Carnet de voyage

La Thaïlande

17 étapes
32 commentaires
Deuxième pays de notre voyage!
Octobre 2018
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Vendredi 19 Octobre

Sawat di khaa en direct de Bangkok! Direction l'aéroport de Katmandou ce matin, nous avons mis à peine 15 minutes pour y arriver en taxi, on aurait dit une ville fantôme tant les rues étaient désertes à cause du jour férié! Nous sommes arrivés bien en avance, l'aéroport étant petit nous avons mis bien une heure avant d'arriver à la porte d'embarquement. Nous décollons dans un avion nommé Annapurna, avec un peu de retard, et après avoir vu défilé Katmandou sous nos yeux, nous passons les nuages et en voyons de bien différents au loin. C'est en fait la chaine himalayenne, on en prend plein la vue une dernière fois. Après un peu plus de 4h de vol nous voilà arrivés! Ça fait bizarre de se retrouver dans un aéroport immense et moderne, à l'opposé de ce qu'on a connu au Népal. C'est immense mais organisé, premier exemple avec le taxi pour aller au centre. Il faut prendre un ticket à une borne, qui nous indique à quel emplacement se trouve notre taxi, avec le nom du chauffeur. Ça évite les cohues et les files où tout le monde essaie de se passer devant. Notre taxi est rose pétant! La bonne organisation n'a pas empêché notre chauffeur d'essayer de nous arnaquer, en nous proposant un tarif fixe gonflé pour se rendre à Bangkok, alors qu'ils ont un compteur. Il est 18h environ lorsque nous arrivons à notre petit hôtel modeste mais très bien équipé, on a même le luxe de la clim. Ici nous sommes presque à mi chemin entre le tropique du cancer et l'équateur, il fait 30 degrés le soir avec une humidité proche des 90%. Nous sommes dans une rue à 10 minutes à pied du centre, cela nous permet d'être au calme . Nous avions d'abord pensé à la rue Khao San, mais après y avoir fait un tour ce soir nous sommes bien contents de notre choix pour dormir. Au passage, j'ai failli marcher sur...un crapaud! J'aurais pensé trouver des rats, cafards ou autres mais non, un crapaud en plein Bangkok, étrange. Bref, Khao San est une rue très très touristique et animée, il y en a pour tous les goûts: restaurants, bars, boîtes de nuit, ladyboys, shopping, coiffeurs, street food (dont scorpions, mygales, cafards et autres insectes grillés), massages, et bien d'autres. On est loin des montagnes du Népal, c'est une toute autre ambiance, en même temps c'est ce que veut une hyper métropole de presque 10 millions d'habitants. On va tout de même y rester quelques jours, il y a quand même des incontournables à voir. Le dîner on l'avoue ne sera pas local, un flanche pour un macdo après un mois pratiquement à base de riz ou de nouilles, mais on a hâte de gouter à toutes les spécialités thaïlandaises, on sait qu'ici on mange très bien. D'ailleurs on s'est lancé le défi de gouter les insectes grillés, mais pas pour ce soir. On se prend une bière, les bars ont tous de la musique plus forte les uns que les autres au point qu'on ne distingue plus vraiment les chansons qui passent. Alors qu'on est là assis, un ventriloque avec un singe en peluche s'approche de nous en faisant couiner son singe en peluche sur nous. Le monsieur semble français, et porte un survêtement France 98. A peine le temps de rigoler face à cette scène qui nous a surpris, il fait «dire» à sa peluche un «salut les trouduuuc» strident avant de s'éloigner. Fou rire à en pleurer tellement c'était inattendu! Ça commence bien! Voilà pour les quelques nouvelles du jour, peu de photos car finalement on est arrivés assez tard. Bisous!

Chaine himalayenne
Chaine himalayenne
Puis la jungle
Puis la jungle
Bangkok
Bangkok
Notre taxi
Notre taxi
Khao san road
Khao san road
2

Samedi 20 Octobre

Hello! Ce matin il est prévu d'aller se balader pour visiter les différents temples. Je me réveille plus tôt que Julien et je vais prendre un petit déjeuner, on se retrouvera plus tard. Pas de chance pour mon crapaud d'hier, je découvre que quelqu'un d'autre a dû l'écraser. RIP. En chemin, un thaï se présente à moi, Wan, ça fait 10 ans qu'il est chauffeur de tuk-tuk. Il me demande d'où je viens etc, me propose de faire un tour de tuk-tuk. Sans vouloir trop assombrir le tableau bien-sûr, on sait quand-même à quoi s'attendre, un tarif fixe plus élevé que le tarif habituel, des arrêts dans des boutiques, je ne suis pas convaincue. On discute encore, et il me montre des vidéos sur son portable de voyageurs qu'il a rencontré et qui ne disent que du bien de lui, il n'est pas là pour escroquer, il en a aidé certains en galère, en a invité d'autres à manger chez lui. Il me propose de lui-même de nous emmener voir les trois principaux temples bouddhistes, sans limite de temps, pour 20 bhats. Je n'ai aucune idée du tarif habituel pour cela, mais je m'attendais à plusieurs centaines de bhats, je suis donc très surprise. Je préviens Ju, qui termine son petit déjeuner et nous rejoint, pendant ce temps je fais la causette avec Wan et un de ses collègues, on rigole bien! Le temps est super lourd, des nuages nous promettent de la pluie mais pas pour tout de suite. Julien arrive et hop c'est parti on monte à bord du tuk-tuk! C'est plutôt confortable là dedans! Et finalement, je ne trouve pas que ce soit une ville hyper polluée. Elle l'est certes, mais à mon ressenti pas plus qu'à Paris ou Londres, sachant que Bangkok est x fois plus grande. Je m'attendais plus à ce qu'on avait vécu à Pékin, ou nous n'avions vu ni le soleil ni le ciel bleu à cause de la pollution. Et pour ce que nous avons vu jusqu'à présent, ce n'est pas très sale non plus. Bref je m'égare! Donc nous faisons un premier temple en esquivant quelques gouttes de pluie, c'est hallucinant de beauté! Direction le deuxième temple, sur le chemin Wan s'arrête à un genre d'office de tourisme, il m'en avait vaguement parlé sans que je lui confirme, après tout pourquoi pas ça peut toujours être utile. Ça aurait pu. En fait le monsieur de l'office nous explique que le jour où nous voulons partir dans le sud est un jour férié, que tout est déjà réservé depuis des mois dans tout le sud, que nous ne trouverons jamais ni transport pour y aller ni logement. Mais que lui a des billets de train bien sûr, et des contacts pour des hôtels, à 200€ chacun pour 4 jours. J'avoue que ça m'agace un peu qu'on nous prenne pour des pigeons, mais ça fait partie du truc j'imagine. Pour le pays du sourire on va se dire que ça doit être différent à Bangkok. On lui explique gentiment qu'on se débrouillera de nous mêmes et le remercions pour ses recommandations, sans vouloir l'offenser. Il nous dit qu'il ne le prend pas mal mais il est très clair qu'il est énervé. Nous retrouvons Wan, resté à son tuk-tuk, pour la suite des visites. Cette ville m'émerveille tout simplement, ce qu'on découvre est magnifique. Finalement au dernier temple, nous disons au revoir à Wan et continuerons à pied ensuite se laisser porter au hasard des rues. C'est à ce moment que la pluie décide de tomber, plus moyen d'éviter. On achète un magnifique parapluie rose en chemin, se disant qu'un pour deux suffirait. En fait non, mais on arrive à un autre temple et on se met à l'abri. Voyant plus tard que la pluie n'a pas cessé ni diminué, on se dit qu'on va tout de même continuer à pied en prenant le chemin du retour. Une thaï nous propose des ponchos, les bons vieux ponchos en plastique. Anti glamour au possible, mais bon on n'est plus à ça près. Donc on troque notre parapluie contre deux ponchos, et c'est parti pour la dégaine sac poubelle! J'étais la première à me moquer des touristes faisant ça, maintenant je comprends. Quand n'a pas forcément envie de rester toute la journée enfermé à cause de la pluie, mais que le parapluie le protège pas vraiment, c'est très laid mais bien utile! C'est juste le moment où la pluie s'arrête complètement. La loose. On a perdu quelques bhats et un peu de dignité 😂 pas perdus pour longtemps (les bhats, la dignité reste touchée), puisqu'il se remet à pleuvoir. La nuit est tombée et on passe devant le grand palais, et le palais d'émeraude, illuminé c'est tout aussi beau. De retour à notre logement, nous réservons bien-sûr sans difficultés le transport et le logement pour le sud d'ici quelques jours, et sortons dîner. Ju veut tester la street food et il n'est pas déçu, je goûte aussi et c'est super bon! Toujours pas d'insectes pour aujourd'hui, et on ne s'en porte pas plus mal!

