Carnet de voyage

Le beau Botswana

3 étapes
1 commentaire
6 abonnés
Dernière étape postée il y a 1508 jours
Botswana rime avec hébergements et attractions hors de prix mais aussi avec une nature hors du commun. Vrai ou faux?
Octobre 2018
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1

Après avoir fait tamponner notre passeport côté Zimbabwe, on se rend à pied à la frontière du Botswana non loin de là.

Sur le chemin, un taxi nous propose déjà de nous emmener pour Kasane. On se retrouve à la frontière pour discuter sousous. Il fait ça discrètement avec nous car il y a deux clients déjà dans la voiture. On convient de 5 dollars pour deux. On connaissait à peu près les prix.

Les deux clients sont en fait des Français et plus exactement des Parisiens de Saint Germain en Laye! Je parle de toi Cécile et de l'Etang-La-Ville :)

On se présente au guichet, la douanière est sympa et détendue. Elle nous met une petit tampon rouge dans le passeport.

Bienvenue au Botswana! Mais d'abord, désinfection des chaussures :) On doit passer pour ça dans une bassine avec de l'eau noirâtre dedans... Je ne suis pas sûre que ça désinfecte grand chose mais bon;).


Le taxi vient nous récupérer un peu plus loin. En route pour Kasane à une dizaine de kilomètres d'ici! Je discute bien avec le couple de Français. Ils sont intéressés par notre mode de voyage tout comme le chauffeur qui nous demande en quoi ça consiste vraiment le "backpacking" ;). Les Français passent trois semaines en tour organisé privé entre Afrique du Sud essentiellement, Botswana (Chobe Park) et Zimbabwe (Victoria falls). Ils ont été enchantés de l'Afrique du Sud, particulièrement car les paysages sur la route du littoral étaient grandioses avec les arbres en fleurs. Ce matin, ils sont arrivés de Pretoria. La chaleur les change des orages et de la pluie endurés cette nuit là-bas!

Le chauffeur les amène à leur hôtel, le premier sur la route. Et là, c'est la grande classe. C'est juste MAGNIFIQUE. Un endroit de rêve au bord de la rivière! Waouh! Là, on joue pas dans la même catégorie, c'est évident; ). J'en profite pour jeter un coup d’œil!! Mais on n'ose même imaginer combien coûte la nuit ici. On va quand même chercher sur internet. Il s'agit du "Cresta mowana safari".

Le tout prend du temps car le chauffeur les accompagne puis au moment de redémarrer, la voiture ne redémarre pas justement...je me vois déjà marcher les kilomètres restants :( Mais heureusement, un gars du personnel regarde sous le capot et trouve le problème: la batterie était bizarrement déconnectée. Le chauffeur est soulagé. Il a eu un gros coup de stress.

On passe le centre de Kasane. Les maisons sont très différentes. Beaucoup sont semblables: blanches et bleues ou en briques oranges. On dirait des quartiers un peu de mineurs comme chez nous. Notre hôtel se situe en contre-haut de la ville à environ 2 km dans un quartier plutôt résidentiel. On voit quelques hôtels à l'allure étrange. Ça fait plutôt penser à une prison; )

Le nôtre s'appelle "Global Guesthouse". Il n'est pas non plus particulièrement beau mais très propre et sérieux. Bon, sauf qu'ils n'ont plus internet en ce moment car il y a une énième coupure d'électricité donc le gérant ne nous attendait pas alors qu'on a bien réservé par booking (l'une des seules nuits qu'on a réservées dans notre périple, ça valait le coup hein;). On le prend bien et on s'installe dans notre grande chambre spacieuse et toute belle avec SDB.

On fait péter le budget ce soir: 600 pula pour deux soit 49 euro.

12,3 pula=1 euro.

Pourquoi ce choix? Parce qu'on reçoit notre voiture demain et qu'on avait besoin d'une adresse de livraison. Gero avait donc choisi l'hôtel le moins cher possible de Kasane alors imaginez le reste;). Maintenant, il est frustré car il y a aussi un camping près de la ville "Chobe safari lodge" qui nous aurait largement suffi. On le savait mais il n'était pas possible de réserver...Comme souvent, une fois sur place, c'est beaucoup plus simple de visualiser la situation. Et on sait maintenant qu'on aurait eu aucun problème à avoir une place de camping...Bref, on va dire que c'est le destin; ).

