Carnet de voyage

Sri Lanka

10 étapes
40 commentaires
28 abonnés
Dernière étape postée il y a 2246 jours
Première étape de notre voyage, le Sri Lanka (anciennement Ceylan).
Février 2018
26 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 24 février 2018

Ça y est, voici nos premières impressions de notre première étape du premier pays de ce voyage! On commence à réaliser un peu ce qui nous attend...

Vite oublié le froid hivernal français...nous voilà accablés par la chaleur et la moiteur tropicales!

Nous avons passé 2 jours à Colombo où nous avons été hébergés par un couple de Srilankais, Buddhika et Sudarshi (alias Bu et Su) via Couchsurfing. Ils ont été adorables avec nous, très ouverts et extrêmement généreux. Nous avons pu déguster d'excellents plats srilankais bien épicés. Nos papilles s'en souviennent ! De quoi bien commencer l'introduction dans le pays.

À l'aéroport - Pettah floating market et Lotus tower - Coucher de soleil depuis le balcon de nos hôtes - rue de la gare - Bu & Su

La ville est énorme et grouille. Il y a beaucoup de tuk-tuks, de voitures et peu de motos contrairement à d'autres capitales d'Asie du sud-est. Et quand on veut traverser au passage piéton, ô surprise, les voitures s'arrêtent! Nous avons beaucoup aimé le quartier animé de Pettah et son marché bondé, le temple Gangaramaya (où on a eu la bonne surprise de croiser un éléphant et des jeunes moines), le parc Viharamahadevi et le coucher de soleil au Galle Face Green.

Et quelques photos de nous...

Claire à l'aéroport - Trouvez l'intrus - l'American boy 

Prochaine étape le nord de l'île, destination Jaffna.

2
2
Publié le 26 février 2018

Départ le matin depuis Colombo pour 7h de train. Train complet du fait du week-end, nous optons pour des tickets pour la 3ème classe, sans garantie d'avoir des sièges.

Le trajet en train est déjà un voyage en soi.

Le train arrive sur un quai bondé, on se doute qu'il va falloir jouer des coudes pour se placer mais on ne s'attend pas à une telle course folle! Au final, on se retrouve debout entre deux wagons, plus bondés que le métro parisien aux heures de pointe. 7h de route...ça va être long!

Des vendeurs ambulants passent toutes les 5 minutes, en criant les noms des produits qu'ils vendent. On se pousse (ou plutôt on nous pousse). Nous ne sommes que quelques occidentaux éparpillés dans les wagons de la 3ème classe, ce qui amuse plutôt les locaux. Très vite les échanges se font, on discute, on rencontre un marin cuisinier qui revient de Chine où la mer gelait par endroit, on échange des sourires, on nous propose à manger, on rigole, on regarde le paysage qui défile par les portes grandes ouvertes du train, les jeunes qui flirtent...Finalement ça passe plus vite qu'on ne le croit! Puis après quelques heures "assis-debout" dans le couloir, une famille se serre pour me proposer un coin de banquette. David trouve place sur les marches de la porte du train, sûrement la meilleure place!

Trouvez la touriste..! 

Arrivés de nuit à Jaffna, ce n'est que le lendemain que nous découvrons la ville. La culture tamoule (hindouiste) me rappelle forcément l'Inde du Sud. Ici les femmes portent le sari et la cuisine est composée de Dosa (grande crêpe salée garnie aux choix). La ville n'a rien d'exceptionnel en soi, encore peu touristique, nous détonnons rapidement et les gens et les enfants nous saluent dès qu'ils nous croisent. Il est difficile de penser que la guerre civile entre les Cinghalais et les Tamouls, faisant plus de 100 000 morts, n'a pris fin qu'il y a moins de 10 ans.