Wan!
Wan!
Il fait pas très chaud ça va...!
Il fait pas très chaud ça va...!
3

Sawat di kha! Nos deux derniers jours à Bangkok se sont bien passés! Nous avons encore parcouru la ville et bien gambadé. Nous voulions aller sur un rooftop pour avoir une vue de nuit sur Bangkok, mais nos vêtements de bagpackers ne correspondent pas au code vestimentaire exigé, tant pis. Nous sommes allés faire un tour au marché aux puces de Chatuchak, le plus grand marché aux puces du monde! Autant vous dire qu'on s'est senti comme dans une fourmilière géante, où l'on peut trouver absolument de tout et n'importe quoi! Le coin street food est absolument géant aussi, il y en a pour tous les goûts, nous avons même vu un chef espagnol préparer une paella géante, mais nous avons préféré la nourriture locale, tellement bonne. C'est d'ailleurs là que nous avons mangé notre meilleur pad thaï, un délice! Ensuite direction le parc juste à côté, qui est immense, pour un peu de «fraicheur» à l'ombre. Le soir, nous nous étions lancé un petit défi de gouter aux insectes, et bien c'est chose faite. Nous n'avons pas choisi les extrêmes non plus du style mygale, scorpion ou grosse blatte, c'était petite larve et petite sauterelle pour chacun. Certains ont peut-être déjà vu la vidéo, c'est pas terrible mais pas si mauvais, un goût de terre en friture, le plus dérangeant étant les ailes et les pattes de la sauterelle. Défi relevé, notre prochain défi alimentaire sera de goûter le durian. C'est le roi des fruits ici, mais apparemment ça sent très très mauvais, tellement qu'il est interdit dans de nombreux endroits publics. Et le goût irait de paire avec l'odeur, assez puissant et tenace donc. Nous verrons si nous en trouvons, mais de par ce désagrément olfactif, nous n'en trouvons pas déjà coupé sur les étalages, donc si c'est pour devoir en prendre un entier, on verra. Le temps a été plus clément ces jours ci, en plein soleil on dégouline au bout de trois pas, température ressentie 40 degrés, on ferait bien un plouf dans une piscine ou dans la mer. Ça tombe bien, ce soir nous sommes avons décollé pour Krabi dans e sud puis avons rejoint Ao Nang, première plage du voyage! Il faisait déjà nuit à notre arrivée, nous aurons la surprise du paysage demain et avons déjà super hâte! Nous sommes à 5 minutes à pied de la plage dans un petit bungalow très calme. Ici à Ao Nang, il y a une grande rue principale avec boutiques, restaurants et street food, agences de voyage, bars etc. Ça fait très touristique mais en fait c'est étonnamment calme. Nous avons appris qu'ici la majorité des thaï sont musulmans, du coup l'alcool n'est pas proposé partout, ce qui n'en fait pas une destination pour les fêtards et grosse musique à tout va, et tant mieux c'est ce qu'on voulait éviter. En attendant la suite, on vous embrasse bien fort!

4

Mercredi 24 octobre

Doux réveil ce matin dans notre mignonnet bungalow, on est vraiment au calme. Ce matin direction Railay beach, a côté de Ao Nang où nous logeons. Elle n'est accessible que par bateau, du coup on file à la plage d'Ao Nang d'où se prennent les taxi-bateaux. Ça ressemble à une grande barque, avec un moteur qui paraît sorti tout droit d'une voiture. Le ciel est un peu couvert mais quelques éclaircies apparaissent, parfait! Le temps d'une quizaine de minutes pour arriver à Railay beach ouest, le panorama nous coupe déjà le souffle, avec ses magnifiques pitons rocheux posés sur l'eau. A notre grande surprise, la plage est quasiment déserte, le paradis! Le sable est aussi fin que la farine. Après avoir posé nos serviettes sans encombre, on a l'honneur d'ouvrir le premier plouf de la saison! Difficile de faire mieux dans ce cadre, l'eau est calme, chaude, on se régale. Julien sort de l'eau avec de vilains boutons comme ceux des moustiques, on se demande bien ce que c'est, quelqu'un a déjà eu ça? Ce serait parce que mer est chargée de plancton ici, qui lui donne sa couleur verte, et contient un certain type de plancton urtican. Après ce premier bain, nous embarquons chacun à bord d'un kayak, rien de mieux pour partir à la découverte des alentours à notre rythme, bien qu'ici nous n'ayons pas vu de gros bateaux touristiques. Nous passons la pointe de la plage, en explorant les pitons et leurs grottes, les images parleront d'elles même, et c'est encore plus magique en vrai. Puis nous arrivons à la plage de Railay est. Petite pause sur la plage, ici c'est aussi le paradis pour les escaladeurs, nous en voyons quelques uns. Au bout de la plage se trouve une grotte, Phra Nang. Elle est très curieuse, puisqu'à l'intérieur se trouve un amoncellement de phallus en bois de toutes tailles et couleurs. Alors oui nous ça nous fait rire, mais ici c'est très sérieux. Ça représente la fertilité. Les thaï viennent prier ici la Princesse de la grotte, et si une femme devient mère ensuite, un lingam en bois est offert à la princesse. Après cette courte pause, nous repartons direction Railay ouest, le vent se lève doucement et tout au loin nous voyons de gros nuages. Le retour est un peu plus long avec la houle, ça nous fait les bras! Après ces quelques heures de kayak, nous allons manger à un petit stand de street food, on adore! A peine le temps de terminer, la pluie arrive. Après tout ça ne fait rien, nos affaires sont au sec, on a pris un sac étanche, ce ne sont pas quelques gouttes qui vont nous arrêter. Nous arrivons à une grotte, Diamond cave, et y entrons. Il y a plein de chauve-souris, nous les voyons à peine mais les entendons! L'intérieur de la grotte est grandiose, le tour est vite fait mais ça en vaut la peine! De retour hors de la grotte, la pluie tombe de plus belle, nous décidons de rentrer à Ao Nang. Nous arrivons sur la plage, la mer est bien plus loin que ce matin, maintenant c'est marée basse. La mer est très agitée, il pleut énormément, pas trop rassurant, mais on se dit qu'ils ont l'habitude. On nous dit d'aller sur le bateau numéro 11, on ne voit pas de numéros, il faut se débrouiller. Deux filles nous suivent. Pour monter à bord, on doit avancer à pied dans la mer, les vagues viennent se briser sur nous jusqu'au nombril (mon nombril, pour Julien ça devait être les cuisses à peine😂). Une fois que nous avons réussi à nous hisser tant bien que mal sur le bateau, il n'y a que nous 4, pas de capitaine à bord. Deux couples arrivent aussi, nous les aidons à monter, ce n'est pas évident avec le bateau qui se balance dans tous les sens. Ah, le «capitaine» arrive! Et puis c'est parti. Je rigole nerveusement avec la fille en face, mais clairement je ne fais pas la maligne. Nous prenons la pluie et les vagues en pleine figure, on aurait pris une douche habillés le résultat serait le même. Ça tangue dans tous les sens, on entend le tonnerre. C'est trop dangereux de nous laisser là où nous avions embarqué le matin, du coup après plus d'une longue demi-heure, le bateau jette l'ancre, à 300 mètres du rivage. Il ne peut pas aller plus loin de toute façon il doit y avoir 30 cm d'eau à peine. Les éclairs s'enchaînent et le tonnerre gronde, c'est le déluge. Nous avons encore environ 20-30 minutes de marche jusqu'à notre bungalow. Autant continuer à pied, on ne peut pas faire plus trempés que ce que l'on est déjà de toute façon. Les quelques touristes à l'abris dans les bars nous regardent à moitié compatissants, à moitié morts de rire, ils doivent bien se demander ce qui nous prend de marcher comme deux imbéciles en plein orage, nous ça nous fait rire. Enfin nous arrivons au bungalow. C'est parti pour l'essorage en mode manuel, puis à la douche...chaude, la pluie était fraîche! Il a plu non stop des torrents jusqu'à 21h environ, on espère que les jours suivants ne seront pas trop compromis et qu'on arrivera plus ou moins à passer entre les gouttes.

