Nouvelle Zélande

Par
Voyage en terre du milieu
Du 31 décembre 2018 au 4 mai 2019
124 jours
2
31
déc

Dès que nous apercevons les côtes de la Nouvelle Zélande depuis l’avion, nous sommes tout de suite sous le charme. C’est montagneux, bordé par l’océan et on discerne maisons et forêts entremêlées dans les collines qui rappellent un paysage d'île tropicale. On sent déjà qu’on va aimer!

Vue depuis le Mont Victoria 

D’ailleurs on se sent bien accueilli (même si la découverte d’un bocal rempli de beurre d’amande dans nos sacs nous vaudra quelques suspicions de la part de la douanière). On tombe sous le charme de Wellington qui est une ville à taille humaine que l’on parcourt aisément à pied. Wellington regorge de restaurants, de cafés, de bars, de cinémas et possède en plus une plage sympathique et une promenade en bord de mer très agréable. De plus absolument toutes les personnes à qui nous parlons (et nombreuses sont celles qui viennent nous parler spontanément) sont extrèmement sympathiques.

Nous retrouvons des amis de Paris en vacances pour fêter le nouvel an et nous profitons des quelques jours fériés, où quasiment tout est fermé, pour flâner, grimper au mont Victoria qui possède un superbe point de vue sur la ville, et aller au musée de la Nouvelle Zélande.

Il fait bon vivre à Wellington 

Nous nous rendons compte à quel point la Nouvelle Zélande est différente de l’Australie au niveau culturel. La culture maorie fait partie intégrante de la vie néo zélandaise, elle est en fait la culture du pays, la langue maorie est d’ailleurs langue officielle avec l'anglais et la langue des signes. Bien sûr ce n’est qu’une vision extérieure mais elle est très positive, surtout après le scepticisme que l’on peut ressentir lorsque l’on cherche la place des Aborigènes en Australie. Enchantés que nous sommes, nous nous mettons vivement à la recherche d’un véhicule qui nous permettra de découvrir ce pays merveilleux. Nous avions déjà pas mal potassé le sujet avant le départ et nous décidons d’acheter un utilitaire que nous convertirons en van aménagé. Malheureusement Wellington a beau être la capitale du pays, toute l’activité se concentre à Auckland, donc également le plus grand choix de véhicules et d'équipements. (Pas si bien potassé que ca le sujet finalement...). Après une journée de recherche dans les environs de Wellington nous décidons de partir le lendemain pour Auckland qui se situe à 800 km plus au Nord.

Nous avons bien fait car nous achetons dès le lendemain un beau Volkswagen Crafter bleu très propre, qui a beaucoup d’espace et qui permet même à Loïc de se tenir debout! Il faudra 2-3 jours pour avoir les papiers et pendant ce temps nous pouvons élaborer nos plans pour aménager l’intérieur et préparer notre budget et liste de courses qui va du câblage électrique au frigo à gaz en passant par la plomberie et la construction de petits meubles, on a hâte de s’y mettre!

Il y a du boulot! 
Auckland 
10
janv

Nous avons besoin de place et d'électricité pour bricoler et la région d’Auckland ne s’y prête pas car les campings y sont plus rare et plus coûteux. Nous avons donc pris contact avec le propriétaire d’une station service/resto/camping qui se trouve 200km au Sud, à Oparau, pour savoir si on pouvait bricoler dans son camping en payant tous les frais. Et comme souvent ici quand on demande quelque chose, il a très gentillement accepté. Nous nous retrouvons donc chez Bill et Brenda qui ont l'habitude d'accueillir des voyageurs gratuitement dans leur jardin et qui nous prêtent gentiment une caravane pour dormir, le temps que l'on puisse dormir dans notre van. Bill nous laisse également un accès illimité à son garage et ses outils.

L'endroit est parfait et se situe dans une environnement merveilleux, entre forêts et collines. Il y a en plus plein de chats et chatons dans la propriété.