Nous visitons notre 1er temple hindou sri lankais, le temple de Nallur, au moment de la puja (prière), grand moment de ferveur! Les temples hindous sont reconnaissables à leur tour à étages dorées ou très colorées. Pour entrer dans les temples hindous, les hommes doivent être torse nu et les femmes avoir les épaules et jambes couvertes.

Nous louons un scooter pour faire le tour des alentours. Quel bonheur d'être libre de se balader et de s'arrêter où l'on veut!

Nous visitons les iles à l'ouest, apercevons des flamants roses puis prenons un ferry jusqu'à l'ile de Nainativu pour voir un temple hindou et un temple bouddhiste. Par "ferry", il faut entendre un bateau en bois dans lequel les gens s'entassent dans la cale. David embarque le scooter sur le toit du bateau, tandis que je me retrouve coincée dans la cale avec tous les fidèles. Et 20 minutes de traversée dans ces conditions, c'est long!!! On ne peut s'empêcher de penser à la traversée des migrants et de se rendre compte à quel point cela doit être terrible... Je me promets pour le retour d'embarquer en dernière pour rester à l'extérieur!

Nous continuons notre excursion le lendemain, sur l'autre côté du littoral, à l'est, à travers une belle route qui longe la mer et des plages. Les ravages du tsunami de 2004 sont encore visibles par endroit. Nous rencontrons des femmes de pêcheurs avec qui nous passerons un sympathique instant.

Prochaine étape, le triangle culturel à Anuradhapura.

3

Nous redescendons maintenant vers le sud et le triangle culturel. Notre deuxième voyage en train est radicalement différent du premier. Nous avons pu avoir des billets en seconde classe et le train est quasi vide. Nous en profitons pour admirer les paysages paisiblement et prendre un tas de photos.

A notre arrivée à Adura..non..Anora...non plus...Anuradhapura (ville au nom imprononçable), nous galérons quelque peu à trouver un hébergement sympa, bon marché et qui ne soit pas vide. Finalement, nous suivons les recommandations du Lonely Planet et trouvons notre bonheur. C'est étonnant, la ville dispose de très nombreux hébergements en tout genre mais peu de touristes, la haute saison est sur la fin... On termine la journée en se prenant une bonne saucée lors d'une balade dans les alentours de notre guesthouse.

Le lendemain, nous louons des vélos et partons à la découverte de la cité ancienne, à 2 kilomètres de la nouvelle ville où nous logeons. Le site regroupe de magnifiques dagobas, bassins anciens et temples en ruines de l'époque où la ville était le centre du pouvoir politique et religieux du pays.

Le site est étendu et entouré de végétation. On a observé de nombreux animaux : singes (macaques et langurs gris), paons, ibis, cigognes, buffles, chevaux, écureuils, lézards et même un petit varan et des serpents (pour notre plus grand plaisir😝 ). Et aussi des cars d'écoliers tout de blanc vêtus. Nouvelle grosse pluie en fin de journée qui nous donne un petit aperçu de ce que doit être la mousson.

Petite virée à Mihintale (prononcer Minetalé), autre cité ancienne non loin d'Anuradhapura. Ce site est l'un des plus anciens car c'est ici qu'un ancien roi du Sri Lanka rencontra le fils d'un empereur bouddhiste indien et fut convertit au bouddhisme. Cette rencontre et ce village sont depuis associés à l'introduction du bouddhisme au Sri Lanka. Le site est perché en hauteur et perdu dans la jungle. Il faut gravir quelques centaines de marches (et une bonne suée) pour y accéder et découvrir un panorama à 360° sur toute la vallée. Comme la veille, nous étions accompagnés de singes et d'écoliers.

On continuera ensuite d'explorer le triangle culturel avec Dambulla et Sigiriya.

4
4
Publié le 4 mars 2018

Nous continuons notre descente progressive dans le centre du pays. Sur la route pour Sigiriya, nous faisons une halte de quelques heures à Dambulla, petite ville quelconque mais célèbre pour ses temples troglodytiques et son énorme bouddha doré.

