Carnet de voyage

Argentine

20 étapes
7 commentaires
7 abonnés
Dernière étape postée il y a 447 jours
Circuit de 12 jours en Argentine
Du 16 au 29 mars 2023
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 18 mars 2023

L'un des souvenirs que chacun est obligé de ramener d'Argentine est culinaire. Et il n'y aura pas que des souvenirs dans la tête, le reste du corps pourrait garder des traces... En effet, pas question de parler de plats très travaillés et raffinés : ici le barbecue est un art, la viande est la religion numéro 1, et argentins comme touristes sont amenés à pratiquer régulièrement !

Premier restaurant le midi : difficile de terminer la belle pièce de boeuf que l'on nous sert, surtout sous 32°et 85% d'humidité...

Première (et pas dernière !) belle pièce de boeuf dans nos assiettes durant ce voyage
 Les cuisines...

La guide nous explique après le repas que le restaurant du soir sera encore plus copieux ! Heureusement, elle s'est trompé : pas plus, mais pas moins non plus... les cuisines, visibles de l'extérieur du restaurant, ne laissent pas trop de doute quant aux plats qui nous attendent...

Cuisine : qui veut de la viande ? 

Rassurez-vous, la viande est accompagnée de frites !

2
2
Publié le 18 mars 2023

Un incontournable des séjours à Buenos Aires : le quartier de La Boca. Et en premier lieu (dans l'ordre chronologique de notre voyage), le stade de Boca Juniors, La Bombonera :


 La Bombonera

Je ne vous en montrerai pas plus : pas de visite du stade au programme (pas sûr que cela aurait eu beaucoup d'intérêt d'ailleurs...).


Et pas de match lors de notre passage : dommage, le foot est la première religion du pays (avant la viande, c'est dire !) et le quartier vaut apparemment le coup d'œil les jours de match.

En parlant de religion:

Le Pape François à côté du dieu Maradona  

Si vous voulez savoir pourquoi le club de Boca Junior est aux couleurs de Ikea : à sa création, il avait les mêmes couleurs que le club rival de River Plate. Pour savoir qui garderait ces couleurs (rouge et blanc), un match a opposé les deux équipes: victoire de River Plate... Le sort a décidé des nouvelles couleurs de Boca Juniors, en prenant celle du premier bateau entrant dans le port, lequel bateau fut suédois...

Le quartier de La Boca, premier port de Buenos Aires, est très caractéristique avec ses maisons multicolores : les conventillos. Maisons des dockers immigrants d'Italie de 1876 à 1925, elles sont faites de matériaux récupérés sur les chantiers, les bateaux et de tôles ondulées. Les restes de pots de peinture ne servant plus pour les bateaux ont donné ce côté multicolore au quartier.

 Maisons de El Caminito, rue la plus célèbre de La Boca.

C'est dans le patio de ces conventillos qu'est né le tango. Les danseurs de tango sont aujourd'hui présents dans la rue pour poser avec les touristes, ou pour attirer dans les nombreux restaurants du quartiers.

 Tango resto

De nombreuses sculptures veillent sur le quartier du haut des balcons. Personnalités argentines, au premier rang desquelles les footballeurs ont une belle place, ainsi que le Pape Francesco

Sous bonne surveillance 
3
3
Publié le 18 mars 2023

Le voyage se poursuit par un saut en Patagonie, grande région couvrant 5 provinces du sud de l'Argentine. Avec 2,5 millions d'habitants pour 2,5 millions de kilomètres carrés, peu de risque de croiser trop de monde. Et encore moins de risque de croiser Florent Pagny...

 Patagonie vue du ciel : circulez, il n'y a rien à voir...

Dire qu'il pleut peu dans cette région du globe n'est pas loin de la réalité : 30cm de précipitation par an. Mais il y a quand même de l'eau. Et pas qu'un peu !

Tout dabord, juste avant l'atterrissage à El Calafate, on découvre le Rio Santa Cruz par lequel le lac argentin (lire plus bas) va se jeter dans l'océan Atlantique. Vu du ciel, un immense serpentin d'un bleu à se demander s'il s'agit d'eau, ou des rejets de l'usine de canard WC du coin...

