Carnet de voyage

INDONESIA

13 étapes
19 commentaires
20 abonnés
Dernière étape postée il y a 1380 jours
Nous partons maintenant à la recherche du soleil en Indonésie! Avec ses plus de 17 000 îles, le choix est difficile... Nous décidons finalement de découvrir Java, Bali, Lombok et les îles Togian.
Avril 2018
7 semaines
Partager ce carnet de voyage
28
avr
28
avr
Publié le 9 mai 2018

Le voyage pour arriver en Indonésie a été rude et après 7 mois à voyager la fatigue commence à se faire sentir ! Louis et Evelyne, les voisins de Margaux, nous ont gentiment invité dans leur magnifique hôtel sur la côte sud-ouest de Bali afin de nous ressourcer. Mission accomplie grâce aux longues journées passées sur les transats à l'ombre des cocotiers à siroter des jus de fruit du dragon, à nous plonger dans la piscine et faire un peu de body board dans les vagues. Tous les soirs nous avons eu le droit, ainsi que les nombreuses familles faisant leur petit tour de scooter habituel sur la plage, à un magnifique coucher de soleil sur le bateau mémorial devant l'hôtel. Celui-ci a été édifié en mémoire de l'indépendance indonésienne des hollandais en 1945.

Nous avons également pu laisser une partie de nos affaires dont nous n'aurons plus besoin pour la suite du voyage (tente, sac de couchage, matelas....). Quel plaisir d'avoir des sacs qui ne pèsent plus 20 kg et aussi de retrouver des douches tous les jours et des bons lits après avoir dormi 2 mois dans le van et la tente !

Grâce à Louis et Evelyne nous avons pu participer à une visite de la plantation et fabrique de caoutchouc. A peine descendues de la jeep, une forte odeur nous vient aux narines ! Le caoutchouc possède une odeur de vomi et nous sommes bien contentes lorsque le guide nous tend des fleurs de frangipanes pour essayer de la cacher... On nous explique les différentes étapes de fabrication du caoutchouc : l'extraction du latex à partir des arbres à caoutchouc, le séchage, la cuisson dans des fours et le compactage pour finalement pouvoir l'exporter.

Après la fabrique direction la plantation où se mélangent hévéas (arbre à caoutchouc), cacaotiers et cocotiers !

Nous prenons le déjeuner en face d'une superbe vue sur la mer et les forêts de cocotiers avant de nous diriger vers un arbre sacré qui se divise en deux à sa racine pour laisser place à la route. Nous arrivons lors d'une réunion d'adolescents organisée par le chef du village qui essaie de perpétuer les traditions et la religion hindouiste.

Lors de notre retour à l'hôtel, nous traversons de nombreux villages où les enfants nous hèlent avec des « hello » enthousiastes et où des graines de café et des clous de girofle sèchent à l'avant des maisons.

Latex 
Cacao 
Clous de girofle 

Nous avons également suivi Louis et Evelyne pour un petit tour de vélo dans les villages alentours où nous avons fini sur la plage pour ramasser des coquillages et admirer une fois de plus le coucher de soleil.

4
mai
4
mai
Publié le 9 mai 2018

Ressourcées après 5 jours au Puri Dajuma, nous voilà reparties avec le sac sur le dos à Yogyakarta sur l'île de Java. Nous sommes marquées par la chaleur étouffante de la ville mais aussi par les nombreuses mosquées, femmes voilées qui nous indiquent que nous sommes sur une île musulmane contrairement à Bali qui est hindouiste et bouddhiste. Nous visitons le palais des sultans actuellement occupé par le 10ème sultan alors que son prédécesseur est monogame et n'a que 5 filles. Notre guide est marrante et nous fournit pleins d'anecdotes sur la famille royale et les traditions indonésiennes. Dorénavant, il existe très peu de mariage arrangé même si cela reste d'actualité dans les familles riches. Elle nous apprend avec un air de confidence, que le sultan a dû organiser un mariage arrangé pour sa troisième fille qui avait du mal à trouver un mari du fait de son obésité...