À peine descendus du bus, on se rend compte que l'endroit est beaucoup plus touristique que les autres sites que l'on a pu faire jusqu'ici, ou en tout cas la densité de touristes est plus forte au mètre carré de par le lieu plus exigu. Les chauffeurs de tuk-tuk sont plus insistants et arnaqueurs... nous nous prenons d'ailleurs la tête avec l'un d'entre eux qui se vexe de notre désinterêt pour son tour organisé à un prix exorbitant et nous jette de son tuk tuk à peine arrivés à destination...!

Une fois les gros sacs déposés à la billetterie et les tickets en poche, nous avons l'esprit plus léger et nous nous attaquons aux quelques centaines de marches qui mènent aux temples, en haut de la colline.

Des bouddhas en veux-tu en voilà! 

Puis descente vers le grand bouddha géant et son entrée digne d'une maison fantôme de fête foraine!

Vous avez dit "kitsch" ?!

Un autre bus et 1h plus tard (pour faire à peine 20kms), nous voici à Sigiriya, étape très attendue de notre séjour! On peut y admirer le rocher du Lion, aux parois verticales impressionnantes et fascinantes! Site archéologique, il avait des fonctions royales et militaires sous le règne du roi Kasyapa (1er siècle) qui fit construire des jardins à sa base et un temple à son sommet.

Trouvez les intrus dans le bus - notre chambre - la vue depuis la terrasse 

Nous sommes accueillis chaleureusement dans la maison d'hôtes d'Akila, jeune sri lankais, et ses parents. La vue depuis la terrasse de la chambre nous hypnotise. Sigiriya est un petit village calme, où l'on se sent bien, avec cependant quelques restaurants à la mode occidentale (musique américaine, pâtes carbonara..cherchez l'erreur!). On profite de la fin d'après-midi pour se balader autour du rocher. Près du bassin entourant le rocher des pancartes nous indiquent "Attention aux crocodiles" et "Attention aux éléphants sauvages après 18h", nous voilà prévenus! Mais ce n'est que l'éléphant des safaris pour touristes que nous verrons ce jour là, malgré une grande interrogation: "Que faire si on se retrouve face à un éléphant sauvage...?!"

Nous avons fait le choix de ne pas monter sur le rocher du Lion (coût de l'entrée élevée et tout comme l'éléphant de Nantes, il y a plus d'intérêt à le regarder qu'à monter dessus! 😉). Nous optons plutôt pour la montagne voisine, le Pidurangala, au lever du soleil le lendemain matin!

Réveil à 4h30 pour un départ à la fraîche à 5h en tuk tuk (nous on était moins frais par contre! 😲). 20 minutes de montée d'une centaine de marches (décidement ça devient une habitude!) puis d'escalade pour arriver au sommet, qui plus est les premiers (et oui!)! Bon il ne faudra pas attendre 10 minutes de plus, pour se retrouver à une trentaine de touristes mal réveillés guettant tous l'horizon! Malgré les perches à selfies, les téléphones et autres avancées technologiques qui font que nous sommes tous uniformisés (on s'inclut dans le lot bien évidemment), le silence se fait et l'instant est vraiment magique!

La forêt en contre bas s'éveille, les oiseaux chantent, les paons recommencent à chercher "Léon" et nous sommes captivés par la beauté que nous offre la nature...

La symbolique est un peu spéciale pour moi (Claire) qui célèbre ainsi la venue au monde, quelques jours plus tôt, de ma nièce, Alma 😍😘

Petit déjeuner très copieux - Vue sur Pidurangala et Sigiriya - Vue sur les montagnes 

Nous rentrons nous reposer puis faisons un tour à vélo et passons le reste de la soirée à préparer notre prochaine étape, Kandy et la région montagneuse.

5
5
Publié le 10 mars 2018

Nous voici maintenant dans le centre du pays, dans la région montagneuse. Notre première étape est la ville de Kandy, autrefois capitale du dernier royaume cinghalais avant que les Britanniques ne s'en emparrent.

