Champagne !

3 semaines en Champagne après notre départ de Normandie et avant l'Italie.
Du 14 janvier au 4 mars 2024
51 jours
1

Nous voici à Reims pour 3 semaines, point de chute entre la Normandie que nous avons quittée et l'Italie que nous rejoindrons bientôt.

Nous allons en profiter pour nous reposer, régler de nombreuses formalités administratives et (re) découvrir la région.

Première promenade dans Reims dans un froid glacial. Tout comme à Cambrai et Saint-Quentin, Reims possède de nombreux édifices Art Deco construits lors de la reconstruction de la ville après la Première Guerre Mondiale. Certains sont vraiment très beaux et beaucoup ont été réhabilités avec goût.

Nous arrivons place Royale au centre de laquelle trône la statue de Louis XV en empereur romain, de style classique, elle est très élégante.

Puis, nous nous dirigeons vers l'Hôtel de Ville qui rappelle celui de Paris et a été reconstruit à l'identique en 1928. Sur sa façade, il y a une belle statue équestre de Louis XIII.

Juste à côté, il y a le Cellier qui est aujourd'hui une salle de spectacle. C'était à l'origine un cellier d'expédition de la maison Mumm construit à la fin du XIXème siècle. La porte en bronze est impressionnante et au-dessus, on peut voir des mosaïques qui retrace tout le procédé d'élaboration du champagne. C'est très beau.

Nous admirons d'autres bâtiments Art Deco et l'hôtel De La salle, hôtel particulier du XVIème siècle qui vit naitre Jean Baptiste de La Salle, fondateur de l'institut des Frères des écoles chrétiennes. Une statue le représentant orne la façade.

Après avoir admiré la façade du palais de justice, nous allons visiter la cathédrale Notre-Dame. Une statue de Jeanne d'Arc est située dans un square juste en face. Elle rappelle son passage à Reims pour faire sacrer Charles VII.

La façade de la cathédrale est magnifique malgré les dégâts subis pendant la Première Guerre Mondiale. Les nombreux bombardements lui valurent le surnom de cathédrale martyre. Beaucoup de statues ont été remplacées et sont désormais visibles dans le Palais du Tau (fermé pour travaux).

Nous sommes accueillis par l'Ange au Sourire et pénétrons à l'intérieur de ce très bel édifice gothique. Le revers de la façade accueille des statues notamment une scène dite de l'adoubement et de très beaux vitraux.

Une plaque qui énumère la liste des rois sacrés à Reims rappelle le lien étroit en cet édifice et l'Histoire de France, un roi devait être sacré dans cet édifice.

Les dimensions à l'intérieur sont impressionnantes que ce soit dans la nef ou les bas-côtés.

Beaucoup de vitraux ont du être remplacés après les destructions de 1914-1918 et on peut admirer un très beau vitrail consacré à l'histoire du Champagne et bien évidemment les vitraux de Chagall qui raconte l'histoire de l'édifice, notamment le sacre de Charles VII en présence de Jeanne d'Arc. Jeanne d'Arc dont on peut voir une belle statue de 1901 dans une chapelle latérale.

Vitraux de Chagall 

Nous poursuivons notre promenade en ville et apercevons sur de nombreuses maisons, une plaque indiquant qu'elles ont été reconstruites avec l'intervention de la Société Générale Coopérative de Reconstruction de Reims.

Nous arrivons place d'Erlon avec la fontaine du même nom et sommes admiratifs devant certains bâtiments. Une coupe de champagne rosé pour nous réchauffer et nous regagnons notre appartement.

2

Deuxième jour à la découverte de Reims et cette fois-ci sous un beau soleil.

Nous nous promenons un peu au hasard dans les rues de la ville. Nous découvrons le Mur, le principe est d'alterner des fresques de street art sur un endroit dédié, 4 fois par an et ainsi mettre en lumière de jeunes artistes.

Nous arrivons devant la chapelle des Jésuites et les bâtiments du collège aujourd'hui occupés par Science Po Reims. La place est très agréable. Il y a également la FRAC mais qui est ouverte uniquement du mercredi au dimanche, nous reviendrons.

Nous voyons toujours de beaux bâtiments Art Deco dont la plupart, restaurés avec soin.

La porte Bazée est un édifice gallo-romain du IIIème siècle, reste d'un arc monumental à l'entrée de la ville.

Nous aimons beaucoup cette ville.

3

Grand soleil sur Reims mais également un froid polaire. Nous avons programmé une visite guidée de l'hôtel de La Salle qui vit naitre Jean Baptiste de La Salle.

Nous laissons nos compagnons à quatre pattes dans notre appartement.

Nous allons d'abord dans le jardin de l'hôtel Le Vergeur, bâtiment en partie du XVIème siècle. De nombreux portails et façades d'édifices rémois qui allaient être détruits ont été installés dans ce jardin par Hugues Kraft, propriétaire à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle. Nous reviendrons visiter l'intérieur.

Nous allons à l'Hôtel de la Salle qui date du XVIème siècle et vit naitre Jean Baptiste de La Salle qui fonda l'institut des Frères des Ecoles Chrétiennes.

La visite ne se fait que guidée et c'est un des derniers frères présents sur le site qui nous accompagne. Il nous présente la vie de Jean Baptiste, ses origines familiales dans la grande bourgeoisie de Reims, son parcours religieux et sa vocation pour accueillir et éduquer les enfants pauvres dans des écoles et surtout former les maitres. C'est un des premiers à se pencher sur cette question.

Nous visitons les différentes salles de l'hôtel qui fut en grande partie reconstitué après la Première Guerre Mondiale et la première boutique de Fossier, le fabricant de biscuits roses.

