Un été au Japon

Voici un carnet de bord de notre voyage au Japon en amoureux. Nous avons 76 jours pour nous immerger au plus profond de la culture Japonaise en période estivale.
18 juin au 1er septembre 2018
76 jours
Dernière étape postée il y a 104 jours
15
juil
15
juil

Otsu est une petite ville située à côté de Kyoto et à environ 40 minutes d’Osaka en train. La ville longe le sud du lac Biwa, le plus grand lac du Japon et se trouve également près du mont Hiei, permettant de faire des balades entre plusieurs paysages différents !

C’est en regardant des articles et vidéos sur internet que nous nous sommes décidés à visiter cette ville qui reste peu visitée et référencée dans les guides touristiques.

Pourquoi ne pas aller voir de nous même ce que cela donne ?

• • •

Nous avons passé la matinée à visiter l’énorme temple bouddhiste Mii-dera (de son nom officiel Nagarasan Onjô-ji) au nord d’Otsu. C’est l'un des quatre plus grands temples du Japon. Il y a en tout 40 bâtiments et une dizaine de temples (plus ou moins grand) dans le complexe monastique du Mii-dera ! De quoi passer un bon bout de temps à tout visiter.

C’est aussi un très bon endroit pour remplir son carnet de Goshuin puisque six temples en délivrent. Ils sont tous marqués dans une carte qui vous est donnée à l’entrée, après avoir payé l’entrée à Mii dera.


Mais que sont ces "goshuin" en question ?! Je vous invite à lire cet article pour le savoir ~

Nous avons choisi de visiter les temples :

  • Shaka-do
  • Kon-do
  • Bimyo-ji
  • Kannon-do
  • Suigan-ji

Les Japonais piochent nombre de leurs croyances et traditions dans deux religions principales non-exclusives : Le Bouddhisme et le Shintoïsme.Pour en savoir plus sur cette cohabitation des deux religions, je vous invite à lire cet article

Notre « marathon » des temples terminées, nous avions prévu de faire une croisière en bateau sur le lac Biwa mais en cherchant des informations sur internet nous nous rendons compte que les différentes croisières sont déjà complètes jusqu'à la fin de la journée…. Nous sommes déjà dans les transports en direction du sud d’Otsu donc nous continuons notre route.

Arrivés à la gare nous mangeons et décidons d’aller visiter le fameux quartier historique d’Otsu (que l’on voit partout en vidéo)….. Que nous avons eu un mal de chien à localiser malgré nos dizaines de recherches et qui se trouvait au nord ! Oui oui tout près de la où nous étions ce matin. Étant donnée l’heure avancée, le prix et le temps des transports cela ne valait plus le coup de s’y rendre.

Nous avons fini par longer le lac Biwa, pensant trouver un coin de nature et d’ombre mais nous ne trouvâmes qu’une route en plein soleil longeant le lac en pleine zone industrielle ^^

~~~~ C’est a partir de cette mésaventure que nous jaugeons désormais le niveau de chaleur au Japon « Ai-je plus chaud qu’à Otsu sur la route bétonnée de la zone industrielle ? Non ? Alors y'a pire ! »

Il est dommage que la plupart des guides et sites appuient leurs informations sur les alentours d’Otsu et la visite des nombreux temples, du lac Biwa et de la croisière mais en oublie de donner des détails et des adresses précises sur la ville en elle-même....

Se fini donc cette journée de visite avec tout de même une matinée très sympathique et "spirituelle" !

• • •
12
juil


Nous avons passée une petite journée sur l'île de Miyajima, située au large d'Hiroshima.


Pour y accéder, peu de changement mais prévoir un peu de temps : il suffit de prendre le train depuis la gare d'Hiroshima jusqu'à la gare de Miyajimaguchi et prendre un ferry qui vous fait naviguer jusqu'au port de Miyajima! (Tout est inclus dans le JR Pass).

Nous avons également remarqué vendredi midi qu'un bateau partait du parc mémorial de la paix jusqu'à Miyajima directement. Aucune idée du temps et du tarif cependant!

Nous nous sommes levés très tôt ce matin là car nous avions rendez vous à 10H pétante là bas. En me levant, de grosses douleurs au bas du dos m'empêchent de marcher et de grosses douleurs au ventre m’empêchent de manger quoique ce soit. Avant de partir, on change un peu les plans : on allège le programme et les sacs à dos, on se soigne et on prie pour que ça aille mieux très vite !

Nous arrivons à bon port (vous avez compris la blague ?) à Miyajima après 10 petites minutes de bateau et nous prenons la direction du Miyajima Traditional Craft Center qui est littéralement juste en face du port ! Nous commençons la journée avec un atelier tout particulièrement important pour nous et nos futurs projets .... Un atelier de momiji manju !

Momiji Manjû est une des spécialités de l'île de Miyajima. Il s'agit d'une pâtisserie traditionnelle en forme de feuille d'érable, fourrée à la pâte de haricots rouges nommée "azuki". Si, comme nous, le azuki ne vous emballe pas des masses, vous pourrez goûter beaucoup d'autres parfums sur l'île. Nous avons pu goûter à la crème de citron (de la région), à la crème pâtissière et au chocolat... Un régal!

Nous nous sommes donc essayé à la confection traditionnelle de Momiji Manju, 4 par personnes (2 azuki, 2 chocolat). C'est très simple à réaliser, comme les gaufres il suffit juste des bons outils et du bon matériel.... Qui est introuvable pour les particuliers ! (Sniiiiiifffffff). Les gourmandises faites, il nous est proposé de les emballer pour les manger plus tard et d’en déguster quelques unes sur place accompagné d’un thé froid.

L’atelier terminé, nous nous dirigeons vers le cœur de l’ile. Nous rencontrons sur notre chemin beaucoup de shika (biches japonaises) qui viennent se faire caresser, marcher avec nous et surtout quémander à manger : les shika sont entourés de touristes ! Raphaël me dit qu’ici les shika sont quand même bien moins « sollicitées » qu’à Nara, ville près de Kyoto. Les shika vivent en total liberté dans toute l’ile et nous en croiserons beaucoup au fil de la journée.

La rue principale entre le port et le torii « d’entrée » en pierre est parsemée de boutiques de souvenirs et de pâtisseries. Cette rue donne directement, en quelques minutes à pied, accès au torii flottant et au sanctuaire Itsukushima, les deux lieux les plus connus de l’île.

En voyant des dizaines de groupes débouler pour visiter les lieux nous décidons de revenir plus tard.

Nous nous éloignons alors au cœur de l’ile, et montons des petits sentiers en pleine nature en direction du parc naturel « Momijidani », situé en hauteur et qui doit être une merveille à faire en automne (comme toute l’ile d’ailleurs). Il est 11H30, il faut environ 41 degrés à l’ombre et il devient très difficile pour moi de faire abstraction de mon état de santé pour continuer notre randonnée dans les hauteurs de l’ile…. Nous n’aurons pas été jusqu’en haut et de toute manière la station de téléphérique était fermée pour entretien annuel.

En redescendant tout doucement nous croisons un shika tout seul près d’un ruisseau qui devient notre compagnon de voyage jusqu’à notre retour au sanctuaire/torii ^^ En voyant le monde en bas et la chaleur du bitume notre jeune ami décide de remonter illico à l’ombre dans sa forêt !

Il est l’heure pour nous de visiter le sanctuaire Itsukushima-jinja. C’est un sanctuaire shinto, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et construit sur la mer de Seto.

Il est possible de le visiter à marée haute et ainsi admirer le sanctuaire et le torii qui semblent flotter dans l’eau ou à marée basse et accéder au torii à pied en empruntant la plage. Nous avons visité le lieu à marée basse.

Après la visite du sanctuaire nous avons profité de la marée basse pour nous balader sur la grande plage et nous éloigner du torii et du cœur de l’ile. Quel plaisir de retrouver la mer ! Une petite balade rafraichissante et revigorante !

Nos ventres commencèrent à crier famine, il était temps de trouver de quoi le remplir. En arrivant ce matin j’avais repéré parallèlement à la rue principale la shotengai Omotesando. En s’y rendant nous tombons sur la rivière qui traverse l’ile et décidons d’aller nous tremper les pieds aux côtés des shika allongés sous les arbres, seuls coins d’ombre. Au final nous passons quasiment vingt bonnes minutes à faire trempette auprès de ces gentilles bêtes <3

Dans la shotengai nous craquons sur des granités de haute qualité à base de melon et de pastèque de la région, des bâtonnets qui ressemblaient à s’y méprendre à de la pomme de terre mais qui était en faite du poisson >_<, bavons sur les machines de compétitions de Momiji Manju que nous avions tant regardé en vidéo en France, et dégustons quelques uns de ces gâteaux à des goûts différents en guise de dessert. Après un petit flânage dans les boutiques de souvenirs, nous rentrons à Hiroshima en écourtant la journée : Je ne tiens plus debout.

Nous n’aurons pas pu tout visiter mais nous reviendrons hors saison et surtout en automne pour profiter de « l’ile aux Momiji » comme il se doit, ce n’est que partie remise !

Le soir venu, nous sommes retournées au bâtiment ASSSE et avons testé les Okonomiyaki d’Hiroshima.

Je vous avais déjà parlé de l’Okonomiyaki lors de notre voyage à Kobe. Il existe quelques variantes de ce plat en fonction des régions et des villes. Ici, à Hiroshima, l’Okonomiyaki se prépare en couches successives sur une plaque chauffante avec tout d’abord la « crêpe » puis du chou coupé en lamelles. Ensuite est ajouté au choix des morceaux de viande, des crevettes, du poulpe, du calamar, etc. Viennent alors les nouilles (soba ou udon), la fameuse sauce okonomi (mélange de vinaigre de saké, miel et purée de légumes). La dernière étape est de retourner l’ensemble sur des œufs brouillés cuits sur la même plaque et de laisser le tout cuire jusqu’à ce que le chou soit tendre et la viande bien cuite.

