  

Alors qu'on est à la voiture, il commence à pleuvioter. Bien joué:). Mais la pluie laisse à nouveau rapidement place à de belles éclaircies qui permettent d'admirer encore le glacier d'ici.


On se prépare un vrai repas et on profite d'un temps de récupération face au glacier. Cette randonnée valait le coup, on est très content. Elle permet de voir le glacier en surplomb alors que les autres petites marches permettent de l'approcher d'en bas (à 750 M du glacier). Différents points de vue.


Vers 16h, on reprend la route. On roule vers le prochain glacier, le Fox glacier. Comme on sait que la route pour y accéder est actuellement fermée à cause d'éboulements de terrain (merci campeMate), on choisit de faire un petit détour de 8km pour "Peak view point". Et on le regrette pas. Même si les nuages squattent désormais les sommets, on distingue quand même la partie inférieur du fox glacier. Et l'ambiance générale est superbe: la blancheur du glacier, la noirceur des montagnes et le vert vif des champs contrastent superbement!! Il semble également au même moment pleuvoir dans la vallée suivante.

Il est possible de continuer sur cette route qui devient étroite et en gravier. Elle mène à un camping basique au bord de l'océan. On préfère revenir sur nos pas et continuer vers Haast.


La petite ville de Fox a l'air sympathoche mais elle est également fait pour les touristes. Fox est à environ 25 km de Franz Joseph.


En route, on est heureux de constater que le temps se maintient étonnement bien. Ça fait très plaisir!!!


La Bruce bay est un joli passage au bord de l'eau. La lumière de fin de journée est déjà intense. C'est beauuuu. Mais on attend d'atteindre Knights Point pour faire une halte. Il paraît qu'on peut y voir des dauphins. Bon...rien à l'horizon. Mais la vue est très belle sur la côte en contre-bas et sur la forêt dense tropicale en contre-haut.


Un peu plus loin sur cette route assez sinueuse, on s'arrête au niveau de l'océan à Ship Creek doc. Et ça vaut vraiment le détour! Endroit presque poétique...avec sa pinède enchantée d'un côté, sa rivière timide coulant vers l'océan, ses roches élégantes, ses douces dunes de sable et son bout d'océan pur...Waouh!!

Pas étonnant que cet endroit soit une fois plus particulier pour les Maori comme l'indiquent des panneau explicatifs;).


On grimpe dans une petite tour en bois à l'aide d'échelles verticales fixes. La vue d'en-haut est chouette. Puis on part sur la plage admirer les vagues. Elles allient à la fois douceur et force. Paradoxe intéressant...Sur le rivage, de nombreuses branches de bois ont échoué après avoir été rejetées par l'océan.

Au loin sur notre gauche se dessinent des montagnes plongées dans une douce lumière. Superbe

Bref, on est enchanté...On profite comme il se doit.


Il est également possible de faire un petit tour de 30 minutes sur un chemin en bois à travers les dunes ou de s'aventurer sur un sentier de 20 minutes dans la forêt.


Petit détail complètement secondaire par rapport à la beauté de l'endroit mais à ne quand même pas négliger au risque de prendre ses jambes à son cou: les SANDFLIES, que j'ai appelées jusqu'ici sunflies (erratum!). Ces affreuses mini bestioles agissent dans les coins par dizaines. C'est infernal. Mais on ne nous la fait pas à nous!!! On est des pros de la protection anti-machins casse-pieds!!! Hop, on enfile nos vêtements anti-moustiques, nos chaussettes et chaussures fermées et le tour est à peu près joué; ). Ouf!!


On reprend la route jusqu'à Haas Beach où on bifurque sur la droite. Un tout petit chemin mène à la plage. Il y a déjà un van et on comprend qu'ils vont passer la nuit ici. Ils n'ont pas l'air enchanté de nous voir ou gêné peut-être? Sachant que c'est interdit de dormir hors des emplacements prévus à cet effet. On râlait aussi au début avant de comprendre que la NZ fait ça à cause du nombre hallucinant de touristes chaque année en NZ. Ils ont dû réguler tout ça pour éviter les dégâts causés comme les besoins faits n'importe où, les déchets laissés à l'arrache etc...

Jusqu'ici, c'était top car on trouvait de nombreuses possibilités de campings officiels gratuits mais maintenant, ce n'est plus pareil...Tous sont désormais payants même si les prestations (soit des WC) sont les mêmes. Dur à comprendre. Mais chaque région fait à sa façon, c'est comme ça; ). Et il est possible de trouver des emplacements pas trop chers comme celui auquel on s'arrête ce soir.

Mais ne brûlons pas les étapes!! Nous voilà sur cette belle plage sauvage. Il est déjà 19h mais la lumière est encore très vive. On s'installe sur un tronc d'arbre et on respire l'air pur...Que c'est bon!


Alors qu'on se croyait seul au monde (avec les gens installés là pour la nuit), deux locaux en quad nous saluent à leur passage sur la plage. Pas mal la vie à Haast beach :).


On repart tranquillement à notre van. En repassant, on constate que les campeurs en question sont allemands. Non?! Alors là je n'en reviens pas!! Des Allemands déjà d'un certain âge qui ne respectent pas les règles? ! C'est quoi ce bazar? Mais où va le monde?! Encore des préjugés , attention; )...


Bon bref, de toute façon, ce ne sont pas nos oignons hein!!


On roule encore une petite heure en incluant une pause-photo le long de la rivière dévalant entre de belles montagnes aux sommets enneigés.

Nous voilà désormais dans le parc national du mont Aspiring. Le temps est encore beau et ensoleillé. On ne peut pas rêver mieux sur cette route magnifique.


Au passage, on voit encore trois vans sur un simple parking qui à cette heure-ci semblent être installés pour la nuit. Décidément? ! Peut-être que c'est toléré dans les coins après tout? Mais si c'était le cas, il y aurait bien plus de monde?! On va se renseigner par curiosité. Qui sait...


Il y a encore de la place dans ce camping assez grand. Un bâtiment contient plusieurs toilettes très propres et équipées de papier. Il y a un évier à l'extérieur (eau non traitée). La vue d'ici n'est pas ouverte sur la vallée mais on est entouré de montagnes. C'est très sympa:).

On s'installe. On cuisine. On mange à l'abri des sandflies. Plutôt avoir chaud et sentir l'oignon enfermé dans notre van que d'être exposé à ces bestioles. Heureusement, on peut ouvrir la petite fenêtre du toit qui possède une moustiquaire:). C'est malin!!


La nuit tombe seulement à 21h30. C'est très agréable! Puis quelques étoiles font leur apparition. On sent qu'on est en pleine nature car il fait très sombre. Il n'y a aucune pollution luminaire. Juste quelques nuages. Il fait encore très bon et il n'y a pas de vent du tout alors qu'on se lave les dents vers 22h30. A cette heure-ci, la majorité dort déjà. Le camping est très calme.


Camping Pleasant flat: premier camping du parc national d'Aspiring. Paiement à la confiance avec formulaire à remplir et sous à insérer dans la pochette. A poster dans la boîte juste à côté. Prix: 8 dollar/pers (5 euro). Endroit sympa. Une petite vue sur les montagnes. Beaucoup de place. De l'herbe pour les tentes. Tables de pique-nique. 5 toilettes TB avec papier. Un évier (eau non traitée). Pas de réseau. Un chemin pour se balader dans les bois.

22
22
Publié le 13 décembre 2018

Ce matin, on se réveille à nouveau sous le soleil :)). Et je pense à toi Bibi: happy birthday to you!!!


On prend notre temps. Des agents municipaux sont déjà en train de laver les toilettes, de tondre la pelouse et de checker si tout est en ordre.

Pleasant flat recreation aera (camping) 

On part à 5 minutes en arrière sur la route d'hier pour aller s'installer sur le parking sur lequel on avait vu les quelques vans hier soir.

La vue est en effet très belle et on s'imagine bien prendre notre petit-déjeuner dans ce décor...

...sauf qu'on avait oublié que nos amis sandflies veulent aussi être de la partie. Et à peine sorti, on est infesté de sandflies. On rentre illico presto dans le van pour m'habiller en long. On ressort mais ça reste quand même désagréable...Alors on re-rentre et on constate que des dizaines, que dis-je, des trentaines de sandflies ont envahi notre voiture!!! Donc on met en place l'opération: élimination de sandflies, c'est la gueerre!! Ah ah ah!

Puis on savoure nos croissant et bol de muesli en paix:). Na!

Ensuite, vous l'aurez compris, on ne s'éternise pas ici. On trace pour s'arrêter à la première cascade annoncée par un panneau marron: Thunder creek falls. Pour s'y rendre, on met même pas 5 minutes à pied depuis le parking. Et c'est toujours bien fait car le temps de marche est clairement indiqué et le chemin bien aménagé.