Les environs d'Oparau 

C'est qu'il y a du boulot! Le van est entièrement vide. Nous devons donc tout construire et adapter avec ce que l'on trouve ici, qui n'est pas forcément la même chose que ce que l'on peut trouver en France. Par exemple on s'est vite rendus compte qu'on ne pourrait pas acheter des portes de placard ou des tiroirs tout faits mais qu'on allait devoir tout fabriquer nous même. Nous passons donc de longues journées à Bunnings, le Castorama local ainsi que dans les magasins spécialisés en marine et camping car pour dénicher tout ce dont nous aurons besoin. Réservoirs d'eau, pièces de plomberie, batterie, câbles électriques, panneau solaire, convertisseur 240v, luminaire, isolation, bois, matelas, frigo, plaques, fenêtres... Bref tout ce qu'il faut pour pouvoir vivre en autonomie le plus longtemps possible.

L'objectif... 

En Nouvelle Zélande, pour pouvoir faire du camping sauvage dans les lieux autorisé, il faut être "self contained", soit avoir une réserve d'eau pour 3 jours minimum et être capable de récupérer ses eaux sales. Sur les conseils de Bill, nous allons voir un caravaniste qui jettera un coup d'oeil au van et nous donnera quelques conseils. Nous obtenons le certificat sans problème une fois les réservoirs installés. Nous nous heurtons par contre à d'autres types de problèmes comme le fait que toute installation au gaz doit se faire par une personne certifiée mais on se rend compte qu'il y a des mois d'attente. Après avoir demandé à de nombreuses personnes, nous discutons avec le gérant d'un magasin de produit a gaz qui nous expliquera tous les branchements à faire et nous fera comprendre que la certification est inutile. C'est incroyable de rencontrer ces personnes qui sans le savoir nous sont d'une grande aide et sans qui nous n'aurions pas aussi bien réussi. La plupart de ces rencontres se résume à quelques mots échangés mais elles resteront gravées dans nos mémoires.

Nous avançons petit à petit, d'abord les perçages dans la carrosserie pour les arrivées et sortie d'eau, les ventilations et les fenêtres. Puis vient l'installation électrique avec la mise en place du panneau sur le toit et tous les branchements compliqués… Ensuite l'isolation des parois en laine de verre et bois, puis la structure du lit, le vernissage, la construction du meuble de cuisine. Le test de nos réservoirs qui forcément fuiront tous les deux au premier essai… Puis enfin cela commence à ressembler à quelque chose lorsque l'on démarre l'habillage des parois et du plafond, la construction des placards et des banquettes.

Au bout de 3 semaines de travail intense, de repas à base du burgers et poulet frit, nous pouvons enfin vivre et cuisiner dans notre van, remercier chaleureusement Bill et Brenda qui nous ont hébergé et parfois nourris et partir pour de nouvelles aventures. On est très contents du résultats et nous terminerons les dernières finitions en cours de route.

Contents du résultat ! 

Nous décidons de filer vers l'île du Sud afin de profiter au maximum de l'été et avant que les températures ne soient trop fraîches.

Nous traversons de jolis petits coins et découvrons les plaisirs du "freedom camping", c'est à dire le fait de pouvoir dormir dans notre van un peu partout, notamment en bord de plage ou de lac. Nous traversons Tauranga, Rotorua, ville connue pour son activité géothermique, ses bains chauds et sa puissante odeur de soufre...

Freedom camping! 
Lac de Taupo - Art Maori présent un peu partout 

Nous longeons ensuite le Tongariro National Park, le Mordor du Seigneur des anneaux. Nous ne faisons que passer mais nous sommes bien décidés à revenir faire quelques randonnées dans le coin lorsque nous serons de retour sur l'île du Nord.

Nous retrouvons donc assez vite et avec plaisir Wellington où nous assistons à un festival en l'honneur du Waitangi Day, fête nationale de la Nouvelle Zélande qui célèbre la signature du traité de Waitangi. Ce traité signé en 1840 fait de la Nouvelle Zélande une colonie de l'Empire Britannique et garantit au Maoris leurs terres et les mêmes droits que les citoyens britanniques, en théorie. En fait il y a des différences notoires entre la traduction qui avait été faite à l'époque et la traduction faite aujourd'hui, différences désavantageant alors fortement les Maoris. Toutefois la signature du traité reste un symbole fort pour la communauté maorie qui le célèbre chaque année.

Nous retrouvons à Wellington de nouveaux amis que nous avions rencontrés chez Bill et Brenda et qui vont rester un an dans le pays.

