Carnet de voyage

Le Cap (Afrique du Sud)

7 étapes
1 commentaire
8 abonnés
Dernière étape postée il y a 1190 jours
Le Cap, cette ville d'exception dont tout le monde parle. Tant d'histoire, tant de culture...entre les montagnes, les plages, les pingouins, Robben island, l'apartheid. Qu'en est-il?
Novembre 2018
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Le Cap (Afrique du Sud):


J1: Lundi 12 novembre 2018 - Afrique du Sud!

J2: Mardi 13 novembre 2018 - Visite historique -

J3: Mercredi 14 novembre 2018 - Simon's town -

J4: Jeudi 15 novembre 18 - Robben island / table mountain -

J5: Vendredi 16 novembre 2018 - Au revoir Africa...

2
2
Publié le 12 novembre 2018

Alors que je dors comme un bébé, on doit descendre du bus. Nous voilà à la frontière :). Il est 2h30 du matin!!! Pas franchement réjouissant...


Allez, c'est parti pour une attente d'une trentaine de minutes pour obtenir le tampon de sortie sur notre passeport. L'attente est due au nombre de passagers du bus. Et puis, il y a seulement deux douaniers pour faire le travail.

Evidemment, on doit s'arrêter à nouveau 5 minutes plus tard à la frontière de l'Afrique du Sud cette fois-ci. Ça va assez vite pour le tamponnage gratuit de notre passeport. Ce qui prend par contre plus de temps, c'est le contrôle de tous les sacs et bagages de tous les passagers. Il y a plusieurs douaniers. Nos bagages ont été sortis et alignés sur le côté. Une policière nous prie d'aller chercher tous nos autres biens restés dans le bus. S'il reste encore quelque chose dans le bus et qu'ils le trouvent, ça ira directement aux objets perdus. Ok...ça ne rigole pas!! Et à 3h30 du matin, c'est un peu...surprenant!!!


Ils ouvrent les sacs, regardent plus ou moins en détails, ils confisquent certains produits (comme le poisson séché de mon voisin). Avec Gero et moi, ils semblent moins regardants. Intéressant...

C'est tout bon. Il est 4h passées, on remonte dans le bus. Je me rendors peu de temps après et rouvre les yeux à l'arrêt du matin vers 8h30.

Finalement, il fait bon dans le bus. On n'a pas besoin de grand chose à part un éventuel petit gilet et châle.


On en profite dans le magasin de la station pour retirer des Rand, la monnaie sud africaine. Le taux de change est le même qu'en Namibie.

A partir de cette heure-là, on admire le magnifique paysage qui se déroule devant nos yeux.


On passe des vignobles tout verts à perte de vue avec en fond de superbes massifs montagneux très variés en termes de forme et d'altitude. C'est vraiment un bel accueil en Afrique du Sud!

12h30: on arrive plus tôt que prévu (14h normalement) à la station de bus du Cap. Top!

Le bus coûte 27 euro par personne. On a réservé sur internet un mois avant environ. Le bus n'était pas plein. Le trajet a duré 20h. 1200 km.

Il fait beau et bon. Vraiment idéal.

Pour rejoindre notre hostel "Zebra crossing", on doit marcher 2 km ce qui nous permet de nous faire une première idée de la ville. Notre impression est très bonne :). Il y a de jolies petites rues, de nombreux magasins tout mignons tout comme des restaurants. Les bâtiments anciens joliment rénovés côtoient de plus gros buildings. Le tout avec les montagnes juste là! Waouuuuh!

Zebra crossing: c'est un petit hostel très sympa et bien placé par rapport au "centre". La nana est accueillante et l'endroit est cozy. On a choisi le dortoir de 8 lits. Il est assez grand et agréable.

Zebra crossing hostel: 1680 rand soit 105 euro pour deux pour 4 nuits. Optimal pour une grande ville comme le Cap. Pas de petit-déj.

Vue depuis l'entrée de l'hostel 

Cet après-midi, on se pose tranquillement et on se renseigne davantage sur tout ce qu'il y a faire!!

Puis on part se balader. On est enthousiaste de découvrir les deux grosses rues principales, Bree street et long street.

On se fait un resto éthiopien ce soir, Addis in Cape. Le resto est joli et on y mange de façon traditionnelle. Une première pour nous :). Par contre c'est un peu cher (on paie 480 rand pour deux).


PS: je ne sais plus si j'en ai déjà parlé mais je suis en train de lire un livre parfaitement adapté au contexte: Trevor Noah, "born a crime". Trevor Noah est désormais un humoriste connu aux États-Unis. Il raconte à sa façon l'apartheid, sa vie en Afrique du Sud. J'adore sa façon d'écrire et j'apprends plein de choses! Je recommande!!!!

