3 semaines en Europe centrale

3 semaines en Europe centrale en janvier, toujours en train et bien sûr avec Daisy et Cookie. Au programme : Salzbourg, Budapest, Vienne, Bratislava et Munich.
Janvier 2023
3 semaines
1
1

Comme à chaque fois, nous sommes partis de chez mes parents dans l'Aisne. C'est plus pratique à plus d'un titre : la ligne de train est directe de Chauny à Paris (et les trains plus réguliers), la voiture reste sous surveillance dans le jardin familial et c'est l'occasion de profiter de mes parents.

Nous avions 2 heures de transit à l'heure du déjeuner et avons donc cherché dans les environs de la gare de l'est de quoi nous sustenter. Avec deux chiens et deux énormes sacs à dos, nous sommes rarement les bienvenus. Nous avons tenté notre chance chez Chartier, la célèbre brasserie qui a ouvert un restaurant juste en face de la gare : accueil charmant, câlins aux chiennes, tout petit prix, une belle surprise.

Arrivée à Sazlbourg dans la soirée après une étape très courte à Stuttgart où il nous a fallu acheter les billets de train de Daisy et Cookie. Les billets des compagnies allemandes ne peuvent être achetés en ligne, le tarif est celui des enfants jusque 6 ans et ils sont envoyés à domicile, il faut donc beaucoup d'anticipation.

Mais nous voilà à notre première destination après un voyage sans encombre. Nous ne restons que quelques jours et avons fait le choix d'une pension avec petit déjeuner inclus et surtout sans supplément excessif pour les chiennes (15 euros pour tout le séjour) ce qui n'était pas facile à trouver.

2

Premier jour à Salzbourg. Direction le centre de la ville

 Vue sur la vieille ville

Jardins du château de Mirabell, ancienne résidence d'été des archevêques de Salzbourg ; Kollegienkirche, toute blanche avec quelques éléments baroques ; église des Franciscains, gothique, romane et baroque.

En haut : Kollegienkirche - en bas : église des Jésuites

La ville est très agréable : en grande partie piétonne, de nombreux passages couverts et les regards envers Daisy et Cookie sont plein de bienveillance.

 Toutes les fontaines sont protégées du froid en hiver

Mozart est évidemment partout et les propositions de concert nombreuses.

Pour le déjeuner, nous avons découvert la chaine de restaurants Nordsee : restaurant de poissons avec des sandwichs sur place ou à emporter, prix très raisonnables et chiens acceptés. Et nous avons découvert le café Mozart, un café renforcé à la crème Mozart, une liqueur au chocolat.

La journée s'est terminée avec la visite de la maison natale de Mozart : portraits de famille, objets personnels, maquettes d'opéra et un focus sur la vie à Salzbourg au XVIIIème siècle. Visite intéressante.

Maison natale de Mozart 
3

La deuxième journée a été en grande partie consacrée aux musées du DomQuartier (quartier de la cathédrale).

Un seul billet permet la visite de plusieurs musées contigus. Le point de départ pour faire le tour du DomQuartier se trouve au niveau des salles d’apparat baroques dans l’Ancienne Résidence. A l’étage supérieur de l’ancienne résidence officielle et d’habitation des princes-archevêques se trouve une galerie unique en son genre, on y admire des œuvres impressionnantes de peintres européens du 16ème au 19ème siècle. De plus, la terrasse de la voûte entre la cathédrale et la résidence offre une vue exceptionnelle sur le centre-ville et les montagnes.

Salles d'apparat 
Vue sur la ville et la cathédrale depuis le belvédère 

La visite mène ensuite dans les pièces de l’oratoire nord de la cathédrale, ornées de d’admirables décorations en stuc. Afin d’admirer dans toute sa splendeur l’intérieur spectaculaire de la cathédrale, on commence par la tribune de l’orgue. L’oratoire sud, quant à lui, héberge le musée de la cathédrale. On y trouve des chefs-d’œuvre du gothique au baroque, qui viennent non seulement de la cathédrale, mais aussi d’autres églises de l’archidiocèse de Salzbourg avec notamment une "boîte à hosties" originale en forme d'oiseau.

Cabinet de curiosités et trésor 
Eglise Saint-Pierre  

Par la suite, on entre dans le cabinet des curiosités pour lequel nous avons un coup de cœur. La visite se termine au musée de Saint-Pierre qui présente le trésor et les œuvres d’art de la collection de l’abbaye des bénédictins.

Une fois sorti des musées, nous avons visité la cathédrale saint Rupert où nous avons eu la chance d'assister à un concert d'orgues. Les voutes sont superbes et la crypte qui accueille les tombes des archevêques de la ville est accessible (on y aperçoit les fondations).

Dernière visite de la journée : abbaye Saint Pierre, presque un quartier dans la ville. Nous avons commencé par l'église Saint-Pierre, une fois de plus très baroque et visiblement très prisée des grandes familles de la ville comme lieu d'inhumation car les tombes et les mausolées sont très nombreux.

Le cimetière attenant est plein de charme, lieu privilégié des grandes familles de Salzbourg (et cela semble être toujours le cas), il n'est pas très grand mais accueille de belles tombes. Les catacombes sont assez étonnantes car en hauteur mais elles permettent d'avoir une belle vue.