Nous embarquons ensuite pour 3h30 de ferry qui va nous emmener à Picton, au Nord de l'île du Sud. Arrivés à Picton, c'est la course pour trouver un emplacement où dormir car tous les vans embarqués se dirigent vers les mêmes endroits. Ce sera un problème récurrent dans les coins touristiques avec peu d'emplacement pour dormir : les places sont limitées et sont prises d'assaut dès le matin. C'est donc en allant un peu plus loin sur la route, dans des endroits moins équipés et plus reculés que l'on trouve notre bonheur, du vrai camping sauvage.

C'est ainsi que nous découvrons les "Sounds", ces bras de terres montagneux peuplés d'une végétation presque tropicale et qui s'engouffrent dans une mer turquoise. Nous suivons une route longue et sinueuse qui nous emmène dans des endroits magnifiques où nous pouvons dormir à quelques mètres de la mer, admirer un ciel exceptionnellement étoilé , le tout au milieu des moutons et des wekas, sortes de poules qui picorent et chipent absolument tout ce qui traine (un tournevis par exemple..). C'est magique! Nous passons plusieurs jours dans cet environnement verdoyant et tellement paisible.

Les Marlborough Sounds 

Voici la vidéo qui correspond plus au moins à l'étape précédente. Ce sont malheureusement les dernières images du drone car il a décidé de se mettre au repos pour quelques temps, le temps pour nous de lui trouver une pièce de rechange...

Nous faisons route vers Christchurch où nous restons quelques jours pour terminer quelques travaux dans le van: l'habillage des porte, les rideaux et banquettes. Nous logeons chez l'habitant, ou plutôt dans le jardin de l'habitant avec en prime un accès aux commodités de la maison.

Les travaux terminés, nous visitons rapidement Christchurch qui est en pleine reconstruction suite aux nombreux tremblements de terre survenus dans les dix dernières années. On sent que la ville souhaite reconstruire différemment et que quelque chose de novateur se prépare ici.

Nous rejoignons ensuite la péninsule de Banks qui se trouve au Sud de Christchurch et qui offre de superbes vues sur la région. Cette péninsule a été colonisée par des francais au milieu du XIXe siècle, ce qui a créé une région fortement influencée par la culture française, à l'instar de la ville d'Akaroa, "the most french town in New Zealand", où l'on retrouve petites boutiques, cafés, crêperie, "french restaurants"... On se croirait dans un petit village de Bretagne.

Banks peninsula 

Mais l'île du Sud nous attire surtout pour ses montagnes, nous mettons donc le cap vers le Mid Canterbury, et plus particulièrement la vallée de la Rangitata où nous avons la chance de dormir seuls au bord d'un lac entouré de montagnes, Nous nous baladons dans des paysages grandioses qui ont servi de décor au Rohan du Seigneur des Anneaux. Les rivières coulent de tout leur flots, jamais interrompues ou déviées par quelque construction humaine, d'ailleurs on ne voit pas l'ombre d'une trace de civilisation à des kilomètres à la ronde, si ce n'est quelques clôtures pour le bétail. Nous réchauffons nos jambes sur la courte ascension du Mont Sunday qui offre un superbe panorama sur la vallée de la Rangitata River. Ces paysages nous font nous sentir hors du temps, hors de tout, on s'attend à tout moment à voir débarquer une horde sauvage!

Rangitata valley 

Nous rejoignons ensuite le lac Tekapo qui brille d'un bleu turquoise intense. Le village de Lake Tekapo est très touristique mais se résume à 3 boutiques et 2 cafés. Nous ne pouvons pas camper gratuitement autour du lac, nous rejoignons donc le lac voisin de Pukaki qui n'a rien à envier au bleu du Tekapo et qui offre une vue époustouflante sur le Mont Cook et sa chaîne de montagnes aux sommets enneigés.

Lac Tekapo 
Sur les rives du lac Pukaki 

Nous faisons un petit crochet par Timaru avant de reprendre la route pittoresque qui longe la Waitaki River qui nous ramènera vers le lac Pukaki et au delà dans le parc national du Mont Cook.

Nous croisons quelques barrages impressionnants, la production hydroélectrique représente plus de 50% de la production totale d'énergie sur le territoire.