5

Sawat di kha tout le monde! Réveil matinal car nous voulons profiter du beau temps qui est plutôt présent le matin que l'après midi en ce moment. Julien est malade, c'est donc seule que je pars. Je n'ai pas encore décidé où, mais ce ne sont pas les endroits qui manquent! Après quelques conseils des locaux, ce sera l'île de Ko Poda, située à 8km au sud de Ao Nang. On m'indique que le long tail (bateau taxi) partira lorsqu'il y aura au moins sept passagers. Je guette les touristes voir s'ils s'ajoutent à la course, tu parles ils vont tous à Railay beach. Finalement le compte est bon après une quizaine de minutes, et me voilà partie, avec à bord un couple anglais et une famille sud coréenne. Eux vont à chicken island, juste à côté de Ko Poda. Les anglais me disent que Ko Poda est la plus belle île qu'ils ont fait durant leur séjour jusqu'à aujourd'hui, et je veux bien les croire, déjà au loin c'est magnifique. Ils me préviennent par contre que des bateaux remplis de touristes envahissent l'île en fin de matinée. Le long tail me dépose en premier avant de continuer sa route vers Chicken island, nous convenons d'un retour dans l'après midi. L'endroit où il me dépose est désert, voyez plutôt.

Ok, personne à l'horizon à droite, et à gauche je distingue deux personnes au loin. Je vais sur la droite, tout au bout, c'est la que je m'installe, un peu avant la mangrove.

Comme vous le voyez aussi, la mer est d'une transparence incroyable, les couleurs varient avec la luminosité et la profondeur. Allez maintenant à l'eau! C'est vrai que ça pique! J'ai le réflexe de me gratter, et là je les vois! Ce sont des puces de mer, toutes petites et couleur sable, difficile de les voir donc. C'est désagréable mais ce n'est pas ça qui va m'arrêter. Je suis toujours seule au monde dans ce paradis, je n'en reviens toujours pas. Je vois passer quelques poissons, mais trop craintifs pour les approcher.

Je vois des bateaux qui arrivent là ou le mien là déposé, et curieusement ceux qui en descendent préfèrent rester là bas. C'est vraiment dommage pour eux ils ne savent pas ce qu'ils ratent, mais je ne vais pas aller les chercher non plus. Certains viennent, font 50 photos et s'en vont. Comme ce couple qui est resté une demi heure à faire toutes les poses de magazines, qui se sont à peine baignés. Et un autre qui s'est pris dans les bras, mais que pour la photo. Finalement, quelques malins repèrent aussi ce coin de paix et viennent s'y installer, il y a bien assez de place pour tous, sans avoir à coller nos serviettes. Il y a un chemin un peu en arrière, qui mène de l'autre côté de l'île, je tente! On passe de la mer à la jungle en un rien de temps! Il fait bien plus chaud et humide! Et je retrouve mes copains les moustiques!

Et puis j'arrive de l'autre côté, celui qui est face à Ao Nang, et en effet il y a largement plus de monde! Ils sont occupés à manger, leurs excursion fait plusieurs îles et c'est sur celle-ci qu'ils font la pause déjeuner. J'avance un peu et finalement, retrouve du calme, en face d'un immense piton rocheux! Au loin, je vois la pluie qui tombe pas loin d'Ao Nang, superbe spectacle encore une fois. Un singe sort de la mangrove et s'approche calmement mais sûrement d'une femme, elle a vite fait de se lever et de se jeter à l'eau pour l'éviter! Ah, et j'ai appris qu'il faut toujours regarder où on met ses pieds, même lorsque l'on croit marcher sur du sable fin. Sur ce sable fin, il y a des fourmis de partout, rouges et noires. Vous devinez bien-sûr où se sont posés mes pieds. Le temps de regarder ce qui me pique autant, j'en avais de partout jusqu'aux chevilles, pas cool les fourmis, après j'ai bien fait attention à ne plus les déranger. Encore quelques baignades et il est temps de rejoindre le long tail pour le retour, bien plus calme qu'hier!

Retour à Ao Nang, avec vue sur Ko Poda juste en face

Voilà pour aujourd'hui, des bisous à tous 😘

6

Coucou! Eh oui avant la fameuse émission, il s'agit avant tout d'une île de toute beauté. Nous sommes arrivés hier en après midi! Ici c'est vraiment plus sauvage, entre jungle et plage. Nous avons pris possession de notre superbe bungalow à quelques pas de la plage, au top!

Il faisait super chaud et on a eu vite fait d'aller se baigner juste avant la pluie! Cette nuit nous avons eu quelques copains geckos pour nous tenir compagnie.

Aujourd'hui nous décidons de partir à explorer l'île au gré de nos envies, et pour cela rien de mieux que le scooter! On en loue un chacun, jaune pour Julien , rose et bleu pour moi, un casque chacun. Ce n'est pas obligatoire ici, et il est courant de voir 3 ou 4 personnes sur un même scooter, enfants sans casques compris. Ça fait drôle de rouler à gauche mais on s'y fait. Il n'y a pas beaucoup de monde sur la route, nous sommes parfois seuls, sur une route avec d'un côté une jungle, de l'autre la plage. Nous nous arrêtons une première fois lorsque nous voyons une plage déserte pour une baignade, quel pied! On la partage avec des crabes et des chèvres.

Après ce rafraîchissement, c'est reparti! Nous voulons aller à une cascade au sud de l'île. Pour cela, il faut marcher. Nous garons les scooters avant le sentier qui mène à la cascade. D'ici partent aussi des «treks» à dos d'éléphant, très peu pour nous, nous y allons à pied. C'est une petite marche, une heure aller retour environ, au beau milieu de la jungle. Il ne fait pas si chaud mais c'est très humide. Nous longeons une petite rivière, devons esquiver des troncs (Julien passe au dessus, moi par dessous bien évidemment 😂), nous accrocher à des lianes pour nous aider, traverser plusieurs fois la rivière (et même pas de pied mouillé 😎), voyons des arbres impressionnants de grandeur. Nous arrivons finalement à la rivière et ça fait du bien de se rafraîchir! Nous discutons avec deux françaises qui sont aussi passées par Bangkok, et qui nous donnent des tuyaux pour Chiang Mai lorsqu'on ira. Sur le retour nous passons par une grotte dite des chauves souris, mais nous n'en voyons pas. Par contre au dessus de la grotte se trouve un arbre impressionnant, dont les racines tombent jusqu'au sol et traversent la pierre. Nous croisons aussi la route d'un singe, et avons droit à un concert de cigales. Alors c'est une mélodie très différente de nos gentilles cigales, là ça ressemble plutôt à une alarme ou une sirène.

Après cette petite marche trop cool dans la jungle, nous reprenons la route et nous faisons un stop à un endroit que nous avions repéré à l'aller. Sur un virage, plusieurs petits cabanons-restau, aux premières loges.