3
3
Publié le 13 novembre 2018

Ce matin, je me réveille avec la sensation d'avoir bien dormi! Tu m'étonnes, il est déjà presque 9h!!! J'en avais bien besoin. Cette nuit, on était seulement 4 dans notre dortoir de 8. Que des Allemands sauf moi ;).


On prend le temps de discuter à nouveau avec Ivan, le Suisse romand en voyage moto pour deux ans avec son meilleur ami. Ça fait déjà 10 mois qu'ils sont en route. Ils étaient avant au Canada puis sont descendus jusqu'en Argentine. Ensuite, ils ont fait le Mozambique, le Zimbabwe, le Botswana, la Namibie. Ils partent aujourd'hui pour l'Australie et continueront plus tard en Asie. Génial! Ivan est vraiment très sympa. On prend plaisir à discuter avec lui et à découvrir leur projet de film. Ils tournent déjà des épisodes. On en regarde certains sur leur site: www.cacouledesource.ch . On peut accéder directement via leur site à leurs vidéos sur vimeo. C'est très bien fait :).


Vers 10h, on décolle. On a plein d'idées en tête: aller au "District six museum", au "Diamond museum", randonner jusqu'en haut de la Table Mountain, prendre le train pour aller voir les pingouins à Simon's town, aller dans le quartier coloré musulman, aller a Woodstock, Robben Island, traîner au greenmarket, aller à la mairie etc...

Alors que fait-on concrètement? ! On va où le vent nous portera ;)!

Le temps est mitigé puis se dégage. Il fait 20 degrés. C'est juste parfait!!!

Voilà comment notre journée se déroule finalement:

1. Quartier musulman Bo-Kaap:

Ce n'est pas très loin de chez nous et en direction du centre. Le quartier se situe sur les pentes, pour certaines très raides, de la ville. La vue sur la table mountain est magnifique!

Et ne parlons-pas des rues que je trouve vraiment chouettes!! Les nombreuses petites maisons accolées les unes aux autres sont toutes différemment colorées. Il paraît que c'est suite à l'opposition imposée Noirs-Blancs que les gens ont voulu de la couleur!!!

Super idée et qui attire désormais beaucoup de touristes. On est loin d'être seul! Il y a aussi un musée sur l'histoire du quartier mais on n'y va pas.

Michael vient de m'envoyer le lien pour le clip de la chanson "Crazy" qui se déroule au Cap. Ça donne un bel aperçu de ce qu'est la ville!! Il y a plein d'endroits qu'on a vus aujourd'hui. C'est cool!! Et j'y pense maintenant car une partie est tournée dans ce quartier musulman justement. Voici le lien: https://youtu.be/LVEwL-sZzmM


2. Balade en ville:

On marche au fil de nos découvertes. Il y a de nombreuses façades superbes qui font penser à la nouvelle Orléans en Amérique. Elles sont rénovées avec goût. C'est vraiment chouette! La plupart abrite des backpackers hostels dans la long street ou des restaurants.

3. Free town Walking tour:

Par hasard, alors qu'on est au niveau de la belle et imposante St George's cathedral, on tombe sur tout un groupe de touristes. Il est 11h et on se rend compte que c'est le point de départ de tours gratuits de la ville. C'est exactement le même principe qu'à Amsterdam cet été. Nickel!! On se dit que c'est le destin;). C'est parti!

On choisit le tour: "from apartheid to freedom". Le tour dure environ 1h30 et est super intéressant (en anglais). Le guide est vraiment top!!!


A/ tribunal:

C'est de là que les premières lois concernant l'apartheid ont émané. 1966: l'Apartheid selon quatre catégories (Européens, gens mixtes, Indiens-Asiatiques, Africains). Une dizaine d'années plus tard, une nouvelle loi est entérinée: celle des Areas act avec le déplacement de populations entières comme celle de District six (60000 personnes!!!). Seuls les Blancs étaient désormais autorisés à vivre à Cap town. Il fallait pour les autres un pass de travailleur pour être toléré dans la ville ou obtenir une permission spéciale...L'apartheid a duré 42 ans...Et bien sûr les frictions ont été énormes du fait que les différentes cultures, mentalités n'avaient pas la chance de pouvoir apprendre à se connaître. Chacun se développait dans son coin. Un exemple de malentendu: alors qu'en Europe, l'homme gentleman est celui qui ouvre la porte à la femme et la laisse d'abord entrer, un homme gentleman en Afrique est celui pour qui la femme ouvre la porte afin que l'homme entre en premier pour voir si tout est OK pour elle!! Autre exemple: en Afrique, parler fort est une marque de respect car cela prouve qu'on ne fait pas de messe basse, on ne cache rien. Chez nous, c'est signe de non respect. On baisse le ton pour éviter de gêner les gens!!