Nous campons encore une fois au bord d'un lac, le lac Ohau qui n'est pas en reste au niveau de la beauté de ses monts environnants. Le vent est très fort comme souvent en Nouvelle Zélande et de véritables vagues s'écrasent contre les rives du lac.

Petit déjeuner au bord du lac Ohau 

Nous rejoignons la ville de Twizel le lendemain ou nous découvrons avec plaisir que le festival du saumon et du vin se tient justement cette même journée. C'est l'occasion de goûter au saumon sous toutes ses formes, fumé à froid, fumé à chaud, en tartare…. Accompagné de pinot gris local, miam miam! Comme toujours l'endroit est rempli de français… Nous dormons non loin de Twizel et découvrons au matin de la neige au sommet des montagnes toutes proches, on rappelle qu'on est quand même au milieu de l'été!

Festival du saumon ! 

Le temps n'est pas très prometteur mais nous faisons tout de même route vers le parc national du Mont Cook, en se disant que le temps aura fait fuir les randonneurs et que nous aurons ainsi de la place au seul camping présent dans le parc.

En route vers le Mont Cook 

Nous nous arrêtons au village ou nous espérons faire quelques emplettes mais étonnement il n'y a aucun magasin, seulement quelques hôtels/auberges de jeunesse, pas un seul loueur de matériel ni épicerie, seulement un visitor center et un ou deux café restaurant. On trouve tout de même un "public shelter", endroit accessible à tous, équipé de tables et éviers où l'on peut s'abriter, aller aux toilettes ou se doucher, même avec de l'eau chaude pour quelques dollars. Après une bonne douche hebdomadaire bien méritée nous filons vers le camping...

Camping très sympathique au pied des montagnes 

Nous trouvons une place sans problème dans ce camping situé au pied des montagnes et des glaciers. Nous ne sommes qu'à 700m d'altitude mais les paysages ressemblent à ce que l'on pourrait trouver dans les Alpes au delà de 1500m, et la température aussi! Malgré nos deux couettes, nous souffrons un peu du froid dû à la pluie la première nuit oú les degrés se rapprochent du zéro. Mais le matin arrive heureusement avec un soleil chaud et étincelant. Nous passons une journée tranquille en nous randonnant dans la vallée de Hooker pour atteindre le glacier du même nom. Le sentier étant quasiment plat, c'est un peu l'autoroute mais ça ne gâche rien aux vues impressionnantes sur le Mont Cook. Le mont Cook qui culmine à 3724 m est le sommet le plus haut du pays..

Le Mont Cook et son glacier 

Vu le monde qu'il y a, nous sommes encore une fois étonnés de ne pas trouver une petite buvette au camping.

Le lendemain nous attaquons le versant opposé de la vallée avec une randonnée légèrement plus difficile.. Quelques milliers de marches à gravir pour finir ensuite sur une heure de marche/escalade. Les poumons et les cuisses en feu, nous atteignons la hutte de Mueller à 1810 m dans un paysage de haute montagne.

La descente n'est pas plus facile mais au moins plus rapide. On se rend compte que les sentiers de randonnée sont assez différents ici, le tracé ne fait pas de zig zag sur le front de la montagne mais il file plutôt au plus direct avec une pente souvent plus proche de la verticale que de l'horizontale!

Arrivée au refuge 

Mais comme souvent, la vue qu'offre les sommets efface toutes les traces de difficultés éprouvées lors de la montée. Le point de vue sur les glaciers est superbe. Nous ne traînons pas car le vent est fort et les prévisions météo pour le reste de la journée ne sont pas à notre avantage.

Vue sur la Hooker valley 

Il est temps pour nous de repartir et de laisser de la place aux autres campeurs, et nous mettons donc le cap vers Wanaka.

Nous arrivons à Wanaka dont nous avons beaucoup entendu parlé, en bien, par les différentes personnes que nous avons rencontré sur les campings. Effectivement la ville est sympathique, en bord de lac, on sent une ville vivante avec de nombreux cafés, restaurants, magasins, marché artisanal... Wanaka est une ville entourée de montagnes et de stations de ski, ainsi que de deux lacs, le lac Wanaka et le lac Hawea. Nous trouverons d'ailleurs de jolis emplacements pour camper autour du dernier.