On poursuit sur cette route magnifique aux dizaines de points d'intérêt. On pourrait s'arrêter toutes les 5 minutes presque. C'est top :))).

Nous, on fait le choix de faire notre deuxième halte aux fameuses "Blue pools" très touristiques. Il y a beaucoup de monde sur le chemin mais ça reste sympa!


Un chemin de 15-20 minutes à travers la forêt tropicale mène à ces magnifiques eaux turquoises tellement transparentes qu'on en voit le fond. Il y a un pont depuis lequel on surplombe la gorge et la rivière. C'est vrai que c'est grandiose.

Blue pools 

On peut descendre au bord de l'eau. Elle est très froide d'où sa couleur unique.

Il est aussi possible de marcher jusqu'à la "river mouth" à 1h30 d'ici. Nous, on préfère juste de ce superbe endroit:)

Puis, on poursuit jusqu'à Makakora. On remarque alors un panneau interdisant très clairement le camping sauvage dans tout le district de Queenstown dans lequel on entre désormais. Ce qui veut dire que c'était autorisé avant? ! On a notre réponse sans la chercher;)

Là au moins, c'est clair:) 

On s'arrête encore plusieurs fois en route pour savourer les panamoras incroyables..

Puis, on approche le lac glaciaire de Wanaka et là, ça nous en bouche un coin!! Waouuh, j'adore!

On décide de ce fait de rester par ici pour aujourd'hui et cette nuit. Pourquoi chercher plus loin?! C'est si beauuu ici. On veut en profiter surtout que le temps est agréable!

On tourne donc un peu plus loin à gauche direction le deuxième lac, le lac Hawea au bord duquel il y a un camping dans le même style qu'hier.

Pour l'atteindre, on emprunte une route étroite en gravier mais facile sur 8 km et nous y voilà dans un nouveau petit coin idyllique.

Lake hawea 

On est tout content d'être tombé sur cet endroit magnifique! On est les premiers campeurs pour l'instant. Il est encore très tôt.

Bon...le seul bémol, c'est est encore ces sales bêbêtes mais on s'y fait car on se protège;).


On pourrait faire une randonnée qui part d'ici mais pourquoi ne pas aussi tout simplement rester tranquille au bord du lac sous le soleil qui chauffe?! Hé hé. C'est ce qu'on fait du coup :).

Kidds bush camp plus tard...ça se remplit un peu plus... 

On continue à programmer notre itinéraire vélo suite aux réponses des agences contactées. Et oui car en plus de ça, on a du reseau ici!! Que demander de plus?!

Une ranger habillée en vert passe pour vérifier si on a payé. Elle regarde donc les pare-brise sur lesquels le ticket doit être mis en évidence. Ce qu'on a fait. Certains préfèrent payer directement auprès d'elle en carte bancaire ce qui est possible dans ce camping.


Après une bonne averse, le soleil revient et nous motive pour aller faire un plouf dans le lac. L'eau y est pure et transparente! Conditions de rêve pour moi à un détail près: ça caille!

Mais bizarrement et contrairement à Gero, je n'ai pas de mal à y entrer!! Bon, je n'y reste quand même pas très longtemps car l'eau doit être à peine à 14-15 degrés.


Puis on s' installe dehors et on est témoin des superbes changements incessants de la luminosité et des paysages...Waouh!

• • •
• • •


Le coucher de soleil offre un spectacle particulièrement incroyable. Et c'est une fois de plus magique de voir que la beauté de la nature peut rassembler les gens. En effet, on est plusieurs à être attirés par le jeu de lumière qui se met en place...C'est chouette. Je suis à la fois actrice et spectatrice de cette scène pleine d'harmonie:).

• • •

On constate qu'on se couche de plus en plus tard car on a tendance à vivre avec le soleil sans vraiment y faire attention! De 18h au plus tôt (Malawi), on en est à 21h45 ici!! Sacrée différence...

Kidds bush camp: camping basique à 8 dollar/pers (5 euro). Auto-enregistrement: remplir le petit formulaire, insérer le montant dans la pochette en plastique et la glisser dans la boîte aux lettres. La partie détachée est à placer sur le pare-brise. La ranger passe dans l'après-midi pour vérifier. Possibilité de payer en CB quand elle est là. Grand camping tip top. Emplacement superbe entouré de montagnes. Lac transparent. Possibilité de s'y baigner. 3 toilettes, un lavabo, un grand évier. Un coin protégé avec tables. Tables de pique-nique sur le site. Du réseau! Coucher de soleil magnifique. Sandflies en nombre mais OK.

23

Même si on met le réveil tôt, on trainaille... On n'a pas baissé le rideau du côté de notre tête (coffre de la voiture). De ce fait, notre premier coup d'oeil dehors se plonge directement dans le lac. Splendide:).


On se lève un peu plus tard quand le soleil est davantage présent et on petit-déjeuner face aux mêmes montagnes qu'hier mais légèrement plongées dans les nuages ce matin. Le camping est très calme. La ranger a passé la nuit hier et s'affaire maintenant à nettoyer les sanitaires.


Le beau temps nous motive comme toujours! C'est pourquoi, on démarre rapidement notre randonnée matinale direction Sawyer burn hut. Le chemin part directement du camping :). Temps annoncé: 3 heures. Il y a sinon une autre marche plus courte: Nature walk


Cette fois-ci, je porte mon short et mon débardeur qui sont largement suffisants par ce beau temps!

On est les seuls en route. Le chemin grimpe environ pendant 45 minutes à travers une jolie forêt. Certaines plantes perdent leurs pétales qui se déposent au sol. Le parterre de ces pétales rouges enroulées sur elles-mêmes se marrie bien avec le marron et vert dominants des autres arbres. C'est très beaaaauuu!!

Le chemin n'est pas difficile en soi mais est relativement pentu. On en brûle des calories!!!


Rapidement, on a la chance d'avoir de magnifiques points de vue. On aperçoit le camping d'en-haut. On a déjà pris pas mal de hauteur en peu de temps! C'est chouette:).

On voit aussi le lac incroyablement parfait: ses eaux sont si limpides et paisibles...Et tout autour de nous, ce panorama montagneux élégant...On est enchanté!!!


On poursuit jusqu'au point le plus haut de ce versant. On sort alors de la forêt et la vue est d'autant plus époustouflante qu'on est désormais à découvert. On s'arrête un moment pour s'imprégner de ce décor de rêve. Pour le coup, je trouve que c'est tout à fait le genre d'images qu'on a de la Nouvelle-Zélande!!

Le chemin change dans la mesure où il devient un peu plus rocailleux, parfois étroit mais toujours sans grande difficulté technique.


On contourne désormais doucement cette montagne comme pour en explorer les coulisses;). Un paysage différent, bien plus alpin nous fait face. Le chemin plus étroit est plat puis descend et monte à traverse une végétation basse. On doit parfois faire attention à nos pas car on s'enfonce dans un sol ramolli par l'eau de ruisseaux qui passent par là.

Le paysage nous rappelle un peu le Canada mais sans les ours;) On se dit que c'est bien agréable d'imaginer qu'il n'y a pas d'ours dans les parages;).


Face à nous désormais, les montagnes aux pentes partiellement enneigées sont plus sombres car des nuages restent accrochés à leurs sommets. On sent aussi qu'il fait plus frais qu'avant. Intéressant et surtout ça fait du bien!!!

On arrive à une barrière qu'on franchit. On ne comprend pas vraiment sa fonction? ! Ce qui est sûr, c'est qu'à partir de là et jusqu'à la hutte, les arbres le long du chemin semblent en partie brûlés. Y a-t-il eu un feu de forêt? Aucune idée...


Le chemin est plus escarpé et il est bon d'être vigilant à la pose de ses pieds. Peu de temps après, nous tombons sur la petite cabane "Sawyer burn hut" cachée dans les bois.

Cette cabane datant de 1960 sert d'abri aux randonneurs qui souhaitent y passer la nuit. L'intérieur est très basique et ne fait bien sûr pas rêver mais ça peut être pas mal en cas de mauvais temps. Ce genre de cabanes existent sur les différents chemins de randonnée de NZ et sont gratuits. Il y a la possibilité de faire un feu et de dormir sur des lits en bois. En contre-bas, on entend la rivière couler. On pense aussi que c'est la fin du trail.

En tout, on a marché 1h30 (au lieu des 3h annoncées).

Après une petite pause, on repart pour s'installer plus loin face à la vue. On aperçoit encore le lac au loin. Il fait bon, c'est très agréable...On profite:)).