Cimetière Saint-Pierre et vue depuis les catacombes 

Pause goûter au café Tomaselli, une institution depuis 300 ans,. Nous avons été déçus, accueil un peu froid (un serveur a quand même été charmant avec Daisy et Cookie) et gâteaux sans saveur. D'autres cafés moins prestigieux sont plus agréables.

Dernière soirée où nous avons dégusté les nockerln, une sorte de meringue à la vanille et demain nous reprenons le train pour changer de ville et de pays.

4

Nous revoilà en mode train et sac à dos. Direction Budapest, que nous ne connaissons pas. Nous avions prévu un trajet Salzbourg-Budapest avec changement à Vienne. Au moment du départ du train, outre le quai, un emplacement sur le quai est indiqué. Nous avons donc attendu sagement (et bêtement) à cet emplacement et avons vu passer notre train sous les yeux car il était stationné un emplacement plus loin, c'est visiblement fréquent. Donc plan B, on achète des billets pour Linz pour récupérer notre train initial...

 Linz

L'occasion de découvrir rapidement cette ville au centre historique agréable.

Dans le train de Linz à Vienne, la muselière a été imposée aux chiennes, c'est normalement obligatoire dans tous les transports en commun en France, Allemagne, Autriche et Italie mais souvent, il y a une tolérance. Pas cette fois-ci, Cookie a moyennement apprécié.

Arrivée à Budapest dans la soirée. Nous choisissons toujours des hébergements proches de la gare sauf que nous avions oublié que dans les métropoles, il y a plusieurs gares. Notre hébergement est bien proche de la gare mais pas de la bonne, ce n'est pas grave, 40 minutes de marche plus tard, nous voici arrivés dans notre appartement. Très sympa, propre et tout proche du quartier juif et du centre historique.

Pour ce qui est de la ville, la première impression est un peu étrange mais les quartiers des gares sont généralement peu agréables et il était 21 heures, nous verrons demain.

5

Première journée à Budapest. Nous décidons de partir vers le centre et de déambuler dans les rues.

Opéra 

La première impression n'est pas du tout celle que nous attendions : la ville est plutôt monumentale.

Première étape à la basilique Saint Etienne, édifice du XIXème siècle ; c'est l'église la plus importante de Hongrie. Les coupoles aux mosaïques dorées sont impressionnantes et on peut voir la main momifiée de Saint Etienne dans son reliquaire...

Basilique Saint Etienne 

Le parc à proximité Erzsébet tér accueille un étonnant mémorial à Mickael Jackson avec photos et bougies.

Direction les halles centrales de Budapest et grosse déception à l'entrée car les chiens sont interdits. Nous avions prévu d'y déjeuner et faisons donc la visite l'un après l'autre. Le bâtiment est une belle structure de poutres métalliques. Beaucoup de monde, le rez de chaussée et le sous sol sont consacrés aux stands alimentaires alors que le premier étage accueille un artisanat plus ou moins local. Sans surprise la viande a une place importante.

 Halles centrales

Eglise Saint Michel aux belles fresques peintes et ensuite le quartier juif. La visite comprend un ensemble comprenant la synagogue du XIXème siècle, le musée juif et le mémorial de l'holocauste avec un petit cimetière. Le prix est loin d'être justifié pour la qualité de la visite, dommage.

 En haut : église Saint Michel 
De gauche à droite :  cimetière juif, cristal hongrois, boutique de souvenirs

La journée s'est terminée avec la visite du musée national qui retrace l'histoire de la Hongrie, il accueillait une exposition temporaire .consacrée à Yoko Ono. Musée intéressant notamment la partie consacrée à la période communiste.

Encore une journée riche.

6

C'est sous un beau soleil que nous allons continuer notre visite de la ville avec au programme, le quartier du parlement et la colline du château.

Nous commençons par la place de la liberté : monument antifasciste, monument à l'armée soviétique et statues de Bush père et Reagan à proximité de l'ambassade des Etats Unis .

De gauche à droite et de haut en bas : monument à l'armée soviétique, monument antifasciste, statue de Bush père, statue de Reagan...

A proximité, la caisse d'épargne de la poste est un bâtiment dans le pur style Sécession.

Caisse d'Epargne de la Poste

La place qui entoure le parlement permet d'avoir une perspective incroyable, c'est le monument emblématique de la ville. Mélange de styles, sa rénovation doit être récente car la pierre est particulièrement blanche. Tout est fait pour lui garder un côté "aseptisé", les chiens et les vélos sont même interdits à proximité.

Parlement 

Nous poursuivons vers le Danube pour voir le monument des "chaussures", il rend hommage aux Juifs hongrois fusillés et jetés dans le fleuve en 1944, c'est émouvant.

 Chaussures au bord du Danube

La promenade sous le soleil est un vrai plaisir et nous découvrons de nombreux beaux bâtiments, l'art nouveau côtoie le néo gothique et le baroque.

Une fois le Danube traversé, nous voici à Pest où la statue de Sissi nous accueille. Le bazar du château est un très beau parc et mène au château. C'est un ensemble de bâtiments construits au fil du temps et qui désormais accueille musées et institutions.

