Carnet de voyage

Bali

5 étapes
15 commentaires
5 abonnés
Dernière étape postée il y a 1802 jours
Février 2019
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 27 février 2019

Samedi 23 Février

C'est parti, aujourd'hui nous partons pour Bali! Mais pas si vite !

Nous nous levons non sans mal à 5h30, notre ami Andy ayant encore ronflé toute la nuit. Aussi, ça commence à me gratouiller pas mal un peu partout, et je comprends vite que c'est dû aux punaises de lit, j'en aperçoit même une. J'espère juste qu'on en n'a pas dans nos sacs parce que là ça serait vraiment le plan pas cool du tout de trimballer des punaises de lit partout. Bref, petit déjeuner express et à 6h nous sommes prêts et attendons le Grab avec lequel nous avions sympathisé et qui nous avait proposé de nous amener à l'aéroport. 6h05, 6h10, personne, 6h15 pas de réponse à nos appels et messages. On en commande un autre qui arrive quelques minutes après, et arrivons vers 7h à l'aéroport. Nous avons pris un vol pour Bali avec escale à Brunei. Lors du check in et du dépose bagage, on nous demande de présenter le billet de sortie d'Indonésie ou billet de continuation, pour prouver que nous n'avons pas l'intention de rester sur le territoire indéfiniment. Sauf qu'on n'en a pas. On explique qu'on va faire un working holiday en Australie par la suite, mais rien n'y fait, nous ne pouvons pas prendre notre vol tant que nous ne présenterons pas un billet de continuation. Heureusement, il y a du wifi, nous voilà donc à réserver le billet le moins cher au départ de Bali, à une date au hasard. Une fois cela fait, nous récupérons nos cartes d'embarquement et direction notre porte d'embarquement. Le vol de Kota Kinabalu à Brunei dure à peine 40 minutes, express ! Et je dois dire que la compagnie Royal Brunei est vraiment top! Jus de fruits servi avant le décollage, TV devant chaque siège et personnel très aimable. L'escale à Brunei est largement moins express que le vol: près de 12h avant notre vol pour Bali. Comme nous avons été enregistrés, ainsi que nos bagages, nous ne pouvons pas sortir ! C'est parti pour 12h dans l'aéroport, et pour le coup, il n'y a vraiment pas grand chose à faire, et il n'y a quasiment personne. On prend notre mal en patience, on s'occupe de formalités administratives pour l'Australie, on dort aussi, on regarde des films. Finalement on embarque vers 20h30 pour deux heures et demie de vol, on a même droit à un repas servi à bord! Nous atterrissons un peu avant 23h30. Apparemment, il y a pas mal d'autres avions en provenance de la Chine et Corée du Sud qui sont arrivés aussi : il y a une sacré queue pour passer l'immigration. Une fois passée, on récupère nos bagages, prenons un taxi et il est presque 1h30 lorsque nous arrivons à notre guesthouse de Canggu. Juste le temps d'une douche et de poser nos affaires, et au lit, cette journée ayant été longue, mais nous voilà à Bali pour de nouvelles aventures !

Dimanche 24 Février

Pas de réveil prévu ce matin, on se lève en fin de matinée, et on découvre notre mignonnette guesthouse de jour! Petit dej et plouf piscine, ça fait du bien, car le soleil est au rendez vous malgré ce qu'on craignait (fin de mousson). Ensuite on loue un scooter et on file en direction de la plage de Batu Balong, au sud de là où nous sommes. C'est un des spots préférés des surfeurs et on comprend pourquoi : les rouleaux de l'océan Indien leur permettent de surfer toute la journée. Julien a faim donc il mange un bout en bord de plage, puis on va se poser un peu plus loin, face à l'océan et la plage de sable marron noire volcanique. Puis je me jette à l'eau, ou plutôt l'eau se jette à moi: ici pour la baignade, c'est sportif! Ce ne sont pas des rouleaux de 10m de haut mais tout de même, on sent la force de l'océan par rapport à la mer. Nous rentrons en début de soirée. Canggu est une ville touristique on ne va pas le cacher, mais on parvient tout de même a déjà percevoir l'atmosphère balinaise. Les petites maisons parfois aux façades décorées de street art, entrecoupées de rizières ou de temples au style hindou balinais, que nous n'avions connu jusqu'à présent. Je sens qu'on va bien se plaire ici. On dine à la guesthouse et on va se coucher, hâte de la suite!