Devant le tribunal, il y a le souvenir de deux bancs: un pour les Blancs, un pour les non-Blancs. C'est choquant et pourtant ça ne fait pas si longtemps que ça, c'est terminé...une vingtaine d'années...Depuis, les gens doivent apprendre à vivre ensemble ce qui n'est pas une mince affaire...

B/ Le parlement

C/ la cathédrale St Georg:

Lieu hyper important symbole de la résistance contre l'Apartheid. Les rassemblements se faisaient juste devant et étaient menés par le prêtre Desmond Tutu qui ne sera jamais embêté par la police ou les autorités. La religion et l'Église ont donc joué un rôle primordial dans la révolte sud-africaine.

D/ District six:

C'est le dernier district de la ville dans lequel vivaient les gens de couleur. C'était un quartier agréable à vivre. Problème: dès la loi des aeras act, les 60000 habitants ont été durant 15 ans au fur et à mesure délocalisés ce qui ne s'est pas fait sans violence. Ce district était désormais également blanc après avoir quasiment tout rasé. Actuellement, 141 familles sont revenues y vivre, la promesse avait été de les réhabiliter alors que le démocratie était en place...

E/ City Hall/Grand parade:

La superbe mairie de 1905. Le bâtiment est immense et est un mélange entre Renaissance italienne et style colonial britannique.

L'énorme place devant est Grand parade. Le 11 février 1990, Nelson Mandela a tenu son discours depuis le balcon. Plus de deux millions personnes serrées comme des sardines et présentes depuis des heures sous un affreux soleil l'ont célébré. Pour beaucoup, c'était le plus jour de leur vie, nous confie le guide: ils étaient enfin libres.

Je suis en train de lire le livre de Trevor Noah, humoriste désormais très connu aux Etats-Unis et venant d'Afrique du Sud. Je fais du coup plein de liens avec ce qu'on nous raconte. Top.

Sur ce, le tour se termine. On doit donner un pourboire. On le donne volontiers vu la qualité de la visite:) (on donne 200 Rand).

Il est 13h. Alors qu'on avait envie d'aller voir les pingouins à une heure de train d'ici, l'agent à la gare nous conseille d'y aller plutôt demain dès le matin car là le train a du retard...on risque d'être en stress pour rentrer. OK, c'est une fois de plus le destin, on va dire. Alors on se décide pour autre chose...


3. District six museum:

Tant qu'on y est, on reste dans le côté historique aujourd'hui. L'entrée coûte seulement 40 rand par personne (2,50 euro). Si on souhaite un guide, ça vaut 55 rand mais on est déjà un peu fatigué, on a envie de découvrir ce chouette musée à notre rythme. Il est bien fait, il y a beaucoup de photos, de récits, de souvenirs! Vraiment intéressant. On y reste plus d'une heure trente. Notre timing est d'ailleurs parfait car ils ferment à 16h, exactement l'heure à laquelle on sort. Si on avait voulu le faire exprès, on n'y serait pas arrivé; ).

4. Castle of good hope:

C'est le bâtiment européen le plus vieux du pays. Il s'agit d'un fort hollandais construit entre 1666 et 1679. L'entrée coûte 50 rand et ça ferme à 17h donc on n'y va pas.


Notre fin de journée est agréable. On profite des vues grandioses sur les montagnes, des rues très animées tout comme le green market très touristique (souvenirs, souvenirs), du street art super sympa.

Ce soir, on mange dans le resto aux plats orignaux, "love thy neighbour". C'est très bon et on mange/boit pour 300 rand (18 environ).

Sur le retour, les nuages joliment colorés illuminent les montagnes. Superbe!

PS: j'ai complètement oublié de préciser qu'on a pris notre médicament contre le bilharziose le 9 novembre car ça fait plus de 6 semaines après le dernier contact estimé avec l'eau au Malawi.

4
4
Publié le 15 novembre 2018

Ce matin, on est motivé pour prendre le train direction Simon's town et en d'autres termes direction les pingouins :). On a reçu des horaires de train précis de la gare mais on nous dit de ne pas nous y fier car ils sont de toute facon toujours en retard. Au petit bonheur la chance quoi!!


On paie le billet deuxième classe seulement 10 rand par personne (60 cents!). Bon...on se trompe, on est en fait en première classe ce qui ne nous saute pas aux yeux vu l'état des sièges; ).

Trajet: 1h30. Le train s'arrête toutes les cinq minutes sur le trajet et ne roule donc pas franchement vite.