13
juil
13
juil

La suite de notre voyage à Hiroshima fut...disons...plus légère psychologiquement! ^^

Nous avons continué à arpenter la ville, un peu étouffés par la chaleur humide (environ 35-40 degrés mais sachez que ce ne fût pas la pire semaine ~).

• • •

Ce que nous avons fait Mercredi 11 juillet (après-midi) :

- Le château d'Hiroshima, surnommé le "château de la carpe" situé en plein cœur de la capitale. Les fortifications du château sont bordés d'eau et il faut traverser un pont pour accéder à l'intérieur.Au sein de l'édifice se trouve un temple (le temple des Carpes), de grandes étendues de verdures et le château en question.

C'est un château moderne (en extérieur comme en intérieur) puisqu'il fut presque totalement détruit par la bombe atomique et reconstruit en 1958. Il a la réputation d'être un lieu de visite un peu boudé par les Japonais, de par sa modernité. Notons quand même qu'il fait parti des 100 plus beaux châteaux du Japon.

Les 7 premiers étages de la battisse sont consacrés à l'exposition d'objets et de tenues datant d'une époque où l'ancien château était une grande puissance militaire et politique et retraçant la vie et la hiérarchie d'Hiroshima pendant les périodes Nara/Edo/Meiji. Le 8ème étage est un observatoire 360 où l'on peut voir de plus près la carpe en or qui trône sur l'avant du château.

- Le jardin japonais Shukkei-en, une merveille pour les yeux, une heure coupée de la ville.

Des photos valent parfois plus que milles mots :

Le soir venu, nous sommes allés nous sustenter près de la gare d'Hiroshima, dans un bâtiment nommé "ASSE" ou deux étages sont consacrés à des restaurants proposant une grande variété de plats typiques de la région.

Nous réservons l'okonomiyaki d'Hiroshima pour le lendemain et nous nous posons devant un bon bol de ramen!

• • •

Ce que nous avons fait Vendredi 13 juillet :

Compte tenu de la chaleur et de quelques petits pépins de santé qui sont apparus la veille, nous avons adapté le programme pour profiter au mieux des dernières heures à Hiroshima.

Nous avons donc arpenté en long-en large-en travers la très populaire Shotengai Hon-dori (située à l'est du parc du mémorial de la paix) avant de rentrer à Osaka.

"Shotengai" est le mot japonais désignant une grande avenue commerçante couverte, le plus souvent totalement piétonne, et regorgeant de boutiques/restaurants typiques et traditionnels qui tiennent tête aux magasins modernes.

11
juil
11
juil

De retour dans la gare d'Osaka avec de nouveaux JR Pass (JR Kansai Wide) pour prendre cette fois le Shinkensen (l'équivalent en plus confortable, plus rapide et plus ponctuel de nos de TGV en France) direction Hiroshima.

Nous avons décidé de loger deux nuits dans un hôtel situé à côté de la gare d'Hiroshima et de répartir notre programme en deux journées dans la ville et la troisième sur l'ile Miyajima.

C'est après 1h30 de train, que nous arrivons à destination. Il est 10h00, il fait environ 35 degrés et le soleil tape déjà énormément : la couleur est annoncée!En sortant de la gare, première impression : qu'est ce que c'est paisible ici!

Puisque l'hôtel est à côté de la gare, nous faisons un crochet pour le check-in et pour déposer la valise jusqu'au soir.

La clé en main et délestés de nos bagages, nous ne perdons pas de temps et prenons la direction du mémorial de la paix d'Hiroshima en tram (nouveau transport ouiiiiii).

En sortant du tram nous tombons nez à nez devant la Orizuru Tower : Halte là! Ce sera notre 1ère visite! Non seulement je voue un amour tout particulier à l'origami, mais quand j'organisais l'itinéraire d'Hiroshima je suis tombée sous le charme des orizuru.

L'orizuru Tower est un bâtiment de plusieurs étages ouvert au public dans le but de rendre hommage et de porter un message de paix et d'amour. Au rez de chaussé on y trouve une boutique de souvenirs et de produits locaux d'Hiroshima.

Apres avoir acheté les billets (une réduction est appliquée aux touristes) nous montons directement au 13eme étage dans un ascenseur décoré dans le thème. L'ascension terminée nous arrivons dans une belle salle boisée de toute part, sans fenêtre, avec une vue en 360 degrés sur la ville d'Hiroshima et le tristement populaire dôme Genbaku, vestige d'un Hiroshima d'avant la bombe atomique.

Une douce musique presque mélancolique nous accompagne pour observer tous les angles de la ville. Nous échangeons peu de mots avec Raphaël, chacun dans nos pensées, dans un mélange surprenant de tristesse et d'apaisement.

Pour rejoindre les étages inférieurs, nous descendons une passerelle qui longe les 13 étages de l'immeuble et qui expose sur ses murs des œuvres d'artistes divers. Ces œuvres portent tous des messages de paix pour les générations futures.

Au 12ème étage se trouve un espace interactif avec toujours comme thème principal l'orizuru : Vous pouvez confectionner votre propre orizuru avec des feuilles fournies par le personnel. Des tablettes à chaque table vous expliquent les étapes de pliage au fur à mesure (Autant vous dire que vu comment j'ai soulé Raphaël avec mes grues nous n'en avions pas besoin.... Ahahah).Nous avons quand même pris notre temps pour nous appliquer et marquer un vœux sur les ailes de nos grues.

Nous avons ensuite été invité à lâcher nos grues de manière très poétique : Nous sommes au 12ème étage, dans un coin de la salle tout en verre du sol au plafond (attention vertige) et nous lâchons dans un grand trou de verre nos grues qui volent et dégringolent jusqu'à une urne située tout en bas de l'immeuble.

Dans cette salle est également mis à disposition des jeux interactifs divers.Exemple :

Nous redescendons alors tout doucement et passons à la boutique du RDC. Nous sommes à Hiroshima et qui dit Hiroshima dit..... Momiji ouiiiii! Un bon point en plus pour la ville <3

Direction ensuite le Parc du mémorial de la paix, situé juste en face de la Orizuru Tower.Ce parc est un lieu de mémoire et de recueil des horreurs commises pendant la seconde guerre mondiale mais n'a pas été construit dans le but d'attrister ses visiteurs. Il est porteur d'un message positif, et d'espoir pour un avenir doux et pacifique pour les prochaines générations.

Ne nous mentons pas, ce que nous avons ressenti à la Orizuru Tower a pris ici tout son sens. Dès que l'on arrive devant le dôme quelque chose nous transperce. Quel est le sentiment qui prône le plus ? Celle d'une paix intérieure puisque qu'il n'y a pas d'autres bruits que les feuilles volantes, les oiseaux qui chantent et la verdure qui entoure le dôme ? Ou ce sentiment amer quand on imagine deux minutes que le 6 août 1945 ce bâtiment est resté debout tandis que toutes les personnes à l'intérieur ont disparu en une fraction de secondes? Ici beaucoup de Japonais viennent se recueillir et y déposer des offrandes.

Le parc abrite aussi un Mémorial de la paix, un arche, un cénophate où figurent les noms des victimes et une flamme de la paix qui brûle depuis 1964, date à laquelle elle fut pour la première fois allumée. Se trouve également le monument de la paix des enfants : des gens venus du Japon et du monde entier viennent y déposer chaque année des grues en papier en hommage aux enfants disparus trop tôt.

Direction ensuite le Musée de la paix d'Hiroshima, un peu plus loin dans le parc.Si vous souhaitez savoir de quoi il s'agit, je vous laisse lire cet article (cliquer dessus) qui explique parfaitement ce que nous avons pu voir ~

Nous étions préparé à ce que la visite ne soit pas très joyeuse, mais il faut le vivre pour réellement comprendre. D'habitude de grandes pipelettes ensemble, Raphaël et moi n'avons pas prononcé plus de 5 phrases durant notre heure de visite.

Il est 13h, nous sortons bouleversés. Difficile d'enchaîner après tout ça, et difficile de manger. Nous nous posons un peu pour digérer cette matinée et vous savez quoi ? Ce parc est fortement réconfortant. Après avoir vu et entendu de telles horreur on est entouré d'une nature apaisante, de monuments qui prônent une philosophie positive et pacifique et on saisit donc à sa juste valeur ce lieu, symbole de paix mais aussi de reconstruction.

Nous pic niquons finalement notre repas acheté à la supérette d'à côté et nous enchaînons avec d'autres visites : Hiroshima est une ville très belle qui regorge de bons plans et d'une culture culinaire très forte.

Oui, j'adore cette ville !

(Regroupement de toutes nos autres visites dans le prochain article)

10
juil
10
juil

Le deuxième jour à Kobe fut également une immersion en pleine nature! (Ces personnes ont besoin de déconnecter de la ville? Pas du tout ^^).

Après avoir déposé la valise et les objets superflus dans un "coin locker" à la gare (ça devrait exister partout, tout le temps ces choses là) nous nous sommes directement dirigés vers le Mont Rokko. Pour arriver à son sommet nous avons cumulé des moyens de transports différents : Train-bus-funiculaire.