Suite à ça nous nous arrêtons à nouveau à une «plage secrète», accessible par un petit chemin dissimulé. Là encore il n'y a quasiment personne. Nous cherchons un coin d'ombre, Julien repère un gros arbre vers lequel nous nous dirigeons. J'y vois un singe. Puis un autre qui revient de la mer. Et encore un. En fait le gros arbre et ses alentours c'est le coin des singes, il y en a plein! On va les laisser tranquilles, c'est mieux comme ça. De ce côté, ça reste idéal pour la baignade même à marée basse.

Le soleil commence à baisser, nous préférons partir. La route est pas mal cabossée par endroits et de nuit ça serait galère pour éviter les trous et les bosses, la route n'est pas illuminée. Ju a repéré un terrain de foot hier pas loin de notre logement et juste en face de la plage, mais avec le mauvais temps personne n'y était, il veut aller voir aujourd'hui. Et il eu raison, quand nous y arrivons, des thaï sont en train de jouer, il va jouer avec eux. Pendant ce temps, je vais voir le coucher de soleil, plein ouest, une merveille, avec au loin Phi Phi island. Sur ces belles images de notre superbe journée, on vous embrasse!

7

Dimanche 28 octobre

Hello! Je rattrape la journée d'hier qui a été bien remplie! Je me suis levée avant Julien et je décide d'aller faire un tour à Lanta Animal Welfare tout proche de notre bungalow. Il s'agit d'un centre qui recueille des chiens et chats de l'île, les soigne et les stérilise pour qu'ils puissent être adoptés. Le centre est ouvert et gratuit au public, on peut passer un moment avec les animaux, jouer avec eux, sortir les chiens en promenade. C'est une suédoise qui a créé l'association il y a 17 ans, et maintenant c'est une prof anglaise à la retraite qui a pris le relais. Elle explique à ceux qui sont venus ce matin comment ils s'en occupent, ils ont une clinique vétérinaire sur place pour soigner les animaux, nous raconte l'histoire triste puis belle de certains. Les bénévoles peuvent rester entre 1 et 3 mois sur place, où ils s'occupent de chacun des animaux tous les jours. Certains ont adoptés ar des visiteurs, puis placés en quarantaine trois mois avant de s'envoler dans leurs nouvelles familles aux quatres coins du monde. Je trouve ça superbe pour eux, qui n'ont pas des conditions de vie agréables sur l'île, leur surpopulation fait qu'ils ne sont pas très appréciés. Le centre se rend aussi régulièrement sur d'autres îles, où ils récupèrent chats et chiens, les stérilisent et les tatouent avant de les ramener sur leur île, où ils ne se feront plus maltraités ou tuer pour «remédier» à cette surpopulation. Il est trop tard pour que je puisse promener un chien, il fait trop chaud pour eux à cette heure ci, mais j'y reviendrai avant de partir de l'île c'est sûr! Je reste donc un moment avec les chats, qui pour la plupart font la sieste, mais certains sont d'humeur joueuse. Après ce bon moment, je retrouve Julien et nous partons en scooter direction une grotte. Lorsque nous arrivons au point de départ de celle-ci, nous apprenons que nous ne pouvons pas y aller seuls, il faut un guide. Le service est payant, et nous n'avions pas prévu les chaussures pour faire le chemin de trek pour y parvenir. Nous optons donc pour un autre programme, nous allons à la pointe sud de l'île, qui fait partie du Mu Koh Lanta National Park. Au fur et à mesure que nous avançons, nous nous retrouvons dans ce qu'on croirait être un décor de film. Une petite route qui traverse la jungle, celle-ci envahissant même la route à certains endroits. Nous garons nos scooters et accédons au parc. Dès l'entrée, il y a plein de singes, des macaques à longue queue, ils ont plutôt une bonne tête. Les visiteurs sont bien avertis qu'il ne faut pas nourrir les singes, sous peine d'amende, entendu donc! Il y a un vieux phare sur la pointe, mais qui a l'air bien abandonné, je ne pense pas qu'il soit encore opérationnel. Après un premier (et dernier, vous saurez pourquoi) bain sur cette plage quasiment déserte, nous allons et venons sur la plage, on y voit des bernard l'hermitte. J'ai envie de dessiner quelque chose sur ce sable lissé par la mer, mais n'étant pas grande artiste, je tente un mandala. Un peu plus loin, il y a deux grandes balançoires en bois, j'ai bien envie d'en faire! Je me balance en admirant la vue, et là...j'ai un visuel sur nos affaires à une cinquantaine de mètres à peine, et je constate avec surprise que des singes sont en train de fouiller nos sacs! A peine le temps de le dire à Ju, je pars en sprint vers nos affaires. En me rapprochant dans ma course, je vois trois singes, l'un d'eux met quelque chose dans sa bouche et part, sans que je puisse distinguer de quoi il s'agit. Je continue mon sprint (sans doute mon meilleur temps 😂), en me disant que quand les deux me verront arriver vers eux ils partiront. Erreur. Je m'arrête net. Ils me regardent en continuant de faire leur bazar, j'arrive à attraper mon sac, mais aucun d'eux ne semble vouloir partir. J'essaie de m'avancer, l'un des deux singes n'est visiblement pas content du tout, puisqu'il essaie de me mordre à deux reprises. Par chance c'est mon sac, qui me fait office de bouclier, qu'il arrive à chiquer. Lorsque Julien arrive finalement, les deux macaques s'en vont, l'air de rien. Et là, panique à bord dans la tentative de faire le point sur les affaires présentes/manquantes. J'en ai bien vu un se faire la malle avec quelque chose dans sa bouche, je pense à mon téléphone, ou pire, mon passeport. Est-ce que ça ne serait pas de la bonne grosse loose de raccourcir ce voyage à cause d'un passeport volé par un singe, sans déconner! On s'éloigne et allons sur une table pour faire le point, mais à mesure qu'on met tout sur la table, d'autres singes se rapprochent, l'air de rien. Fini la confiance, nous remballons tout pour aller vraiment plus loin d'eux. Tout est bien qui fini bien, rien ne manque, ouf. Après ces émotions et cette adrénaline, nous décidons de partir, il est presque 17h et nous n'avons rien mangé. Sur la route du retour, nous nous arrêtons à un petit marché street food, pour un bon pad-thaï vue sur la mer. Les estomacs et les nerfs bien calmés, nous regagnons le bungalow. Sur la route nous avons vu des affiches «jungle party» prévue au mong bar ce soir, on s'est dit qu'on irait faire un tour plus tard. Lorsque nous y allons, il fait nuit, et la route n'est presque pas éclairée, on y va très très doucement et arrivons après une quinzaine de minutes. C'est un bar du côté de la jungle, mais pas dans la jungle, ambiance très chouette, lumières colorées, un grand feu est allumé au centre. Durant la soirée, il n'y a pas grand monde mais ça nous permet de discuter et faire connaissance avec presque tous ceux qui sont là, allemands, américain, brésiliens, français, russe, sans oublier les barmen thaï et une de leur amie, super sympas et on rigole bien avec eux! On passe presque toute la soirée avec du coup. Il y a aussi un jongleur de feu, thaï lui aussi, c'est super beau comme spectacle. Ça fait un an qu'il fait jongler les boules de feu, non sans risque comme le montre sa cicatrice sur le bras. Il m'apprend quelques mouvements, balle éteinte bien évidemment, et vu ma dextérité tant mieux. A minuit passée, le barman nous dit qu'il est allé acheter des soupes de nouilles chinoises et qu'il en a ramené pour nous, adorable! C'est hyper épicé par contre, la jeune femme thaï qui en mange aussi trouve ça très épicé également, on a la bouche en feu mais on fini tout! Vers minuit il est temps de rentrer, nous ne sommes pas saouls je vous rassure, et nous arrivons à bon port sans soucis. Il est presque deux heures quand nous allons dormir, la nuit va être courte car le lendemain nous devons être levés à 7:30.