Puis, on parcourt le même chemin en sens inverse et on se surprend à découvrir d'autres points de vue et des détails différents :).

On croise aussi d'autres randonneurs en train de monter. Le premier est seul et au taquet. Les deux gars suivants sont des étudiants à Sydney en vacances entre les deux semestres. L'un est allemand, l'autre est français et d'où? ! D'Alsace (Wissembourg). Trop fort!!! Il parle parfaitement allemand, c'est épatant! On discute tous les 4 un petit bout de temps. Gero les avait déjà vus hier. Leur voiture est près de la nôtre.

Puis, on tombe plus bas sur deux Suédois qui attendent leurs autres deux compagnons. Ils nous posent plein de questions sur cette randonnée et nous demandent de faire passer ce message aux deux derrière: "accélérez la cadence;)". Ce qu'on fait une fois à leur hauteur!! Ils rigolent et répliquent: "dites-leur qu'ils se détendent un peu ; )).

On descend assez vite jusqu'au camping et là, notre seule préoccupation est de plonger dans le lac:)))). On se change en quatrième vitesse et on court heureux jusqu'au lac!!! On n'a pas du tout de mal à y entrer!

Que c'est agreeeeeableeeee!!!!


C'est génial:)))).

Puis, on mange tranquillement au soleil et sans trop de sandflies étonnement. Notre théorie: il y a du vent ;).


Je profite encore du beau temps pour laver quelques affaires et surtout pour les faire sécher au soleil.


Puis les Suédois reviennent de leur randonnée et viennent à notre rencontre. On discute un bout de temps ensemble. C'est un moment très sympa:)))


On passe une belle après-midi entre lecture, détente, contemplation...Le ciel est quant à lui un peu capricieuse et nous déverse de temps en temps des gouttes de pluie.

Gero reste essentiellement dans le van face au lac et surtout à l'abri des sandflies en nombre cette après-midi. Quant à moi, je fais des aller-retour entre dedans et dehors. L'air est en effet meilleur dehors mais les sandflies me rendent au bout d'un moment dingue donc je dois faire une pause à l'intérieur du van; )).

Plus tard, la ranger revient et on la paie directement pour une deuxième nuit ici. On discute plus longtemps avec elle. C'est sympa!


On a la chance de pouvoir manger dehors en cette belle fin de journée. Les sandflies semblent moins présents. Tant mieux!!!

Ce soir, le coucher de soleil n'a rien à voir avec celui d'hier mais reste beau;).

24


On se réveille tôt pour profiter de cette journée annoncée ensoleillée:)!!


Le temps est en effet magnifique! C'est un vrai régal de parcourir les kilomètres qui nous attendent. Longer le lac en soi vaut le détour. Ses eaux semblent si parfaites et les alentours montagneux en jettent tout autant! On s'arrête à plusieurs reprises pour profiter de ces panaromas dignes de décors de cinéma.

Peu après, on passe le début d'un track dont on n'a entendu que du bien: le isthmus peak track. Mais à la grande déception de Gero qui était vraiment partant pour le faire, il est fermé jusqu'au 20 décembre. On poursuit donc notre route.


La prochaine ville qu'on passe est "hawea towship". C'est petit et mignon comme tout. J'aime bien leurs villes en général. On sent que leurs habitants se donnent du mal pour les rendre charmantes.


Nous, on roule d'abord jusqu'à Wanaka. Les paysages sont juste grandioses. Je me dis que depuis quelques jours, depuis qu'on est dans cette région en fait, on n'en prend plein la vue non stop! Et ce beau temps...comme il nous ravit! Plus de deux jours successifs (ou presque!) de soleil, ça fait la différence!!!


A l'approche de Wanaka, je reconnais directement le fameux Mont Aspiring au sommet pointu et enneigé qui domine les environs. C'est superbe!!!


En chemin pour le centre-ville, on s'arrête à la station essence: Mc Keown cardfuel 24/7. On la savait moins chère et en effet: 1,22 dollar! Incroyable. On est d'autant plus happy qu'on a tiré au maximum sur la corde et qu'on doit vraiment faire le plein; ). C'est nickel donc!!! En plus, il faut savoir que dans le centre, une autre station vend le diesel à 1,66!! Si ce n'est pas abusé ça? !


Puis on s'arrête juste après la station essence à une station pour vans. Deux jeunes nous accueillent et nous expliquent qu'on peut rester ici deux heures, prendre une douche chaude, aller aux toilettes, vider notre eau sale, remettre de l'eau (non traitée), disposer d'une heure de wifi. Le tout gratuitement! Pas mal, hein?! On n'y reste pas longtemps. On profite de pouvoir vider notre eau et faire le plein d'eau. Je faillis, par ailleurs, de foncer dans la station en bois avec le van; ). Mais plus de peur (pour les deux jeunes) que de mal.


Wanaka est une destination méga touristique et on le constate alors qu'on est au centre. Il y a des dizaines de vans garés sur les parkings de la ville et beaucoup de gens en train de se balader au bord du lac. C'est vrai que ça donne envie!! Mais on poursuit pour le moment car on a une randonnée en tête:)).


Juste à ce moment-là, on s'arrête pour prendre deux jeunes randonneurs qui font du stop. Ces deux Australiens veulent randonner plusieurs jours sur le trail au départ de Glendhu bay pour Motatapu river track. J'ai un peu de mal à comprendre leur anglais. Quel accent!


Après les avoir déposé, on poursuit notre route. Notre idée de base était de faire cette randonnée ici très courue de Rob roy Peak (1220 D+, 6 heures). Finalement, en lisant les commentaires des autres randonneurs sur camperMate et en voyant le parking plus que blindé à notre passage, on renonce sans regret!! La plupart démarre déjà entre 5h et 9h pour assister au lever du soleil...


A la place, on a une bien meilleure idée...suspense!! :). On préfère poursuivre sur la route bitumée qui se transforme ensuite en chemin de gravier. On a l'impression d'être dans notre 4x4 en Namibie! Hihi.

Le chemin est bien caillouteux mais on arrive quand même à bien rouler dessus.

Quant auX paysageS, ils sont juste à couper le souffle!! Et plus on avance, plus c'est grandiose:))).

Rien qu'en soi, ce chemin vaut le détour. Il est spectaculaire!!!! On est vraiment enchanté.

On roule dans une longue et large vallée verdoyante dans laquelle de nombreux moutons et vaches partagent la même herbe. C'est marrant de voir que parfois les vaches et les moutons se mélangent. Ce n'est jamais vraiment le cas chez nous?!

Les montagnes nous entourent. Au loin, le Mont Aspiring et ses glaciers commencent à resplendir devant nos yeux ébahis!!


Alors qu'on a déjà parcouru pas mal de kilomètres sur cette route, un panneau nous indique d'être désormais très vigilant. On va devoir traverser 9 fords, soit 9 rivières...Hoho!!! Mais de quoi est capable notre voiture?! Sachant qu'il a peu plu ces derniers jours, on est probablement chanceux en termes de conditions mais qui sait?!

Plusieurs vans sont déjà passés donc ça nous semble jouable. C'est parti!! Tous les fords n'ont pas forcément beaucoup d'eau et se passent sans problème. Un ou deux sont un peu plus profonds mais même peur;).


En chemin, on voit les belles " wishbone falls". Ces cascades sont impressionnantes mais...on n'est pas au bout de nos surprises en terme de beauté!


Après bien 50 minutes de route depuis Wanaka pour la moitié en kilométrage, nous arrivons au bout du bout de cette vallée magique. On se gare sur le très grand parking de "Raspberry carpark/Rob roy glacier track".


Et on n'est pas les seuls, loin de là!!!! Je suis étonnée à vrai dire! En fait, je comprends mieux pourquoi après.

1. Il est possible de dormir ici gratuitement (seulement les self-contained vehicles comme le nôtre - non indiqué sur camperMate).

2. Il y a cette randonnée qu'on souhaite faire aujourd'hui et accessible à pas mal de profils de marcheurs: Rob roy glacier track.

3. C'est le point de départ de randonnées sur plusieurs jours.


L'option 3 nous tente vraiment: aller par exemple jusqu'à Aspiring Hut à seulement 10 km d'ici (6 heures), y dormir et redescendre demain. Ça nous fait envie...mais malheureusement, on pense encore et toujours à la météo. Comme il va encore faire très beau demain, on souhaite aller à Milford sound...Dommage de devoir penser comme ça...


Et puis, on se fait aussi la remarque que maintenant, une fois sur place et avec les panneaux explicatifs, tout nous paraît aussi plus simple à comprendre et à éventuellement organiser. Avant c'était bien plus flou quand on a cherché où randonner. Comme le fait de dormir ici. Si on avait su, on serait peut-être déjà venu hier soir au lieu de rester au lac...Enfin c'est bien aussi comme ça; ).