Aujourd'hui l'ordre rayonne sur tous les continents. La visite était intéressante mais n'est sans doute pas ce qu'il faut visiter en priorité dans la ville.

Nous regagnons notre logement en passant par le quartier des halles et notamment la rue du Temple aux très bâtiments Art Deco dont une salle des ventes que nous connaissons bien.

4

Il fait très froid et il pleut, ce sera donc musées.

Nous décidons d'aller visiter le musée Saint-Remi, musée d'art et d'archéologie. Sur le chemin, nous passons devant la bibliothèque Carnegie, complètement Art Deco et qui porte le nom d'Andrew Carnegie qui participa de manière importante au financement de la reconstruction du pays. Elle est hélas fermée pour travaux, nous n'en verrons donc que la façade.

Bibliothèque Carnegie 

Nous arrivons au musée qui est dans l'ancienne abbaye Saint-Remi construite en grande partie au XVIIIème siècle. A cause des intempéries, il manque du personnel et seules les salles du rez-de-chaussée sont visitables. Nous sommes donc obligés de revenir.

Abbaye Saint-Remi 

Nous admirons tout d'abord le cloitre de style classique duquel on a belle vue sur la basilique attenante.

Cloitre  

Les salles du rez-de-chaussée sont consacrées à l'Antiquité et à la période mérovingienne. Le principal attrait sont les salles en elles mêmes qui étaient les bâtiments conventuels des abbés. La plupart datent du XIIème siècle notamment la salle capitulaire avec de très beaux chapiteaux sculptés dans un excellent état de conservation malgré la révolution et les guerres.

On peut voir également de belles mosaïques dont celle dite des deux gladiateurs du IIème siècle, le tombeau en marbre de Jovin du Ier siècle avec une scène de chasse au lion, des ex voto, des bornes miliaires et une salle qui présente l'histoire de Saint-Remi.

Nous admirons le superbe escalier qui mène au 1er étage mais ne pouvons y accéder.

Il nous reste beaucoup de temps, nous poursuivons par la visite du FRAC (Fonds Régional d'Art Contemporain). Il a été créé dans une aile du collège des Jésuites, pour accueillir et mettre en lumière des artistes contemporains. Nous sommes entre deux expositions mais pouvons néanmoins assister à la projection de 3 courts métrages. Le lieu est chaleureux tout comme l'accueil.

FRAC 

Nous finissons la journée au bureau de poste Cérès qui date des années 1920-1930, la rotonde avec son toit en tuiles de verre et les fresques consacrées à l'histoire de la ville sont étonnants.

 Bureau de Poste Cérès

Musée Saint Rémi, 53 rue Simon


FRAC Champagne-Ardennes, 1 place Museux

5

Nous allons passer la journée à Troyes. Au programme, un peu de shopping et visite de musée et d'églises.

Troyes est une ville médiévale et cela se voit : les maisons, les hôtels particuliers, les ruelles étroites comme la ruelle aux chats qui tire son nom du fait que les chats pouvaient aller de part et d'autre facilement. On peut voir de nombreuses maisons à colombages.

Il est vraiment très agréable de se promener en ville.

Nous visitons l'église Saint Pantaléon qui date en partie du XVIème siècle. Sa façade est classique avec néanmoins une tour surmontée d'un clocher en bois.

Eglise Saint Pantaléon 

C'est bien l'intérieur de l'église qui est remarquable : la voûte en berceau en lambris de châtaigner, les nombreuses sculptures de l'école troyenne du XVIème siècle comme Sainte Barbe, les nombreux éléments en dentelle de pierre et les vitraux en grisaille eux aussi du XVIème siècle. Cette église est un bijou.

Puis nous visitons l'Hôtel de Vauluisant qui est juste en face et qui accueille le musée de l'école troyenne et de la bonneterie.

Peintures dont de nombreux triptyques, vitraux, cheminées monumentales et bien sûr sculptures. L'école troyenne est très renommée au XVIème siècle notamment pour la finesse de son travail, les visages des Vierges sont souvent très doux.

Le visite se poursuit par le musée de la bonneterie, industrie qui fut florissante dans la région. le Coq Sportif fut créé à Romilly sur Seine à la fin du XIXème siècle et de nombreuses communes avaient des filatures et des ateliers comme Marigny le Châtel (village des origines familiales) ou Estissac.

Nous allons ensuite à l'église Sainte Madeleine, du XVIème siècle également. C'est la plus ancienne mais aussi probablement la plus belle de Troyes. L'extérieur de l'édifice est assez sobre, on a d'ailleurs assez peu de recul pour l'admirer. Mais l'intérieur est époustouflant.

Eglise Sainte Madeleine 

Elle possède un jubé en pierre magnifique, les détails sont très très beaux et ressemblent à de la dentelle. Peu de jubés sont aujourd'hui visibles car ils ont été en grande partie détruits pour faciliter la proximité entre les officiants religieux et les fidèles. C'est une chance que celui-ci soit arrivé jusqu'à nous.

Il y a également de beaux exemples de la statuaire troyenne et des vitraux du XVIème siècle remarquables notamment l'arbre de Jessé (généalogie du Christ) et la création de l'univers.

Troyes mérite réellement le voyage.

6

Direction le cimetière du Nord, appelé le Père Lachaise rémois.

Sur le chemin, nous admirons le temple reconstruit dans les années 1920 et les beaux bâtiments des maisons de champagne : Jacquart, Roederer.

Le cimetière date de 1787 et cela en fait le plus ancien de la ville. La première impression est qu'il règne une atmosphère particulière car il y a de nombreuses tombes anciennes, voire très anciennes mais beaucoup sont en état d'abandon.

Il est aussi très arboré et cela donne une ambiance romantique. Beaucoup de tombes sont très belles ; beaucoup de chapelles monumentales.

