C
Par Charib
Un voyage préparé suivant les conseils éclairés et enthousiastes d’Émilien LEBOUCHER de l'agence de voyage bordelaise "Voyageurs du monde"
Août 2018
15 jours
Partager ce carnet de voyage

Départ de BORDEAUX le 04 Août à 06h20, arrivée à San Francisco via Amsterdam : 11h45 le même jour ! Plus de 14 h de voyage, 9 h de décalage horaire avec la France.

Enfin arrivés ! 

Notre hôtel est situé à deux pas de Union Square. On se trouve près du cœur commerçant de San Francisco dans un bel immeuble victorien typique du centre de San Francisco, l'hôtel répartit ses chambres dans une section "historique" remontant à 1908 et une section "premier" plus moderne et plus spacieuse.

• • •

Après l'installation dans notre hôtel nous partons au hasard des rues qui nous mènent jusqu'au Fisherman's Wharf (Quai des pêcheurs) juste en face d'Alcatraz.

Attention il faut avoir de bonnes chaussures car l'inclinaison des rue est effectivement très prononcée !

La ville est enveloppée d'un léger brouillard qui a fait chuter les températures, il fait 14° ce matin, nous avons mis sur nous, tout ce que nous avions de plus chaud dans nos bagages et c'est à peine suffisant ! Et oui c'est aussi ça San Francisco, un temps capricieux et souvent rendu frisquet par le vent qui arrive du pacifique. Ici pas de Gulf Stream !

Petit déjeuner au Karma Cafe, dans le quartier Haight-Ashbury en attendant notre guide. Nous y sommes accueillis dans une douce ambiance pour commencer la journée et par l'équipe de Mandy Lawson. Un accueil simple et chaleureux dans un lieux très marqué par l'influence hippie.

La belle équipe du Karma Cafe autour de Mandy !

Nous avons adoré le Karma cafe pour son accueil formidable, l'originalité et la fraicheur des mets proposés. A ne pas manquer avant de partir vous balader dans le quartier de Haight-Ashbury.

Nous sommes accueillis par le sourire et la bonne humeur d'Elijah !

Nous partons ensuite sur les traces des Hippies de Haight-Ashbury 3 heures de balade en compagnie de Gilles Lorand, notre guide francophone.

San Francisco by Gilles ! Gilles vous organisera une superbe visite de San Francisco à pied ! N'hésitez pas à le contacter, il est absolument passionné par cette ville et vous en fera découvrir tous ses mystères !

3 heures formidables, pendant lesquelles à travers une multitude d'anecdotes et de faits historiques, il nous fait remonter le temps depuis la création de la ville jusqu'au "Summer of Love".

Après-midi déambulation dans les quartiers de Castro et Mission

Castro est le quartier Gay de San Francisco, très paisible et plein de couleurs ! 
Le quartier de Mission est très influencé par la culture sud américaine

Pour en savoir plus sur le "Summer of Love" de 1967, lire l'article de Marie Campistron dans le Nouvel Obs du 5 Août 2017 : "Summer of love, les hippies révolutionnent la société"

• • •

Le Golden Gate est l'un des plus grands ponts du monde (2737m) mais aussi l'emblème de la ville de San Francisco. Le traversée à vélo promet une journée riche en émotions avec des points du vue fantastiques sur la baie. La balade part du port de Fisherman's Wharf avant de longer la plage.

• • •

Une fois nos vélos récupérés chez le loueur, nous voilà partis vers Sausalito, ancien village de pêcheur devenu une petite ville balnéaire chic où il est très agréable de se promener à pied. Nous reviendrons par le ferry. Il fait bien moins froid que ces deux derniers jours pourtant le pont joue à cache cache avec nous il est entouré d'une ouate blanche qui nous le rend invisible ou en parti caché.

Une balade formidable malgré le brouillard, il faut quand même avoir de bonnes jambes car la route fait bien une trentaine de kms jusqu'à Sausalito.


Un petit restaurant à ne pas manquer sur le port de plaisance de Sausalito, "The Garage" petit bistrot français très renommé chez les locaux. Accueil très chaleureux et des sandwiches à tomber !