Muizenberg 

Au début, on ne voit pas grand chose puis la vue s'ouvre sur les magnifiques montagnes, sur des plages superbes aux eaux turquoises. A Muizenberg, on voit des surfeurs dans une eau superbe. Il paraît que c'est un excellent spot aussi pour les débutants. Mais gare aux requins qui rôdent même si la côte est bien surveillée. Sur la jolie plage de sable blanc, il y a une enfilade de petites baraques de couleur pétante.

Vraiment chouette surtout avec la majestueux table mountain en arrière-plan.

Sur le chemin, on voit aussi des piscines naturelles qui font bien envie. Quelques personnes se baignent. Les maisons quant à elles sont accrochées aux flans des montagnes. L'ensemble est très harmonieux. En fait, toute la côte est peuplée. Je ne m'attendais pas à cette image.

Une heure trente plus tard, nous voilà enfin à Simon's town.

C'est une super jolie ville aux maisons british rénovées à l'ancienne. J'adore!! C'est très touristique et moderne. L'atmosphère y est agréable. Je ne m'y attendais pas non plus ;). Je suis positivement surprise par cet endroit plein de charme...

...mais qui dit plein de charme, dit plein de touristes;). Tout le monde se dirige vers la réserve de pingouins jackass.


Nous, on se déplace uniquement à pied et on compte non pas entrer dans la réserve à 150 rand l'entrée (quasiment 10 euro) mais aller plus loin sur un sentier hors de la réserve et donc gratuit. Le truc, c'est qu'on a un peu sous-estimé le temps de marche pour s'y rendre; ). On parcourt bien 3,5 km. La dernière partie est moins sympa car elle longe l'axe principal.



Une fois arrivé sur le parking de la réserve, on voit déjà quelques pingouins tout mignons en contre-bas. Ils ne sont pas loin du tout. On est tout content:).

On s'approche de l'entrée de la réserve d'où on aperçoit toute une colonie de pingouins sur les roches au bord de l'eau. Cette masse noirâtre est impressionnante.

Et on voit aussi les gens les observer d'un pont en bois en contre-haut. Sympa! Mais ça nous va bien de loin; ). Surtout qu'on a ensuite la chance d'en voir encore plusieurs et certains de tout près alors qu'on se balade sur le joli sentier entre dunes, superbes maisons secondaires et Océan. On trouve même un bel endroit sur les roches pour pique-niquer. C'est top!!

Puis on retourne vers la gare. Ça serait pas mal de prendre un bus ou un taxi pour rejoindre plus rapidement le jardin botanique d'où on veut entamer notre randonnée de plusieurs heures pour la Table mountain. Il est déjà tard en effet...Mais on ne trouve pas vraiment de solution immédiate même en demandant à l'office du tourisme. Tant pis, on va à la gare et on prend le train.

Comme ce matin, on a de la chance car on patiente peu de temps pour le prochain train! Mais comme tout prend quand même du temps, on laisse tomber notre plan A: descendre à une station proche du jardin botanique et le rejoindre à pied (environ 3 km) pour commencer la randonnée. Ça nous semble maintenant compromis en terme de timing même si on peut redescendre en téléphérique jusqu'à 21h.


On s'arrête de façon très spontanée plus tard à Woodstock, l'ancien quartier industriel peu attractif devenu à la mode et connu pour son street art notamment. On s'y balade mais même si on arrive à dégoter quelques jolis graffitis, on n'est pas non plus subjugué par le quartier. Peut-être qu'il faut être avec quelqu'un qui connaît les coins. Mais on n'insiste pas trop car on fatigue ;).

Pour rentrer chez nous, on hésite à prendre un mini-bus. On se sent à nouveau bien en Afrique avec les rabatteurs qui crient la destination par la fenêtre des mini-bus. Sympa:)). Mais finalement, on rentre à pattes car on n'est plus très loin et on découvre de nouvelles rues donc c'est intéressant!!!

On explore davantage le quartier de district six et de kloof street. On passe par le campus et le très beau parc tout vert, par de petits cafés bien animés super cool, par le musée juif, par l'hôtel hyper chic "mount nelson hotel" etc...Très sympa!

18h: on est de retour! On se repose avant de ressortir manger juste à une rue de la nôtre qu'on vient de découvrir en rentrant! On choisit le "fat cactus", bar-resto mexicain branché aux prix très corrects et à l'ambiance bien animée!! On est ravi de la nourriture servie dans nos assiettes:)).


PS: ce soir, on fait déjà le check-in pour Hong-Kong! Ça approche!!

5

Ce matin, on prend notre temps et on discute avec le couple d'Allemands d'Hamburg super gentil! La fille s'appelle aussi Sonja:). Je n'ai pas l'habitude d'en rencontrer d'autres!!! Hihi!! Sonja s'est fait mal hier à la Table mountain en randonnant. Petite entorse. Pas top pour visiter la ville...