Rio Santa Cruz 

Renseignements pris, c'est bien de l'eau : il n'y a pas d'usine de produits chimiques par ici...

Très vite après avoir atterri, c'est le lac argentino qui s'impose à la vue. Plus grand lac d'Argentine, avec 1 560 km2, une profondeur moyenne de 200 m: on a affaire à une belle piscine déjà !

 Lac Argentino

Belle piscine ? Mais à condition d'aimer l'eau fraîche : entre 2 et 6°C, c'est vivifiant !

La raison de cette température ? Ce lac est formé par la fonte de quelques "petits" glaciers : pour en savoir plus, il faudra venir lire les prochaines billets de ce blog de voyage...

 La suite au bout de ce bras de lac, au-delà de la Porte du Diable...
4

Reprenons là où nous en étions : le pourquoi du comment de l'explication de la raison de cette eau qu'elle est pas bien chaude quand même...

Pourquoi est-ce qu'en France l'eau de la piscine municipale pour l'aquagym n'est plus aussi chaude qu'il y a un an ? Parce qu'en France, vu qu'on n'a pas de pétrole, on a eu une idée : baisser la température partout pour baisser la facture d'énergie.

Et bien en Argentine, ce n'est pas du tout ça qui explique la température de l'eau ! Car ici il y a du pétrole. Mais il ne sert pas à chauffer l'eau du lac. (En revanche les WC des hôtels sont surchauffés et font penser aux vestiaires des piscines municipales française l'année dernière, mais je m'égare...)Les responsables de la température plutôt fraîche de ce lac, on les trouve en partant vers l'ouest. Ce que nous avons fait, à bord d'un catamaran tout confort, en ce beau matin ensoleillé.

Mer, ou plutôt lac, d'huile

Plus grand de ces refroidisseurs d'ambiance : le glacier Upsala. Victime du réchauffement climatique, il ne se laisse pas approcher de trop près : trop dangereux car il a la fâcheuse tendance à laisser tomber de grosses miettes dans l'eau (voir plus bas). Alors on reste à environ 15 km pour le deviner plus que l'admirer. (A moins d'avoir des jumelles et la chance de venir un jour ensoleillé: c'était notre cas :-) Mais nos appareils photos ont quant à eux montré leurs limites)

Même vu de loin, il en impose...

Le second, le glacier Spegazzini, est beaucoup plus sociable et se laisse approcher. A 300m de son pied, cette falaise de glace de 80 à 135m de hauteur en impose ! Et on ne se lasse pas de regarder les crevasses aux éclats bleu profond, les dents acérées...

 Au pied du glacier Spegazzini

Pour terminer, petit trajet en autobus pour remonter un autre bras du lac : à peine 50km plus loin (je vous avais parlé d'un "petit" lac ?) se trouve le glacier Perito Moreno que l'on découvre en parcourant la rive du lac en face de son front majestueux : front glaciaire de 5 000 mètres de largeur et de plus de 60 mètres de haut, avec un réserve de glace qui s'étend sur 14 km derrière.

 Glacier en mouvement : arrêt sur images...

Ce glacier est la démonstration parfaite que les glaciers sont vivants : il avance de 1 à 2m par jour ! Ce qui se traduit par des craquements fréquents, des explosions ressemblant à des coups de tonnerre qui roulent dans les montagnes autour, des blocs de glaces qui chutent et apportent à leur tour leur absence de calories à l'eau du lac

 Glaçons de glacier

Et pour finir, un petit exercice. Quelle est la taille de la partie immergée de ce glaçon, ou iceberg pour les intimes :

 Les gla, les gla, les glagla, les glaçons ! 

Si vous ne savez pas : n'hésitez pas à passer un coup de fil à un ami, Archimède par exemple, en vous rappelant que la densité de la glace est environ de 0,9 alors que celle de l'eau douce (et oui, nous sommes sur un lac, pas en mer) est de 1.