Notre Guesthouse 

Il est déjà 17h alors on s'active pour redescendre en ville. On veut soit y trouver un restau pour ce soir, soit y faire des courses. Le gérant nous dit de ne pas rentrer de nuit à pied. Ah bon, c'est dangereux par ici? Il nous répond que oui à cause des nombreux animaux qui se baladent en particulier les éléphants. Ah ouais, je vois...moi qui pensais qu'il parlait des gens;). En effet, on ne s'en rend pas compte mais on est déjà dans le parc national de Chobe!

En descendant sur la route, on a une belle vue sur un point d'eau et sur la vallée toute verte au loin. On voit plusieurs warthogs (poumbas). Certains entrent carrément dans la cour des maisons du quartier. En bas tout près de l'église, on surprend d'élégants bushbucks. Mais on voit aussi d'énormes crottes d'éléphants...Alors c'est bien vrai ce qu'on nous raconte!


On se décide pour le supermarché et on fonce au rayon boissons;). On a soiiiif! On fait assez de courses pour ce soir et demain et on rachète une grosse bouteille d'huile d'olive, du shampoing en plus. On sait qu'on a la voiture demain; ). Et C'est nickel, on peut payer en carte bancaire. Les prix des articles sont très corrects, c'est cool:).

On va ensuite au distributeur automatique et on retire 2000 pula pour l'instant (162 euro).

Il est 18h et il ne fait pas encore nuit. Super, on peut rentrer à pattes! C'est parti, on en aura marché des kilomètres aujourdhui;). La route grimpouille mais ça en vaut la chandelle car on assiste un superbe coucher de soleil sur la vallée et le bush. On voit aussi beaucoup de bushbucks traverser élégamment l'un derrière l'autre en toute hâte la route. Un autre groupe composé également de waterbucks (plus imposants en taille et en stature) se fige à notre passage et nous observe. On est tout près mais même pas peur!!

En haut de la montée, un local en voiture s'arrête et nous demande si on est vraiment remonté à pied?! Il nous dit que c'est dangereux à cause des animaux en particulier des éléphants!!! Bon...décidément, c'est pas des blagues...

On arrive à rentrer avant que la nuit tombe vers 18h30. On est trop fort :))

2

Réveil tranquille dans notre chambre d'hôtel climatisée. On petit-déjeune dehors. Les temps est couvert ce matin, on est surpris mais au moins, il fait encore frais. C'est très agréable!


A à peine 9h, un agent de l'agence Savanna arrive déjà avec le 4x4 qu'on a loué. Il a une heure d'avance, pas mal!! On passe plus d'une heure et demie avec le gars de l'agence à tout checker. Il y a de quoi faire...

On démarre avec le grand coffre: petit-frigo avec batterie séparée, deux bouteilles de gaz, deux brûleurs, deux chaises, une table, l'échelle, une caisse avec un set de couverts (dont économe, gros couteaux de cuisine, tire-bouchon, spatule en bois..), un gros canister d'eau, deux assiettes, deux bols, deux tasses, une bassine pliable pour faire la vaisselle, deux torchons, du produit vaisselle, une éponge, des allumettes. La grande classe quoi!!!


Puis passons au matos technique: les deux cricks (dont un qui ne marche pas :( ), les outils nécessaires pour changer une roue, deux roues de rechange...On veut tout tester.

Enfin, on apprend à installer la tente sur le toit. Sympa :)

On demande aussi à la conduire. C'est Gero qui s'y colle! On part sur la route asphaltée d'abord. Ici, on roule à gauche, première grosse différence. Ça vaut dire que le volant est à droite, le levier de vitesse à gauche; ). Et que sur la route, tout est inversé. Pas facile!! Puis on part dans le sable sur le côté de la route pour tester le mode "4 roues motrices". C'est parti!!


De retour au lodge, on passe à la partie administrative et là, problème...Gero ne retrouve plus sa carte de crédit (celle avec laquelle une partie est déjà payée). Pas de panique...Réfléchissons...On déballe tout le sac de Gero, on fouille partout pendant un bout de temps. Rien.