On part vers 10h pour le Waterfront. On n'a pas encore exploré ce quartier. Aujourd'hui l'occasion se présente car c'est de là qu'on part pour Robben Island en bateau. On met bien 40 minutes à pied pour y arriver, c'est assez loin de chez nous et le chemin n'est pas direct. Mais on profite des rues encore inconnues. En fait, c'est vraiment grand le Cap!!!

A gauche la plus vieille mosquée du Cap, à droite musée au Waterfront 

Le Waterfront est tout moderne et impressionnant. C'est très bétonné et fait de nombreux hauts bâtiments mais ça me plaît bien. Rien à voir avec tout ce qu'on a vu jusqu'à maintenant. Intéressant! Il y a entre autres le grand musée Mocca et de nombreux resto très branchés.

A gauche: vue depuis le waterfront sur la montagne. A droite: waterfront 

L'embarquement pour le bateau se fait au niveau de la Clock tower rougeâtre actuellement en rénovation. Il est 10h55. Houhou, on est fort!! On ne traîne quand même pas car les gens sont déjà en train d'embarquer. On a déjà nos tickets qu'on avait réservés par internet à notre arrivée au Cap et qu'on avait payés et retirés dans le Pick n pay indiqué par le site.

On a payé 720 rand pour deux (soit 45 euro).

On peut aussi payer en ligne mais on n'avait pas réussi. Il est bien de réserver le plus tôt possible pour avoir le choix du jour et de l'heure. Nous, c'est 11h mais il y a aussi 9h, 13h, 15h. Et je vous prie de croire que c'est blindé. Un monde fou!!

Madiba: nom donné à Nelson Mandela ici 

On embarque dans le bateau. Juste possible de s'asseoir dedans. Le personnel est très sympa. Une vidéo sur le Cap est diffusée pendant une petite vingtaine de minutes. Et on peut acheter des snacks. J'ai faim, c'est nickel :). Gero discute avec un Américain assis à côté de lui, un pro-Trump, intéressant...Ils discuteront ensemble à plusieurs reprises dans la journée.

Après une demi-heure de traversée, on débarque sur l'île et on est orienté vers un bus. Tout est parfaitement organisé et minuté. Ça nous met dans l'ambiance! On passe désormais 45 minutes dans le bus avec une guide (tout est en anglais). Elle nous montre les différents endroits de l'île comme le cimetière de lépreux mis en quarantaine sur cette île bien avant qu'il y ait une prison. On découvre aussi les premières petites prisons aux conditions difficiles dans lesquelles les prisonniers politiques ont séjourné. Puis, on s'arrête à la carrière dans laquelle les prisonniers travaillaient d'arrache-pied et étaient surveillés sans répit. Même aller aux toilettes consistait à se soulager dans un seau. Celui qui osait s'éloigner était abattu. C'était l'ordre donné...

On entre plus loin dans le village de l'époque de l'île. On y aperçoit la jolie petite école tout comme une église immaculée. Puis on s'arrête plus loin pour faire une pause. On peut descendre du bus, aller aux WC, acheter des snacks et se balader autour. La vue sur le Cap est superbe même si c'est un peu nuageux au loin. Il y a un cadre bleu dans lequel on peut se prendre en photo avec la table Mountain en arrière-plan. J'ai vu ce même genre de cadres au Waterfront ce matin. En contre-haut, il y a le phare de l'île. En retournant au bus, on voit quelques pingouins se dorer la pilule :). Sympa!

Une fois remonté dans le bus, on part pour rejoindre la prison principale et la dernière construite pour les prisonniers notamment politiques.

On y descend et c'est un autre guide qui prend le relais. Lui-même a été prisonnier ici pour ses idées de 1984 à 1990. Ça ne peut pas être plus authentique!! Et ça fait aussi quelque chose de se dire qu'il a passé 6 ans de sa vie entre ces murs. On entre dans la prison qui paraît en bon état et ne laisse donc pas vraiment paraître la dureté de la vie d'un prisonnier. On voit les lits superposés avec matelas dans une grande pièce, les salles de bain rudimentaires, la cour puis les petites cellules dont celle de Nelson Mandela, la numéro 4. Les cellules sont évidemment basiques avec un matelas très fin à même le sol, une espèce de table de chevet et une tasse...Il faut savoir aussi qu'il y avait des pièces d'isolement complet. Dur dur...

Les prisonniers étaient appelés par un numéro. Le numéro correspondait à l'ordre d'arrivée des prisonniers et à l'année. Nelson Mandela avait par exemple le numéro 466/64. C'est d'ailleurs à partir de 1964 seulement que l'île a "accueilli" les prisonniers politiques. Au début, les conditions étaient très difficiles puis elles se sont améliorées avec le temps. En chemin, sidéré, on a vu des terrains de tennis. Sérieux? Oui, en effet! Nelson Mandela a pu jouer au tennis. Mais bon...il restait prisonnier...