Lundi 25 Février

La matinée, on profite du calme de notre guesthouse et de sa piscine, car en début d'après-midi on a un rendez vous un peu particulier, qui nous coupe la journée. Nous devons aller à l'hôpital pour effectuer un contrôle médical, demandé par le gouvernement australien pour bénéficier du permis vacances travail (PVT), étant donné que nous avons séjourné en Asie plus de trois mois, ils veulent vérifier que nous ne ramenons pas de maladies en Australie...en insistant bien sur la tuberculose, allez savoir... après quelques examens (et quelques €€€..) nous voilà libres de continuer la journée. On est contents d'avoir retrouvé les plaisirs du scooter, on est vraiment indépendants à 100%, ça nous permet de prendre notre temps quand on en a envie, de se perdre dans les ruelles et chemins. On va donc sur une autre plage que celle d'hier, avec autant de surfeurs mais des vagues plus petites et on peut donc se baigner vraiment. Il est possible de prendre des cours ou bien juste de louer une planche, on aimerait bien essayer mais là on approche de la fin de journée du coup on essaiera un autre jour. En attendant on profite bien de la mer, en regardant les surfeurs de tous niveaux, et on termine en beauté avec un des plus beaux coucher de soleil qu'on ait vu, sur l'océan indien s'il vous plaît !

Mardi 26 Février

Ce matin nous partons sur la partie sud de l'île, ça fait comme une mini presqu'île. Ça monte un peu, et nous arrivons à des falaises et une plage aux nuances de bleu à couper le souffle, et une eau hyper claire! C'est la plage carte postale ! Vite de l'ombre, il y a bien des parasols et transats à la location, mais on trouve un petit coin à l'ombre et on s'y installe. On s'y baigne longuement tellement on avait chaud, ça fait du bien! Malheureusement on n'y restera pas très longtemps, car la marée monte et l'eau nous atteint bientôt, alors on prend nos affaires et on part au temple d'Uluwatu. Il faut savoir que Bali est également connu sous le nom de l'île des Dieux, et on comprend pourquoi lorsqu'on sait que l'île compte plus de 20.000 temples. C'est simple, on en voit partout, tout le temps, souvent des petits, ouverts uniquement pour les prières. Le temple d'Uluwatu est situé à flanc d'une falaise haute de 70 mètres, d'où l'attrait touristique. Il est aussi connu de par ses occupants : des singes voleurs. Il est d'ailleurs bien conseillé en plusieurs langues aux visiteurs de ranger casquettes, chapeaux, lunettes, téléphones et même bijoux. Ce qu'on fait, tout dans le sac, et sac fermé avec un mousqueton (on se rappelle de la leçon de Koh Lanta en Thaïlande : oui, les singes savent ouvrir les sacs à dos). On se couvre les jambes avec un sarong (sorte de paréo) prêté à l'entrée, et on se lance ! Il y a un chemin tout autour du temple permettant d'avoir différents points de vue, on va donc commencer par là. Après quelques mètres, le premier singe apparaît. Il est gentiment posé sur un arbre, il regarde les touristes. Julien sort son portable de la poche pour prendre une photo, je préfère garder le mien dans la poche, je ne le sens pas. Et alors que le singe commence à bouger et descendre de l'arbre, réaction en direct de Ju: "moi je me barre d'ici !". J'en fais de même, en jetant un coup d'oeil derrière moi quand même pour voir que le singe ne nous suit pas. Eh bien si, il est derrière moi et en une demi seconde je comprend qu'il compte bien se rapprocher. Il prend de l'élan et court vers moi, je me suis remise de dos à lui et il a sauté sur mon sac, à deux reprises. Voyant qu'il n'en tirerait rien, il m'a laissée tranquille. C'est vraiment pas mes copains les singes. Du coup il est parti tenter sa chance ailleurs et bingo les lunettes d'un autre visiteur. On a quand même réussi à prendre des photos sans trop de risques, l'endroit est magnifique, même si le temple était fermé. Après la visite, on n'a qu'une envie, c'est de se baigner. Attention hein nous ne sommes absolument pas à plaindre et ce n'est pas ce que nous sommes en train de faire mais c'est pour vous mettre dans le contexte. Nous sommes trempés, pas au sens figuré. Les cheveux, le visage, même sur les bras et les jambes, le t-shirt, tout est mouillé, tellement on a chaud. Alors on reprend le scoot et on part vers une autre plage, tout aussi belle que celle d'avant. Ici il y a aussi quelques surfeurs, mais aussi et surtout des paddle surf (la grande planche avec la pagaie), car il y a moins de vagues et plus petites. Pas de coucher de soleil flamboyant comme hier, la plage donnant sur le nord, mais ça n'en reste pas moins une super journée !