Si Archimède n'évoque rien d'autre pour vous que c'est formule célèbre pour certains lors des examens, "mède, mède, et archi mède", je vous aide : il y a seulement 10% du volume qui émerge, et donc le glaçon est 10 fois plus gros que ce qu'on voit ! Sacré bestiaux... De quoi rafraîchir quelques verres !

Verre d'eau fraîchement pêchée 
5
5
Publié le 20 mars 2023

Pas grand-chose à se mettre sous la dent aujourd'hui : départ de l'hôtel à midi pour aller à l'aéroport et retourner vers Buenos Aires.

Alors petite balade le matin le long du lac, réserve ornithologique accueillant notamment des oiseaux migrateurs.

 Cygne à cou noir, flaments roses

Puis 3h d'attente à l'aéroport puisque notre avion avait 1h30 de retard...

Dernier coup d'œil au lac Argentino, premier coup d'œil à je ne sais pas quelle banlieue huppée à l'arrivée à Buenos Aires
6
6
Publié le 21 mars 2023

Pas question de vous parler de cactus, ou d'un quelconque arbuste épineux. Juste du réveil : 3h d'un matin, ça pique...

Direction le nord ouest et la cordillère des Andes : dépaysement garanti. La suite après quelques heures de voyage, et espérons-le un peu de sommeil supplémentaire...

7
7
Publié le 21 mars 2023

Il n'y a pas que le réveil matinal qui pique sur cette journée. Arrivés dans les prémices de la Cordillère des Andes, nous découvrons la vallée de l'Amaicha : coincée entre deux murailles montagneuses, elle ne reçoit que 200mm de précipitations par an. Résultat : les arbres ne sont pas légion, au contraire des cardones, cactus à la croissance impressionnante de 1 à 5cm par an. Je vous laisse calculer l'âge de ces spécimens :

Cardon : qui s'y frotte s'y pique ! 
8
8
Publié le 22 mars 2023

Et heureusement que cette fois-ci ça ne pique pas, car au programme de la journée nous avions une visite à la Bodega El Esteco, petite exploitation vinicole d'à peine 800 hectares de vignes et sortant quelques 7 millions de bouteilles par an...

Bodega El Esteco

L'occasion de déguster quelques vins faits de cépages auxquels nous ne sommes pas habitués en France : Torrentés, Tannat, Malbec... Cela aurait été dommage qu'au cours de la dégustation on dise "ça pique" !


Il y avait des vins intéressants, mais en toute impartialité on peut quand même le dire : on a laissé les Argentins gagner la coupe du monde de foot, mais pour le vin on reste devant... Et ce même s'ils continuent de nous copier : cuves de vinification en ciment à la forme patatoidesque (que je ne connaissais pas) déjà utilisées en France, 80% de leurs bariques en chêne français, et aussi un certain nombre de cépage importés tels que Chardonnay, Pinot noir, Merlot...

En espérant qu'on ne dise pas "ça pique !" lors de la suite de la dégustation, avec les bouteilles que nous rapportons en France !

 Don David : what else...
9
9
Publié le 23 mars 2023

La suite de la journée se passe de commentaires. Quelques photos des paysages traversés.

10

Le saviez-vous ? Les Cardones (voir plus haut si vous ne savez pas ce que c'est) ont une structure en bois. Mais interdiction aujourd'hui de couper les Cardones pour utiliser ce bois, seuls le bois de cactus morts est récupéré.

 Bois de Cardon

Le saviez-vous ? Astérix et Obélix sont venus en Argentine, mais Uderzo n'a jamais eu le temps d'écrire leurs aventures ici. Obélix s'est essayé à l'art figuratif, sans être complètement convaincu par le résultat. Il est revenu à beaucoup plus classique pour la forme de ses menhirs pour sa grande œuvre à Carnac.

Parc Los Menhiros, province de Tucumán. 
11
11
Publié le 24 mars 2023

Avez-vous noté la virgule dans le titre de ce billet ? Ce n'est pas une faute de frappe, même si la version sans la virgule aurait également été adaptée.