Prison principale et cellule de Nelson Mandela 

La fin de la visite s'achève vers 14h. C'était très intéressant mais je suis un peu déçue. Pourquoi?! Peut-être parce que ça aurait pu être un peu plus personnel. Au lieu d'avoir à ingurgiter des dizaines d'infos et dates débitées à grande vitesse et sans pause par les deux guides (bus et prison) dans un anglais pas toujours évident, j'aurais préféré plus simple mais plus personnel. D'autant plus que le monsieur était prisonnier ici...

Mais voilà en soi, ça valait le détour rien que pour fouler la terre de cette île pleine d'histoire, de souffrance, d'espoir!

Avant d'embarquer à nouveau, on fait un tour dans le magasin aux multiples produits dérivés. Il y aussi comme une petite exposition sur l'Apartheid et la rébellion. Intéressant!


En repartant en bateau, on voit des phoques peinards allongés sur les roches! C'est marrant car c'est eux qui ont inspiré les premiers Hollandais pour donner le nom " Robbeniland" à cette île (robben=phoques).


Le bateau vaut aussi le coup car la vue sur la ville, le waterfront, les montagnes est vraiment sympa sur le retour :).

Il est déjà 15h! Je n'ai pas vu le temps passer à vrai dire!! On se balade maintenant volontiers dans ce quartier hyper animé! Il y a l'ancienne poste toute rénovée qui fait face à l'eau, il y a aussi d'innombrables cafés restaurants avec vue imprenable sur l'eau et les montagnes. Super top!!! Il y a beaucoup de monde qui se promène à cette heure-ci. La météo est parfaite: beau et pas trop chaud!!

On s'arrête à différents endroits pour écouter des musiciens et regarder des danseurs de tout genre (traditionnel, alternatif...). Il y a de l'ambiance!!! En fait, on pourrait vraiment y passer toute l'après-midi!! Mais on a du pain sur la planche:). Dommage, je me verrais aussi bien manger ici ce soir. C'est vraiment à faire je trouve! Arf, un ou deux jours de plus dans cette ville n'auraient pas été de trop!

Alors maintenant notre objectif est la grimpette de cette fameuse table mountain!! Pour ce faire...

1.Aller au lower cable station

2.Randonner jusqu'en haut

3.Admirer le coucher de soleil

4.Redescendre


Grande mission...On sait qu'on est assez loin de la station de téléphérique et du départ de la randonnée. Vu l'heure, il faut qu'on trace. Seule solution: un moyen de transport. Ce matin, on a demandé à notre hostel et ce n'est pas si simple.

-Le bus? Oui mais il faut acheter une carte électronique à 150 rand (ou avec caution j'imagine?) puis mettre du crédit dessus. Impossible de monter juste comme ça dans un bus. Pas cool...

-Le bus rouge touristique? C'est relativement cher!!! Donc non...

-Le taxi : au moins 400 rand pour aller au téléphérique (25 euro)! Abusé, ils sont fous ou quoi!!

-Uber: ouii, on a notre solution! Leader ici, tout le monde se sert des Uber. Donc hop, on va dans un des centres commerciaux, on se connecte en free-wifi, on crée un compte et on trouve un Uber disponible! On sort du centre commercial et il est là deux minutes plus tard! Trop bien!!! On est tout content! Ben oui, c'est notre premier Uber alors forcément :)...Et puis, surtout, on paie 104 rand (6,5 euro). Le prix change en fonction de l'offre et la demande!

On grimpe et on a la chance de tomber sur un chauffeur très sympa. Il vient du Zimbabwe alors ça ne nous étonne pas; ). On aime les gens du Zimbabwe!! Il est ouvert et discute volontiers. En une bonne vingtaine de minutes, on atteint le téléphérique. La route grimpe de façon sinueuse dans la montagne. C'est comme une corniche qui longe l'océan! C'est renversant:))). Rien que pour ça, ça vaut le coup d'aller vers la table mountain! Génial! ! Ça me plaît trop!!!

Il est 16h30 quand on décolle de la station du téléphérique. Entre temps, je suis passée de citadine (jean, petites chaussures de ville) à randonneuse (short, grosses shoes de rando)! Transformation réussie, je suis prête pour grimper!

Le chemin de rando débute à 2 km de la station de téléphérique. Il suffit de suivre la route asphaltée et plate qui surplombe superbement la ville. C'est déjà magique alors je n'imagine même pas en haut!