La guide nous emmène ensuite à l'arrière du palais en mode VIP pour nous montrer des femmes utilisant la technique du batik pour créer des foulards pour les filles. Il y a également la Mercedes de l'ancien sultan qui est conservée sous vide en guise de décoration !

Nous sommes surprises par la foule qu'il y a au palais et tous les jeunes en uniforme. Notre guide nous explique que c'est la fin de l'année scolaire et qu'ils font des visites de monument avec leur classe. Beaucoup d'entre eux nous demandent de se prendre en selfie avec nous, c'est le début de notre célébrité indonésienne !

Un javanais nous conseille d'aller visiter l'Original Art Gallery où l'on nous explique la fabrication du batik et nous pouvons même essayer ! Le batik se fait par l'application de cire sur le tissu et le trempage de celui-ci dans des bains de couleur, du plus clair au plus foncé. C'est un très long travail qui requiert beaucoup de patience et de concentration...

Le soir direction la place Alun Alun où se retrouvent les familles pour passer un moment ensemble à manger sur la pelouse, faire des échasses ou bien faire un tour de la place en Coccinelle ou van Volkswagen customisés. C'est assez étonnant à voir car toute la famille pédale et peut choisir sa propre musique pendant que les néons de la carrosserie clignotent avec des Pikachu ou des Hello Kitty sur le toit !

5
mai

Lever 3h du matin pour aller voir le lever de soleil sur la colline dominant le temple de Borobudur, sa vallée et un volcan dont nous ignorant le nom. Nous n'étions pas toutes seules car les classes et les scouts étaient aussi de sortie (oui les indonésiens ont aussi des scouts et le 9ème sultan en était un et a même déclaré une journée nationale des scouts !). Le temple de Borobudur est le plus grand temple bouddhiste au monde et c'est dommage qu'il soit victime de son succès. Il y avait tellement de monde qu'il ne s'y dégageait peu de spiritualité selon nous, malgré un cadre magnifique. C'était intéressant de voir pleins de musulmans visiter un temple bouddhiste puis hindouiste preuve de tolérance et d'ouverture d'esprit de la part des indonésiens.

Nous n'avons pas signé d'autographe mais c'est reparti pour la séance photo cette fois décuplée d'intensité !! A la fin nous essayons de nous cacher ou d'ignorer les demandes... Ce qui était étonnant c'est qu'il y avait autant de familles que de jeunes qui demandaient à se faire prendre en photo avec nous. Nous n'avons pas très bien compris pourquoi mais sans doute ce sont des javanais qui n'avaient pas l'habitude de voir des touristes.

Nous allons ensuite au temple hindouiste de Prambanan où sévit encore une foule impressionnante ! Les temples sont magnifiques et au sommet de chacun se trouve une statue de l'une de leur divinité : Vishnu, Ganesh... etc

7
mai
7
mai
Publié le 12 mai 2018

Nous avions entendu parler de ce fameux volcan le Bromo qui se trouve dans un cratère avec deux autres volcans ! Après les volcans en Amérique du sud vous pensiez peut être que nous en avions fini avec les volcans mais l'image était beaucoup trop belle pour passer à côté et ne pas voir ça de nos propres yeux. Nous avons tenter d'y aller par nos propres moyens mais le fait que ce soit le début des vacances scolaires ne nous a pas aidé car les trains et bus étaient complets ! Nous avons donc décidé de passer par une agence... Lever 3h du matin (décidément cela devient une habitude!) pour se rendre au sommet du Mont Pananjakan pour assister au lever de soleil sur la vallée, le Bromo et ses frères !

Nous avons failli avoir une crise cardiaque en arrivant sur le lieu en découvrant la quantité de jeeps garées mais le spectacle était tellement incroyable que nous avons fait abstraction de la foule en nous mettant tout devant. Le Bromo et un de ses grands frères fumaient et les couleurs du lever de soleil sur ce paysage volcanique étaient magnifiques et le froid et le vent matinal s'en sont presque faits oublier !!