 Statue d'Elisabeth et bazar du Château

L'église Mathias est en pur style néogothique, les murs et les voutes sont recouverts de fresques ; elle abrite le très beau tombeau du roi Béla III. Juste à côté se trouve le bastion des pêcheurs qui permet d'avoir une vue superbe sur la ville et le Danube. L'ambiance est agréable, beaucoup de monde, de la musique...

 Palais royal
 Eglise Mathias et bastion des Pêcheurs

Retour vers notre logement en profitant de la ville éclairée avec deux monuments sur notre route, un consacré à Imre Nagy, ancien premier ministre hongrois exécuté en 1958 par les communistes et un autre qui représente Columbo et son chien.

7

Journée musée.

Nous avons commencé par la maison de la terreur qui nous a été recommandée. Nous pensions que c'était une sortie de musée des horreurs à la mode anglaise et pas du tout. En fait, il retrace l'histoire du pays sous les régimes nazi et communiste. L'ambiance est assez pesante car le bâtiment a été le siège du parti fasciste, les Croix Fléchées mais le musée est passionnant et aborde des pans d'histoire que nous connaissons peu en Europe de l'Ouest.

 Maison de la Terreur

L'après midi fut plus légère avec le musée des Beaux Arts. Il se trouve près du Bois de la Ville et l'avenue qui y conduit est entourée de beaux bâtiments du XIXème siècle jusqu'au années 30.

 Avenue Andrassy

La place des Héros, où se trouve la tombe du soldat inconnu et le monument du Millénaire, qui célèbre les 1000 ans de l'installation du peuple Magyar, sont impressionnants.

Place des héros et monument du millénaire 

Le musée des beaux arts est l'équivalent du Louvre parisien : antiquités égyptiennes, romaines et grecques, peinture européenne du XVème au XVIIIème siècles (Bellini, Cranach, Brueghel, Le Greco, …), un petit département sculptures.

Peintures européennes

Le dernier étage est dédié à l'art Hongrois et le musée accueillait deux expositions temporaires consacrées au Greco et à Simon Hantaï, peintre de Budapest du XXème siècle.

Une belle découverte.

Sculptures et art hongrois 

La journée s'est terminée par la découverte du Bois de la Ville de nuit.

Bois de la Ville 
8

Dernière journée dans la capitale hongroise.

La matinée est consacrée au quartier juif. Il ne reste que peu de vestiges du ghetto, un mur et quelques bâtiments, l'essentiel a été détruit par les nazis. Il est donc assez difficile de se projeter dans ce qu'il a pu être.

Heureusement la plupart des synagogues ont été épargnées.

Synagogue et  ghetto

Nous avons découvert de très grandes fresques : la première célèbre la victoire de l'équipe de foot de Hongrie sur l'Angleterre en 1953 et deux autres rendent hommage à Sissi qui était aussi reine de Hongrie et à Erno Rubik, l'inventeur hongrois du casse tête.

Nous avons souhaité découvrir le café New York mais l'accès est interdit aux chiens.

Fin du séjour avec un passage incontournable dans les bains. Ils sont nombreux, notre choix s'est porté sur les thermes Rudas, parmi les plus anciens de la ville. Les bâtiments datent de 1550. Pour vivre l'expérience pleinement, nous avons choisi un créneau réservé aux hommes, pas de maillot de bain, juste un pagne. C'est vraiment le rendez vous des habitants de la ville, les hommes de tous les âges se retrouvent un peu comme au café pour discuter. Il y a plusieurs bassins avec des eaux aux températures variables. Vous en sortez épuisé mais détendu.

Maintenant on prépare les sacs à dos pour le départ demain vers Vienne.

9

Voici nos adresses à Budapest :

Dire que nous n'avons pas été enthousiasmés par la nourriture hongroise est un euphémisme, difficile de trouver de quoi se nourrir convenablement quand on est végétarien. Nous sommes très peu allés au restaurant et avons la plupart du temps mangé à l'appartement et beaucoup d'endroits étaient interdits aux chiens notamment les halles centrales. Nous avons également trouvé que les prix contrairement à ce que nous pensions étaient assez élevés et nous avions également perdu l'habitude des conversions (pas d'euro en Hongrie).

  • Ket Szerecsen, Nagymező u. 14 : restaurant sympa avec de bons produits, un peu cher, chiens acceptés
  • Leila's, vaci u 42 : très bon restaurant libanais, produits frais, plats savoureux, accueil charmant, chiens bienvenus, prix corrects
10

Bye bye Budapest. On reprend le train direction Vienne.

Le trajet entre Budapest et Vienne n'est pas très long, ce qui nous permet de faire une première promenade en ville après avoir pris possession de notre logement après un premier trajet en tram.

Nous sommes ici pour 10 jours et avons fait le choix d'un appartement et non d'un hôtel. Moins couteux, plus grand et permettant une plus grande autonomie.

Vienne est majestueuse, impériale même.

Beaucoup de bâtiments baroques avec quelques touches d'art nouveau. Nous allons nous plaire ici, c'est certain.

11

Pour notre première journée, nous commençons par le quartier de la cathédrale Saint Etienne.

Plusieurs itinéraires sont proposés dans notre guide à partir de Stephansplatz. Les bâtiments sont vraiment très beaux, très majestueux. La ville est d'une propreté exemplaire.