Nous y voilà: "Platteklip Gorge". C'est le chemin le plus emprunté, le plus direct mais aussi le plus raide et ce n'est pas rien de le dire!! Ça grimpouille du début à la fin sur un chemin préparé à l'aide de roches souvent ordonnées en escaliers. On est heureux de démarrer si tard (16h45) car le chemin est dans l'ombre et heureusement! Déjà comme ça, on transpire comme jamais alors sous le soleil, ça doit être l'horreeuur!!

On prend vite de la hauteur et le chemin se rétrécit parfois. On grimpe à travers une jolie gorge faite d'une végétation assez généreuse. On voit de jolies fleurs et quelques oiseaux. La vue sur la ville et l'Océan est toujours plus plongeante.

Alors que le topo indique 2h pour plus de 600 m de dénivelé (on démarre à 400m et on arrive à 1020m), on marche 1h05. On a un bon rythme et on pense bien à toi Michael! Ça serait un beau challenge pour toi. D'ailleurs, on voit un trailer descendre.

Une fois sur le plateau, un vrai cette fois-ci (pas comme à Zomba au Malawi), il y a différents chemins pour explorer les coins. On marche une boucle de 45 minutes sur le plateau. La végétation laisserait croire que c'est une zone marécageuse mais je ne crois pas?! En tout cas, avec la lumière de fin de journée, c'est très beau par ici et ne parlons pas de la vue époustouflante de toutes parts!! On s'installe sur un rocher pour savourer le spectacle qui se joue sous nos yeux...

Puis, on rejoint "the place to be" au niveau du téléphérique. On se trouve un rocher sur lequel s'asseoir pour profiter du coucher de soleil à l'horizon. Au premier plan, une enfilade de falaises cotonneuses de par la présence de nuages. A leur pied, une partie de la ville et l'Océan à perte de vue. Sublime! Le coucher de soleil en soi n'est pas si transcendant mais le cadre est superbe.

Il commence à faire frisquet. Un gilet et un foulard sont les bienvenus!



A peine le soleil couché, on se dirige vers le téléphérique. De l'autre côté de la montagne, côté centre ville, il fait déjà nuit. On redescend en téléphérique. La queue est longue et le ticket (trop) cher. On paie 190 rand par personne (12 euro). On y est serré comme des sardines mais la descente est quand même impressionnante car raide et plongeante sur une ville désormais toute éclairée! Waouuh!!


Une fois en bas, on se demande comment rejoindre le centre pas loin à pied à vol d'oiseau mais on n'est pas des oiseaux...Problème! Appelle-t-on à nouveau un Uber? (On peut se connecter dans le magasin de souvenirs). Ou demande-t-on à un taxi présent? Ou à des gens tout simplement? On avance tout en réfléchissant...et à force d'avancer, on arrive après les multiples lacets en bas!! Il fait nuit noire, on ne sait pas trop si ça craignait de redescendre comme ça mais apparemment non! Le nombre de taxis et probablement d'uber qui montent et descendent de la station du téléphérique est hallucinant. Personne ne marche sauf nous...


Une fois en bas de la montagne, on retombe sur une grosse artère éclairée. C'est plus sûr. On poursuit à pied jusqu'en haut du quartier de Kloof street. Le quartier est assez huppé, on se détend même si on ne peut pas dire qu'on était vraiment stressé. On était plutôt alerte!

On tombe par hasard sur le restaurant "the bombay bicycle club" et là ça fait tilt! Julia nous l'a conseillé. On se dit que ça ne peut qu'être bien!

Il est déjà 20h30 et je crois que c'est notre chance car il y a une table de libre à l'étage! Bon on est encore en mode rando ce qui fait un peu tâche surtout me concernant avec mes chaussures de randonnée! On a l'impression que je redescends de l'Everest mais je rectifie le tir! Je vais me transformer à nouveau aux toilettes! Ta niin! A vrai dire, c'est surtout parce que mes pieds sont en train de bouillir dans mes chaussettes et chaussures épaisses que je viens de me changer!


C'est bon! Maintenant la soirée peut commencer! Et quelle soirée culinaire, on en prend plein les papilles!!! Je mange un excellent risotto au potimarron et aux noix et Gero des pasta aux champignons. Ça semble lambda mais ça ne l'est pas!! C'est excellent! Et comme c'est notre soirée d'au revoir Africa, on s'offre un dessert succulent, vraiment!!! Une tuerie particulièrement pour le mien :))). Le tout arrosé à la Savanna, ce fameux cidre sud-africain qui nous a accompagnés depuis la Tanzanie jusqu'à maintenant. Le comble, c'est qu'on n'en avait même pas encore bu en Afrique du Sud alors on y remédie le dernier soir. Mieux vaut tard que jamais!