Nos premières impressions de la ville ne sont pas les meilleures (bruit, pollution, trafic impossible, poussière,...). La ville n'a que peu d'intérêt à part un lac bordé par la route, quelques bâtiments coloniaux et le temple de la Dent. Nous errons donc dans la ville autour du lac avant d'aller visiter le fameux temple.

Le temple de la Dent, comme son nom l'indique, contient une relique de la dent de Bouddha. Il s'agit d'un complexe assez important avec de nombreux petits temples bouddhiques autour. L'entrée est bien gardée et nous sommes même fouillés. Cette sécurité renforcée fait suite à l'attentat perpétré par les Tigres tamouls en 1998 lors de la guerre civile. Nous devons également enlever nos chaussures et nous couvrir les jambes et les épaules pour y accéder, comme pour de nombreux sites bouddhiques.

Diverses peintures retracent l'histoire du prince Siddharta devenu Bouddha et de la relique de sa dent - récupérée lors de son incinération - qui a beaucoup changé de lieux au cours de l'histoire.

Vous l'aurez donc compris, Kandy ne nous a pas laissé un souvenir mémorable. Nous continuons notre chemin, à l'assaut du Sri Prada (Adam's Peak).

6

Une autre étape tant attendue de notre séjour, l'ascension de nuit de l'Adam's Peak (le pic d'Adam) ou Sri Pada pour les locaux.

Plus grand lieu de pèlerinage du Sri Lanka pour les bouddhistes (il faut y être allé au moins une fois dans sa vie pour son karma), cette 3ème montagne la plus haute de l'île (2243m) possède l'empreinte du pied de Bouddha (encore lui) à son sommet. Mais l'ascension se mérite! 1500 mètres de dénivelé sur 7kms avec plus de 5200 marches! Autant dire que jusqu'à présent, c'était de la gnognotte !! 🤣

L'ascension, prévue en 2 à 4h, se fait de nuit pour éviter la chaleur et espérer atteindre le sommet au lever du soleil.

Nous arrivons à Dalhousie, village étape pour le départ de l'ascension, après une jolie vue depuis le bus sur une succession de lacs.

Sur la route entre Hatton et Dalhousie, trajet debout ! 

Nous nous mettons à la recherche d'un hébergement pour quelques heures. La nuit va être courte, le départ est prévu à 2h du matin! Nous faisons la connaissance de Jana, une sage-femme allemande voyageant seule, avec qui nous partagerons une chambre et ferons l'ascension. Nous rencontrons également une famille jordanienne. Nous passons quelques heures à manger, jouer aux cartes et regarder la pluie tomber, avant d'aller se coucher à 19h!

Le réveil sonne à 1h30. Malgré une courte nuit et une chambre d'hôtel miteuse et bruyante, nous ne sentons pas la fatigue. 2h, nous voici fin prêts à monter à l'assaut de la montagne! Le sommet et le chemin sont éclairés par des spots lumineux qui se confondent avec les étoiles. Nous sommes fortement invités à avoir une bénédiction des moines, qui nous nouent un bracelet de fils blancs au poignet et nous contraignent à une "donation" de 1000 roupies.

En route vers l'Adam's Peak!

Les premières volées de marches sont sympathiques et nous progressons tranquillement. Nous faisons une halte pour un thé au lait et un café avec quelques biscuits. Au fur et à mesure, les marches se resserrent, de plus en plus hautes et raides. Le cardio et le souffle sont mis à rude épreuve. Sur le chemin, les touristes se mêlent aux milliers de pèlerins qui montent en tongs voire pied-nus! Des familles, des bébés, des enfants, des personnes âgées.. il y a tout âge et toute condition physique!

3h plus tard, nous voici enfin arrivés au sommet! Il est 5h, le Sri Pada s'éveille..!

