Carnet de voyage

La Malaisie

10 étapes
41 commentaires
5 abonnés
Dernière étape postée il y a 55 jours
Janvier 2019
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 29 janvier 2019

Samedi 26

Hello pour ce premier post de la Malaisie ! Et le séjour à failli être retardé  d'un jour, parce qu'on n'est pas passé loin de louper  notre avion de  Ho Chi Minh à Kuala Lumpur. Quatre mois après le départ, on va y retrouver nos parents pour deux semaines, le top!! Après être arrivés en avance à l'aéroport, déposé nos bagages et récupéré nos billets, il faut faire la queue pendant 30 minutes pour passer la douane et avoir le tampon de sortie. Pour les français, il faut un visa pour 30 jours au Vietnam. Nous avions fait le visa en ligne ou E-Visa avant notre arrivée, l'avions présenté au douanier à l'arrivée à Hanoï sur papier imprimé. Il nous avait alors tamponné le passeport de la date d'arrivée et la date limite du séjour sur le territoire. Dans quasiment tous les guesthouses et hostels au Vietnam, ils nous demandent le passeport lors du check-in et ils le conservent durant toute la durée du séjour (hyper facile de l'oublier au départ donc..). Nous avions bien récupéré nos passeports, mais le papier que nous avions imprimé du E-Visa se trouvant dans nos passeports ne nous a pas été rendu. Ok, c'est de notre faute on aurait du vérifier, on n'aurait pas pensé qu'il le fallait aussi pour la sortie étant donné que c'était tamponné sur le passeport. Sauf qu'après la demi-heure de queue, Julien passe devant le douanier, lui donne son passeport, et ce dernier lui demande son papier E-Visa. Voilà vous avez compris, on se fait donc gentiment refouler et on ne peut pas avoir le tampon de sortie et accéder à notre porte d'embarquement sans ce papier. Il faut donc qu'on le retrouve dans nos documents sur nos téléphones. Après quelques minutes Julien a le sien, pour moi c'est la galère et la panique, je l'ai sur mon Drive, mais pas de wifi ni de données pour y accéder. Après quelques essais infructueux, Julien retente sa chance, je sors de la file pour aller trouver un réseau wifi, c'est ma seule chance. J'y parviens, récupère le document, et me dirige vers un agent de l'aéroport à qui j'explique mon cas: il est 9h, notre embarquement a commencé à 8h50, le vol décolle à 9h35. Je n'ai pas le temps de refaire la queue pour l'immigration et lui demande si je peux doubler (je déteste ça, mais pas le choix). Là, le gentil monsieur me répond que je dois faire la queue comme tout le monde. J'essaie toutes les techniques, il reste inflexible. Ok, je vais dans la file, et je demande à chaque personne devant moi, une par une, si je peux les doubler. Les minutes passent et l'angoisse monte. 9h05, 9h10, ils me laissent passer, heureusement. J'arrive à un autre guichet que celui où on a été refoulés, je présente passeport et téléphone avec le document numérique. Et là l'officier regarde mon téléphone, et me lance un regard du style "c'est pourquoi le téléphone ?". Je lui dis "E-Visa" avec un grand sourire, il ne me répond même pas, ne regarde même pas le E-Visa, ne me pose aucune question, et tamponne la date de sortie sur mon passeport. J'hallucine, mais pas le temps de réfléchir, car je dois passer le contrôle de sécurité maintenant. 9h15. Ça se passe assez rapidement en fait et je n'ai pas besoin de demander à doubler. J'arrive finalement à la porte d'embarquement, où celui-ci n'a pas commencé, ouf. Ju est là et il me dit que l'officier, une femme donc différente de celui que j'ai eu, n'a pas demandé son E-Visa non plus. Donc même si c'est totalement de notre faute d'avoir merdé ce coup là, on est quand-même tombés sur le relou de service la première fois. Je voyais déjà nos parents arriver à Kuala Lumpur et apprendre que nous avons loupé notre vol. Enfin bref, leçon numéro 7, ne jamais négliger ce qu'on pense être des détails. Tout va bien qui finit bien. L'arrivée à Kuala Lumpur se passe bien et tout est très rapide, en 30 minutes on a passé l'immigration et récupéré nos valises. Les parents arrivent une heure après, et c'est vraiment cool de se retrouver après si longtemps, pour de nouvelles aventures et découvertes à quatre, à différents endroits en Malaisie!

Les deux premières premières nuits auront lieu à Kuala Lumpur. On arrive à l'hôtel vers 16 heures. Avec Ju ça nous fait drôle car c'est beaucoup plus grand et classe que les hostels et guesthouses dont on a l'habitude depuis quatre mois. Le ciel est très couvert et on ne voit pas grand chose. Après s'être installés et papoté, on part faire quelques courses pour le soir, repas wine&cheese d'importation espagnole! Merci papa & maman 😁😄! On passe donc une très bonne première soirée, on discute, on rigole beaucoup, on raconte des anecdotes de voyage, on joue aux cartes, et sur cette bonne note on va se coucher!

Ca se prépare pour le nouvel an chinois
Ca se prépare pour le nouvel an chinois
L'apprenti 😂
L'apprenti 😂

Dimanche 27

Ce matin réveil de bonne humeur, on a bien dormi et les parents plutôt bien malgré le jetlag, car ici il y a 8h de plus qu'en France. Après un bon petit déjeuner pour tenir longtemps, nous allons à la gare routière pour acheter nos billets de bus pour une autre destination le lundi. On s'y rend avec un Grab, c'est l'équivalent de Uber en Asie, et il y en a partout. Ici contrairement aux pays précédents, les scooters et motos sont très rares. D'une part car il y a moins de congestion, et d'une autre on apprend par un chauffeur que c'est aussi pour une raison religieuse. Ici la majorité de la population est musulmane. Il nous explique que les femmes ne peuvent pas monter à l'arrière d'un scooter si l'homme qui conduit n'est pas son mari. La vie ici est aussi plus disciplinée et respectueuse, plus calme, pas de vacarme constant dans les rues, mais aussi plus stricte : vente d'alcool restreinte, interdiction d'importer certains aliments (bye bye le jamón de bellota 😂), interdiction de fumer hors zones fumeurs spécialement indiquées dans la rue. On s'en accommodera, le principal c'est qu'on soit ensemble et qu'on s'amuse ! Après avoir pris nos billets de bus pour lundi, on reprend un Grab direction les grottes de Batu. Il s'agit d'un ensemble de grottes à quelques kilomètres au nord de Kuala Lumpur, dont certaines ont été aménagées en temples hindous. C'est d'ailleurs le plus grand sanctuaire hindou hors de l'Inde, on ne s'attendait pas à quelque chose d'aussi grand. Et comme c'est dimanche, l'endroit est plein à craquer, on est vraiment en immersion ! Il y a des stands de nourriture, de vêtements, de souvenirs, d'offrandes à acheter pour les amener dans les temples, les locaux sont habillés en tenue traditionnelle, on voyage vraiment ! On explore un premier temple sur deux étages, aux multiples couleurs, c'est très jovial. Et puis il y a ces escaliers colorés qui mènent aux grottes, qui comptent apparemment plus de 250 marches. La chaleur est très intense, mais on va jusqu'au bout. On croise beaucoup de monde, et aussi des singes (je me méfie bien de ceux-là), des poules,des coqs, des écureuils. Les grottes sont immenses et nous donnent un peu de fraîcheur, les temples à l'intérieur sont tout aussi colorés que le premier au bas des escaliers, et les gens continuent de défiler pour prier, rendre hommage et déposer des offrandes à leurs divinités. Nous redescendons et décidons de rentrer en train, puisqu'il y a beaucoup trop de traffic par la route. Pour aller jusqu'à la gare, nous traversons un marché local, avec encore de la nourriture, des souvenirs, objets en tout genre, vêtements, musique à fond. L'expérience du train est convainquante, en une vingtaine de minutes nous regagnons le centre de Kuala Lumpur. Il existe des wagons réservés uniquement aux femmes, pour une question religieuse encore, mais qui pourrait pourquoi pas s'appliquer dans nos pays aussi, les transports en commun pouvant malheureusement être parfois désagréables ou pouvant mettre mal à l'aise les femmes dans certaines situations.

Nous voulons aller nous promener au jardin botanique mais avant, trouver un endroit pour manger, il est 16h30 et nous n'avons rien mangé depuis ce matin. Et là ça se complique. Là où nous sommes, à priori le centre, n'est pas du tout optimisé pour les piétons, je me demande même si les gens se déplacent à pied ici. Nous devons trouver notre chemin entre les buildings géants et les routes à trois voies, c'est un labyrinthe géant ! Alors à 17h passées, on décide finalement de retourner manger vers l'hôtel où il y a de nombreux points de restauration, et de faire le parc et jardin botanique une autre fois. Après quelques minutes de taxi, on de retrouve dans le quartier de l'hôtel et on mange enfin un bout. Et en prime on a la finale de l'Open d'Australie en direct (pauvre Nadal...). Ensuite on regagné l'hôtel, pas mal lessivés car on a beaucoup marché aujourd'hui, et on va faire un plouf dans la piscine...sur le rooftop! On a une vue panoramique sur Kuala Lumpur, totalement inédit, c'est la première fois qu'on se baigne dans une piscine si haut perchée et avec une telle vue ! Puis la soirée continue sur cette vue alors que la nuit tombe, en jouant au Yams (j'ai perdu et de loin), au baby foot et au ping pong. Pour terminer, on teste un jeu sur téléphone qui s'appelle Head's Up, et qui apparemment fait sensation ! Il faut faire deviner des célébrités, animaux, chansons, mots et autres selon des thèmes, et c'est franchement super drôle ! Surtout que lorsque l'on joue, ça filme en même temps et on part en fou rire en voyant les réaction et mimes de certains 😂 une bonne première journée bien remplie qui se termine en grosses rigolades!

2
2
Publié le 30 janvier 2019

Lundi 28 Janvier

Bonjour à tous.