Pour minimiser les coûts de transport nous avions pris la veille à la gare de Kobe un pass 1 jour "Arima-Onsen" (notre destination finale) à 2300Y par personne qui incluent tous les trajets possibles entre Kobe/Mont Rokko/Arima Onsen.Nous avons eu assez de mal à trouver le bureau qui les vend dans la gare car rien est indiqué et ce ne sont pas les bureaux de ventes de billets habituels. Le pass donne aussi accès gratuitement à deux onsen à Arima Onsen. Ce dernier est donc très intéressant et retablisé rien qu'en un aller. Ne perdez pas donc pas patience pour avoir le sésame!

Il était tôt et le funiculaire était quasiment vide, nous avons pu en profiter tranquillement. L'ascension jusqu'au sommet est relativement longue et on se demande comment et combien de temps cela a pris pour aménager ce moyen de transport sur une montagne aussi grande. Il n'y a aucune vitre donc en plus d'en avoir pleins les yeux, nos narines sont remplis des bonnes odeurs de la flore environnante et nos oreilles des rivières qui coulent en dessous de nous et des feuilles d'arbres qui bougent au grès du vent. Parfait pour commencer la journée non ?

En sortant de la station au sommet vous êtes accueilli avec une vue surplombant toute la ville. C'est en faite le point de départ de plusieurs bus qui vont en direction des activités aménagés au sommet (musée, jardin, observatoire...) mais aussi des sentiers de randonnées pour parcourir à pied la montagne.

Nous prenons le bus pour nous rendre à la station de téléphérique et aller à Arima Onsen. Le téléphérique nous fait descendre la montagne de l'autre côté (>_<) pour arriver dans une vallée au milieu de nulle part : Le fameux village Arima Onsen....

C'est l'heure de se dégourdir les jambes! Nous prenons notre temps pour apprécier la marche et découvrir ce petit village qui regorge de Onsen, d'auberges traditionnelles et de temples.

Après cette visite, il est temps d'aller se baigner!

Juste après avoir acheté les billets nous nous sommes rendus compte que le 1er onsen inclus dans le pass était fermé les 2ème et 4ème mardi du mois : Nous étions bien sûr le 2eme mardi du mois! Heureusement nous vérifions le deuxième onsen "plus rustique" qui était ouvert.Vérifiez donc bien les horaires d'ouvertures, même les mardi ahah.

Il ne faut pas se mentir, avec cette chaleur il est très difficile d'apprécier un bain à + de 40 degrés plus de 20 minutes! Mais l'ambiance est authentique et on y prend rapidement goût. Finir par une petite douche froide pour reprendre la marche tout propre tout neuf est quand même vachement agréable !Notre route s'arrête à la toute petite gare Arima Onsen au centre du village et nous repartons en train, en bas de la montagne direction Kobe pour nos dernière heures.

Nous les avons passé au quartier Kitano Ijinkan. Beaucoup de demeures de style occidentales ont été bâties dans ce quartier où résidaient les étrangers de Kobe (19-20ème siècle). Ces demeures sont aujourd'hui pour la plupart des musées et des lieux visitables. Un quartier contrastant totalement avec le reste de la ville et de ce que l'on a l'habitude de voir au Japon. Vous pouvez également y retrouver des petites boutiques vendant des objets artisanaux.

Il est l'heure de rentrer à Osaka et de marcher en direction de la gare mais... Que-voit-on ? Un hérisson dans les main d'une jeune fille! Il s'agit en faite d'une employée d'un "café animaux" qui nous invite à monter en haut d'un immeuble pour en caresser d'autres et boire un coup. Autant vous dire que cette technique marche pas mal, nous sommes monté ! ^^Nous avons passé une trentaine de minutes en compagnie de hérissons, d'écureuils volants, de tortues.... Et des loutres! Avec lesquelles nous avons beaucoup joué. L'endroit est petit mais les animaux ont l'air confortablement installés et surtout très bien traités (les loutres étaient en adoration sur le personnel).

Aller, cette fois nous rentrons vraiment! Et nous nous endormons dans le train jusqu'à Osaka.

Nous avons passé la soirée à l'appartement pour reprendre des affaires car le lendemain un autre voyage nous attendait.......

9
juil
9
juil
Publié le 16 juillet 2018

Nous devions initialement passer deux jours à visiter les villes Okayama et Kurashiki mais les circonstances météorologiques nous on fait changer les plans : Nos JR Pass régionaux (JR Setouchi Area Pass) étaient déjà activés et non remboursables donc nous avons choisi de partir dans une zone où les pluies ont été plus clémentes. Dimanche soir 22h, la décision est prise, l'hôtel est réservé : Demain nous irons à Kobe!

7h du matin, le réveil sonne. C'est la tête dans le brouillard que nous nous préparons et direction la gare JR d'Osaka à 15 minutes de l'appartement.

Rien y fait, on s'y perd encore! Ici, à Osaka, les gares sont des quartiers souterrains semblables à la surface des aéroports. Pour traverser des routes "à la surface" il faut souvent passer par des souterrains ou des centres commerciaux que Google Maps considère comme des rues (ou qu'il ne spécifie pas que c'est en sous sol) Il faut donc prévoir du temps pour y aller et pour trouver son chemin ^^ Les grandes villes comme Tokyo et Osaka nous apprennent la patience et l'observation. En revanche, les trains JR, que l'on prend généralement pour une distance assez longue, sont assez confortable pour s'y endormir dès qu'on arrive à trouver une place pour s'assoir (et ça m'arrive donc fréquemment de piquer une sieste éclaire).

Après ces petites péripéties matinales, nous montons dans le train, heureux de voir enfin autre chose que la vie urbaine, et même si Kobe n'était pas prévu tout de suite, nous avons établi la veille un programme assez chargé! Arrivé à Kobe, nous décidons de passer nos premières heures près du port et de marcher un peu dans la ville. Nous passons devant une grande roue... Aller, on se laisse porter, on en fait une! Nous sommes quasiment seuls dans les environs et sur la grande roue et c'est tant mieux.

Après ce petit tour, nous regardons notre carte Google Maps (autrement dit notre meilleure amie) et choisissons de partir tout au nord, vers les cascades "Nonobiki Falls", en bus.

Dès que l'on peut faire des trajets en bus nous les privilégions. Déjà parce que c'est souvent moins cher sur des grandes distances et ensuite parce que, même si la durée de trajet est plus longue, cela nous fait voir "du pays". On regarde par la fenêtre, on observe, on se repose avec la climatisation et on trouve des places assises plus facilement. Les stations sont souvent marquées en Japonais mais le personnel vous aidera toujours à trouver vos stations, et avec Google maps et Google tradjuction on s'en sort toujours.

Pour rejoindre les cascades il faut emprunter des sentiers en pleine nature et des endroits un peu étroits. Nous croisons peu de monde, la nature nous entoure et c'est magique, c'est reposant. Nous finissons par arriver aux cascades, s'arrêter pour reprendre des forces et pris dans le mouvement nous décidons de suivre un sentier de randonnée qui monte, qui monte, qui monte.... (Je suis en robe et birkenstock, absolument pas parée à marcher longtemps. Et la chaleur commence à se faire ressentir !) Et au milieu de nulle part, nous croisons une petite échoppe en bois, des étroites habitations au bord des cascades, et un endroit merveilleux pour faire une halte et se ressourcer : ce fut la meilleure vue pour déguster un coca et et un mugicha extra frais !

Au final nous reprenons la route jusqu'à se rendre compte que nous sommes en train de monter vers une station de téléphérique reliant le bas de la montagne au sommet où se trouve un jardin botanique étendue sur la montagne. Nous ne sommes plus à un changement près et nous décidons de prendre le téléphérique au bout d'une heure de marche dans une chaleur écrasante (mais c'est tellement joli alors ça passe!) pour monter au sommet en direction du "Herb Garden". Un très joli panorama pour reprendre des forces et faire le plein de fraîcheur avec la climatisation. Arrivé en haut nous avons mangé sur le pouce dans une échoppe et nous avons visité la partie du jardin botanique qui était ouverte, l'autre était malheureusement fermée à cause des intempéries ayant causés des glissements de terrain très important.

Il y a également un ashiyu (bain de pieds) au Herb Garden avec une vue imprenable sur Kobe !  De quoi reprendre des forces <3

Pour vous rendre au Herb Garden vous pouvez donc prendre le téléphérique depuis la gare JR Shin Kobe qui parcourt toute la montagne Nonobiki (3 stations : bas/intermédiaire/sommet). Arrivé au sommet vous avez une très jolie vue sur la baie et la ville de Kobe et le jardin est diversifié (pour les fans de fleurs et de plantes c'est le bon plan!) incluant un musée et d'autres activités. Vous descendez au fur et à mesure la montagne à travers le parc et pouvez prendre le téléphérique intermédiaire pour aller visiter les cascades Nonobiki Falls si l'appel de la nature est forte ! Il existe des tarifs téléphérique aller-retour + prix d'entrée pour l'Herb Garden.

Après cette randonée improvisée nous sommes rentré au centre de Kobe pour nous reposer de cette journée de marche. Le soir nous devions être opérationnels puisque nous avons réservé (l'après midi même dans le téléphérique sur un site complètement japonais) un restaurant type teppanyaki pour y déguster du bœuf de Kobe pour un prix correct.

Le teppanyaki est un type de cuisson japonaise où l'on utilise une plaque chauffante pour cuire les aliments. Généralement un chef fait cuire devant vous vos plats avec grâce et maîtrise.