Nous nous sommes rendues au cratère du Bromo d'où s'échappait de la fumée et une forte odeur de souffre. La proximité avec l'un des volcans et la quantité de fumée crachée à quelques mètres de nous étaient impressionnantes...

9
mai

Réveil nocturne (1h30 du matin) pour faire l'ascension du volcan Ijen à la lumière des frontales afin de découvrir les flammes bleues. Nous sommes étonnées d'apprendre que notre chauffeur connaît Nicolas Hulot après nous avoir demandé d'où nous venions. Apparemment, il a bien aidé à rendre le volcan et son lac acide connus !

Bon alors qu'est ce que c'est que ces flammes bleues ? Le Ijen contient de grandes quantités de souffre et lors de son émission de la terre sous forme de gaz, le souffre peut s'enflammer et ainsi produire d'irréelles flammes bleues se perdant dans les fumées. Lors de la solidification du souffre, celui-ci prend la couleur jaune-orangée qui nous est bien connue et que les porteurs extraient du Ijen. Ils portent entre 80 et 100kg sur le dos qu'ils acheminent du fond du cratère jusqu'au pied du volcan ! C'est un travail impressionnant surtout lorsqu'on voit leur conditions de travail : un bout de tissu en guise de masque pour se protéger des gaz toxiques, tongs au pied, pas de protection dorsale ou un quelconque sac à dos... Nous avons essayé de soulever leur panier et nous avons à peine décollé de quelques centimètres (oui oui nous savons, la muscu c'est pas notre fort !).

Margaux a déjà eu la chance de descendre dans le cratère il y a quelques années avec sa famille et les choses ont bien changé depuis. Notre guide nous a expliqué que beaucoup de porteurs se sont reconvertis dans le tourisme, plus rentable pour eux et le nombre de touristes a aussi considérablement augmenté !

L'expérience du Kawah Ijen nous a cependant marqué malgré la foule. Comment ne pas se sentir petit au fond d'un cratère qui fume avec un lac acide à la couleur turquoise !

10
mai
10
mai
Publié le 15 mai 2018

Après tous ces levers de soleil sur les volcans et temples, nous étions crevées et après la gentille invitation de Louis et Evelyne à revenir quand nous voulions, et bien nous n'avons pas pu résister ! C'est reparti pour quelques jours au Puri Dajuma pour se reposer et refaire le plein d'énergie tout en visitant de magnifiques rizières en terrasse et un joli spot de surf !

Nous avons pu assister à un "coq fighting" ou combat de coq. C'est une tradition très importante dans la religion hindouiste, encore beaucoup pratiquée aujourd'hui. Beaucoup de paris sont effectués autour du combat ce qui est officiellement interdit par la loi indonésienne.

Le principe est de garder un coq enfermé pendant des mois dans une toute petite cage tout en restant à ses petits soins : bien le nourrir, lui faire des massages, induire ses pâtes de café... Puis le confronter à un autre coq, tous deux ayant une lame tranchante accrochée à l'une de leur pâte. Par instinct les coqs s'attaquent très violemment et en quelques secondes le combat se termine en sang par la mort d'un des deux. La viande du coq mort lors du combat est revendue très chère, car due à l'adrénaline elle a un goût très différent, très recherchée par les indonésiens.

Un jour comme les autres au Dajuma 😀
Dernier repas avec nos adorables hôtes  
14
mai
14
mai

Dure tâche de se décider à partir du Dajuma, mais après quelques jours de plus passés à se faire chouchouter dans ce magnifique hôtel, il était temps pour nous de découvrir de nouveaux horizons. Nous partons donc direction les îles Gili et plus particulièrement Gili Air, petite île tranquille où voitures et scooters sont remplacés par calèches et vélos. Cependant, le ramadan ayant commencé nous avons du changer de guest house après la première nuit car celle-ci était située juste à côté de la mosquée et nous n'avons pas pu fermer l'oeil de la nuit !