En plus d'être bon, ce restaurant est très original et décoré à notre goût. Il y a par exemple une table avec des balançoires en guise de chaises, des lampes faites de brique-à-braque. Tout est atypique tout comme leurs plats. Tip top!!!


Alors qu'il est déjà 22h, on quitte ce bel endroit pour rentrer tranquillement. La ville est animée. Il y a beaucoup de monde dans les bars, les restaurants. C'est vraiment une ville très sympa. On s'imagine être étudiant ici, ça doit être pas mal du tout!

Par contre, à y regarder de plus près, il s'agit quasiment que de Blancs...A méditer...


Chez nous, car on peut dire qu'on se sent dans ce lodge vraiment comme à la maison, on est seul dans notre dortoir (déjà hier). Ça nous arrange bien car on peut faire nos sacs sans déranger personne:).


Et vers minuit, au lit!!! On a vécu une belle journée!

6

Réveil vers 7h30. La nuit aurait pu être plus longue;) On finit nos sacs puis on prend notre petit-déjeuner en compagnie de Thomas et Sonja. Ils partent aussi ce matin. Ils prennent l'avion à 11h comme nous, eux pour Johannesburg! Et ils nous disent qu'ils pourraient nous emmener car ils ont eux une voiture de location. Aaah, trop dommage, on a déjà convenu hier avec l'hostel d'un taxi. Merci quand même! Notre chauffeur est déjà là. Il charge le même prix qu'un Uber, soit pour l'aéroport à 25 minutes d'ici, 180 rand le taxi (11 euro). C'est vraiment raisonnable et bien pratique de partir directement de l'hostel!


Après avoir remercié chaleureusement le staff, on part pour l'aéroport. Le chauffeur est très gentil et est ouvert à la conversation. C'est intéressant d'échanger avec lui!


A 9h, nous arrivons à l'aéroport. Tout se fait facilement. On a déjà fait le check online donc on passe devant tout le monde :). C'est marrant car on a déjà l'impression d'être dans un autre monde. La file d'attente est quasiment composée que de...Chinois évidemment! Même le personnel est déjà différent: aux petits soins, efficace, speed!! On rigole et on sent déjà qu'on franchit la porte d'entrée d'un nouveau monde!! Au revoir jolie Afrique détendue et tranquille...

Bye bye... 

On a presque bien géré notre argent car il nous reste seulement 7-8 euro en rand. Je remédie au problème en m'achetant une petite pochette stylée avec un éléphant dessus. Et oui, ils vont quand même me manquer ces éléphants, faut pas croire, j'ai eu tellement d'émotions grâce/à cause d'eux ;).


Avant d'embarquer et alors que tout le monde fait déjà la queue (pire que les Allemands ces Chinois), nous, on se prend du bon temps à un stand qu'on avait repéré plus tôt. On peut y goûter de l'Amarula alors tu penses! La fille est très accueillante et nous offre d'abord un verre d'Amarula à la vanille (15,5%). Hummm...excellent dis-donc! Un régal! Puis, on goûte le classique (17%) avec un chocolat en prime :). Il est moins doux mais très bon aussi. Dommage qu'on ne puisse pas se charger, j'en ramènerais bien mais on en trouvera directement en France.


On embarque du coup un peu pompette dans l'avion direction Hong-Kong à 13h de vol d'ici! Le personnel est un peu en stress car l'avion a du retard. Au bout du compte, je ne sais même pas à quelle heure on a décollé?! On était les derniers à monter donc on n'a pas eu l'impression d'attendre!!


Il y a un petit souci de sièges. Gero et moi on est séparé mais sur nos tickets électroniques, ce n'est pas le cas. Les hôtesses règlent le problème efficacement! Cool!!!


En guise d'au-revoir, on survole le Cap côté mer. On ne peut pas demander mieux, c'est superbe!!

Dans l'avion, on est bien accueilli et les repas sont très bons. Ce qui est perturbant c'est qu'on a un lunch vers 14h puis un petit-déjeuner vers 23h30. On a du mal à capter puis eureka!! Évidemment, ils considèrent déjà le décalage horaire de 6h de plus!! A 23h30, il est en fait déjà 5h30 du matin d'où pas de dîner mais directement un petit-déjeuner!!! Mais il y a du salé et du sucré donc ce n'est pas si étrange que ça au bout du compte. Il est aussi possible de manger à toute heure des nouilles instantanées au poulet ;). Y'a pas plus typique, c'est drôle!


On profite de l'écran très moderne et du choix très large de films, on bouquine, on discute, on mange et on dort un peu...


La suite de notre périple sur mon carnet de voyage de Hong-Kong: https://www.myatlas.com/ConfettiEnVoyage/afrique-du-sud-1/t/432340

7
7
Publié le 22 juin 2019