Camping au bord du lac Hawea 

On découvre également à Wanaka l'extraordinaire cinéma Paradiso où de véritables canapés ont remplacés les classiques sièges et où l'on peut commander à manger de succulents cookies, où s'octroyer un verre de vin, un bière ou du café tout en regardant le film. Un entracte permet même d'aller se rassasier! Nous en avons profité pour aller voir le très bon Bohemian Rhapsody. On se demande pourquoi tous les cinémas ne sont pas comme ça!

Wanaka et son paradiso 

Nous visitons aussi le puzzling world, un musée dédié aux illusions d'optique, c'est très amusant et on y trouve également un grand labyrinthe où il est facile de se perdre…

Les illusions du puzzling world 

Nous restons quelques jours dans cette région très agréable où nous sommes gatés par le temps. Nous en profitons pour faire du paddle sur le lac Hawea qui est très calme.

Nous rejoignons ensuite Queenstown pour récupérer la pièce de rechange du drone (qui nous vaudra quelques allers et venues à la poste). Queenstown est très vivante et agréable mais ne dispose malheureusement que de peu d'emplacements de camping sauvage. En revanche on trouve tout ce qu'il faut au niveau activités: luge d'été, tyrolienne, VTT, sentiers de randonnée.. On s'attaque au sentier qui mène au col de Lomond qui permet d'avoir une superbe vue sur Queenstown et le lac Wakatipu.

Queenstown 

L'idée est ensuite de poursuivre dans les montagnes et de rejoindre Fjordland mais les prévisions météo ne sont pas favorables et nous décidons donc de rejoindre la côte Est en prenant la direction de Dunedin.


Entre Queenstown et Dunedin, nous longeons les gorges de la Clutha qui nous offrent de très belles images sous un ciel orageux. Nous sortons ensuite des route bitumées et nous retrouvons dans un endroit irréel, au bord du réservoir Poolburn. On se croirait vraiment dans un autre monde, le lieu a d'ailleurs servi de décor à quelques scènes du Seigneur des Anneaux.

Autour du réservoir Poolburn 

Nous arrivons à Dunedin et trouvons un emplacement au sommet d'une falaise, un petit chemin très raide nous permet de rejoindre la plage en contrebas. C'est très beau, les éléments sont libres de se déchaîner, les vagues ramènent quelques lions de mer qui vont se prélasser sur les rochers.

Le lendemain nous nous baladons dans Dunedin qui comporte de jolis bâtiments de l'époque victorienne dont une très jolie gare toujours en activité.

Dunedin 

Nous poursuivons ensuite vers la péninsule d'Otago et rejoignons Harington Point à la pointe Nord où l'on peut admirer des lions de mers, penguins et albatros. Nous avons la chance d'apercevoir un albatros royal en plein vol et quelques lions de mer.

Otago Peninsula 

Nous rejoignons le soir Sandfly bay où nous espérons apercevoir des penguins mais le froid nous fera renoncer avant eux et nous n'en verrons qu'un seul de loin, ainsi qu'un lion de mer solitaire affalé dans le sable.

Le lendemain nous poursuivons vers le Sud, traversons Kaka Point et nous finissons la route à Nugget Point. C'est le bout de la route et après une petite marche, nous arrivons vraiment au bout du monde, au sommet de falaises vertigineuses et dans un vent extrêmement fort.

Nugget Point 

Nous rejoignons ensuite la très tranquille Purakaunui Bay pour dormir dans un petit coin de paradis où nous assistons à un lever de soleil magnifique.

Purakaunui Bay 

Nous traversons les Catlins où de courts sentiers nous emmènent vers de somptueuses cascades. Les paysages sont beaucoup plus vert et boisés que ce que nous avons vus jusqu'à présent, il y a presque un air de forêt tropicale.

Les Catlins 

Nous filons ensuite vers Curio Bay sur les conseils d'autres voyageurs. En effet Curio Bay est le domicile des dauphins Hector et il n'est pas rare d'en voir plusieurs. Nous sortons donc nos planches de paddle et après avoir un peu péniblement franchi les premières vagues nous découvrons effectivement de nombreux dauphins qui, curieux, s'approchent sans peur de nous. C'est magnifique et un peu impressionnant de voir ces gros animaux de si près! La planche de paddle n'est pas une planche de surf, et le retour sur la rive ne se fera pas sans quelques chutes dans une eau plutôt très froide!