Au programme : deux jours de snorkeling à admirer les nombreux poissons nageant paisiblement dans les eaux claires de la mer balinaise malgré les coraux déjà bien détruits. Nous avons également fait une sortie en bateau pour espérer voir des tortues marines et jackpot, nous avons même pu nager avec elles, c'était magique !

18
mai
18
mai

Nous voilà sur Lombok, île qui se trouve à l'est de Bali, avec pour objectif de gravir le Rinjani, deuxième plus haut volcan d'Indonésie culminant à 3726 mètres. Nous décidons de prendre un guide, car bon il faut se l'avouer, nous n'avons plus la même forme qu'en Amérique du Sud et nous nous sommes allégées de notre matos de camping !

La veille du trek, nous ne sommes pas très confiantes car le volcan est tout couvert et certaines personnes revenant du trek font sécher leur affaires car ils ont eu mauvais temps ! Mais au réveil, (avant le lever du soleil grâce à l'imam) la météo est de notre côté et nous apercevons notre objectif (ça a l'air facile vu d'en bas !) ainsi que les singes qui ont failli embarquer la serviette et le maillot de bain de Charlotte qui séchaient dehors !

La première journée fût intense avec les 1600 mètres de dénivelés positifs pour camper sur l'arête du cratère et la chaleur. Nous étions bien contentes d'avoir décidé de faire le trek avec guide et porteurs et de ne pas avoir à porter nos traditionnels 15 kilos sur le dos ! Par contre notre sac de couchage et matelas nous ont manqué lors de nos courtes et fraîches nuits...

C'est l'heure du repas : soupe de pâtes et de légumes frais, un délice préparé par les porteurs-cuisiners  
Arrivée au campement au-dessus de la mer de nuage et vue sur le lac au fond du cratère 

Réveil à deux heures du matin, après quelques biscuits qui se courent après et un thé pour se réchauffer, c'est parti pour l'ascension à la lueur de la frontale. La montée sera éprouvante car les derniers 400 mètres avant d'atteindre le sommet se font dans du sable volcanique : avancer d'un pas pour en reculer de 2, ce qui est démoralisant et physiquement exténuant, nous obligeant à nous arrêter tous les 5 pas avec notre but en vue qui n'a pas l'air de se rapprocher !

Quelle satisfaction d'arriver au sommet épuisées, frigorifiées pour le lever du soleil et de voir que la mer balinaise séparant Bali de Lombok, les 3 îles Gili et le Mont Agung (plus haut sommet de Bali) s'étendent devant nos yeux. Un spectacle encore plus impressionnant nous attend : l'ombre du volcan se levant sur le cratère où git un lac et la découverte d'un autre volcan qui fume en son sein.

Après avoir bien savouré la vue, il est temps de redescendre car nous avons encore une longue journée devant nous : descendre dans le cratère au bord du lac où nous pourrons reposer nos muscles dans les sources d'eau chaude et ensuite remonter de l'autre côté pour dormir sur l'arête du cratère. N'en revenant toujours pas de ce paysage irréel, nous nous extasions de voir que des singes nous accompagnent lors de notre descente !

Nous quittons le paysage volcanique et retrouvons un peu de verdure dans le cratère

Nous assistons à un magnifique coucher de soleil de l'autre côté du cratère d'où nous avons une meilleure vue sur le volcan. Les membres endoloris par cette dure journée nous essayons de dormir un peu avant d'attaquer la redescente dans la jungle le lendemain, jusqu'au village de Senaru.

Mont Agung, plus haut volcan de Bali que nous apercevons depuis notre campement

C'est grâce aux porteurs que nous avons pu accomplir ces 3 jours de treks. Ces jeunes hommes qui courent en tongs avec 35-45kg sur le dos (et même pas de sac à dos décent), toujours avec le sourire et qui ont des talents cachés de cuisiniers.