On retrouve tous les notables de la ville depuis 250 ans et bien sur les grands noms du champagne. Le monument funéraire de la famille Clicquot où est enterrée la veuve Clicquot est impressionnant, il est d'ailleurs classé monument historique.

D'autres personnalités sont enterrées dans ce cimetière, beaucoup de maires de la ville et le maréchal Drouet d'Erlon.

Certaines épitaphes sont très émouvantes particulièrement celle de Joséphine Clément décédée à 3 ans.

Des carrés du cimetière sont dédiés aux religieux du chapitre ou les petites sœurs des pauvres ou encore aux Juifs ; il y a également des monuments aux morts et un carré militaire français.

On aperçoit de temps en temps quelques gamelles d'eau et de croquettes pour les chats libres qui doivent être nombreux ici.

Un autre monument remarquable est le gisant de l'abbé Miroy, fusillé par les Prussiens en 1871, il est représenté à terre mourant.

Une visite intéressante malgré l'absence de plan sur place.

Cimetière du Nord, 1 rue du Champ de Mars, Reims

7

C'est à nouveau une journée découverte de Reims

Nous commençons par la découverte du quartier des Promenades, jardins à la place des anciens remparts.

Le monument aux morts a été réalisé par Paul Lefebvre, une colonnade avec une statue en son centre et des bas reliefs Art Deco, il est très beau.

Nous arpentons les promenades et dans la première partie, il y a plusieurs monuments aux morts et le plus important est dédié aux victimes des nazis : résistants et déportés. Nous ne pouvons pas voir la porte de Mars, une des portes gallo-romaines de la ville car elle est recouverte d'une bâche pour travaux.

Une monumentale statue de Colbert, enfant du pays, sépare les deux parties des promenades. La partie basse permet aux habitants de la ville de se promener et est fermée par la porte de Paris, une grille en fer forgée de la fin du XVIIIème siècle.

Puis c'est le cirque et le manège, conçus au XIXème siècle pour les cours d'équitation et abriter les chevaux jusque dans les années 1970, ce sont aujourd'hui des salles de spectacle.

Nous allons maintenant visiter la musée Saint-Rémi, enfin plutôt finir la visite car la semaine dernière, seules les salles du rez-de-chaussée étaient accessibles.

Les salles du premier étage sont en grande partie consacrées à l'archéologie : préhistoire, antiquité particulièrement gallo-romaine (vestiges du cénotaphe des fils de l'empereur Auguste) et médiévale : chapiteaux, éléments de l'église Saint Nicaise, statues…

Les éléments les plus intéressants sont les statues de la maison des musiciens qui datait du XIIIème siècle et qui a été détruite en 1914-1918, heureusement les statues de la façade avaient été sauvegardées.

Il y a également une section consacrée à l'histoire militaire jusque la guerre franco-prussienne de 1870 : uniformes, tableaux, armes. La dernière partie raconte l'histoire de l'abbaye de sa fondation à sa transformation en musée en passant par les heures sombres : révolution française et première guerre mondiale.

Le clou de la visite est la salle qui présente les tapisseries qui racontent la vie de Saint Rémi, elles datent du XVIème siècle et viennent des Flandres. Une nouvelle salle leur est consacrée et 3 sur les dix sont à nouveau visibles après restauration. Les autres seront accrochées petit à petit.

Nous terminons avec une exposition temporaire sur l'homme de Neandertal.

Nous poursuivons notre promenade en ville avec le Trésor, bâtiment du trésorier de la cathédrale qui date du XIIème siècle et actuellement point info culture de la ville et la porte du chapitre.

La journée se termine avec la visite du musée de la Reddition consacré à la signature de la capitulation de l'Allemagne le 7 mai 1945. C'est en effet à Reims qu'eut lieu la première signature avant celle de Berlin le 8 mai à laquelle tenaient les Soviétiques pour humilier les Allemands.

Un musée dans la salle de la signature au sein du lycée Roosevelt raconte cet évènement peu connu à travers vidéos et documents d'époque. C'est très intéressant.

Musée de la Reddition, 12 rue Franklin Roosevelt, Reims

8

Journée plutôt calme. Nous décidons de faire une grande promenade à pieds avec Daisy et Cookie.

Nous voyons comme à chaque fois de beaux bâtiments.

Pause gourmande à l'Aparthé, un salon de thé à l'esprit brocante, ça nous rappelle quelque chose… L'ambiance est très sympa et évidemment Cookie et Daisy ont beaucoup de succès. La carte est alléchante, les gâteaux maison excellents et leur chocolat chaud blanc à la noisette, une tuerie. Nous essaierons le brunch un dimanche.

Nous arpentons la rue de Vesle, la principale rue commerçante de Reims où nous voyons un très beau bâtiment moderniste des années 80.

Au bout de la rue, sont installées 7 statues en chêne de plus de 6 mètres, œuvre de Christian Lapie.

Nous allons jusque la Comédie de Reims, ancienne maison de la culture qui date des années 60.

Retour vers la cathédrale avec un superbe éclairage et nous finissons à la maison des Musiciens dont la façade a été reconstruite avec des copies des statues. Une très belle renaissance.

En Aparthé, 23 rue Chanzy, Reims

Maison des Musiciens, rue du Tambour, Reims

9

Nous avions prévu de partir découvrir la côte des Blancs mais étant donné la météo, nous avons privilégié les visites de musées.

Nous commençons par le Musée Automobile Reims-Champagne. Nous ne sommes pas des grands amateurs de voitures mais la collection est parait il impressionnante.

Le musée est en peu en dehors du centre dans une ancienne entreprise et a été créé en 1985 par une association d'amateurs.