Départ à 11 h en bus de KL pour Lumut, arrivée 16h.

« Pekin Express »

Nous avons revécu cette célèbre émission, non pas pour trouver une voiture de Lumut à Pangkor mais pour trouver un bateau. Aussitôt descendu du bus en provenance de KL, notre célèbre Denis est parti à toute allure vers l’office du tourisme pendant que nous suivions de loin avec les valises. Après 2 minutes Denis est ressorti toujours en courant vers l’embarcadère, nous indiquant de loin que le bateau partait dans 3/4 d’heure et que nous pouvions nous installer pour manger un morceau. Puis Denis est réapparu nous disant que le bateau partait dans 10 minutes...Après avoir acheté les billets non sans mal, nous embarquons tous pour 1/2 de traversée direction Pangkor. Arrivé sur l’île 10 minutes de taxi pour rejoindre notre guesthouse. Puis repartons rapidement pour dîner, notre dernier repas ayant été le petit déjeuner le matin à Capri KL.

Nous nous installons chez Daddy’s café, petit restaurant en bord de plage. Premier coucher de soleil sur le détroit de Malacca. Soirée superbe, magnifique et reposante. Nous rigolons bien et profitons de ces bons moments de famille retrouvée. Retour chez nous, bain à la piscine avant de nous endormir heureux. Demain, journée cool à la plage...

PS: saurez-vous dire qui est Denis et qui a écrit cette étape ?

Un petit café avant le départ
Un petit café avant le départ
Denis c'est lui pour rappel
Denis c'est lui pour rappel
Les taxis roses de Pangkor
Les taxis roses de Pangkor
Chez Daddy's cafe
Chez Daddy's cafe
3
3
Publié le 31 janvier 2019

Mardi 29 Janvier

Aujourd'hui pour la première journée à Pangkor on profite de l'endroit tout mignonnet de la guesthouse, de la plage à 5 minutes à pied. Entre baignades, jeux de dés et de cartes, donner à manger aux calaos. Je ne suis pas à l'aise avec les oiseaux (antécédents d'attaque oui oui) mais je me surprends tout de même à donner des morceaux de papaye à l'un d'eux, qui les prend d'une extrême délicatesse ! Le coucher de soleil est caché aujourd'hui aussi pas les nuages mais ça ne nous empêche pas de profiter de la vue et du calme. En effet il y a très peu de tourisme sur l'île, encore préservée et plutôt connue des locaux. Et ceux-ci viennent y passer le weekend, la semaine est donc très calme.

Voilà pour ce court résumé, c'était une journée plutôt détente et parfois ça fait aussi du bien !

Mercredi 30 Janvier

Salut à tous et à toutes ! Aujourd'hui c'est Julien qui écrit le Blog!

Ce matin nous avons pris un bon petit déjeuner. Les pancakes ont étés remplacés par du riz piquant avec du poisson enveloppé dans des feuilles. J'ai été le seul à en manger. En finissant le petit-déjeuner, un couple de calaos ( gros oiseaux qui s'apparentent au toucan) nous a réservé un bon spectacle. Le mâle tout d'abord ( avec le bec plus grand) , s'est approché de la gérante du guesthouse pour demander à manger, et s'est installé juste devant nous sur la rembarde. La gérante a sorti du pain et la femelle a rejoint le mâle. Le mâle faisait preuve d'une extrême habilité en attrapant les bouts de pain en plein vol. Ce qui nous a encore plus émerveillé, c'est que celui-ci donnait un bout de pain à la femelle chaque deux bouts de pain attrapés.

Suite à ce sublime spectacle d'amour animal, nous avons loué des scooters pour faire le tour de l'île et visiter divers endroits.

Nous avons commencé par un petit temple bouddhiste au bord de la mer. Papa a planté de l'encens et fait une petite prière devant l'autel suite à l'explication de l'un des hommes qui se trouvait là. Il y avait aussi plein de singes qui avaient l'air curieux ( surtout pour voir si on avait à manger), qui s'approchaient peu à peu du temple. Un monsieur qui s'occupe du temple a sorti un lance-pierre et ils ont déguerpi sur-le-champ rien qu'en le voyant.

Nous avons repris la route et nous sommes passés devant un petit aéroport. Il était désert et avait l'air un peu délabré mais un monsieur nous a dit qu'il n'était plus en service. Il y avait pourtant encore les scanners à bagages et divers autres équipements. La porte d'arrivée se trouvait à 5 mètres de celle de départ, pour vous donner une idée de la taille de l'aéroport. Cela dit, nous avons continué la route jusqu'à un ponton, lui aussi fermé par un grand portail de fer qui dépassait sur les deux cotés pour qu'il ne soit pas aisé de le contourner. Il y avait aussi un singe bizarre qui rôdait autour et dès que maman a ouvert son sac pour prendre de l'eau, celui-ci a couru pour voir s'il y avait un possible butin de nourriture. J'avais suivi la scène depuis le ponton car j'avais réussi à le contourner en agrippant les barres de fer aux extrémités. J'ai donc averti ma mère et tout s'est bien passé (petit coup de stress pour maman quand même). Au bout du ponton, j'ai vu des barracudas dans l'eau et je ne savais pas que c'était aussi rapide, on aurait dit des épées qui fendent l'eau.

On a continué sur une petite route étroite qui longeait la mer et avec Papa on a vu un enorme varan qui s'est faufilé dans la jungle à notre approche. Le chemin se termine à l'entrée d'un camping abandonné et on rebrousse chemin. Il y a trois touristes du moyen-Orient qui sont arrêtés au milieu et on devine qu'ils sont tombés, mais ils vont bien à part une jambe écorchée.

On reprend la route principale et celle-ci passe à travers la jungle en zigzagant devant plein de singes. On continue sur le côté est de l'île et on s'arrête boire un coup et manger sous un haut-parleur d'appel a la prière. La Malaisie est un pays musulman, mais il y a aussi l'hindouisme et le bouddhisme, et chacun cohabite dans le respect des autres. Après un bon repas nous décidons d'aller visiter un temple bouddhiste chinois tellement bien decoré qu'on dirait un parc thématique ! Il y a une mini muraille de Chine qui longe le chemin menant au sommet du temple qui nous offre une vue saisissante sur le reste du temple, le village de pêcheurs en contrebas, la mer et, pour finir, la côte est de la Malaisie où se trouve la ville de Lumut sous les nuages. Il commence à pleuvoir et nous trouvons refuge au restaurant à l'entrée du temple ou je goûte une boisson au soja sucrée pas très bonne, mais j'ai au moins gouté quelque chose de nouveau. Clara et Papa prennent une coco bien remplie. Avec Clara on mange aussi une gauffre au beurre de cacahuète et chocolat! Miam!

Après une grosse demi heure, le temps s'est enfin calmé et nous remontons sur les scoots. On va visiter un vieux fort hollandais mais c'etait pas vraiment spectaculaire. Il faisait 5 mètres sur 5, en briques et rien de plus. Ensuite on part vers la fameuse mosquée. L'extérieur est magnifique. Des hommes qui en sortent nous font signe que nous pouvons y accéder et y entrer si nous le voulons. Elle n'est pas vraiment flottante mais sur pilotis. Clara et Papa décident de la visiter de l'intérieur et doivent se vêtir d'une tenue approprié (et voile pour Clara) pour pouvoir y accéder. Maman et moi on reste à l'entrée et on discute avec un malais qui venait de sortir de la prière. Il nous explique que la construction de cette mosquée a débuté en 2014 et a ouvert ses portes en 2017. Il existe 2 autres mosquées sur pilotis en Malaisie.

On remonte sur nos montures a moteur. J'avais vu sur la carte qu'il y avait une plage au sud-ouest de l'île uniquement accessible par bateau ou par un sentier a travers la jungle en marchant. Nous allons au debut du sentier, et des villageois qui faisaient du tir a l'arc dans leur jardin nous montrent où commence le chemin et nous indique qu'il faut marcher 10 minutes a travers la jungle pour arriver à la plage. Clara, papa et maman n'ont pas trop envie d'y aller et redoutent que la nuit tombe avant qu'on puisse profiter pleinement de la dite plage. Du coup, ils rentrent au guesthouse et je decide de faire l'aventure solo.

A peine 200 metres de marche qu'un ENORME SANGLIER passe devant moi et s'engouffre dans la jungle. Il devait faire sûrement dans les 100 kilos. Heureusement qu'il ne s'est pas arrêté. Je m'enfonce toujours plus profondément dans la jungle en suivant le sentier et j'entends plein de bruit d'oiseaux, de singes et d'insectes autour de moi. D'ailleurs des insectes, il y en a beaucoup. J'ai bien dû me prendre 5 toiles d'araignée en pleine face et les mouches et moucherons me suivaient comme si j'étais une bouse ambulante. Aussi, je me suis fait devorer par une horde de moustiques au moment où j'ai du satisfaire un besoin naturel contre un arbre. Après une dizaine de minutes à enjamber et passer sous des troncs d'arbres, et esquiver des flaques de boue, je vois enfin la lumiere du soleil qui reflète sur la mer et j'entends le bruit des vagues. La plage et magnifique, située dans une crique où le sable est blanc et farineux, avec le soleil presque couchant entre les nuages. Y'a plein de trucs qui brillent sur le rivage et en regardant bien je vois que c'est... du plastique... Énormément de plastique sous toutes ses formes échoué au gré des vagues, et ça me déçoit, puis m'énerve. A qui la faute? A nous, êtres humains qui transformons un endroit merveilleux par des montagnes d'ordures. J'avais idée de me baigner en sortant ruisselant de sueur de la jungle, mais j' ai préféré m'abstenir. Je décide donc de retourner sur mes pas et de reprendre mon scooter.

Sur le chemin du retour du guesthouse je fais une halte à un mirador qui donne sur l'ouest et le soleil couchant. Clara, maman et papa sont aussi passés par là en revenant et il y a une petite tour comportant un escalier en colimaçon qui nous fait accéder à une plus belle vue. Je vois un gros rapace au loin qui tourne au dessus de la mer à la recherche de poisson.