L'entrée de The Garage 
Sausalito 
Le Golden Gate vu de Sausalito 

Retour à San Francisco par le ferry

Départ de SAN FRANCISCO 09:05, arrivée à PHOENIX à 11:09


Nous récupérons notre voiture de location à l'aéroport et nous prenons la direction de Grand Canyon, 4h30 de route. Il fait plus de 38°, ça nous change de San Francisco !!

Nous voici sur la route vers le Grand Canyon ! 

Nous traversons Sedona très joli village entouré de collines de calcaire rouge, à mi-chemin entre Phoenix et Flagstaff. Nous pénétrons dans des régions constituant un véritable paradis pour les randonneurs.

Nous arrivons à Grand Canyon en fin d'après-midi

Des vues à couper le souffle ! 

Aucun mot pour décrire ce que nous avons sous les yeux !

Vue depuis Hopi point  

Arrêts conseillés : Hopi Point et The Abyss, où la sensation de verticalité est impressionnante.

Notre hôtel : YAVAPAI LODGE EAST : 6 bâtiments en bois sur 2 niveaux dispersés dans la forêt de pins. Le Yavapai est l'un des rares hôtels situés à l'intérieur même de Grand Canyon National Park, à seulement quelques centaines de mètres à pied de la faille béante.

Ce matin, nous partons pour une petite randonnée le long de Grand Canyon, il fait déjà très chaud mais les vues sont toujours aussi fantastiques !

Nous reprenons la route pour Monument Valley en début d'après-midi. 4h45 de trajet en voiture nous attendent pour rejoindre les territoires des Hopis et des Navajos. Situé à la frontière entre l'Arizona et l'Utah Monument Valley fait partie d'une réserve des Indiens Navajos sur le plateau du Colorado.

Tout au long de la route des paysages fabuleux nous accompagnent !

Nous en sommes totalement ébahis ! 

En pénétrant sur le territoire des Navajos nous constatons que ce peuple vit dans des conditions très précaires au milieu de rien, sur des terres très arides.

Avec son profil épousant le paysage, et sa couleur orangée, notre hôtel se fond avec les falaises rouges de la vallée.

The View Hotel est vraiment un petit bijou, construit et géré par l'héritière d'une grande famille navajo, il a été conçu dans le respect des lieux sacrés qui l'entourent. L'accueil y est formidable, plein de gentillesse et de prévenance. L'ambiance y est familiale, la restauration de qualité, des produits frais et des plats très (trop) copieux et succulents.

Attention, les réservations des chambres se font jusqu'à 8 à 10 mois à l'avance, surtout si on veut avoir une chambre bien située, et profiter d'une vue imprenable sur le Monument Valley.

Voici le décor que nous avons sous les yeux quand nous ouvrons le rideau qui donne sur notre balcon !

Vue de notre chambre 
• • •

Pour en savoir plus sur la nation Navajo : Ecouter "Arizona : Horizons d'une Amérique en mutation" LA TERRE SACRÉE DES INDIENS NAVAJOS (France Culture Émission "Tout un monde" de Marie-Hélène Fraïssé) du 20/02/2011

Lever de soleil sur Monument Valley

Depuis que John Ford est venu y filmer "Stagecoach" (La chevauchée fantastique) en 1939, les buttes rouges de Monument Valley sont inscrites dans l'imaginaire mondial. C'est dans ce parc que nous allons chevaucher ce matin en compagnie d'un jeune Navajo !

Préparation des montures 


Monument Valley est un parc tribal entièrement géré par les Navajos, les deux heures de balade nous ont permis de découvrir le nord et le nord-est du parc qui abrite les monolithes les plus photographiés au monde.


Nous voilà partis ! 

Un moment inoubliable ! 
• • •

Fin de matinée, nous quittons l'Utah pour 2 heures de route séparant Monument Valley de Page.

À la frontière de l'Arizona et de l'Utah, dans un paysage grandiose de déserts de pierre rouge et de canyons, se niche la petite ville de Page, au bord du Lake Powell. Elle est le point de départ idéal pour la découverte des merveilles naturelles de la région. Née de la construction du barrage de Glen Canyon, Page n'oublie pas qu'elle se situe en plein pays Navajo. La mémoire de ce peuple y est farouchement préservée.