En haut, la foule s'amasse en attendant le lever du soleil. On se prosterne devant l'empreinte du pied de bouddha. On fait sonner la cloche du nombre de fois où l'on a fait l'ascension. Certains la font sonner 20 fois!! Le vent s'intensifie, on sort la doudoune et le k-way mais lieu sacré oblige, il faut rester pied-nus. On croise d'ailleurs des moines congelés, en tenue traditionnelle, avec seulement des cache-oreilles ou des policiers avec bonnet et grand manteau mais bien sûr pied-nus!

Un aperçu du sommet 

A l'arrivée du soleil, la cérémonie commence au son des tambours et des flûtes et nous nous retrouvons piégés, les portes pour redescendre sont closes. Nous attendons donc patiemment et profitons du lever du soleil malgré les perches à selfie (encore elles!).

Lever de soleil au dessus des nuages. 

La redescente est encore plus ardue que la montée pour nos jambes mais il ne faudra que 2h. Nous parcourons le même chemin mais sous le soleil cette fois-ci. Nous découvrons ainsi une cascade, un temple et le Sri Pada vu d'en bas!

A peine le temps de récupérer nos gros sacs, nous reprenons le bus, puis le train, direction Haputale et ses plantations de thé.

Nos mollets se souviendront pendant 3 jours de l'Adam's Peak!

7

Nous prenons le train à Hatton et traversons de magnifiques paysages de plantations de thé sur versants pentus ; pour nous, cela restera le plus beau tronçon quoi qu’en dise les différents guides de voyage.

Nous arrivons en fin d’après-midi dans la brume à Haputale, petite bourgade de quelques rues. Elle n’a rien de sensationnel mais a le mérite d’être bien située au milieu des plantations de thé et pas trop envahie par les touristes. Jana nous a suivi pour cette étape et c’est à 3 que nous partons visiter la Dambatenne Tea Factory, fabrique de thé noir construite en 1890 par Sir Thomas Lipton (les petits sachets jaunes que l’on trempe dans notre eau chaude en France !). La visite est chouette même si un peu expéditive mais nous pouvons tout de même observer les différents processus (roulage, séchage et coupage) de la feuille au contenu du sachet. Ce thé part ensuite en vrac à Colombo où il est vendu aux enchères (principalement à Lipton) et sera ensuite mis en sachet et aromatisé avant d’apparaître dans les rayons de nos supermarchés. C’est fou, non ?

Vous n’aurez pas de photos de l'intérieur car elles n’étaient pas autorisées dans l’enceinte. Tant pis, vous laisserez parler votre imagination !

Vue depuis notre chambre - Mosquée d'Haputale - Extérieur de la fabrique de thé 

Après cette visite, nous décidons d’aller arpenter par nous même les plantations de thé en redescendant vers Haputale. La balade est des plus agréables avec ses champs à perte de vue parsemés de petits points de couleurs que sont les cueilleuses. Nous en croisons plusieurs sur la route, souriantes, un sac accroché sur la tête.

Sur la route, un homme nous interpelle depuis sa maison : « Do you like black tea ? ». Nous répondons par la positive et ce dernier nous invite chez lui à partager un thé avec sa femme et ses enfants à côté. S’ensuit un joli moment avec cette famille tamoul. L’homme nous raconte qu’il est chauffeur de tuk-tuk et passe les examens pour être guide officiel. Sa vision du tourisme nous étonne dans le bon sens. Il pense à long terme et souhaite que les touristes passent un bon moment. Il préfère pratiquer des prix justes plutôt que d’arnaquer les voyageurs de passage. Il évoque également un incident entre des musulmans et des bouddhistes sur la côte sud-est. Ce dernier provoquera des conflits autour de Kandy, bloquant la ville et les réseaux sociaux du pays. De notre côté, nous n’avons rien vu de tout cela.