De retour au guesthouse, on se baigne a la piscine et direction la plage d'à côté pour se relaxer, boire, manger et jouer au cartes. Avec Clara, on apprend aux parents à jouer au Président, aussi appelé le trou-du-cul.

Le jeu consiste a être le premier à se débarrasser de ses cartes en suivant les règles pour devenir président. Le dernier sera le trou-du-cul. Quant au deuxième, celui-ci sera le vice président et le troisième le vice trou-du-cul.

Pauvre papa, après maintes manches il n'aura jamais dépassé le rang de vice trou-du-cul! Le pauvre ! Mais on a bien rigolé.

Alors, qui sera le prochain président ( ou trou-du-cul)?

4
4
Publié le 2 février 2019

Jeudi 31 Janvier

Aujourd'hui,après le petit-déjeuner au guest house, direction bord de plage pour une sortie en bateau prévue.Il fait nuageux, chaud et la mer est calme, donc idéale pour cette activité, super! L'excursion nous permettra de découvrir les autres petites îles et le sud de Pangkor et différentes plages .

Chargés en eau et une petite bière que nous mettons au frais nous voilà partis , le pilote du bateau expliquant les points intéressants de chaque plage, petite île etc..il fait maintenant vraiment beau et chaud, heureusement on a un auvent pour nous protéger. On profite de chaque instant, on est tous seuls, c'est calme, il n' y a personne. Premier arrêt pour faire du snorkeling, et comme il a plu, l'eau est trouble, on ne voit pas grand chose, mais cela nous a bien rafraîchit, car le soleil tape! Après divers petits circuits, nous replongeons avec masque et tuba ,il y a plein de poissons, c'est superbe, un régal.

Ensuite on débarque sur l'île en face de notre plage habituelle pour y rester une heure ou deux. Il y a de l'ombre et pas grand monde, on s'installe sous les arbres et on fait une partie de cartes. On se re- baigne, puis on se repose, cool. Nous rencontrons les propriétaires du voilier qui mouille en face depuis 2 jours. Un couple de Stuttgart avec leurs 2 petits garçons de 4 & 6 ans. Christian et Sabrina sont en voyage depuis 1 an et demi, ce voyage était préparé depuis 10 ans. Ils rentrent avant l'été, là ils partent en direction Sri Lanka.

Notre petit bateau à moteur vient nous chercher, donc nous rentrons sur l'île de Pangkor. Après une collation sur la plage, on se dirige vers la piscine de la guesthouse et repos au frais.

Vers 18h30 nous allons dans la rue, à quelques maisons plus loin car nous sommes invités à participer à nourrir les Calaos, oiseaux qui ne vivent que sur l'île. Un spectacle unique et extraordinaire, vu leur gros bec impressionnant, ils ont toutefois une dextérité pour prendre des petits morceaux de fruit de nos doigts, en plein vol. Une expérience inédite et un autre moment sympa que nous partageons en famille.

Ensuite, nous préparons nos sacs pour le lendemain, puis profitons le soir au calme sur la terrasse dehors à côté de la piscine pour programmer le départ pour Penang et la suite sur place.

Les billets de bus sont réservés online par Bertrand, puis nous discutons encore un moment sur les endroits à visiter à Penang.

Nous avons adoré cette journée sur(& dans) l'eau et au calme. Surtout en dehors du rush touristique, car tous les hôteliers et restaurateurs se préparent avec frénésie pour accueillir la méga grande foule qui arrive fêter le nouvel an chinois. Ils seront tous fully booked, sur toute l'île. Quelle chance on a eu de trouver ce petit coin de Pangkor et de plage..... tellement paisible. 

Demain nous partirons pour Penang, une autre étape de notre séjour en Malaisie, 

Bonne nuit à tous! Tania




Le rocher crocodile
Le rocher tortue
Le voilier de la famille allemande
Un calao et son bout de banane
5
5
Publié le 4 février 2019

Vendredi 1er Février

C'est le départ de Nipah Guest House après le petit-déjeuner et une photo avec nos gentils hôtes. En pink taxi nous retournons au quai pour prendre le ferry du retour sur la péninsule. Puis le bus arrive de suite, ça roule et tout s'enchaîne en douceur. Nous roulons 3h sans problèmes et arrivons devant les départs pour l'île de Penang. Le ferry pour Georgetown part 15 minutes après notre arrivée au port et le trajet dure une dizaine de minutes. Nous débarquons donc cette fois à George Town, Penang. L'hôtel est à 10min à peine à pied dans un quartier calme . Nous laissons les affaires puis sortons explorer les alentours. On traverse "little India", Puis Chinatown , il y a du street art un peu partout. Des bonnes odeurs nous donnent faim donc on s'installe au coin d' une rue chez un indien du street food, 3 tables á peine mais  ..c' est juste excellent !  Du chicken Briyani, du shredded chicken et d' autres plats, un peu épicé quand-même, accompagné d' un thé glacé & citronné.J'adore!! Le tout préparé sur place, devant nous et dans la bonne humeur, superbe découverte ! C'est vrai on se régale..

Ensuite nous continuons la route et tombons sur un musée assez particulier, on vous laisse découvrir par les photos ci- dessous. Très original en tous cas et très drôle....On passe un bon moment de détente.

Il fait maintenant très très chaud dans les rues, il y a beaucoup de traffic et du monde, quel changement depuis Pangkor...mais normal car nous sommes en ville!

Le soir nous allons visiter un parc plus au nord, où nous pouvons voir des arbres et des plantes illuminés. L'endroit s'appelle Avatar Secret Garden d'après le film Avatar, très beau et vraiment reposant. Julien , chef des opérations en ce qui concerne  réservations de taxi ou voiture, nous commande un " grab ", = voiture privée qui travaille comme taxi, ceci via l'application. C'est vite, efficace et peu cher. Julien est toujours assis devant car pour ses grandes jambes il faut un  peu de place :-)

Au retour nous tombons sur un chauffeur super sympa qui discute avec nous tout le long du trajet, dans un anglais parfait. Diplômé il y a peu, il attend un poste comme médecin interne dans un des hôpitaux de George Town. Entre-temps il conduit sa voiture comme "taxi"surtout les soirs pour gagner de l'argent.

Nous arrivons  contents à l' hotel mais fatigués de cette belle journée bien remplie.

A demain pour la suite. Bisous.xxx

Tania


Samedi 2 Février

Ce matin nous repartons explorer cette ville pleine de surprises, entre les atmosphères des différents quartiers, les maisons au style colonial, les peintures de street art à tous les coins de rue, on adore! On se ballade, on prend un café, on repart, on prend des photos de partout, on arrive à la jetée en bord de mer et on y prend un jus de fruits bien frais. Il y a de l'air et ça fait du bien. On vous avoue qu'on joue un peu à cache cache avec le soleil, on marche sous les arches dès qu'on peut parce qu'avec une température ressentie de 38 degrés, on fond comme neige au soleil! Alors quand après plusieurs kilomètres de marche, on passe devant un petit restaurant italien, on ne se pose pas trop la question, on est tous d'accord pour se mettre au frais et éviter le coup de chaud, et en profiter pour manger! La street food (nourriture de rue) nous tente bien car tout a vraiment l'air super bon, mais manger épicé en plein soleil sous 40 degrés et bien on préfère tout de même éviter pour nous épargner l'insolation 😅  après cette pause de fraîcheur, nous continuons la balade, puis on se dirige vers l'hôtel, qui n'est pas très loin finalement. Le centre de George Town est faisable à pied, et c'est ce qu'on fait depuis hier, mais on souffre de la chaleur. Après vérification avec Ju, Georgetown entre donc dans le top trois des destinations les plus chaudes depuis le début de notre voyage (en 1ere place le tout début du trek au Népal, mais on grimpait et avec sac à dos plein, en 2eme Bangkok). Nous encore on a un peu plus l'habitude du chaud depuis 4 mois, mais pour papa et maman qui viennent de l'hiver, ça fait un énorme différence. Après un petit temps mort à l'hôtel, on repart cette fois ci en direction de Penang Hill, une colline avec un point culminant à 800 mètres d'altitude. Lorsqu'on arrive au pied de la colline, le ciel est couvert et il commence à pleuvoir, mais on décide tout de même d'y aller, et pour cela nous prenons un funiculaire ultra rapide, et ça monte raide ! Arrivés en haut...il pleut encore plus, et la vue est majoritairement couverte. Pas grave, on décide de patienter jusqu'à ce que la pluie cesse, et au final au bout d'une quinzaine ou vingtaine de minutes c'est le cas! En plus, ça a rafraîchi l'air et ça c'est super cool! Il me fait plus "que" 26 degrés et on se sent au frais 😂! Ici c'est la forêt tropicale, on se balade sur les chemins, bon c'est un peu trop bétonné, mais on voit des singes et ...beaucoup beaucoup de grosses araignées ! Le sentier que l'on voulait emprunté est fermé pour réaménagement. Fin 2017, le pays a été touché par un gros typhon faisant de nombreux dégâts, dont les aménagements et installations sur la colline. Lorsque nous nous apprêtons à redescendre, il y a une longue file d'attente pour reprendre le funiculaire. On arrive à faire croire à Ju qu'on préfère redescendre avec la tyrolienne géante (inexistante bien-sûr), et il tombe dans le panneau 😂 il se rend compte de la fourberie alors qu'on essayait de lui faire demander la direction de la tyrolienne à quelqu'un ! Bref il est méga déçu le pauvre il y croyait vraiment, et nous on est morts de rire! C'est pas triste les vacances en famille ! On fait donc la queue comme tout le monde et finalement ce n'est pas si long. Il fait nuit et on retourne vers le centre pour manger un bout. Après le repas, il est tard et Ju et Papa rentrent, avec Maman on aimerait bien faire un tour et flâner un peu pour voir la ville de nuit. Finalement tout est fermé aux alentours, donc nous rentrons aussi !