La collection est en effet impressionnante, beaucoup de voitures, plus de 160, des premiers modèles au plus récents. La très grande majorité est en excellent état et peuvent rouler. Quelques pièces sont remarquables comme la SCAR construite en 1908 à Reims, ce modèle ce caravane construit à Marigny le Châtel dans les années 50 ou cette voiture de shérif de Louisiane.

Et bien sûr, la 4L, la 2CV, la DS, l'Alpine, la Traction et bien d'autres. Il y a également des véhicules de pompiers, des utilitaires comme ce fourgon aux couleurs du journal l'Union utilisé dans les caravanes du tour de France, des deux roues (vélos et motos) et des jouets. Il y a aussi une énorme collection de miniatures et des plaques émaillées. Une très belle surprise.

Nous allons ensuite visite le musée hôtel Le Vergeur. C'est un hôtel construit au XVIème siècle par Nicolas Le Vergeur et acquis en 1909 par Hugues Kraft, héritier d'une riche famille bourgeoise. Il fonda la Société des Amis du Vieux Reims, toujours propriétaire des lieux. Le musée présente de nombreux éléments architecturaux issus des demeures rémoises et souvent seuls restes suite aux destructions de la Grande Guerre.

Mais nous entrons aussi dans un intérieur bourgeois des années 1920 avec un confort rare pour l'époque : chauffage central, électricité, eau courante. Nous voyons beaucoup de beaux meubles, de très belles peintures notamment les portraits de la famille Pommery et de beaux souvenirs des voyages de Kraft à travers le monde.

La pièce maitresse du musée est l'ensemble de gravures du XVIème siècle de Durer, certaines séries sont complètes. Un superbe ensemble.

La visite ne se fait que guidée mais c'était un vrai plus car c'était passionnant.

Nous avons visité tous les musées de Reims, il reste de le fort de la Pompelle qui est en dehors de la ville. Le Palais du Tau et le musée des Beaux Arts sont en travaux encore pour plusieurs années visiblement, nous les verrons donc pas. L'ensemble muséal de la ville est varié et très qualitatif.

Musée Automobile Reims-Champagne, 84 avenue Georges Clémenceau, Reims


Musée Hôtel Le Vergeur, 36 place du Forum, Reims

10

La journée commence par le marché aux Halles du Boulingrin. Elles datent des années 20 et avaient été pendant longtemps laissées à l'abandon et même menacées de destruction. Mais suite à leur classement comme monument historique, elles furent préservées et rénovées.

Elles accueillent désormais les marchés et d'autres manifestations comme les puces mensuelles (vivement dimanche !). La structure en béton armé est éclairée par des baies vitrées. C'est un bel édifice.

Pause déjeuner et nous partons à la découverte des caves de champagne, du moins, une partie. Notre choix se porte sur la visite couplée des caves Pommery et de la villa Demoiselle.

Nous nous promenons tout d'abord dans le parc Pommery où les chiens sont acceptés. C'est un bel ensemble qui date de la seconde moitié du 19ème siècle. Les bâtiments sont très étonnants car c'est le style élisabéthain qui domine pour rendre hommage aux principaux clients de Madame Pommery avec tourelles, créneaux et donjons.

La visite des caves commence par le cellier Carnot , un grand bâtiment industriel qui servait au stockage des fûts et est aujourd'hui dédié à l'accueil des visiteurs. On peut y admirer un magnifique foudre, c'est à dire un grand tonneau d'une capacité de 75000 litres et au décor sculpté par Emile Gallé. Il a été présenté à l'exposition universelle de Saint-Louis au Missouri en 1901.

Puis c'est la descente dans les caves installées dans les anciennes crayères, par un escaler de 116 marches. Les salles se succèdent, certaines ont une hauteur impressionnante. On peut admirer des bas reliefs creusés à même la craie au 19ème siècle. L'élaboration du champagne est évidemment abordé de même que l'histoire des caves qui sont toujours utilisées, il y a tout au long du parcours des bouteilles entreposées avec parfois de très anciennes cuvées.

Les salles portent le nom de villes "conquises" par la maison Pommery : New-York, Kyoto, Moscou et Turin, entre autres.

On est frappé dès le début par la présence d'œuvres contemporaines : installations, vidéos, sculptures notamment Buren. C'est une réussite. La visite se termine par une dégustation.

Nous poursuivons la journée à la Villa Demoiselle. En 2002, Vranken rachète la maison Pommery et décide de réhabiliter cette ville qui est juste en face. Construite dans les années 1900, elle était depuis des années, squattée, abandonnée, détériorée, menacée même.

Après plusieurs années de travail, elle a ouvert ses portes au public. Entièrement meublée de style Art Nouveau, on visite les pièces les unes après les autres et sommes sous le charme de cette très belle demeure restaurée avec goût : une superbe salle à manger Art Nouveau, un escalier classé monument historique, des pièces de Gallé mais aussi des œuvres contemporaines : photographies, sculptures, céramiques. Et comme dans les caves, la visite se termine par une dégustation de champagne.

Ne pas hésiter à choisir la visite jumelée. Malgré son coût (46 euros par personne), les visites sont très intéressantes.

Nous finissons la visite du quartier appelé butte Saint Nicaise par une promenade pour découvrir la statue L'Architecture de Paul Landowski installée depuis 1933. Un peu esseulée dans un jardin sans aucune explication ou indication de sa présence, c'est dommage.

Caves Pommery, 5 place du Général Gouraud


Villa Demoiselle, 56 boulevard Henry Vasnier

11

Aujourd'hui, nous partons à la découverte de la Montagne de Reims et nous commençons par une promenade dans la foret de Verzy.

Cette foret est très particulière car elle abrite les faux, ce sont des hêtres tortillards qui sont devenus ainsi suite à une mutation génétique. Le site est unique au monde et c'est désormais une réserve biologique.