• • •

C'est à Raphaël, rédacteur en chef de la rubrique "Pétage de ventre au Japon" que je laisse désormais la place ^^

Nous avions rendez-vous à 20h, dans un petit restaurant au centre de Kobe non loin de la "rue des restaurants de bœuf" ou les rabatteurs tentent de vous faire rentrer les uns après les autres dans leur restaurant. Du coup, pas besoin, le nôtre est perché au 4ème étage d'un bâtiment qui ne paie pas de mine.

Dès l'entrée nous sentons les bonnes odeurs des aliments qui cuisent sur les plaques chauffantes. Nous nous installons, le repas peut commencer ! Commander au moins une boisson est de rigueur, je teste "le Highball" un cocktail très populaire à base de whisky et Claire pars sur un soda au cassis.

Le repas commence avec une petite soupe froide ainsi qu'une salade (histoire de mettre en appétit). Notre chef se présente ensuite et cuisinera pour nous pendant 1h30. Premier plat : Du tofu. Il le fait frire sur la plaque chauffante avant de l'agrémenter d'une mayonnaise à l'ail, les deux se marient parfaitement, c'est un délice. Deuxième plat : Les fruits de mer. Une belle gambas et noix de Saint-Jacques chacun et un ormeau tout juste sorti de l'aquarium à partager. Tout ce monde se retrouve sur la plaque avec de la sauce soja et un peu de fleur de sel en fin de cuisson, même nous qui n'aimons pas les coquillages avons apprécié l'Ormeau au goût poivré. Le chef nous prépare ensuite un okonomiyaki, (une pâte qui enrobe un nombre d'ingrédients très variables selon les régions.)

C'est l'heure de la pièce de résistance, ce pour quoi nous sommes ici, le bœuf de Kobe grade A5 ! Chacun à droit à un morceau de filet et d'entrecôte, le morceau le plus gras et le plus réputé. La viande à peine posée sur la plaque nous fait saliver et l'attente est insoutenable. Enfin nous pouvons la déguster, au choix trempée la sauce soja ou bien avec de la fleur de sel ou encore avec du wasabi frais. Le filet d'abord se rapproche en goût de ce qu'on connait en France mais avec une tendresse inégalée. L'entrecôte, elle, fond dans la bouche, laissant s'échapper tout son jus. C'est sans conteste le meilleur morceau de bœuf que j'ai pu manger.

L'estomac est déjà plein mais le repas se continue avec un riz sauté et se termine avec un dessert toujours préparé sur la plaque, une glace vanille flambée et de l'ananas cuit au beurre.

Après avoir remercié le chef et être passé à la caisse nous parvenons à marcher ( ou plutôt rouler ) jusqu'à l'hôtel...


~ Bientôt une petite vidéo de ce méga repas ~

5
juil
5
juil
Publié le 12 juillet 2018

- Des news du Japon -

Le Typhon a touché la région du Kansai a partir de jeudi soir. Des fortes pluies continues sont donc tombées à Osaka jusqu’à samedi soir, nous obligeant à faire un maximum d’activités intérieures. Nous avons annulé notre journée à Himeji et notre week-end à Okayama et Kurashiki, trois villes très fortement touchées par les inondations pour les reprogrammer en fin de mois et ne pas gêner les interventions d’urgence. Aucun train ne circulait extra-muros d’Osaka. Aujourd’hui (mercredi 11/06), tout rentre petit à petit dans l’ordre et les Japonais font preuve d’efficacité et de sang froid pour gérer cette situation exceptionnelle. (Les typhons sont des évènements météorologiques assez fréquents au Japon, surtout pendant la saison des pluies, et il est très rare qu’il tombe autant de pluie en si peu de temps.)


Les choses se sont arrangées à partir de dimanche dans certaines villes et nous avons pu partir lundi et mardi…. à Kobe. Je n’en dis pas plus, la prochaine étape détaillera ce petit voyage totalement improvisé !

• • •

Suite des aventures à Osaka - Partie 3/3 -

- Nous profité d’une légère accalmie pour visiter le quartier « Amerikamura », non loin de Namba et qui piquait notre curiosité. Si DendenTown est « le Akihabara de Tokyo », ici nous sommes dans l’équivalent d’Harajuku : Boutiques d’habits tendances inspirés directement de la mode américaine, centres commerciaux regroupant des marques et des restaurants americains…

En s'éloignant de la rue principale nous sommes tombés sur l'échoppe de Melon Pan que nous avions testé à Shibuya ! Cette fois nous avons testé la recette vanille et cacahuètes, toujours un délice. Les férus des habits baba cool et hippie seront très heureux dans ce quartier, beaucoup de boutiques colorées proposant des hauts, des sarouels et des robes très jolis et old school. Nous sommes également tombés devant un centre commercial moderne et verdoyant où la plupart des boutiques sont des friperies et des salles de concert/spectacle. En son sein se trouve également le concept de salle d'arcade le plus classe au monde : une salle pour jouer à des dizaines de flipper différents ! C'est une bonne adresse pour faire une petite pause amusante.

- Par un temps pluvieux, profitons-en pour s’instruire au musée. Nous avons commencé par le musée des sciences et le planétarium d’Osaka. A chaque ville nous visitons au moins une fois ce type de musée, vive la science ! (Bientôt celui de Tokyo en août !) Ici le musée est composé de deux parties : Vous pouvez payer pour accéder « Le Hall d’exposition » et/ou accéder au planétarium. Le thème général de l’exposition permanente est « L’univers et l’énergie » qui est réparti sur 4 étages. Comme la plupart du temps au Japon, vous commencez du 4ème pour descendre progressivement d’étage en étage et chaque étage traite d’un thème différent. Bien sûr il y a un fil conducteur, chaque thème nourri le thème suivant. Hélas tout est écrit en japonais sauf quelques panneaux relatant « d’objets » internationaux. On passe donc à côté de quelques explications… Mais un Raphaël vaux mieux que le meilleur audioguide en science au monde (sauf éventuellement Alexandre Astier … ^^). Ce qui est frappant dans ce musée c’est qu’il est extrêmement interactif, petit et grand pourront s’essayer à beaucoup d’expériences scientifiques ou physiques et donc comprendre certains théorèmes assez…. « Barbants » (Si les cours pouvaient être comme ça j’aurai mieux aimé les sciences). Libre à vous ensuite d’aller alimenter votre curiosité sur internet pour comprendre mieux et en Français. N’hésitez pas à prendre votre temps et à apprécier le musée et ce qu’il a à vous offrir. Nous n’avons pas fait le planétarium car nous avons passé la demi journée rien qu’au hall d’exposition.

- Nous avons suite enchainé avec le musée « du style de vie dans l’ancien Osaka » situé en plein centre ville. Le principe de ce musée est de faire voyager le visiteur dans le temps pendant l’ère Edo. En descendant les escalators on se retrouve donc dans un décor de cinéma avec une reproduction grandeur nature d’une ancienne partie de la ville d’Osaka au 19ème siècle. Le visiteur peut donc déambuler dans une rue commerçante, décorée pour le "Tenjin Matsuri" (une fête sacrée ayant lieu mi juin/mi juillet selon les calendriers) mais également visiter l’intérieur et l’extérieur des maisons en bois de l’époque, des toutes petites échoppes, s’essayer à des jeux d’adresses. Ajoutez à cela des jeux d’éclairages et de sons et vous êtes dans l’ambiance. Il est même possible d’aller plus loin dans l’expérience et de louer des "Yukata" (kimono léger d’été) pour prendre de jolies photos dans ce décor de fête. C’est plutôt sympa mais on fait rapidement le tour et cela devient vite gênant de patienter toutes les 30 secondes que tous le monde se prennent en photo. L’étage en dessous est aussi intéressant et nous fait faire un saut dans le futur, dans les années 30 à 80. On y voit, grâce à des maquettes très bien réalisée, l’évolution de la ville d’Osaka avant et après deuxième guerre mondiale ainsi que son « industrialisation ».

Une petite journée au chaud fortement sympathique et instructive !

- Pour rester au chaud, nous avons également testé Round One un grand complexe de plusieurs étages regroupant un nombre impressionnant de jeux, sports et jeux d’arcades. Nous avons pris un pass de 3H pour profiter en illimité des différents sports proposés : Ping-pong, Tennis, Tir à l’arc, Roller, Basket, Handball, Trampoline, Baseball, Bowling et j’en passe… On s’est bien dépensé !

- JOIE ! Du soleil après 5 jours de pluie très intenses ! On s’habille vite pour aller profiter des « restes » de Tanabata. C’est une fête très important dans la culture Japonaise. Tanabata est fêtée traditionnellement le 07 juillet (ou 7 août selon les régions) mais les endroits publics et les centres commerciaux saisissent l’occasion pour commencer à décorer leur établissement quasiment un mois avant (un peu comme Noël ou Halloween en faite)

Mais qu'est ce que Tanabata au juste ? Je vous invite à cliquer ici pour en savoir plus.

Le 07 juillet étant tombé le jour le plus pluvieux, beaucoup d’animations se sont donc vue annulées à Osaka. Heureusement, c’était aussi un samedi et il y avait de fortes chances pour que les festivités durent tout le week-end et que les animations soient reportées au lendemain s’il faisait beau.Nous nous somme donc dirigé vers le grand parc Tennoji et nous avons profité des festivités autour du temple attenant pendant toute l’après midi. Une jolie décoration, une ambiance bon enfant où petits et grands s’adonnent à des jeux d’adresses, habillés en yukata, des stands de nourriture et de boissons fraiches, un beau souvenir ensemble!

Nous en avons profité pour visiter le sanctuaire, le temple et faire un tour du parc.