Ma copine Aria
Ne pas se fier aux apparences
Quelques secondes avant le sprint
8

Petit résumé ici de ces deux derniers jours à Koh Lanta. Avant hier nous avons mis le cap pour la journée sur les îles de Koh Rok et Koh Ha, magnifiques spots pour faire du snorkeling, entre coraux, poissons, anémones, oursins, étoiles de mer, serpent. Sur l'île de Koh Rok nous avons aussi pu voir des varangs. Hier nous avons loué à nouveau un scooter pour la demi journée, c'est bien moins cher que le tuk-tuk. Nous sommes partis explorer la grotte dont j'avais parlé dans un autre post, avec un guide, et ça en valait la peine. C'était carrément de la spéléologie, la grotte était immense nous sommes restés une heure dedans.

9

Nous venons de passer 5 jours sur l'île de Koh Yao Noi. Sur cette étape, nous sommes rejoints par mon ami Jérémy, qui vit en Australie et qui a profité d'une semaine de repos bien méritée pour venir en Thaïlande. C'est top de partager un bout de ce voyage avec lui! Il devait venir avec un ami à lui aussi, qui n'a malheureusement pas pu venir finalement. Nous avons deux bungalows sur la côte est de l'île, un coin de tranquillité au bord de la mer. Les marées sont bien marquées ici et il nous faut marcher plusieurs minutes dans l'eau avant de pouvoir nager. Au bord il y a tellement peu d'eau qu'on a l'impression d'entrer dans un jacuzzi tellement l'eau est chaude. Devant les bungalows il y a un grand jardin, avec des hamacs, et une slackline. Il s'agit d'une corde plate que l'on tend entre deux arbres, et sur laquelle il faut essayer de marcher d'un bout à l'autre. Nous ne sommes vraiment pas de bons funambules, on rigole plus qu'on arrive à avancer. L'île est petite et du coup très paisible et peu fréquentée. Nous louons des scooters pour le séjour pour aller et venir à notre guise, et découvrir ces coins sauvages. La route principale est en bon état, mais il faut parfois emprunter des chemins de terre où un quad serait plus approprié, mais nous arrivons à rouler malgré tout et à atteindre des coins plus cachés. Près de chez nous il y a une petite cascade à l'eau bien fraîche. Quelques autres voyageurs y viennent, mais ne s'y baignent pas et font demi tour. Nous y sommes allés plusieurs fois durant le séjour et avons toujours été les seuls sur les lieux. En se perdant sur les routes nous sommes arrivés à une plage déserte de sable très fin, avec juste un petit kioske pour prendre une coco fraîche en guise de rafraîchissement. Sur la plage, une balançoire en bois et un hamac en face de la mer. De ce côté il y a un peu plus d'eau même à marée basse. Ici pas de singes, nous avons vu quelques varans entre la mangrove et la forêt. Nous avons aussi vu deux éléphants, attachés et devant aider les bûcherons à déplacer des troncs d'arbres fraîchement coupés, ça fait mal au cœur pour eux. Le temps d'une journée nous sommes partis à bord d'un longtail rien que pour nous faire du snorkeling et découvrir les toutes petites îles aux alentours de Yao Noi. Le capitaine porte le maillot du Real Madrid, il nous titille! On en rigole tout de même, c'est de bonne guerre. Nous avons droit à un superbe temps et de superbes spots de snorkeling entre les coraux, et de décors de carte postale. Le tout agrémenté de fous rires. Julien qui confond une tortue avec une énorme méduse, puis qui se fait «mordre» par un poisson et suivre par tout le banc pendant qu'il essaie de s'en «échapper» en faisant des ronds dans l'eau, Jeremy et moi essayant de ne pas nous noyer de rire. Jeremy qui se fait «charger» par un petit poisson parce qu'il s'est approché trop près de l'anémone où se trouvent les œufs, ou qui se fait pincer par un crabe. Mis à part ça, on rôti à vue d'oeil malgré la crème solaire. A la fin de cette belle journée, c'est tous aux abris des rayons de soleil, et tartinade d'aloe vera pour calmer le tout. Les soirées se composent généralement d'une partie de cartes, Jeremy nous a appris le Kamoul et c'est pas mal du tout! Puis billard ou fléchettes dans un des bars de l'île. Le dernier soir nous sommes rejoints par deux français qui séjournent aux mêmes bungalows que nous. Cette dernière escapade dans le sud de la Thaïlande était un régal et de partager avec un ami proche c'est la cerise sur le gâteau! Nous sommes partis ce dimanche matin en speed boat jusqu'à Phuket. Notre hôte nous a fait un câlin en guise d'au revoir, d'une extrême gentillesse. De là nous avons pris l'avion jusqu'à Bangkok. A l'heure où j'écris ce post nous sommes Julien et moi dans un bus de nuit en direction de Sukhothai, dans le centre de la Thaïlande. Je vous en dirai plus dans un prochain post :) des bisous


10

Hola! Nous sommes arrivés hier à Sukhothaï, première capitale du royaume de Siam, et classée au patrimoine mondiale de l'Unesco. Nous avons pris un bus de nuit depuis Bangkok, 8h de trajet et arrivée prévue à 5:40. On arrive à dormir quelques heures par ci par là, puis vers 2:00 les lumières se rallument dans le bus et des arrêts sont annoncés toutes les trente minutes. Nous parvenons tant bien que mal à nous rendormir, quand on nous réveille à coup de cris «Sukhothaï!» pour nous annoncer l'arrivée. Il est à peine 4 heures du matin. Notre guesthouse est à quelques kilomètres de la gare routière où nous sommes, nous et d'autres voyageurs, tous visiblement encore dans les vapes. Nous prenons un tuk-tuk et arrivons à la guesthouse vers 4:30. Nous avions prévu de prendre la chambre le «jour» suivant en patientant un peu la matinée, mais vu l'heure pas si avancée que ça et le peu que nous avons dormi, nous prenons la chambre, une bonne douche (ça fait 15 heures qu'on voyage) et au dodo! Lorsque nous nous réveillons ça va beaucoup mieux, nous décidons de visiter a pied pour le reste de la journée. La ville est composée d'une route principale très fréquentée, mais dès qu'on s'en éloigne, les rues sont d'un calme étonnant! C'est hyper paisible comme ville. Peu de thaï parlent anglais ici, alors le langage commun est le sourire. Certains nous souhaitent une bonne journée juste parce que nous nous croisons, bref, des attentions simples et humaines mais tellement agréables. Nous allons entre les temples, les ruelles, l'école, le marché qui est fermé.

Aujourd'hui balade à vélo entre les rizières et fermes autour de Sukhothaï. Mais d'abord, nous nous arrêtons au marché. Des légumes, fruits, poissons, viande, grenouilles, oeufs roses, nouilles roses (goutées, pas mauvais), desserts, vêtements, il y a de tout. Les œufs deviennent roses après une conservation de plusieurs mois dans un mélange de terre, je n'ai pas tout compris. À l'intérieur, le jaune est plutôt marron gris et le blanc est devenu une sorte de gélatine. On nous propose de goûter mais l'odeur nous stoppe direct. Par contre nous goutons à un dessert cuit dans une feuille de banane. Je ne pourrai me rappeler du nom, mais c'est un petit lingot de riz gluant à la coco et au concombre, un peu étrange pour nous mais pas mauvais. Nous repartons ensuite direction la campagne. Les rizières donnent un décor incroyable, d'un vert qu'on croirait retouché tellement il est saturé. Nous passons par une distillerie de whisky fait à partir de riz. Ça fermente de partout dans les gros bidons! Nous avons le droit de goûter, ça ressemble un peu à du saké. Nous passons aussi devant un élevage de coqs de combat. Pas fans de tout ce qui ne fait pas du bien à nos amis les animaux, mais on apprend tout de même. Il y a là une bonne cinquantaine de coqs. Les dresseurs les nettoient soigneusement. Un coq s'achète environ 50.000 bahts (plus de 1300€). Il est entraîné pendant environ 3 ans avant d'être prêt, et peut rapporte dans les 1000 bahts (26€) au début. En vieillissant et plus le nombre de victoires est grand, certains remportent plus de 100.000 bahts. Un des dresseurs me fait signe de m'approcher, je pense que c'est pour une photo mais en fait il veut me refourguer son coq dans les bras, je fais un demi tour direct. Mais il me rempoigne le bras et finalement ce sera une photo. Nous repartons ensuite. Toujours entre rizières, petites maisons. Nouveau stop à une plantation de tabac, ce ne sont encore que de toutes petites pousses. Nous nous arrêtons pour déjeuner, et sur la route du retour Julien aperçoit un grand varan, qui file trop vite pour que je puisse le voir. Après 35km de vélo sous plus de 30 degrés, nous rentrons.