Dimanche 3 Février

Dernière matinée à George Town, le ciel est super dégagé, un temps magnifique ! On veut encore flâner dans les rues avant de partir. Il est 9:30 et Papa nous dit qu'il fait moins chaud que la veille, ouf! Sauf que pas du tout, il fait aussi chaud et avec un soleil de plomb aujourd'hui. Mais on ne se laisse pas démonter, on se promène quand-même un peu. Maman en profite pour regarder quelques boutiques et étalages de souvenirs dans les rues. Je voudrais me faire un tatouage au henné mais je n'ose pas trop, on ne sait pas trop quels produits sont utilisés. Finalement je tente, et maman aussi et c'est plutôt sympa comme résultat. On doit attendre que ça sèche donc sur le chemin du retour on a l'air malignes avec nos mains en l'air style duchesse prétentieuses pour ne pas abîmer le motif! Voilà, on mange un bout et puis sur ce s'achève cette étape sur l'île de Penang. Nous retournons ce soir à Kuala Lumpur pour repartir vers Malacca demain! Des bisous

Et pas une goutte d'eau..
6
6
Publié le 6 février 2019

Lundi 4 Février

Après un petit déjeuner au Capri KL, nous voilà partis pour la gare routière grâce au Grab Car commandé par Julien. C'est un peu le Uber asiatique avec un temps de réponse très court et des tarifs très bas. 

Après environ 2 heures de bus, nous arrivons à Malacca ville au sud ouest de la Malaisie, sur le détroit du même nom. Puis 20 minutes de Grab pour arriver à l'hôtel en plein centre ville, merci Tania. La ville est en pleine effervescence avec la préparation du nouvel an chinois. C'est coloré, joli et complètement dépaysant. Nous n'avions pas fait exprès de choisir ces dates et finalement c'est une belle surprise.

Nous partons dans la rue principale pour trouver de quoi déjeuner. On décide d'essayer à nouveau la nourriture locale qui est délicieuse. Attention cependant à ne pas faire le glouton et de tester d'abord par petit morceau. En effet c'est souvent très épicé et ça ne pardonne pas. Les enfants sont plus habitués que nous maintenant. Il faut souvent se ruer sur le riz ou la boisson pour éteindre le début d'incendie dans la gorge !

Après ce très bon repas nous décidons d'explorer la ville. Julien préfère rentrer à l'hôtel se reposer car après la nuit dernière il a un bon torticolis. C'est sous une chaleur moite et étouffante (30° ressenti 36°) que nous nous dirigeons vers la rivière qui coupe en deux la ville. Après avoir traversé un jolie petit pont, nous voyons une réplique d'un ancien voilier qui signale le musée maritime, pas de chance c'est fermé à cause du nouvel an chinois. Nous reviendrons demain. Apres un bref passage dans un bazar local (ou j'essaye des tongs en bois surmontées de pics pour masser les pieds), (et où Tania fait tomber son chapeau et étui à lunettes depuis le premier étage) nous décidons de nous rendre sur une petite colline pour admirer le coucher de soleil sur la ville. Et la les ennuis commencent surtout pour moi.  Clara me tend un piège en m’offrant un dodol sorte de caramel fondu gluant sur un bâton, sauf que le goût est horrible. Tout le monde écroulé de rire.

C'est assez loin et j'ai chaussé mes tongs, les trottoirs ne sont pas larges et surtout peu réguliers. En regardant plus loin je heurte une première fois mon gros pouce contre un dénivelé puis 5 minutes après, mon talon : c'est douloureux sur le coup, mais rien de grave. Nous cherchons désespérément à boire une bonne bière bien fraîche, mais beaucoup de bar sont fermés et ceux ouverts ne servent qu'à manger sans boissons alcoolisées. Après encore un bon KM nous trouvons une échoppe pour boire un jus de pomme frais bien mérité.  Quand le serveur apporte le jus je me précipite pour le boire et recrache tout sur la table, le polo et le bermuda.... le breuvage dans la paille était brûlant. Clara m'explique qu'ils font toujours bouillir l'eau avant toute préparation puis ajoutent les glaçons après pour rafraîchir : sauf dans la paille. Les deux filles sont mortes de rire bien sûr. 

Nous nous décidons alors de monter la petite colline en suivant des marches irrégulières. En milieu de chemin nous apercevons des singes. Par précaution nous ramassons des bâtons au cas où! Cependant plus on approche, plus ceux ci se font menaçants et commencent à descendre des arbres en notre direction. Nous décidons alors de rebrousser notre chemin car Tania a son sac à dos et nous soupçonnons que les singes voulaient l'explorer. On ne se décourage pas et empruntons un autre chemin un peu plus loin pour se rendre au point de vue. Arrivés en haut en sueur, un orage éclate, juste le temps de prendre en photo un dernier rayon de soleil et nous redescendons à toute vitesse pour nous réfugier quelques minutes sous un préau d'école. 

Il nous reste un bout de chemin à faire pour regagner l'hôtel. Sur le chemin de retour nous découvrons plusieurs petits bars alignés sur le bord de la rivière. C'est sympa et très diversifié. 

Après un bonne douche nous décidons d'aller dîner street food. Julien et Clara optent pour des Dumpling, sorte de ravioles farcis, pendant que Tania et moi choisissons des gambas et saint Jacques au BBQ. Délicieux. La fête du nouvel an chinois bat son plein et les rues sont animées, colorées et très bruyantes. Nous décidons alors d'aller nous faire masser les pieds !! Super après cette journée de marche. Je tombe malheureusement sur la plus brute des masseuses et en fait de relaxe, c'est souvent dans la douleur que cela se passe. Les filles sont encore un fois mortes de rire. Tania part en crise de rire car ça chatouille (quelle chance) .Julien, lui, a opté pour un massage des épaules pour soigner son torticolis.  Il tombe aussi sur une brute, mais semble satisfait du résultat !

Nous allons alors nous coucher vers 1H bien fatigués mais heureux après avoir fait 17000 pas et parcouru presque 13KMs. Ces retrouvailles avec les enfants sont superbes et nous rigolons toute le journée en se moquant régulièrement les uns des autres. Je suis conscient de la chance que j'ai d'avoir une si belle et bonne famille.

A bientôt pour de nouvelles aventures!

Bertrand



Mardi 5 Février

Re-bonjour! Ici Julien au clavier.

Ce matin, après avoir tres bien dormi suite au massage de la veille, nous sommes allés petit-déjeuner dans un beau petit café pas très loin. Il commence à faire très chaud déjà, et c'est simplement agréable de ne pas se retrouver dehors en plein soleil. Vers 10h00, mon petit thermomètre portable indique 33 °C, mais le ressenti est plutôt de 37. Pour le petit-déjeuner, c'est croissant farci de jaune d'oeuf sucré et un milk shake avoine-noisette pour moi. Excellent !

On retourne dehors, vraie fournaise! On marche sur la rive du canal et on trouve un petit bar sympa avec une belle vue sur le canal et ses bateaux qui passent sans cesse. Il y a aussi plein d'art de rue et beaucoup de façades son peintes et colorées. On continue, on est comme des pizzas dans un four ! Il fait trop chaud! "Vite de l'ombre" dit papa. On est morts de rire parce qu'on dirait qu'on joue au chat et la souris avec le soleil. On arrive enfin au musée maritime de Malacca, en face d'un bazar bruyant. Le premier stade de la visite se déroule dans un gros bateau du 17e siècle du temps ou les Portugais étaient installés a Malacca. L'histoire de Malacca est détaillée minutieusement et c'est super intéressant. La hiérarchie du sultanat est détaillée ainsi que l'islam à Malacca. Sur le pont, une jeune femme voilée et avec un bob imprimé feuilles de cannabis demande à Clara de prendre une photo avec elle car elle la trouve jolie. Puis on prend une photo tous ensemble avec elle en faisant le signe " mini-love" avec les doigts (ça fait une forme de petit cœur). On continue donc la visite et arrivons dans un "musée" ou sont entreposés divers éléments des temps passés a Malacca, dont des maquettes de bateaux et des outils de navigation. On continue et on arrive dans un musée de sciences naturelles avec tous les animaux presents dans la région de Malacca (en dessin). Il y a aussi des tableaux et des descriptions de tous les grands explorateurs de la fin du XVeme siècle, tel que Christophe Colomb, Magellan, Vasco de Gama, Marco Polo.... etc. En fin de compte, ce musée était très intéressant mais je dois dire que j'ai préféré le gros voilier que le reste.

On ressort et on fond comme du beurre sur une poêle à crêpe chaude et on trotte pour trouver refuge. On décide d'aller au Hard Rock café de Malacca, histoire de boire quelque chose de frais, au frais. La nourriture est plus occidentale mais très bonne et consistante! Ça fait du bien de manger un gros burger a la place de riz ou de nouilles. Juste a la fin du repas, nous entendons des tambours et des cymbales venant de l'extérieur. Il y a une scène qui vient d'être montée devant le Hard Rock café avec plein de petites plateformes sur pilotis. Un dragon chinois composé de deux garçons (un pour la tête et l'autre pour le corps) saute de plateforme en plateforme au rythme de la musique des tambours. Spectaculaire! Nous revenons à nos places a l'intérieur et tout le cortège des dragons et musiciens rentrent dans le café! Les dragons font le spectacle sur la scène, entre guitares et amplis. Les tambours viennent se coller à 20 centimètres de notre table et c'est super bruyant, même si c'est génial. Mais bon, après 10 minutes de tambours dans les tympans, on décide de s'en aller. Ah oui! j'allais oublier, les dragons jettent parfois des bouts de salade par la bouche!

Suite à ce bon spectacle, nous décidons de prendre un bateau pour visiter la ville tout en remontant le canal. On est les seuls européens à bord. D'ailleurs ici y'a pas beaucoup d'occidentaux, à part nous. La ballade en bateau est agréable (et à l'ombre) et on observe encore plein d'art de rue des deux côtés, des maisons traditionnelles, puis des gros immeubles d'au moins 30 étages. Après 15 minutes, on fait demi-tour tour et on redescend le canal et on finit la visite. On a un fou rire mou en voyant papa se réfugier sous chaque arbre pour de l'ombre.