Fleishmarkt : ancien quartier des bouchers et de la communauté grecque. L'église orthodoxe côtoie des bâtiments Art Deco, beaucoup d'éléments décoratifs sur les façades.

Il ne reste que peu de vestiges de l'ancien quartier juif, seule une synagogue a échappé à la nuit de Cristal. A proximité, il y a la Ruprechtskirche (Saint Rupert), plus vieille église de Vienne (XIIème siècle).

Synangogue et église Saint Rupert 

Sur la place du Hohe Markt, on peut voir l'horloge dite Ankeruhr de 1914, à chaque heure défilent des automates qui représentent des personnages historiques.

Retour vers Stefansplatz avec léger crochet pour visiter l'église Notre Dame du Rivage.

Eglise Notre Dame du Rivage 

Construite au XIVème et XVème siècles, la cathédrale a été restaurée après les bombardements de la seconde guerre mondiale. La visite du chœur est payante mais cela en vaut la peine, notamment grâce à l'audioguide fourni. Outre le tombeau de Frédéric III, on peut y voir de très beaux retables et la chaire en grès sculpté est magnifique, le sculpteur s'y est représenté dans une lucarne sur le pilier.

Cathédrale Saint Etienne 

Direction le Graben, une place très fréquentée et commerciale. Elle accueille la colonne de la peste édifiée en 1689 par Léopold Ier à la fin de l'épidémie.

Graben 

L'église Saint-Pierre est en pur style baroque et aurait inspiré de nombreuses églises en Europe, on le comprend, quand on aime le baroque comme nous, on est bluffé.

 Eglise Saint Pierre

Un des charmes de la ville est ce mélange de styles architecturaux, le tout est en plus très harmonieux.

Am Hof est une place bordée de bâtiments élégants comme la caserne des pompiers et l'église des Neuf Choeurs des Anges du XVIIème siècle.

La journée se poursuit Judenplatz où se trouve le monument à la mémoire des victimes de la Shoah édifié en 2000. Il rappelle les rayonnages d'une bibliothèque pour rendre hommage au rayonnement culturel des rabbins juifs au XVème siècle.

Vous croisez régulièrement pendant votre visite des calèches tirées par des chevaux qui proposent des ballades en ville, même si ce n'est pas du tout ce que nous aimons, cette proximité régulière a permis à Cookie de ne plus aboyer après les chevaux, gros progrès 😀

Le Freyung accueille de beaux palais et l'élégant passage Ferstel.

La journée a été riche, nous la finissons dans un café typiquement viennois : le café Landtmann, une pause chic et gourmande.

12

Pour notre deuxième journée à Vienne, nous commençons par le Neue Markt. Cette place accueille une belle fontaine en bronze avec des figures symboliques jugées impudiques par Marie-Thérèse qui les avait fait enlever.

Neue Markt et église des Capucins 

Juste en face se trouve l'église des Capucins avec un beau maitre autel mais c'est la crypte qui est à voir avant tout.

Cette crypte héberge les tombes des Habsbourg depuis le XVIIème siècle. Le plupart des tombes sont des sarcophages en bronze, posés à même le sol et le plus souvent avec des éléments ornementaux qui en font de véritables œuvres d'art. Le sarcophage de Marie Thérèse et François est incroyable. On peut également y voir les tombes de Marie Louise, la femme de Napoléon qui était membre de la famille impériale autrichienne et bien sûr celle de Sissi, de son époux François Joseph et de leur fils Rodolphe qui s'est suicidé avec sa maitresse à Mayerling.

Tombe de marie-Louise
Crypte des Capucins 

La crypte est encore utilisée car l'impératrice Zita décédée en 1989 et son fils Otto mort en 2011 y sont inhumés. L'ambiance est très particulière, pas du tout morbide, c'est un musée de l'art funéraire et on traverse 3 siècles d'histoire.

Nous nous dirigeons vers l'Albertinaplatz où le monument au victimes du nazisme de 1988 a créé une polémique car il représente un Juif obligé de nettoyer le sol, tâche qu'ils étaient tenus de faire à l'époque de l'occupation nazie. En montant sur l'esplanade, on a une très belle vue notamment sur les serres du palais impérial.

Le principal attrait de l'église des Augustins est le cénotaphe de l'archiduchesse Marie Christine, fille de Marie Thérèse, sculpté par Canova en marbre blanc.

 Eglise des Augustins

L'église Saint Michel située à Michaelerplatz a de très belles voutes peintes et le Hofburg, juste en face est majestueux.

L'après midi est consacrée au musée des Beaux Arts, le Kunsthistorisches museum. La bâtiment date de 1891et accueille les antiquités et les collections d'art jusqu'au XIXème siècle.

Nous commençons par les antiquités égyptiennes dans une muséographie originale et élégante. Suivent les antiquités grecques et romaines mises en valeur par une lumière douce.

Antiquités 

Le département des objets d'art est incroyable : statues en ivoire, arts de la table, boîtes à musique, chaque objet mérite que l'on s'y attarde. La section consacrée au Moyen Âge n'est pas très grande mais comme les autres départements, les pièces qui y sont présentées sont superbes.