...Mais voilà, on accepte volontiers aussi le choix 2, celui de la randonnée aller-retour. A vrai dire, cette idée nous a été soufflée par les Suédois rencontrés hier au lac. Comme quoi, ça vaut le coup de discuter avec d'autres voyageurs!!

On démarre vers 12h sous un soleil brûlant. Ici, quand le soleil brille, c'est du sérieux; ). On se tartine de crème solaire!! Le panneau annonce 3-4 heures de marche. Il est possible en effet de s'arrêter à lower lookout ou upper lookout. Il y a environ 300 M de dénivelé?


Ce chemin est super du début à la fin que ce soit pour son profil ou ses paysages!! Le chemin monte régulièrement. S'il est parfois plus accidenté, il en devient ludique pour nous.


Au début, on marche dans cette vallée ouverte et on salue les moutons au passage; ). Un est en train d'approcher de très près la nourriture de touristes en train de pique-niquer. Il n'est pas farouche dis-donc!!

Puis, après avoir traversé un joli pont suspendu duquel la vue donne sur une partie du glacier en amont, on entre dans les bois. Et là, quel bonheur: la fraîcheur de la rivière en contre-bas conservé précieusement par les arbres est une aubaine pour nos corps en surchauffe:).

A partir de là, on peut dire qu'on remonte, à l'instar des premiers randonneurs/explorateurs, la gorge étroite façonnée par une rivière à l'eau glaciale mais bleue...C'est beaauuuuu!!

On descend en chemin à la rivière et on y plonge nos mains. Glagla...mais ça nous fait du bien. Je me tamponne même le visage déjà rouge écarlate;).


Il y a beaucoup d'autres randonneurs mais on n'a quand même pas la sensation de se marcher dessus. Et c'est sympa car on se salue. Gero croise même un gars qui a le même T-shirt que lui. Ils se complimentent l'un l'autre. On rigole bien:)).


On atteint le premier lookout en 1 heure environ. La vue sur les glaciers et les cascades qui en dégringolent sont époustouflantes!!!!

Après une pause contemplation, on poursuit une petite demi-heure pour atteindre les glaciers de plus près. Et ça vaut vraiment le coup de marcher cette demi-heure supplémentaire!!!

Le chemin ressort en effet de la forêt, passe par un petit pierrier, longe la falaise et grimpe à travers une végétation basse. Puis, on y est...Le spectacle peut commencer...enfin continuer!!!

On est à découvert face aux cascades puissantes qui dévalent des pentes abruptes. Quelle énergie!! Et les glaciers nous dominent. On se sent si petit!! On ne peut que s'asseoir et contempler...

On descend ensuite près de la rivière. Gero y trempe ses pieds. L'eau est glaciale!! Impossible de tenir longtemps dans cette eau qui ne paraît pourtant pas hostile à première vue;). Puis, on reste là tout simplement posé au bord de l'eau et au pied de ce paysage renversant...

Le temps passe et vers 16h, on se lance sur le chemin du retour. On jette des coups d'oeil de temps en temps en arrière. Dur de quitter un tel paysage; ).

On redescend rapidement et on fait une halte à la rivière juste avant le parking. On s'y rafraîchit et on en profite même pour se décrasser. J'avais emmené un gant de toilette dans mon sac. Oui oui, drôle d'idée je sais mais comme quoi ce n'était pas si bête que ça. Gero se met carrément dans l'eau tout entier ; ).

A nouveau au parking, on réfléchit où camper ce soir. On serait quand même bien tenté de rester ici...mais non on veut vraiment assurer le coup pour Milford sound. On vise donc un camping à 3h30 d'ici. Il est déjà 17h, faut pas qu'on traîne du coup...

Let's go!!! On repart heureux. On l'est encore plus quand on voit cette petite camionnette pleine de graffitis sur le chemin en faveur qui propose la vente de glaces!!! On ne résiste pas! C'est trop sympa.


La nana est souriante et nous propose des glaces bio avec de vrais fruits des bois. Youpi!!! Elles sont à 5 ou 6 dollars (3-4 euro). C'est honnête et surtout c'est délicieux:)))). On avait dit qu'on était pressé nan?! Bon tant pis, on s'installe au bord de l'eau face au glacier au loin. Magique!!!

Miam miam! 

Puis, on reprend la route qu'on a l'impression de voir différemment dans ce sens et sous cette lumière intense de fin de journée:)).

De retour à Wanaka, on s'arrête au bord du lac près du fameux arbre le plus photographié de NZ;). Il s'agit d'un arbre en plein dans l'eau sur le lac. Si c'est touristique, ça n'en reste pas moins sympa. On se balade le long du rivage du lac pour s'en approcher. La vue d'ensemble est très belle.

La vie à Wanaka semble de qualité avec ce lac à l'eau transparente, ces superbes montagnes du parc national d'Aspiring et sa ville agréable.

On fait ensuite un arrêt pour faire des courses. C'est bien pratique car les supermarchés sont ouverts très tard (jusqu'à 21h ici) et même le dimanche. C'est la première fois qu'on fait nos courses à "New world". C'est grand mais il y a du monde.


On met maintenant le GPS direction le camping qu'on veut atteindre au sud de Queenstown. Pour ce faire, on emprunte une route qui coupe à travers la montagne entre Wanaka et Queenstown. On n'est pas censé la prendre selon notre contrat. Mais le GPS nous l'indique et on s'en rend seulement compte une fois dessus. Il est déjà plus de 20h alors tant pis, on poursuit. On verra bien!!! On se demande bien pourquoi on ne doit pas la prendre normalment.


On croise d'autres véhicules de notre genre donc on n'est pas vraiment inquiet. Et au fur et à mesure, on est bien content de n'avoir prise cette superbe route. En effet, le revêtement est excellent, c'est peu montagneux sauf au niveau du col et près de Queenstown. Parfois, c'est un peu plus étroit.

En chemin, j'adore les parterres de fleurs aux tons violets! C'est magnifique!!! On en a déjà vu à d'autres endroits. Est-ce naturel?! Ces fleurs roses, blancs, violets créent une telle harmonie. Superbe! Dommage qu'on ne puisse pas arrêter pour les photographier!


Plus loin et dans un tout autre genre, on s'arrête devant la longue "bra fence". L'idée: des dizaines de soutien-gorge sont accrochés le long d'une barrière; ). Rigolo à voir!!!

Puis, on grimpouille un peu plus pour atteindre le col. On s'arrête sur le parking pour profiter d'un nouveau versant, celui qui donne sur Queenstown. La lumière du soleil est à cette heure-ci et dans cette direction éblouissante; ).

Sur ce parking, il est possible de dormir gratuitement pour les self-contained. Mais attention, il n'y a vraiment pas de WC.

On décide de poursuivre. On s'arrête encore une fois plus bas pour apprécier la belle vue d'ensemble. On sent que nos pauvres freins ont besoin de répit. C'est si pentu vers la fin...!

On passe Queenstown sans y entrer mais de ce qu'on en voit, ça a l'air très sympa. Ça nous fait penser aux villes canadiennes comme Banff, genre villes modernes mais charmantes, avec des constructions en bois...On découvrira ça dans quelques jours:).


Puis, on sillone une vallée le long du lac au sud de Queenstown dans laquelle les nuages ont choisi de dormir comme nous;).


A plus de 21h30, on arrive enfin au camping Kingston en bord de lac. L'endroit est sympa même si on ne va pas en profiter longtemps vu l'heure.


Je me sens très fatiguée. Après manger, on ne fait pas long feu;). Hop, au lit, une longue journée nous attend demain.


Kingston: emplacement gratuit au bord du lac. Superbe vue. Beaucoup d'emplacements sur l'herbe, entre les arbres. Pas toujours plat. Toilettes sèches dans préfabriqués moyennement propres. Réseau.

25

Ce matin, le temps est identique à celui d'hier soir. Les nuages sont encore bien présents mais l'air est agréable. On petit déjeune dehors avec vue sur le lac. Pas mal non?

Puis on prend la route vers 10h. C'est intéressant de regarder la carte et de voir le méga détour obligatoire pour se rendre à Milford sound, une fois de plus au bout du bout;).


On passe quelques petites bourgades sympathoches. On reprend de l'essence car on tombe sur la même chaîne pas chère 10 km après le camping sur la route.


A l'approche de Te Anau, le temps se dégage de plus en plus. Les méchants nuages gris laissent place à de beaux petits nuages tout cotonneux puis au ciel complètement bleu. Les paysages sont particuliers à cet endroit, mêlant végétation basse rousse, herbe très verte et montagnes un peu dégarnies. C'est très joli.