Alors qu'est-ce qu'on fait concrètement tout de suite maintenant? Le gars de l'agence appelle son boss pour savoir quoi faire. Pas d'autre carte acceptée...Ok pour une impression papier de la carte. Heureusement qu'on a sauvegardé tous nos documents sur notre cloud et que le personnel du petit lodge est très sympa. On peut imprimer depuis leur ordinateur. Toute cette histoire nous prend un temps fou. En parallèle, j'essaie de joindre le lodge de Victoria falls, en vain. Puis Gero vérifie ses comptes. Tout va bien pour l'instant...On se dit aussi qu'on a encore mes deux cartes bancaires.


Une fois l'affaire réglée, Gero remballe toutes ses affaires et on charge nos sacs dans la voiture. Il est déjà 13h...On se pose quand même avant de partir pour reprendre nos esprits et manger un bout.

Il fait à nouveau très chaud. Gero est motivé malgré tout pour commencer à conduire. C'est parti mon kiki!! :).


On s'arrête en ville pour refaire quelques courses et aller à la station-essence faire le plein. Puis c'est vraiment parti :). Direction: Chobe national parc!

Rainer, l'Allemand rencontré à Great Zimbabwe, nous avait conseillé d'entrer carrément dans le parc et de prendre la "river road" et non la nationale bitumée. Vu notre début de journée, on hésite un peu...On va quand même à la "gate" et on se renseigne auprès du ranger. Selon lui, pas de souci. Il y a des parties sableuses mais ça passe bien. Il nous faut selon lui maximum 4 heures pour ressortir de l'autre côté du parc.

Ça nous paraît énorme vu le peu de distance sur la carte...Il est 14h. Le parc ferme à 19h. On est motivé. Allez hop, on se lance! Comme on emprunte ce chemin, on doit payer l'entrée du parc pour 120 pula/personne (10 euro) et 50 pula (4 euro) pour la voiture. Par ici la monnaie!

A peine entré dans le parc, on comprend vite notre douleur! Le chemin part sur la droite (panneaux + maps.me) et nous met d'emblée en difficulté. C'est très sableux et la voiture est difficile à contrôler. Qu'est-ce qu'on fait là?! Help!!

Gero essaie de ne pas sortir des traces déjà bien creusées mais parfois ça patine... La conduite fait penser à celle sur la neige.

On est, en prime, suivi par deux voitures de safari qui, elles, gèrent bien mieux. Pas simple. Rester concentré. No stress...Alors comment ça marche les "4 roues motrices" déjà?! On est vraiment content d'avoir testé ce matin (en pensant qu'on s'en servirait vraiment au cas où...tu parles!!).

Une fois en bas, on longe de près la rivière sur une piste un peu plus praticable...On respire! Malgré la clim', on est dégoulinant! On peut dire qu'on a des sueurs froides...Heureusement, les conditions sont meilleures. On profite des buffles et des impalas en train de brouter de l'herbe au bord de l'eau.

La sensation de conduire sa propre voiture dans un parc est complètement différente de celle en safari. C'est chouette de pouvoir s'arrêter à notre guise. On se sent bien plus libre mais...

Plus loin, il y a au moins 5 voitures de safari.

Que se passe-t-il? Il y a en fait plusieurs lions posés près d'un éléphant mort allongé au sol. L'ont-ils abattu? Ça paraît invraisemblable mais qui sait?!

On poursuit notre chemin parmi les voitures de safari ce qui me rassure à l'approche des éléphants. En effet, il y en a des dizaines...Ils sont à gauche, à droite, devant, derrière, dans l'eau et surtout très près de nous (ou nous très près d'eux)...J'hallucine qu'on puisse autant s'en approcher en voiture. Je ne suis pas super sereine quand même mais les réactions des conducteurs de voitures de safari nous aident à savoir quoi faire comme reculer un peu pour laisser passer un éléphant qui s'engage sur le chemin, couper le moteur si on compte un peu les observer. Ceux dans l'eau se baignent. La scène est très belle et c'est la première qu'on voit ça. Il y a aussi beaucoup d'éléphanteaux tout mimi. Une fois que la voie est un peu plus libre, on passe. Le sable est assez irrégulier et Gero doit vraiment se concentrer.