Sculptures et objets d'art 

Un escalier monumental permet d'accéder aux étages supérieurs, les plafonds sont recouverts de fresques dont certaines de Klimt. Un café, hélas privatisé au moment de notre visite, permet de faire une pause gourmande dans un cadre exceptionnel.

Le premier étage est consacré aux peintures : italienne (Canaletto, Tiepolo, Le Tintoret, Arcimboldo, Titien, Raphael), française (Nattier), anglaise, espagnole (Zurbaran), flamande (Jordaens, Bruegel, Vermeer, van Der Weyden, Cranach, Dürer). Les tableaux se succèdent et on est surpris du nombre d'œuvres présentées.

Peintures 

Le dernier étage accueille les monnaies.

Un musée incontournable tant par la beauté du bâtiment que par les œuvres exposées ou l'ambiance.

Dernière visite de la journée : le musée des globes. Il présente 240 modèles de globes terrestres, lunaires ou stellaires d'époques différentes. C'est passionnant. Le billet d'entrée permet aussi la visite du musée de l'esperanto situé au rez-de-chaussée, pour les puristes.

Musée des globes et musée de l'esperanto 

Ce fut une journée incroyable et nous en avons plein les yeux.

13

La journée sera consacrée aux musées du Belvédère. Le palais de style baroque a été construit au XVIIIème siècle.

Parc du Bélvédère 

Il abrite le belvédère supérieur et le belvédère inférieur, séparés par de beaux jardins. Nous décidons de visiter les deux musées avec un billet jumelé.

La visite débute avec le belvédère supérieur qui accueille la collection de Klimt. L'arrivée se fait par un escalier monumental qui mène a une belle salle aux plafonds peints. C'est ici que fut signé le traité d'Etat autrichien en 1955 qui rend à l'Autriche son indépendance.

Belvédère supérieur 

Collections de peinture et sculptures baroques, les très étonnants bustes de Messerschmidt qui représentent les sentiments humains, le célèbre tableau de David "Napoléon au Grand Saint Bernard".

Peintures  

Le clou de la visite est le département des peintres de l'âge d'or viennois (1900) : Schiele, Moser, Kokoschka et bien sûr Klimt et le fameux "Baiser". Il est assez drôle de voir les touristes se précipiter vers la salle qui présente ce tableau sans regarder les autres, tout aussi beaux.

Âge d'or de Vienne 

Traversée du parc vers le belvédère inférieur. Celui ci est désormais consacré aux expositions "temporaires".

L'entrée se fait par les appartements du prince Eugène, richement décorés notamment le cabinet chinois.

L'exposition actuelle retrace l'histoire des collections du musée, c'est évidemment très intéressant et les œuvres présentées sont majeures, Klimt, encore et toujours, Schiele, Karl Mediz, Hofman.

Belvédère inférieur 

Retour vers l'appartement en traversant Vienne en lumières et après une pause gourmande chez Julius Meinl, une épicerie fine.

14

C'est sous la neige que nous nous réveillons et c'est une belle surprise. Nous avions espéré en avoir à Salzbourg mais il faisait trop doux.

Ce sera donc dans une ambiance très hivernale que nous allons parcourir le circuit Vienne 1900. L'art nouveau à Vienne, c'est le Jugendstil, un courant artistique majeur qui a marqué la ville.

Nous décidons de lui consacrer la journée.

La Wienzeil est notre première étape et bonne surprise, il y a un marché aux puces chaque samedi. Mais quand on voyage en train et en sac à dos, on ne se charge pas, ce sera donc juste le plaisir des yeux.

Beaucoup de bâtiments Art Nouveau sont présents sur cette place : la maison aux majoliques aux décorations végétales de couleur et la maison blanche avec sur son toit des statues étonnantes, les crieuses. La station de métro est elle aussi caractéristique de cette période.

Pause gourmande sur le marché et visite du palais Sécession édifice emblématique de cette période. Le dôme doré et les ornements extérieurs comme les vasques soutenues par des tortues justifient à eux seuls le déplacement. Mais il faut entrer et se rendre au sous sol pour découvrir la fresque Beethoven peinte par Klimt. Difficile de trouver les mots pour décrire ce que nous avons ressenti et l'expérience est d'autant plus incroyable qu'on vous prête un casque qui diffuse la 9ème symphonie, nous aurions pu y rester des heures. Une expérience sensorielle à ne pas rater.

 Pavillon Sécession

Nous profitons du parc voisin pour jouer dans la neige avec Daisy et Cookie qui découvre...

 Eglise Saint Charles Borromée

Direction l'église Saint Charles Borromée, le billet d'entrée vous permet d'accéder à l'église mais aussi au belvédère. C'est un bel exemple de l'art baroque en Europe centrale, les voutes peintes mais aussi le maitre autel ne sont pas sans rappeler les églises italiennes.

De là, nous allons voir la station de métro Karlplaz réalisée par Otto Wagner, entrelacs, décorations d'inspiration végétale.

La journée se conclue au musée Léopold entièrement dédié à l'âge d'or de Vienne. La bâtiment est moderne, extérieurement un peu austère mais parfaitement conçu pour accueillir les très belles collections de peintures, sculptures et mobilier.