Puis, on passe Te Anau et sa situation idyllique: le lac et les montagnes créent un ensemble très harmonieux. Il y a de nombreux départs de randonnées possibles. On voit les voitures garées sur les différents parkings.

Il y a entre autres le départ pour le Milford track de plusieurs jours seulement accessible en bateau depuis Te Anau Downs. Inutile de préciser que le déplacement est onéreux; ).

Depuis Te Anau, il s'agit désormais d'un aller-retour pour Milford sound, chacun de 119 km (2h30). Autant être sûr d'avoir assez d'essence.

Le Milford Highway offre l'expérience la plus facile d'accès et la plus diversifiée dans le Fiorland. En effet, on s'en rend compte en route.


On pénètre tout d'abord la large vallée de Eglinton avec à nouveau ces incroyables parterres de fleurs violacées. C'est superbe!! J'adore!!! On est aussi peu à peu face aux montagnes enneigées majestueuses comme Pyramid Peak (2295 M) ou Ngatimamoe peak (2164 M).

Eglinton valley 

On s'arrête à Mirror lakes venté par les guides touristiques. On se balade sur un pont en bois le long d'un espèce d'étang (?!) et non de lac comme on pourrait se l'imaginer vu le nom. Il paraît qu'on peut y voir le reflet des montagnes. Ce n'est pas vraiment ce qu'on voit. L'eau, la végétation et les montagnes forment un bel ensemble mais ce n'est rien d'exceptionnel selon nous. L'endroit est néanmoins chouette.

On poursuit jusqu'au parking Divide où le chemin pour "Route burn/key summit" démarre. C'est ici que démarre ou se termine le track connu de 33km du Routeburn qu'on aurait bien envie de faire entièrement sur deux jours peut-être mais l'hébergement en route coûte cher (hutte:120dollar! Oui oui, vous avez bien lu;) et camping à côté:40 dollar toujours par personne;)). Alors bon...on y réfléchit à deux fois.

En tout cas, pour aujourd'hui, on veut juste marcher jusqu'au Key summit. On est un peu chaud en terme de timing car on a réservé un bateau pour 16h30 à Milford sound alors on n'a pas intérêt à se louper.

Les panneaux indiquent 3h de marche (400 M de dénivelé). Jusqu'à maintenant, on a toujours été plus rapide donc on se dit que ça devrait le faire.

Le parking est plein. Beaucoup de randonneurs à la journée ou plus sont prêts à démarrer ou ont terminé. Il y a sur ce parking des WC (secs pré fabriqués assez propres), un grand arbri avec tables et bancs.


Il fait à cette heure-ci très chaud. Heureusement comme hier, le chemin est principalement dans la forêt. L'air y est agréable. Le chemin est facile, bien aménagé et monte régulièrement ce qui fait qu'on avale vite les kilomètres. C'est bien parfois un peu humide. Puis, la deuxième partie se fait à découvert et est parfois un peu plus raide mais on maintient notre rythme soutenu.

En 40 minutes, nous voilà à Key summit à 900 M. C'est MAGNIFIQUEEE de toutes parts. Le panorama partiellement enneigé qui nous entoure présente de superbes pics. Devant nous, un parterre de mousse et un petit étang adoucissent le paysage.

C'est toujours étrange de se dire qu'on n'est pas si haut que ça et pourtant on n'en a pas du tout l'impression!!

On redescend en 20 minutes pour Gero en mode trail. Il discute d'ailleurs avec un vrai trailer de Taïwan qui vient de faire toute la traversée de 33km. Pas mal! C'est vrai que le Route burn track a l'air bien pour ça. Moi je mets une dizaine de minutes de plus.

En tout, on aura marché 1h10 environ à un rythme soutenu. Mais on est content car ce chemin, s'il est fréquenté, vaut vraiment le coup.

Et maintenant, on sait que ça va le faire pour le bateau enfin a priori...


...On n'avait pas pensé au tunnel pour lequel on doit un peu patienter car il n'y qu'une voie dedans: alternance de la circulation. Alors qu'on patiente dans la queue, on descend pour prendre de belles photos des glaciers et cascades juste de part et d'autre de la route. Il paraît qu'il y a même des keas, ces perroquets alpins.

Notre tour pour le tunnel arrive! Il est long de 1270 M et est un peu flippant car il est tout étroit, noir, creusé à même la roche!!! Mais on voit bientôt le bout du tunnel:).

S'en suit une descente longue, très sinueuse et pentue. On sent que nos freins prennent cher!! Aie aie aie...D'autant plus qu'on est derrière bus très lent un bout de temps. A part ce bus, tous les autres roulent dans l'autre sens: ils rentrent sur Wellington. En effet, de nombreuses agences proposent des packages pour Milford. Pratique! Pour éviter tous ces bus par contre en ce qui nous concerne, on savait qu'il fallait éviter cette route entre 9h et 13h car la majorité des touristes des bus sont sur la route puis sur le bateau; ). Là, on a bien géré :). Il n'y a pas beaucoup de circulation dans notre sens.


En route, plus on s'engouffre dans cette vallée, plus la vue est fantastique. Le temps est vraiment top aujourd'hui ce qui nous permet d'apprécier totalement la beauté des lieux.


On arrive sur le parking au bout du bout, soit le terminal pour bateaux. On s'y gare. Il y a pas mal de places libres à cette heure-ci (16h) car peu de bateaux partent après cette heure-là.


On se dépêche tout de même de rejoindre le terminal à 10 petites minutes à pied de là car on est censé se présenter 30 minutes avant le départ.

Terminal des bateaux 

Le hall est très moderne et héberge les différentes compagnies. On a choisi Mitre Peak parce qu'ils ont des plus petits bateaux et qu'ils ont des départs tardifs (le plus tard: 16h30). Le tour dure 2h. Certains durent un peu moins longtemps. Toutes les compagnies proposent différentes heures de départ dès 6h45 du matin. Les prix varient énormément en fonction de l'agence et de l'heure de balade. Le matin, les prix semblent les plus bas. Les prix explosent vers 13h (heure des touristes en masse). Le soir, c'est intermédiaire. Il y a des plus ou moins gros bateaux ou certains font "ancien" comme les bateaux à voile. La compagnie low-cost est "go orange".

Notre bateau avec la compagnie Mitre peak 

En ce qui nous concerne, on a trouvé hier soir sur bookme.co.nz des tickets moins chers pour ce soir 16h30 avec Mitre Peak, cette compagnie jugée de qualité. C'est aussi sur ce site qu'on avait payé moins cher le musée à Waitingi. Le principe est simple: plus on réserve en avance, moins c'est cher;).

Notre deal :60 dollar (37 euro) au lieu de 80 par personne (50 euro).


On grimpe dans le bateau à 16h30 sous un magnifique soleil mais aussi balayé par un vent très fort et frais. Heureusement qu'on a tout prévu:on enfile vite fait jean, gilet, doudoune. Certains passagers souffrent très vite du froid...par chance, le café et le thé sont gratuits à bord; )

On s'installe dehors en haut. Il y a aussi des places en bas au chaud. Rien que du quai la vue sur le fiord est déjà époustouflante car unique en son genre!!!

Bizarrement, on est un peu déçu ou du moins pas vraiment transcendé par ce qu'on vit, ce qu'on voit à l'aller. C'est beau mais ça ressemble plutôt à un tour de bateau classique, voilà tout...


...Puis, on aperçoit le pic "mitre" à 1600 M d'altitude qui nous domine de façon imposante. Son nom réfère à la forme de son sommet. On voit également d'incroyables envolées de vapeur d'eau le long des falaises. C'est indescriptible!! Comme si ça se passait au ralenti...

De l'autre côté, les montagnes éléphant et lion en jettent aussi. Leur nom réfère toujours à leur forme.


Un agent est avec nous sur le pont et prend plaisir à nous donner des explications en plus de celles données par l'autre agent au haut parleur. Tant mieux car je ne le comprends pas beaucoup. On a aussi un document avec tous les points d'intérêt mais par ce vent, impossible de le sortir.

Alors qu'on arrive à la mer à l'entrée du fiord, le vent tombe soudainement. Qu'est-ce que c'est agréable!! On aperçoit le phare de fiord au loin. Ce fiord a en effet été exploré par les Maori dans le temps pour sa pierre jade (il y a 1000 ans) et même habité dès 1880 par un marin avec sa femme. En 1905, ils y ont établi le premier lodge pour randonneurs! Excellent:). L'homme est vraiment partout...Et j'imagine que ça ne devait pas être simple.