Notre hôtel 

Notre hôtel : Courtyard Page at Lake Powellest situé à l'extrémité de la ville de Page, à moins d'1 kilomètre du centre-ville, à proximité du barrage de Glen Canyon et à 8 kilomètres de Lake Powell.

Un hôtel plutôt sympathique et bien situé, où nous passerons 2 nuits.

Lever 6h30 pour aller faire un tour au Horse Shoe Bend (le fer à cheval) il fait déjà 24° et les bus de japonais sont sur nos traces, il ne faut pas trainer si l'on veut faire quelques bons clichés avant que la foule arrive.

Par manque d'un débit assez important les algues s'installent progressivement
The Horse shoe Bend 
• • •

Concernant la disparition progressive du fleuve Colorado : lire l'article d'Arnaud Devillard (Sciences et avenir) : "Colorado, vision d'un fleuve en péril" sur la surexploitation de ce fleuve qui ne peut même plus atteindre la mer !

Ou bien encore le reportage photos de Franck Vogel (Géo Magazine) : "Colorado : un fleuve épuisé par l'homme"

• • •

13h Départ vers la gorge d'Antelope Canyon. Cette visite d'1 heure environ ne peut se faire qu'en étant accompagné d'un guide Navajo car des grosses pluies d'orage peuvent soudainement l'inonder. Nous partons en 4/4 jusqu'à l'entrée de la faille en suivant le lit d'une ancienne rivière.

• • •

Notre guide est un natif très au fait de la manipulation des smartphones pour prendre des photos, il joue aisément avec les roches et met en évidence des formes fantasmagoriques époustouflantes. Chacun notre tour, nous lui confions notre téléphone pour qu'il mette à jour des oeuvres insoupçonnées façonnées au fil du temps par le sable et le vent.

Notre guide est indéniablement un artiste sachant jouer avec le minéral et la lumière 
 Cette gorge longue d'environ 1km est l'un des sites les plus photographiés de l'Ouest américain.

Après un bon petit déjeuner dans l'excellent et typique Ranch House Grille de Page...

Cet endroit est très fréquenté par les locaux, ils y viennent en famille prendre un copieux et excellent petit déjeuner 
Au menu : toutes les façons de cuisiner les oeufs et le bacon accompagnés d'un excellent café 

...nous reprenons la route ce matin en direction du fameux parc de Bryce Canyon et de ses "cheminées" de roches orangées.

Et le paysage change... 
...progressivement vers un paysage de montagne 
Un avant-goût du site que nous allons découvrir 
Encore une fois, nous en prenons plein les yeux 

Sur la route de Springdale...

...Nos premiers bisons ! ...et les derniers !
 Nous arrivons à Springdale sous un magnifique ciel d'orage

Aux confins sud de l'Utah, en bordure des grands déserts rouges des plateaux du Colorado, la petite communauté mormone de Springdale s'est développée à partir des années 1920 lors de l'établissement du Parc National de Zion

Le DRIFTWOOD LODGE est un petit motel à deux niveaux entre la route et la Virgin River offrant une très belle vue sur les falaises rouge et or du Parc National de Zion. Cet hôtel est une entreprise familiale depuis trois générations.

Notre terrasse se trouve face aux falaises de Zion 

Petite randonnée dans le Parc National de Zion

Ce parc est un paradis pour les randonneurs ! 
Rencontre inattendue ! 

Sur la route vers Las Vegas !

Nous quittons l'Utah pour le Nevada 

Route désertique de 3h00 pour rejoindre Las Vegas au coeur du désert du Mojave. Nous y arrivons en fin de matinée, il fait 43° et pas un brin d'air, totalement irrespirable. Nous passons quelques heures dans la fraicheur des magasins climatisés des outlets de Las Vegas (Las Vegas North Premium outlets). Sortes de soldes géantes de toutes les grandes marques connues. Nous faisons effectivement quelques bonnes affaires, les enfants sont ravis, nos cartes bleues un peu moins !!

Arrivée à notre hôtel : 6800 chambres, une usine à touristes, une ruche dans laquelle vivent et travaillent des milliers de personnes, 25 postes de réception (nous avons pourtant attendu 30 min pour notre enregistrement), des dizaines et dizaines de restaurants, de boutiques, de bars, de salles de spectacle et de tables de jeux. Deux immenses piscines en plein air. Beaucoup de mouvement et de bruit 24 heures sur 24. Bref, vous vous en doutez, tout ce qu'on aime !