Les sentiers sont balisés et la promenade est très agréable, les chiens sont acceptés tenus en laisse. Nous avons pris quelques libertés et avons laissé Daisy et Cookie se promener sans laisse, nous étions seuls et elles ont désormais du rappel.

Des panneaux explicatifs jalonnent la promenade.

Evidemment, ce n'est sans doute pas la meilleure période pour découvrir les faux car ils n'ont plus de feuille mais c'était néanmoins un très bon moment et un bel espace de liberté pour les chiennes.

Nous allons ensuite à Verzenay, village tout proche, pour voir le phare construit en 1909 par le viticulteur Joseph Goulet pour faire un coup de pub.

Il est fermé en ce moment mais nous avons malgré tout une belle vue sur les vignes où il y a de l'activité car c'est la période de la taille.

Direction Hautvillers, village de Dom Pérignon. Le village comme d'autres coteaux de champagne a été classé patrimoine mondial de l'Unesco en 2005.

Le village est charmant, maisons de pierre, ruelles et de nombreuses enseignes en fer forgé (plus de 140) que l'on peut voir sur les façades en rapport avec les professions, le nom ou les passions des propriétaires.

L'église abbatiale date de 16ème siècle et possède un très bel ensemble de stalles en bois du 17ème siècle. Elle est surtout connue pour être la dernière demeure de Dom Pérignon, considéré comme le père spirituel du champagne.

Nous allons ensuite au parc Pierre Cheval pour découvrir la statue de Dom Pérignon édifiée en 2022 et finissons la visite par un très beau point de vue sur les boucles de la Marne, les vignobles et Epernay.

Une visite incontournable quand on est dans la région.

Nous finissons la journée à Epernay où nous arpentons l'Avenue de Champagne, également classée patrimoine mondial de l'Unesco.

C'est le siège des grands noms de champagne : Moët et Chandon, Mercier, De Castellane, Pol Roger… Les hôtels particuliers qui les abritent sont très beaux. On y trouve également l'élégant hôtel de ville et un lycée des métiers de la vigne construit dans les années 1920. On imagine aisément les kilomètres de caves sous l'avenue.

Nous sommes un peu déçus par la ville qui nous pensions plus élégante et qui n'est pas du tout "dog friendly" : tous les parcs sont interdits aux chiens même tenus en laisse de même que la plupart des commerces et des restaurants. Il y a longtemps que nous n'avions pas vu cela.

12

Il y a quelques rayons de soleil, nous en profitons pour faire une escapade à Chalons en Champagne.

Nous commençons par visiter la basilique Notre-Dame à l'Epine, petit village à côté de Chalons. De style gothique flamboyant, elle a été construite au XVème siècle.

La façade est une véritable dentelle de pierre avec de remarquables gargouilles. C'est un pèlerinage qui est à l'origine de la construction de cet édifice étonnant pour un village. Selon une légende répandue au 17ème siècle, l'origine du pèlerinage serait la découverte par des bergers d'une statue de Vierge à l'Enfant dans un buisson d’épines en flammes, statue toujours conservée dans l'église.

On peut admirer un très beau jubé, une superbe mise au tombeau du 16ème siècle et un bel ensemble de vitraux des 19ème et 20ème siècles. Des graffitis de toutes les époques sont sur les murs de la clôture de chœur.

Cette basilique est un très bel édifice.

Direction Chalons. Nous commençons par le cimetière pour nous rendre sur la tombe de Cabu, enfant du pays. C'est assez émouvant, outre les circonstances de sa mort, on a l'impression qu'une partie de notre enfance a été enterrée avec lui.

Nous en profitons pour nous promener dans le cimetière, il y a de nombreuses anciennes tombes et beaucoup de soldats des guerres napoléoniennes, ce qui nous surprend.

Nous visitons la collégiale Notre-Dame en Vaux, édifice de style gothique édifié du 13ème au 15ème siècles. L'extérieur de l'église est assez sobre, notamment à cause des statues des portails qui ont toutes disparu à la Révolution Française. L'intérieur de l'édifice est beau mais c'est bien pour ses vitraux que la collégiale mérite la visite, un très bel ensemble des 12ème, 16ème et 19ème siècles.

Puis nous nous rendons à la cathédrale. Nous admirons sur le chemin l'hôtel de ville et l'église Saint Arpin.

La cathédrale Saint Etienne a des éléments romans mais est surtout de style gothique, notamment de très belles roses. Quant à sa façade, elle est étonnamment classique. Une fois à l'intérieur, nous sommes frappés par ses dimensions et surtout par un bel ensemble de vitraux et de dalles funéraires (malheureusement sans indication). Les fonds baptismaux datent du 12ème siècle et sont en pierre bleue de Tournai.

Devant la cathédrale, se trouve le monument aux morts représentant un groupe de soldats et derrière une belle statue de Jeanne d'Arc.

Nous visitons le musée des beaux arts et d'archéologie. Dans une muséographie récente, le musée présente peintures et sculptures. Il y a de très beaux portraits et une vue du Tréport, on reconnait parfaitement le phare.

Une salle est consacrée aux arts du cirque (affiches, photographies, tableaux), l'école de cirque de Chalons est très réputée.

Le premier étage accueille dans de belles salles, des éléments architecturaux des bâtiments disparus de la ville et quelques très beaux objets religieux. Une salle est dédiée à l'archéologie de la Grande Guerre, avec des vestiges du camp du Borrieswalde, camp allemand de la guerre 1914-1918 et une galerie aux Chalonnais célèbres notamment Pierre Dac.

La visite se termine avec une impressionnante collection d'oiseaux naturalisés et la salle de peintures de la donation Mielle-Cailloux.

Un très beau musée.