Haute : après une nuit à Salta, située à 1150m seulement, nous nous sommes élevés vers la province de Jujuy (prononcer Rourouille) où nous avons passé la journée entre 2370m (Purmamarca où nous dormons ce soir) et 3000m (ville de Humahuaca)

En couleurs :

Multicolore, comme les chapeaux, les écharpes, les pulls... sur les marchés (plus ou moins) artisanaux qui animent les villages touristiques que nous visitons

 Marché de Purmamarca

Rouge, comme la pierre le long du Paseo de los Colorados à Purmamarca

Irisé, comme la roche du "Cerro de los Sièges Colores", ou Montagne aux sept couleurs, l'un des sites les plus connus d'Argentine, et la "palette du peintre"

Vert, comme les Cactus qui ont jalonné les paysages toute la journée, jusqu'à l'entrée de notre "chambre" à l'hôtel.

La journée aurait pu se terminer en bleu et blanc, mais le match de l'équipe de foot d'Argentine contre le Panama n'était pas retransmis au restaurant.

12
12
Publié le 24 mars 2023

Vous allez dire que je ne me fatigue pas pour les titres des articles. C'est vrai... Mais ça marche encore pas mal pour ce matin. Les mêmes couleurs qu'hier : je vous laisse regarder à nouveau les photos au-dessus.

 Vigognes en balade 

Depuis Purmamarca, la route s'élève gentiment pour atteindre le point culminant de la journée, et de notre séjour en Argentine : col à 4170m. On supporte la petite laine...

 Pour les connaisseurs, version locale du col de l'Iseran, beaucoup moins prisée des cyclistes.

Bienvenue à Salinas Grandes: nouvelle couleur, le blanc !

Située à 3350m d'altitude, cette étendue de sel en met plein la vue : port des lunettes de soleil obligatoire tant la réverbération du soleil rend la surface éblouissante. On pourrait de croire sur une étendue de neige ou de glace, mais ça ne glisse pas, et ça ne fond pas...

Le moment culture : - le sel de Salinas Grandes vient de sédiments d'origine volcanique, et est impropre à la consommation en l'état. Il est nécessaire de le traiter après sa récolte, notamment pour y ajouter de l'iode.- Deux techniques utilisées pour récolter le sel:1) après la saison des pluies qui inonde la surface, on laisse l'eau s'évaporer. La surface est ensuite grattée.

Gratté, pas gratté

2) pour pouvoir exploiter toute l'année, on creuse des piscines : de l'eau remonte du sol et forme des cristaux de sel au fond de la piscine lorsqu'elle s'évapore.

Piscine, fraîche et salée 

Le moment détente, avec ce jeu concours : avec cette couche de sel de 30cm d'épaisseur sur 120km2, combien de barbecue peut-on organiser avant de manquer de sel pour la viande et les frites ? A gagner : une invitation pour un prochain barbecue à Houilles.

13
13
Publié le 24 mars 2023

Ici aussi la réforme des retraites a du mal à passer...

14
14
Publié le 25 mars 2023

Sur la base de l'hypothèse proposée par Patricia de 100g/barbecue (hypothèse qui reste à vérifier sur une saison complète de barbecues, car on va evidemment en utiliser plus pour une côte de bœuf & frites que pour des saucisses & salade de tomates...), et en considérant la densité du chlorure de sodium (2,16 g/cm³), nous arrivons (en faisant attention aux unités) à :

Volume = Surface x épaisseur = 120.10^6 x 0,3 = 36.10^6 m³

Masse = Volume x densité = 36.10^6 x 2,16.10^6 = 77,76.10^12 g

(Notez que j'ai parlé de masse et non pas de poids. Pour ceux que cela laisse perplexe, ça pourra faire l'objet d'une prochaine leçon dans une situation qui s'y prête, à l'occasion d'un voyage à Kourou par exemple...)

Nb BBQ = Masse / consommation = 77,76.10^12 ÷ 100 = 777,6.10^9

777,6 milliards de barbecues !