Notre groupe avec guides et porteurs 

Direction Kuta Lombok au sud de l'île le soir même pour prendre du repos !

21
mai
21
mai
Publié le 21 juin 2018

Suite à notre ascension du Rinjani, il nous a fallu quelques jours pour nous remettre de nos courbatures et de nos émotions !

Les journées se sont écoulées paisiblement, entre plages désertes et virées de scooter pour y parvenir. Quoi de mieux que de se rafraichir dans ces eaux bleu turquoise paradisiaques et manger du poisson frais cuit au barbecue pour s'en remettre ?!

Non non Charlotte n'est pas tombée en scooter mais c'est pour protéger son impétigo du soleil !

Nous avons apprécié Kuta Lombok pour son ambiance surfeur. C'était très drôle de voir tous ces indonésiens aux cheveux longs écouter du reggae toute la journée et nous appeler "Sistah" dans la rue. Nous ne pouvions donc pas partir sans avoir au moins essayé une fois !

Avec des gens de notre hostel, nous sommes partis sur un bateau de pêcheur pour braver les vagues d'un récif au milieu de la mer. Euuuh à vrai dire, nous étions tout sauf confiantes quand nous avons vu des surfeurs expérimentés glisser sur des vagues énormes !! Les deux heures qui s'en sont suivies ressemblaient plus à un programme de machine à laver, à nous prendre notre planche dans la tête sous les encouragements de nos instructeurs qui nous criaient "paddle paddle aaaaand stand up !" et qui rigolaient de nous voir goûter à la délicieuse eau salée une fois de plus... C'était une expérience intéressante et nous avons souffert de courbatures aux bras les jours qui ont suivi, car au final le plus fatiguant dans le surf, c'est de ramer avec les bras pour reprendre le début des vagues. Et bonjour les coups de soleil sur les fesses et derrière les genoux..!

Rinjani et Iles Gilis vus du ciel 

Il est temps pour nous de quitter Lombok et sortir d'Indonésie car notre visa de 30 jours touche à sa fin. Nous avons pu admirer le Rinjani dominant toute l'île une dernière fois.

27
mai
27
mai
Publié le 21 juin 2018

Après de nombreuses hésitations sur la destination finale de notre voyage, nous avons décidé de visiter une autre île indonésienne plutôt que de partir à la découverte d'un autre pays. Nous voilà donc à Sulawesi qui est située au nord est de Bali. L'île étant grande et peu touristique, nous avons préféré nous concentrer sur les îles Togean, archipel au centre de Sulawesi, pour nos dernières deux semaines.

Nous embarquons à bord d'un petit bateau local où nous sommes les seules touristes à bord, en direction de notre premier resort Poki Poki qui se trouve sur l'île de Bomba. Le trajet s'est bien passé malgré le bruit assourdissant du moteur et nous avons pu somnoler sur les matelas et nous laisser bercer par le mouvement des vagues.

Décargaison de meubles achetés à Ampana, plus proche grosse ville de l'île de Bomba 

Nous arrivons à bord d'une petite pirogue à moteur (pas plus large que nos hanches !), à notre maison pour les prochains 5 jours : Poki Poki. Nous avons tout de suite été charmées par les lieux, la pièce commune étant très chaleureuse et le staff souriant et accueillant. Cependant, nous n'avons pas été chanceuses au niveau de la météo car il faisait bien gris et il a plu plusieurs journées, ce qui ne nous laissaient pas beaucoup de choix sur quoi faire de notre journée. Mais tant mieux, car cela nous a obligé à nous reposer et à ne rien faire !

Nos journées ont été rythmées par des sorties snorkeling, jeux de cartes et échange avec les autres touristes, bouquiner et écrire dans nos carnets, moments détentes dans les hamacs, sorties plongée pour Margaux et des sorties dans la jungle et canoé pour Charlotte. Les repas étaient délicieux, préparés à base de riz, poisson frais et petits légumes marinés au lait de coco. Le soir était l'instant musique avec le staff à jouer de la guitare et du ukulélé !