3
juil

Osaka - Partie 2/3 -

• • •

- Nous avons pris de la hauteur dans le gratte-ciel "Abeno Harukas" pour admirer Osaka en panoramique. Il atteint 300 mètres pour 60 étages, ce qui en fait le gratte-ciel le plus haut du Japon. Les étages 58 à 60 sont des points d'observations. (Harukas 300) L’Osaka Marriott Miyako Hotel occupe les étages 38 à 55. Au 16ème étage se trouve l’Abeno Harukas Art Museum qui accueille des expositions temporaires. L'accès est gratuit du 1er au 16ème étage, privé du 16ème au 59ème et payant pour atteindre l'observatoire à partir d'un ascenseur super rapide allant directement du 16ème au 58ème en moins de 30 secondes. Cette expérience vous coutera 1500¥ par personne. Un petit rafraichissement au 58ème étage s'est imposé quand la grande ville d'Osaka s'est éclairée en début de soirée.

- La rue Dotonbori qui est incontestablement l'un des endroits les plus touristiques et connu d'Osaka. Divertissements, bonnes odeurs et devantures de restaurants mirobolantes sont ses principales caractéristiques! Un conseil ? Allez-y le ventre vide ! En longeant le fameux canal vous pourrez ainsi croiser des dizaines, même des centaines de bars, échoppes et restaurants proposant principalement de la cuisine locale (ou des spécialités du monde, Taco Bell...lol).


Hormis les Takoyaki, le plat à l'honneur à Osaka est le Kushikatsu (des brochettes panées que nous avons dégustées à volonté à Tokyo). Nous étions plus d'humeur à boire un coup et grignoter et nous avons trouvé notre bonheur dans un tout petit restaurant excentré du canal où l'on a merveilleusement bien grignoté.

Le canal est très beau à voir la nuit, mais vous n'échapperai pas aux hordes de bateaux touristiques (Soyez patients pour prendre vos photos.....)

- Dotonbori étant situé en plein coeur du quartier Namba, vous pourrez facilement coupler cette balade avec la découverte du quartier. Nous avons testé une salle de karaoké qui fût un mémorable moment….. d’incompréhension ! (Spéciale dédicace aux tablettes avec un clavier 100% japonais !)

- Nous avons appris à cuisiner un Sukiyaki dans le plus pur style du Kansai ! Pour se faire, nous sommes partis à l’extérieur d’Osaka, direction Ibaraki. Là bas nous avons retrouvé Koichiro, notre hôte pour la soirée et chef du restaurant « Dio’s Café » et les autres participants (deux américains et un allemand). Pour débuter ce cours, nous sommes partis tous ensemble faire les courses dans une rue marchande très typique. Koichiro nous explique les produits qu’il faut pour cuisiner le plat tout en nous emmenant chez le primeur, le marchand d’œufs et le marchand de tofu (qui nous offrent des dégustation en prime !).

Arrivés au restaurant avec ces victuailles, Koichiro nous présente la pièce maitresse du Sukiyaki : De belles tranches de bœuf wagyû grade A5…. Le top du top ! Tous ensembles nous commençons à couper les légumes et le tofu, préparer la sauce de cuisson et battre les œufs ultra-frais dans lesquels les ingrédients sont plongés juste avant dégustation. Une fois que tout est prêt nous allumons les réchauds et commençons à faire cuire les ingrédients avec la sauce. C’est un plat convivial, on laisse cuire et mijoter avant de se servir. Nous avons même droit à une coupe de saké ou d’alcool de prune (selon les gouts) ainsi qu’une glace matcha préparée par le chef pour terminer le repas.

On fait cuire du bœuf et des légumes crus, arrosés d'une sauce composée de mirin, saké, shoyu et sucre.  

Nous repartons de la soirée le ventre plein, de jolis souvenirs et déjà l’envie de reproduire ce plat chez nous !

1
juil
1
juil
Publié le 5 juillet 2018

Nous voilà arrivé dans le Kansai après un trajet économique en avion + train local depuis l'aéroport de Narita jusqu’à l'aéroport international d'Osaka!

Nous logeons actuellement pendant 27 nuits dans un appartement BNB exceptionnel, en plein centre d'Osaka, dans le quartier Umeda. Les stations sont à moins de 15 minutes à pied et nous sommes à côté d'un supermarché! Vous avez bien lu, un supermarché, pas une supérette! Avec une location longue durée + nos courses au supermarché nous avons l'impression d'être installé au Japon, une chouette sensation! ^^

L'idée est d'avoir un pied à terre à Osaka, d'y rester les 6 premiers jours pour en profiter puis d'utiliser nos "Japan Rail Pass" (pass de train pour les touristes) pour visiter les villes aux alentours. Quand les villes sont à plus de 2H30 de train, nous avons réservés des hôtels sur place pour pouvoir en profiter un maximum sans voir notre temps réduit sur place (ex : Hiroshima).

Ici l'air est plus doux, nous sommes moins étouffés par la chaleur et l'humidité. Il y a également moins de monde ce qui rend les visites plus attrayantes. Nous oscillons entre des longues balades quand il fait beau et des activités d'intérieur quand il pleut.

• • •

Qu’a-t-on fait lors de nos premiers jours à Osaka ? Aller, c’est parti, on vous dit tout :

- L'aquarium d'Osaka, un peu excentré, un peu onéreux mais qui vaux le coup. Il y a certes les espèces aquatiques que l'on a l'habitude de voir dans nos aquarium en France mais vous pourrez également voir pas mal d'espèces qui viennent de l'océan Pacifique. L'aquarium est très grand et sur plusieurs étages. Ainsi vous commencez par le haut et descendez progressivement chaque étage qui traite d'un thème ou d'une région différente. Au milieu de chaque étage on retrouve le bassin principal, le plus gros, qui héberge les requins baleines et énormément d'espèces. Vous avez donc un point de vue différent à chaque étage et pouvez voir les espèces qui vivent plus "en surface" en haut et "en profondeur" en bas. (Et le nombre de touristes diminuent de haut en bas !!!). C'est une activité familiale puisque tout est pensé pour apprendre en s'amusant.On a passé un bon moment et découvert pas mal d'espèces..... improbables! (On se dit que la nature est quand même bien faite)

- Le quartier Nipponbashi, renommé "DendenTown" par les locaux qui est en faite l’équivalent d'Akihabara à Tokyo en moins touristique et donc moins cher! (Genre....beaucoup moins cher!) La grande rue principale est couverte des deux côtés donc même s'il pleut cela reste une balade agréable. Vous y trouverez quelques magasins connus à Akihabara (MelonsBook, Animate, Yellow Submarine, Kotobukiya...), des salles d'arcades emblématiques (Taito Station, Sega...), et quelques petites pépites propre à Osaka. On vous le dit tout de suite, on y est déjà allé souvent, très souvent! :D

- Le zoo de Tennoji situé dans la partie ouest du parc de Tennoji, situé…. dans l'arrondissement Tennōji (au moins il n’y a pas 36 noms à retenir >_<) qui est une activité très abordable (moins de 5€ par personne). C’est une activité familiale et à priori « the place to be » pour un RDV amoureux des lycéens après les cours ! Ne vous attendez pas à voir beaucoup d’espèces insolites mais le zoo possède, entre autre, une salle pour les « animaux nocturnes » qui nous a beaucoup amusés. Si vous aimez les tortues (comme Raphaël) vous trouverez votre bonheur avec pas mal d’espèces de tortues différentes.

- Le quartier Shin Sekai qui est juuuuste à côté du Zoo de Tennoji donc parfait pour coupler le parc, le zoo et une balade dans ce quartier…. Atypique !

Shin sekai veut dire littéralement "nouveau monde" et on retrouve la tour Tsutenkaku qui domine la zone (inspiré directement de la tour eiffel). Les visiteurs s’y rendent pour la gastronomie locale bon marché (pleins de restaurant typiques et de petit boui-boui) et pour l’ambiance très locale ! S’y mêle un mélange de devantures et d’atmosphères loufoques, colorés voir un peu retro et une envie de mettre en avant une technologie d’après guerre.

C’est une expérience à vivre ! C’est aussi un quartier qui regorge de « Shotengai », rues et parfois grandes avenues couvertes avec une ambiance « marché couvert ».

Ce fût l’occasion de déguster nos 1ers « Takoyaki », spécialité d’Osaka. Ce sont des boulettes de pâte, semblable à de la pâte à crêpe qui contiennent des morceaux de poulpe, cuites comme les gaufres.

• • •

Osaka - Partie 1/3 -

Publié le 4 juillet 2018
• • •

Vendredi 29 juin : On enfile les tabliers de cuisine !


Il y avait une chose que l’on tenait à faire pendant ce voyage : faire des ateliers cuisine et apprendre de nouvelles techniques.

Nous avons trouvé et réservé notre 1er atelier via la rubrique « expérience » du site Air BNB. Le thème était la confection de Wagashi et de Mochi de saison. Ce sont les deux types de pâtisseries les plus traditionnelles et connues au Japon. Si nous avions déjà mangé et préparé nous même des mochi en France, le wagashi était un terrain totalement inconnu. L’atelier a duré 2H00 et fût très enrichissant. Nous avons préparé des mochi au kiwi et biwa (de la nèfle en France) et des wagashi propres à la saison printemps/été.

Après la préparation nous avons été invité à prendre le thé pour déguster nos pâtisseries et des « warabi-mochi » (spécialité de Tokyo) préparés par notre professeure ! L’atelier s’est déroulé en anglais puisque nous partagions le cours avec deux autres personnes qui parlaient parfaitement la langue. (Pfiou, j’ai pu tout comprendre !)

Les boules blanches sont les mochi au kiwi et biwa et les petites patisseries colorées sont les wagashi.