Après cette belle rencontre non financière, nous déjeunons à Haputale dans un petit boui-boui succulent et bon marché avant de prendre le train pour Ella. Sur le quai de la gare, nous faisons la connaissance d’une famille du sud-est de la France en vacances. Les enfants sont drôles et nous posent tout un tas de questions. Nous recroisons également un couple Americano-Espagnol rencontré plus tôt à la fabrique de thé. Que de rencontres en une journée !

Le trajet en train est chouette mais pas fou. Par contre, voir les enfants émerveillés assis à la porte ouverte du train est bien sympa.

Encore et toujours le petit train bleu dans lequel on adore être à la porte ! 

🎵 Ella, Ella…tututulu.. !🎵

Rien à voir avec la chanson de France Gall... A Ella, difficile de croiser des locaux à part ceux travaillant dans le tourisme. On pourrait être n’importe où. Tout est fait pour les touristes, qui semblent apprécier…mais pas nous ! Merci le tourisme de masse, dont nous faisons partie.

Dans ce Disneyland, nous trouvons un hébergement à l’écart qui propose chambres et tentes au calme. On profite en plus d’un feu de camp sous le ciel étoilé.

Le lendemain, on part en scooter explorer les environs : pont aux neuf arches, cascade de Rawana, plantations de thé et temple perché. On apprécie pleinement se perdre sur les routes, libres, à l’écart des sentiers balisés.

Ella ne sera pas notre coup de cœur et il est temps de partir car le temps se gâte. Prochaine destination Tangalle et les plages du sud.

8

Nous descendons à présent jusqu'à l'extrême sud de l'île, avec Jana. Nous quittons Ella, sans regret et sous la pluie qui nous suivra plusieurs jours..!

Le Sud est connu pour le farniente sur les plages, les spots de surf et l'ambiance à la "cool" (beaucoup de bars à l'effigie de Bob Marley).

Nous avions peur de manquer de temps pour profiter du Sud et avons un peu accélerer le pas, mais les transferts se faisant facilement d'une étape à une autre, nous avons même plus de temps que prévu (voire trop!).

Nous avons donc bien parcouru le Sud et ses innombrables plages!

Nous commençons par Tangalla, petite ville avec un joli chemin côtier bordé de petits restaurants et bars. La vie y est douce. Les vagues sont fortes et peu propices à la baignade. Malgré quelques averses, nous profitons du paysage, d'une balade jusqu'au port et du poisson frais ! 😋

Trouverez-vous quel animal s'est incrusté sur nos photos? (non, pas le paresseux dans son hamac )😂

Après 3 nuits passées à Tangalla et malgré le ciel toujours menaçant, nous poursuivons vers la jolie plage, en forme de fer à cheval, d'Hiriketiya. Plage encore un peu secrète, très appréciée des surfeurs débutants pour ses bonnes conditions! Nous y resterons 2 nuits. (Jana, quant à elle, est déjà partie pour Mirissa).

Comme un petit goût de paradis..! 

Nous allons faire un tour sur la plage de Talalla avant de poursuivre notre route vers Weligama, en passant par Mirissa. Nous rencontrons Pradeep qui nous amènera gratuitement en tuk tuk vers notre guest house. Nous logeons dans une cabane dans les arbres, où nous retrouvons Jana. Les jours suivants, nous nous baladons en scooter de Polhena beach jusqu'à Unawatuna en longeant la côte.

On a trouvé la maison de nos rêves sur la plage de Talalla ! 
Gioia house, un petit coin de nature, en compagnie d'un groupe de jeunes Allemands !

Nous aurons le plus beau coucher de soleil de notre séjour depuis le rocher sur la plage de Mirissa.

Alors Moune, quelle note pour ce coucher de soleil ? 