Nous allons ensuite visiter le musée du cloitre de Notre-Dame en Vaux qui présente des éléments de ce cloitre du 12ème siècle détruit entre 1759 et 1766. Les chapiteaux et colonnes nous donnent une idée de la beauté de ce cloitre.

Nous finissons par la Duduchotèque, installée au sein de la médiathèque, elles est entièrement consacrée à Cabu. On peut y voir son bureau tel qu'il l'était le 7 janvier 2015. Une exposition temporaire est consacrée à Dorothée et Cabu : dessins inédits, extraits vidéo, photographies. Un vrai retour en enfance plein d'émotion.

Chalons a parfois la réputation d'une ville sans attrait, sans doute l'héritage de ses années de casernement, c'est tout le contraire. Elle mérite le détour.

13

Je profite de ma présence dans la région pour me promener sur les terres de mes ancêtres dans la Marne et l'Aube. L'occasion de (re) découvrir quelques endroits et de les partager.

Pascal reste à Reims pour régler des formalités et j'emmène Cookie pour me tenir compagnie.

Moussy : Première pause à Moussy, près d'Epernay où l'église perdue au milieu des vignes nous permet d'avoir une très belle vue sur les environs.

Montmort-Lucy : Puis nous admirons le château de Montmort qui date de la Renaissance mais n'est hélas visitable que l'été.

Champaubert : Ce fut le lieu d'une victoire de Napoléon lors de la campagne de France en 1814. Une colonne commémore cet évènement.

Mondement : En septembre 1914, se déroula dans la commune un épisode important de la première bataille de la Marne. Le monument national de la bataille de la Marne a été érigé en 1938 sur les lieux des combats. Un peu excentré de la route, il domine le paysage. Quasiment aucune habitation à proximité hormis le château et l'église entourée du cimetière, je peux lâcher Cookie sans crainte, qui s'en donne à cœur joie.

Ce monument a été réalisé par Paul Bigot et Henri Bouchard, il représente un monolithe fait de béton et pierre rose et mesure 22 mètres de hauteur. Sur un côté, on peut voir la fresque des généraux sculptée dans la pierre avec notamment Foch et Joffre. Il est impressionnant.

Sézanne : Ville de mon enfance. J'y ai passé beaucoup de bons moments et je tenais à y venir avant le grand départ en Italie. Adulte, on a souvent un regard différent sur des lieux qui nous sont communs et c'est le cas. Nous avons en plus un beau soleil pour nous promener en ville.

Sézanne est une petite ville du sud de la Marne qui fait partie des villes des foires de Champagne au Moyen Age. Elle a un beau patrimoine : l'église Saint-Denis du 15ème siècle avec encore quelques échoppes entre ses piliers, l'hôtel de ville qui est un ancien prieuré, le couvent des récollets qui se trouve aujourd'hui dans l'enceinte de l'hôpital , les halles du 19ème siècle.

De nombreuses rues et ruelles médiévales ont subsisté de même que des maisons à colombage, des enseignes peintes et un cadran solaire du 18ème siècle. Les mails qui sont des promenades arborées à la place des remparts médiévaux permettent de voir de beaux bâtiments notamment la résidence des ducs d'Orléans.

Une ville pleine de charme malheureusement un peu endormie, il nous a été impossible de déjeuner, le seul resto "correct" de la ville refuse les chiens.

Eglises de l'Aube : Nous voici dans l'Aube, entre Romilly sur Seine et Nogent sur Seine. Nous passons de village en village à la découverte des églises pour la plupart du 16ème siècle et édifiées en pierre.

Périgny la Rose
 Périgny la Rose (gauche) - Fontaine Macon (droite)
 La Villeneuve au Chatelot
Avant les Marcilly (gauche) - Ferreux Quincey (droite) 

Périgny la Rose, La Villeneuve au Chatelot et son étonnante église fortifiée, Barbuise, Le Plessis Barbuise, Avant les Marcilly, Ferreux-Quincey, Fontaine-Macon, Saint-Martin de Bonnenay ; des petits villages mais qui possèdent tous une belle église, hélas fermée. Beaucoup ont bénéficié d'une restauration récemment grâce à la Fondation du Patrimoine.

Barbuise 
Plessis Barbuise 
Saint-Martin de Bossenay 

Nogent-sur-Seine : Ce sera l'étape pour la soirée et la nuit. Nous avons déjà visité le musée Camille Claudel dans un précédent voyage (voir le carnet de voyage "Sur les traces de Camille Claudel" qui lui est dédié). Cette fois-ci nous nous nous promenons en ville. Le centre ville est, quoique désert, très agréable. La Seine traverse la ville et d'impressionnants moulins industriels s'y sont installés. Les bâtiments datent du début du 20ème siècle. Il y a plusieurs statues dans des squares : la Charité Romaine d'Alfred Boucher, enfant de Nogent et Gustave Flaubert, l'Education Sentimentale se déroule ici.

Après une soirée très agréable au Café Bellevue et une nuit reposante, nous allons visiter l'église Saint-Laurent. Edifiée aux 15ème et 16ème siècles, l'extérieur possède des éléments Renaissance. L'intérieur a probablement été restauré récemment et on peut y admirer des fresques, un très beau retable de la fin du 19ème siècle dit retable de la Vierge, des vitraux contemporains dont celui de Saint-Fiacre de 2022 et des statues de Paul Dubois et Alfred Boucher.

Passage au cimetière pour voir la tombe d'Alfred Boucher qui rend hommage à son épouse avec une statue en bronze.