Mercredi 27 Février

Ce matin nous avions prévu d'aller au temple Tanah Lot, situé non loin de la ou nous sommes. Mais Julien a mal au ventre, et il préfère récupérer ce matin, je décide d'y aller quand même. Il n'y a que 10km à parcourir, je place mon téléphone sur le support prévu a cet effet sur le scooter pour suivre la direction à prendre et c'est parti. Sauf qu'à mi chemin, ledit support lâche, mon téléphone avec. Donc vous vous doutez bien que téléphone VS route à 50km/h.. voilà la triste fin de mon téléphone. Il fonctionne encore avec des bugs par ci par là, l'écran n'en parlons même pas, je ne vois pas d'autre solution que de devoir en acheter demain...bref sinon la bonne nouvelle du jour c'est qu'on a obtenu nos visas pour l'Australie, temps record !

Après cet incident, le moral et l'entrain s'étant abaissés, je décide quand même d'aller jusqu'au temple, tant qu'à faire, que ça n'ait pas servi à rien et puis c'est fait, je ne peux pas revenir en arrière donc autant ne pas se pourrir la journée. Le temple est en effet très beau, perché sur un rocher dans la mer. On ne peut pas y accéder mais la vue est superbe!

Après la visite, et quelques photos prises malgré les bugs, je rentre pour retrouver Ju et direction la plage pour faire du surf ! On loue des planches et on y va nous mêmes, les vagues étant praticables pour les débutants comme nous. Oui enfin, parfois on se retrouve quand même brassés en mode machine à laver long cycle, coiffure style moumoute et on a de la chance si le maillot de bain est encore en place 😂 à part ça Ju a réussi à prendre quelques vagues pas mal, moi un peu moins mais on s'est quand même bien amusé (et bien rincé le nez). Et on est KO! Ramer avec les bras ça use le dos, les épaules et les bras, j'en connais deux qui vont avoir des bonnes courbatures demain ! Mais sinon c'était génial, c'était cool de tester ça tous les deux et puis faire du sport dans l'océan c'est quand-même le top! Ça m'a vite fait oublier le téléphone cassé.

Demain on part pour Ubud, dans le centre, et ce sera raconté dans un nouvel article. Des bisous

2
2
Publié le 9 mars 2019

Du Jeudi 28 Février au Lundi 4 Mars

Coucou! Alors désolée pour le retard, il a été difficile d'avoir une connexion récemment donc voici un petit résumé de ces derniers jours, cette fois-ci à Ubud, plus vers le centre de l'île ! Nous avons séjourné dans une guesthouse très calme non loin du centre. En tant que bons balinais 😜 on a quand même loué un scooter pour découvrir les alentours, le scooter c'est la base pour explorer ici, il n'y a pas de transport en commun! Au programme, temples et paysages verts. A vrai dire, on n'a pas fait tout ce qu'on aurait voulu faire car on a pas mal été contraints par la pluie, qui s'invitait tous les après midi, donc on a fait en fonction, et on vous laisse voir ça en images! Bisous!