Sans compter le fait que la couche de sel se régénère au fil du temps... On peut donc saler autant les frites que la viande sans grand risque d'être en manque...

Même si une partie du sel extrait de Salinas Grandes sert aussi à faire des briques utilisées pour les constructions des bâtiments sur place..

C'est ce qu'on appelle du gros sel ! 
15
15
Publié le 26 mars 2023

Après l'eau au format solide, place au liquide à grand débit ! Bienvenue à Iguazù !

A peine 1.500.000 litres à la seconde, excusez du peu... C'est même monté à 18 millions de litres par seconde en octobre dernier ! Plus de 200 cascades. Les plus grandes répondent aux noms de Gorge du diable, Les 3 mousquetaires, et San Martin.

Cascade San Martin 
La gorge du diable 

Et comme il serait dommage de ne pas en profiter de plus près, petit tour en bateau pour aller prendre une douche. Température idéale : l'eau est à 24°C toute l'année...

Vus d'en bas : les trois mousquetaires 

Les plus cinéphiles auront sûrement reconnu le site.

Jeu concours : quel est le titre du film ayant pour cadre ce lieu majestueux ?

A gagner : une séance cinéma à Houilles pour revoir ce film... Pop-corn salés ou sucrés à volonté !

16
16
Publié le 26 mars 2023

Vues d'en bas, les chutes sont impressionnantes.

Vue d'en haut, la chute n'est pas envisageable !

J'aime ces moments de calme avant la tempête (*)

(*) référence à un autre film...

 Avant la gorge du diable !
 C'est haut mais c'est beau ! La photo ne rend pas justice au site...
17
17
Publié le 26 mars 2023

Deuxième jeu concours de la journée, avec encore un magnifique cadeau à la clé !

Saurez-vous trouver combien de pays sont visibles sur cette photo ? Et bien sûr, les nommer et les positionner ?...

 Confluence des rivières Iguazú et Paraná, avec le tout nouveau "Pont de l'amitié"

A gagner : un séjour exceptionnel à Houilles pour faire "la même" photo avec vue sur la Seine et autant de département... Pas de doute, un tel cadeau, ça va faire des envieux !

18
18
Publié le 27 mars 2023

Aucun doute que de nombreux aborigènes ont été baptisés dans l'eau de la rivière Iguazú par les Jésuites qui ont évangélisé la région.

Nous avons nous aussi eu droit à passer sous l'eau hier avec le bateau, mais le baptême a eu lieu aujourd'hui : baptême en hélicoptère !

La suite parle d'elle-même...

Les cascades vues du ciel 
 Ou vues du sol, côté Bresil
19
19
Publié le 29 mars 2023

Fin du voyage, avec une excursion à Tigre, petite ville au nord de Buenos Aires sur le Delta du Parana à la confluence du Rio Parana et du Rio de la Plata.

On explore "La Venise de l’Argentine” et ses kilomètres de canaux en bateau qui chemine entre quelques unes des 3500 îles où des demeures luxueuses ou non accueillent habitants a demeures ou citadins à la recherche de verdure et d’air pur pour week-end et vacances.

20
20
Publié le 29 mars 2023

Le saviez-vous ?

Bien que les joueurs de Rugby argentins soient surnommés les Pumas, l'emblème de l'équipe n'est pas un puma. Il s'agit en fait d'un jaguar (yaguarete). Mais les joueurs ne savaient pas le dire en anglais lors d'un voyage en Afrique du Sud, alors ils ont dit puma quand des journalistes leur ont demandé le nom de l'animal sur le blason. Le nom est resté...

Le saviez-vous ?

Goscinny a vécu en Argentine de 2 à 16 ans. Il en a tiré une certaine inspiration pour Asterix et Obélix. Les pantalons à rayures bleues par exemple : aux couleurs de son club préféré, le racing club.

Pour Asterix et Obélix il s'est inspiré d'une BD argentine des années 1920 : Patoruzú. Un héros chef indien accompagné par un gros bébé costaud dans ses aventures pour libérer son peuple opprimé.

Fin du moment culture, et du voyage...