Musée Léopold 

On retrouve les grands noms comme Klimt, Moser et bien sûr Schiele, le musée Léopold possède la plus grande collection d'œuvres de Schiele au monde. Nous découvrons d'autres artistes comme Romaka (portrait d'Isabelle Reisser), Hoffmann. Le musée possède une belle collection d'arts décoratifs et de mobilier, on peut également y découvrir la reconstitution de l'atelier de Klimt (tout est d'origine).

L'exposition temporaire était consacrée à la comédienne Tilla Durieux, portraits, souvenirs. Ce musée est un bijou et nécessite du temps, voire plusieurs visites.

15

C'est sous le neige que nous découvrons le palais de Schonnbrünn. Cela donne beaucoup de charme à cette visite.

Le château de Schonnbrünn, c'est la résidence des Habsbourg, leur Versailles. La visite se fait avec audioguide et le temps est extrêmement court, les textes lus dans l'audioguide sont très succins, ainsi, vous ne passez que peu de temps dans la château, de plus les photos sont interdites.

Néanmoins, la visite est intéressante car vous apprenez nombre d'informations sur la famille impériale et notamment François Joseph.

Le parc est accessible gratuitement, mais interdit aux chiens, dommage.

Parc du château de Schonnbrünn 

La journée s'est poursuivie avec la visite du trésor impérial au palais du Hofburg. Ce trésor serait le plus important au monde. On peut notamment y admirer la couronne du Saint Empire Germanique qui date du Xème siècle mais aussi d'autres symboles de l'Empire autrichien (sceptre, manteaux...), des bijoux notamment de Sissi, le monumental berceau de l'Aiglon, des reliquaires, des ostensoirs. Et bien évidemment les matériaux utilisés sont précieux : or, argent, vermeil, fourrures. Une belle visite.

 Trésor impérial
16

C'est toujours dans un froid glacial mais sec que nous découvrons la ville. Et aujourd'hui, nous allons arpenter le Ring. Le Ring c'est un boulevard de 4 km qui ceinture le premier arrondissement de Vienne, le quartier historique.

Il est bordé par de très beaux et très majestueux bâtiments qui datent de la seconde moitié du XIXème siècle et ont été dessinés par les mêmes architectes.

Le parlement, l'Hôtel de Ville devant laquelle une très grande patinoire sur deux niveaux a été installée, l'église votive (hélas fermée).

Le volksgarten (jardin du peuple) propose aux habitants de financer la plantation d'un arbre sur lequel une plaque est accrochée en souvenir d'un proche ou d'un évènement. Une belle initiative.

Nous avons ensuite visité le musée Freud qui se trouve à proximité. Il est installé dans sa dernière demeure viennoise avant qu'il ne fuit l'arrivée des nazis à Londres. Objets personnels (pas le divan), photographies. musée intéressant mais un peu académique.

17

Aujourd'hui, c'est découverte des musées du Hofburg. La Hofburg c'est la résidence impériale qui accueille plusieurs musées .

La visite commence par la collection d'argenterie impériale. Quand on aime les arts de la table comme nous, ce musées et magique : vaisselles, argenteries, surtouts extraordinaires, batteries de cuisine, linge de maison avec une présentation très intéressante de l'art de plier les serviettes.

Nous continuons dans les appartements impériaux où hélas les photos ne sont pas autorisées, idem dans le musée Sissi.

Ce dernier est extrêmement intéressant car il permet de déconstruite tout le mythe qui s'est créé autour d'elle notamment après les films avec Romy Schneider : plutôt introvertie, hygiéniste, indépendante, pas très proche de ses enfants ni de son époux, on est loin de l'image d'Epinal que nous avons tous en tête. B

Puis nous partons à la découverte des jardins : statues de Mozart, Sissi..., et serres abritant un "jardin" de papillons.

Nous décidons de passer la soirée dans une taverne typique de Vienne qui est juste à côté de notre appartement, l'accueil y est parfait et l'ambiance très sympa.

Demain, excursion d'une journée à l'étranger.

18

Nous décidons de partir une journée en Slovaquie pour découvrir sa capitale, Bratislava qui n'est qu'à 1 heure de train.

L'arrivée se fait en fanfare car c'est la relève de la garde devant le palais présidentiel, il semblerait que cette tradition perdure dans plusieurs pays de l'Europe de l'Est (nous avons vu le même cérémonial à Prague et Budapest). Cookie n'est toujours pas fan des fanfares et je dois vite m'éloigner tant elle aboie après les musiciens.

Nous partons à la découverte du centre ville qui est agréable mais semble assez petit et surtout pas un chat dans les rues. La ville est quasi déserte, sans doute la période de l'année mais c'est étonnant pour une capitale.

La promenade en ville est vraiment agréable, l'architecture est belle avec des édifices gothiques, baroques et quelques touches d'art nouveau. De plus, nous avons un soleil magnifique.

Cathédrale et sa crypte, opéra, bords du Danube... Au fur et à mesure de notre visite, avec nous découvrons plusieurs statues originales notamment un mineur qui sort d'une bouche d'égout, Cookie, une fois de plus, n'apprécie pas du tout.

La ville a aussi des traces du régime soviétique qui avait peu de considération pour les anciens bâtiments : une autoroute et un pont traversent le cœur historique et tout le quartier notamment une synagogue ont été rasés.