Et je vous poste du 4 au 8 d'ici (très) peu 😘

3
3
Publié le 9 mars 2019

Du lundi 04 au vendredi 08 Mars

Alors après Ubud, nous voilà encore plus dans le Nord et exactement à Sekumpul. Il nous aura fallu un peu plus de deux heures de trajet avec un chauffeur qui s'est cru dans un rallye, et avec les petites routes de montagne on est vraiment soulagés quand on arrive, l'estomac retourné 😂 On est plus en hauteur qu'à Ubud et il y fait plus frais. Nous sommes dans une petite guesthouse tenue par Kadek et Iloh, un couple vraiment très très très gentil! Kadek m'appelle même "my sister". On a une superbe vue sur les montagnes environnantes, et au loin sur la mer! Pas de bol, à peine arrivés que la pluie se met à tomber....quand on dit pluie, on parle de grosse pluie, pas de quelques gouttes dont on pourrait s'accommoder. Donc la fin de la journée se passe à l'abri, on discute un peu avec nos hôtes. Nous sommes venus ici pour le côté nature, entre montagne, lacs, et cascades par dizaines. Nous avons prévu de passer 4 jours ici.

Le lendemain, on ne se lève pas tard et on part à pied à la cascade la plus proche, et apparemment, la plus impressionnante, qui porte le même nom que le village. Entre nuages et éclaircies, ça descend pas mal, et on commence à entendre le bruit de toute cette eau qui tombe. Lorsqu'on l'aperçoit, on n'est clairement pas déçus ! Voyez vous mêmes ! Une petite merveille de la nature comme on les aime. Et en plus le soleil est de retour! On continue de descendre pour se rendre à la cascade, il y a peu de monde car l'accès est restreint et réservé à ceux qui logent au village. Le débit d'eau est impressionnant, certains se baignent rapidement mais pas directement sous la cascade sous peine de se retrouver écrasé sous l'eau. Ensuite on continue en direction de deux autres cascades, dans lesquelles on se baigne aussi, en faisant bien attention car les rochers sont hyper glissants. Et on aurait même pas eu besoin de se baigner pour être rafraîchis, tellement l'eau nous éclabousse. Puis le temps se couvre et nous décidons alors de remonter (et c'est super raide!!). On a bien fait, car avant d'arriver à la guesthouse il commence à pleuvoir et puis ça se transforme en très grosse pluie...pour tout le reste de la journée, décidément !

La journée suivante on se lève tôt également, on sait qu'il risque de pleuvoir l'après midi donc on veut profiter de la matinée pour aller au lac Beratan, de l'autre côté de la montagne. On prend un scoot et c'est parti direction le lac. Le trajet est court en distance, mais comme je l'ai expliqué ce sont des routes uniques et petites donc la vitesse est réduite et le temps de trajet plutôt long. Et bien pile quand on arrive au lac après une bonne demi heure, les nuages aussi, ça ne sent clairement pas bon pour nous! Mais comme tout bon balinais, on a nos super ponchos imperméables dans le coffre du scooter (c'est la première fois depuis le début de notre voyage que je m'en sers, enfin il aura servi à quelque chose!). Du coup on met nos super imperméables à la pointe de la mode et puis on se promène un peu au bord du lac, il y a un temple sur le lac et c'est magnifique malgré tout. Il ne pleut pas encore beaucoup du coup on en profite. Puis ça s'intensifie et il nous faut rentrer ou du moins se mettre à l'abri le temps que ça passe (si ça passe). Oui sauf que tout est fermé aujourd'hui en préparation du lendemain. Et oui, demain c'est le Nyepi, nouvel an balinais! J'y reviendrai. Donc du coup pas vraiment d'autre choix que de rentrer sous la pluie. On est plus ou moins au sec sous nos ponchos, mais ça reste peu agréable, les pieds sont trempés et glacés. À mi chemin on trouve tout de même un petit boui boui pour prendre un thé chaud et espérer que la pluie se calme. Mais après une relativement longue attente, ça perdure, donc on décide de rentrer avant que ça ne s'empire, au cas où. On parvient enfin à arriver, et le premier réflexe est la douche chaude! Et on a bien fait de ne pas s'attarder car il pleut de plus belle! On se demande si on pourra assister ce soir au défilé des Ogoh-Ogoh. La veille du Nyepi, les balinais font une procession d'Ogoh-Ogoh, monstres fabriqués en papier mâché, dans lesquels les mauvais esprits vont prendre place, avant de les brûler le soir. Nos hôtes nous ont informé que la procession a lieu vers 17h, et on espère que la pluie cessera, car c'est très important pour les locaux (majorité hindoue), et ils ont mis des semaines voir des mois à préparer leurs Ogoh-Ogoh. Et puis contre toute attente en fin d'après midi, la pluie s'arrête. On va donc pouvoir aller à la procession. Iloh nous prête gentiment des sarongs, pour respecter la tradition. On les met et puis on suit Johny, un balinais qui va nous emmener voir les festivités, avec deux russes et deux hollandais aussi hébergés ici. On se rend à la route qui passe par le village, et on attend, nous sommes les seuls occidentaux, tous les autres sont des habitants du village. On attire parfois l'attention, en se faisant prendre en photo où vidéo, et tous nous adressent des sourires. Est ce qu'ils se demandent ce qu'on peut bien faire là, ou s'ils sont contents qu'on s'intéresse à leur culture, je ne sais pas, mais nous sommes contents d'être là et d'avoir encore une occasion unique de vivre quelque chose d'aussi authentique. On ne fait jamais exprès de se trouver au bons moments dans les pays et ça me fait un peu comme si c'était un cadeau à chaque fois. Et puis on commence à entendre la musique. Et on voit les musiciens, danseurs, et porteurs des monstres arriver. C'est impressionnant, ils font bouger, valser les monstres dans tous les sens, alors que ça a l'air de peser bien lours! Même des enfants en portent. Les neufs Ogoh-Ogoh passent et puis on les suit jusqu'à la place du village, où certains lancent des pétards et petits feux d'artifice. C'est une ambiance assez festive malgré le fait que c'est sensé éloigner les mauvais esprits. Puis on remonte à nouveau la rue à la fin du défilé, encore ébahis de ce que nos avons vu. Chaque Ogoh-Ogoh retourne ensuite dans son village pour être brûlé bien plus tard dans la nuit, nous ne verrons donc pas cela malheureusement.