Différents curry
Fleur de bananier, qui se mange
L'espèce de riz gluant coco concombre
L'oeuf rose à l'intérieur

Ce soir nous sommes partis faire un tour au marché de nuit, assez peu animé la semaine mais à faire tout de même. On y trouve principalement de la street food, et quelques stands de fruits et légumes. J'ai envie de pitaya en ce moment, aussi appelé le fruit du dragon, certains auront peut-être déjà goûté, mais on n'en trouve rarement, et ce soir enfin j'en trouve! Trop bon!

Pitaya
11

Mercredi 7 Novembre

Aujourd'hui direction le fameux centre historique de Sukhothaï, voir ce qu'il reste des fameuses ruines du royaume de Siam. Nous n'y allons volontairement pas de bonne heure, pour y être encore lors du coucher de soleil. Lorsque nous y arrivons, nous louons des vélos, à pied ça nous prendrait bien deux jours de tout faire, et ça nous permettra d'avoir un peu d'air en avançant. Le parc historique est divisé en trois zones. Celle du centre qui reste très bien conservée et entretenue et parfois même rénovée par endroit, est la plus imposante. Celle du nord, petite mais abritant un grand Bouddha. Celle de l'Ouest, qui selon certains guides ne vaut pas grand chose, mais qui a été ma préférée. Cette partie se trouve en fait en pleine nature, sans délimitations, au beau milieu d'une végétation sauvage. Pour la plupart il s'agit de ruines, mais d'autres sont encore en bon état, au milieu des arbres, vraiment authentique. Nous avons commencé par la zone centrale, et on vous laisse avec ces images de la journée.

Puis celles de la partie ouest.

Et pour finir, nous sommes retournés à la partie centrale pour le coucher de soleil, et ça en valait bien la peine. Ça a vraiment été une journée au top, on gardera toujours ces images dans un coins de nos têtes.

12

Bonjour à tous, désolé pour le retard, il y a eu un bug avec l'application. Cela fait plusieurs jours que nous sommes dans la ville de Chiang Mai. C'est la deuxième ville de Thaïlande mais c'est très très différent de Bangkok. En fait, c'est une toute autre échelle, ça grouille beaucoup moins, et on ne retrouve pas ces grands gratte-ciel de Bangkok. Nous sommes dans une guesthouse située à l'intérieur des anciens remparts de la ville. En dehors des rues principales qui sont à taille humaine, nous nous perdons dans les petites ruelles d'un calme déconcertant pour la deuxième ville du pays. Au programme de ces quelques premiers jours ici, découverte de la ville à pied. Nous parcourons le marché de nuit, idéal pour manger un bout, il y a des stands pour tous les goûts. Le bazar de nuit est également très impressionnant, ça fourmille d'étalages, de musique les unes plus fort que les autres, les stands débordent sur la rue . On peut y trouver de tout, mais nous ne faisons que regarder. Un autre jour, nous avons opté pour le cours de cuisine thaï. Nous avons choisi de le faire dans une ferme écologique, un peu à l'extérieur de la ville. C'est Lay, qui sera notre chef! Elle est très très rigolote et parle très bien anglais. Après la visite du marché où Lay nous explique les quelques produits de base nécessaires pour le cours d'aujourd'hui, nous arrivons à la ferme. Elle nous amène faire une visite du potager, où elle nous fait découvrir les produits frais. Vient ensuite l'étape de la cuisine où nous apprenons à faire des rouleaux de printemps, le fameux pad thaï, du curry, et la soupe au poulet coco. On rigole bien on apprend bien, et on a ensuite le droit de déguster nos propres mets. C'est délicieux je ne savais pas que je cuisinais si bien! Voilà encore une option de business à mon retour! Par contre, ils mettent du sucre dans tous les plats, donc c'est riche en calories malgré ce qu'on pourrait penser. Après avoir mangé tout ça, on est bien remplis. Un autre jour, nous partons à la visite du centre historique de Chiang Mai. Les temples, très anciens mais très bien conservés, sont magnifiques . Je vous laisse voir de vos propres yeux. En revenant de cette visite, nous tombons sur une répétition de spectacle qui sera donné à l'occasion du festival Yi Peng, la fête des lanternes, qui aura lieu dans quelques jours. Les thaï jouent du tambour en même temps qu'ils dansent c'est assez incroyable. Avant cet incroyable festival que noys avons hâte de voir, nous partons demain pour un trek de deux nuits et trois jours dans la jungle, je ne vous en dis pas plus :)

Edit: désolée, pas moyen de mettre des photos...dès que le problème sera résolu je rajouterai les photos