A Polhena beach, nous expérimentons une plage où les locaux sont majoritaires. Cela change des autres plages touristiques. Il est amusant de voir les locaux se baigner tout habillé (pour les filles) et jouer dans les vagues. Le rapport au corps est quelque chose qui nous interpelle dans ce pays où les corps dénudés (voire trop!) des touristes côtoient des femmes pudiques ou musulmanes avec le voile intégral. Nous observons également une famille québécoise avec 3 filles en bas âge qui sont l'attraction pour les locaux. Ils veulent tous prendre les bébés dans leurs bras et prendre des photos avec eux.

C'est en train que nous quittons les plages pour la dernière étape de notre séjour sri lankais: le fort de Galle !

9
9
Publié le 19 mars 2018

Galle, ancienne ville coloniale hollandaise, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, sera notre dernière étape srilankaise. (Toujours rien à voir avec France... ni avec la maladie infectieuse).

C'est une ville agréable, plutôt calme, qui dispose de beaux bâtiments coloniaux jouxtant des églises et des mosquées, et plein de boutiques et restaurants. Elle nous fait beaucoup pensé à Hoi An au Vietnam. Nous nous baladons dans le Fort (la vieille ville) entouré de remparts bien conservés lors d'une après-midi à la chaleur étouffante qui se terminera par une bonne ondée.

Nous sommes samedi et il y a un match de cricket universitaire. Toute la ville est en ébullition aux couleurs de son équipe favorite, surtout les jeunes qui dansent et chantent dans la rue. Nous ne verrons pas le match mais profiterons de l'ambiance autour de ce dernier (comparable à la ferveur du football en Europe) générant des embouteillages monstres aux alentours du stade (pareil en France aussi). Ça tombe bien, nous sommes à pied !

Vue sur le Cricket Stadium depuis les remparts du Fort, après l'averse. 
Notre auberge, bien agréable. 

Le lendemain, nous prenons le train (encore!) pour Colombo pour prendre l'avion le soir même pour Rangoun. Nous profitons de ce passage par la capitale pour dîner avec Buddhika et Su,nos hôtes Couchsurfing du début du voyage, toujours aussi adorables. Parfait pour terminer notre séjour au Sri Lanka !

Trajet Galle-Colombo longeant la mer. Décidemment, on est gâté avec le train ici ! 
Super dîner avec Buddhika et Su, duquel on est ressorti la peau du ventre bien tendue !

On vous fera bientôt un bilan de notre mois au Sri Lanka avec nos coups de coeur et un focus sur la nourriture et les hébergements.

À l'heure où nous écrivons cet article, nous sommes en transit à Kuala Lumpur (bref aperçu de la Malaisie où nous retournerons dans quelques mois...) en attente de notre vol pour la Birmanie, 2ème pays du voyage! L'aventure continue !

10

Dans l’ensemble, on a beaucoup apprécié ce pays, le plus "indianisé" de notre itinéraire ! Cette île, en forme de poire, regorge d’une grande diversité de paysages, de faune et de flore, de cultures et de religions. Un pays où les religions cohabitent quotidiennement mais non sans quelques tensions (ancien conflit bouddhiste-tamoul, tensions actuelles entre bouddhistes et musulmans).


Nos coups de ❤ :

- Le sourire de gens, franc, sincère, surtout celui des enfants.

- Les trajets en train, être assis à la porte ouverte et regarder le paysage défiler.

- Les cérémonies et prières (poyas), surtout dans les temples hindous, mystique !

- Les levers de soleil sur la montagne (Sigiriya et Adam’s Peak).

- L’accueil de nos hôtes Bu et Su et la rencontre avec Jana.

- La rencontre avec les femmes pêcheurs dans le Nord et le chauffeur de tuk tuk et sa famille à Haputale.

- La faune sauvage (singes, varans, paons, oiseaux..) et la flore (fleurs et arbres remarquables).

- Les couleurs des saris.

- Les plages de Tangalle et Hiriketiya.

- Se déplacer facilement et pas cher à travers tout le pays (tuktuk, scooter, bus, train).