On peut aussi venir en bateau 

On continue à longer la rivière et on tombe à nouveau sur un troupeau d'éléphants en plein sur le chemin. Certains nous fixent. Je n'aime pas trop ça. Comment passe-t-on maintenant? On patiente...Evidemment, plus une seule jeep dans les parages. On est vraiment seul...Reculer semble aussi compliqué...Là, je sens que je suis de plus en plus tendue. J'ai envie de nous téléporter. Ils sont vraiment imposants et très près... Puis on se lance quand on le sent. Mission accomplie!! Ouf!!Je félicite Gero. Que d'émotions!!

Et là, l'ironie du sort veut qu'on atterrisse en fait dans une impasse!!!! On comprend mieux maintenant pourquoi on est seul!! Je n'ai plus regardé maps.me entre temps, erreur fatale!!!! On fait demi-tour et nous voilà confronté au même défi: passer le troupeau d'éléphants. Aie aie...C'est chaud. C'est bon, on y arrive assez rapidement. Je me sens KO émotionnellement...Gero a vraiment géré la conduite pendant que moi j'essayais de contrôler mes peurs. Mais sont-elles vraiment irrationnelles? Gero n'en mène quand même pas large non plus!


Puis on se remet sur le bon chemin. Il reste éprouvant car ça monte et ça descend de façon irrégulière dans du sable plus ou moins profond. Ça tourne aussi! On fait même une ou deux sorties de piste au ralenti. Bref, la totale pour des débutants comme nous et ce dès le premier jour;). Et encore, on n'est pas au bout de nos surprises!!!


Il est déjà 16h. Ça fait plus de 2h qu'on est dans le parc et on se rend compte qu'on a parcouru seulement une dizaine de kilomètres!!! On décide donc d'emprunter plutôt le chemin en contre-haut de la rivière et non le long de la rivière. Bonne idée jusqu'au moment où on bifurque quand même pour aller jusqu'à la seule aire de pique-nique du parc en contre-bas. Des éléphants sont à nouveau en plein sur le chemin dans les bois...Un éléphanteau sur le côté gauche accélère le pas vers nous en râlant puis il se calme. Ouf! Le problème, c'est que cette fois-ci, on se sent complètement bloqué car devant nous, deux éléphants semblent protéger un éléphanteau allongé au sol. Est-il mort? Blessé? Ce qui est sûr , c'est qu'ils n'ont pas l'air de vouloir bouger d'une trompe...! Et je n'ai pas du tout envie d'insister non plus. Alors seule solution: marche arrière...Ça le fait. Gero arrive même à faire demi-tour plus loin! Bon, là, on est clair: on ne bifurque plus. Assez d'aventure pour aujourd'hui!!!!

Alors qu'on discute, Gero plus détendu au volant, la piste est à nouveau très sableuse. Gero s'arrête pour passer de H4 (4 roues motrices) à L4 (puissance supérieure!) mais impossible de redémarrer....on patine! On tente de reculer, d'avancer, de reculer. Rien à faire!! On n'y croit pas mais c'est bien ça: ON EST ENLISÉ dans le sable en plein milieu du bush et pas une autre voiture en vue...Et le plus drôle, c'est que l'agence a oublié de nous fournir une pelle. On pensait l'acheter dans la prochaine grosse ville...Problème, c'est maintenant qu'on en aurait besoin.

Ok, restons calme...On sort...

Etape 1: on déterre au mieux les roues déjà bien enfoncées dans le sable. Gero essaie de démarrer. Aucun changement.

Etape 2: on sort les deux cales en bois qu'on place sous les roues arrière. Rien.

Etape 3: on enlève de la pression des pneus. On sait que selon les conditions, la pression des pneus doit être différente mais on ne l'avait pas vraiment pris au sérieux. Pression de base: 2,2 bar. Pression pour route en gravier: 1,8. Pression pour piste en sable: 1,4. Pression pour sable profond: 0,8 bar. Et là, je vois que ça marche! Gero avance puis recule puis avance...C'est reparti! Youpi!! Je cours et saute dans la voiture, Gero ne doit surtout plus s'arrêter.