La Vegas est une ville qui semble vivre dans l'urgence comme si elle allait disparaître demain. Ici tout est permis, on peut même fumer en jouant au poker tout en se faisant masser ! C'est un défouloir géant sans aucune retenue, l'alcool coule à flot, le canabis est en vente libre dans les rues et si jamais vous aviez quand même un coup de blues il y a toujours les bars à oxygène !

Bars à oxygène  

Une seule religion : le Dollar. Tout est payant, la moindre petite bouteille d'eau coûte 5$, l'Amérique dans toute sa démesure et pas la meilleure !

Notre chambre se trouve au 24ème étage...
...tout au bout de cet immense couloir ! 


Soirée sur le "Strip" comme ils disent ! c'est un peu le Passeo espagnol en beaucoup moins cool ! Il est 22heures il fait 38°.

Spectacle (gratuit) des fontaines musicales synchronisées 
Caesar Palace 
Les premiers contreforts de la vallée de la mort 

Nous quittons Las Vegas pour la Vallée de la mort, sur la route nous nous arrêtons à Zabrisky Point, il fait 50° ! Il est impossible d'y rester plus de quelques minutes, on prend quelques photos et on repart se réfugier dans la voiture climatisée. La sensation de chaleur est si forte et l'air si sec que même respirer est une épreuve.


Nous nous retrouvons face à un paysage lunaire 

Nous sommes ici dans un paysage de fin du monde, avec l'impression que rien ne peut vivre ici, pourtant on y retrouve pas moins de 1000 espèces de plantes et une faune regroupant 400 espèces différentes. Il est d'ailleurs recommandé de faire attention où l'on pose les pieds, nous aurions tôt fait de faire des mauvaises rencontres, comme des serpents par exemple.


Nous arrivons à notre hôtel dans la soirée, tout heureux de retrouver un endroit pour se mettre au frais...notre chambre, car ailleurs il fait encore 38° à 20 heures et l'eau de la piscine est à 34° ! C'est un hôtel tout simple, sûrement un ancien ranch réhabilité, installé dans une oasis de verdure au milieu de rien.

Le soir, nous prenons notre repas dans une sorte de grand bâtiment qui ressemble à un ancien entrepôt ou hangar dans lequel tous les clients de l'hôtel se retrouvent. C'est une entreprise familiale où chaque membre participe au service, c'est à la bonne franquette et très authentique. A mille lieu de l'agitation de Las Vegas que nous venons de quitter en tout cas !

• • •

Pour en savoir plus : Le parc de la vallée de la mort

Ce matin debout 5h 45, bien que le soleil ne soit pas encore levé, il fait déjà 28° et nous voulons aller admirer quelques sites renommés avant que la chaleur ne soit trop forte. Il est d’ailleurs fortement déconseillé de s'y aventurer après 10h du matin !

Sans même prendre le petit-déjeuner, nous partons donc vers Badwater qui se trouve à une vingtaine de kms de notre hôtel. Il s'agit d'un ancien lac qui se trouve à -86 mètres sous le niveau de la mer, il est l’un des points les plus bas et les plus chauds de la planète. Une couche de sel d’un ancien lac millénaire recouvre le sol.

Quelques flaques d'eau saumâtre persistes à quelques endroits

Nous avons continué ensuite par le Devils Golf Course. Une fois cet ancien lac retiré, il n'est plus resté que la boue et le sel cristallisés formant un amas de mottes de terre très dures et coupantes.

Le golf du diable 

Enfin, nous nous arrêtons à Mesquite Flat Sand Dunes, le soleil est déjà haut, on se demande si nos semelles de chaussures ne vont pas fondre tellement la chaleur est intense !

Ici on se croirait en plein milieu du Sahara !

Nous poursuivons notre route vers Los Angeles, 5 heures de paysages très changeants mais toujours aussi beaux. En sortant de la Vallée de la Mort, la route longe la chaîne de montagne de la Sierra Nevada vers le sud.