Curio Bay 

Nous poursuivons vers Invercargill et la ville de Bluff, que nous voulons voir juste pour son nom atypique. Elle se trouve à l'extrème Sud de l'île et est le point de départ des ferries pour Stewart Island. Nous n'allons cependant pas prendre le ferry mais nous repartons en directions du Nord pour aller dans la région quasiment inhabitée de Fjordland. Il n'y a que très peu de routes qui parcourent cette région et donc tous les touristes sont naturellement dirigés vers Milford Sound qui est le fjord le plus connu du pays. Sur la route nous voyons les montagnes grandir et les lacs s'étendre, on se trouve vraiment dans des contrées sauvages! Cependant la région n'est pas si inhabitée puisque c'est le royaume des sandflies, petites mouche collantes qui adorent piquer et laissent des boutons qui grattent comme ceux des moustiques, on les appelle d'ailleurs "les gardiens" dans cette région, pour garder peut être une nature hors de portée de l'homme, car effectivement on ne reste pas longtemps dehors avant d'être attaqués!

Fjordland, sur la route de Milford Sound 

Nous arrivons sur les rives du superbe Milford Sound et montons sur un bateau pour effectuer une petite croisière entre les imposantes montagnes. C'est très beau, on se sent tout petit face à ces falaises vertigineuses.

Milford Sound 

Nous trouvons plus tard un camping reculé au bout d'une route en gravier. Les propriétaires ont fait de leur terrain une véritable petite ville avec quelques cabanons à louer et des emplacement pour les vans et camping cars. Pas d'électricité sauf sur groupe électrogène pendant 4h le soir et une douche chaude chauffée au bois très appréciable. Nous nous baladons un peu dans la forêt voisine, sur une partie du sentier Hollyford track, qui rejoint la mer depuis les montagnes, et découvrons une superbe cascade après quelques heures de marche mais nous repartons vite vers le camp car sitôt à l'arrêt nous nous faisons dévorer par les sandflies.

Le Gunn Camp et le Hollyford Track 

Le temps se gâtant et les sandflies nous gâchant un peu le plaisir nous décidons de repartir vers le Nord en repassant par Queenstown, il n'existe en effet pas de route qui relie Milford Sound à la côte plus au Nord.

Nous retrouvons le lac Wakatipu à Queenstown sous un beau ciel bleu, et, après quelques recharges en eau, nourriture, gaz et essence (et douche) nous prenons la route de Glenorchy, en direction de la vallée de la Dart River

Sur la route de Glenorchy 

La route qui longe et surplombe le lac offre de superbes vues, nous trouvons un coin très tranquille pour dormir en bord de rivière puis nous empruntons la route gravelée qui nous emmènera au bout de la vallée. Les paysages sont encore une fois magnifiques et nous sommes quasiment seuls, la route est en effet peu accueillante par endroits pour des véhicules à deux roues motrices comme le nôtre, il faudra plusieurs fois traverser des fords qui sont des traversées de rivières où l'eau est plus ou moins haute selon la saison. Nous finissons par arriver au bout mais ne restons pas longtemps car les mouches des sables nous font vite déguerpir.

La vallée de la Dart River , de jour et de nuit

Nous retournons ensuite en direction de Wanaka pour emprunter la route qui emmène ou fameux Rob Roy Glacier dont nous avons beaucoup entendu parler. L'endroit est splendide, et quelques heures de marche nous permettent d'admirer ce glacier qui nous surplombe.

Au Rob Roy Glacier 

Nous retrouvons le lac Hawea pour la nuit puis nous mettons cap vers West Coast le lendemain.

West Coast 

West Coast est très peu peuplé et à l'instar de Fjordland comporte un nombre incalculable de mouches, mais cela reste très beau, on retrouve un genre de végétation tropicale en masse autour de la seule route présente sur ce côté de l'île. Nous nous arrêtons en route voir les glaciers Fox et Franz Josef. Nous approchons un peu du dernier et constatons avec peine la reculée phénoménale du glacier qui s'est produite principalement dans les 50 dernières années.

Les glaciers Franz Josef et Fox 

Nous nous arrêtons également au niveau du lac Matheson qui propose une des vues les plus connues de Nouvelle Zélande : le mont Cook et le mont Tasman, les plus hauts sommets du pays, se reflétant dans le lac Matheson.