Nos flops 👎:

- Les rencontres intéressées, avec l’argent comme finalité.

- Les trajets en bus et en ferry bondés et mouvementés.

- Les tuktuk vendeurs de pain et leur musique en boucle (La lettre à Elise) qui finit par nous fatiguer.

- La sollicitation des chauffeurs de tuktuk et taxis.

- La chaleur, la moiteur et les moustiques !

- Les prières des moines par haut parleurs à 5h du matin (et pendant 1h !)

- Certaines villes poussiéreuses, polluées, bruyantes et désorganisées.

- La pluie sur la côte sud.


Nos coups de gueule ! 😤:

- Le comportement irrespectueux de certains touristes (tenue vestimentaire, attitudes)

- Les perches à selfie et les poses photos.

- Les déchets et le manque de conscience environnementale (mais on risque de dire cela pour beaucoup de pays !).

- L’aménagement incontrôlé des zones touristiques et surtout des côtes.


🛌 Les hébergements 🛌

Nous avons choisi la plupart du temps, des petits hôtels, des maisons d’hôtes ou chez l’habitant simples et bien équipés. Nous nous en sommes tirés entre 3,50 et 18€ la nuit avec une moyenne de 10-15€ la nuit à 2, parfois petit déjeuner compris.


Voici quelques hébergements que nous recommandons:

Colombo : sans hésitation, chez Bu et Su, si vous voulez faire du couchsurfing !

Anuradhapura : Melbourne Tourist Rest.

Sigiriya : Akila homestay (notre préféré !)

Kandy : Lake bungalow.

Ella : Freedom camp (si vous aimez l’ambiance tente, feu de camp et Bob Marley).

Tangalle : Natural Cabanas.

Weligama : les cabanes de Gioia House

Galle : Galle Center Home (chambre privée dans auberge de jeunesse).


🍽 La nourriture 🍽

La nourriture est assez variée mais très souvent à base de pâte (galette), très épicée en général, ce qui a été un peu dur pour nos palais !


Voici quelques-uns des plats que nous avons aimés :

- Rice and curry (le plat traditionnel : du riz blanc accompagné de différentes sauces épicées, dhaal (lentilles), curry d’aubergines, curry de jackfruit, pommes de terre, viande ou poisson..)

- Rotti (galette de pain simple ou garnie salée ou sucrée au choix).

- Kotthu (rotti découpé finement avec légumes et/ou viande sautés).

- Samossas, spring rolls et autres snacks frits.

- Sambol (noix de coco râpée et piment)

- Hoppers (fine galette en forme de bol, avec œuf ou lait).

- String hoppers (fines nouilles de riz)

- Dosa (que l’on retrouve dans le sud de l’Inde : grande et fine galette roulées en cône et garnies aux choix).

- Curd et kittul (yaourt nature avec sirop de palme, qui ressemble pour beaucoup au sirop d’érable).


Nos restos préférés :

Jaffna : Mango’s et Hotel Rolex.

Sigiriya : Rasta Rant (tout est dit dans le nom ! cuisine au barbecue).

Haputale : Petit boui boui près de la station de bus (le meilleur dhaal).

Tangalle : The Lounge (poisson) et Natural Cabanas (le meilleur rice and curry non épicé)

Hiriketiya : Pub and Lounge restaurant.

Colombo : Uppali’s


💰 Bilan du banquier 💰

Coût sur place tout compris (visa inclus), à deux, pour 26 jours : 860 euros. (soit 430€/pers, ou 16,5€/jour/pers.).

Le banquier est plutôt ravi ! 🤓 C’est bien en dessous de notre budget prévisionnel !


Pour conclure, le Sri Lanka est un pays où le tourisme est facilité et une destination bon marché. C’est une bonne intégration à la culture indienne en plus « soft », entre mer et montagne. Un bon aperçu de l’île peut être fait en 15 jours.

Alors, on vous aura donné envie d’y aller ?!