La traversée des San Gabriel Mountains mènent ensuite directement aux mythiques collines d’Hollywood, la Cité des Anges se dévoilant peu à peu. Nous ne sommes qu'à 100 kms de la ville, mais déjà la circulation s'intensifie très nettement.

Installation dans notre hôtel

Ce soir..... direction le stadium des Dodgers !

...pour assister au derby Los Angeles contre San Francisco
Le stade a une capacité de 56 000 personnes 

Autant vous dire que le spectacle est intense, mais pas vraiment là où l'on l'attend. En effet, le baseball est bien le jeu le plus ennuyeux du monde, désolée pour les puristes, mais 4 heures de match pour marquer .....7 points, je peux vous assurer que l'action n'est pas le maître mot de ce sport !

En fait, c'est dans les tribunes et les couloirs où les américains vont acheter leurs repas (à des prix exorbitants), que se trouve le vrai spectacle ! Il semblerait que les américains viennent au stadium pour s'y retrouver en famille (y compris avec de très jeunes enfants) ou entre amis pour y consommer tout ce qu'il y de plus gras ou sucré accompagné de bière et de bruit. Nous avions devant nous une famille avec un tout jeune enfant à qui on a proposé pour tout repas du soir : des chips trempées dans de la mayo, des frites, puis des bâtons de sucre, une pomme d'amour et pour finir des churos trempés dans une glace, le tout accompagné de soda !

Rapidement, le sol du stadium se trouve recouvert de papiers gras, de bière, de coquilles de cacahouètes et de canettes vides. Les gens regardent à peine le jeu, ils mangent, ils boivent ils regardent leur téléphone portable, bref, ils n'ont pas vraiment l'air intéressés par ce qui se passe sur le terrain.

Une fois le match terminé, même pas un tour de stade par les vainqueurs, (les Dodgers ce soir là) pour remercier leur fidèle public, 7 points en 4 heures de jeu, il faut quand même avoir de la constance, cela mériterait un peu de reconnaissance et quelques remerciements, et bien non, les joueurs s'empressent de regagner leurs vestiaires sans seulement une sourire vers leurs admirateurs. Finalement, peut-être que ces stars payés des millions de dollars, ne se sont pas tant amusés que ça non plus et qu'ils sont pressés eux aussi de rentrer chez eux !!

Mystère !

• • •

Infos sur la ville et Death Valley

Ce matin : visite des studios Warner une véritable ruche dans laquelle travaillent des milliers de personnes !

Notre guide !

Pour en savoir plus sur les studios Warner

Après la Warner, début d'après-midi à Griffith Park pour admirer L.A. de plus haut, mais dans la brume !

Fin d'après-midi à Santa Monica

Sur la plage de Santa Monica 

Retour dans notre quartier en soirée sur des routes plutôt chargées !

Il faut savoir que Los Angeles est une ville qui ne peut pas se visiter sans voiture. La ville est extrêmement étendue et les moyens de transports en commun très inefficaces les habitants ne se déplacent donc qu'en voiture ce qui provoque de gigantesques embouteillages . Nous qui avons parcouru la ville dans tous les sens, le moindre déplacement pour aller découvrir un lieu, un quartier demande souvent plus d'une heure de trajet aller retour. Vous pourriez me dire mais avec toutes ces voitures comment fait-on pour se garer ? Et bien aucun problème, il y a des zones de parking absolument partout, bien sûr moyennant finances. Il faudra compter un forfait de 10 dollars quelque soit votre temps de stationnement et environ 24 dollars la journée, notamment dans les hôtels des grandes villes. Il faut savoir que tous ces emplacements de stationnements privés ou publics assurent un grands nombre de petits emplois. Dans les hôtels, le "valet parking" ou "service de voiturier", est présent 24 heure sur 24, donc au moins 3 emplois garantis. Ce n'est pas vous qui garez votre voiture, vous laisser la clé au voiturier qui s'en chargera. Il ira également vous la chercher à chaque fois que vous en aurez besoin.

Fin de soirée sur Hollywood boulevard !

Walk of Fame L.A.