13

Départ pour trois jours de trek dans la jungle, à une heure de route au nord de Chiang Mai! Nous avons super hâte de repartir en trek, même quelques jours, et de découvrir les paysages ruraux du nord de la Thaïlande. En route, nous nous arrêtons au marché pour faire les courses du repas du soir. Nous voulions au départ faire ce trek en autonomie, mais sur plusieurs avis nous avons finalement opté pour un guide. Les chemins ne sont pas balisés, et n'apparaissent même pas sur notre carte, il n'y a quasiment pas de logements. Trek nature donc, nous sommes une dizaine le premier jour, puis les jours suivants nous ne devrions plus être que tous les deux avec notre guide thaï, qui se fait appeler John. Nous n'avons pas de petits sacs à dos, nous en avons juste pris un des nôtres pour nous deux, on se relaiera. Nous n'avons finalement que 7km de marché pour cette première journée. Humidité maximale, on ruisselle rapidement, et encore il fait nuageux, on ne se plaint pas. John nous fait découvrir la flore locale, on goûte à des fruits, des plantes, pas toujours très goutu mais ce sont de nouvelles saveur. Il nous confectionné des chapeaux à base de grandes feuilles, on ressemble à Peter Pan ! Les paysages sont sublimes, nous passons au milieu de différents champs, salades, clémentines, maïs, rizières. Nous arrivons au village pour cette nuit juste au moment où la pluie commence à tomber. Notre logement pour ce soir sera une cabane en bambou avec matelas au sol et moustiquaire. Ici pas d'électricité, et pas de touristes à part nous, c'est le seul hébergement qu'il y a. On espère partager un peu avec les gens du village, mais avec la pluie ils sont aux abonnés absents, et on ne veut pas être intrusifs non plus. Le repas se cuisine au feu de bois, et puis on se rejoint tous dans la cabane/cuisine autour du feu, à même le sol. C'est hyper cool comme ambiance, quelques bières, jeux de réflexion et jeux de cartes, on passe vraiment une bonne soirée. On rigole bien aussi avec le cuisinier, il est sourd muet et est d'une joie de vivre incroyable, il rigole tout le temps! Nous avons bien sympathisé avec un couple de bretons, Émeline et Christophe. Ils ont prévu de faire une seule nuit sur ce trek, mais songent peut être à nous accompagner pour la deuxième nuit et troisième jour. Il est l'heure d'aller au lit, pour une nuit plutôt courte. Le matelas est très fin et on sent le sol, ça passe encore. Ce sont tous les coqs du village qui viennent nous réveiller vers 3h30 du matin, pendant ce qui m'a paru une éternité, dur de retrouver le sommeil après. Mais au réveil, la vue nous fait vite oublier tout ça, un bon petit dej et c'est reparti pour le trek. John nous dit que ça monte un peu puis que c'est du plat. Ça me rappelle les "plats népalais", en gros une succession de montées et descentes. À mi chemin nous nous arrêtons à une cascade et presque tout le monde en profite pour se rafraîchir, ça oui elle est fraîche. Quelques sauts dans la cascade plus tard, nous mangeons notre riz, soigneusement emballé dans une feuille de bananier. Encore deux heures de marche à travers cette jungle, où Ju se fait légèrement piquer par une guêpe dont je viens de marcher sur la ruche sans le savoir, plus de peur que de mal. C'est la fin du voyage pour la plupart du groupe, nos amis bretons ont décidé de rester pour cette deuxième nuit et ça nous fait bien plaisir de pouvoir continuer un bout d'aventure avec eux! Nous arrivons donc tous les quatre dans un sanctuaire d'éléphants pour y passer la nuit. Celui-ci compte trois éléphants, deux femelles et un mâle. Il y a de plus en plus de sanctuaires d'éléphants rescapés du dressage, balades à dos d'éléphants, travail dans la forêt avec les bûcherons etc. Ici ils sont presque libres. Ils ne peuvent malheureusement pas être remis en liberté pour la plupart, n'ayant connu qu'une vie au contact humain. Nous leurs donnons quelques morceaux de bananiers pour leur plus grand plaisir. C'est impressionnant de se retrouver face à ces géants. Ici nous avons chacun un bungalow, beaucoup plus confort que ce qu'on s'imaginait. Pendant que J'y de douche, je pars me promener. J'arrive pile à temps pour le dîner des cochons. Une femme prépare leur bouillie pendant que tous les cochons crient, c'est très strident! Une fois la bouillie servie, on n'entend plus rien, les gloutons ! Le soir nous faisons d'autres parties de cartes et jeux de réflexion, puis dodo en attendant avec impatience notre deuxième jour au contact des éléphants, dans le respect de ceux ci. Après une bonne nuit et notre petit déjeuner, c'est atelier préparation des snacks pour les éléphants. Nous enfilons des tenues locales, nous comprendrons plus tard que c'est sans doute pour éviter d'avoir les nôtres pleines de morve d'éléphant! Nous coupons à la machette des morceaux de canne à sucre, et de bananier, plus facile à dire qu'à faire! Après avoir rempli trois ou quatre paniers, direction au bout du champ où nous rejoignent les éléphants pour leur goûter qui a l'air de les régaler. On se sent minuscule face à eux, et intimidés lorsque qu'ils nous fixent du regard. Je suis peu rassurée tout de même quand je me retrouve entre eux deux, trompes barrées devant moi car ils pensent que j'ai encore à manger pour eux. Ensuite, nous allons nous rafraîchir dans un petit lac, l'éléphant nous invite à le rejoindre avec un gros pipi et quelques bouses dans l'eau, sympa comme accueil mais on y va quand-même ! Après quelques minutes à jouer dans l'eau, je suis prise en guet happen et je me fais arroser, tandis que les trois ressortis de l'eau rigolent bien du spectacle. Mais pas si vite, ils auront droit à leur douche express aussi! Un drôle de moment qu'on n'est pas prêts d'oublier. Ce bon moment achève notre séjour avec les pachydermes, il est temps de leur dire au revoir et de partir pour l'étape du bambou rafting. Nous prenons place sur un long radeau en bambou pour descendre un bout de rivière. Un moment de calme et de sérénité pour terminer ces trois jours dans la jungle. Les garçons se sont essayés au poste de capitaine du radeau, pas d'incident à déplorer donc ils ont géré ! C'était une superbe expérience hyper nature qui nous a vraiment fait du bien, et nous a permis de faire une belle rencontre. Le soir nous sommes de retour à Chiang Mai, et refermons cette parenthèse magique avec un dernier repas et quelques verres en ville avec nos amis bretons. Nous resterons finalement pour des questions pratiques encore quelques jours à Chiang Mai, on a encore beaucoup à y découvrir, on vous partagera tous cela. Des bisous

14

Retour sur la journée d'hier. Nous avons encore pas mal de choses à faire et à voir à Chiang Mai et aux alentours. Ju a vu qu'il y a une superbe cascade à l'extérieur de la ville, ça sera donc notre programme du jour. Après avoir demandé à un taxi et un tuk tuk leur tarif, nous optons finalement pour la location d'un scooter pour la journée, bien plus économique et surtout ça nous offre la liberté d'aller où on veut et d'y rester autant qu'on veut. Nous n'en prenons qu'un seul pour nous deux, je pilote et Ju copilote, ça nous évitera de nous arrêter toutes les 5 minutes pour regarder quelle direction prendre. Conduire ici c'est clairement différent que dans les îles tranquilles du Sud, mais en fait je m'y fais. Ça peut sembler chaotique, mais la conduite est beaucoup plus respectueuse que chez nous. Le klaxon par exemple sert uniquement à avertir gentiment véhicules ou piétons que nous sommes là afin de faire attention, et non pas pour râler après le conducteur qui ne conduit pas bien selon nous (soyons honnêtes, on a tous fait ça). Sur les voies rapides, une voie est spécialement dédiée aux deux roues, c'est aussi rassurant. Et puis j'ai un bon copilote, donc on arrive facilement à destination, de nouveau dans un environnement plus sauvage. Après un stop dans une guinguette, nous découvrons qu'il ne s'agit en fait pas d'une cascade mais de dix cascades dans ce parc naturel. Au fur et à mesure que l'on remonte la rivière, les cascades se succèdent, on est vraiment surpris car on ne s'attendait pas à en voir autant! C'est le week-end et beaucoup de familles thaï sont venues aussi pour profiter de la fraîcheur de l'eau. Il nous faut une grosse demi heure pour arriver à la dixième cascade, située la plus en hauteur, et l'envie de nous baigner est irrépressible. Le temps de se changer et de mettre les t-shirt à sécher au soleil et nous voilà dans l'eau, le sourire aux lèvres. Il en faut peu et on se rend compte que les plaisirs simples suffisent finalement. On observe autour de nous, on profite du moment présent. Et puis un jeune homme reconnaît Julien et commence à lui parler. C'est fou comme le monde est petit! Il a fait le même trek que nous au Népal au moment où nous y étions et a reconnu Ju, alors que nous n'avons dû le croiser qu'une fois sans doute, car nous ne l'aurions pas reconnu! Après cette incroyable coïncidence, nous profitons encore de l'eau fraîche, du soleil, et puis décidons de repartir. Non loin de là se trouve le jardin botanique, nous avons encore du temps et nous décidons d'aller y faire un tour. Bien pratique d'être en scooter ! Arrivés, le jardin est en fait immense, si grand qu'on doit se déplacer en scooter ou voiture à l'intérieur. Entre ponts dans les arbres avec une vue à couper le souffle, au jardin botanique comptant quelques dizaines de serres, ça vallait vraiment la peine d'y venir! Et étonnamment, nous sommes pratiquement les seuls touristes, à croire que l'endroit est peu connu.. après cela, sur la route du retour Julien me dit de m'arrêter sur la droite, il a repéré un endroit. Au loin quelqu'un nous indique la route à suivre pour se garer, on est super bien accueillis. Et c'est vraiment suuuper cool! Bar local avec des paillassons et tables basses au bord de la rivière, les enfants qui jouent dans l'eau, encore une fois l'endroit semble inconnu du tourisme. Un bon spot pour prendre une bière ! Et d'une gentillesse ! Pour exemple, nous n'avions plus de cigarettes (oui oui pas bien de fumer) et on a juste demandé au serveur où on pouvait en trouver pour après. Il nous a demandé celles qu'on fumait et est parti nous en acheter de lui même, dix minutes plus tard il était là, tout souriant et sans rien attendre en retour, en nous rendant la monnaie, qu'on lui a prié de garder. La nuit tombe doucement et ils commencent à ranger pour la fermeture, mais ils insistent pour que nous prenions le temps que nous voulons. On ne traine pas non plus, on ne veut pas abuser de leur extrême gentillesse. Juste avant de partir, nous voyons un serpent remonter la rivière, sympa la baignade! Cette journée au top se termine donc sur note plus que positive, on s'est régalé ! Bisous