Puis on fait demi-tour. Le bateau se fige. Il y a des dauphins!!! La scène dont on fait partie doit être bien marrante à voir. On court de droite à gauche sur le bateau: là...nan là...!!! On est à fond! Et enfin j'en vois un sauter juste à côté du bateau. Waouuuuh!!! Comme c'est chouette (enfin dauphin!).

Moment magique avec les dauphins 

Mais ce qui nous attend est encore plus dingue! Un gars dit de descendre à l'avant du bateau, il y en a d'autres...On se précipite et là, c'est juste MAGIQUE: trois dauphins de 4 mètres sont en train de nager en même temps que le bateau avance à nouveau. C'est surréaliste!!! Ils nous suivent pendant plusieurs minutes et semblent s'éclater! De temps en temps, ils changent de direction, sautent légèrement et sortent leur dos de l'eau, tournent leur tête vers nous. C'est vraiment un moment inoubliable!!!! Quelle chance on a! Ça n'arrive pas tout le temps selon l'agent. Puis ils arrêtent leur course...Waouuuh! Quel événement! On ne s'y attendait pas du tout. C'est génial!!

Une fois nos esprits retrouvés, on approche le "seal rock" où de jolis phoques sont en train de se dorer tranquillement la pilule. Sympa:)

Puis, on se dirige vers une superbe cascade au double arc-en-ciel. Plus on s'en approche, plus on les distingue clairement. Mais plus aussi on sent les gouttes d'eau jusqu'à se faire complètement rincé quand on se trouve en dessous. Heureusement, les agents nous préviennent de rentrer si on ne souhaite pas être mouillé; ).

Sur le retour, un peu plus loin, il y a le "harrison cove", cette baie charmante dans le fiord utilisée dès les années 1800 par les chasseurs de baleines et de phoques. Une majestueuse montagne enneigée domine l'arrière-plan.

Juste à côté des quais de départ, les "bowen falls" sont aussi impressionnantes et pour cause: avec ses 162 mètres, elles sont trois fois plus hautes que les chutes du Niagara.

Deux heures plus tard, nous sommes de retour un peu KO. Le vent doit fatiguer!


On part au camping à 5 minutes de là. S'il y a quelques campings en chemin moins chers, on a choisi celui-ci car c'est le seul vraiment au coeur de l'action:)! En effet, c'est chouette car on est tout près du terminal pour prendre le bateau, notamment tôt le matin ou en fin de journée comme nous. Mais ça a un prix bien sûr;).


On s'installe mais je suis très déçue de notre emplacement. La majorité des emplacements se trouvent dans une magnifique forêt. Quelques autres sont hors de la forêt près de la réception sur des places de parking en gravier. Pas du tout la même ambiance je trouve. J'hésite à aller me plaindre mais je laisse tomber car je connais la probable raison: on a réservé seulement hier pour aujourd'hui. Et je pense qu'on peut déjà s'estimer heureux d'avoir eu une place...Bref, j'essaie de relativiser et Gero me montre les beaux avantages qu'on a: c'est ouvert sur les superbes montagnes qui nous entourent et on a le soleil bien plus longtemps que dans la forêt...Ok, ok...

Et mon énervement inutile s'évapore quand je vois un puis deux puis une famille de kiwis sur le parking. Trop chouette:))))

On part ensuite faire à manger dans la grande cuisine commune très bien équipée. Puis on mange à l'intérieur: il y a plusieurs tables, des canapés. Ça nous aurait mieux dit dehors mais problème: les sandflies!! Ici, c'est une vraie cata!!! Hallucinant!!!!

D'ailleurs après avoir mangé, j'ai envie de rester un peu dehors car c'est agréable mais on ne peut pas tenir 10 secondes sans devenir dingue. Et là, on a la solution!!!! A la réception, ils mettent à disposition un produit naturel anti sandflies à base de citronelle. Miracle: ça marche!!! Même s'ils sont toujours des dizaines à nous tourner autour et même si certains osent encore se poser sur nos mains surtout, ils s'en font!! Magique:). Si Gero a quand même du mal à gérer leur présence, je fais plutôt bien abstraction et j'écris mon carnet :).

Gero en profite plus tard pour faire une lessive a 5 dollar les 40 minutes. On se prend aussi une méga bonne douche chaude et pleine de pression. Le top :).

Ce soir, un beau croissant de lune apparaît au-dessus des montagnes plongées dans une lumière vive. Beau décor...


Milford sound lodge: 60 dollar pour deux. Emplacement avec électricité. Les plus beaux sites sont dans une magnifique forêt. Les autres emplacements moins sympas mais ouverts sur les montagnes sont sur le parking à côté de la réception. Beaucoup de SDB, toilettes. Sont modernes. Possibilité de faire une machine de 40 min à 5 dollar. Sèche-linge à 5 dollar. Grande cuisine toute équipée. Tables et chaises à l'intérieur. Pas de réseau et wifi cher. Restaurant chic. Produit anti sandflies à disposition pour lutter contre l'invasion de sandflies. Camping à quelques minutes du terminal. Réserver le plus en avance possible en ligne. Châlets aussi dispo.

26
26
Publié le 20 décembre 2018

Ce matin, on prend notre temps. Il fait encore beau mais on sent que les nuages arrivent doucement.

On part se garer à nouveau au terminal des bateaux. Notre envie: se balader sur deux chemins de "marche".


On commence par celui qui grimpe non loin des parkings. En 5 minutes, nous voilà en haut sur un promontoire en bois d'où la vue sur le fiord est grandiose!!!! Ça vaut vraiment le détour. Même les nuages donnent un charme particulier au panorama. Il paraît que par temps calme (sans vent!!), les montagnes se reflètent dans l'eau.

On redescend et on entame l'autre balade d'une vingtaine de minutes côté fiord. Il y a des panneaux explicatifs sur la faune des environs et sur l'histoire du fiord.

C'est intéressant. Le chemin est joli comme tout et offre de belles vues.

On constate aussi que le paysage est différent d'hier mais pourquoi? Ça y est, on sait: c'est marrée basse:)).

Après être passé par curiosité à l'office du tourisme, on reprend la route. Même si le temps est moins beau qu'hier, on peut encore bien profiter des superbes paysages qui nous entourent:).


On s'arrête à Monkey creek et on s'éloigne un peu de la foule. Ici, on a non seulement un beau point de vue mais on peut avoir la chance de croiser des keas.

Rien...Et en revenant sur le parking, juste là, un gros kea se promène tranquillement, sûr de lui et peu perturbé par les quelques paparasites que nous sommes!

C'est vraiment chouette de pouvoir l'observer. Il finit par grimper sur le toit d'une voiture et il s'envole peu après. Le moment le plus beau est quand il déploie ses ailes dans les tons vert kaki. C'est superbe!

En chemin, on prend ensuite Elli, autostoppeuse. Cette jeune Slovaque vit à Queenstown. Elle a un visa work and travel. Elle est très sympa et nous raconte entre autres les nombreuses randonnées qu'elle a déjà faites ici. Elle m'impressionne. Elle nous donne aussi des conseils pour certaines d'entre elles. Sympa:). C'est également une vraie voyageuse au long-terme. Elle a vécu un an l'an dernier au Canada et y a travaillé. Du coup, on discute du Canada car on était exactement aux mêmes endroits entre Alberta et bristish Colombia. Elle souhaite après la NZ vivre un an au Japon et y travailler. Elle a du courage!


On la dépose au centre de Te Anau là où elle va rechercher une autre voiture pour Queenstown maintenant. On prend une photo ensemble et on lui offre une petite tour eiffel!! Elle nous embrasse:)). Chouette rencontre.


Nous, on a faiiiim et l'odeur du fish and chips nous attire. Pas la peine de se faire prier! On s'installe et on commande un bon chips and fish chez des Asatiques très accueillants. Ce n'est pas cher et excellent:)))).

On observe aussi comment les gens sont entre eux. Beaucoup de locaux semblent fréquenter ce petit bouiboui et ils discutent avec les propriétaires, sont détendus. On a l'intention qu'il y a moins de barrière que chez nous? ! Que les gens sont plus chaleureux et prennent plus leur temps. C'est chouette à voir:).

Anciennes cabines reconverties pour wifi gratuit 1GO pour clients Spark comme nous ;) 

Puis on se balade dans cette ville assez sympa en bord de lac. Par contre, on est dégoûté de constater que les toilettes coûtent 1 dollar. Ça, c'est bien la première fois que ça nous arrive!!! Mais quand ça urge, ça urge!!!! On peut aussi prendre une douche pour 5 dollar.

