Dans l'univers des oiseaux du lac Joseph

Installée à mon chalet depuis le début de la pandémie, j'ai eu l'opportunité de me consacrer plus que jamais à l'observation des oiseaux. Un voyage ornithologique au long cours!
Décembre 2021
540 jours
1
• • •

L'automne au lac Joseph, c'est d'abord le grand silence qui s'installe, la majorité des espèces nicheuses nous quittant au début septembre. Ce silence met toutefois en valeur la présence de ceux qui s'attardent et de ceux qui nichant au Nord, prennent une pause dans leur migration vers le Sud.

• • •

Des canards

Mes préférés! Toujours une grande joie de les voir apparaître l'automne et le printemps… 

Les Grands harles accompagnent généralement les Harles couronnés dans leur migration. Le Harle huppé lui est beaucoup plus rare…
Une rare visite d’un couple d’Harelde kakawi qui se limite habituellement au corridor du St-Laurent pour ses haltes migratoires.
,
. .  ..
.
• • •

De grandes migratrices

Des Bernaches du Canada « résidentes » peuvent passer l’hiver près d’une zone d’eau libre, mais la majorité migrent vers le Sud.

Certains jours ensoleillés, le matin ou en fin d’après-midi, des dizaines de voiliers d’Oies des neiges survolent le lac à haute altitude, en route vers les grandes haltes migratoires du réservoir Beaudet (Victoriaville) ou de la rivière St-François (Drummondville).


• • •

D'autres migrants plus tardifs

• • •
• • •

Des parulines d'automne déroutantes

La Paruline du Canada : une espèce rare observée pour la première fois au lac, au hasard d’une rafale de photos! 
Des bruants, souvent tout aussi déroutants à cette saison…
• • •

D’autres qui vont passer l’hiver avec nous ou migrer pas très loin au Sud

Nous avons maintenant un couple nicheur de pygargues à tête blanche au lac Joseph! Plusieurs individus, adultes et juvéniles, passent certainement l’hiver avec nous, exploitant les zones d’eau libre en aval ou en amont du lac, dans le bassin versant de la Bécancour. Voir plus de détails sur la population de pygargues à la section « L’été »…


.

• • •

L’hiver le lac se transforme en un grand champ de glace où le vent domine l’espace aérien. Les oiseaux scrutent les rives habitées à la recherche de nourriture et d’éventuels points d’eau à la confluence des ruisseaux.

• • •

Les observations confortables de l’intérieur

 Poste d’observation Ouest 

• • •

Poste d’observation Sud 


• • •

Des rencontres occasionnelles lors des ballades à pied ou en raquettes...

• • •

Un couple de pygargues profitant du lac libre de glace du « Noël vert 2020 »

• • •

Une trace énigmatique sur le lac gelé…

Grand duc, Chouette rayée ou Pygargue à tête blanche?
• • •
 . 
• • •

Le printemps est incontestablement la saison des oiseaux et des ornithologues! Les journées s’allongent, l’air se réchauffe, le lac se libère des glaces et les oiseaux reviennent nous en mettent plein la vue et les oreilles. Nos compagnons silencieux de l’hiver se mettent à chanter et les migrateurs affluent en affichant leur plus beau plumage!

« Quand deux oiseaux se battront le matin sous ta fenêtre

Et que leurs cris aigus te sortiront du lit

Ne cherche ni le piège, ni

le mal qui les agitent ainsi

Regarde dans la rue, le printemps est venu »

- Félix Leclerc, Ce matin là.


• • •

Les premiers arrivants

• Les canards migrateurs reviennent dès que la débâcle est terminée

• • •

• La majorité s’accommode des dernières giboulées

• Les bruants

• • •

Premiers arrivés, premiers choix pour la réservation des nichoirs!

Une ligne d’une douzaine de nichoirs partagés par les Merlebleus de l’Est et les Hirondelles bicolores 
• • •
• • •

Du côté du marais

À 500 mètres du chalet, le marais à scirpes et à quenouilles est mon site d’observation privilégié en kayak d’avril à octobre. 
• • •

Les principaux résidents

• • •

La 2e vague d’arrivants

.
• • •

Les parulines

• • •

La 3e vague d’arrivants

• • •

Les Orioles

.

• • •

L’été est la saison de la reproduction pour la majorité des oiseaux. Sur les rives du lac et de la rivière, dans le marais, la forêt et les champs, ça chante de partout et il y plein d’activités à observer, surtout tôt le matin…😉

• • •

La vie de famille

• • •

Les nicheurs du marais

• Les plus discrets

• • •

• Ceux rencontrés presqu’à chaque visite

Les sympathiques Hérons verts 
• • •

Les grands hérons

Ils nichent probablement dans une héronnière connue à quelques kilomètres au sud-ouest du lac. Adultes et jeunes quittent la colonie vers la mi-juillet pour venir s’alimenter du menu fretin et des grenouilles qui abondent sur les rives marécageuses du lac.

• • •

Les accros aux mangeoires

• • •

Les oiseaux champêtres, malheureusement menacés par la perturbation de leur habitat

• • •

Les rapaces

• • •

La rivière Bécancour à l’exutoire du lac Joseph

• • •

Les forestiers

• Les mignons troglodytes

• • •

• Les viréos

• • •

Le pygargue à tête blanche : le roi des oiseaux de proie et du lac!

Depuis une dizaine d’années, de plus en plus de pygargues sont observés au lac Joseph. Un perchoir très apprécié, dans un feuillu offrant de belles branches dégarnies surplombant la rive, se situe à environ 400 mètres sur la rive opposée à mon chalet. J’ai ainsi un point d’observation stratégique pour vérifier régulièrement leur présence en jetant un œil au télescope de l’intérieur. Quand le temps est clément, je peux sauter dans mon kayak et m’approcher du perchoir en quelques minutes.

L’été 2021 a été faste avec plus d’une centaine d’observations, des dizaines de photos de qualité qui m’ont permis d’identifier au moins huit individus différents et comme couronnement de la saison, la découverte d’un nid !

• Les perchoirs visibles de chez-moi

• • •

Des observations tout au long de l’année au perchoir d’en face, tant qu’il y a de l’eau libre en rive ouest…

Le juvénile de l’année que j’ai nommé « Le braillard » appelant un parent du perchoir en face de chez-moi.

• • •

Le perchoir de la Pointe, très fréquenté également cet été

.
« Le braillard » au perchoir de la Pointe
« Le braillard » prenant  la pose emblématique des armoiries étasuniennes.

• • •

• Les 8 individus observés à l’été 2021

Avec la documentation détaillée existante sur le plumage des différentes phases juvéniles du pygargue à tête blanche, j’ai pu identifier au moins 8 individus différents parmi ceux photographiés à l’été 2021.

Trois individus (un adulte et deux juvéniles) faisant la pause sur la Pointe délimitant le marais

• • •
• • •
• • •
.
• • •
• • •
• • •

• • •

Le nid

Il s’agit probablement d’un nid récent, en raison de la faible épaisseur de la plateforme, probablement construit au printemps 2021. Réutilisé par le même couple d’année en année en ajoutant une couche de branchages, les nids de pygargues peuvent atteindre plusieurs mètres d’épaisseur. Très prometteur pour l’observation des activités de nidification qui devraient débuter tôt au printemps 2022!

• • •