Le lendemain, le 7 mars, c'est le jour du Nyepi. C'est un jour très particulier puisqu'il est aussi appelé le jour du silence. Et c'est à prendre au sérieux. Tous les habitants, et touristes sont priés de rester chez eux et de ne pas sortir de la journée, de 6h du matin jusqu'à 6h du matin le 8 mars. La police contrôle et qui ne respecte pas se récolte une amende salée. Il n'y a donc pas de circulation, personne dans les rues, personne à la plage, tous les établissements hors hôtels et médicaux sont fermés, mais personne ne bouge. Les hôteliers ont des dérogations spéciales pour pouvoir nourrir leurs clients, car certains vont même jusqu'à jeûner en cette journée. L'aéroport de Bali est même fermé. Wifi et même 4g sont coupés sur l'île. Il n'y a donc rien à faire en cette journée. Et ça tombe bien, car on n'aurait pas pu faire autre chose. On a eu un orage énorme TOUTE la journée. Mais énorme énorme, des trombes et des rideaux d'eau, tellement de nuages qu'on ne voyait même plus la montagne en face de nous. Donc c'était une longue journée, où on a beaucoup lu. On pensait planifier un peu plus l'Australie mais bon du coup c'était râté. Et puis le 8 nous partons déjà vers une autre destination. On a été un peu déçus par le temps qui ne nous a pas laissé faire grand chose, mais on aura quand même vécu un moment unique dans notre vie. Je crois que là on est bons niveau nouvel an, trois dans l'année c'est pas mal non? 😂 Là nous sommes donc en 1941 du calendrier Saka.

On remercie nos hôtes, qui nous offrent du thé de leur plantation lors du départ.

Voilà pour l'étape Sekumpul, on espère qu'elle vous plaira, et sur ce, bonne année ! 😘


4
4
Publié le 14 mars 2019

8 au 11 mars

Après avoir quitté la pluie, nous voici maintenant à Kintamani, au pied du mont Batur, volcan de 1717 mètres d'altitude. Le cadre ici est juste magnifique, un des plus beau qu'il nous ait été donné de voir. Le mont Batur, qui pousse au pied du lac du même nom, le mont Abang, et derrière lui le mont Agung, point culminant de Bali avec 3031 mètres. Nous sommes dans une petite guesthouse près du lac.

Après la première nuit ici, nous louons un scooter pour la journée et on part explorer, et ici on a vraiment les plus beaux points de vue de l'île. A quelques kilomètres de Kintamani, on se retrouve perché quelque part d'où on peut voir l'île de Nusa Penida, au sud ouest de Bali, les villes de Denpasar, Kuta, l'océan, et les montagnes. Journée assez calme où on en prend plein la vue, sans pluie, ça fait du bien! Et malgré l'ombre quasi constante, Ju a cramé.