15

Le blog reprend du service tout est rentré dans l'ordre! Du coup ce sera un résumé de ces derniers jours. Cette ville dégage quelque chose de particulier, une atmosphère, j'aime beaucoup, le rythme aussi. On déambule dans et hors de la ville. Un soir nous rencontrons dans un bar proche de chez nous un groupe de voyageurs logeant tous dans une autre guesthouse. Ce petit groupe deviendra notre famille amicale durant nos derniers jours à Chiang Mai, des gens extras. Nous ne dormions pas dans la même auberge qu'eux et pourtant nous y passions tous les jours, le gérant et la réceptionniste sont des amours aussi, nous ont offert le repas et ont toujours refusé que nous participions financièrement. Nous avons fabriqué avec eux les kratong, bougies flottantes que nous avons ensuite mises à l'eau à la rivière. Ils nous ont emmené au festival des lanternes, moment magique. En photo on ne réalise pas bien mais ce sont des milliers de lanternes qui prennent leur envol pendant deux nuits affiliées, accompagnées de feux d'artifices, de parades. Ça valait vraiment la peine de prolonger notre séjour pour cet événement si spécial. Nous devions partir pour le Laos le 24, mais ils organisaient un barbecue coucher de soleil sur la terrasse de l'auberge et c'était le dernier jour à Chiang Mai pour la plupart de nos amis, donc nous sommes restés un jour de plus. C'était moins touristique et visites mais humainement un gros coup de coeur pour ces rencontres. Finalement après beaucoup de retour, nous irons à Paï, au Nord-est de Chiang Mai, pour quelques jours, il paraît que c'est très nature. Bisous à tous et merci pour vos messages qui m'ont fait très plaisir, je me rappellerai toujours de la chance que j'ai eu d'avoir eu mes 28 ans pendant la fête des lanternes.

16

Lundi 26 Novembre

Sawat di kha! Bien arrivés à Pai (prononcer «paille») hier en fin d'après midi, après presque quatre heures de route dont la majeure partie ressemblait à une montagne russe, virages pris à fond par le chauffeur et pneus qui crissent. De quoi donner mal au cœur à Julien. Pai est une petite ville de moins de 3000 habitants, au nord ouest de Chiang Mai. Ici c'est très nature et ça fait du bien de la retrouver. Il y a une rue principale avec tout plein de restaurants, auberges de jeunesse, bars, on a décidé de s'en éloigner pour quelque chose de plus reposant. Nous sommes donc chez Tony's guesthouse, vue sur les montagnes. La nuit a été fraîche, le climat est moins chaud et surtout moins humide que ce que nous avons connu jusqu'à présent en Thaïlande. J'ai eu froid cette nuit et pour vous dire, au moment où je vous écris il fait 23 degrés et on a tous les deux sorti le pull! Comme quoi on s'habitue vite à la chaleur, et maintenant je comprends les thaï qui nous disaient que la saison froide arrivait! Après cette bonne nuit bercée des cris de geckos (oui oui ça fait du bruit ces petites bêtes), et nos vêtements déposés à la laverie, nous louons un scooter pour deux jours, et après le petit déjeuner c'est parti direction une des cascades de Pai, Pembok. Nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée, nous profitons tout de même du moment et d'un petit plouf rafraichissant. Ensuite, nous reprenons la route et nous arrêtons au pont en bambou, Boon Koh Ku So. Il mesure 800 mètres de long et traverse les rizières, les paysans sont à la récolte. On en prend plein la vue. Au bout du pont, un petit temple bouddhiste. Un thé glacé thaï en face de ce panorama et puis nous repartons. Sur le chemin, il y a la faille de Pai, faille qui date de 2008 et qui ne cesse de s'élargir au fil des ans. Un agriculteur bio nous propose même un thé glacé à la fleur d'hibiscus dite Roselle, la boisson s'appelle Nam Kra-jieb ici, c'est super bon! Finalement, on file direction le canyon pour admirer le coucher de soleil. Arrivés au canyon, il y a énormément de scooters comme on s'en doutait. Il faut grimper un peu pour avoir une vue à 360 degrés, puis se faufiler par les petits chemins poussiéreux du canyon, en faisant bien attention à ne pas glisser, pour trouver un spot tranquille. Le soleil se couche et les rayons traversent les nuages pour toucher la vallée, c'est vraiment beau et apaisant, le tout avec une petite bière à partager 🍻. Puis ce soir direction la rue piétonne de Pai pour un peu de street food, où nous croisons plusieurs personnes que nous avions rencontrées à Chiang Mai.

17

Mardi 27 novembre

Pour cette deuxième nuit plutôt froide (ça fait bizarre de dormir en pantalon et polaire), réveil matinal pour voir le lever du soleil sur la vallée. Il fait 16 degrés, les nuages s'engouffrent dans la vallée en même temps que le jour se lève. La journée commence bien. Bon ok, on s'est rendormi un peu après ce beau spectacle. Ensuite, c'est direction Ban Santichon, petit village chinois à quelques kilomètres de Pai. C'est en fait un petit hameau, peu fréquenté des occidentaux mais où les chinois sont nombreux à venir. Julien voudrait prendre un thé, nous demandons dans une petite boutique et la femme nous invite à nous asseoir. En fait, elle nous fait une petite dégustation de différents thés, l'expérience est top! On lui en achète un et puis on continue notre ballade. Après ce petit village atypique, nous continuons vers une cascade, où nous restons un petit moment pour observer, profiter simplement de la nature qui nous entoure. Ensuite, toujours à scooter, nous allons de l'autre côté de la rivière Pai à la recherche de la forêt dite des pierres...que nous ne trouverons jamais! C'était mon idée évidemment. Le sentier y menant semble avoir été englouti par la végétation, tant pis! Nous continuons vers le grand buddha, statue blanche immense de Buddha, perché sur la vallée au bout d'une succession de quelques 300 marches. Le tout en plein soleil, et avec ma serviette sur les épaules par respect (je ressemble à Batman), arrivés là haut on a bien chaud. La statue est imposante et regarde en direction de l'Ouest, où le soleil commence à descendre. On a encore une fois une superbe vue. Pour le coucher de soleil ce soir, Ju a repéré des pancartes d'un bar caché, le long de la route, nous décidons de les suivre et de voir où elles nous mènent. Non loin de là où nous étions, nous arrivons à destination: une petite paillote au milieu des champs, l'endroit est parfait et très peu fréquenté. Ce coucher de soleil est encore plus beau et plus apaisant que celui que nous avons vu hier au canyon. A la nuit presque tombée, nous rejoignons le centre de Pai où nous rendons le scooter loué pour ces deux jours. Puis on arpente la rue entre les différents stands d'artisans, boutiques au style hippie, street food, et grignotons quelques mets locaux. Nous croisons pas mal de personnes que nous avions croisées à Chiang Mai, c'est fou! Nous retrouvons ensuite Mario, un espagnol habitant la ville juste à côté de la nôtre en espagne, que nous avions aussi connu à Chiang Mai. Ses amis de Pai nous rejoignent, dont Marta une barcelonaise, et Edgar un valencien, décidément ça parle espagnol ce soir! Le temps de quelques verres autour de jeux de réflexion, et de parties de billard, et nous rentrons à pied jusqu'à notre guesthouse pour la dernière nuit à Pai. Le séjour a été court mais vraiment beau.


Ce matin (mercredi 28), nous sommes repartis sur Chiang Mai pour y passer la dernière nuit, demain nous partons direction le Laos. Nous sommes pour cette nuit de nouveau dans l'auberge de jeunesse, mais tout le monde est partie c'est une toute autre ambiance. Je profite d'un dernier coucher de soleil depuis leur rooftop, pendant que Ju part faire un dernier match de foot ici! Des bisous