On rentre se doucher vite-fait, puis à la nuit tombée nous allons au reggae bar au bord du canal pour siroter quelques bières. Le personnel est accueillant est super drôle. La musique reggae est aussi très cool. On discute pas mal en famille et c'est agréable. On a même eu droit à un feu d'artifice !

En rentrant, je pars a la recherche du fameux poh piah, mais l'endroit où ils en font est fermé. J'ai l'impression que ce plat est un mythe, ou que j'ai tout simplement pas de chance pour pouvoir le goûter.

Sur le chemin, avec papa on tombe sur une machine à peluches (jeu où il faut contrôler une pince avec un levier pour attraper une peluche contre 1 sou). J'essaie et Papa aussi. Je vous laisse deviner le résultat. On a rien gagné mis a part un gros fou rire!

Cette journée se termine au calme et au frais et on a les joues qui font mal tellement on a rigolé.

7
7
Publié le 11 février 2019

Le mercredi 6 nous sommes repartis en bus en direction de Kuala Lumpur pour passer nos derniers jours ensemble. On craignait un peu d'être coincés dans les bouchons de retour de nouvel an chinois, finalement ça s'est bien passé ! Il nous reste encore deux nuits ensemble, on veut encore en profiter au max.

Encore quelques photos de notre dernière matinée à Malacca :


2019 année du cochon !
Sweat shirt special nouvel an chinois !

Le 6 au soir, Papa nous réserve une belle surprise, on va prendre un verre dans un bar perché au 57eme étage en face des fameuses tours Petronas (ce sont les plus hautes tours jumelles au monde)! C'est impressionnant, on est déjà bien haut mais les tours nous paraissent encore deux fois plus hautes! On a une superbe vue et on passe encore une excellente soirée.

Le lendemain on profite le matin du soleil à la piscine avec vue panoramique sur KL, un peu détente c'est vrai car on a fait beaucoup de choses en peu de temps finalement ! Dans l'après-midi on part en ville, on passe par plusieurs centres commerciaux (il y en a de partout et gigantesques !), puis on manque de justesse de se prendre une belle averse mais on parvient à se mettre à l'abri. Celle ci se termine assez rapidement, et nous laisse l'occasion de voir les fontaines musicales au pied des tours Petronas! On rentre ensuite assez tard, la ville est tellement grande que quand on marche pour découvrir, on fait rapidement pas mal de kilomètres !

Le vendredi 8, on reste assez tranquille, piscine, yahtzee, dernier jour à 4 donc on veut vraiment prendre le temps d'en profiter. Ils ont l'avion de nuit et ne partent que le soir. La journée passe dans la bonne humeur et les rires, avec une pointe de nostalgie tout de même que ce soit déjà la fin, c'est passé super vite mais c'est parce qu'on ne s'est pas ennuyé une seule seconde ! On a vraiment optimisé le temps qu'on avait ensemble et on a tous les quatre adoré, c'est ce qui compte ! Merci à vous d'être venus nous voir, d'avoir fait plus de 10.000km pour qu'on puisse se retrouver, on n'aurait pas pu faire mieux que ces 15 jours ! 😘

Un petit pincement au cœur forcément au moment des au revoir, mais ils repartent reboostés et nous aussi!

Après la pluie
Les tours Petronas
Pendant les fontaines musicales
Une montagne russe en plein centre commercial...oui oui!
Le manneken pis de KL

Avec Ju on est resté encore trois nuits à KL, le temps de préparer un peu la suite du voyage, et de continuer à voir KL. Nous sommes partis ce matin vers Cameron Highlands, on vous raconte tout dans un prochain épisode.

Gros bisous à tous

8
8
Publié le 13 février 2019

Lundi 11 Février

Ce matin nous arrivons à la gare routière de Kuala Lumpur vers 9:30, pour prendre notre bus à 10:15 vers Cameron Highlands: un peu de verdure à presque 200km au nord de Kuala Lumpur, et région surtout connue pour ses plantations de thé. Finalement on part vers 11h, la route est correcte la première moitié du trajet, puis ça se corse. Tanah Rata, la ville où nous allons passer trois nuits dans les Cameron Highlands, est située à 1440 mètres d'altitude. On passe donc aux petites routes de montagne aux nombreux virages, ajoutez à cela un conducteur assez pressé et vous avez la recette parfaite pour avoir mal au cœur. On ne se sent vraiment pas bien avec Julien, heureusement le petit-déjeuner a été pris il y a longtemps ! Pour ne rien arranger, le conducteur préfère klaxoner à tout va que de ralentir pour prendre ses virages proprement. Résultat, une grosse frayeur en esquivant une voiture, et le bus se retrouve collé (oui oui) à la montagne, roue dans le caniveau. Heureusement que c'était de ce côté et pas côté ravin...donc monsieur le conducteur demande à tous les passagers de bien vouloir descendre du bus pour qu'il puisse manœuvrer et sortir le bus de cette situation. Finalement c'est rapide, et on s'en sort avec quelques grosses rayures sur le bus et c'est tout. La petite leçon n'aura pas trop servi par contre, le chauffeur a failli nous refaire le coup encore deux fois. Finalement on arrive, après 4 heures de trajet, il était temps. Ça fait du bien de respirer de l'air frais. Le bus nous dépose à la petite gare routière de Tanah Rata. Niveau style, ça nous fait un peu penser à une station de ski des Pyrénées en été. Et il fait bon! Ici c'est un climat tempéré, on ne se sent pas étouffé ! Notre auberge de jeunesse est à 10 minutes à peine de là, donc nous y allons à pied. L'auberge est vraiment pas mal du tout, nous sommes dans un dortoir de 4 lits-bunker (chacun a sa petite niche privée 😁) avec salle de bain et petit balcon! Et les salles communes sont aussi vraiment chouettes, il y a une très bonne atmosphère. Après s'être installés et pris quelques informations auprès de la réception sur les alentours, nous allons dîner vers 18h. On était tellement barbouillés en arrivant qu'on n'a rien pu manger avant. On retourne aussi à la gare routière pour se renseigner sur les bus pour notre prochaine destination, et on a bien fait car il n'y en a qu'un seul par jour, donc on le réserve aussi comme ça c'est fait! On traine encore un peu, puis on ne se couche pas trop tard pour être en forme pour le programme du lendemain !

(Désolée pour le peu de photos, difficile de prendre de belles photos depuis le bus).