Puis, sur le retour après avoir flâné dans les quelques boutiques touristiques, on aperçoit la bibliothèque et leurs toilettes gratuits. Aaaaahhh, comme c'est énervant. J'y retourne quand même; ). Et ça vaut le coup car en attendant, je discute avec une touriste hollandaise très sympa.

Puis je rejoins Gero à l'arrière de la bibliothèque dans une salle dédiée au Wifi gratuit. Pas mal :). On n'y reste pas longtemps. A 17h, c'est extinction des feux. C'est d'ailleurs la même chose pour les petits magasins en ville. Ils ferment tôt.


On s'arrête à 16 km d'ici sur la route de Manapouri pour camper. On est fatigué et l'emplacement a l'air sympa. Je suis quand même mitigée au début car pas de toilettes du tout ici. Mais on est près du belle rivière, au calme et la vue sur les alentours est bucolique. Que demander de plus?

On s'installe. Deux-trois vans arrivent plus tard mais chacun a beaucoup d'espace.

On profite dehors des rayons de soleil qui passent à travers les nuages. L'air se rafraîchit par contre clairement.

La soirée est agréable. On est bien :)


Bonne nuit...


Whitestone stream bridge - Te Anau/Manapouri: emplacement gratuit au bord d'une rivière. Belle vue sur les environs. Pas de toilette. Rien. Du réseau. Camping trouvé sur l'application Rankers NZ.

27
27

La pluie tombe au réveil alors on prend notre temps. Puis elle cesse et laisse place à un vent très fort qui souffle les nuages des sommets. La vue se dégage.


On finit par se mettre en route. On s'arrête peu de temps après pour admirer le superbe panorama qui nous entoure.

Puis on poursuit jusqu'à Kingston direction Queenstown. On rentre dans la petite ville et on roule jusqu'au bout de la route pour le lac. Il y a des anciens wagons de trains stockés ici sur les anciens rails. Sympa. Apparemment, on peut même visiter un petit musée.

Nous, ce qui nous intéresse, c'est de nous dégourdir les jambes. Comme le temps est plutôt menaçant aujourd'hui, on cherche une randonnée courte pour pouvoir passer entre les gouttes.


C'est pourquoi, nous voilà en train de crapahuter au départ du lac sur le shirtrail. Le chemin est sympa mais devient très raide après avoir passé une petite cascade.

On grimpe carrément à l'aide de nos mains mais on trouve ça ludique:). Par temps de pluie, ça doit par contre plus dangereux et à la limite du praticable.

On atteint en 20 minutes le point de vue d'où on domine la ville et le lac entouré de montagnes. Très chouette:).

Puis on redescend en faisant attention aux glissades-degringolades! Tout se passe bien :).


Il est déjà 15h30 et on a envie de se poser. On décide donc de s'arrêter pour aujourd'hui au même camping qu'il y a deux jours au bord du lac à 8km d'ici.


Il fait bon même si le temps est couvert. Peu de sandflies comparé au départ de la randonnée qu'on a faite! Quelle différence!!

On entend fort la route mais on fait abstraction. Ça va se calmer au fur et à mesure de l'après-midi.

On s'installe sur nos chaises face au lac. On est bien. Je suis juste dégoûtée dans un premier temps que le réseau soit si pourri car je me voyais déjà avancer sur le blog mais là impossible!!!! Puis ça passe, je me détends;).


Le soleil fait quelques apparitions bien agréables...


Ce lac, le lac Wakatipu, le troisième plus grand de NZ atteint une profondeur de 379 M. Son eau est si claire et pour cause, selon les scientifiques, elle est pure à 99,9%. Impressionnant, non?! (Merci le lonely planet pour ces informations; ))...


Ça ne peut que nous donner envie d'y piquer une tête. Aujourd'hui l'eau me paraît pourtant bien trop froide alors je trempe timidement juste les pieds alors que Gero arrive à y entrer;).


La fin de journée de passe sans pluie. On profite tout simplement de ce bel endroit...


Ce soir, on commence aussi à nettoyer un peu l'intérieur de la voiture car demain, on doit la rendre...

28
28
Publié le 21 décembre 2018


Au bord du lac Wakatipu 

Ce matin, il pleut, il pleuuut puis ça se calme. Il repleut et ça se calme etc...

...En tout cas, ça caille!


Opération: rangement des sacs et nettoyage de la voiture. On remballe toutes nos affaires dans nos gros sacs à sac car aujourd'hui, on redevient des nomades avec notre maison sur le dos. Fini le luxe du van...

On nettoie aussi en surface l'intérieur du sac, on jette nos poubelles.

On vérifie l'extérieur de la voiture. On a constaté il y a quelques jours que le pare choc côté gauche s'est légèrement décroché. Zut...Mais quand est-ce que c'est arrivé? Peut-être quand on a traversé les fords dans la vallée de Matukituki valley (mount Aspiring national park)?!. On verra bien...On a aussi oublié la planche à découper au camping de Milford sound et on a perdu le bouchon de l'évier. Voilà le bilan après 28 jours de location.


Il est déjà plus de 12h quand on prend la route pour Queenstown sous un ciel menaçant...On pensait aller encore à Arrowtown pour profiter de ce dernier jour de location mais vu le temps et l'heure, on laisse tomber.


Nos missions "van":

1. On refait le plein

2. On remplit la bouteille de gaz à la station essence pour 15 dollar (9 euro). CamperMate mais aussi l'agence nous donnent les stations essence qui offrent ce service. Un agent nous aide.

3. On vide notre eau sale. On n'a plus d'eau du robinet. On vient de faire la dernière vaisselle avec.

4. On vide les WC. On ne les a pas utilisés au bout du compte mais comme l'agent à Auckland nous avait déjà mis une pastille dedans, on est obligé de nettoyer le tout. On a du mal à capter comment ça marche avant de réussir.


Le temps passe vite! On a la bonne idée d'aller encore en voiture à Haka lodge, notre hostel pour les deux prochaines nuits pour y déposer nos énormes sacs et nos gros sachets de provision.


Puis, on roule jusqu'à Frankton à 8km d'ici pour y déposer la voiture. On a jusqu'à 16h. On est dans les temps.

L'agent nous dit qu'il ferme les yeux sur le pare choc. Ok, cool!! Il nous rembourse aussi l'essence qu'on avait mise à Auckland car ça n'avait pas été fait.

Il calcule ensuite les kilomètres parcourus: 3277 kilomètres en 28 jours. Et ce n'est pas juste pour faire beau qu'il les calcule, c'est pour nous faire payer la taxe diesel en plus : 6,64 dollar/100 km...Faites le calcul: 224 dollar (140 euro).

Pour retourner à Queenstown, on prend le bus en pleine zone commerciale de Remarkables Park. On paie 5 dollars par ticket (cash only).


15-20 minutes plus tard, nous voilà à notre lodge.

On a réservé il y a quelques jours une chambre double dans cet hostel tout près du centre. Il est très sympa, cozy, familial et bien placé. Les sanitaires sont TB, il y a deux cuisines bien équipées, un salon et une belle terrasse.


Après avoir déposé nos affaires, on part explorer la ville sans but particulier. La vue me semble sympathoche à première vue et elle l'est en effet. C'est juste dommage que le temps soit gris et frais aujourd'hui. Ça ne donne pas envie de se poser pendant des heures face au lac par exemple. On préfère marcher en long, en large et en travers!

Wellington par un temps maussade... 

On entre aussi dans quelques magasins pour voir s'ils ont un pantalon Kway. On avait hésité à prendre le nôtre mais on s'était dit qu'on en n'aurait sûrement pas du tout besoin. Faux...Problème: en voyant les prix, on fait un bond!!! On n'en voit pas à moins de 150 dollar (soit 90 euros!). Sont fous ou quoi?! Bon...ben tant pis, on préfère être mouillé au pire!!!


En partant d'eau, la situation de Queenstown est enviable. On comprend maintenant mieux pourquoi cette ville est si touristique avec son superbe lac, les montagnes alentours, le waterfront très sympa et les diverses activités proposées dont certaines qu'on voit pour la première fois comme ce bateau-requin qui va sous l'eau et refait surface en piquant du nez vers le ciel?!...Truc de dingue!

La ville d'activités diverses et originales!!

On rentre en début de soirée. Qu'est-ce qu'on est bien au chaud:).

Alors qu'on est en train de s'affairer en cuisine, on tombe sur Will et Tom, nos deux jeunes auto stoppeurs australiens. On se salue et on se raconte nos derniers jours.

Ils sont avec leurs autres copains Mitch et Lucas. Ils s'étaient séparés pour l'autostop pour avoir plus de chance d'être pris.