Arbres ananas et tri de noix de cocos dans la jungle 
1er jour de soleil !! 

Nous avons eu du mal à quitter Poki Poki avec son ambiance détente et la bienveillance du staff mais d'autres aventures nous attendaient dont le Jellyfish Lake ou lac aux méduses. Quoi ?! Oui oui vous avez bien lu, c'est un lac rempli de méduses. Elles ont été enfermées dans ce lac et vu qu'elles n'avaient plus de prédateurs, elles ont muté génétiquement avec les années et ne piquent plus ! Donc c'est un des rares endroits au monde où vous pouvez nager avec des méduses.

C'est vraiment étrange de se retrouver devant ce lac entouré de végétations tropicales, qui semble complètement perdu et inconnu et personne ne pourrait imaginer que vivent paisiblement des milliers de méduses !! Bon il a fallu quand même une petite pointe de courage pour sauter dans le lac, ne sachant pas trop à quoi nous attendre et ayant peine à croire qu'elles ne piquent pas ! Nous avons vécu un moment magique à observer ces milliers de méduses de toutes tailles se déplaçant dans tous les sens autour de nous et à jouer avec elles. Elles étaient partout, il n'y avait que nous dans le lac et impossible d'en voir le fond. Malgré le fait qu'elles ne piquent pas, impossible de ne pas tressaillir et d'être complètement sereines à chaque fois qu'une partie de notre corps touchait une méduse ! Ce qui était aussi étrange c'est que la température de l'eau était à plus de 30 degrés et que parfois des courants d'eau froids nous parvenaient et bien sûr l'eau était salée !

3
juin
3
juin

Après l'incroyable Jellyfish Lake nous avons mis le cap sur l'île de Malenge, plus au nord de Bomba. Nous avons pu visiter un village bajo, construit sur pilotis au dessus de la mer et connu pour son long ponton de 1km qui relie le village à la plage. Depuis les passerelles nous pouvions admirer l'eau cristalline avec ses nombreux coraux et poissons qui est aujourd’hui malheureusement bien polluée...

C'est avec un léger sentiment de malaise que nous avons terminé cette visite, car dû au tourisme grandissant dans ce village, les locaux se montrent froids et peu accueillants...

Anémone de mer et poissons clowns au milieu des déchets...
5
juin
5
juin
Publié le 9 juillet 2018

Le mauvais temps ayant fait des ravages aussi en Indonésie et notre "resort" qui était bondé de français et qui ne nous a pas plu plus que ça, nous avons décidé de quitter les îles Togean pour aller faire un tour à Gorontalo. Pourquoi s'échapper des îles, prendre un ferry de nuit de 12h pour aller là-bas ? Eh bieeeeeen nous avons entendu parler de requins baleines venant dans une baie non loin de la ville ! Qui n'a jamais rêvé de voir, nager avec de telles créatures ?? Nous tombions en plein dans la période du plancton (cette année entre mai et juillet) ce qui attire les requins baleines qui s'approchent à à peine 15 mètres de la plage. Cela fait 2 ans que ce lieu est connu des touristes et pour être sûr que les requins baleines viennent, les pêcheurs les nourrissent à base de petites crevettes.

C'est donc à 6 heures du matin, le soleil fraîchement levé, masque et tuba dans les mains, que nous nous retrouvons sur une petite barque de pêcheur à peine plus large que nos hanches à la recherche de ces bêtes marines !