Mardi 12 Février

Aujourd'hui lever pas trop tard, on a une belle journée de randonnée en perspective, avec un temps magnifique. On a vraiment super super bien dormi dans nos petites niches, et pas de ronfleur dans notre dortoir😂 Ici il y a de nombreux sentiers de randonnée à faire, donnant sur les plantations de thé, en passant par la forêt de mousse, et autres cascades. À l'auberge hier on nous a dit que la meilleure rando n'est pas accessible car en réaménagement, mais la dame de la gare routière nous a dit que le réaménagement était déjà terminé depuis peu, et que nous devrions faire celle-ci car c'est la plus belle. Ok, on suit son avis, après tout elle connait mieux que nous elle est d'ici. Il nous faut d'abord prendre un bus local pour aller à la petite ville à côté, d'où démarre le sentier. Une fois arrivés, on suit le chemin indiqué sur la carte de l'application Maps.me (je ne sais plus si j'en avais déjà parlé ou pas, mais je la conseille d'ailleurs à ceux qui ne l'ont pas, pour s'orienter même sans données mobiles). Oui sauf que, l'application n'a pas encore mis à jour le réaménagement, et qu'à l'endroit supposé du point de départ, il y a maintenant une centrale de traitement d'eau pour la rendre potable et la distribuer aux villes alentours. Bon, on demande à un monsieur qui se trouve là et qui nous fait deux signes approximatifs gauche droite et qui retourne à ses occupations. On retourne sur nos pas, on ne trouve toujours pas. On demande à un autre monsieur qui nous indique encore une direction approximative. J'avais réussi à trouver des indications récentes sur un blog, d'un couple ayant fait cette randonnée tout début février 2019, donc quelques jours avant nous. Finalement après une vingtaine de minutes, nous trouvons ce que nous cherchions : un tout petit sentier pentu sur la droite de la route, bien bien caché par les fougères, invisible à première vue. Mais aucune indication. Bon, on décide de monter et de marcher quelques minutes, s'il n'y a rien on ira faire une autre rando. Le chemin est tout de même bien tracé on voit qu'il a été souvent emprunté, et à peine 30 mètres plus loin on tombe sur le premier balisage, ouf! C'est parti donc pour cette randonnée ! Au fur et à mesure qu'on suit le balisage, très régulier, on s'enfonce un peu plus dans la jungle. On est à l'ombre et au frais, heureusement parce que ça grimpe quand même pas mal. Plus on avance, plus on a l'impression d'être dans une émission de survie (pas de panique hein, juste niveau décor je veux dire). Mais du coup aucune vue à admirer, toujours et uniquement la jungle, avec ses bruits, sa flore, son atmosphère. On espère tout de même arriver à avoir, à un moment, une vue dégagée pour voir ce qui nous entoure. Une heure, deux heures passent et le balisage continue. On est vraiment entre jungle et forêt de mousse, c'est assez féerique. Surtout lorsque l'on découvre un népanthès, plante en forme d'urne et contenant un liquide pour tuer ses proies. Puis ce n'est plus un mais une multitude de népanthès que nous voyons, alors que nous arrivons au point culminant de notre randonnée, 2005 mètres au dessus du niveau de la mer. Et enfin, un joli panorama des montagnes autour de nous, c'est super beau! On entame la descente, et ici c'est encore plus sauvage et dense. Le balisage devient difficile à repérer au milieu des branches, on se trompe de chemin à deux reprises et en rebroussant chemin on le retrouve. C'est un parcours d'obstacles, nous voilà à nous faufiler sous des troncs d'arbres ou à les enjamber, à se frayer un chemin au milieu des bambous, à enfoncer nos chaussures dans la boue, à descendre une pente raide à l'aide d'une corde, à traverser un petit cours d'eau. Réflexion de Ju, qui s'est cogné plusieurs fois: "non mais j'en ai marre je suis trop grand ici moi", et c'est vrai, pour cette partie de la rando, mieux vaut être petit (ou pas .. ça m'est arrivé aussi de me cogner). Et puis, quand on commence à en avoir un peu marre de galérer, on entend la route, et on la rejoint, après 4h30 de marche. On avait pris de quoi grignoter et à boire, on vous rassure. Il y a le départ vers une autre rando non loin, et certains viennent en voiture jusque là. On se pose un peu au soleil histoire de sécher et de récupérer. La journée n'est pas terminée pour nous. Cette randonnée, coupant à travers la jungle, nous a amené à 15km de Tanah Rata si nous voulons la rejoindre par la route. Il est 16h et on n'a pas trop envie de faire 15k, encore moins sur la route. On va tenter de demander à des personnes qui redescendent en voiture, on nous a dit que c'était courant ici. Puis un malaisien arrive en voiture et nous demande s'il peut s'asseoir à côté de nous, on l'y invite bien volontiers. Et alors qu'on commence à discuter avec lui, d'autres malaisiens arrivent, en voiture eux aussi. En fait ils travaillent tous ensemble sur des installations électriques, et ils devaient en vérifier une près de là. Ils ont terminé leur travail et se retrouvent donc tous ici. On discute avec eux, surtout Ju qui parle jeux vidéos et foot, ça leur plaît bien. Et puis on leur a gentiment demandé si on pouvait avoir une petite place dans l'une de leurs voitures pour redescendre. Apres une photo de groupe, ils ont accepté, mais pas de nous ramener jusqu'à Tanah Rata, car ils sont encore censé être en shift, et ils ne retournent pas en ville de suite. On comprend parfaitement et on leur demande de nous déposer là où ils peuvent tout simplement. Et alors que toutes les voitures prennent à droite à un embranchement, la nôtre prend à gauche. Ils vont en fait nous déposer exprès à la plantation de thé la plus connue d'ici, ils sont vraiment extras gentils ! On en demandait pas tant ! Après les avoir bien remercié, on poursuit notre journée et on arrive au paysage qu'on attendait tant : des plantations de thé à perte de vue. Il s'agit des plantations de thé de la société Boh, le plus grand producteur de thé noir de Malaisie, qui en exporte aussi dans certains pays. Ici dans les shops et supérettes on ne voit presque que celui-ci. Maintenant qu'on est là, on va le goûter! On est tout de même un peu déçus (sans faire les difficiles ou les princesses), pour les fans de thé que nous sommes et pour en avoir goûté de tellement bons durant ce voyage, là c'est vraiment du thé classique, rien de nouveau ou extraordinaire, comme on en trouve dans tout supermarché. Je pense que c'est très touristique et étant le plus gros producteur du pays, on est peut être plus dans la grosse consommation que dans la finesse. Mais on oublie vite lorsque l'on regarde devant nous, et qu'on voit toutes ces nuances de vert. Ça respire le calme et la sérénité. Nous ne restons pas plus d'une demi-heure, car l'endroit ferme et nous devons trouver un moyen de redescendre en ville, avant que tout le monde soit parti aussi ! On voit trois jeunes monter dans un taxi, et on s'approche juste pour demander au chauffeur s'il peut nous en commander un autre ou bien qu'on attende qu'il revienne après avoir déposé ses passagers. Puis l'un des jeunes, un anglais, nous propose de monter avec eux. Nous serions 5 passagers au total, le chauffeur accepte de nous descendre mais uniquement jusqu'à la route principale, d'où nous pourrons prendre le bus. On accepte volontiers, et 10 minutes plus tard nous voilà à l'arrêt de bus. En l'attendant, on fait un tour du petit marché de fruits et légumes juste à côté, parce que mine de rien, à part nos petits en-cas pour la randonnée, on n'a rien mangé. Julien prend des fraises, très cultivées ici, et moi c'est un autre fruit qui m'intrigue. Ça ressemble à une pomme, en plus gros et plus rond. Le marchand nous en fait goûter un bout, et c'est pas mal! En fait c'est de la goyave, je n'avais jamais goûté, et vous, vous connaissez ? Le bus arrive après 45 minutes d'attente, et nous arrivons à l'auberge bien contents de cette journée, vers 18:30. Une bonne douche pour se décrasser, et on repart à pied trouver un endroit pour dîner. Il y a des restaurants partout sur la rue principale, Ju a envie d'un burger et on s'assied donc au premier que l'on voit proposant des burgers. Pour moi ça sera une soupe yee mee (prononcer yi mi), soupe de nouilles avec crevettes, légumes et œuf. Et heureusement que je n'ai pas pris burger, parce que quand je vois celui de Ju arriver ça me fait peur, il est gigantesque ! On rigole et on discute, puis un passant se retourne sur nous "oh des français, cool, je peux m'asseoir avec vous ?". Oui carrément ! Et voilà Simon qui se joint à nous pour dîner. Il doit avoir mon âge environ, il est arrivé aujourd'hui. Et quel parcours! Il est parti de Singapour, où il travaillait depuis trois ans en tant que coach sportif. Il va rejoindre le Myanmar...à vélo ! En une semaine il a déjà parcouru 700km, bravo à lui! On passe une bonne soirée et puis on rentre pas trop tard pour une bonne nuit.. ou presque. Ce soir c'est la fête des pétards (ceux qui font du bruit pas ceux à fumer) juste dans la rue derrière 😅 on en rigole et puis ça ne dure pas toute la nuit donc ça va !

C'est dans cette jungle qu'on doit aller
Cyathea, fougère arbre ressemblant à un cocotier-conifere
C'est parti!
Le balisage en jaune sur l'arbre...passe parfois inaperçu
On ne voit pas l'intérieur mais il y a de la place pour deux!
Un chapeau en guise de balisage

Mercredi 13 Février

Changement de programme aujourd'hui. On voulait aller faire la rando qu'on avait prévu de faire hier à la base et qui promettait de jolis panoramas, mais les nuages bas et la pluie sont de la partie toute la journée...un peu déçus du coup mais ça fait partie du jeu! On en profite pour organiser la suite de notre voyage, eh oui c'est quand-même toute une logistique ! Et puis j'en ai profité pour rédiger ce blog, il y avait beaucoup à raconter et je ne voulais pas le résumer ça aurait été dommage 😊 en espérant que ça vous plaise, on vous embrasse.

À bientôt pour la suite des aventures, ailleurs mais toujours dans la nature sauvage!

9
9
Publié le 19 février 2019

Jeudi 14 Février

En ce jour de Saint-Valentin, nous partons de bonne heure pour nous rendre au parc national de Taman Negara, au centre du pays. Le parc abrite une forêt tropicale de plus de 4000 km2, considérée comme l'une des plus anciennes du monde, puisqu'elle existerait depuis 130 millions d'années. C'est donc là bas que nous filons aujourd'hui ! La première partie du voyage consiste en un mini-van pour faire 170km entre de Cameron Highlands et Kuala Tembeling. Nous sommes tous les deux, avec un couple de français en vacances, Victoria et Guillaume. Puis on est rejoint par deux copines françaises elles aussi, Lucile et Manon. Trajet 100% Frenchie, on discute beaucoup et nos nouveaux compagnons de voyage sont hyper sympas, il y a un bon feeling entre nous tous. Lorsqu'on arrive à Kuala Tembeling, après environ 4 heures de trajet (passé à vitesse lumière tellement on a papoté), on doit payer le droit d'entrée au parc national, ainsi que déclarer et payer les appareils qui nous serviront à prendre des photos. Le tout nous coûte environ 3€. Il y a aussi beaucoup de tours guidés qui sont proposés, on prend les infos mais on ne réserve pas. On apprend tristement que le fameux pont suspendu sur la canopée dans la jungle, le plus long du monde (530 mètres et, 40 mètres de haut), est fermé pour cause de maintenance. On vous avoue qu'on est pas mal déçus, c'est un peu comme si un touriste va à Paris et on lui dit qu'il ne pourra pas voir la tour Eiffel, c'était LE truc à ne pas manquer ici. C'est comme ça et puis on se reprend vite, car il est temps de monter dans notre petit bateau pour arriver à notre base de Kuala Tahan. Eh oui bateau, car nous devons remonter la rivière Tembeling sur 60km avant d'arriver. Nous prenons place sur une sorte de petite barque à moteur, au total nous sommes 14 passagers donc c'est très calme. Au fur et à mesure que nous avançons, à droite et à gauche se dresse la jungle. Nous sommes toujours avec nos frenchies, qui sont à la fois hallucinés et morts de rire de constater que le sac de Ju est digne de celui de Mary Poppins: thermomètre, boussole, flûte, jumelles, couteau, sifflet, etc. La panoplie de l'explorateur. Après presque trois heures de bateau, nous voilà enfin arrivés à Kuala Tahan, toute petite ville (village plutôt), au pied de la rivière et de la jungle. Lucile et Manon sont logées pas très loin de là où nous sommes, Victoria et Guillaume un peu plus loin. Chacun gagne son logement, et on prévoit de se retrouver plus tard. Notre chambre est très basique mais ça suffit largement. Après avoir posé les affaires on va se prendre un petit cidre en terrasse, vue sur la rivière, et ça fait du bien car ici nous nous ne sommes plus en altitude contrairement à Cameron Highlands, et la chaleur étouffante est de retour ! On discute avec les filles et c'est vrai qu'on aimerait faire une excursion de deux jours et une nuit dans la jungle mais on est un peu hésitants pour deux choses. La première, le prix, qui est conséquent tout de même, et la deuxième est qu'on a un peu peur de se retrouver à 100 personnes dans la grotte où il est prévu de passer la nuit, car tous les opérateurs proposent le même circuit et la nuit dans cette grotte. Certes il n'y a pas l'air d'y avoir grand monde ici, mais on préfère être en petit comité. Et puis les filles reviennent nous voir avec un super plan: on partirait nous quatre seulement, avec un guide bien-sûr, et pour un parcours différent que celui proposé partout, le tout pour un coût moindre. Au top, on est tous les quatre super excités et on va préparer nos sacs pour le lendemain, avant de se retrouver pour dîner. On n'a pas de nouvelles de Victoria et Guillaume, ils n'ont sans doute pas de wifi. On va dîner sur un petit bateau flottant avec les filles, et finalement Guillaume nous rejoint pour prendre une bière. Victoria n'est pas avec lui, en fait ils sont super déçus de leur logement. Il devait s'agit d'une tente en bord de rivière, en face de la jungle. Ils ont eu une tente toute pourrie, trouée, avec de l'eau à l'intérieur, enfin bref vraiment pas cool pour eux. Ils doivent repartir un jour avant nous, donc ça leur fait trop juste pour venir avec nous faire les deux jours et la nuit dans la jungle. Les filles vont se coucher après le repas et nous on reste encore un peu avec Guillaume. Il est chef sommelier en Bretagne, et là il a un mois et demi de vacances pour rattraper toutes ses heures supplémentaires. C'est super intéressant de parler avec lui, il nous raconte un peu son parcours et ses expériences. Puis il est temps pour nous aussi d'aller nous coucher. On dit au revoir à Guillaume, en lui souhaitant à lui et Victoria une bonne fin de séjour en Malaisie.