• • •

Samedi 30 juin : Dernier jour à Shibuya & Harajuku


Nous pensions avoir atteint le pic de chaleur jeudi mais…. non. Samedi nous a fait comprendre qu’on en était vachement loin ! Grand soleil, grosses chaleurs, les bouteilles d’eau ont été d’une grande utilité (je n’ai jamais autant bu de ma vie…)

Nous avons commencé la journée dans l’arrondissement de Shibuya. C’est un endroit iconique du Japon, connu pour sa gigantesque gare et sa sortie Hachiko qui débouche sur le célèbre carrefour toujours bondé où à chaque feu vert passent des milliers de personnes. C'est aussi le quartier de la mode et de la jeunesse tokyoïte.

En se frayant un chemin dans la foule, nous prenons la direction d’une petite échoppe de Melon Pan (petit pain sucré qui n’a pas du tout le goût de melon) repéré dans pleins de vidéos et plus éloigné des rues principales bondées de touristes. Nous sommes les seuls devant la boutique il n’y a aucune queue et ça sent divinement bon ! Ce n’est qu’une toute petite échoppe, simplement pour commander à emporter. Il y a le choix entre différentes recettes mais la base est la même : un Melon pan fourré d’une boule de glace au parfum de votre choix.


Notre choix se porte sur un Melon pan à l’ananas fourré à la glace vanille. C’était…. TROP BON. Un subtil mélange de melon pan moelleux et chaud avec la fraicheur de l’ananas tranché et la glace qui vient sublimer l’expérience.

Nous flânons ensuite dans Shibuya à la recherche d’ombre, d’eau, de fraicheur, de calme…. C’est un quartier immense qui doit être magnifique à voir la nuit !

Nous attendons que le rush du midi soit passé pour aller manger vers 14H00 dans un restaurant de sushi cheap (à peu près 100Y le Sushi) mais amusant : Uobei Sushi. Ici, quand il y a la queue on n’attend pas vraiment longtemps : Les gens mangent vite, payent vite et les employés sont au taquet pour servir les commandes, nettoyer les places et « tenir la boutique », c’est un peu l’usine mais dans la bonne humeur ! Nous en sommes ressortis contents, rassasiés et amusés.

Petite marche digestive jusqu’au parc Yoyogi et son immense sanctuaire Meiji-jingu. Nous sommes en nage, heureusement tout est ombragé.

Nous avons également visité le jardin impérial pour 500Y par personne. Un bon moment de nature qui fait du bien !

Nous avons passé la fin d’après midi à Harajuku en marchant depuis le parc, mais pour en profiter pleinement il faut vraiment éviter de venir un jour de week-end… Nous y retournerons en août pour en profiter d’avantage.


Il est l'heure de ranger la chambre d’hôtel, de faire les valises et de préparer la suite du voyage!

28
juin
28
juin
Publié le 1er juillet 2018

Aller, hop! On s'éloigne de Tokyo parce que les buildings ça va 5 minutes! Nous avons décidé mercredi soir sous la couette, avec la clim et les pieds dans le pâté d'aller dans la nature et de profiter d'un onsen le lendemain. Mais quand on sort de l'hôtel le jeudi matin en question.... IL FAIT CHAUUUUUUUUD. Tant pis, on change rien, on veut récupérer des forces aux pieds (et de l'air frais).

Direction la petite ville d'Oyata! Nous avons passé une très bonne matinée au Onsen Myojin et j'étais déjà moins perdue sur les règles à respecter dans ce type d'établissement (Petite pensée pour la jeune japonaise dimanche dernier qui a passé 30 minutes totalement nue avec moi pour m'aider à comprendre quelque chose au Oedo Onsen... <3) surtout que là tout est en japonais, personne ne parle anglais et TOUT est écrit en kanji. Le onsen possède de grands bains identiques (intérieurs et extérieurs) chez les hommes et les femmes et l'on peut manger et se faire masser sur place, le tout pour un coût très correct!

Nous n'avons malheureusement pas pu rester autant de temps que l'on voulait dans les bains car se baigner dans des eaux à 40/45° par un temps pareil cela devenait vite étouffant... Mais nous en sommes ressorti complètement détendus.

C'est en demi-sommeil que nous avons repris le bus pour revenir vers Tokyo et visiter le quartier Shibamata, sa rue commerçante et son temple : Taishakuten.

Une bonne journée dépaysante, traditionnelle et loin des touristes qui commencent à arriver.....

• • •

N.B : Oubli de mon appareil photo à l'hôtel, toutes les photos sont avec mon téléphone... Désoléééé.

27
juin
27
juin
Publié le 1er juillet 2018

Le matin nous avons pris la direction de la Tokyo Skytree que l'on voyait depuis notre hôtel (on lui fait coucou tous les jours). Le quartier est plutôt calme et toute la concentration de personnes se fait bien évidemment près de la tour. Les bâtiments attenants sont en faite des boutiques, des salles d'activités, des bureaux et des restaurants (ça ne vous étonne plus maintenant hein ?!) et on y voit quand même pas mal de salarymen et salarywomen en tenue ++. Il a fait très beau, le temps parfait pour aller visiter la tour.... Ou pas puisque l’on n’est pas monté aux étages supérieurs!

Raphaël avait déjà pu monter jusqu'à l'observatoire lors de ses précédents voyages et moi je ne tenais pas spécialement à payer très (trop) cher pour une expérience pas du tout agréable ayant le vertige. Nous nous sommes contentés de la regarder sous tous ses angles, de déjeuner et de se reposer aux alentours!

Nous avons passé l'après midi à Kappabashi, à 15 minutes à pied de notre hôtel (Cela faisait aussi parti des choses que l'on attendait le plus ! ^^)

C'est une rue de Tokyo qui comporte plus de 160 magasins de fournitures pour les restaurants et qui vendent de tout : vaisselles, poteries, casseroles, équipements pour restaurants, décorations, plats de présentation en plastique (sampuru) qui sont dans les vitrines de nombreux restaurants au Japon.... Nous sommes rentrés dans les ¾ des shop en restant jusqu'à la « fermeture » à la recherche de notre bonheur (Imaginez Raphaël !) et pour l’association.

26
juin


Nous avons passé la journée au quartier Ikebukuro ! Raphaël était impatient d’y retourner puisqu’il adore cet endroit. C’est un quartier très fréquenté car il regorge d’activités, de restaurants, de cafés à thème et de magasins stylés ! Vous y trouverez également quelques boutiques de goodies d’anime (surtout pour les filles).

Nous sommes partis tôt le matin pour pouvoir en profiter un maximum. Si le trajet était plutôt facile, se repérer dans la gare est un vrai casse tête. La gare fait la taille d'une gare + de deux centres commerciaux et il y a déjà énormément de boutiques à l’intérieur. Nous avons fini par prendre une sortie au hasard et sommes tombé sur une « boulangerie » (appelons ça comme ça…) qui sentait terriblement bon et qui proposait des viennoiseries occidentales : MIAM, des croissants ! ….... Mauvais plan quand on vient de France et qu’on a l’habitude des bonnes viennoiseries >_<

Après ce petit déjeuner sur le pouce (sans goût) nous partons en direction du grand, que dis-je… de l’énorme centre commercial Sunshine City pour y flâner et laisser Raphaël me faire découvrir des activités ! Au programme : Découverte du Pokemon Center d’Ikebukuro (un moment que j’attendais avec autant d’impatience qu’un Disney Store au Japon !), petit tour rapide devant l’aquarium (il était en faite extrêmement cher donc nous avons passé notre chemin), une salle de jeux.


Nous avons choisi de manger une bonne pizza chez « A-pizza » à 15 minutes à pied repérée sur un site internet. Parfait pour découvrir le quartier ! Dehors il fait beau et extrêmement chaud, nous recherchons de l’ombre et chaque passage devant un magasin climatisé est un instant éphémère de bonheur ! Même si le quartier est immense et que les avenues sont grandes les rues sont propres et la foule est organisée. Très bonne surprise, les pizzas sont bonnes et les parts sont généreuses pour un coût dérisoire !

Nous décidons ensuite d’aller tester un « Neko Café » (bar à chats) et donc de revenir au centre d’Ikebukuro. En empruntant des petites ruelles parallèles loin du monde (mon grand plaisir personnel) nous tombons devant un grand temple qui s’avère en faite être un cimetière et un endroit de recueillement : J’aime ces petites trouvailles improvisées !

Nous arrivons devant le Neko Café, Raphaël connait déjà l’endroit. Nous payons pour 30 minutes de ronrons ! <3 Ambiance cosy, les chats ont l’air très bien et tout est fait pour leur bonheur. Nous ne sommes que 5 visiteurs, parfait pour en profiter.

Une petite princesse nommée Sophie (prononcer à la française distinguée s’il vous plait !) joue avec nous tout du long et nous fait complètement craquer (Comment ça elle ressemble à Nougat ?).

Pas le temps de rallonger ce moment cocooning, nous avons encore des choses à faire et une réservation à 16H45 dans un autre endroit de Tokyo ! ;) Dernier tour du quartier et direction le Pokemon Café qui se trouve à côté de la gare de Nihombashi.

Bilan du Pokemon Café = Nous avons adoré ! Nous sommes reçus aux petits oignons, le décor est magnifique et la salle est grande, lumineuse. Nous avons 60 minutes pour commander tout ce que l’on veut sur une tablette personnelle et 90 minutes pour se poser. Le prix des consommations sucrées/salées est plutôt élevé mais le service et la présentation sont tout à fait correct. Nous avons eu un petit show avec Pikachu pendant quasiment 15 minutes et c’était vraiment mignon tout plein !