Abbaye du Paraclet : Je fais une pause à l'abbaye du Paraclet juste à côté de Nogent. Fondée au 12ème siècle par Héloïse et Abélard qui y étaient inhumés avant le transfert du tombeau au cimetière du père Lachaise. Il ne reste que peu de bâtiments d'origine tant les guerres et la Révolution Française ont fait de destructions. C'est désormais privé et cela ne se visite qu'aux beaux jours mais on aperçoit quelques éléments en prenant le chemin qui longe l'abbaye.

Marigny le Châtel : Je ne peux pas faire autrement que m'arrêter à Marigny le Châtel, berceau familial. L'église du 15ème siècle est hélas fermée. Ce village avait une industrie textile très active, il y a avait notamment un atelier Petit Bateau juste à côté de la maison. Tout a disparu au cours des années 80/90. Nous nous promenons le long de l'Ardusson et Cookie en profite pour prendre un bain…

Fontaine lès Grès : Sur la route, nous découvrons une église originale pour la région. L'Aube a subit peu de destructions au cours des deux dernières guerres mondiales et il y a donc peu d'églises contemporaines. Celle-ci date de 1956 et a été réalisée par Michel Marot. Les parois de verres multicolores qui courent le long de l'édifice sont remarquables. L'église est classée depuis 2010.

Brienne le Château : Nous voici à Brienne le Château, ville connue pour avoir formé Napoléon pendant 5 ans dans l'école militaire. Il y a plusieurs témoignages de ce passage : statue, fronton de l'hôtel de ville et un musée qui lui est consacré dans ce qu'il reste de l'école militaire.

Les bâtiments datent du 18ème siècle et présentent l'histoire de l'école et le parcours de Napoléon à travers divers documents, gravures, uniformes, tableaux. De nombreuses bornes interactives complètent la visite. Un chapitre important est consacré à la Campagne de France de 1814 pendant laquelle Napoléon est revenu à Brienne le Château.

Promenade dans la ville : château du 18ème siècle (aujourd'hui un hôpital psychiatrique), halles et église qui abrite un très bel ensemble de vitraux notamment du 16ème siècle.

Morembert : Dernière étape de la journée pour voir l'église à pans de bois qui date du 16ème siècle et est caractéristique du pays du Der.

Office de tourisme de Sézanne et sa région, place de la République, Sézanne


Office de tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine, 5 rue Saint Epoing, Nogent sur Seine


Office de tourisme des Grands Lacs de Champagne, 1 rue Emile Zola, Brienne le Château

Café Bellevue, 2 rue des Ponts, Nogent sur Seine. Bonne table mais pas de proposition végétarienne.

Hôtel le Saint Laurent, 21 rue des Fossés, Nogent sur Seine. Hôtel confortable, chiens acceptés avec supplément.

14

Le temps n'est pas avec nous mais nous allons quand même nous promener dans les Ardennes. Au programme : Sedan et Bouillon.

Première étape à Sedan pour visiter le château. Il date du 15ème siècle et est considéré comme le plus grand château fort d'Europe.

Il est vrai qu'il est monumental et logiquement il domine la ville. Nous choisissons la visite libre avec audioguide (ou guide papier).

La visite commence par un film qui retrace l'histoire du monument.

On peut faire le tour des fortifications, aller sur les terrasses qui permettent d'avoir une belle vue sur la ville et admirer les tours et leurs proportions.

Les casemates témoignent du passé militaire du château comme lieu de casernement et comme élément important des défenses de la France au 19ème siècle.

Les salles souterraines ont été mises en scène avec des mannequins et du mobilier mais aussi des bandes sonores pour donner un aperçu de la vie au Moyen-Âge. Cela rend la visite plus ludique notamment pour les enfants.

La rotonde de la tour cheminée est une des particularités du château, on peut voir la charpente mais c'est le procédé de chemisage qui est intéressant. Il consiste à englober une tour par une autre, l'épaisseur des murs passe ainsi de 9 à 20 mètres. Juste à côté se trouve la chapelle gothique de 1500, elle était réservée à la famille princière.

Un musée a été installé dans les logis princiers. Il est grande partie consacré à la défaite de 1870 : tableaux, uniformes. C'est très intéressant car il permet de mieux appréhender ce que fut cette bataille, ses enjeux et les conséquences. Le musée présente également l'évolution de la ville avec une maquette interactive.

Dans des parties du château ont été installés hôtel, restaurant, bar et salle de séminaire. La brasserie propose plusieurs plats végétariens et végan, c'est assez rare pour être souligné. Ce fut une visite intéressante même si nous ne sommes pas de grands amateurs de châteaux forts.

Nous poursuivons avec un tour à la découverte de la ville et visitons l'église Saint-Charles Borromée. Elle date du 16ème siècle et était un temple protestant à l'origine, les princes de la ville étaient calvinistes. L'édifice devient église catholique en 1688 suite à la révocation de l'Edit de Nantes. L'église est sombre et assez austère et pour tout dire lugubre malgré quelques vitraux surtout contemporains, et des fresques murales.

Nous ne restons pas plus longtemps à Sedan, peut être est-ce lié à la pluie mais nous trouvons la ville plutôt triste. Nous décidons de franchir la frontière pour aller à Bouillon en Belgique.

Bouillon est en Ardenne belge, le long de la Semois, un affluent de la Meuse. La ville est surtout connu pour son château édifié par Godefroy de Bouillon qui participe à la première croisade.

Le château date du 11ème siècle et a été préservé en grande partie. La visite n'est pas toujours de tout repos, on monte, on descend, c'est humide mais c'est sympa. On peut visiter une grande partie de l'édifice.

La vue des hauteurs est assez impressionnante et montre bien le côté imprenable du château. La perspective sur la nature environnante est très belle malgré la pluie.

Une partie des salles retrace l'histoire de l'éducation : documents, archives et une belle collection d'encriers et des panneaux raconte l'histoire du château et des croisades.