Ici, pas de quoi fouetter un chat, si le "Walk of Fame", (en français le Boulevard des célébrités) vous fait rêver...passez votre chemin, il n'y a rien à voir de très passionnant. Nous y sommes allés en soirée, le quartier est très sale et assez mal famé. Les deux côtés de la rue sont bordés de magasins et boutiques de souvenirs bons marchés et de gargotes dans lesquelles j'oserais à peine boire un verre. Les trottoirs des deux côtés de l'avenue sont recouverts par près de 2600 étoiles sur lesquelles figurent le nom de célébrités de l'industrie du spectacle, accompagné sous chaque inscription, d'un emblème représentant la catégorie dans laquelle l'artiste s'est distingué : une caméra (cinéma), une TV, un micro (radio), un tourne-disque (musique), ou un masque (théâtre). Ce boulevard a été créé en 1958, en 1978, il fut déclaré par la ville de Los Angeles "Monument historique". Une façon de faire venir les touristes dans un quartier sans grand intérêt.

Visite du "Brewery" dans le Downtown, un quartier brassant la plus grande communauté d’artistes de tout le pays, communauté dans laquelle vit, André Miripolsky, qui nous accueille en personne au sein de son studio. André nous fait partager son travail et l'histoire de son quartier avec passion. Une très belle rencontre et une expérience unique !

Ayant survécu à un terrible accident il y a quelques années, André vit aujourd'hui chaque jour comme une victoire sur la mort et son activité créatrice a largement contribué à ce qu'il appelle "sa renaissance". Cela a d'ailleurs donné lieu à toute une série de tableaux dans laquelle chaque étape de sa convalescence est évoquée.

L'entrée de son atelier 


En bas l'atelier, au premier son appartement
Petite vidéo dans laquelle André nous parle de son art 

André est aujourd'hui l'un des artistes le plus emblématique de la ville de Los Angeles, il réalise de nombreux travaux monumentaux sur les murs de sa ville pour des bâtiments publics ou des fondations privées.

Aujourd'hui, son "requin aux lunettes de soleil" est célèbre dans toute la Californie !

 Voici le projet retenu pour représenter la ville

A lire aussi l'article de DollyJessy qui a rencontrer elle aussi André Miripolsky en octobre 2016 : "Quand une rencontre vous aide à voir la vie autrement : The Brewers avec André Miripolski"

Un lieu unique : cette ancienne brasserie est constituée aujourd'hui de 350 logements ou lofts. Inspiré des communautés hippies des années 70, plusieurs centaines d'artistes, écrivains, peintres, sculpteurs ou musiciens cohabitent dans ces bâtiments qui, de l'extérieur, ressemblent à des entrepôts désaffectés.

C'est en passant la porte, qu'on se rend vraiment compte de ce que cachent ces haut murs de tôle. Comme sur l'image ci-dessous, où plusieurs studios donnent sur cette cour intérieure dans laquelle sont organisées des rencontres entre les locataires.

Chaque arbre ou plante est entouré d'un petite barrière de bois avec au pied les indications pour son arrosage et son entretien

Locataires oui, car aucun ici n'est propriétaire de son loft, appartement, ou studio. Ce gigantesque espace, coincé entre l'autoroute et la voie ferrée, appartient à un seul et même propriétaire qui perçoit chaque mois, des milliers de dollars sans faire jamais faire la moindre rénovation. Tout est à la charge des locataires, mais le lieu est tellement unique, que tout ça semble fonctionner dans une entente des plus cordiale. Les locataires payent un loyer et en échange ils sont libres d'y faire ce qu'ils veulent, comme veulent et avec qui ils veulent !

• • •

Nous ne pouvions pas passer par Los Angeles sans aller faire un tour dans le triangle d'or de Los Angeles, Beverly Hills.

Ici un maître mot : se montrer !

Bon là pas d'image, imaginez Saint-Tropez ou Ramatuelle rassemblés sur un seul quartier, avec le mauvais goût en plus. Vous savez que vous êtes dans un quartier riche à la largeur de la rue et à la taille des maisons ...et des voitures qui la bordent !

• • •

Nous quittons vite Beverly pour Venice qui se situe, comme Santa Monica, au sud de Beverly Hills le long de la mer. La fin de l'après-midi nous parait donc une bonne heure pour une promenade sur le front de mer.

Joueurs d'échecs 

A côté de la sage Santa Monica, Venice Beach fait office d'enfant terrible de la côte !