Le soir on va se coucher plus tôt que d'habitude, car il va falloir se lever à 3h du matin pour l'ascension du mont Batur, afin d'y arriver pour le lever du soleil. A 3:30, notre guide (car il faut un guide) vient nous chercher et on commence cette randonnée, avec un couple de Tchèques. Et notre guide, qui fait ça tous les jours, a un rythme hyper rapide! On n'est quand même l'habitude de marcher, à un bon rythme, mais là il trace, ce n'est pas hyper agréable, et puis quand ça commence à monter il prend une allure plus modérée. On a nos lampes frontales en place, et effectivement dans la nuit noire on aurait peut être eu du mal à se repérer. Quoi que, il y a tellement de monde qui fait l'ascension qu'il aurait été facile de trouver le chemin. La montée se fait en deux heures sans difficulté, mais nous n'étions pas au courant que des motos empruntaient aussi le sentier...oui, des motos, et ça n'arrête pas. Toutes les 5 minutes, il faut laisser passer les motos, puis respirer la poussière soulevée et les bonnes odeurs de pot d'échappement. Je trouve ça hallucinant et écoeurant, que certains trop flemmards pour marcher deux heures, paient des prix exorbitants pour se faire déposer au pied du mont, cassant tout le principe d'une randonnée, et niveau environnemental je passe. Bref, ça nous casse un peu le truc, mais on y est et on ne peut malheureusement pas y faire grand chose. Et puis on arrive au sommet. Il y a des bancs aménagés avec des planches en bois, oui c'est très touristique. Pour l'instant il fait encore noir complet, on voit les lumières de Kintamani en contrebas, et l'ombre du mont Abang devant nous. On se couvre car le vent souffle. Notre guide nous donne une petite collation, en attendant que le soleil pointe le bout de son nez. Et puis le voilà, et on oublie tout le reste. Je ne sais pas si c'est comme ça tous les jours, mais ce jour là c'est un lever de soleil flamboyant, le ciel est en feu. On découvre l'île de Lombok au loin et son mont Rinjani, 3726 mètres, c'est juste grandiose. Les couleurs changent, on est scotchés. Puis lorsque le soleil est levé, voir le cratère, et on monte sur la crête, d'où sortent des vapeurs qui nous réchauffent les mains. Il y a des singes (encore!) et je planque bien mon sac parce que j'ai des bananes dedans! Mais ceux là ne semblent pas se soucier de moi, merci bien. On a une vue à 360°, c'est vraiment magique comme moment. Puis il est temps de redescendre, et nous voilà de retour vers 9h. Ça nous a fait du bien de faire une activité un peu sportive et malgré le côté touristique, ça restera un de mes plus beaux moments je pense. Et puis là ça se gâte un peu pour moi. Je passerai les détails mais j'ai eu une bonne tourista (et oui même après 6 mois de voyage ça peut arriver !). Donc nos plans pour aller sur Nusa Penida sont tombés à l'eau pour le moment et nous sommes retournés vers Kuta. Ça a duré 5 jours et là je pense que c'est presque terminé, heureusement car je n'ai rien fait ces jours ci, puisque les déplacements à plus de 5 mètres des toilettes étaient proscrits...

Donc là je vous écris depuis Kuta, où on va profiter des derniers jours avant le pays des kangourous. J'aimerais bien refaire du surf donc on vous dira ça ! En attendant on vous en met plein la vue! 😘

5
5
Publié le 27 mars 2019

Après les derniers jours à profiter du calme et du soleil de Bali, nous voilà arrivés à Sydney depuis samedi dernier. Au programme, réinsertion dans la vie active.

Avec une pointe de nostalgie, j'écris donc le dernier post de ce blog.

Pour vous remercier de nous avoir suivi et encouragé pendant ces 6 mois extraordinaires. On vous embrasse bien fort et on continue de vous donner des nouvelles via WhatsApp.

Prenez soin de vous

😊😘❤️

Clara & Julien


Merci Ju de m'avoir proposé de te suivre dans cette aventure.

C.