PS: on espère que vous avez passé une bonne journée de Saint-Valentin !

Kuala Tahan

Vendredi 15 Février

Ce matin on retrouve nos copines pour un bon petit déjeuner avant d'attaquer notre journée : des œufs, des tartines, des fruits et du thé ! À 9h, on se dirige vers un restaurant/maison/agence flottant, c'est là que nous avons rendez-vous avec Rusli, qui sera notre guide. Cela fait 20 ans qu'il exerce ici, il connaît donc parfaitement le coin! On déchante vite: il a de la fièvre et nous dit qu'il ne pourra pas assurer la nuit dans la jungle ... déception sur nos visages. Il nous propose alors de nous rajouter à un groupe faisant le parcours "classique", avec nuit dans la grotte. À ce moment là on est prêts, sacs à dos en place et du coup on accepte, à ce stade on n'a pas vraiment le choix à part rentrer à l'auberge et trouver un plan B tout en perdant du temps. Rusli essaie donc de nous greffer à un autre groupe, mais ceux ci sont déjà complets. Après quelques appels, il nous trouve finalement un autre guide qui est ok pour nous faire le trek qu'on avait prévu avec Rusli! Au top !!! Joie retrouvée à 100%! Ce matin nous allons d'abord aller à un village de tribu Batek, puis à une cascade. Nous laissons donc nos gros sacs ici pour le moment, et viendrons les récupérer pour l'après midi. Nous prenons place tous les quatre dans une petite barque à moteur, avec capitaine Rusli et un ami à lui, Kevin, qui nous accompagne. Nous remontons encore la rivière, puis nous arrêtons à un village de tribu Batek. Il s'agit d'une tribu aborigène, vivant de façon nomade dans la jungle. Afin de respecter leur vie privée, leur vrai village n'est pas celui-ci. Il s'agit en fait d'un village d'exposition, une sorte de reconstitution pour que l'on puisse s'imaginer leur mode de vie sans être intrusifs. On en apprend beaucoup de Rusli qui a une connaissance de dingue sur la jungle et la vie des tribus. Ils construisent tout à partir de ce qu'ils trouvent dans la nature. Comme cet outil pour faire du feu à partir de tiges de rotin. Une sarbacane géante faite à partir de bambou et résine,et les flèches enduites de résine mortelle, faites à partir de bois hyper léger et de caoutchouc. On a même droit d'essayer de viser une peluche avec (avec des flèches sans poison mortel, c'est toujours mieux). Au moment de partir, on nous offre une flèche chacun en guise de souvenir! Après cette étape au village, on reprend notre petit bateau et on continue de remonter la rivière. Il faut parfois remonter des petits rapides, et je suspecte Rusli de prendre un malin plaisir à les prendre de façon à bien nous arroser, on est trempés ! Ça fait du bien en fait car il fait super chaud! On arrive peu après à une mini mini plage, et de là on suit Rusli qui s'enfonce dans la jungle pour nous mener à la cascade où nous pourrons nous baigner. On remonte un petit ruisseau jusqu'à parvenir à une petite cascade, rien que pour nous! Allez, tous en maillot et sous l'eau ! On y reste un bon moment, Rusli nous explique encore des tas de choses à propos de la jungle c'est fascinant de l'écouter, la nature est tellement bien faite, chaque insecte, chaque plante, a son rôle à jouer. Tout comme la petite sangsue venue sur la cuisse de Lucile ! Cette fois ci ce n'est pas moi le mauvais sang 😂 ou alors il s'est amélioré depuis que j'ai arrêté de fumer 🤔 nous retournons au bateau pour aller déjeuner au restaurant flottant d'où nous sommes partis. Et Rusli s'amuse encore à nous arroser, on se croirait dans l'attraction des bûches de bois sur l'eau ! On déjeune et puis Rusli nous laisse partir avec Aswan pour le reste de notre expédition. Là on a les gros sacs à dos avec sacs de couchage, tapis de sol, nourriture, eau, et nos affaires pour cette après-midi, la nuit dans la jungle et le lendemain. Aswan est originaire d'une tribu Batek, en gros la jungle c'est sa maison, il connaît tout. Il parle anglais, par contre il est très réservé, du coup il ne nous parle pas beaucoup, on aurait pu en apprendre énormément avec lui. Mais bon l'expérience est tout de même au top! On le suit dans la jungle, on croise des oiseaux, des écureuils, des varans. À un moment on entend parler français au loin, et on tombe sur Victoria et Guillaume qui rentrent de leur randonnée ! Ça fait plaisir de les revoir, ils ont quand même la banane après leur nuit ratée dans la tente trouée. On parle un peu et puis on leur dit au revoir, ils partent le lendemain matin et nous serons encore dans la jungle. Après une heure et demie de marche il nous faut traverser la rivière, à pied. Aswan se veut rassurant en nous disant "on va passer par là, mais je ne connais pas la profondeur". Ah oui super, on va avoir l'air beaux avec nos sacs à dos et plouf dans l'eau ! On ne chipote pas, on retrousse les shorts (ou on se met en bas de maillot de bain les plus petites), on met nos chaussures d'eau gentiment prêtées. Aswan nous coupe des branches solides pour nous faire des bâtons d'appui contre le courant, et c'est parti en dégaine pêche aux moules, on se lance! Prudemment, mais sûrement, et puis en fait ça passe crème ! Encore quelques minutes après la rivière et puis on arrive à notre refuge pour la nuit. C'est un refuge sur pilotis, pour être à l'abri des animaux et pour avoir une vue panoramique sur la petite clairière où vont potentiellement venir les animaux 100% sauvages. Potentiellement, on pourra observer des singes, des tapirs, des éléphants, des tigres, des cerfs, des pangolins, des panthères noires, des ours, des chevrotains, entre autres. Il n'y a que nous dans le refuge, on pose nos sacs et on va jouer aux explorateurs dans la clairière. On trouve des crottes de biches, des crottes d'éléphants, et des empruntes de tapir. On est plutôt euphoriques à l'idée de pouvoir apercevoir tous ces animaux dans leur habitat naturel. On ne se fait pas de films, on sait que c'est peu probable. Aswan nous explique que les animaux viennent en général ici pour boire, mais ça fait un mois qu'il n'a pas plu et il de reste que deux minuscule mares, peu pour attirer les animaux. On va se baigner à la rivière histoire de se laver parce qu'on a bien transpiré pendant cette randonnée avec nos gros sacs! Puis le soleil commence à se coucher, on retourne au refuge où on installe nos sacs de couchage pour cette nuit, et on se met en place pour débuter notre observation. Le temps passe et la nuit tombe, sans qu'il ne se passe grand chose, à part des bruits. On dirait que la jungle se réveille à la nuit tombée, on entend toutes sortes de bruits d'animaux, et on rigole avec les astuces de Ju. Comme par exemple mettre ses mains autour des oreilles pour mieux entendre, on a l'air idiots mais ça fonctionne ! On fait une pause dans notre observation pour dîner, du délicieux riz à je ne sais quoi mais très bon! Et puis on se remet à nos postes, sauf Aswan qui nous dit qu'il va se coucher et qu'on le réveille s'il se passe quelque chose d'intéressant. Euh ok, comptait un peu sur lui pour nous aider à repérer les animaux dans la nuit tout de même. Il fait bien nuit maintenant, nous sommes dans le noir complet dans le refuge, et la clairière est illuminée par la demi-lune, nous permettant de distinguer d'éventuelles mouvement. Mais notre vision nocturne nous joue des tours, on a l'impression que chaque ombre bouge, on croit voir des choses alors qu'en fait il n'y a rien. Et alors qu'on s'en amuse, Aswan arrive et nous dit qu'il y a un animal juste "sous nos yeux". Il prend sa lampe torche et éclaire, et là, un magnifique cerf gris-blanc se tient à quelques mètres de nous, bien visible mais on ne l'avait absolument ni vu ni entendu approcher. Majestueux ! Après quelques hésitations dues à l'éclairage, le cerf est reparti s'enfoncer dans la jungle. Ouah on en revient pas! Merci Aswan heureusement qu'il était là ! On reprend notre sérieux d'observateurs animaliers, les heures passent et rien, alors on fini par aller se coucher. Vers 2h du matin, j'ai trop chaud dans mon sac de couchage alors je l'enlève, mais j'ai toujours trop chaud. Alors je me lève pour me mettre au poste d'observation où il y a de l'air frais, et j'observe. Pas de silhouette à l'horizon, je prends quand même la lampe et j'éclaire. Et là, des petits yeux brillants, assez proche du sol, regardent en ma direction. Je ne vois que ça. J'éloigne la lumière et puis je vois une silhouette inconnue. Plutôt basse, arrondie, avec une longue queue. Les filles se réveillent à ce moment pour aller aux toilettes, je leur dit de s'approcher. On pense que c'est un varan, mais les mouvements sont trop lents à notre avis. Alors on penche pour un pangolin. L'animal ne fuit pas, il bouge doucement mais reste là, sans retourner dans la jungle. Je n'avais jamais entendu parler de cet animal il y a encore quelques heures et en voici un devant nous. On ne le voit pas en détail dans la nuit mais c'est bien ca, on en aura la confirmation le lendemain après avoir décrit la scène à Aswan. Et c'est plutôt rare. Comme la plupart des animaux sauvages cités ci dessus, les pangolins (Asie et Afrique) sont menacés et en voie d'extinction. L'espèce des pangolins de Malaisie est aujourd'hui en danger critique d'extinction. Le pangolin est le mammifère le plus braconné au monde, devant le rhinocéros et l'éléphant. Tout ça pour les marchés chinois et vietnamien qui raffolent de sa chair, et qui utilisent les écailles à 1000€ le kilo à des fins thérapeutiques, alors qu'elles sont constituées de kératine, comme nos ongles. Et quand bien même ce serait composé d'autre chose, ça reste de la bêtise humaine. Le voyage nous montre un clivage frappant: tout ce que la nature a de plus beau à nous montrer et à nous donner et ce que l'humain en fait. Combien d'animaux nos enfants ne connaîtront pas ?