On est soulagé de s'en être sorti après une petite demi-heure quand même! On est tout content et on se félicite!!!

On est aussi heureux de savoir qu'il y a une centaine de mètres plus loin une possibilité (parmi d'autres) de rejoindre la nationale. Là, c'est bon, on a notre dose pour aujourd'hui!!!! Direction la sortie. En plus, il est déjà 17h. On s'arrête avant de retourner sur la route asphaltée pour regonfler les pneus à 2,2 bar! Et je prends le relais pour la conduite!!!

C'est aussi la première fois que je conduis à gauche. C'est vrai que c'est étrange. Les conditions sont top en tout cas pour apprendre car il n'y a quasiment personne sur la route. J'ai tendance à être trop à gauche. Gero me régule!

Il nous faut plus qu'une trentaine de minutes pour atteindre le camping qu'on a réservé ce soir à Muchenje. La route est belle. Des baobabs et les autres arbres aux branches plates agrémentent le beau paysage.

Le camping "Muchenje lodge" est en bord de route d'un côté mais surtout en bord de rivière. On a la place 5. C'est très grand. Ça nous fait penser au Canada. Il y a un lavabo, un emplacement pour faire du feu. L'endroit est très beau. Il y a un grillage en bord de rivière qui sert de protection contre les animaux. On s'installe alors que le soleil descend progressivement.

Merci, on avait remarqué;)

Puis on part rapidement se baigner dans la jolie petite piscine du lodge. Le bonheur! Ça nous fait un bien fou après cette journée plus qu'éprouvante!!! On se remémore les différents moments de la journée. On en rigole!


La lumière de fin de journée est superbe! On savouuuure ce beau moment d'insouciance et de bien-être.

Avant de retourner à notre campement, on se pose un peu sur la terrasse au-dessus de la rivière. Bel endroit que les moustiques nous encouragent néanmoins à vite quitter;).

Ce soir, on cuisine sur nos deux grosses bouteilles de gaz, on mange dans de vraies assiettes (en plastique rigide) sur une table avec de vrais couverts et on est assis sur des chaises! Wouaouh! La classe:). On se sent soudainement un peu plus riche; ).

On se rend en effet compte depuis aujourd'hui qu'on entre dans un autre monde! Tous les gens autour de nous ont des 4x4 de fou. Nous, à côté, c'est de la gnognotte;). On est sûrement les plus pauvres des riches! On constate aussi que les gens sont globalement bien plus âgés. L'ambiance est complètement différente de celle qu'on a vécue jusqu'à maintenant.


On reste dehors un bon bout de temps à écouter tous les bruits comme celui du claquement de l'eau de la rivière. Des crocodiles?


Puis, on grimpe dans notre tente sur le toit à l'aide de l'échelle!! Ça nous fait bizarre de ne plus dormir dans notre propre tente et en même temps, c'est chouette de vivre une autre aventure:). La tente est à peu près aussi grande que la nôtre. On a de la place. Nickel:)

On paie 170 pula/personne (13,8 euro) et 10 pula de taxe touristique (0,80 euro/pers)

3

Super ambiance de bon matin. La vue de notre tente sur la rivière et la plaine est imprenable d'en-haut :).

On se lève très tôt, un peu comme tout le monde. Après avoir pris un petit-déjeuner de roi, on va au niveau de la réception pour utiliser le wifi. On écrit en effet à l'agence pour leur signaler les manques (pelle, lanterne, problème crick). La gérante répond rapidement et nous dit qu'on peut tout racheter à leurs frais évidemment. On l'appellera une fois en Namibie avec une carte sim locale.


Il est à peine 9h mais le soleil tape déjà bien fort! Heureusement qu'on a la climatisation dans la voiture! Vive la technologie!!!

Ce matin, on se dirige vers la Namibie:). Notre séjour au Botswana fût court mais intense!!

On atteint la frontière très rapidement. On s'arrête, on descend, on présente notre passeport, on remplit les détails de la voiture sur leur cahier. C'est tout bon! Ciao Botswana!


La suite sur mon carnet de la Namibie: https://www.myatlas.com/ConfettiEnVoyage/la-suplime-namibie/t/374453