Sa population est un véritable un inventaire à la Prévert : Artistes de rue, vendeurs, musiciens en mal de public, sportifs désireux de montrer leurs muscles, skaters, basketteurs, montreurs de serpents, tatoueurs, joueurs d'échecs et marginaux de toute sorte, cohabitent dans une cacophonie bonne enfant.

Nous finissons notre promenade sur les canaux de Venice. nommée par son créateur Abbot Kinney "La Venice of America". Influencé par ses différents voyages en Europe et notamment par son passage à Venise, Abbot Kinney devenu millionnaire, et tombé amoureux de la Californie, fait assécher des marais et sortir de terre sa "Venice of America". Inaugurée en 1905, elle comprend plusieurs kilomètres de canaux sur lesquels des milliers de visiteurs s'y pressaient chaque week-end pour profiter d'une promenade en barque.

Nous décidons de manger dans un restaurant branché du quartier assez renommé.

Le "The Butcher's daughter" .

Carte veggie et produits bio, murs de briques, grande table commune en bois et objets de déco font de cet endroit un lieu où l'on se sentirait parfaitement bien. Malheureusement le volume de la musique est tel que nos avons du mal à converser autour de la table. Dommage, car les plats qui y sont servis valent vraiment le détour et les serveurs sont adorables.

Ce matin nous trainons un peu à l'hôtel qui, entre nous soit dit, est une superbe adresse parfaitement placée pour partir à la découverte de la ville.

Il a l'avantage d'être situé juste en face du célèbre "Farmers Market" véritable monument historique de Los Angeles, ce marché compte pas moins de 100 stands (dont la plupart sont des entreprises familiales) qui proposent des produits d'épicerie fine et toute sorte d'aliments frais.

De nombreuses personnes du quartier, y compris des chefs cuisiniers du coin viennent s'y approvisionner, on y trouve des poissonniers, des bouchers, des boulangers, des vendeurs d'épices, mais aussi toutes sortes de boutiques. La cuisine de nombreux pays y est représentée : Mexique, Chine, Grèce, Brésil... et même la France.

C'est au cœur de ce marché que nous prenons notre dernier petit-déjeuner américain chez "Du-Pars restaurant and Bakery". Cette vieille maison fondée en 1938 nous transporte 50 ans en arrière grâce à son décor très cosy et son personnel d'une élégance rare.

Voilà c'est déjà la fin du voyage, nous avons parcouru plus de mille kilomètres à travers 4 états (Californie, Arizona, Névada et Utha), nous avons vu mille paysages, nous sommes passés de 22° à San Francisco, à 50° au cœur de la vallée de ma mort. Nous avons fait de chouettes rencontres : Gilles, André, notre guide Navajo. Nous avons goûter de nombreuses cuisines reflétant le melting-pot qui caractérise tant ce pays. Nous avons toujours été accueillis avec beaucoup de sympathie et de sourires partout où nous sommes passés. D'un avis commun, ce sont les grands espaces, quelle que soit leur rudesse, qui remporte notre préférence. En effet, dès qu'on s'écarte des villes la nature s'exprime pleinement, et c'est une banalité de dire que les paysages sont à couper le souffle mais tant pis j'assume. Chaque trajet révèle de nouvelles richesses, de nouvelles variétés de paysages, on ne sait plus où poser les yeux pour enregistrer au plus juste ces images et pouvoir se les repasser une fois rentrés. Heureusement nos photos seront toujours là pour nous faire voyager et rêver à nouveau, retrouver tout ce que nous avons ressenti à ces moments là. En tenant ce carnet de voyage ce sont toutes ces impressions instantanées que nous avons voulu partager avec vous et nous espérons avoir réussi.

Départ de Los Angeles :18h:00

Arrivée : Paris Charles De Gaulle le 19/08/2018 à 13:50

A savoir : Les moyens de paiement aux Etats-Unis

Penser à acquérir le Pass America the Beautiful (80 dollars par véhicule de 4 personne), il donne accès aux parcs et monuments nationaux (sauf Monument valley et Antelope canyon qui sont gérés pas les amérindiens.

Notre agence : Voyageurs du monde Bordeaux

La carte bancaire N26 pour effectuer tous vos paiements sans frais de change