Pas de requin baleine à l'horizon, le pêcheur commence donc à taper sur la paroi du bateau pour les appeler. Quelques minutes plus tard, nous tournons la tête et nous voyons surgir une immense gueule de plus d'un mètre qui se colle à la paroi et engloutit les crevettes que lui lance le pêcheur ! N'en croyant toujours pas nos yeux nous observons cet animal qui aspire l'eau comme une chasse d'eau. Nous n'allons pas vous cacher qu'à cet instant nous étions tout sauf rassurées à l'idée de nous jeter à l'eau et rejoindre le spécimen en question. Ne sachant pas trop quoi faire et si nous sommes effectivement censées sauter à l'eau, nous tentons de communiquer avec le pêcheur qui ne comprend pas un mot d'anglais et qui nous pointe seulement l'eau du doigt. Au moment où nous arrivons à prendre notre courage à deux mains, un second requin baleine surgit de l'autre côté de la barque ! Pas de surprise, nous nous sommes rassises immédiatement !

Une fois les deux requins baleines disparus, nous sautons à l'eau munies de nos masques et tubas à leur recherche, pas du tout rassurées... C'est alors, que nageant dans les eaux troubles avec quelques déchets plastiques, qu'un requin baleine nous fonce droit dessus ! Après s'être étouffées dans nos tubas, nageaient comme des dératées pour fuir le monstre, qui même si nous savons que les humains ne sont pas à son goût, reste impressionnant. Ils mesurent entre 8 et 10 mètres et même s'ils ne mangent que du plancton, ils se mouvent comme de gigantesques requins et le cerveau ne peut pas s'empêcher de crier : "danger, danger !"

S'en est suivie une petite heure où nous avons nagé seules avec les requins à déguster ce moment d'extase mêlé de peur !

En attendant le ferry de nuit qui va nous ramener dans les îles Togean, nous allons à un beau point de vue au Fort Otanaha.

6
juin

Après ce moment magique avec les requins baleines à Gorontalo et deux nuits passées dans le ferry pour l'aller-retour, nous voilà de retour dans les îles Togean à la recherche de repos et de sérénité ! Nous décidons de nous prélasser et savourer nos derniers moments en Indonésie à Harmony Bay, petit resort installé en bord de mer, toujours aussi paradisiaque et cette fois-ci le beau temps est au rendez-vous !

Partage du bateau avec le repas du soir ! 

Journée type à Harmony Bay :

-petit déjeuner en compagnie des Sap, une famille belge qui a pris une année sabbatique avec ses 3 enfants. Nous accrochons direct avec eux et passons toutes nos journées ensemble !

-session Snorkeling matinale afin d'observer : poissons clowns, crevettes de mer, poisson crocodile, serpent de mer, bébés requins, poulpe, nudibranche (sorte de limace de mer colorée) et tant d'autres poissons sillonant entre les coraux !

-jeux de carte, partie de foot ou de volleyball sur la plage avec les enfants Sap ou les locaux !

-sieste dans les hamacs après dégustation de poisson fraîchement pêché le matin même

-l'après midi au choix : plongée ou nouvelle session de snorkeling !

-baignade du soir lorsque la température de l'eau devient plus chaude que la température extérieure !

-soir : contage d'histoire sur la plage, concert de ukulélé autour d'un feu de bois avec les Sap et les gens du resort !

Chocolate chip star 

Il est temps pour nous de clore ce chapitre et de rejoindre la France après quasiment 9 mois de voyage toutes les deux !! La décision de rentrer n'a pas été évidente à prendre mais le fait de revoir la famille, les amis après autant de temps passé à distance et pouvoir profiter de la présence de tout le monde pendant l'été s'est imposée naturellement (bon la nourriture française commençait à nous manquer aussi après tous les plats de riz frits et poissons ingurgités en Indonésie.)

Sur le trajet du retour, nous transitons par Amsterdam où nous passons 2 jours à se balader le long des canaux et où nous sommes hébergées par des amis d'Erasmus.

Le jour J les familles Merle et Princé attendent de pieds fermes à Genève. Nous partageons un brunch chez les Princé afin de passer encore quelques instants ensemble avant la séparation !

THE END....until next time (la fin... jusqu'à la prochaine fois !)