On passe la soirée avec eux et on discute longuement des différentes randonnées possibles. Ils nous conseillent la "Rees-Dart" encore plus que "Greenstone-Caples". Aaah ça nous embrouille ;)!! Nous qui pensions êtres décidés, c'est reparti pour reconsidérer tout ça! Ils nous donnent aussi leurs 8 tickets bleus DOC non utilisés pour payer les campings ou huts le long des trains. Trop sympa!!! On les remercie!! Chaque ticket vaut 5 dollar. Si on campe, c'est 5 dollar chacun (1 ticket). Si on dort dans le refuge, c'est 15 par personne (3 tickets).

Puis, on parle de nos pays respectifs, des différences de culture, de nos études, de notre travail, etc...Un très bon moment:).

On leur dit au-revoir et on offre des tours eiffel:)). Ça leur fait plaisir!

29
29
Publié le 21 décembre 2018

Ce matin, on prend notre temps! C'est pas mal de redormir dans un vrai lit:). Le dos de Gero apprécie particulièrement.


Aujourd'hui, le temps a complètement changé! Il fait grand soleil. Quel bonheur:)). On petit-déjeune donc avec grand plaisir sur la terrasse tout en discutant de notre projet de randonnée.

Haka lodge 

Alors que décide-t-on?! Pas évident de s'y retrouver dans tout ça! On voulait passer à l'office du tourisme mais il est exceptionnellement fermé. On doit attendre jusqjusqu'à demain!

Finalement, Gero a l'excellente idée de se rappeler qu'on a le lonely planet "hiking and tramping in NZ" spécialement dédicacé comme son nom l'indique aux randonnées de NZ! On l'avait complètement oublié celui-ci. Et voilà qu'on y trouve toutes les informations sur les différents treks!! Ça devient beaucoup plus clair:))).

On est maintenant plus motivé pour le Rees-Dart trail au nord de Glenorchy, Glenorchy à 45 minutes d'ici environ. Ça peut le faire:).

On cherche du coup comment aller a Glenorchy, où dormir, quand y aller vu la météo annoncée etc...Et tout ça, c'est chronophage mais ça tombe bien, on a le temps:). On fait par étape.


Pour maintenant: on se dit qu'on va encore passer une nuit ici puis on part directement pour le trail samedi matin en bus d'ici: 55 dollar par personne de Queenstown à Muddy creek carpark (départ du trek)...

Problème: l'hôtel est plein les prochains jours. On doit donc changer d'hôtel...On checke sur booking, hostelworld... Car notre autre problème est qu'on veut laisser des affaires quelque part pour ne pas avoir à porter des sacs à dos de 25kg!! Donc c'est un endroit aussi où on doit revenir...et quand?...ah le bazar...!!!


Allez, vers 12h, on se bouge en ville. Nos buts sont divers: profiter du beau temps, aller manger, aller dans d'autres hostels pour voir comment faire.


Wellington sous le soleil :) 

On descend au magnifique waterfront sous le soleil. Comme le soleil change un lieu, c'est fou! On passe par les ruelles mignonnes comme tout du centre ville très compact. Rien à voir avec hier! Il y a foule. Les gens se baladent, mangent un burger, dégustent une glace, promènent leur chien, partent faire un tour en bateau, bronzent sur le rivage, etc...Super ambiance estivale. D'ailleurs le soleil est intense, il fait vraiment chaud. Par contre, à l'ombre, un gilet est presque nécessaire. Le contraste est surprenant mais ce n'est pas la première fois qu'on le constate.

On laisse tomber les hostels car là, on a juste envie de se détendre. On déconnecte donc nos cerveaux et on se dirige vers les très agréables jardins de Queenstown.

On a une petite idée derrière la tête. On a en effet repéré le "disc golf", un sport très apprécié des Néo-Zélandais qui mélange Frisbee et golf. Et il y a un parcours gratuit de 18 trous dans ce superbe parc. On a emprunté deux frisbees dans notre lodge...

Sport hyper tendance ici :) 

Comme au golf, il y a un but: non pas un trou mais une sorte de panier métallique dans lequel le Frisbee doit atterir (photo ci-dessous). Pour chaque panier, il y a un nombre de coups attitrés pour y parvenir comme au golf.

Le parcours se fait à travers le parc, dans l'herbe, dans la forêt. C'est vrai que c'est très sympa comme idée.

Comme l'heure tourne, on ne termine pas tout le parcours car on a réservé par bookme des fish and chips à 14h chez Erik's en ville. On retourne donc par cette belle promenade en gravier le long du lac d'un côté et de la forêt de l'autre côté. Pas mal de cyclistes roulent le long de ce chemin.


Le foodtruck est très sympa et on se régale avec nos mega fish and chips que Gero a payés 50 % de moins en ligne (12 dollar pour deux plats avec une seule sauce). A ça, on ajoute un bon du haka lodge pour une sauce gratuite à 2 dollar!! On gère:))).


On savoure nos excellentes fritures face au lac...et aux canars envieux!

Fish and chips miam miammm:) 

Puis on passe enfin à un hostel (Aspine hostel) dans la même rue que le nôtre. Il y a encore de la place pour la prochaine nuit. Oui, ils peuvent nous garder nos affaires gratuitement si on dort ici à notre retour (sinon 20 dollar par personne). Oui, il y a de la place à notre retour mais pour 60 euro par lit! What?!! Et oui, c'est la semaine entre Noël et Nouvel-An et tous les prix doublent voire triples même dans les hostels les moins chers...Bon, on doit encore réfléchir hein...


On rentre et on se pose. On revoit encore et toujours nos plans. Je vous épargne tout le processus...En résumé: on se décide pour réserver nos deux prochaines nuits en dortoir au Kinloch lodge en face de Glenorchy (plus rien ou rien d'accessible en terme de prix à Glenorchy).

Puis, on démarrera notre trek dimanche car le beau temps est annoncé à nouveau. On estime avoir besoin de 5 jours de randonnée sur le Rees-Dart. On passera Noël dans la Dart-Hut. Puis on reviendra le 27 décembre à Kinloch lodge. Ça nous semble pas mal? Il reste encore une seule possibilité: une chambre double accessible. Hop, on fait ça:)). On réserve donc aussi cette nuit-là.


Ça y est, on peut dire qu'on avance:). Mais la question suivante est: comment fait-on pour aller à Kinloch ce qui n'est pas simple non plus...

Route standard: bus Queenstown - Glenorchy (35 dollar/pers et à réserver en ligne) + traversée du lac pour Kinloch (15 dollar/pers pour 5 min de traversée - 9h15 ou 12h30 ou 18h - resa possible en ligne - pour demain le 12h30 est plein)...


Alternatives: faire du stop jusqu'au bout? Ou jusqu'à Glenorchy puis prendre le bateau.


On se dit qu'on verra bien demain. On pense plutôt d'abord penser le stop! De toute façon, pour l'instant, on a envie d'arrêter de penser!!! Trop d'infos! Donc on s'arrête pour aujourd'hui et on profite du beau temps et du bon air:)


On ressort vers 20h car un bon dessert nous attend à nouveau chez Erik's. On paie également 3,50 au lieu de 7 dollar pour deux desserts au choix:). Merci bookme:))). On tente le kiwi frit et la banane frite. Miam miam mais il faut avouer que la banane frite ravit beaucoup nos papilles que le kiwi;)


On prend ensuite plaisir de se balader en ville car les températures sont encore très agréables.

On s'installe au bord du lac. La lumière de fin de journée est superbe. Il y a beaucoup de monde assis sur la plage. C'est une ambiance vraiment chouette.

Je trouve cette ville décidément très sympa. Même si c'est hyper touristique, je trouve la ville très charmante et idéalement placée entre lac et montagnes d'ailleurs parfaitement dégagées aujourd'hui.


Alors qu'il commence à faire nuit, on profite du show de Sven from Sweden, un artiste de rue qui attire la foule. Il nous fait bien rire!! On passe un très bon moment captivé par son numéro.

Puis, on continue à se balader. Les bars et les restaurants sont animés. Les lumières de la ville s'allument et donnent une toute autre atmosphère aux rues.

Bateau de 1912 


Haka lodge - Queenstown: 198 dollar pour deux en chambre double pour deux nuits = 123 euro. Réserver en avance car semble demandé. Petit hostel plutôt familial, agréable, très bien tenu et à 2 minutes du centre en contre-haut. Supermarché Four4square tout près. Hôtel calme. Fin des "festivités" à 22h30 (idem accès cuisine et terrasse). Salon avec TV sympa. Sanitaires TB. Chambres double RDC TB avec TB. Wifi gratuit. Terrasse au calme très agréable. Deux cuisines. Frisbee, sèche-cheveux, DVD, jeux prêtés sur demande.