La journée se termine assez tôt, Bratislava est une jolie petite ville mais la visite se fait assez rapidement.

Retour vers la gare où ce ne fut pas simple d'acheter nos billets car les guichetiers ne parlaient pas anglais et nos notions de slovaque sont quasi inexistantes.

Nos adresses à Bratislava :

  • Loclub, restaurant très sympa, accueil, Ventúrska 5
  • Mondieu, cadre, accueil, parfait pour une pause gourmande, Panská 27
19

Pour notre dernier jour dans la capitale autrichienne, nous décidons de nous promener dans le cimetière central.

Un peu excentré, il nous faut prendre le tram mais les transports viennois sont vraiment agréables.

Le cimetière date de 1874 et est le plus grand d'Autriche. Son entrée est monumentale tout comme les premières tombes.

Il est impossible de l'arpenter dans sa totalité, il faut donc faire des choix. Le carré des musiciens est incontournable : Beethoven, Brahms, Strauss, Schubert, cénotaphe de Mozart...

Certains mausolées sont vraiment imposants et décorés avec beaucoup de faste, notamment celui de la famille Thonet, les inventeurs des meubles du même nom.

Au centre du cimetière, se dresse une majestueuse église entièrement Art Deco avec une crypte qui accueille la tombe du maire de Vienne, Karl Lueger et devant celle-ci, tous les présidents autrichiens.

Beaucoup sont de véritables œuvres d'art. Au cours de notre promenade, nous faisons de nombreuses découvertes : tombe de Curd Jurgens, carrés militaires soviétiques, carré des Mormons, l'émouvant carré des enfants.

Nous finissons la visite par le carré des célébrités autrichiennes contemporaines pour voir la tombe de Falco, chanteur mythique des années 80, célèbre dans le monde entier pour son tube Der Komissar.

Pendant toute la visite, nous avons été accompagnés par la faune locale : oiseaux, écureuils, rongeurs... Un beau moment.

Dernière soirée en Autriche. nous quittons Vienne avec nostalgie tant nous avons été charmés par l'architecture, l'ambiance, les musées et l'accueil des gens. Nous reviendrons.

20

Hébergement :

Café Weingartner 

Restaurants et cafés :

Café Landtmann 
  • Café-Konditorei Aida, Singerstraße 1 : près de la cathédrale, une belle vue, chiens acceptés mais quelques doutes sur le côté artisanal des gâteaux
  • Café Landtmann, Universitätsring 4 : café typiquement viennois, très beau cadre, accueil parfait, chiens acceptés
  • Café Weingartner, Goldschlagstraße 6 : café de quartier mais aussi salle de billard, accueil chaleureux, chiens bienvenus
  • Pizzeria Da Luigi, Liechtensteinstraße 8 : pizzeria comme en Italie, plats simples mais maison et savoureux, accueil chaleureux, chiens bienvenus
  • Ebi 1, Teinfaltstraße 9 : restaurant de sushis, all you can eat, bonne cuisine mais peu de choix, chiens acceptés

Boutique :

  • Julius Meinl, Graben 19 : épicerie fine, produits autrichiens et du monde entier
 Julius Meinl
21

Nous reprenons le train direction l'Allemagne pour notre dernière étape avant de rentrer en France. Notre choix s'est arrêté sur Munich que nous ne connaissons pas du tout. Le voyage est vraiment agréable, nous traversons les campagnes enneigées.

Pour loger, nous avons choisi une pension, les hôtels sont assez chers et beaucoup n'acceptent pas les chiens. La chambre est petite mais cela fera l'affaire pour 3 nuits.

Direction le centre ville. La ville est animée...

Première étape dans l'église Saint Michel de style Renaissance. Sa crypte est la nécropole des rois de Bavière, Louis II y est notamment inhumé dans un sarcophage monumental.

L'Hôtel de ville sur la Marienplatz est impressionnant et n'est pas sans rappeler ceux de Bruxelles ou Bruges.

La journée se termine par le marché, le Virtualienmarkt. Une grande place avec beaucoup d'étals, la charcuterie y a évidemment une place importante. Daisy et Cookie en salivent.

22

La journée commence dans le quartier des musées, un peu excentré du centre ville.

La Alte Pinakothek accueille de très belles collections de peinture classique, essentiellement d'art européeen du XIIIème au XVIIIème siècles.

La peinture allemande y a évidemment une belle place avec Durer et Cranach l'Ancien, de même que la peinture flamande : Rembrandt (incroyable collection), Bosch, Memling, Rubens, Brueghel...

Le musée fait également la part belle à la peinture italienne : Raphael, Titien, Arcimboldo, Botticelli, Giotto...

La peinture française est moins représentée mais on peut quand même voir de très belles œuvres de Fragonard, Boucher (portrait de Madame de Pompadour) et une belle surprise : 3 tableaux de Quentin de La Tour, peintre saint-quentinois.

Nous avions lu que la Neue Pinakothek était fermée pour quelques années, mais pendant la durée des travaux, les œuvres majeures sont accueillies dans la Alte Pinakothek. La qualité des tableaux et des sculptures ferait presque tourner la tête : Degas, Courbet, Cézanne, Rodin, Claudel, Manet, Turner, Redon, Klimt, Gauguin, Van Gogh, Monet...