Lac Matheson 

Nous continuons ensuite notre route vers Arthur Pass, zone de ski réputée et départ de nombreuses balades. Nous trouvons d'ailleur sur la route une balade originale, c'est un "sentier" à l'intérieur d'un grotte. En réalité nous allons remonter une rivière souterraine, entre canyoning inversé et spéléo. L'expérience est incroyable, nous commençons avec de l'eau glaciale jusqu'à la taille pour doucement remonter à l'intérieur de cette grotte où aucune lumière ne filtre. Heureusement le soleil est de sortie à l'arrivée, ce qui permet de nous réchauffer un peu.

Les environs d'Arthur Pass 

Nous finissons de traverser l'île dans sa largeur avant d'emprunter la route plus au Nord qui nous conduira vers le lac Tennyson que nous avons repéré comme étant très isolé et parfait pour camper quelques jours. Il nous faudra 2h sur une piste 4x4 pour rejoindre ce lac qui en vaut tout de même la peine. Nous ne sommes pas seuls mais trouvons suffisamment de tranquillité pour en profiter sereinement.

Le lac Tennyson 

Nous avons réservé le ferry pour l'île du Nord quelques jours plus tard, nous devons donc nous rendre rapidement à Picton afin d'effectuer la traversée. Nous en profitons pour faire un petit détour sur la pointe Nord, à Wharariki Beach et pour visiter les sources de Te Waikoropupu qui possèdent des eaux extrêmement claires et sont sacrées pour les Maoris. La visibilité peut aller jusqu'à 60 m par beau temps, malheureusement pour nous il pleut ce jour là!

Wharariki Beach et ses habitants 

Il est maintenant temps pour nous de reprendre le ferry pour rejoindre l'île du Nord que nous prendrons le temps de visiter un peu plus tard car nous devons quitter le pays pour renouveler notre visa touristique. Nous laissons donc notre van à l'abri et partons quelques semaines en vacances dans nos vacances...

Nous revenons en Nouvelle Zélande afin de mettre notre cher Van en vente. Ici les gens ne sont pas pressés pour acheter, nous prenons donc notre temps et en profitons pour nous balader dans le Nord de l'île du Nord.

Bien que l'été soit terminé, le soleil est toujours au beau fixe et les températures agréables. La péninsule au nord d'Auckland est assez sauvage et nous poussons jusqu'à Spirit Bay tout au Nord où nous trouvons un camping très sympa au bord d'une très grande plage.

Nous filons ensuite vers la péninsule de Coromandel, très réputée mais aussi très fréquentée, surtout que nous y allons pendant le week-end de Pâques. Nous ne pouvons guère aller hors des sentiers battus et prendre les petites routes gravelées car nous voulons rester proche d'Auckland et sous couverture téléphonique au cas où quelqu'un voudrait voir le van. Nous n'avons d'ailleurs que peu de succès avec notre annonce pour le moment!

Spirit Bay et Coromandel Peninsula 

Nous décidons ensuite d'aller visiter Hobbiton, décor en plein air du Seigneur des Anneaux qui représente la ville des Hobbits. C'est très mignon et très bien réalisé jusqu'au moindre détail.

Hobbiton 

Toujours dans la lignée du Seigneur des Anneaux, nous nous dirigeons vers la parc de Tongariro où se trouve le Mordor de Tolkien. Nous allons effectuer la traversée du parc national et devons donc nous rendre en bus au point de départ, et là nous nous retrouvons au milieu de hordes de touristes! Presque toute la randonnée se fera à la queue leu leu tellement l'itinéraire est emprunté! Les paysages sont lunaires, entre roches et brume et un vent d'une force incroyable! Au bout de 2h30 nous arrivons au sommet du cratère rouge où nous pouvons admirer de superbes lacs acides. La fin de la randonnée est un peu longue et nous retrouvons notre petit Van avec plaisir à l'arrivée.

Tongariro National Park 

Nous avons enfin une offre pour le Van et c'est un Australien qui fera le déplacement pour nous acheter notre petite maison. Il est maintenant temps pour nous de revenir vers l'Europe... Mais nous ferons d'abord une petite escale sur la route...