Le Pokemon Café vous intéresse ? Un article plus complet avec d'autres photos sortira prochainement 😀  Je mettrais le lien ~

La soirée s’est finie tranquillement à l’hôtel avec repas chaud acheté à la superette. Après un bain de foule comme Ikebukuro c’est un plaisir de manger en pyjama dans le plus grand des calmes ^^

25
juin

Qui dit journée en décalée dit bonne grasse matinée !

Si vous souhaitez profiter de Tokyo la nuit surtout n’hésitez pas à le faire car visiter les quartiers le soir est une chouette expérience (colorée) et beaucoup d’activités (karaoké, bars, restaurants…) sont à expérimenter. Vous squeezerez un peu de temps le lendemain matin mais SURTOUT ne squeezez pas votre sommeil ! (bien trop important pour tenir la cadence de notre point de vue).

Le soleil est au RDV ainsi que la chaleur et l'humidité : Un petit aperçu de ce qui nous attend plus tard dans l'été !

Nous avons visité le quartier de Ginza qui est le quartier du luxe de Tokyo. Pour vous situer c’est un des quartiers où les m² qui se vendent sont les plus chers au monde…. Boutiques de luxes, vitrines impressionnantes, objets et vêtements de très haute qualité !

Mais qu’est ce qu’on faisait là bas ?! C’est à voir au moins une fois et pour les budgets moins serrés vous pourrez y trouver beaucoup de jolies choses. Nous avons tout de même réussi à dénicher quelques bons plans gratuits :

- Le showroom Sony entièrement gratuit qui présente les produits de la marque ainsi que leurs nouveautés et prouesses technologiques.

- Le showroom Nissan entièrement gratuit aussi qui présente... les voitures Nissan (Ah bon ?!)

Avis aux créatifs/DIY/Scrapbooking : Au sein du quartier Ginza se trouve le magasin « Itoya », sur 12 étages (tant qu’à faire…..) qui est une pure merveille !

Nous avons passé la soirée à l’hôtel pour ranger la chambre, faire une lessive, étendre le linge… La vraie vie en faite!

24
juin
24
juin

Dimanche a débuté calmement (et tard !) pour récupérer de l’énergie et du sommeil pour la suite. Raphaël, déterminé et bien plus en forme que moi est allé se balader en fin de matinée et nous nous sommes rejoint vers 16H00 à la station de Ueno pour faire une balade au parc. L’occasion pour moi de faire le parcours seule, tester mon orientation et un peu mon japonais !

Ueno est un quartier très côté par les japonais car c’est une zone de verdure où est situé un immense parc. Imaginez Central Park au cœur de New York, c’est un peu similaire et donc parfait pour couper quelques heures du monde urbain. Dans ce grand parc nous pouvons y retrouver quelques temples et sanctuaires, un grand zoo (où il y a les pandas, notamment), un étang, des musées, un petit « stade » de baseball, une grande fontaine… Vous avez compris, c’est très grand !

Le zoo est fermé dimanche, mais nous avons l’intention d’y retourner en août et découvrir ainsi le quartier de Ueno en lui-même.

A noter, le dimanche est le jour où le plus de japonais sont en repos et il y a beaucoup plus de monde dans les rues, dans les parcs… Partout >_< Préférez donc visiter des endroits excentrés ou de grands espaces en plein air afin d’éviter de vous retrouver au milieu d’une foule de gens (Surtout dans les quartiers de shopping ou de loisirs type Shibuya, Harajuku, Akiba…). Vérifiez bien également les jours d’ouvertures des endroits où vous voulez aller car les fermetures sont souvent le dimanche et/ou lundi.

Un beau moment de nature pour nous, loin de la consommation et du shopping (pfiou).



Nous avons continué notre balade vers Asakusa le soir qui est le quartier attenant à celui de notre hôtel. Nous avons mangé un bon « Yakiniku » à volonté (comme il s’agit de viande comptez un tarif plus élevé que la normale pour ce type de repas).




Ce fût aussi l’occasion de voir le quartier de nuit et surtout de voir le fameux temple Senso-ji et son grand Torii sans touristes : Le pied ! Il m’était impensable de venir en pleine journée et encore plus de ne pas le voir du tout. Tous les stands de souvenirs sont fermés, vous ne pouvez pas non plus rentrer dans le temple mais il reste tout de même accessible à l’extérieur et bien éclairé la nuit. C’est donc un très bon plan sauf si vous souhaitez déambuler dans l’avenue des stands et rentrer dans le temple parce que c’est important pour vous et pour votre « expérience ».

Au final, nous pensions faire «une petit balade de fin de journée » et nous avons simplement fait une journée de marche en décalé jusqu’à tard le soir ^^

23
juin

Première grasse matinée bien méritée ! C’est le ventre vide que nous partons à Odaiba dans le but de s’amuser et d’y manger. La météo avait annoncé de la pluie, nous avons donc prévu des activités en intérieur.

Après un changement de train nous nous retrouvons dans le monorail sans conducteur entièrement automatisé de la ligne Yurikamome (vidéo à venir). Nous traversons ainsi le Rainbow Bridge qui nous sépare de l’ile artificielle d’Odaiba.

Direction le centre commercial « Diver City » car…. On a faim ! (Il est 14H30) Après un rapide tour de quelques boutiques nous nous arrêtons dans une chaine de restaurant au 6ème étage que Raphaël connaissait déjà. Au menu…. Les Kushikatsu, des brochettes panées à faire frire à table et tout un buffet d’accompagnements et de desserts. Le tout à volonté pendant 70 minutes.

C’est le ventre (plus que) rempli que nous nous allons faire coucou au Gundam Unicorn (robot géant) à l’extérieur du centre commercial.

Nous voilà dans un autre centre commercial (attention ce n’est pas les deux seuls) pour nous amuser dans une salle d’arcade (Pleisure Land). Notre choix se porte sur les machines à pinces. 1 er lot, une pièce, il tombe, ON GAGNE. Enjoués de cette victoire nous nous essayons à une deuxième machine et nous abandonnons au bout de 20 tentatives….. Après quoi nous profiterons de la salle d’arcade pour jouer à quelques jeux vidéos avant de nous diriger vers notre prochaine destination….. UN CENTRE COMMERCIAL >_< (mais pas que !)

Le Venus Fort est un complexe de magasins (de luxe) dont la décoration est inspirée de l’Italie. Ainsi, même si rien n’est dans notre budget nous pouvons faire de belles photos. Le centre est attenant au showroom Toyota (Toyota Mega Web) un immense bâtiment sur plusieurs étages qui présente toutes les voitures de la marque et qui permet de les essayer (sauf si on n’a pas son permis sur soi…ahah….) C’est avec les jambes endolories que nous nous dirigeons avec hâte vers notre dernière destination, la récompense de cette journée, Oedo Onsen Monogatari.


C’est un complexe de bains et parc à thème de l’ère Edo. Vous pouvez profiter de différents bains publics, bains de pieds extérieurs, stands de jeux/nourritures le tout en portant des « Yukata » (kimono léger) prêtés à l’entrée pour une expérience dans le plus grand confort. Ce que nous en avons pensé : Le prix d’entrée un peu cher pour des bains publics mais le décor et l’ambiance le justifie. Tout est payant à l’intérieur, nourriture chère et pas top top, heureusement qu’on a vraiment du choix dans les bains et qu’on en ressort détendus.

En conclusion Odaiba = Grands trottoirs, grandes avenues, grands ponts, grand gundam, grands bâtiments, très grands centres commerciaux et petite statue de la liberté (oui oui).

22
juin

Nous avons réussi à réserver deux places pour le musée Ghibli à 12H00. Les places sont distribuées tous les débuts de mois en nombre limité sur leur site pour fluidifier le nombre de visiteurs et permettre une visite dans de bonnes conditions. A noter que chaque place est nominative et donc non revendable, il faut bien apporter son passeport.Le musée est situé à l'ouest de Tokyo, excentré. De notre hôtel ce fût relativement facile et rapide d’y aller (- de 45 minutes en train et bus). Ce fût également la première fois que j’ai pris le bus, petite expérience sympathique (et calme, toujours calme !).

Nous avons donc commencé la journée par la visite du musée. Il a une architecture très spéciale, inspiré directement de l’univers des films Ghibli (voir les photos) et une terrasse au dernier étage très fleurie. Heureusement, ils distribuent des plans dans toutes les langues à l’entrée ce qui permet de s’y retrouver. Le musée n’est pas spécialement grand mais ludique car pour accéder à certaines salles il faut emprunter des petits passages…

Nous y avons passé 2H en prenant bien notre temps. Chaque visiteur se voit offrir un ticket de cinéma pour aller voir dans la salle de projection un court métrage du studio (qui n’est jamais sorti). Chaque semaine le court métrage change donc c’est un peu au petit bonheur la chance. Notre opinion sur celui qu’on a vu : C’était…… CONCEPTUEL. Il n’y a pas d’autres mots ahahah. Nous n’avons pas tout compris et je ne pense pas avoir le droit d’en parler ici ? Bien sûr nous n’avons pas échappé à la boutique de souvenirs qui regorge de cadeaux magnifiques (et très cher forcément.) Il y a aussi un café pour se sustenter mais ce n’est pas un café à thème, ils y vendent seulement des boissons et de la nourriture basique, plus cher qu’ailleurs et il y a énormément de queue. Nous n’avons pas mangé la bas.

Bilan : Nous avons payé 1000Y par personne (- de 10€) et nous n’aurions pas payé plus cher. C’est un bel endroit, qui fait référence aux films Ghibli et invite le visiteur à comprendre comment certains films ont été réalisés (du story board, au dessin, en passant par la vidéo) mais seulement en surface et tout peut être fait rapidement.