Nous n'aurions jamais imaginé que les musées munichois étaient de si grande qualité, la visite est incontournable.

Nous poursuivons notre visite dans les rues enneigées de la ville et passons la soirée dans une taverne typiquement bavaroise. Ambiance garantie !

23

C'est notre dernier jour de vacances, demain retour en France.

Ce sera à nouveau une journée essentiellement consacrée aux musées de Munich.

Eglise de la salle des Bourgeois 

La matinée commence à la Burgersaalkirche (église de la salle des bourgeois), elle comprend une église en partie basse qui accueille le tombeau de Rupert Mayer, prêtre jésuite opposant au nazisme et une salle haute à la voute peinte très belle.

Nous déambulons dans le quartier du palais des Wittelsbach mais n'avons pas hélas le temps de le visiter, juste un tour dans les jardins enneigés

 Quartier du palais

Nous prenons quand même le temps de visiter l'église des Théatins, édifice du XVIIème siècle qui fait office de nécropole royale de la dynastie des Wittelsbach.

Eglise des Théatins 

Sur le chemin du musée, nous découvrons, comme à Budapest, un étonnant mémorial improvisé à Michael Jackson.

Visite de la Pinakothek der Moderne. L'édifice est grand avec une belle luminosité. Le sous sol est consacré au design : voitures, histoire du vélo, mobilier et objets du quotidien avec des noms comme Ruhlmann, Jean Prouvé, Charlotte Perriand.

 Section design de la Pinakothek del Modern

Les étages supérieurs présentes des peintures et des sculptures du XXème siècle : Matisse, Picasso, Warhol, Kandinsky, Max Ernst, Magritte, Vasarely... Une fois de plus, nous sommes bluffés par la qualité et la variété des collections présentées.

 Pinakothek del Modern

Le glyptothek (musée des sculptures) n'est pas très grand mais présente de belles collections de sculptures antiques grecques et romaines.

La journée se termine par l'église orthodoxe et la cathédrale, vaste édifice de briques rouges avec l'imposant mausolée de Louis IV de Bavière et une crypte où repose de nombreux membres de la famille de Bavière.

Cathédrale 

Dernière soirée, qui sera calme car nous prenons le train très tôt demain.

24

Hébergement :

Beaucoup d'hôtels et de pensions à Munich mais peu acceptent les chiens et la plupart ont des tarifs un peu élevés au regard des prestations.

  • Pension Margrit, Hermann - Linggstr. 1, Ludwigsvorstadt-Isarvorstadt. Pension un peu veillotte mais à l'accueil charmant, chiens bienvenus et câlinés, 15 minutes à pied du centre et priche de la gar

Restaurants :

Ce fut difficile de trouver des adresses végétariennes dans la patrie de la saucisse.

  • Kaimug, Sendlinger Str. 42, restaurant thaï, prix corrects, service au comptoir, nombreux choix végétariens
  • Augustiner Klosterwirt, Augustinerstraße 1, brasserie typiquement bavaroise, bières au litre, chiens acceptés, peu de choix végétariens mais c'est une des rares à en proposer, ambiance garantie
25

Et voilà, retour en France. Nous prenons le train très tôt et arrivons 5 heures plus tard à Paris.

Pause en Picardie familiale et demain, Normandie.

Quel voyage, quel périple. Nous avions beaucoup hésité à retourner en Italie comme à chaque fois mais avons finalement fait un choix différent, Pascal a opté pour Vienne et nous avons brodé autour.

Nous ne regrettons rien, janvier était un bon mois car nous voulions du froid et de la neige. Même s'il est vrai que l'on profite moins des journées car le soleil se couche tôt et que les températures étaient parfois très froides.

Notre coup de cœur fut indubitablement Vienne, une ville majestueuse, propre, accueillante, absolument pas prétentieuse et les propositions de visite sont incroyables.

Nous avons beaucoup aimé Munich qui nous a surpris, nous ne nous attendions pas à de tels musées.

Budapest n'est pas telle que nous l'imaginions, nous pensions que c'était un Prague bis et il n'en est rien. Ce qui ne veut pas dire que la ville n'a pas d'atout, bien au contraire, le quartier du château, les bains en font une ville très agréable à visiter.

Salzbourg est élégante, calme (pas de festivals de musique en janvier). 2 jours de visite sont suffisants pour la découvrir.

Quant à Bratislava, il lui est difficile de lutter contre ses deux voisines que sont Vienne et Budapest, c'est une ville charmante mais vite visitée.

L''accueil fait aux chiens est variable mais d'une manière générale nous avons été acceptés quasiment partout et Daisy et Cookie ont eu leur succès habituel. Quelques bémols comme les parcs à Vienne, beaucoup de restaurants et les abords du parlement à Budapest (ni chien, ni vélo, on a pas bien compris la raison).

Il est facile de circuler en train, ils sont confortables et réguliers. Il faut juste s'habituer aux multiples compagnies, la libéralisation des chemins de fer est déjà effective dans les pays que nous avons traversés.

Nous retournerons à Vienne c'est certain et cette escapade en Europe centrale nous a donné envie de découvrir d'autres pays et notamment l'Allemagne qui semble avoir de nombreux atouts.