Nous poursuivons la découverte de la ville haute : église Saint Pierre et Saint Paul du 19ème siècle, ruelles, maisons anciennes.

Nous allons ensuite au musée ducal, le billet d'entrée au château permet également de le visiter. Il est dans deux bâtiments très proches l'un de l'autre et présente de belles collections.

La première partie est dédiée à l'histoire de la ville : peintures, maquette, souvenirs liés aux industries locales notamment l'imprimerie.

Le second bâtiment présente des objets d'art : art religieux, peintures, art asiatique. Le dernier étage relate l'histoire de l'industrie aluminium dans la ville.

Les dernières salles présentent des tableaux d'Albert Raty, peintre originaire de Bouillon. Ce musée est très intéressant.

Pause gourmande au bord de la Semois pour nous réchauffer, Daisy et Cookie ont comme à chaque fois beaucoup de succès.

Office de Tourisme de Sedan, 15 place d'Armes, Sedan


Maison du tourisme de Bouillon, 12 quai des Saulx, Bouillon (Be)

Boulangerie Michels Benoit, 9 place Saint-Arnould, Bouillon (Be). Une bonne adresse, chaleureuse, chiens très bien accueillis.

15

Derniers jours à Reims Nous partons à la découverte des quelques lieux que nous ne connaissons pas encore.

Nous logeons près de l'église Saint André mais n'avions pas pris le temps de la visiter, il faut dire qu'elle est moins ouverte que la cathédrale ou la basilique Saint Remi.

De style néo roman, elle date du 19ème siècle et a été entièrement restaurée après la Première Guerre Mondiale. Son clocher est le plus haut de la ville.

Les dimensions intérieures sont assez impressionnantes, la plupart des vitraux sont contemporains hormis une fenêtre constituée d'éléments de vitraux du 16ème siècle. Un morceau des anciennes cloches fondues lors des bombardements est exposé.

Nous allons ensuite visiter le fort de la Pompelle en dehors de la ville. C'est un des nombreux forts construits en 1870 autour de la ville et est désormais un musée consacré aux différents conflits de 1870 à 1945.

La présentation est intéressante car elle permet de visiter de nombreuses parties du fort. On peut voir uniformes, armes, documents d'archives, reconstitutions et des tablettes rendent la visite interactive.

Le point fort est la collection Fiésé consacrée aux uniformes allemands de 1870 à 1918, c'est le plus riche ensemble connu de coiffures de l'armée allemande au monde. Rien que pour cela, la visite est nécessaire.

Dernière visite à la bibliothèque Carnegie fermée jusqu'à présent. Construite de 1921 à 1928 à côté de la cathédrale dans un pur style Art Deco. Elle possède de nombreux éléments intéressants : la porte d'entrée en fer forgé, les mosaïques, l'énorme lustre en verre du hall d'entrée par Jacques Simon, la rampe d'escalier.

Notre séjour à Reims est terminé. Dire que cette ville nous a plu est un euphémisme. Elle a de nombreux atouts, un patrimoine incroyable (gothique, Art Deco), de beaux musées et les gens y sont accueillants et souriants, notamment vis à vis des chiens (à part les transports en commun). Nous avons passé un très bon moment.

Musée du Fort de la Pompelle, RD 944 route de Châlons-en-Champagne Reims - Puisieulx.

16

Voici les quelques adresses que nous recommandons dans la cité des Sacres.

Prendre un verre ou faire une pause :

  • Brasserie Le Gaulois, 2 place Drouet d'Erlon. Une institution à Reims pour boire un verre.
  • Café du Palais, 14 Pl. Myron Herrick. Une des plus vieilles brasseries rémoise, décor atypique.
  • En Aparthé, 23 Rue Chanzy. Un salon de thé à la déco broc, gâteaux délicieux. Ça nous a rappelé quelque chose 😀
  • Le Continental, 95 Pl. Drouet d'Erlon. Un cadre chic et un accueil top.
Café du Palais et En Aparthé 

Dîner ou déjeuner :

  • Un Indien dans la Ville, 84 Pl. Drouet d'Erlon. Restaurant indien, très bon malgré des prix un peu élevés.
  • Cheese Bar, 11 Rue de Mars bar à fromages avec des fromages excellents, prix très corrects et une belle carte de vin
  • Pizzeria l'Antica, 66 Av. Jean Jaurès. Pizzas excellentes.
  • Aux Coteaux, 86 Pl. Drouet d'Erlon. Classique mais sympa, une institution dans la ville.
Cheese Bar - Un Indien dans la Ville - L'Antica 

Shopping :

  • Galeries Lafayette, 33-45 Rue de Vesle. C'est le grand magasin, parfait pour du shopping. Le dernier étage accueille le Furet du Nord.
  • Puces de Reims, Halles du Boulingrin. Chaque premier dimanche du mois (bourse aux livres le second).
 Galeries Lafayette

Courses gourmandes :

  • Aux Merveilleux de Fred, 3 Rue de Mars. Les merveilleux, meringues fourrées sont excellents ainsi que les cramiques.
  • Boulangerie Les Halles, 32 Rue de Mars. De très bons pains notamment à la farine de châtaigne, gâteaux savoureux.
  • Boite à pain du Trio, 115 Av. Jean Jaurès. Des pains excellents et des gâteaux à se damner.
  • Le P'tit Champ, 125 Av. Jean Jaurès. Epicerie, primeur avec des produits locaux et de qualité.
  • Deléans, 20 Rue Cérès. Chocolatier et autres douceurs.
  • Sucré, 102 Rue Gambetta. Excellents cookies.
  • Fossati, 4 place Jules Ferry. Produits italiens de qualité, plats maison.
  • Marché de Boulingrin, chaque samedi.
Deléans - Le P'tit Champ