Jindai Motomachi, premier coup de coeur.

Nous sommes sortis à 14H00 direction une petite ville proche du musée que j’avais repéré quelques mois plus tôt sur un site internet : Jindai Motomachi. Petite ville aux allures d’ère Edo, méconnue des touristes, avec un gigantesque jardin botanique : OUI, ENFIN DE LA VERDURE ! <3 Après 20 minutes de bus, nous voilà perdu dans la lointaine banlieue Tokyoïte pour une balade revigorante. Nous avons fait une halte « repas du midi de 14H30 » dans un restaurant traditionnel de soba, où nous avons merveilleusement bien mangé et où j’ai pu goûter des soba (petite nouilles blanches) froides servies toujours généreusement avec une sauce pour les tremper dedans à tomber par terre. Ne sachant pas si je pouvais prendre une photo je n’ai pas osé…. C’est très frustrant de ne pas pouvoir communiquer avec autre chose que des signes et quelques mots d’anglais/japonais… (Mais ça va venir !) Nous n’avons pas pu visiter le jardin botanique car nous sommes arrivés à 16H et qu’il fermait à…. 16H. OUI OUI. Comme d’ailleurs toutes les boutiques et stands de nourriture de la ville…. Nous avons donc profité du temple shinto « Jindaiji » qui lui était encore ouvert au public, ma première expérience dans un temple. Moment plein d’émotions.

Retour ensuite dans la foule Tokyoïte pour passer du temps à Akihabara pendant quelques heures. C'est tellement beau le soir <3

21
juin

Le réveil fût plus tranquille ce matin, avec une bonne nuit de sommeil (ENFIN !). Parfait puisqu’il fallait être en forme pour apprécier…. TOKYO DISNEYLAND !!!

Au Japon, Disney possède deux grands parcs à thèmes : Tokyo Disneyland et Tokyo DisneySea. Ils sont situé côte à côte et facilement accessible en train depuis Tokyo car un peu plus reculé de la ville (Et oui il en faut de la place ><). Chaque parc a ses attractions propres. Ils ont aussi leurs évènements, leurs goodies, leurs parades même si quelques uns sont parfois communs. Cette année Disney Tokyo fête ses 35 ans et beaucoup d’événements, de goodies et de nourritures sont communs aux deux parcs.

Tokyo DisneyLand aux couleurs de son 35ème anniversaire ! 

Nous avions au préalable comparé les différentes attractions des parcs sur le site internet (lisible en anglais) et c’est dans Tokyo Disneyland que nous voulions faire le plus de choses. En achetant les billets en avance et imprimable depuis la France nous n’avons pas eu à faire la queue aux caisses. Le prix d’entrée par personne est bien moins cher qu’en France mais au final les goodies sont tellement chou qu’on fini par dépenser autant ?! Le parc peut se faire en une journée (DisneySea aussi) et malgré le fait d’avoir calculé d’y aller en pleine semaine et en juin il y avait énormément de monde (et d’enfants ? Retournez à l’école o_O). On n’imagine même pas ce que ça doit être quand on n’y va pas « stratégiquement »…. Maintenant tout est relatif : Il y avait certes du monde mais ici tout est très organisé, tout est propre , personne ne double et l’attente se fait dans le plus grand des calmes.

Il existe ici des « fast-pass », chose qu’il n’y a pas au Disneyland de Paris (et c’est bien dommage) : On scanne son ticket d’entrée à des bornes situées devant des grandes attractions qui amassent beaucoup d’attente et un ticket sort avec une tranche horaire (Entre 13H et 14H par exemple). Les gens peuvent faire la queue normalement sans fast-pass et ceux qui ont obtenu leur ticket sont invités à venir à la tranche horaire indiquée et passent dans une file leur évitant le temps d’attente. Cela permet de tout fluidifier. Attention cependant : les fast-pass, même si distribué en nombre important, sont vite pris d’assaut et pour en obtenir il faut venir le matin et dès votre entrée au parc aller directement aux attractions qui vous plaisent pour tenter d’obtenir le sésame.

Nous sommes arrivés à 11H30 et avons obtenu un fast-pass pour l’attraction « Monstres Inc.» pour…..19H20-20H20…. (C’est-à-dire que toutes les tranches horaires étaient complètes avant). Nous n’avons jamais fait la queue plus de 30 minutes quitte à en squeezer certaines (Passer 1H00 dans une file d’attente, non merci! Mais c’est notre point de vue.)

Sinon le parc est très joli, les attractions ne sont pas pareil qu’en France (IL Y A UNE ATTRACTION WINNIE THE POOH !!!!! Qu’on a faite, bien entendu.) la parade est sublime et nous pensons tous les deux que c’est quelque chose à faire au moins une fois.

Nous sommes partis à 18H pour rentrer tranquillement une heure plus tard à l’hôtel, sans faire « Monstres Inc. » car 50 minutes de queue si on ne voulait pas attendre le fast-pass de début de soirée. Le parc ferme à 22H00 et des événements ont lieu le soir jusqu’à la fermeture donc je pense que pour les grands fans de Disney et des parcs Disneyland vous pouvez vraiment en profiter un max en venant tôt le matin et rentrer tard le soir (il y a même moyen de faire toutes les attractions).

Nous avons fini la soirée dans un petit restaurant de ramen juste en face de l’hôtel >W< Depuis mardi je suis effarée de voir à quel point nous mangeons toujours bien et en quantité vraiment généreuse pour deux fois moins cher que ce que l’on peut trouver de « japonais » en France. C’était dé-li-cieux !

1500 yens pour deux (entre 11 et 12€) !
20
juin
20
juin
Les rues d'Akiba sont grandes et colorées. 

Nuit courte avec un jetlag toujours bien présent…

Les premières ampoules et courbatures apparaissent !

Nous avons passé la journée au quartier d’Akihabara : Quartier très connu pour son nombre considérable de boutiques d’électronique et d’objets en tout genre d’animes, de mangas, de jeux vidéos… Je vous la fait court car je pourrais parler d’Akiba (diminutif d’Akihabara) pendant des heures ! C’est LE quartier que nous avions le plus envie de faire. C’est également le quartier que j’ai le plus imaginé dans ma tête depuis mon adolescence. J’avais peur d’être déçue et bien finalement pas du tout ! Un rêve s’est réalisé et un porte-monnaie s’est allégé !


Nous sommes parti à 9H et nous avons marché jusqu’à une gare pour prendre un train direct et déjà un sentiment de paix et de soulagement : - Les rues sont très propres et grandes, - Les gens sont extrêmement civilisés, - Les trains sont à l’heure, - Personne ne se double et ils font de longues queues bien organisées, - Le personnel est très présent et vient tout de suite en aide. Tout cela rend les déplacements vraiment agréables. D’ailleurs le fonctionnement des trains et métro ressemble énormément à celui de Londres.


Maitre Raphaël, expert en la matière de ce quartier (qu’il a visité sous tous les angles) a joué le guide pour me faire découvrir toutes les boutiques qui valent le coup. Nous avons craqué sur pas mal de goodies ! Nous avons également expérimenté :

- Une salle de jeux d’arcade - Un photomaton purikura - Un restaurant de sushi (et ça n’a rien à voir avec les sushi de France !) - Un net café

Un net café ? Et oui… Avec les dernières nuits très courtes, le cumul de fatigue, la marche, les piétinements et la digestion de notre repas j’ai été prise d’un énorme coup de fatigue en début d’après midi avec de violents vertiges. Nous avons donc trouvé un net café et pris un box pour se reposer une heure (pour un coût dé-ri-soire). Qu’est-ce-qu’un net café ? Plus d’informations : https://bit.ly/2MbdFkf

Passer du temps dans un net café pour reprendre des forces CHECK ! 

Une heure plus tard nous voilà reparti pour toute une après midi d’exploration jusqu’au soir où nous sommes rentré complètement crevé. Repas acheté au 7eleven et dodo bien mérité ! (Et je peux vous jurer qu’il n’ya plus eu de jetlag cette fois-ci ^^)

19
juin
19
juin
Publié le 19 juin 2018
Petits souvenirs du départ ~

Nous voilà sur le sol Japonais depuis ce midi. Nous ressemblons actuellement à des zombies : Il nous faut d’urgence du sommeil...du calme… UN LIT ! Le programme d’aujourd’hui était pourtant simple : Après s’être installé dans la chambre d’hôtel nous voulions faire un petit tour du quartier et se RE-PO-SER. Au final la « petite balade de repérage » s’est transformée en marche avec l’appareil reflex et diner dehors… La faute au Japon, on se retrouve vite happé par la beauté des lieux.

• • •

Maintenant si on résumait un peu notre situation jusqu'en juillet ? Nous logeons pendant 12 jours en plein centre ville, proche du quartier d'Asakusa, dans un hôtel économique qui est largement suffisant pour un couple qui veut une once d’intimité. L'idée est de commencer en juin par faire les spots/activités/quartiers qui sont pris d'assaut par les touristes l'été et profiter d’une température encore supportable. Si l'un de nous connait Tokyo presque comme sa poche, l'autre a encore tout à découvrir.... Autant le faire dans de bonnes conditions. Mis à part deux réservations d’activités en dehors de Tokyo, nous n’allons donc pas « voyager » avant le 01 juillet. Nous utilisons seulement notre carte de transport pour flâner dans toute la mégalopole.

Notre hôtel est situé en face d’un SevenEleven (supérette ouverte 24/24 7/7) et de quelques restaurants, de quoi bien dépanner !