En route vers le village Batek avec Rusli
Explications sur la sarbacane
Démonstration de feu et une flèche
Pas facile de viser
La cible est ratée
Sarbacanes, carquois et flèches fait main !

Samedi 16 Février

Après s'être rendormis, tout le monde se réveille de bonne humeur vers 8h du matin, et franchement on a bien dormi! Et à notre grande surprise, zéro moustique. Pas une seule piqûre, on est étonnés ! Pas d'animaux ce matin non plus dans la clairière mais on retiendra le cerf et le pangolin. On prend le petit dej qu'on avait emporté et puis on part tous les quatre à la rivière où on reste quelques heures, entre baignades, rigolades, flûte vietnamienne, discussions sur tout et rien, on ne voit pas le temps passer. Dommage qu'Aswan n'ait pas voulu se joindre à nous, il est sans doute trop timide. Un peu avant 13h, on se met en route pour rentrer. Il est presque 15h quand on arrive, et on raconte notre expérience à Rusli. On lui rend son matériel, on déjeune, on joue aux cartes, puis on retourne à nos auberges de jeunesse. Le soir on se retrouve avec les filles pour un dernier repas ensemble, et on va se coucher de bonne heure pour la journée de voyage le lendemain.

Ce papillon est bien resté une heure avec moi, me suivant partout

Samedi 17 Février

Nous avons pris le bus ce matin pour retourner à Kuala Lumpur. Nous faisons la première partie du trajet avec les filles, puis nos chemins se séparent puisqu'elles vont à l'est. Taman Negara on a vraiment adoré et surtout on s'est bien marré avec Manon et Lucile, des filles au top!

On est arrivés à KL vers 15 ou 16h pour deux nuits avant de prendre l'avion ce mardi 19 vers une île où nous avons atterri en début d'après midi. Alors où sommes nous ?

Des bisous

10
10
Publié le 23 février 2019

Du Mardi 19 au Samedi 23 Février

Hello! Je vous fais ici un résumé de ce (court) séjour à Bornéo et je vous explique pourquoi.

Nous nous faisions vraiment une joie de découvrir une partie malaisienne de cette île partagée entre trois états (Malaisie, Indonésie et Brunei). En prévision, ascension du mont Kinabalu (plus de 4000 mètres), et randonnés dans le parc naturel du même nom, jungle pour tenter d'apercevoir des orangs outangs et des nasiques (singes au long nez) à l'état sauvage dans leur habitat naturel, plages préservées, programme de rêve.

Nous sommes donc arrivés mardi après midi, le vol s'est bien passé et l'arrivée jusqu'à notre auberge à Kota Kinabalu aussi. Nous sommes dans un dortoir de 4 personnes, il y a Andy, un malaisien, et Chris, un allemand. Andy est de Kuala Lumpur et vient passer quelques jours ici, il est déjà venu et connaît bien le coin. Il a la conversation facile et nous propose d'aller voir le coucher de soleil et puis d'aller dîner avec lui, on accepte direct! On arrive pile poile au bon moment sur le front de mer (c'est un quai bordé de restaurants, la plage est à l'extérieur de la ville). Les couleurs sont magnifiques, on ne peut cependant pas s'empêcher de constater la quantité impressionnante de plastique flottant dans la mer, ainsi que l'odeur. Andy nous amène ensuite faire un tour au marché local, où on trouve absolument de tout, comme partout en Asie: énormément de poisson et crustacés vu la localisation, fruits et legumes, viandes séchées, épices, condiments, enfin vraiment tout. Puis il nous amène au food court de poissons et fruits de mer (aire de restauration dans la rue sous des sortes de tonnelles). Les stands se ressemblent et proposent de tout venant de la mer, on paie au poids et c'est ensuite cuisiné comme on le souhaite. Pour Ju c'est pouple frit et style local, pour moi des gambas et pour Andy du poisson, et des coquilles pour partager. Le tout avec des légumes et du riz, et des jus de fruits frais. C'est juste TROP bon ! Et on remercie Andy pour ce super bon plan, il nous a dit qu'il fallait toujours négocier le prix (car non affiché), et c'est ce qu'il a fait! On va se coucher après cette bonne soirée.

Le lendemain on essaie d'organiser notre séjour dans le par national et l'ascension du Mont Kinabalu, ainsi que le séjour dans la jungle pour espérer voir les deux types de singes. C'est là que ça se corse. Contrairement aux précédents pays que nous avons fait, il semble bien difficile de voyager de façon indépendante à Bornéo. C'est à dire que pour ce que nous avions prévu de faire, il faut passer par des tours packagés en groupes, et peu de moyens de transports pour aller d'un point à un autre. Ça correspond moyennement pour ne dire pas du tout à notre façon de voyager. On aurait pu pour une fois mette de côté nos habitudes de voyageurs débrouillards, mais c'était sans compter sur les tarifs. Bien trop élevés, voir hors de prix. Par exemple, pour l'ascension du Mont Kinabalu en deux jours une nuit, il faut compter à partir de 180€ par personne. Non négociable, et pas moyen de le faire seul. Donc on a fait une croix sur à peu près tout ce qu'on avait prévu de faire, et une grande partie de la journée a donc consisté à rechercher un plan B. On choisi finalement d'écourter notre séjour ici pour partir sur une autre île (et autre pays) le samedi 23. Cette nuit va être plus compliquée que la précédentecar notre copain Andy s'avère être un champion...de ronflette, avec des gros décibels!

Nous avons donc passé une journée relax sur une plage (presque) déserte pour l'anniversaire de Ju. Et ça ça fait plaisir ! À part nous il n'y avait que des méduses (que nous avons évité car nous avions été prévenus par l'allemand), et quelques locaux mais très peu. Puis pour le coucher de soleil la plage s'est remplie de touristes majoritairement chinois, mais le spectacle était quand même beau. Pour fêter les 25 ans de Ju, on s'est fait un petit plaisir pour le dîner dans un restau italien sur le front de mer avec bonne pizza au feu de bois et des pâtes, et une bière pour trinquer. Il n'en faut pas beaucoup et c'était super bon !

Le jour suivant, encore après un concert nocturne d'Andy, on part sur deux îles en face de Kota Kinabalu pour la journée. Elles font partie d'une réserve marine, du coup on va pouvoir faire du snorkel! La première île est plutôt petite, du coup on ressent vite le monde, mais on profite de l'eau transparente et sans méduses, et des quelques poissons que l'on peut apercevoir. Puis en début d'après midi nous partons sur l'autre île, plus grande donc il est facile de trouver un coin au calme (et à l'ombre). C'est vraiment le décor de carte postale et le soleil est au rendez vous. En fin d'après midi, avant que le soleil se couche, le bateau vient nous chercher pour rentrer. Et là, c'est la panne. Nous voilà donc une quinzaine sur notre petit bateau, à la dérive à 2/3 km de l'embarcadère, direction les rochers à tribord, voyant de plus en plus le fond de la mer jusqu'à ce qu'il ne reste plus que 50cm d'eau, le bateau qui frotte sur le fond. Avec des vagues des autres bateaux qui passent pour donner un petit mal de mer, sinon c'est pas fun 😂 après quelques appels du capitaine à un collègue et une dizaine de minutes plus tard, nous passons sur un autre bateau et rentrons à terre. C'est notre dernier soir ici et Andy nous propose d'aller manger avec lui et une russe de l'auberge. Il nous amène encore dans un bon endroit, avec de la nourriture plutôt indienne cette fois ci. Et à la fin du repas, malgré nos efforts pour le persuader du contraire, il insiste fortement pour nous inviter. On le remercie beaucoup pour ce geste, mais aussi pour sa sympathie et son sens du partage. On lui dit ensuite au revoir, car il va rejoindre quelq'un d'autre, et nous rentrons car nous devons nous lever à 5h30 du matin le lendemain pour prendre notre avion !

Alors attention hein, nous ne faisons pas les gamins blasés et on se rend tout de même compte de la chance de ce qu'on est en train de vivre. Malgré la petite déception/frustration de ne pas avoir pu découvrir ce que l'on avait prévu ici, nous sommes tout de même contents de cette expérience, qui nous aura permis de rencontrer une superbe personne!

Gros bisous et à bientôt pour la suite

Arrivée à Kota Kinabalu
À l'auberge
Contre-jour mais coucher de soleil avec Andy
Marché aux poissons et food court
Notre premier dîner !
25 🎂🎉

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires